Archives de catégorie : comparaison

“La calligraphie arabe“ est-elle comparable avec ”la calligaphie chinoise“ (première partie)

Introduction

Un art est une création artistique et esthétique. La calligraphie n’est pas qu’une belle écriture, c’est un Art reflétant la pensée. Certes, la plupart du temps, elle sert plutôt de décoration murale, mais je pense que scruter seulement la calligraphie en ignorant le contenu est comme manger juste pour tuer la faim sans satisfaire nos papilles. Donc, afin que ce soit une calligraphie parfaite, il faut non seulement la beauté visuelle, mais aussi lui donner de l’esprit. Dans ce sens, je voudrais comparer deux écritures : la chinoise et l’arabe.

Calligraphie chinoise

书法” (shūfă, méthode d’écriture) ou la calligraphie chinoise est la source d’inspiration de l’art chinois. Aujourd’hui, le terme calligraphie est banalisé en Europe, mais n’a rien à voir avec celle de la Chine. L’esthétique des caractères, la manière de procéder et la malléabilité physique des idéogrammes interprètent la culture chinoise comme une existence métaphysique. C’est pour cela que sa calligraphie est un art total. Son écriture transcrit immédiatement la pensée sans passer par les sons. C’est un art au même titre que la danse, la peinture, la musique, etc.

Calligraphie arabe

La Calligraphie est considérée comme l’Art de la belle écriture pour le monde islamique. L’arabe est une langue coranique. Parmi ses arts, l’écriture est l’un des éléments les plus représentatifs, tout comme l’architecture.

La conquête musulmane permet une diffusion assez rapide dans tous les pays. Il en est de même pour son écriture. Le Coran est copié, donc calligraphié dans un objectif de diffusion d’idéaux religieux. Son écriture dispose de trois fonctions, religieuse, pratique et décorative. Elle peut être variée en fonction des types de dossiers et des destinataires relatifs.

La calligraphie arabe” est-elle comparable avec “la calligraphie chinoise”

L’écriture arabe est phonétique. Elle est surtout une calligraphie différente de la chinoise, mais cela ne veut pas dire qu’elle est un art mineur. Par contre, son existence montre bien la variation de la manière d’écrire en fonction de sa vocation, décorative, géométrique ou religieuse.

Les idéogrammes chinois apparaissent flottant au lieu d’un carré. Le point de gravité des caractères en est le centrage, ce qui donne l’impression de les attirer pour qu’ils ne puissent pas s’échapper.

20111020171534-316289569
www.bz308s.com

Alors que l’alphabet arabe est écrit par des traits. Pour chaque lettre, il y a un début et une fin qui majoritairement ne touchent pas la ligne. Ses traits sont au-dessus ou au-dessous de la ligne.

FullSizeRender (1)
www.images.google.fr/images

Un caractère est comme un corps qui se compose de la tête, des bras, des jambes, etc. Surtout, ces parties sont plus fonctionnelles que décoratives. Mais personnellement, une écriture ne doit pas rester toujours dans un espace assez fermé tout en respectant les règles.

Dans ce sens, l’écriture arabe, comme le style coufique géométrique, respecte aussi les angles droits, mais cette écriture exige parfois la suppression des points. Cet éloignement symbolique de son écriture originale permet une bonne insertion dans le labyrinthe.

6a00d8345238fe69e2019b01465002970d-200wi
www.poezibao.typedad.com

Il y a principalement deux ruptures au long de l’évolution de l’écriture chinoise. La première est sur l’inscription de sceau, souvent en forme flexueuse et anguleuse, utilisée dans le ministère politique. La seconde concernant la forme d’écriture, les styles courant et cursif. Il existe d’autres termes pour qualifier ce dernier, par exemple, le style d’herbe, le style hâtif, broussaille, etc. Au moment de sa parution, les protecteurs lui reprochent de ne pas avoir une attitude assez sérieuse tout en transgressant les principes. En effet, son écriture comprend beaucoup de traits raccourcis, non-reconnaissables. En revanche, grâce à cela, cette calligraphie donne, dans une certaine mesure, une grande liberté à son écriture.

cursive1
www. images. google.fr/images

La langue arabe a ses variantes d’écriture, comme le tawqi, le thuluth, le muhaqqaq, le naskhi, etc. Elles ont toutes leurs règles strictes. En fonction de ces règles, on peut distinguer des variantes de l’une à l’autre. Donc l’écriture arabe a sa régularité. Dans un discours, il y a plusieurs techniques pour écrire certaines lettres, par exemple, le raccourcissement, l’allongement, le déplacement, l’étirement, etc.

L’écriture chinoise dispose aussi de son style régulier, qui est reconnaissable par les gestes de placer un point, d’attaquer une courbe et tracer un trait. Comparé à la plume, le pinceau est plus malléable et il peut concrétiser des myriades de nuances de trait sur un papier. Même si les caractères respectent l’ordre des traits immuables, chaque réalisation d’un même trait implique un sentiment personnel. C’est pour cela qu’un calligraphe peut exprimer les multiples facettes de sa personnalité. Et plus encore, les mouvements interprètent la pensée d’un réalisateur.

L’une des écritures les plus personnelles souvent utilisées dans l’oeuvre d’art est la cursive dans la calligraphie chinoise. Son écriture mérite son nom, le style brouillon. Cela ne signifie pas une écriture expédiée ou mal propre. Au contraire, c’est un art suprême et délibéré qui exige une liaison harmonieuse entre la conscience du corps d’un artiste et son utilisation du pinceau. Cet art dépasse déjà toutes les règles respectées par les anciens sans rien anéantir. On peut y voir une fluidité tellement puissante que l’artiste le réalise en un seul souffle. C’est la rivière qui coule paisiblement sur le papier.

Références

J.F Billeter, L’Art Chinois de l’Ecriture, Art Albert Skira S.A., Genève, 1989, p.11-23.

Http://fleurislam.netmedia/doc/art/txt_callig.html consulté le 06/01/2016

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts

L’approche communicative :théorie et pratique (1991)—un conseil pour l’enseignement du français en Chine

894455788

C’est un ouvrage du domaine de la didactique des langues étrangères. Son auteur est BERARD Evelyne, la raison pour laquelle que je me suis intéressée à ce livreét ait simplement parce que que j’aime bien l’approche communicative. Mais au fur et à mesure de mon lecture, je trouve que cette méthode peut bien compléter un blanc dans l’enseignement du français en Chine, par rapport aux autres méthodologies.

Cet ouvrage se constitue en trois parties. Dans la première partie, l’auteur  présente exhaustivement les points sur la définition de l’approche communicative après une analyse des problèmes des méthodes précédentes, les méthodes audio-visuelles. Par exemple, dans les méthodes audio-visuelles, « les dialogues sont très éloignées de la réalité, et le décalage entre la méthode et le contact direct avec la langue étrangère peut être déroutant pour l’éleve »,c’est-à-dire que ces méthodes ne répondent plus les besoins des apprenants. Donc dans l’approche communicative, les besoins des apprenants sont pris en compte, qui « consiste à recueillir des données dans différents domaines concernant l’apprenant par le biais d’outils tels que le questionnaire, l’enquête, l’entretien ». Dans la deuxième parties, l’auteur choisi et met en perspective cinq manuels de l’approche communicative: Archipel, Cartes sur table, Sans frontière, Le français des relations amicales et En effeuillant la marguerite, avec deux questionnaires. Dans la dernière pratie, elle présente de manière concrète les principes de l’approche communicative, et comment ils se déroulent dans la classe de FLE. A la fin de ce livre, elle cite quelque documents utilisés dans cette méthode, et ses fiches pédagogiques correspondentes, pour avoir une vision claire de ce type de cours.

Quant à mes propres expériences, j’ai fait ma licence de français en Chine. A ce moment-là, j’avais 18 ans, et avant l’université, je n’avais jamais abordé le français. C’est le cas de presque tous les étudiants chinois qui apprennent le français comme spécialité. La méthode utilisée par les enseignants en Chine est principalement la méthode traditionnelle. Le manuel le plus utilisé est écrit par un Chinois qui est lui-même enseignant de français, M. MA Xiaohong. La langue utilisée dans le manuel est chinois, français, après chaque texte nous avons une liste de nouveaux mots, et nous abordons les règles de la grammaire française qui sont parfois complexes tout depuis la première leçon. Par exemple des règles d’ accord de nombre et de genre (y compris la conjugaison de « être »), mais avec la langue maternelle, la grammaire présentée ici n’est pas très difficile à comprendre. Il y a deux examens très importants que tous les étudiants chinois dans mon cas doivent participer, c’est TFS-4(Test national dû français enseigné à titre de spécialité, niveau IV) pour les étudiants de deuxième année universitaire et TFS-8 pour les étudiants de quatrième année universitaire, dans ces deux examens, les exercice grammaticaux sont « vedettes ».

Cette méthode utilisée en Chine est apparue le plus tôt dans l’histoire, aujourd’hui, les méthodes d’enseignement de français ont beaucoup développé. Mais à mes yeux, la méthode traditionnelle n’est pas une méthode qui doit être rejetée, surtout pour les apprenants dont la langue maternelle est loin de la langue française. Par exemple, sans la grammaire explicite, nous ne savons jamais la lettre « s » à la fin d’un mot peut signifier parfois le sens de pluriel, ou bien « sont » et « est » sont en fait deux réalisations d’un même mot « être », parce qu’en chinois les verbes ne changent jamais.

Par contre, je ne suis pas d’accord qu’une méthode correspond à une époque unique, je pense que certaines méthodes peuvent co-exister en même temps, mais selon les niveaux des apprenants, parce que chaque méthode a ses avantages qui peuvent être juste les désavantages des autres méthodes. Comme je vais travailler en chine, lors du cours de méthodologie, je réfléchi souvent sur les cas en Chine. Un problème en chine est que nous utilisont toujours la méthode traditionnelle pendant les quatre années universitaires, nous trouvons la même module de leçon dans tous les fascicules, cela pose des problèmes lorsque nous avons des cours avec les professeurs français au troisième année, nous nous sommes sentis sans aide, il y a une manque de transition. A ce moment là je ne savais pas comment compléter cette manque, mais après cette lecture, j’aperçois que c’est bien l’approche communicative. Dans l’approche communicative, les leçons se constituent de plusieurs situations qui correspondent au même thème, les situations sont plus courtes que les textes dans les méthodes audio-visuelles, mais elles sont plus nombreuses avec les expressions différentes pour que les apprenants peuvent choisir quand ils rencontrent les mêmes situations dans la vie réelle. Ce que nous manque est bien la capacité de se débrouiller dans les circonstances que nous n’avons pas rencontré dans les leçons. Concrètement, cet ouvrage a proposé à la fin quelques exemples de documents sur les situations téléphoniques, ils donnent une richesse d’expressions possibles pour demander un renseignement à travers un téléphone. Dans ce cas-là, les apprenants peuvent choisir, dans la vie réelle, parmi ces expressions selon les relations entre les interlocuteurs ou leurs identités sociales. L’approche communicative peut être utilisée au cours de la deuxième année universitaire, au fur et à meure des besoins des apprenants qui augmentent dans l’apprentissage de français.

Mais pourquoi ce n’est pas d’autre méthode pour remplacer cette manque? Parce que nous sommes déjà adultes qui n’ont pas aussi de facilités que les enfants dans l’apprentissage d’une nouvelle langue, donc les méthodes qui n’utilisent que la langue visée ne sont pas très adéquates pour nous, surtout quand notre langue maternelle est très éloignée de la langue visée. Les situations simples mais variées sont juste ce dont nous avons besoins.

C’est une inspiration très précieuse que cette lecture me donne.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

L’apprentissage en Tandem franco-japonais

Aujourd’hui grâce aux nouvelles technologies, on peut voyager entre la France et le Japon en douze heures d’avion. Douze heures, ce n’est pas si long entre ces deux coins du monde. Cependant, je me souviens qu’il y a quatre ans, quand j’ai commencé mon apprentissage en français, je ne pensais pas la même chose. Partir en France me semblait un grand voyage. Ce changement de perception est grâce à l’affection que j’ai pour la France. Etant donné que maintenant je connais mieux la France, sa culture et son peuple, la distance est devenu psychologiquement plus courte. Je me suis
approprié la langue française. J’ai voulu partager cette expérience avec les autres. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé d’organiser un Tandem franco-japonais via internet pour mon projet du mémoire : Un sujet didactique sur l’apprentissage des langues. 
J’espère que les apprenants de ces deux langues se familiariseront plus avec la culture de l’autre.



Le Tandem franco-japonais

Les participants sont des étudiants universitaires de Lyon (France) et de Kanagawa (Japon) qui apprennent le japonais et le français comme langues étrangères. Il y a six participants afin de former trois groupes de deux. 
Le projet se déroule pendant cinq semaines et la durée de chaque session est de quinze minutes. Chaque semaine, il y a un thème à aborder comme ci-dessous. スクリーンショット 2015-11-12 12.29.31.1df7c04b54b74824b270bd8c768674a2

A travers ce projet, je souhaiterai analyser notamment l’alternance codique pour savoir si ce phénomène linguistique sert à surmonter l’insécurité linguistique chez les apprenants. Je fais une hypothèse que le fait de pourvoir mélanger ces deux langues dans l’interaction pourrait servir aux apprenants à se mettre à l’aise lors de la communication.
Le projet est en cours et c’est intéressent de voir comment les participants réagissent l’un envers l’autre. Malgré les consignes et les étapes proposées, il y a eu différentes façons à communiquer selon les groupes. Cela me pousse à travailler sur plusieurs éléments et il est important de bien focaliser sur la problématique. 
Etant donné que leurs échanges sont enrichissants, j’ai envie de les transmettre dans un mémoire. Grâce à ce projet, j’ai  plaisir à commencer ma recherche.

OGAWA Haruna

Etudiante M2 en didactique de FLE/FLS et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Une nouvelle revue d’études francophones

Université du Minho | CEHUM

Myriades

Revue D’Études Francophones

EDITÉE PAR LE DÉPARTEMENT D’ÉTUDES ROMANES DE L’UNIVERSITÉ DU MINHO (BRAGA, PORTUGAL)

ISSN: 2183-4989

On peut lire le premier numéro en ligne à cette adresse (ou cliquer plus bas sur les articles du sommaire) :

http://cehum.ilch.uminho.pt/myriades#courant

myriades_1

SOMMAIRE:

    1. Présentation

Comparaison(s)

    1. EVELYNE GAGNON:
      L’énigme de la filiation chez Dany Laferrière: perspectives comparatistes à l’ère de la mélancolie

    2. ABDERHAMAN MESSAOUDI:
      Voltaire. A perfect case for comparison

    3. IBTISSEM SKANDER:
      La valeur polémique de la comparaison dans l’œuvre philosophique de Voltaire

    4. GILLES GAUTHIER:
      L’effet de l’argument de comparaison sur le débat public

    5. DANIELA SARDÀ:
      La prise en charge énonciative dans les manuels de philosophie français et brésiliens: une analyse de discours contrastive

    6. HABIB GHARBI:
      La comparaison n’est pas une figure de rhétorique

Comparatisme(s)

  1. PEDRO MOURA:
    Fantasmas de tinta. Estratégias visuais de representação do trauma na banda desenhada

  2. RUTH SILVIANO BRANDÃO:
    Escritores-pintores: o processo de transposição

  3. SERGE MARTIN:
    Comparer contre les évidences culturelles: avec le poème pour «pas prévoir» (James Sacré)

  4. MANUELA RIBEIRO SANCHES:
    Franz Fanon. A violência do mundo. A violência da palavra

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus