Archives de catégorie : ouvrir des carnets

Tant qu’il y en a un pas loin

Latour prône quatre carnets, chacun avec une entrée différente. Chronologique, thématique, divagations et avis extérieurs. Aussi ses poches doivent être pleines et sa mémoire toujours à chercher dans quel carnet se trouve tel mot, tel citation ou autre date. L’avantage serait une organisation optimale. Encore faut-il l’avoir, cet esprit organisé qui permet la tenue de quatre carnets.

Je me limite pour ma part à un carnet, constitué de plusieurs carnets, même plus de quatre, mais disséminés parmi mes sacs à dos, de manière à en avoir toujours un à portée de main. Je les laisse traîner, retombe dessus plus tard. Une date et la note en question.  L’idée revient dans mon esprit. Je les laisse faire leurs chemins, y repense, les relis, les raye ou les entoure en rouge si elles prennent en importance. Mes notes se classent d’elles-mêmes. Si elles deviennent importantes, elles ressortent du fouillis des carnets qui sont au final, l’incarnation du fouillis de mon cerveau.

C’est donc un seul un seul recueil. Il rejoint le chiffre quatre de Latour par sa division et c’est tout. Il sert d’agenda, de dictionnaire, de récapitulatif, de créations, d’observations, de divagations. Il y a des interludes humoristiques, des croquis, des schémas…

Le plus important avec mes carnets, c’est que je les sache près de moi, au cas où.  Dans la poche de la veste, dans le sac, sur le bureau. Je laisse traîner stylos et crayons pour la même raison. L’idée ne peut pas s’échapper, la citation, la référence restent dans les carnets .

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, 2006, p. 194-197.

Brieuc.Jicquel

Licencié en LLCE études lusophones, actuellement en m2 didactique des langues à la Sorbonne Nouvelle après un stage Campus France en Mongolie.

More Posts

Création Assistée par Carnets

J’étais là il y a quatorze ans, deux fois sept ans de réflexion… C’est bon, sept fois je devrais être prête…

J’étais là donc, en 2002. Palindrome historique. J’étais là, mais j’y suis pas restée longtemps. Je suis même partie assez vite, après m’être perdue un peu dans la vie, un peu dans des lectures. J’étais là mais j’avais pas achevé le mémoire. Je n’avais même pas validé les séminaires. Partir. Loin des classes et des cahiers. Partir. Voir le monde. Je suis partie en claquant la porte, sans que personne ne s’en aperçoive, dans la fougue d’un coup de tête. Aucun regret. Mais je reviens. Finir ce que j’ai commencé.

En ces temps-là, je n’ai souvenance d’aucun séminaire méthodologique de rédaction du mémoire. Nous étions livrés à nous-mêmes pour achever (ou pas) notre DEA. Qui s’appelle maintenant un Master 2. Ce seul détail terminologique m’impressionne et me rassure à la fois : c’est différent, donc c’est pas pareil.

Et puis en 2016, je trouve un séminaire de méthodologie. Et l’on m’y parle de Bruno LATOUR. Dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, pp. 194-197), il nous invite à juxtaposer simultanément deux démarches d’investigation jumelées pour adopter une posture de rédacteur-reporter et « tenir un journal de tous nos mouvements », apposée à celle du chercheur qui n’oubliera pas « la production même du compte rendu ».

Quatre carnets pour organiser, entreposer, accompagner, témoigner des recherches.

Quatre auxiliaires qui sauront supporter le processus de création à l’oeuvre.

Je ferai des quatre carnets, quatre points cardinaux, mes quatre vents, des repères dans la nuit, et puisque seule, je me suis perdue, je vais oser la confiance. Je vais m’en remettre à cet homme que je n’ai jamais vu, que je ne verrai probablement jamais, et advienne que pourra. Pour le moins, je pourrai l’accabler dans le cas où j’échoue sur une plage des Caraïbes en 2017… ou le remercier…

De mémoire, comme, je n’ai pas su, seule, m’en sortir,

Je m’en remets, innocemment, au sieur Latour,

Pour voir si quatorze ans et quatre carnets plus tard,

J’peux incarner un mémoire aux quatre-quarts né.

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Un mémoire, un carnet, des données, Bruno Latour… Mes premières idées

Le travail d’un chercheur est motivé à la fois par des inquiétudes et des idées qui prennent la forme de questions. Cette motivation n’est jamais toute seule, elle est accompagnée d’une grande passion, d’une curiosité et d’une crainte : comment commencer l’écriture de ma recherche ? Comment organiser toutes ces idées qui occupent déjà une place dans mon esprit ? Quelle méthode suivre pour réussir ce projet ?

Bruno Latour part du principe que « tout fait partie des données »1 et que, tout en étant méthodique et créatif, il faut savoir comment organiser cette pluie d’information pour pouvoir l’utiliser. Il propose l’usage de quatre carnets qui permettront de classifier les données et de tenir compte de l’évolution de la recherche. Le premier est un agenda-calendrier, le deuxième sert à collecter des informations (idées, références, etc.), le troisième est consacré aux essaies d’écriture, le quatrième est l’espace pour les réflexions issues des retours et réactions des autres.

Il s’agit d’une méthode très intéressante mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette manière de faire. D’abord, je crois que tout ne peut pas faire partie des données ; je pense plutôt que n’importe quoi pourrait en devenir une. En ce sens, le premier pas consiste à apprendre à distinguer l’information qui pourrait être utile de celle qui ne l’est pas et qui pourrait donc porter à confusion. Ce n’est pas un travail facile, bien évidemment ! Pourtant, prendre note seulement de ce qui est important, peut faciliter le triage et traitement des données.

Quant aux carnets, il me semble plus pratique d’avoir uniquement un petit cahier que je pourrai porter partout et qui me permettra d’avoir sur moi toutes les notes concernant mon mémoire. En noir, je noterai des idées, questions, citations, références ou toute autre information que je trouverais ou que me viendra à l’esprit spontanément. En vert, j’écrirai ce que j’ai à faire, par exemple, des modifications, des choses à ajouter, etc. En marron, je mettrai les commentaires de mes camarades, amis, professeurs, directeur de mémoire, et autres. Ceci me paraît fondamental pour avoir une approche différente du déroulement de mon travail.

 

  1. Bruno Latour, Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris, La découverte, « Armillaire », 2006. Chapitre 5 : Rédiger des comptes rendus risqués, pages 194-197

Salomé Molina Torres

Etudiante en M2 Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde, Paris 3

More Posts

« Ce que tu sèmes est ce que tu récoltes »

Billet 1

Après avoir lu le texte de Labour, j’étais amené à penser au fameux proverbe aux Philippines « Ce que tu sèmes est ce que tu récoltes », d’où ma décision de m’en servir comme titre de ce billet. La décision d’utiliser ce proverbe vient du fait qu’il reflète plus, pour moi, les réalités de la recherche. Comme ce que m’évoque ce proverbe, le travail d’un/e chercheur/se ressemble à celui d’un/e agriculteur/trice. C’est parce que, comme ce/tte dernier/ère, la première étape se déroule en choisissant les bonnes graines à semer pour pouvoir récolter les bons blés. En recherche, le recueil de « bonnes » données se place aux premiers rangs des étapes. Mais, d’après moi, également important est ce que nous faisons après avoir semé et avant la récolte ou, en d’autres termes, la phase de « suivi ». Je ne crois pas qu’il s’agisse toujours de questions de bonnes ou mauvaises graines. Les bonnes graines périssent aussi quand on ne les arrose pas ou les « fertiliser ». Le recours donc aux carnets se révèle très utile car, en les utilisant, je peux modifier, raffiner, peaufiner, enrichir ma recherche et, voire, en relever les « gestes ».
Pour moi, le défi ultime auquel fait face un/une chercheur/se est la question de graines à semer et les produits à récolter. Quelle/s graine/s? Comment qualifions-nous une « bonne » graine ? Quel type de produit visé ? Dans le domaine de la recherche, nous sommes confronté/es à un monde qui est bombardé d’idées, de notions, de concepts et mêmes ces mots peuvent être aussi mis en question. Je peux voire m’interroger sur les différences entre ces mots récurrents en recherche. Mais comment choisissons-nous réellement le bon sujet ? Cela se fait bien évidemment en fonction de nos intérêts. Mais comment qualifions-nous ces intérêts ? Quels sont vraiment les sujets qui m’intéressent ? Comment puis-je qualifier tel intérêt pour être sur que la recherche se fonde sur le réel ? Comment puis-je délimiter le sujet ? Quels sont les facteurs déterminants ? les variables ? Recherche purement qualitative ? Recherche hybride (quantitative et qualitative ? Voilà quelques questions préliminaires qui peuvent bien, selon Latour, « nourrir notre source d’inquiétude » dans Changer de société, refaire de la sociologie (La découverte, 2006, p. 194). , En m’inspirant des carnets proposés par Latour, je peux désormais commencer à répondre, même si de manière non-définitive, à ces questions. Quant à moi, j’organise mes carnets en partant de 4 carnets (à dater):
1. Problématique : Je dédie un carnet à la formulation de la problématique de mon sujet étant donné que mon sujet de départ reste toujours à délimiter, reformuler, raffiner et modifier. Je vais y mettre des schémas théorique et conceptuel pour la cerner ;
2. Citations et éléments bibliographiques : Je vais y classer les ouvrages auxquels je me réfère non seulement par ordre chronologique mais aussi en fonction des disciplines impliquées ;
3. Terrain (enquêtes, personnes interviewées (y compris leurs réactions) : La documentation du recueil de données et les méthodes employées sont à garder dans ce carnet.
4. Réflexions/ Compte-rendu : Ce carnet a pour objectif de me permettre de consolider mes connaissances à partir des lectures pour faire évoluer ma problématique et pour analyser les remarques issues du terrain.
Avoir un bon sens de l’organisation est sans doute bénéfique si nous voulons atteindre un objectif dans la vie. En tant qu’enseignants (ou futurs enseignants) de FLE, c’est une qualité indispensable pour fournir un environnement favorable non seulement à l’enseignement mais aussi à l’apprentissage de FLE.

Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris,
La Découverte, « Armillaire », 2006, pg. 194

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Trois carnets pour un mémoire

Dans le chapitre 5 de son ouvrage Changer la société, Refaire de la sociologie, Latour propose de tenir quatre carnets durant l’intégralité de la recherche et la rédaction d’une thèse. Le premier carnet, intitulé « carnet de bord », relate l’ensemble des évènements quotidiens qui participent à l’élaboration de la thèse : les rendez-vous, la rédaction, les diverses difficultés à parvenir aux objectifs fixés (…). Le second carnet comporte les diverses informations collectées et classées chronologiquement. Il est important que les diverses informations puissent être reclassées de diverses façons. Le troisième carnet permet au chercheur de poser à l’écrit diverses idées, des ébauches de paragraphes et tout ce qui pourrait être utile lors de la rédaction de la thèse. Dans le dernier carnet, Latour propose de relater les divers effets que le compte rendu a produit sur les personnes qui en ont pris connaissance.  En effet, cela confère à ce carnet « une action performative ».

Selon moi, le premier carnet proposé par Latour est indispensable afin d’observer l’évolution de son travail pas à pas. Il permet de remonter le temps et de se rendre compte des rencontres/lectures qui ont été décisives dans l’élaboration de notre recherche. C’est pourquoi, dans le cadre de mon mémoire, j’ai choisi de tenir un premier carnet dont la fonction se rapproche de celle proposée par Latour.  Il s’intitulera « Mon journal de bord »  et dans lequel j’inscrirai le travail réalisé au jour le jour, mes ressentis, les difficultés, les échecs et les avancées.

Mon second carnet, que je nommerai « échanges », relatera ce qui est dit lors des rencontres avec mon directeur de recherche, les divers conseils donnés, les améliorations suggérées et les objectifs fixés entre chaque rendez-vous. Lors de la rédaction, je pourrai m’y référer afin de me remémorer avec exactitude ce qui a été dit des précédents rendez-vous.

Mon troisième et dernier carnet aura une fonction similaire au troisième carnet proposé par Latour. Intitulé « premiers jets », il me permettra de noter des idées, des mots, des phrases voire des paragraphes, au moment où je les pense pour ne pas les oublier et qu’ils soient perdus. Par la suite, ces éléments seront intégrés ou non à mon mémoire, en fonction de leur degrés de pertinence.

J’ai choisi de travailler sur des petits carnets papier, de la taille de ma main, afin de pouvoir y avoir recours n’importe où, n’importe quand. Petits et discrets, ils se glissent dans le sac ou dans une poche et ne dépendent ni de la wifi ni d’aucune batterie.

 

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

Direction mémoire : mon enquête, mes informations, ma plume et les autres

Pour commencer, je voudrais dire que j’appréhendais beaucoup la préparation de la rédaction de mon mémoire. Je ne savais pas trop comment m’y prendre d’un point de vue méthodologique avant de lire l’extrait de Latour. Il nous parle donc dans « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets » (dans le Chapitre 5 : cinquième source d’incertitude : rédiger des comptes rendus risqués) de la méthodologie qu’il recommande afin d’entrer dans la conceptualisation d’un mémoire. C’est une recommandation qui dépend de chaque individu parce que chaque personne a sa propre façon de travailler, sa propre méthode.

Tout d’abord, je n’avais jamais pensé à faire cette recherche sous forme de carnets. Je pense que j’aurais fait comme d’habitude : c’est-à-dire tout écrire sur une feuille (plusieurs feuilles) et numéroter en fonction des idées qui vont dans le même sens (me connaissant, je pense que j’aurais perdu quelques-unes de ces feuilles…). Je pense donc que l’idée des carnets est une très bonne idée dans la mesure où cela permet déjà de faire un travail d’organisation dès que nous voulons commencer à écrire. Nous ne faisons pas qu’écrire mais nous commençons déjà à réfléchir.

Le premier carnet, le carnet de bord de l’enquête, portera le nom « mon enquête ». Dans ce carnet, j’écrirai donc « les rendez-vous, les réactions des autres vis-à-vis de l’enquête, la surprise éprouvée face à l’étrangeté du terrain, etc. ». Ce premier carnet concernera donc mon terrain, mon enquête, mon « moi ».

Le deuxième carnet, qui servira donc à la « collecte de l’information datée chronologiquement et classées dans des catégories », s’intitulera « mes informations ». Je pense qu’effectivement, il est très intéressant d’inscrire les dates parce que cela permet de comparer l’évolution de nos recherches et de les mettre en parallèle dans certains cas.

Le troisième carnet, « ma plume », concernera donc les essais d’écriture. Ce carnet sera ma plume, mon « chez-moi » où j’écrirai des phrases pour commencer déjà à me mettre dans le processus de la rédaction de mon mémoire.

Le dernier carnet, « et les autres ? », est pour moi l’un des plus intéressants et auquel je n’aurais pas pensé. En effet, je n’aurais pas pensé à écrire la réaction des personnes parce que certains sujets peuvent provoquer certaines réactions et ces réactions peuvent justement influencer (ou non) nos travaux. Un regard extérieur peut toujours aider à voir de nouvelles choses ou à voir ce que notre travail produit sur eux et sur soi-même.

Même si j’ai toujours de l’appréhension quant à la recherche et à la rédaction de mon mémoire, je commence déjà sur une voie plus organisée avec ces quatre carnets (et peut être plus après).

BIBLIOGRAPHIE

Bruno Latour, (2006). Changer de société, Refaire de la sociologie, Paris : La découverte, p. 194-197.

Johanna Clausse

Diplômée d'une licence de coréen et d'une licence de didactique du FLE. Actuellement étudiante en Master 2 de didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts

Mes carnets de route : vers une pratique de recherche !

L’idée générale d’entamer un travail de recherche, se construit principalement à partir d’un ensemble d’interrogations et de questions qui nous interpellent au cours d’une formation ou lors d’une expérience professionnelle. Afin de mener à bien ce projet de recherche, chacun d’entre nous fait le choix de procéder à sa manière, tout en respectant les règles universelles de la rédaction d’un mémoire.

Dans son extrait « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets » tiré de son livre  Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, pp. 194-197), Bruno Latour nous propose d’organiser le travail de recherche à travers la mise en place de quatre carnets. Ces derniers représentent une sorte d’outils d’accompagnement du chercheur tout au long de son projet. La façon dont Bruno Latour a présenté ces quatre carnets me paraît logique et organisée. Cependant, je trouve que le choix de la méthodologie de travail dépend non seulement de la façon dont on a l’habitude de s’y mettre mais aussi du sujet sur lequel on veut travailler et le type de recherche qu’on souhaite entreprendre.

Après avoir mené une démarche réflexive envers les propositions de Latour, je viens à mon tour vous présenter mes propres carnets de recherche que j’envisage mettre en place pour la rédaction de mon mémoire de recherche de master 2. Pour un début, j’ai opté pour un choix de trois carnets que j’organiserai de la façon suivante :

Carnet 01  Mes références bibliographiques : ce carnet sera consacré à la documentation. Cela implique bien évidemment l’ensemble des informations choisies et exploitées lors de mes lectures, les citations dites intéressantes pour l’illustration de mes propos ainsi que les numéros de page et les sources de celles- ci.

Carnet 02 Mon journal de réflexion : dans ce carnet, je compte noter mes réflexions personnelles faites suite à mes observations sur le terrain et à l’analyse de mes lectures. J’ajouterai à cela les objectifs que je me fixe pour chaque étape de mon travail, ainsi que les difficultés rencontrées afin que je puisse avancer et par la suite finaliser mon projet de recherche.

Carnet 03 Ma démarche d’expérimentation : autrement dit, ce carnet prendra le type d’un carnet de route professionnel car c’est dans ce carnet que je vais noter tout ce qui sort de mes recherches sur le terrain (ex : questionnaire, entretien..etc), ainsi que l’analyse et les commentaires que je fais à partir des résultats obtenus.

 

Pour conclure, je profite pour dire que cela reste un choix personnel car comme je l’ai mentionné au début de ce billait, chacun procède à sa manière et comme il y a certaines personnes qui choisissent de procéder par points ou choisissent d’intégrer des schémas pour résumer, moi j’exprime bien mes idées de façon narrative.

Hanane FODIL.

 

 

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche. Parcours: * Diplôme de professeur d'enseignement secondaire de langue française à l'ENS d'Oran (Algérie). * Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Vers le mémoire : les premiers pas, un premier billet

Comme nous l’avons vu en classe de préparation du mémoire de recherche et comme nous l’a précisé notre enseignant, Serge Martin, l’écriture d’un mémoire se fait, bien évidemment, en écrivant. Mais peut-on vraiment écrire de manière désordonnée et ensuite rassembler les écrits ?

La réponse devrait  tourner autour de oui et non. Oui, il est bel et bien possible de s’éparpiller en multiples documents numériques ou physiques, perdus ou organisés de manière abstraite jusqu’à ne plus savoir où donner de la tête. Bien qu’il s’agisse d’une option, celle-ci n’est peut-être pas la meilleure.

En classe, nous avons étudié un extrait du livre de Bruno Latour, intitulé Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, pp. 194-197), dans lequel ce dernier propose, comme outil méthodologique, l’utilisation de carnets. Il en distingue quatre principaux : un « carnet de bord » où l’utilisateur écrit ce qui se passe de manière chronologique, un carnet dédié « à la collecte de l’information », un troisième carnet comprenant  l’écriture progressive en parallèle avec les données mais aussi avec les  différentes sources utilisées et, enfin, un dernier carnet qui rassemble « les effets que le compte rendu rédigé a produits » .

Bien que cette organisation puisse présenter des avantages, j’ai fait le choix personnel de ne pas suivre à la lettre ces quatre carnets. Tout d’abord, plutôt que d’utiliser des carnets physiques, je choisis d’utiliser la technologie et donc d’avoir plutôt des carnets numériques. J’utilise un logiciel de la suite Microsoft Office nommé « Onenote » et remplace donc les « carnets » de Bruno Latour par des « sections ». Je compte trois sections, à ce jour, qui s’organisent de la manière suivante : ma première section est en fait une liste d’idées ou de réflexions, par semaine, concernant le mémoire. La seconde correspond au quatrième carnet de Bruno Latour car elle va contenir les effets de ce que j’écris ainsi que les conseils de mes enseignants et de mon directeur de mémoire. Quant à la dernière section, celle-ci est, en fait, une « To-Do » liste qui me rappelle les questions que je dois poser ou que je dois me poser, les éléments à lire, les démarches à effectuer, etc.

Pour ce qui est de l’analyse de données et des articles, j’utilise un autre logiciel gratuit appelé « Mendeley ». Celui-ci me permet de classer les articles que je récupère en ligne, de récupérer les références bibliographiques (qu’il introduit dans un document Word, à la demande), de surligner le texte ou de prendre des notes sur le document. Bien qu’il existe sûrement de nombreux logiciels pouvant effectuer cela, celui-ci est pratique car il récupère automatiquement les données liées au document (comme l’auteur, la maison d’édition, etc.) et enregistre aussi la date de consultation sur le site Internet (ce que j’oublie personnellement de noter à chaque fois que je consulte un site pour une recherche académique…).

Enfin, je compte écrire, au fur et à mesure, sur un même document Word, des parties ou des rapports suite à la lecture d’articles afin d’éviter de m’éparpiller. Je compte y intégrer des parties de dossiers effectués dans mes cours actuels et qui sont en rapport avec mon sujet de mémoire. Ayant déjà écrit un « Research Project » lors de mon année en mobilité aux Etats-Unis, je sais que je suis plus efficace si je garde tout dans un même fichier.

En fin de compte, j’ai donc troqué les quatre carnets de Bruno Latour contre trois sections de notes, un logiciel et un document Word. Je ne suis pas sûre qu’avoir autant de carnets ou de parties consiste en un avantage mais ce système marche plutôt bien pour moi et me permet d’être bien plus organisée que je ne le suis d’habitude !

En vous souhaitant une agréable soirée et une bonne continuation dans votre mémoire !

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

On commence… un mémoire tous ensemble !

Ecrire un mémoire de recherche c’est d’abord écrire ! écrire tout de suite ! ne pas attendre des matériaux pour commencer à écrire mais faire de ses écrits les matériaux de l’écriture… bref, poser cette tautologie : écrire un mémoire c’est écrire à partir de ses propres écrits… On peut tout recommencer et se dire qu’on veut rechercher ou, plus simplement, entrer en recherche, et alors la pensée d’un Bruno Latour qui nous a montré comment se fait la recherche (voir http://www.bruno-latour.fr/fr/node/219) ou comment on produit des faits scientifiques, nous rappelle que cela commence, par exemple, par « rédiger des comptes rendus risqués » (intertitre pris à son livre Changer de société – Refaire de la sociologie (http://www.bruno-latour.fr/fr/node/73 – voir la table des matières ci-dessous) en utilisant des carnets… Alors promenons-nous dans les bois de la recherche avec de petits carnets (il nous faut leur donner à chacun un titre qui avec les autres fera constellation) et le mémoire (comme le loup de la comptine) dira « me voilà! »… En attendant, il nous faut lire ce billet : https://arlap.hypotheses.org/4287

 

Introduction – Comment recommencer à suivre les associations ? – I / Comment déployer les controverses sur le monde social ? – Introduction : du bon usage des controverses – Première source d’incertitude : pas de groupes, mais des regroupements – Une liste des traces laissées par la formation de groupes – Pas de travail, pas de groupe – Médiateurs contre intermédiaires -Deuxième source d’incertitude : débordés par l’action – Un acteur n’agit pas : on le fait agir – Une enquête de métaphysique appliquée – Une liste pour enregistrer les controverses sur les sources de l’action – Comment faire faire quelque chose à quelqu’un – Troisième source d’incertitude : Quelle action pour quels objets ? – Élargir la gamme des acteurs – Les objets aussi participent à l’action – Les objets ne laissent de traces que par intermittence – Une liste de situations pour rendre visible le rôle des objets – Qui a oublié les relations de pouvoir ? – Quatrième source d’incertitude : des faits indiscutables aux faits disputés – Constructivisme, pas constructivisme social – L’heureux naufrage de la sociologie des sciences – Se passer de toute explication sociale – Traduction contre transport – L’expérience mène plus loin – Une liste pour nous aider à déployer les faits disputés –Cinquième source d’incertitude : rédiger des comptes rendus risqués – Nous écrivons des textes, nous ne regardons pas à travers une vitre – Mais qu’est-ce qu’un réseau, à la fin ? – Retour aux fondamentaux : une liste de carnets – Déploiement, non pas critique – Que faire de l’acteur-réseau ? Interlude sous forme de dialogue – II / Comment retracer les associations ?– Introduction : pourquoi le social est-il si difficile à dessiner ? – Le monde social est plat ! – Premier mouvement : localiser le global – Du panoptique à l’oligoptique – Panoramas – Deuxième mouvement : Redistribuer le local – Articulateurs et localisateurs – Le lieu improbable des interactions face-à-face – Plug-ins – Des acteurs aux attachements – Troisième mouvement : connecter les sites – Des normalisations aux énoncés collectants – Les médiateurs, enfin – Plasma : les masses manquantes – Conclusion : de la société au collectif — peut-on réassembler le social ? – Quel type d’épistémologie politique ? – Une discipline parmi d’autres – Une autre définition de la composition politique – Bibliographie.

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Restez connecté(e)s !

http://images.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fetudepsychologie.files.wordpress.com%2F2014%2F02%2Fmemoire.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fetudepsychologie.com%2Fsitemap.xml&h=675&w=974&tbnid=z8XM6cnBNcf-KM%3A&docid=uFvkZziEWTE8iM&ei=Npi4Vv_zJ4qxa7DAhJAC&tbm=isch&client=safari&iact=rc&uact=3&dur=888&page=1&start=0&ndsp=17&ved=0ahUKEwj_5t-Eo-jKAhWK2BoKHTAgASIQrQMINjAI
http://images.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fetudepsychologie.files.wordpress.com%2F2014%2F02%2Fmemoire.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fetudepsychologie.com%2Fsitemap.xml&h=675&w=974&tbnid=z8XM6cnBNcf-KM%3A&docid=uFvkZziEWTE8iM&ei=Npi4Vv_zJ4qxa7DAhJAC&tbm=isch&client=safari&iact=rc&uact=3&dur=888&page=1&start=0&ndsp=17&ved=0ahUKEwj_5t-Eo-jKAhWK2BoKHTAgASIQrQMINjAI

Tous les jours …

Moi : Alors quoi de neuf ?

Quelqu’un  : J’ai toujours pas commencé tu sais !

 

Moi : C’était une bonne idée de se retrouver les amis…

Quelqu’un : Mais vous réalisez qu’il ne reste que 4 mois !! On est foutus !

 

Moi : Je suis contente de pouvoir rentrer chez moi voir ma famille.

Quelqu’un : C’est pour ton étude de terrain c’est ça ? t’as vu ton encadrant ? t’as fait ton plan ?

Tout le monde : T’en es où avec le mémoire ? T’as commencé à lire ? t’as commencé à écrire ? tu as trouvé un stage ? vous faites combien de pages en option recherche ? On peut échouer à cette épreuve vous le savez ?…etc.

Pas d’âmes solidaires ? pas d’âmes compatissantes ? qui pourraient parler de soleil et de beau temps ?

Vos discussions riment elles-aussi aux miennes ? Je m’en doute pas.

Écrire ce billet implique forcément une mise au point de son avancement. Un deuxième mot qui vient hanter votre bien être, vous pincer alors que vous faites semblant d’avoir toute l’éternité pour rédiger. Un simple mot qui vous empêchera même d’esquisser un sourire. Bon, j’exagère mais juste un petit peu.

Mais enfin ! N’exagérons rien ! Ces quelques pages que vous avez sous les yeux finiront par se multiplier ! On a qu’à s’adonner à cette hygiène intellectuelle et  nous mettre dans la peau d’un actuel et non futur chercheur.

Recette ?

1 % de motivation, 99 %  de peur ? pourquoi pas 1% de motivation et 99 % de café ? Ça vous maintiendra au moins éveillés; mais entre temps procédez à un rééquilibrage en urgence !

Les enjeux du mémoires nous sont difficiles à comprendre. Je tâtonne toujours dans ma recherche. Une question s’impose : Tenez- vous vos carnets à jour ? Quelle question embarrassante ! J’avoue. Il est difficile de maintenir nos résolutions en équilibre mais empêchons nous, du moins, de les transformer en un supplice.

Les pages web et les bibliographies des ouvrages consultés sont un champ fertile de sérépendité :« L’art de trouver ce que l’on ne cherche pas » Donc tachez de rester connecté(e)s !

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Les quatre carnets

J’ai beaucoup retenu auprès de Monsieur Martin dans son cours intitulé « Méthodologie des mémoires ». Il nous a conseillé d’écrire dès le début de ce semestre, parce que rechercher égale écrire. Il faut avouer que cette opposition est bien pratique, je ne cesse pas d’écrire pendant ce semestre, maintenant, si je revois les écrits auparavant, je me rappelle beaucoup d’idées utiles et précieuses, si je ne les ai pas notées, je les aurais perdues.

Il nous a proposé un extrait dans l’ouvrage de Bruno LATOUR——Changer de société. Refaire de la sociologie(2006)

Quatre carnets sont proposé par Bruno LATOUR, ils sont :

Carnet de recherche : il sert à consigner tous les mouvements quotidiens relatifs à notre recherche, y compris le premier entretien avec le directeur de mémoire, les sources que nous avons consulté ou les enquêtes que nous avons fait. Tous ces mouvements doivent être précisément datés, c’est notre trace de recherche.

Carnet des données : il est consacré à collecter et à catégoriser en fonction du temps les informations, afin de faciliter la consultation.

Carnet de brouillons :ce carnet peut enregistrer tous nos inspirations sur notre mémoire, même les idées sont très différentes l’une de l’autre, comme des brouillons, il faut les enregistrer, sinon nous les oublierons rapidement.

Carnet de feed-backs : comme Bruno LATOUR a dit que « l’étude peut bien être terminée, mais l’expérience continue », les feed-backs des autres sont aussi importants. Par exemple mon sujet de mémoire était au début « Recherche sur les difficultés d’apprentissage de la phonétique française pour des sinophones et des mesures », après que je l’ai publié sur le site de recherche organisé par M. MARTIN, une étudiante m’a demandé l’explication de « des sinophones et des mesures », je me suis rendu compte que il y a malentendu dans l’expression de mon sujet, je l’ai changé ainsi comme « Recherche sur les difficultés d’apprentissage de la phonétique française pour des sinophones et des propositions pour la conception des exercices articulatoires », ce qui évite le flou.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Quatre carnets pour une meilleure organisation de mon temps

Le plus dur, quand on écrit un mémoire , c’ est de s’y mettre: de commencer à penser à un sujet, à un titre, à une problématique, de commencer à écrire…

En effet, la rédaction d’un mémoire constitue une étape majeure dans la formation d’un étudiant, car il demande beaucoup d’effort, d’investissement, d’implication et de l’attention de la part de celui-ci. Il est important que  le travail soit rigoureusement réalisé, que la formulation des phrases soit claire, la structuration et l’acheminement  des différents arguments soient logiques etc. car cela permet de mettre en valeur la rigueur de l’étudiant.  Aussi, dans la rédaction d’un mémoire il est nécessaire d’avoir un esprit critique et de synthèse et cela demande beaucoup de temps pour certains étudiants.

Avant de commencer à réaliser un tel travail, il faut d’abord apprendre à bien gérer son temps qui n’est jamais suffisant pour la plupart d’entre nous.  Nous sommes toujours en retard et par la suite très stressés à cause de ne pas pouvoir finir à temps nos activités.  J’ai appris que, être désorganisé, signifie n’avoir aucune maîtrise de son emploi du temps et aussi être sans cesse sous pression. Cela m’a amené à beaucoup réfléchir à la manière dont je devrais organiser mon temps.

Pour une bonne organisation du travail de mon mémoire, je pense qu’ il faudra noter dès le début, tout ce qui fait partie des données, ainsi que Bruno Latour le souligne: « tout, depuis le premier coup de téléphone à un informateur potentiel, le premier rendez-vous avec le directeur de thèse (…) le premier usage d’un moteur de recherche, la première liste d’éléments à cocher dans un questionnaire » (Latour :194).

Dans ce sens, Bruno Latour pense qu’au cours des recherches faites en vue d’écrire un mémoire, il est utile de tenir quatre carnets « peu importe (…) qu’ils soient manuels ou numériques » (Latour :194)

Personnellement, j’ai choisi un premier carnet que j’appelle « carnet répertoire » pour y noter les adresses auxquelles je devrai me déplacer pour  assister à des colloques, séminaires ou soutenances de thèses de doctorat, ainsi que pour d’éventuels entretiens avec des potentiels informateurs. Dans ce carnet je noterai aussi les numéros de téléphone des personnes que je pourrai contacter au sujet de mon mémoire.

Un deuxième carnet, je l’ai choisi pour  planifier mon emploi du temps. Je me suis proposée d’y écrire les objectifs à atteindre pour chaque semaine et les activités rattachées, les délais à respecter pour chaque activité ou tâche.  A la fin de chaque semaine je me suis proposée de  noter ce qui n’a pas été fait. Je n’oublierai de  rayer les tâches qui ont été accomplies, les objectifs qui ont été atteints, car cela peut me donner un sentiment  de satisfaction et en même temps de motivation pour continuer.

J’ai choisi un troisième carnet pour y noter toutes les idées, qui me viennent à l’esprit concernant mon sujet de mémoire, mais aussi « les idées, les paragraphes, les métaphores et les astuces littéraires qui peuvent surgir de façon inattendue au cours d’une étude » (Latour: 196) afin de ne pas les oublier.  Cela  suppose donc de tenir tout le temps les carnets auprès de moi.

Enfin, dans le quatrième carnet  je me propose de noter tous les conseils de mon directeur de mémoire, ainsi que les références  bibliographiques  des livres que j’utiliserai pour m’inspirer dans la rédaction de mon mémoire.

 

Bibliographie:

LATOUR, Bruno, 2006, Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, p. 194, 196.

 

 

 

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts

Sur le chemin des carnets…de l’école

Je viens de refermer mon Journal intime de l’enquête, après y avoir soigneusement noté, en rouge et noir, un évènement significatif survenu la semaine dernière au cours de mon quotidien d’étudiante-chercheuse en Master 2 de Didactique du FLE. Il constitue, ce que Bruno Latour, dont je m’inspire, appelle dans son livre Changer de société.Refaire de la sociologie, le carnet de bord. Cet évènement là a été  le premier rendez-vous avec ma directrice de recherche et notre conversation sur mon projet de mémoire ainsi que sur de possibles terrains d’enquête .

J’ai donc suivi de près, en tant qu’élève sérieuse et docile (nous ne sommes encore qu’au début de l’année scolaire…) les conseils du sociologue, qui mentionne, dans le chapitre en question, « les transformations subies au cours des déplacements pour l’enquête, depuis les premiers rendez-vous jusqu’aux sensations ressenties en découvrant les particularités du terrain ». (B.L)

Mon deuxième carnet, toujours mis en service grâce aux indications de l’auteur, a été inauguré en même temps que le premier : il est baptisé Foire aux infos puisqu’il s’agit, cette fois, de la collecte de l’information. J’y ai rapporté mes impressions au sujet d’une journée d’études à laquelle j’ai assisté il y a trois semaines. Je continuerai à y noter consciencieusement , tel que le préconise Bruno Latour, les informations utiles à l’élaboration de mon mémoire, en les « classant par ordre chronologique et de façon à pouvoir ensuite faire de sous-divisions » (B.L.), à l’image de ces simples fiches bristol dont l’auteur se servait à une époque antérieure aux ordinateurs…

Enfin, je dois avouer ici que, malgré toute ma bonne volonté d’étudiante appliquée, le troisième carnet à entretenir, selon notre auteur, demeure, pour l’instant, aussi neuf que dans le magasin de fournitures scolaires où j’en ai fièrement achetés  quatre d’un coup pour étayer ma recherche peu de jours après la rentrée scolaire. Il s’agit pourtant, peut-être, du plus important, au bout du compte : il s’intitule, chez moi, le Cahier des brouillons d’or, et devra être dédié aux essais d’écriture à l’infini puisque, toujours d’après le sociologue, il n’y a pas de distinction entre l’enquête et l’écriture car les deux activités doivent se réaliser simultanément.

Quant au dernier carnet latourien, qui, dans mon tiroir, porte lui aussi déjà un titre, (A suivre…), il attendra son tour car il me semble correspondre à un travail de longue haleine si je comprends bien l’auteur : celui-ci explique dans son livre qu’il doit avoir pour fonction de « recueillir les effets que l’activité du chercheur aura provoqué sur les acteurs du terrain. » (B.L.). Il ne pourra donc exister, par définition, qu’une fois que j’aurai commencé à aller sur le terrain…

Enfin, citons B. Latour une dernière fois pour transmettre  la fonction exacte des quatre carnets mentionnés ci-dessus dans une recherche le plus scientifique possible : ils serviront, malgré leur apparence dérisoire, à « appréhender avec la plus grande précision possible des objets récalcitrants à travers un dispositif artificiel ».

Merci, Bruno Latour…!

Laura DIEZ DEL CORRAL

Etudiante en Master 2 de Didactique du FLE à Paris 3 à la suite d'un Master 1 dans la même spécialité et d'une Licence d'Espagnol à Paris 3 également. Précédemment Licence de Théâtre au Conservatoire National d'Art dramatique de Madrid. Depuis 4 ans travaille comme formatrice d'espagnol et de FLE dans diverses écoles de langues et au pôle universitaire Léonard de Vinci.

More Posts

Quatre carnets pour organiser sa recherche

Pour réaliser une recherche il faut garder  tout au long du processus  les données qui sont la partie fondamentale de notre recherche.  Ces quatre carnets de cherche ne servent pas seulement à rédiger une bonne recherche mais aussi  à garder toutes les traces de notre processus de recherche.

Le premier carnet est consacré à l’enquête,  afin de documenter  les transformations  pendant le déplacement de terrain donc les rendez vous et les réactions du public concerné.

Il important d’avoir un deuxième carnet pour collecter et organiser les informations théoriques dans une catégorie de fichiers et des sous fichiers détaillé.

Il  fondamental d’avoir un troisième carnet pour commencer à rédiger pendant  le travail de terrain et pas après si non, notre recherche sera un rapport plein de clichés cela nous permet,  peut -être  aussi d’avoir nouvelles idées  qui peuvent change tout et avoir en fin  notre propre voix dans la recherche.

Il sera outil de posséder un quatrièmes carnet pour noter les réactions de public sur le compte- rendu de l’enquête  pour voir  la contribution de ce compte rendu sur la société ou la publique concernée.

Bret, ces quatre carnets vise à motiver les jeune chercheur à écrire pendant toute la période limité de recherche, puis de défendre leur idées pendant la soutenance puisqu’il connait  bien les étape de sa recherche.

IDRIS Yousif

Étudiant en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Follow Me:
Facebook

Les lettres d’amour du chercheur

L’écriture d’un mémoire, je me rends compte, n’est pas si différente de nos relations amoureuses. Comme une petite amie qui nous interroge en permanence sur le « où on en est », en déclenchant une analyse (pas toujours agréable) des liens tissés entre le couple, une recherche te pose fréquemment des questions. Quand des lectures s’enchaînent, la formation du savoir ne se fait pas par simple accumulation de donnés : un concept contredit un autre, une notion en remet une autre en question, une thèse peut faire écrouler toute une théorie et, par cela, en créer les fondations d’une autre encore plus solide. Un sentiment ne se construit pas non plus par l’accumulation de mots d’amour : il est en pleine transformation.

La grande différence de ces deux relations c’est que la personnelle passe par l’oral, et l’académique passe par l’écrit. Si la conception d’un amour nous permet des longues disputes acharnées sur le même sujet, une recherche exige la documentation méthodique de chaque transformation. C’est pour cela qu’« il serait maladroit de croire que le travail se divise en une première partie, au cours de laquelle on se contenterait d’accumuler des données, suivie d’une seconde, au cours de laquelle on commencerait à écrire. » (Latour, p. 195) Les traces de cette construction de savoir doivent être marquées. Ce n’est pas sans gène que, par une nouvelle lecture, nous remettons en question nos pensées et nos conclusions précédentes. Nous sommes en permanence pris en flagrant dans nos gaucheries :

calvin
(https://www.pinterest.com/pin/502221795916877944/ le 18 novembre à 15 :43)

Le savoir a le pouvoir d’embarrasser celui qui s’y penche avec une posture ouverte. Le discours méta-amoureux ne laisse pas non plus à désirer quand il s’agit de nous mettre mal à l’aise. Fernando Pessoa l’a explicité par son poème « Toutes les lettres d’amour sont ridicules ».

« Toutes les lettres d’amour sont
ridicules.
Elles ne seraient pas des lettres d’amour si elles n’étaient pas
Ridicules.

Moi aussi en mon temps j’ai écrit des lettres d’amour,
Comme les autres,
Ridicules.

Les lettres d’amour, si amour il y a,
Sont fatalement
Ridicules.

Mais, tout bien compté,
Il n’y a guère que ceux qui jamais
N’ont écrit de lettres d’amour
Qui sont
Ridicules.

Ah, retrouver le temps où j’écrivais
A mon insu
Des lettres d’amour
Ridicules …

La vérité c’est qu’aujourd’hui
Ce sont mes souvenirs
De ces lettres d’amour
Qui sont
Ridicules.

(Tous les mots accentués,
Comme les sentiments accentués
Sont naturellement
Ridicules.) »

Ridicules par la puissance des sentiments exprimés, mais surtout par leur souvenir. Combien de gaucheries nous trouverons quand nous aurons lu nos premières suppositions naïves, le premier écroulement de nos hypothèses… Mais, joliment dit par Pessoa, le ridicule se trouve surtout chez ceux qui n’y sont pas passés.

Le ridicule pourrait s’expliquer aussi par la mise en écrit d’un sentiment si éphémère et si gauche par nature. Pourtant une recherche n’a rien d’éphémère, elle est censée durer beaucoup plus qu’une vie. Elle concerne toute la communauté académique, qui continuera de se remettre en question et de se transformer par le contact avec d’autres recherches. Ses interrogations peuvent donc être exposées avec moins de danger. Elles ne sont qu’une petite échelle de la longue procédure d’interrogations qu’elles déclencheront une fois le travail fini. Selon Bruno Latour, une façon de documenter tout cela serait par la manutention de différents carnets, car « désormais tout fait partie des données » (Latour, p. 194). Il en propose quatre. Mais pourquoi pas cinq, six, dix ? Tout dépend du degré d’engagement d’un chercheur avec son texte. Cela dépend de l’envie qu’a le chercheur de se réaffirmer et de se remettre en question après chaque lecture, chaque colloque, chaque idée, chaque expérience.

Écrivons donc nos mots innocents, nos opinions accentuées, nos soupçons hésitants ! Mûrissons notre recherche en attendant le moment où nous dirons « A de retrouver le temps où j’écrivais à mon insu des lettres d’amour ridicules … »

Bibliographie:

LATOUR, Bruno, Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.
PESSOA, Fernando, Œuvres poétiques, Paris, Gallimard, 2001.

Danilo Andrade

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde

More Posts