Archives de catégorie : 1. Recherches et problèmes

Champs et problèmes de la didactique des langues

Sur la mésestimation du pouvoir représenté par un simple carnet et un petit crayon : digression

« Lui est encore là, à l’abri, avec, dans une poche de sa vareuse, un carnet, un gros crayon, et le papier de la caisse des retraites »

– Francis Ponge

 

Placez-vous en quelque lieu de passage et prenez des photos alentour, les chalands vous jetteront des regards noirs ou se masqueront le visage ; filmez et vous constaterez les mêmes hésitations ou rejets ; faites de même avec un micro, les passants changeront de trottoir ou soudain baisseront la voix ; posez votre chevalet, saisissez votre palette et brandissez votre pinceau, des badauds viendront immédiatement se planter derrière vous demander bêtement : « vous peignez quoi ? ». Asseyez vous, prenez un carnet et un crayon, notez[1] et… Personne ne vous remarquera ni ne vous embêtera ni ne vous esquivera. Vous aurez alors tout le loisir de contempler le monde, de le penser, de le restituer et ainsi de vous réaliser.

Continuer la lecture de Sur la mésestimation du pouvoir représenté par un simple carnet et un petit crayon : digression

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Une étudiante chez les docteurs : compte-rendu de la journée d’étude CLIODIL

 

Dans la salle Athena de la Maison de la recherche rue des Irlandais, les doctorantes de la Sorbonne Nouvelle s’apprêtent à prendre la parole pour présenter leurs recherches, des travaux qui mettent en parallèle les notions de contexte/contextualisation et historicité/historicisation. Nos chers professeurs ont endossés une nouvelle casquette, un rôle dans lequel on les connait peu : celui de chercheurs. Continuer la lecture de Une étudiante chez les docteurs : compte-rendu de la journée d’étude CLIODIL

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts

Écritures de la modernité : le jeu de go et l’Oulipo

Écritures de la modernité (séminaire d’équipe organisé par les doctorants de THALIM) ; séance du jeudi 15 mars 2018

 

Le jeu de go et l’Oulipo

Jacques Roubaud, Georges Perec et Pierre Lusson

 

Par Peter Consenstein, professeur à la City University of New York (CUNY)

 

Compte-rendu

 

Peter Consenstein, grand spécialiste de l’Oulipo et particulièrement de Jacques Roubaud, prévoyait comme titre original pour sa communication : « engagement désengagé, désengagement engagé ». Pourquoi ce choix ? Parce que ce qui a attiré Consentein vers l’Oulipo était justement la façon que ses membres avaient de concevoir l’engagement autour de 1968, celle-ci s’opposant à l’approche révolutionnaire de nombreux intellectuels de l’époque, comme Simone de Beauvoir.

Continuer la lecture de Écritures de la modernité : le jeu de go et l’Oulipo

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Trois théories linguistiques russes de l’article : entre structuralisme et fonctionnalisme linguistiques

Dans ce chapitre de notre mémoire, nous voudrions présenter certaines idées des linguistes russes qui ont contribué à la description et à l’analyse du fonctionnement de l’article en français. Nous avançons l’hypothèse que certains postulats de ces théories ont été transposés dans les grammaires pédagogiques russes et, de cette façon, ils vont nous permettre de mieux analyser le discours grammatical que l’on trouve dans les manuels de grammaire et les méthodes de FLE édités en Russie.

Dans un premier temps, il est question de la théorie structurale de l’article français élaborée en URSS dans les années 60 par Youri Stépanov, docteur ès lettres, professeur de la faculté des Lettres de l’Université d’État Lomonossov de Moscou. Dans son ouvrage Structure de la langue française (1965), Y. Stépanov propose l’analyse de l’article français fondée sur deux indices différentiels : Continuer la lecture de Trois théories linguistiques russes de l’article : entre structuralisme et fonctionnalisme linguistiques

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Regard historique sur la description des articles en français

Les grammairiens français empruntent la notion d’article et le mot même au modèle métalinguistique gréco-latin. “Article” est la traduction littérale du mot latin articulus (il signifiait “jointure”) qui lui-même vient du grec. Depuis Aristote, la notion d’articulus regroupait tous les mots qui servent à relier entre eux les mots plus importants, c’est-à-dire qui les “articulent”. Cette classe comprenait des mots qui sont répertoriés maintenant comme articles, adjectifs, pronoms relatifs et prépositions.

Ce modèle métalinguistique décrivait les langues où il y avait des cas, c’est-à-dire selon leur fonction syntaxique dans la proposition, la forme morphologique des noms changeait (la terminaison des noms). Les grammairiens à un certain moment ont remarqué que ce type de modification morphologique n’était pas présent en français. En revanche, très souvent les noms étaient précédés de petits mots qui désignent leur fonction syntaxique. De cette façon, le, la, les sont généralement placés devant les noms qui, d’après la grammaire latine, sont au nominatif (la fonction syntaxique du sujet de la proposition) ou à l’accusatif (la fonction syntaxique de l’objet direct) ; à, au, et aux se trouvent devant les noms qui s’employeraient en latin au datif ; du, de la et des se rencontrent devant les noms qui seraient en latin au génitif ou à l’ablatif. À cause de l’homonymie grammaticale des formes nominales en latin, on utilisait des mots spéciaux pronomina articularia ou simplement articulari : hic (masculin), haec (féminin), hoc (neutre). Ces petits mots (ou particules) donnaient la possibilité de distinguer plus clairement le genre et le cas des noms. Selon H. Besse et R. Porquier, “il suffisait donc de considérer que les petits mots qui précédaient les noms français étaient eux aussi, des articulari, c’est-à-dire les articles du français, et que, comme leur équivalents latins, ils marquaient et le genre et le cas” (Besse et Porquier, 1991 : 34). Ainsi, les premiers grammairiens français ont essayé de décrire le français sur les mêmes principes que le latin et même trouvé des éléments qui n’existaient pas en français. Continuer la lecture de Regard historique sur la description des articles en français

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Conduire un entretien

Pour la seconde fois, j’ai conduit un entretien pour des raisons universitaires. Dans les deux cas, j’échangeais avec une seule personne et pourtant l’expérience a été plutôt différente. Je reviens donc sur ce second entretien au regard de mon expérience et de l’analyse que j’en avais faite pour Madame Molinié.

J’ai décidé d’avoir une discussion avec la mère d’une amie sur sa démarche enseignante en classe alors qu’elle aborde avec des classes de lycée le théâtre, les réécritures et les transpositions.

Continuer la lecture de Conduire un entretien

Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Les trois articles du français. La façon de présenter les formes des articles dans les grammaires françaises pédagogiques

Il s’agit de voir ce que le domaine des articles est devenu dans les descriptions successives proposées par les linguistes. Selon H. Besse et R. Porquier, “toutes ces descriptions, sauf les plus récentes, s’inscrivent dans le modèle métalinguistique gréco-latin, mais en raison du fait que le grec n’avait qu’un seul article et que le latin n’en possédait pas, l’application de ce modèle au domaine plus complexe de l’article français a posé et pose des problèmes délicats aux grammairiens” (Besse et Porquier, 1991 : 31). Nous observerons les descriptions différentes que proposent les linguistes en fonction des interprétations différentes qu’ils se font du modèle métalinguistique traditionnel, ou de modèles moins traditionnels. Continuer la lecture de Les trois articles du français. La façon de présenter les formes des articles dans les grammaires françaises pédagogiques

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Compte rendu de l’expérience de la pré-soutenance

Dans notre exposé intitulé « Comment construit-on le discours grammatical pédagogique ? », nous avons décidé de présenter nos recherches menées pour le mémoire de M2. Notre recherche s’intéresse à la construction du discours grammatical que l’on trouve dans des grammaires pédagogiques éditées hors de France et rédigées par des spécialistes non-francophones. Pour notre exposé, nous avons choisi l’exemple du Cours pratique de grammaire française de Popova I. et Kazakova J. C’est une grammaire pédagogique destinée en premier lieu aux étudiants des facultés des Lettres et des facultés des langues étrangères. C’est le seul manuel de grammaire française recommandé par le Ministère de l’Éducation national de la Fédération de Russie ce qui le rend obligatoire pour tous les étudiants apprenant le français comme objet de leur futur métier. Cette grammaire analysée est rédigée principalement en français, pourtant il y a parfois des commentaires en russe qui concernent surtout les problèmes de traduction du français en russe et vice versa. Cet ouvrage pédagogique voit son discours grammatical modifié par rapport à des grammaires du français produites en France. Nous avons choisi ce sujet parce que nous pensons que la réflexion sur les moyens de la construction du discours grammatical est une des question centrales dans la didactique de la grammaire.

En faisant de l’allemand nous avons trouvé une citation de Johann Wolfgang von Goethe qui nous a profondément marqué (Goethe, 1795) : Continuer la lecture de Compte rendu de l’expérience de la pré-soutenance

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

L’étranger intérieur – une conférence de Simon Coffey

Comprendre notre « étranger intérieur »
Une remise en question des discours sur le sujet interculturel et le problème de l’étranger

 

Compte-rendu

 

9mars_Affiche_Simon Coffey.jpg

Continuer la lecture de L’étranger intérieur – une conférence de Simon Coffey

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Les langues des écrivains : Afrique francophone & concept de Langue Maternelle en littérature

Séminaire doctoral « Langage et langues : description, théorisation, transmission »
Les Langues des écrivains

 

Compte-rendu

 

Responsables : Jean-Louis Chiss et Serge Martin

Lieu : Sorbonne Nouvelle, Campus Censier

Date : jeudi 8 mars

Interventions :

  1. « Langues et écritures des écrivains africains francophones », par Daniel Delas
  2. « Langue maternelle et autres : la familière étrangeté des métaphores familiales », par Anne Godard

Continuer la lecture de Les langues des écrivains : Afrique francophone & concept de Langue Maternelle en littérature

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Pré-soutenance : moment de partage et de réflexion

Hier, mardi 6 mars 2018, a eu lieu notre étape de pré-soutenance concernant le mémoire de recherche. Nous passions par groupe de trois et devions chacun présenter l’avancement de notre projet de mémoire en dix minutes suivies de questions, de conseils et de partage. J’ai assisté à la présentation de deux groupes (le mien et le suivant) et j’ai été ravie d’en apprendre davantage sur les projets de mes camarades, tous plus intéressants les uns que les autres.  Continuer la lecture de Pré-soutenance : moment de partage et de réflexion

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

« La différenciation pédagogique ; quels modes d’explication sociologique ? » de François Baluteau.

Étant un modèle réduit de la société, l’école réunit des apprenants d’origines et de cultures différentes ce qui entraine parfois des variations dans les savoirs à enseigner, les pédagogies d’enseignement et même dans les modes d’évaluation. Toutefois, un seul curriculum est censé être la référence de tout enseignement proposant les savoirs, les savoirs faire et les savoirs êtres à  développer chez les apprenants d’une société. Sans prendre en compte le facteur multiculturel omniprésent dans les écoles.

Philippe MEIRIEU reformule la problématique de l’hétérogénéité du groupe comme suit : « Comment gérer nos classes et nos établissements scolaires, comment les organiser pour que la diversité des établissements scolaires, comment les organiser pour que la diversité des itinéraires proposés y soit le gag de la réussite du plus grand nombre ? »[1].

Dans le domaine de l’éducation, les didacticiens s’accordent pour dire que la réponse la plus appropriée à ce genre de problématique est la pédagogie différenciée. En effet, face à cette diversité, l’enseignant aura comme solution l’adoption de la différenciation comme démarche pédagogique. Car, en effet, dans une telle approche pédagogique, « c’est l’élève qui apprend, à son rythme, en suivant ses propres modes de pensées. Les enseignants ne peuvent qu’aménager des situations didactiques, en espérant qu’elles seront fécondes, qu’elles se présenteront au bon moment, que l’élève voudra et pourra s’y investir »[2] tout cela dans un but essentiel qui est celui de favoriser l’apprentissage de tous les élèves.

En effet, Pour réussir sa tâche d’enseignement d’un savoir à ses élèves, l’enseignant se doit d’être un créateur d’outils ou de méthodes lui permettant de faciliter l’accès au savoir pour ses apprenants. Pour cela, l’enseignant dispose de différentes manières de faire et le choix est parfois difficile à prendre à cause de l’hétérogénéité de son public. Autrement dit, la classe réunit souvent des élèves de différents niveaux de compétences, appartenant à des cultures différentes ou encore ayant des situations  sociales distinctes.

Face à cette difficulté, les enseignants se voient contraints de procéder à des variations c’est-à-dire à faire des adaptations qui peuvent s’opérer sur plusieurs paramètres (le contenu des programmes, les  objectifs à atteindre, compétences à développer chez l’apprenant). Ces variations sont connues dans le domaine de la sociologie sous l’appellation de « différenciation pédagogique » qui se résume dans l’action de procéder différemment devant un public hétérogène auquel doit être dispensé un enseignement commun dicté par le curriculum.

Ainsi, la sociologie du curriculum oriente ses recherches vers le terrain d’application de ces textes officiels (curriculum officiel) afin de comprendre les motifs qui déterminent des variations pédagogiques opérées sur le curriculum réel.

Les facteurs favorisant la différenciation pédagogique :

  1. le facteur social :

Le milieu social auquel appartient l’élève demeure un facteur important qui oriente les choix pédagogiques de l’enseignent. Plusieurs études démontrent que les élèves qui viennent de milieux défavorisés (quartiers populaires, ZEP) ne bénéficient pas souvent d’un enseignement qui converge vers la réussite scolaire vue que ces apprenants disposent plus  d’un enseignement de valeurs et de savoir être pour les préparer à une meilleure insertion (intégration) sociale. En l’occurrence, les apprenants venant de milieux sociaux favorisés sont préparés à la réussite scolaire grâce à une meilleure préparation à la réflexivité et au savoir et savoir faire. Le développement des compétences est aussi bien structuré qu’efficace.

  1. Le facteur biographique de l’enseignant :

Les enseignants présentent tellement de caractéristiques  que l’étude des facteurs de différenciations  chez eux demeure presque impossible. Cependant, il y a certains caractéristiques qui ont été étudiés et qui ont  postulé sur une constatation selon laquelle le penchant politique de l’enseignant (gauche /droite) motive la variation pédagogique et impacte en grande partie les choix pédagogiques de l’enseignement (encadrement des apprenants, contrôle du travail écrit/ interaction..). Il est clair que la variation dépend plus de l’enseignant lui-même que des apprenants ou de la classe. C’est-à-dire que les caractéristiques intra-maitre influent sur le choix pédagogiques de ce dernier.

  1. les manuels scolaires :

Il est vrai que les manuels scolaires par leur diversité déterminent la différenciation pédagogique entre les établissements d’une région et d’une autre car le manuel reste un outil pédagogique qui facilite l’accès au savoir à travers des supports et des activités qui travaillent un objectif précis. Et par leur diversité, on assiste à une variation des objectifs et donc des compétences à installer.

Ce qui signifie que si les moyens sont différents cela veut dire qu’on risque de donner un enseignement divergeant qui ne garantit pas l’égalité dans la transmission des savoirs.

  1. Le nombre d’heures consacré à chaque discipline :

Il est important de signaler que l’importance accordée à chaque matière, expliquée par le nombre d’heure respectif à chaque matière)  reflète bien le profil de l’élève qu’on veut former. Dans les établissements favorisés, l’enseignement est axé sur les disciplines qui développent la reflexivité chez les apprenants (les maths,  sciences, physiques, chimie …), alors que  dans les établissements défavorisés, l’enseignement se focalise sur les matières qui développent les valeurs et les savoir être censés les aider à mieux se comporter dans leur société (histoire, art, musique, langues..).

Depuis longtemps, la quête d’une méthode propice et efficace pour l’enseignement a été l’objet des recherches menées par les spécialistes de l’éducation et plus précisément ceux qui se situent dans le champ d’étude de la pédagogie. Cependant, ces différentes études sur la pédagogie représentent un champ à la fois vaste et varié ce qui donne la possibilité d’une recherche à plusieurs niveaux et à chacun de faire ses choix.

[1] Philipe MEIRIEU, L’école mode d’emploi : des « méthodes actives » à la pédagogie différenciée, 2009, p.26.

[2]PERRENOUD Philippe, La pédagogie à l’école des différences, ESF, p. 126.

Référence électronique :

François Baluteau, « La différenciation pédagogique ; quels modes d’explication sociologique ? », Revue française de pédagogie [en ligne], 188/ juillet-aout-septembre 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 07 aout 2015. URL: http://rfp.revues.org/4541.

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche. Parcours: * Diplôme de professeur d'enseignement secondaire de langue française à l'ENS d'Oran (Algérie). * Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Globes. Architecture & sciences explorent le monde… Et si elles repensaient la salle de classe ?

L’exposition que la Cité de l’architecture et du patrimoine consacre aux globes m’a inspiré de nouvelles réflexions concernant l’espace dans l’enseignement, réflexions faisant suite à mon billet précédent où j’évoquais notamment l’idée de sortir de ces espaces.

Continuer la lecture de Globes. Architecture & sciences explorent le monde… Et si elles repensaient la salle de classe ?

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Les examens d’entrée à l’université taiwanaise

Comme le souligne Iris Chang (2005), le système éducatif taïwanais comporte trois étapes. La première correspond à l’enseignement préscolaire et aux neuf années d’enseignement obligatoire. La seconde coïncide avec l’enseignement secondaire, et enfin, la dernière correspond à l’enseignement supérieur. Si les élèves désirent atteindre cette troisième et dernière étape, ils doivent passer un examen d’entrée à l’université, pour le moins éprouvant.  Continuer la lecture de Les examens d’entrée à l’université taiwanaise

Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Genèse des textes, genèse des scripteurs : regards sur la langue dans l’écriture 

Le compte-rendu de cet article pourrait être utile à ceux et celles qui s’intéressent à l’écriture et aux aspects linguistiques de la rédaction des textes.

Présentation générale de l’article

L’article de Claire Doquet-Lacoste intitulé « Genèse des textes, genèse des scripteurs : regards sur la langue dans l’écriture  » est paru en 2004 dans l’ouvrage Écriture et sciences cognitives dirigé par Annie Piolat. Cet article présente de manière claire et précise le regard sur l’écriture « qui sort des cadres strictement communicationnels qui servent de balises dans bien des analyses de productions d’élèves  » (Doquet-Lacoste, 2004), l’auteur s’identifie clairement comme promotrice de cette vision de l’écriture. En utilisant des acquis de la linguistique énonciative (Fuchs, 1984), la chercheuse se focalise sur les formes langagières de l’énonciation et sur le sujet en tant qu’il énonce du langage. Dans son article, C. Doquet-Lacoste nous présente des tentatives d’analyser « l’activité de l’écriture, à partir des traces graphiques qu’elle laisse sur le papier ou sur l’écran d’un ordinateur  » (Doquet-Lacoste, 2004). L’auteur s’intéresse surtout à l’activité d’écriture en acte et non à son résultat, le texte final.  

De cette façon, Claire Doquet-Lacoste s’interroge sur l’existence de points communs dans l’activité de production de textes littéraires et scolaires, la possibilité de parler de l’écriture comme d’une activité globale, la présence d’étanchéité entre les pratiques littéraires et les pratiques scolaires et la possibilité d’analyser le sujet scripteur à partir des traces de la constitution du texte. Comme le précise l’auteur de l’article, ces questions ne reçoivent pas de réponse définitive, mais elles sont présentées dans le cadre de trois approches génétiques :      l’étude de manuscrits littéraires, de brouillons d’écoliers et de “films” d’écriture sur traitement de texte . Continuer la lecture de Genèse des textes, genèse des scripteurs : regards sur la langue dans l’écriture 

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts