Archives de catégorie : problématiser

Tableaux comparatistes: Sanako Pronounce vs Rosetta Stone

J’ai eu la possibilité de tester deux méthodes de l’apprentissage de la prononciation en ligne Rosetta Stone et Sanako Pronounce. Mon but était de comparer les deux méthodes et d’analyser la possibilité de l’utilisation des logiciels de reconnaissance vocale pour l’évaluation de la prononciation de l’apprenant.

Pour l’instant, le chapitre dédié à la comparaison de ces deux méthodes est presque terminé, mais j’ai besoin d’un peu plus de temps pour corriger le texte. C’est pourquoi j’ai décidé de partager avec vous les tableaux comparatistes qui vous permettront de comprendre d’une manière générale les points forts et faibles de ces méthodes.

Tableau 1: Sanako Pronounce: avantages et inconvénients

Avantages Inconvénients
·         La possibilité de créer ses propres activités ·         L’intonation n’est pas prise en compte lors de l’évaluation
·         La possibilité d’ajuster les catactéristiques de l’entraînement : ex. niveau de difficulté, voix H/F, débit. ·         Les particularités de la prononciation (des combinaisons des lettres, des dyphtongues) et de la non-prononciation de certaines lettres (ex. ‘e’ en français) ne sont pas toujours prises en compte. Le logiciel peut reconnaître le mot même si les règles de prononciation ne sont pas respectées et ne le définit pas comme erreur.
·         La possibilité de consulter ses erreurs, de voir la transcription de sa production, de répéter la phrase, de réécouter les mots isolés
·         La correspondance des phrases-modèles aux sujets de communication quotidienne

Tableau 2: Rosetta Stone: avantages et inconvénients

Avantages Inconvénients
·         Le temps accordé aux activités de prononciation est le même que pour les autres activités ·         La prononciation éronnée semble ne pas être prise en compte. Facile d’obtenir un score élevé
·         Une succession rapide d’activités ·         Le nombre de phrases à répéter n’est pas équilibré pour chaque activité.
·         Les phrases à répéter sont illustrées avec des photos
·         Les phrases à répéter sont liées non seulement avec le sujet du cours, mais aussi avec la grammaire (parfois)
·         La possibilité de consulter le spectre sonore de sa production et de le comparer au modèle ·         Les différences des spectres sonores ne sont pas prises en compte pour l’évaluation
·         La possibilité d’ajuster le débit de la production
  ·         Le rapport obtenu ne fournit pas beaucoup d’information sur la performance de l’apprenant

Tableau 3: comparaison des méthodes

Critères Rosetta Stone Sanako Pronounce Commentaire
Types d’unités à répéter Mots isolés, phrases descriptives, phrases communicatives, textes informatifs Phrases communicatives  
Critères du classement D’après les sujets et le niveau de difficulté D’après les sujets  
N de phrases(ou mots) à répéter par sujet 6-40 en fonction du sujet ~10 pour tous les sujets  
Possibilité d’adapter la voix du modèle Débit, genre de la personne Débit, genre de la personne, tranche âge  
Possibilité de voir les erreurs Oui Oui Sanako donne une correction plus détaillée grâce aux transcriptions
Obtention du score Evaluation avec des couleurs (rouge, jaune, vert) Score sur 100 pts  
Obtention du rapport de la progression de l’apprenant Oui Oui Sanako fournit un bilan plus détaillé avec les phrases mal ou correctement prononcées, le pourcentage des erreurs, le nombre d’essais, le niveau de difficulté, le bilan total de réussite
Possibilité de visualiser sa production sur les spectrogrammes Oui Non  
Sensibilité du logiciel aux erreurs de prononciation Faible Moyen Aucun logiciel ne prend en compte un accent fort. L’obtention d’un bon score n’est difficile que pour le choix du ‘niveau expert’ de Sanako.
Sensibilité du logiciel à l’intonation Faible Moyen  
Sensibilité du logiciel au rythme Faible Bien  
Illustrations Oui Non  
Possibilité de créer d’autres activités Non Oui  
Ajustement de la reconnaissance vocale en fonction du locuteur Oui (homme, femme, enfant) Oui (homme, femme, genre neutre, enfant, ado, senior)  
Ajustement du niveau de difficulté Non. Les cours sont classés en fonction du niveau. Mais le mécanisme de correction ne change pas en fonction du niveau Oui. Plus on augmente le niveau de difficulté, plus c’est difficile d’obtenir un score élevé. Les phrases restent les mêmes.  
Possibilité de voir la transcription Non Oui  
Aide dans l’utilisation Oui Oui Les deux logiciels sont faciles à utiliser, il y a le bouton ‘Help’ en cliquant sur lequel on peut avoir des indices.

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Comment les langues influencent-elles le SLT?

La question de la variation du spectre moyenné à long terme (SLT) en fonction de la langue maternelle des locuteurs inquiétait beaucoup les chercheurs du domaine de l’élaboration des aides auditifs pour les sourds. Ils voulaient comprendre s’il fallait ajuster l’appareil d’audition selon les caractéristiques du SLT de la langue maternelle du malentendant. Mais ils ne trouvaient pas d’unanimité à ce sujet jusqu’à l’apparition de l’étude menée par Byrne.

“Une moitié des auteurs présente en effet des conclusions accréditant l’idée d’un effet de la langue parlée sur le spectre à long terme, alors que l’autre rapporte des résultats opposés. Les expériences réalisées à Mons montrent que “la langue parlée influe, de fait, sur les caractéristiques spectrales à long terme. (…) Cet effet incontestable est cependant ténu.” (Harmegnies, Porch-Olivé, 1992, cité par Lauret, 1998)

Le but de la recherche menée par Byrne (Byrne, 1996) et ses collaborateurs consistait à comparer le SLT pour différentes langues afin d’identifier un SLT standardisé qui pourrait représenter plusieurs langues ou d’identifier les ressemblances et les différences entre les SLT des langues.

Une vingtaine de locuteurs natifs (à peu près 10 hommes et 10 femmes pour chaque langue) de 13 langues ont participé à l’expérience. Parmi les langues représentées on peut nommer l’anglais (et ses variantes), le suédois, le danois, l’allemand, le français canadien, le japonais, le cantonnais, le mandarin, le russe, le welsh, le cinghalais, le vietnamien, l’arabe.

Les sujets étaient censés lire un extrait d’un livre écrit dans leur langue maternelle. Il s’agit d’un texte simple, connu de tous et ne représentant aucune difficulté pour les locuteurs.

L’enregistrement a été réalisé sous conditions artificielles, dans une chambre sourde où l’écho ne pouvait pas se produire. Lors de l’enregistrement il est nécessaire d’assurer les mêmes conditions d’enregistrement pour tout le monde, par exemple, utiliser le même type de microphone et garder la même distance entre la bouche et le microphone, car le spectre sonore est très sensible à tout bruit et au changement de l’appareil d’enregistrement.

Ayant analysé les résultats, les chercheurs ont abouti au constat que toutes les langues sont pareilles du point de vue de leur SLT. Les spectres ne présentent que de faibles différences ne dépassant jamais 6dB, donc, l’image générale des spectres est très semblable.

Nous reproduisons ici les SLT de l’anglais britannique et du chinois établis par Byrne pour illustrer que les langues mêmes si éloignées ont les SLT très semblables selon cette étude.

(Malheureusement, l’image n’est pas nette. Mais on voit bien que la forme des spectres est très semblable. Le SLT des locuteurs de l’anglais est à gauche, du mandarin à droite.

L’axe des abscisses c’est la fréquence en Hz, l’axe des ordonnées c’est l’intensité en dB. Les points ronds représentent les hommes et les triangles les femmes)

(Byrne, 1996 : 2113, 2115)

Ils ont découvert également que la voix des hommes et des femmes (locuteurs natifs de la même langue) peut être localisée dans différentes zones fréquentielles, mais elles ne sont pas significatives non plus pour le SLT.

«D’après les auteurs, il semble clair que le SLT est largement dominé par les caractéristiques du mécanisme vocal. Même si les langues utilisent différentes voyelles et consonnes (structures formantiques), et que la fréquence d’occurrence des phonèmes diffère, ces facteurs semblent n’avoir que des effets mineurs sur le SLT. Et ces différences ne sont pas cohérentes entre femmes et hommes de même langue » (Lauret, 1998)

Le facteur majeur qui influence le SLT c’est l’individu lui-même et sa manière de parler, mais pas seulement son sexe ou sa langue maternelle.

Comme les SLT sont très semblables pour les langues analysées, il s’avère que les appareils d’aide auditifs ne nécessitent pas d’ajustement spécifique en fonction de la langue du locuteur. Cette recherche a permis également de dévoiler la fausseté de l’idée de la possibilité d’apprendre une langue étrangère par sensibilisation de l’oreille aux fréquences de cette langue. Pourtant, même aujourd’hui les acteurs commerciaux de l’enseignement des langues continuent de se servir des notions des spectres sonores des langues étrangères pour l’élaboration des programmes d’enseignement visant à ‘combler’ les différences fréquentielles entre les langues concernées.

L’idée exposée par ces centres de langue consiste à affirmer que les gens sont sourds aux fréquences des autres langues, c’est pourquoi ils rencontrent souvent des problèmes à distinguer et à produire les sons des langues étrangères et gardent un accent assez prononcé.

Bien que les théories exposées par les commerciaux soient dépourvues de base théorique prouvée scientifiquement, ce système d’apprentissage inspiré des analyses fréquencielles paraît innovant aux stagiaires et est au sommet de sa popularité. Cette méthode  permet d’atteindre des résultats impressionnants dans la production orale et dans la prononciation en langue étrangère.

Dans une des parties du mémoire, j’essaierai de comprendre les raisons de l’efficacité de cette méthode.

Bibliographie

Byrne D., et al., “An International comparison of long-term average speech spectra”, Journal of Acoustic Society of America, p.2108-2120, 1994

Lauret B., Aspects de phonétique expérimentale constrastive : l' »accent » anglo-américain en francais, Thèse de Doctorat, Sorbonne-Nouvelle Paris 3, 1998.

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

BILINGUISME ET ENSEIGNEMENT EN HAÏTI : HYPOTHÈSE DE TRAVAIL SUR UNE PROBLÉMATIQUE HISTORIQUE

schématisation du système scolaire haïtien actuel

Crédit : http://www.ibe.unesco.org
  • Vers 1630 : une nouvelle langue arrive sur l’île que les Espagnols appelèrent Hispagnola, avec l’établissement des premiers français sur l’île de la Tortue au Nord-Ouest

Continuer la lecture de BILINGUISME ET ENSEIGNEMENT EN HAÏTI : HYPOTHÈSE DE TRAVAIL SUR UNE PROBLÉMATIQUE HISTORIQUE

Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues - Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d'intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts

SUJET ET PLAN DE MÉMOIRE : UNE ARTICULATION NÉCESSAIRE

Crédit photo : Marc Lens Siméon

Plusieurs échanges ont déjà eu lieu entre nous et notre directrice de mémoire Mme Pascale TREVISIOL OKAMURA. Ils concernent respectivement : la présentation de notre sujet, la problématique de recherche ainsi que le plan du travail. Ces échanges nous ont amené à au moins une certitude : un projet de recherche ne peut évolution dans sa formulation sans l’être aussi à travers son plan de rédaction. Or la formulation de notre sujet été modifiée en raison de la réalité de ce que nous avons choisi comme terrain de recherche. Il s’intitule : L’enseignement-apprentissage du français langue seconde en contexte créolophone haïtien : les difficultés du passage de la diglossie au bilinguisme. 

Continuer la lecture de SUJET ET PLAN DE MÉMOIRE : UNE ARTICULATION NÉCESSAIRE

Marc Lens Siméon

M2 Didactique des langues - Sorbonne Nouvelle, Paris 3 / Champs d'intérêt : Littératures francophones et Théories postcoloniales, Analyse du Discours et Recherches en acquisition de langues

More Posts

Mon projet de mémoire

L’enseignement de la littérature en classe de FLE en contexte universitaire chinois

La littérature occupe depuis longtemps une place incontestable en classe de langues, et les textes littéraires sont « … utilisés tout à la fois comme modèles, outil et objet de la formation des élèves » (Fraisse, 2012 : 36). Cependant, depuis la deuxième moitié du XXe siècle, à la suite de l’évolution profonde des méthodologies de la didactique du français, l’enseignement de la littérature est confronté à une crise. Etant donné que l’enseignement du français langue étrangère se focalise de plus en plus sur une compétence de communication et sur l’oral, la littérature, considérée comme un outil peu pragmatique, se trouve graduellement en marge de la classe en concurrence avec les autres supports multimédia. Même si le CECRL mentionne la littérature d’une manière implicite, il ne lui accorde pas une place suffisamment importante :

Continuer la lecture de Mon projet de mémoire

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

More Posts

les variations familières du français en classe de FLE

Problématique : l’enseignement-apprentissage des variations familières du français en contexte non francophone : entre mise en œuvre de la compétence sociolinguistique et vertus « remédiatives »
Mots ou expressions- clés : VARIATIONS, REGISTRE OU NIVEAU DE LANGUE, COMPETENCE SOCIOLINGUISTIQUE, REMEDIATION.
Présentation
Le thème de notre projet de mémoire a été inspiré par centaines difficultés récurrentes rencontrées comme enseignant de français langue étrangère (désormais FLE) au Soudan. Ces difficultés ont toutes trait à la norme à enseigner et, plus particulièrement, à la présence niveaux de langue au sein de la classe de FLE.
A de multiples occasions nous avons remarqué que la sensibilisation aux divers niveaux de langue du français – notamment aux variations familières – suscitait l’enthousiasme de l’apprenant, content de s’éloigner pour un temps d’un registre standard dont il perçoit le caractère normatif. Interrogés sur le sujet, nombre de mes collègues font le même constat : la demande de l’apprenant en matière de « français contemporain » est d’autant plus forte qu’en dehors de la salle de classe (en contexte francophone) ou via la télévision et Internet, il entend une langue assez éloignée de celle qu’il apprend et qui fait la part belle au registre familier, voire à d’étranges mixités. Toutefois, aborder le registre familier en classe de langue n’est pas sans risque. Il constitue une véritable boite de pandore qui, une fois ouvert, réserve bien des difficulté à l’enseignant comme l’apprenant qui découvrent rapidement que les variations linguistiques propres au langage populaire sont très nombreuses, voire infinies. Se pose alors la question de savoir comment enseigner une telle multitude…
L’enthousiasme des apprenants (et des professeurs) semble exprimer un réel besoin en la matière. Il s’avère aujourd’hui impossible de réduire, marginaliser ou retarder l’étude familière. La nécessité de sensibiliser les apprenants aux niveaux de langue n’est plus à prouver dans le contexte des méthodes communicatives et actionnelles qui prônent toujours plus d’authenticité dans le rapport à la langue – cible. Enseigner le FLE, n’est-ce pas aujourd’hui renseigner l’apprenant sur la variabilité de la langue française ? Cet impératif didactique est présent dans le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues qui invite à faire travailler les variations de langue en vue de l’acquisition de la compétence sociolinguistique : deux de ses composantes renvoient aux niveaux de langue : la prise en compte des différents « registres de formalisme » la capacité de « repérer des marques linguistiques propres à la classe sociale, à l’origine régionale au nationale, ou encore au groupe professionnel ».
Si la didactique du FLE apporte des réponses assez précises sur les objectifs attachés à la prise en compte des niveaux de langue, elle semble plus floue sur la manière de faire. Quelle méthodologie d’ensemble est aujourd’hui disponible pour les professeurs qui souhaitent mettre en valeur la compétence sociolinguistique à travers un travail spécifique sur le français d’usage quotidien ? Quelle boite pour ceux qui veulent simplement améliorer la cohérence entre contenus et objectifs langagiers ?
Présentement, l’enseignant à sa disposition de nombreuses ressources pédagogiques qui peuvent l’aider à bricoler sa propre méthodologie du français familier. Mais un constat s’impose : si une grande majorité des méthodes prennent en compte le registre familier à travers une diversité d’activités linguistiques et langagières, force est de constater que l’offre est parcellaire, etc. Un tel découpage des variations familières peut empêcher l’apprenant d’accéder à une vision claire de la langue française parlée au quotidien.
Ces différentes remarques nous ont conduits à élaborer une première esquisse de plan – appelé bien évidemment à évoluer – qui s’appuie sur l’hypothèse suivante : la connaissance et la pratique des variation familières de la langue française peuvent participer à la mise en œuvre de la compétence sociolinguistique à condition que l’enseignement apprentissage intègre cette catégorie de variations dans une dynamique inter registres, par exemple à travers des activités de remédiation qui, en contexte non francophone, peuvent constituer une finalité en soi.
Dans une première partie, nous tenterons de faire le point sur les notions de norme, de variations linguistique et à la sociolinguistique et de niveau/ registre de langue. Nos recherches incluront des références à la linguistique et à la sociolinguistique mais aussi à la didactique des langues avec, notamment l’analyse du CECRL ou des référentiels. L’objectif sera double : faire une nécessaire mise au point terminologique ; élaborer une typologie des différents objets langagiers à rassemble au sein d’un corpus de base susceptible de rendre l’apprenant autonome dans l’usage quotidien de la langue (à l’oral comme à l’écrit). Reflet d’une réalité sociologique complexe, le registre familier, entendu au sens large, pose un problème évident de bornage.
Dans une deuxième partie, nous nous proposons d’analyser le matériel pédagogique existant (méthodes généralistes, manuels spécialisés). Nous nous intéressons également aux ressources disponibles sur Internet. Notre objectif sera ici d’avoir une vision globale et actualisée du puzzle méthodologique dédié au français familier qui s’invente dans une sorte de hors-champ didactique. Cette analyse sera l’occasion de pointer récurrences et lacunes dans la prise en charge des variations de registre et surtout de vérifier, conformément aux prescriptions du CECRL, si les activités proposées amorcent un réel travail sur la compétence sociolinguistique.
Dans une troisième partie, nous nous proposons de rendre compte de pratiques personnelles. Ces expérimentations pédagogiques auront pour cadre l’Université du Soudan ou nous enseignons. Nous élaborerons puis testerons – voire ferons testes – des séquences pédagogiques qui s’articulent autour de la dynamique suivante : la présentation du langage familier ne doit pas être opérée de manière isolée mais doit faire appel aux vertus remédiatives du jeu des variations de langue. En effet, par les créations ou les simplifications qu’il opère, le langage familier peut servir, dans un jeu de miroirs avec le langage standard, à diagnostiquer des lacunes ou des impropriétés linguistiques ou langagières, nées d’une confusion des registres de langue. En d’autres termes, des allers-retours réguliers entre les différents registres, voire un travail sur la mixité, pourraient permettre de mieux fixer les spécificités linguistiques, discursives et pragmatiques de chacun. Par ces tentatives, nous nous interrogerons finalement sur la priorité à donner à l’enseignement du langage familier en contexte non francophone : tout en participant à l’acquisition de la compétence sociolinguistique, ne peut il pas servir avant tout des objectifs de remédiation, spécialement dans le cadre de classes à forte hétérogénéité de niveaux ?

Bibliographie :
– CONSEIL DE L’EUROPE (2001a), Cadre européen commun de référence pour les langues. Apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Didier.
– Elisabeth GUIMBRETIERE12 (1995), phonétique et enseignement de l’oral, Paris, Didier.
– Evelyne BERARD (1995), l’approche communicative : Théorie et Pratiques, Paris, CLE international.
– Elisa R.,Véronique T., Emilie J., Gérard V.,(2015), interaction, dialogues, conversation : l’oral en français langue étrangère, Paris : hachette.
– Dell H. Hymes, (1984), vers la compétence de communication, Paris, HATIER.
– GADET F., (2007), la variation en français social, Paris, A. Colin.
– J.-C. Beacco,(2007), l’approche par compétences dans l’enseignement des langues, Paris, Ed. Didier.
– LABOV W.,(1976), sociolinguistique, Ed. de Minuit.
– LAURENT, B. (2007). Enseigner la prononciation du français : Questions et outils. Paris : Hachette.
– Roberto Paternostro, (2016), diversité des accents et enseignement du français, Paris, L’Harmattan.
– Tyne H., « la variation dans l’enseignement-apprentissage d’une langue2 » le français d’aujourd’hui,(n° 176), p. 103-112.
– WEBER C., (2006), « pourquoi les français ne parlent-ils pas comme je l’ai appris ? » le français dans le monde 345, 31-33.
– WEBER C., (2013), pour une didactique de l’oralité. Enseigner le français tel qu’il est parlé, Paris, Ed. Didier.

IDRIS Yousif

Étudiant en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Follow Me:
Facebook

Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants

Comme il a déjà été dit auparavant, mon mémoire sera consacré au problème de l’enseignement de la prononciation. Depuis ce dernier temps, le sujet du mémoire a pris une direction plus précise. Nous avons décidé de nous focaliser sur l’aspect de l’évaluation de la prononciation à l’aide des logiciels de reconnaissance vocale.

Il faut dire que la difficulté de l’évaluation de cet aspect est une des raisons d’une faible présence de la phonétique en cours de langue. Maintenant, nous essayerons de voir quelles sont les raisons du recours à l’évaluation de la prononciation et quels en sont les critères.

Continuer la lecture de Problème de l’évaluation de la prononciation des apprenants

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Plan détaillé du mémoire

0. Introduction

0.1. Réflexion d’ordre méthodologique autour d’une citation :

Johann Wolfgang von Goethe (1749 – 1832), Wilhelm Meisters Lehrjahre (1795) :

« Die Summe unserer Existenz, durch Vernunft dividiert, niemals rein aufgehe, sondern dass immer ein wunderlicher Bruch übrigbleibe ».

Notre traduction : Continuer la lecture de Plan détaillé du mémoire

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Définition du concept de grammaire : polysémie inévitable

Afin d’aborder la question de construction du discours grammatical dans les grammaires pédagogiques, il nous semble indispensable de définir le mot même de grammaire. Claude Germain et Hubert Séguin affirment dans leur ouvrage Le point sur la grammaire que « faire le point sur la grammaire n’est pas une tâche aisée car il n’existe pas une mais plusieurs interprétations de ce qu’est la grammaire » (Germain, 1995 : 31). Dans un premier temps, en synthétisant différentes définitions de ce terme proposées dans des dictionnaires d’usage commun, nous pouvons constater que le mot français « grammaire » a trois acceptions principales :

  1. la structure grammaticale, une partie intégrante du système de la langue (par opposition à la phonétique et au vocabulaire) ;
  2. une science qui étudie la structure grammaticale de la langue ;
  3. un ouvrage qui décrit la structure grammaticale ou qui prescrit des règles d’usage de la langue.

A partir de ces définitions générales, il est à distinguer deux termes fondamentaux qui sous-tendent le discours sur l’enseignement / apprentissage du FLE : la grammaire et la linguistique. Dans son Dictionnaire de didactique du français langue étrangère ou seconde, J.-P. Cuq définit la grammaire comme (Cuq, 2003 : 118) : Continuer la lecture de Définition du concept de grammaire : polysémie inévitable

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Autour du mot-clé de notre recherche : contextualisation

Afin de mieux cerner la problématique de contextualisation, il nous semble important de revisiter une conception relative aux enseignements de la grammaire en FLE. Nous appréhendons la langue comme un savoir à transmettre. De cette façon, “il est nécessaire de décrire cet objet-langue et de gérer la transposition de cette description de manière à faire passer les apprenants de compétences déclaratives à des compétences procédurales” (Beacco, Kalmbach, Lopez, 2014 : 4). La contextualisation de la description du français dans les grammaires étrangères se présente sous formes particulières données à la description du français pour des apprenants non francophones. Nous émettons ainsi une hypothèse de travail qu’il y a certaines formes d’adaptation spécifiques. Ces “altérations” (terme de J. Peytard, 1984 : 20) ont pour but d’adapter les descriptions savantes “au contexte éducatif des utilisateurs concernés, à leur culture métalinguistique et grammaticale” (Beacco, Kalmbach, Lopez, 2014 : 10).   Continuer la lecture de Autour du mot-clé de notre recherche : contextualisation

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

De la grammaire et sa réputation

« Pour maîtriser le métier d’enseignant de français langue étrangère, il faut savoir sortir du cadre scolaire de la description de la grammaticale traditionnelle et se placer aux côtés de l’apprenant, en se demandant quelle explication pourrait lui être le plus profitable. » De Salins, 1996

 

Cette citation de De Salins (1996), ainsi que d’autres lectures réalisées dans le cadre de ma recherche, me motivent à réfléchir à l’importance de l’influence de nos croyances et nos pratiques pédagogiques dans le processus d’apprentissage de nos apprenants. Quand nous arrivons dans une classe, notre formation, notre parcours et nos représentations pédagogiques se reflètent dans notre discours et notre agir professoral. Le choix d’un manuel, d’une activité, ou de nos corrections n’est donc pas une simple décision lors de la préparation d’une séance. Ce choix représente la manière dont nous concevons l’enseignement, l’apprentissage et la vision que nous avons sur la langue.

En ce qui concerne la grammaire –matière d’une langue tradition scolaire-, Langacker (2013) nous dit qu’elle a une mauvaise réputation*. Ce n’est peut-être pas étonnant puisque si nous pensons à nos expériences –plutôt en tant qu’apprenants-, il est fort probable que nos souvenirs de la grammaire soient liés aux longs exercices traditionnels, aux listes de conjugaison ou encore à des règles qui apparemment n’ont aucune explication logique. Les raisons de cette réputation ne sont pas à expliquer ici, quoique cette question puisse constituer un bel sujet de recherche. Avec ce billet, je me propose plutôt de partager des questions que je me pose depuis quelques années et qui reviennent de manière récurrente à mon esprit : mes (nos) apprenants auraient-ils aussi l’impression de s’ennuyer quand on travaille la grammaire en classe ? Les explications et les activités de grammaire qu’on fait en classe leur servent pour apprendre à communiquer et, surtout, à accomplir leurs objectifs d’apprentissage et de communication ? Y aurait-il une manière d’aider nos apprenants à comprendre véritablement le fonctionnement grammaticale afin que cet enseignement soit non seulement utile mais également significatif ?

Voici les inquiétudes qui motivent mon mémoire, que j’essaie d’orienter vers les tentatives de De Salins : sortir de la tradition scolaire pour avancer vers une meilleure compréhension de la grammaire afin d’améliorer mes (nos) pratiques pédagogiques par rapport à ce sujet. Ce travail doit absolument passer par la prise de conscience de mes croyances et la réflexion sur mes choix didactiques.

 

  • De Salins, G.-D, Grammaire pour l’enseignement/apprentissage du FLE, Les Editions Didier, 1996
  • Langacker, R. W., Essentials of cognitive grammar, Vol I, Oxford University Press, New York, 2013

* “Having spent most of my life investigating grammar, I am quite aware that this passion is not shared by the general populace. Let’s face it –grammar has a bad reputation. […] It doesn’t have to be this way. Grammar is actually quite engaging when properly understood. […] grammar is meaningful.”

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts

Compte rendu de l’ouvrage « La classe d’accueil : un dispositif au carrefour des logiques complexes » de K. Cuko

Image prise de Google Images.
Image prise de Google Images.

K.Cuko- la classe d’accueil un dispositif au carrefour de logiques complexes

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

L’interculturel en classe de langue : Initiation à une réflexion!

La diversité culturelle demeure une réalité à laquelle nous ne pouvons échapper. Un contexte dans lequel l’école est désormais au cœur des enjeux culturels dont le devoir est de voir quel individu elle peut, elle veut et elle doit former pour la société de demain. Cette dernière doit être à l’image de la société afin de développer le savoir vivre ensemble en dépit des différences linguistiques, sociale ou éthique.

Pour ce qui est de l’enseignement des langues étrangères, objet de nos différentes recherches, l’objectif se veut de préparer l’apprenant à la rencontre de l’autre qui dispose d’une culture qui lui est inconnue. Pour un tel objectif, la question qui se pose est comment peut-on, ‘nous’, comme futurs enseignant(e)s de français langue étrangère, garantir la cohabitation entre des Êtres de différentes cultures qui se trouvent sur un même espace (notamment la classe de langue) ?

De nombreuses recherches s’accordent pour dire que l’interculturalité peut aider à réaliser cet objectif d’où le concept de l’éducation interculturelle et la nécessité de développer la compétence interculturelle chez l’apprenant.

Cette réflexion sur la notion d’interculturalité en classe de langue m’a permis de faire un retour sur la prise en compte du concept d’interculturel par les programmes scolaire d’enseignement du français en Algérie. En effet, d’après mon expérience en tant qu’enseignante de français au secondaire en Algérie, j’ai pu constater que les contenus du programme d’enseignement de la langue française sont davantage enfermés dans des compétences linguistiques toute en négligent l’aspect culturel de la langue enseignée. Même si l’éducation nationale adopte comme approche pédagogique la perspective actionnelle « une approche pédagogique proposée par le CECRL ‘Cadre européen commun de référence pour les langues’. Sachant que la prise en compte de la composante culturelle dans l’enseignement des langues étrangères demeure un principe primordial de l’approche actionnelle car « Les langues sont un trésor et véhiculent autre chose que les mots. Leur fonction ne se limite pas au contact et à la communication. Elles constituent d’une part des marqueurs fondamentaux de l’identité, elles sont structurantes d’autre part de nos perspectives » (SERRE M., Atlas, Flammarion, Paris, 1996, P.112).

En somme, la présente problématique reste loin d’être close, cependant il est bien indispensable de noter que  l’enseignement d’une langue étrangère doit avoir pour but de former un citoyen du monde capable de s’intégrer aisément dans une société multiculturelle et multilingue, il est nécessaire de lui apprendre dès le jeune âge à relativiser ses valeurs et sa culture, lui apprendre à se décentrer afin de comprendre l’autre et cohabiter pacifiquement avec lui. Cette éducation interculturelle prend tout son sens dans l’ère de la mondialisation où l’éducation interculturelle devient la clé d’une coexistence pacifique entre les citoyens du monde.

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche. Parcours: * Diplôme de professeur d'enseignement secondaire de langue française à l'ENS d'Oran (Algérie). * Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Retour en arrière : (re)penser son mémoire

Fêtes de fin d’année, bilan de ce qui a été fait durant toute cette année et donc bilan sur mon (son) mémoire.

J’avais déjà écrit un billet concernant le sujet de mon mémoire (lien : https://arlap.hypotheses.org/7172 ), et en cette fin d’année, je reviens sur mon sujet puisque celui-ci s’est centré davantage sur un aspect en particulier.

Le bilinguisme a déjà été traité et retraité à de nombreuses reprises (Grosjean, Paradis, Hagège, et bien d’autres encore). De nombreux travaux ont montré l’avantage des enfants bilingues sur les enfants monolingues, leur capacité à se décentrer plus facilement lors de l’apprentissage d’une nouvelle langue, leur capacité à s’approprier et à analyser la structure d’une nouvelle langue, etc.

Mais, quels sont les effets de l’apprentissage d’une langue d’héritage typologiquement éloignée chez des enfants bilingues ? Quel est l’impact de l’input familial ?

Il s’agira ici d’étudier le cas particulier d’enfants coréens (4-6 ans) scolarisés en France (contexte hétéroglotte) mais qui suivent des cours de coréen un jour par semaine pendant quatre heures.

Comme les enfants ont un de leur parent coréen ou les deux, cet enseignement correspondrait à l’acquisition d’une de leurs langues maternelles (le français d’une part et le coréen d’autre part). Il serait donc intéressant de s’intéresser à ce contexte particulier où les enfants ont un lien très fort avec cette langue (langue familiale), l’une des motivations subjacentes à cet apprentissage serait donc de développer (de renforcer) ce lien avec cette langue ainsi que de pouvoir communiquer avec les membres de leur famille (même si ce ne sont que des enfants il pourrait être intéressant de prendre en compte cet aspect-là, notamment le rôle des grands-parents, Hagège, 1996).

Il est aussi important de prendre en compte le facteur de l’âge comme l’a démontré D. Gaonac’h[1] et comme nous pouvons le voir aussi à travers les travaux de Florin A. [2](2003) : à chaque tranche d’âge correspond un développement spécifique à l’âge de l’enfant. Pour la tranche d’âge que je vais observer, il y a deux catégories que Florin établie :

  • « les enfants de 4-5 ans : sur le plan social et affectif, l’enfant comprend l’état mental d’autrui, il joue à des jeux de compétitions, il se reconnaît comme étant un garçon ou une fille. Sur le plan cognitif, il est attentif à sa performance, il est capable de classifier et de sérier. Sur le plan langagier, il produit des demandes indirectes et des justifications, il comprend le comparatif, l’identité et la différence. »
  • « les enfants de 5-6 ans : sur le plan social et affectif, l’enfant sait se contrôler, il choisit ses amis et négocie avec l’adulte. Sur le plan cognitif, nous pouvons noter le début de la conversation (il comprend que la grandeur d’une collection d’éléments reste la même quelle que soit la manière dont elle est présentée), il sait dessiner et écrire son prénom. Sur le plan langagier, il produit des énoncés de 5 à 6 mots, il peut répondre au téléphone, cet âge correspond au début de la lecture logographique, il peut identifier les rimes et comprendre environ 2500 mots. »

Dans cette étude, en plus de prendre en compte le facteur de l’âge, je prendrai aussi en compte le facteur de l’environnement social en classe et à la maison. Il serait intéressant de voir, à travers des entretiens et des questionnaires que les parents devront remplir, dans quelle langue les parents parlent à l’enfant , à quel acte de parole est associé telle ou telle langue. Est-ce que les deux parents coréens ne parlent qu’en coréen à leur enfant en mettant de côté la langue de la société dans laquelle ils vivent ? Ou, parlent-ils à l’enfant en français tout en se parlant entre eux en coréen en présence de l’enfant (ce qui est un avantage pour l’enfant, notamment par rapport au crible phonologique) ? Concernant les couples mixtes, l’enfant associe-t-il une des deux langues à un parent en particulier (« one parent – one language ») ? Par exemple, si le père est d’origine coréenne, l’enfant va-t-il parler systématiquement (mécaniquement, automatiquement) à son père en coréen et donc à sa mère en français (si sa mère est d’origine française) ? Dans ce même cas, les parents se parlent-ils en anglais en présence de l’enfant ou bien en français ou en coréen ?

Il est intéressant aussi de ce point de vue de demander aux parents l’ordre d’apprentissage des langues (coréen et français en même temps ? ou d’abord le coréen pendant les premières années qui ont suivi la naissance de l’enfant, ou en français ? autre contact avec une autre langue ?) qui pourrait justifier certaines « interférences » au vu du background langagier de ces enfants.

Toute cette analyse consisterait à répondre aux questions suivantes :

  • Quels sont les avantages du bilinguisme dans le cas de deux langues éloignées aussi bien graphiquement que phonologiquement ?
  • Pourquoi enseigner une langue si éloignée en France ? Quels arguments avancés pour que cet apprentissage se généralise ?
  • Comment enseigner / faire acquérir cette langue à des enfants suivants un cursus scolaire totalement en français ?

A travers cette analyse, j’aimerais montrer les différences entre l’apprentissage du coréen en France et en Corée du Sud, montrer que le lien familial que les enfants ont avec cette langue est en soit une motivation très particulière et très forte, ainsi que les effets positifs de l’apprentissage précoce du coréen (et donc ici, du bilinguisme). Ce que j’aimerais aussi montrer c’est l’intérêt d’apprendre une langue différente de notre langue maternelle, je pense, en effet, que cela permet de mettre en œuvre des parties de notre cerveau ou de notre gorge (pour la production des sons) qui ne sont pas habituées à être utilisées. Cela serait donc intéressant d’envisager de mettre en place de nouvelles classes qui dispensent l’enseignement du coréen –ce qui pourrait renforcer les liens d’amitié franco-coréens.

 

[1] Gaonac’h D., (Janvier 2002). « L’enseignement précoce des langues étrangères », Sciences Humaines, n°123.

Gaonac’h D., (2006). L’apprentissage précoce d’une langue étrangère, Paris : Hachette Education.

[2] Florin A., (2003). Introduction à la psychologie du développement. Enfance et adolescence. Paris : Dunod, Les Topos.

BIBLIOGRAPHIE

Benmamoun E., Montrul S. & Polinsky M., (2013). « Heritage language and their speakers : Opportunities and challenges for linguistics », Theorical Linguistics, n°39 (3-4), pp. 129-181.

Boysson-Bardies B., (1996). Comment la parole vient aux enfants, Paris : Odile Jacob.

Bruner J.-S., (1983). Le développement de l’enfant : savoir faire, savoir dire, Paris : PUF.

Cummins J., (1981). « The role of primary language development in promoting educational success for language minority students », in California State Department of Education (Ed.), Schooling and minority students : a theorical framework, pp. 3-49, Los Angeles, California State University.

Cummins J., (1991). « Interdependence of first- and-second-language proficiency in bilingual children », in Bialystok E. (Ed.), Language processinf in bilingual children (pp. 70-84), Cambridge , Cambridge University.

Cummins J., (2000). Language, power and pedagogy, Bilingual children in the crossfire. Multilingual Matters, Clevedon.

Gaonac’h D., (1987). Théories d’apprentissage et acquisition d’une langue étrangère, Paris : Hatier.

Gaonac’h D. (coord.), (1990). Acquisition et utilisation d’une langue étrangère : l’approche cognitive, Paris : Le Français dans le monde – Hachette.

Gaonac’h D., (Janvier 2002). « L’enseignement précoce des langues étrangères », Sciences Humaines, n°123.

Gaonac’h D., (2006). L’apprentissage précoce d’une langue étrangère, Paris : Hachette Education.

Grosjean F., (1982). Life with Two Languages: An Introduction to Bilingualism. Cambridge, Mass : Harvard University Press.

Grosjean F., (1984). Le bilinguisme : Vivre avec deux langues. Bulletin de Linguistique Appliquée et Générale de l’Université de Besançon (Bulag), 11, 4-25 ; and Travaux Neuchâtelois de Linguistique, (Tranel), 7, pp. 15-42.

Grosjean F., (1987). Vers une psycholinguistique du parler bilingue. In Lüdi, G. (Ed.). Devenir Bilingue – Parler Bilingue. Tübingen : Niemeyer.

Grosjean F. & Py B., (1991). La restructuration d’une première langue : l’intégration de variantes de contact dans la compétence de migrants bilingues. La Linguistique, 27, pp. 35-60.

Grosjean F., (1997). The bilingual individual. Interpreting, 2(1/2), pp. 163-187.

Grosjean, F. (1999). « Le bilinguisme : une compétence communicative à part entière », Educateur Magazine, 12, pp. 18-21.

Grosjean F., (2015). Bicultural bilinguals. International Journal of Bilingualism, 19(5), pp. 572-586.

Grosjean F., (2015). Parler plusieurs langues : le monde des bilingues. Paris : Albin Michel.

Hagège C., (1996). L’enfant aux deux langues, Paris : Odile Jacob.

Hamers J. F. & Blanc M., (1983). Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles : Mardage.

Kim K.-M., (2014). « L’effet conjugué du contacte national et du genre sur la (non) transmission des langues dans les familles mixtes en Corée du Sud », Langage et société 2014/1 (n°147), pp. 51-66.

Kohl M. et al., (2008). « Bilinguisme et troubles du langage chez l’enfant : étude rétrospective », La psychiatrie de l’enfant 2008/2 (Vol. 51), p. 577-595.

Kondo-Brown K. & Brown J. D., (eds.) (2007). Teaching Chinese, Japanese and Korean Heritage Language Students : Curriculum needs, materials and assessment, New York : Lawrence Erlbaum.

Song M.-S. et al., (1997). « The Learning and Teaching of Korean in Community Schools ». The Korean Language in America, vol. 2, pp. 111–127.

Titone R., (1974). Le bilinguisme précoce, Bruxelles : Ch. Dessart.

Wallon H., (1941, rééd, 1995). L’évolution psychologique de l’enfant, Paris : Armand Colin.

Zirotti J.-P., (2006). « Enjeux sociaux du bilinguisme à l’école », Langage et société 2006/2 (n° 116), pp. 73-91.

 

 

 

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

un entretien imaginaire

Dans un bureau de l’une des universités de Paris, le matin à 10H30, par un sombre jeudi de Novembre, il fait du vent dehors. Un entretien entre une étudiante et son directeur de mémoire commence :

L’étudiante : Excusez-moi, puis-je entrer ?

Le professeur : Oui, bien sûr !

E: Bonjour monsieur, vous vous souvenez ? Je vous ai écrit un émail avant-hier pour demander un rendez vous avec vous.

P: Ah, oui! Assieds-toi !

E: Merci.

P: C’est la première fois qu’on se rencontre, non ?

E: Oui. En fait, je n’ai pas pu m’inscrire à votre cours le semestre précédent, parce que votre cours était plein. C’était vraiment dommage puisque les contenus du cours ont un lien fort avec mon sujet de mémoire. Cependant, une bonne chose c’est que vous enseignez aussi le cinéma aux étudiants de DUEF, donc, j’ai l’occasion d’aller observer vos cours! C’est formidable! Mais, il faut que vous soyiez d’accord.

P: Ben… Oui, pourquoi pas? C’est une bonne idée, si ça t’aide.

E: Merci beaucoup ! J’ai de la chance !

P: Alors, dis-moi tu as déjà commencé à faire ton plan de mémoire ou non?

E: Non, ce n’est pas exactement ce que j’ai fait. J’ai commencé à emprunter des livres concernant l’histoire du cinéma, et la relation entre le cinéma et l’enseignement du FLE, etc. pour fonder la base de mes connaissances.

P: C’est bien que tu aies déjà commencé à recueillir des données !

E: Merci ! Cependant, j’ai eu un problème pour réduire mon sujet. C’est-à-dire, je n’arrive pas à limiter mon sujet de mémoire, c’est trop large. Est-ce que je dois me focaliser sur l’image ou bien sur le son, ou encore sur l’image et le son qui fonctionnent ensemble. Je suis complètement perdue.

P: Ne t’inquiète pas, je suis là pour t’aider. Maintenant, le problème n’est pas de réduire ton cadre de sujet, mais, plutôt qu’est-ce que tu veux et qu’est-ce que tu veux développer ? dans quel contexte et dans quel but ? Quel est ta motivation d’enseignement du FLE? Alors, est-ce tu as des expériences dans ce champ?

E: Euh… ( l’étudiante a des sueurs froides) toutes les questions que vous m’avez posées ne sont pas claires pour moi….mais le contexte, oui ! L’expérience….

P: (le professeur lui coupe la parole) Puisque c’est la première fois que tu me racontes ton sujet, j’ai plein de questions en tête. Je te pose une question, dis -moi, ‘c’est quoi le cinéma et le film? Quelle est la différence entre les deux termes, à ton avis?

E: euh… je n’ai jamais pensé à ça… à mon avis, le cinéma est le contenant, mais le film est le contenu ??? Ou bien, le cinéma est un art du spectacle, il est désigné comme le septième art. Par contre, le film est œuvre cinématographique… Je suis toujours superficielle, je ne peux pas aller au fond des connaissances….(L’étudiante est très désespérée.)

P: Je n’ai pas la réponse non plus, il faut que tu cherche à répondre et à comprendre. Du coup, il ne faut pas être négligeable le fonctionnement audiovisuel dans l’enseignement du FLE. Jusqu’à maintenant, tu n’as pas mentionné ce terme-là. Donc, vas chercher, l’utilisation audiovisuelle peut contribuer à l’enseignement du français dans classe de FLE. Donc, pour toi, ou pour n’importe qui, avant de rédiger son mémoire, il faut réfléchir beaucoup, c’est-à-dire, il faut former une ligne de concepts systématiques ayant des liens forts entre eux. Donc, pour le moment, il faut que tu me donnes un plan du mémoire, le contexte ou le terrain, quelles méthodologies vont s’adapter au besoin dans le champ concerné, etc.

E: Vous avez raison, monsieur. Je ne sais presque rien dans ce champs.

P: je sais que tu as peut-être besoin encore de références , alors, je te le donne maintenant.

E: Oui, c’est vrai. Merci beaucoup, monsieur !

P: De rien!

E: Ah, je viens d’avoir une idée ! Je pense que je vais faire aussi une enquête sur l’utilisation du film pour apprendre le vocabulaire ou favoriser la compréhension orale et écrite, quelles choses comme ça…

P: c’est bien que tu y pense! Mais n’oublie pas de ne pas aller trop loin de ton sujet de mémoire.

E: Oui, d’accord. Je pense que je vous dérangerai après. Le prochain RDV sera quand? Je vais faire des efforts pour penser et effectuer ce que je peux faire pour mon mémoire.

P: Très bien ! Alors, dans une semaine, le même endroit et la même heure, ça te va ?

E: Oui, super! Merci, monsieur ! À la prochaine !

P: Entendu ! À la prochaine !

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts