Archives de catégorie : Dissonance interlocutive à la manière de Nathalie Sarraute

Partir des dissonances interlocutives : kesaco ?

Pour préparer notre prochaine séance autour de l’oeuvre de l’historien Ivan Jablonka à qui l’on vient d’attribuer  le prix Medicis (un entretien assez court mais passionnant sur la méthode et donc l’enjeu de son écriture : http://rue89.nouvelobs.com/2016/09/04/ivan-jablonka-ligne-laetitia-ecrivait-mwa-lieu-265060), je vous propose de repartir d’Eric Chauvier puis de rebondir avec Nathalie Sarraute ou avec un questionnaire (voir à la fin du billet, deux activités d’écriture à transformer en billet…).

Toute recherche en didactique des langues demande une enquête. Non seulement il s’agit d’apercevoir les pratiques didactiques mais pour rendre compte des pratiques dans leur diversité et leur complexité voire en promouvoir de nouvelles, il semble nécessaire d’observer les situations qui engagent les acteurs (apprenants et enseignants) et les objets (manuels, notions….), lesquels participent tous à l’action didactique. Bref, le chercheur même débutant se doit de construire son terrain. Une telle construction demande forcément de rendre compte de paroles qui concernent aussi bien les actions didactiques elles-mêmes que leurs représentations ou les points de vue concernant ces actions elles-mêmes. Comment rendre compte de ces paroles (orales ou écrites, directes ou indirectes) autrement qu’en les écrivant : cette écriture constituerait à proprement parler la dynamique même de l’enquête incluant ou pas des rencontres, des lectures mais surtout rendant compte des faits didactiques sous l’angle de faits souvent discutés plus qu’indiscutables, de regroupements  toujours en cours plus que de groupes constitués, de médiations et de traductions plus que de notions stabilisées une fois pour toute.

Ecrire les paroles du terrain demande d’éviter leur désinterlocution ainsi que Eric Chauvier l’a remarqué dans de nombreux travaux anthropologiques classiques (voir une lecture que j’ai faite de son ouvrage Anthropologie de l’ordinaire, Toulouse, Anacharsis, 2011 : http://ver.hypotheses.org/1278).

Je rappellerai les axes principaux que Chauvier observe dans ces désinterlocutions: 1. l’inattention aux langues de la communication;  2. l’inattention aux niveaux de maîtrise ; 3. l’inattention aux traductions ; 4. l’inattention aux notions considérées par les interlocuteurs dans leurs formulations propres; 4. l’inattention aux arrière-plans culturels et autres ; 5. l’attribution de rôles qui semblent fixés une fois pour toutes alors que ceux-ci peuvent se modifier sans cesse aux cours des interactions (voir la p. 16). Chauvier remarque donc deux principes à de telles désinterlocutions: le droit à la parole retiré aux observés et le contexte d’énonciation nié par l’observateur dans son compte rendu. Aussi propose-t-il une série de questions à toujours se poser quand observateur et observé(s) se font face dans une enquête (je les reprends en modifiants les termes qui concernaient la rencontre de Evans-Pritchard avec un “informateur” nuer, p. 70) :

1. Qu’est-ce qu’observer tel observé (un élève, un enseignant…)?

2. Qu’est-ce que se faire manipuler par un observé en situation didactique (éducatif, culturel…) ?

3. Comment, d’une façon générale, le contexte didactique (éducatif, culturel…) influe sur le cadre d’observation ?

4. Qu’est-ce que représenter le savoir didactique (culturel, éducatif… de Paris3…) face à un observé dans le contexte historique et géographique concerné ?

5. Qu’est-ce qu’être un observé (ici et maintenant) face à un observateur (de Paris 3…)?

6. Comment s’en émeut un jeune chercheur qui doit rendre un travail académique à Paris 3 ? Sinon, pourquoi ne s’en émeut-il pas?

Chauvier propose alors de concevoir “un questionnement partagé” (p. 71) : “il ne s’agit plus de savoir décrire la ‘réalité culturelle’ résultant de l’enquête – par suite d’un arrachement inexpliquée à l’expérience vécue -, mais les questions qui émergent de l’enquête comprises comme une communication menacée. L’enjeu est d’isoler et de caractériser la communication qui lie in situ tout anthropologue à tout témoin” (p. 70). Autrement dit, pour ce qui nous concerne, il s’agit de co-construire (puis de raconter ce processus) une relation de conceptualisation où s’envisagent les pratiques de l’observé et de l’observateur. Alors “l’apprentissage de l’observateur porte moins sur les observés comme objet d’expertise que sur la fabrication de l’expertise elle-même” (p. 106-107). Ce qui demande de toujours préserver ce qu’a priori on aimerait refuser dans cette relation: les dissonances. Ce sont justement elles qui possèdent le potentiel le plus heuristique de la recherche, de la relation de recherche qu’instaure l’enquête, la construction du terrain. Chauvier ne passe pas par quatre chemins: “Pour faire simple, il s’agit de savoir si l’on peut appréhender le monde social comme un objet distant de soi – ce qui est le plus simple – ou par le vécu insondable où l’anthropologue est partie prenante” (p. 109).

Pourquoi attacher une telle importance aux dissonances plutôt qu’aux consonances dans la construction du terrain et dans l’enquête sur les pratiques (acteurs et objets)? parce que, répond Chauvier, “la dissonance révèle en creux les ‘usages’ faits du langage, autrement dit les façons que nous avons – observateurs et observés – de classer le monde social” (p. 113). Il s’agit donc de faire le compte rendu des conflits concernant les “pratiques de classification plus ou moins partageables” (p. 114) parce que “les anthropologues” (les didacticiels aussi!) “n’ont pas le privilège du classement” (ibid.).  Chauvier classe ces catégories en trois : les catégories savantes (p. 115-119), les catégories institutionnelles (p. 11-122) et les catégories de la vie quotidienne (p. 123-126). Je trouve cette trilogie tout à fait pratique à condition de laisser l’enquête suivre les dynamiques de catégorisations qui souvent sont bien plus poreuses que ce classement ne semble le laisser entendre. D’autant que ce qui est visé c’est justement d’apercevoir comment les acteurs (et même les objets) ne cessent de renégocier les catégorisations.

“La méthodologie employée consiste à analyser la communication qui nous unie aux autres en nous rendant réceptifs aux anomalies qu’elle renferme” (p. 126) écrit Chauvier ; il faudrait ajouter que la relation d’enquête (et donc sa vie propre qui est à décrire au plus près) ne fait pas qu’unir (ce qui constitue une moralisation un peu étroite de la relation) et que les “anomalies” ne sont pas à proprement parler des défauts mais des conditions de la relation: pourquoi les “dissonances” constituent ce qu’on peut appeler des points de voix (et de vue… sans perte d’énonciation) qui sont essentiels à la relation pour qu’on en perçoive les dynamiques subjectives (ou didactiques pour ce qui nous intéresse).

On ne se contentera donc pas de ce que Chauvier propose: “des lieux d’accords dans le langage ordinaire” (p. 142) – voir http://ver.hypotheses.org/1278; mais on ira vers l’écriture de controverses à travers un racontage (écriture pleine d’oralité) multipliant les voix de l’enquête. Ce qui n’empêchera nullement qu’à l’issue de ces comptes rendus risqués où se déploient les descriptions portées par les voix, le chercheur ne manque pas de travail pour construire ce terrain polyphonique et le préserver jusque dans son “mémoire”, le faire entendre à ses lecteurs qui en seront ravis si ce n’est interrogés jusque dans leurs pratiques (et leurs théories) de didacticiens…

Petits exercices d’entraînement vers une telle écriture :

1. Rédiger un court questionnaire d’enquête (trois ou quatre questions) qui permettrait d’engager un dialogue de pratiques.

2. Relever des dissonances didactiques dans des expériences récentes (discussions avec les professeurs ou les camarades) et rédiger un texte à la manière de Nathalie Sarraute à propos de l’une d’elles (voir “mon petit” ici: http://ver.hypotheses.org/1286)

3. Pour élargir la réflexion, je vous conseille le beau dossier rassemblé par Ivan Jablonka sur le site “La vie des idées”: http://www.laviedesidees.fr/Les-formes-de-la-recherche.html

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

“Allez-y, commencez la lecture”

“Allez-y, commencez la lecture”

Allez-y ? Mais où devons-nous aller ?

Je veux bien y aller moi ! J’aimerais tant atteindre ce monde que nous décrit si bien notre professeure ! Elle nous propose toujours d’y aller, mais personne ne s’y présente… Pourtant j’ai tant envie de me proposer, mais j’ai peur … Suis-je la seule à vouloir y aller ?

“Allez-y, donc, qui veux commencer ? Tu y vas Carla ?”

Oh la chance Carla va y aller elle, mais pourquoi elle et pas moi ?

Tout le monde n’a-t-il pas le droit de s’y rendre ?

Je me perds, je m’égare, Carla commence à parler, mais ne se lève pas pour y aller ?

Dois-je lui expliquer ce que veut la professeure ?

Peut-être a-t-elle peur d’y aller seule ? Alors je m’engage à l’y accompagner ! Ce monde plein de merveilles, si vaste et si loin ! Devons -nous nous y rendre à pied, en transport, en voiture ou en TGV ?

Je lui proposerai

“Sandra, allez-y reprenez la lecture, nous en sommes à la ligne 23.. Vous avez l’air perdue que se passe-t-il ?”

“Eh bien… rien de très grave… Je veux bien me joindre à Carla pour que nous nous y rendions ensemble toutes les deux ”

“Mais de quoi parlez-vous ? Vous rendre où ?”

“Bah dans cet univers que vous nous proposez de visiter et de découvrir. J’ai toujours attendu ce moment. Avec tant de patience, mais je n’ai jamais perdu espoir… Je me suis toujours dit que le bonheur s’offrirait à moi, un jour, lorsqu’assise sur ma chaise, j’entendrais mon prénom suivi de la proposition “allez-y”, et ce jour se présente à moi à cet instant même! C’est magique!”

“Oh comme vous êtes mignonne Sandra, mais vous savez ce monde dont vous parlez si joliment nous y sommes tous à l’instant même ou je vous parle. Ce monde c’est celui de la classe, ce monde dans lequel nous vivons tous ensemble, où règne une confiance de groupe et où des amitiés et des liens naissent et se tissent. Ce beau monde où sont rassemblés chaque jour, des individus de toute part, de tout horizon, de tout lieu et de toutes cultures. Ce monde dans lequel vous et moi sommes différentes, mais semblables.”

“Ah donc ce monde-là nous y sommes déjà, mais pourquoi vous nous proposez plusieurs fois par cours d’allez dans un ailleurs ?”

“Eh bien, c’est juste une expression pour vous donner la parole, pour vous offrir le moyen d’entrer dans ce monde de lecture, de découvertes, d’émerveillements et d’imaginaire. Quand vous commencez à lire, vous entrez dans votre propre univers de lecture qui n’est pas le même que le mien. Nous vivons tous nos propres rêves. Eh bien en vous donnant la voix, je vous offre le plaisir d’entrez dans votre monde pour que nous puissions, vous suivre, vous écouter, et que vous nous emportiez dans votre univers à vous !”

“Mais c’est magnifique Madame, alors je vais lire … Tenez vous tous la main, formez un cercle et venez avec moi je vais vous faire découvrir mon monde à moi… “

Tasnim Djafri

Etudiante en master 2 didactique des langues à Paris 3 Spécialité 1 Parcours recherche

More Posts

Je suis à court d’idées…

Octobre 2015:

Le semestre a démarré et je suis à court d’idées. Pourtant, s’il faut bien retenir un mot cette année, c’est le mot rédiger. Dossiers plus Billets plus Mémoire plus…Billets plus…mais dans quelle odyssée me suis-je aventurée?! Ce n’est pas que je ne veux pas écrire mais je ne suis pas inspirée. Les mots se sont volatilisés. Mes phrases peinent à être formulées. J’observe le temps s’écouler, mes camarades commencer à publier. Je me demande si ma muse a pris congé et si M. Latour peut m’aider. Je relis encore et encore son extrait dans l’espoir de trouver une clé. Elle n’existe pas ou elle est bien cachée. Encore un mystère à élucider en plus de la phrase «tout fait partie des données».

Le semestre a démarré et je suis à court d’idées. Je dois déjà choisir des sujets à traiter. Cependant, j’attends toujours l’étincelle se manifester. Si seulement j’étais une fée. D’un coup de baguette magique, mes pannes d’inspiration seraient réglées. Mais l’éternelle page blanche m’observe et me fait prendre conscience de la réalité. Peut-être que je peux trouver des graines faisant pousser des idées? Ok, je cesse de divaguer.

Le semestre a démarré et je suis à court d’idées.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts

D’accord, mais…

屏幕快照 2016-01-07 15.07.17

J’en ai marre de ce « d’accord » !

Quand ma conseillère m’explique le dysfonctionnement de la carte bleue, je réponds « d’accord » pour affirmer ma compréhension.

Quand ma directrice me donne un conseil de la rédaction du mémoire, le mot « d’accord » sort de ma bouche immédiatement même si je fais mes possibles de trouver un autre de substitution.

Lorsque quiconque me dit « c’est d’accord ? », je réponds sans aucune hésitation « d’accord ! » avec un grand soulagement comme si je n’avais pas le droit de l’utiliser sauf que quelqu’un me le demande.

Ce tic de langue m’a accompagné depuis le début de mon apprentissage du français. Je ne me suis pas décidée à m’en débarrasser jusqu’au moment où j’ai entendu cette expression répéter sans cesse dans l’enregistrement des entretiens, car à un moment donné, elle a commencé à choquer l’oreille. J’ai confié ce souci sur un réseau social et ai demandé des conseils pour des formules appropriées à la même situation. Une fille, très amusante, m’a proposé « Ah oui.. T’as raison ! Ah bon ? C’est vrai ! Je ne peux pas imaginer ! C’est incroyable ! Oui, t’es tout à fait correcte !! », expressions devenant de plus en plus exagérées et dix fois plus vivantes que le banal « d’accord ». Bref, son principe consiste à susciter l’envie de parler de l’interlocuteur. Malheureusement, son directeur lui a conseillé de ne pas abuser des expressions un peu trop chaleureuses.

Suite à cela, je me demande pourquoi cette préférence pour « d’accord » comme réponse immédiate? D’une part, les raisons subtiles touchent à la stratégie rhétorique. Lorsqu’il s’agit d’un entretien, en général, elle permet de signifier les empathie et connivence vis-à-vis à mes interviewés. Du moins, cette forme d’affirmation traduit une intention forte pour nous rapprocher. Elle peut se substituer par des phrases longues de différentes significations comme « je vous suis bien », « très bien, continuez », « vous avez raison », « je comprends », « pourquoi pas » dont l’articulation nuit parfois à la continuité de l’échange. Par ailleurs, elle a l’air plus neutre par rapport à celles qui manifestent l’avis personnel de l’intervieweur. On peut ainsi jouer sur le degré d’affirmation. De plus, elle est souvent suivie par la conjonction « mais ». Dans ce cas-là, il s’agit de fait du marqueur de concession équivalant à la locution « certes ». On l’utilise peut-être pour approfondir la réflexion des interviewés, pour diriger la conversation dans le sens auquel on s’attend, ou bien pour lancer une réplique et imposer nos propres arguments. On peut prononcer « d’accord » même si on n’est pas vraiment tout à fait d’accord. D’autre part, je me suis rendu compte plus tard qu’il est aussi question culturelle. Les Chinois, généralement dit, cherchent à la convergence sans laquelle les relations sont difficiles à s’établir, d’où vient le principe diplomatique « chercher l’identité de vues tout en mettant de côté les divergences ».

Ce n’est pas que je suis démunie du bagage langagier, mais que cette locution est équivalente aux expressions moins exagérées en chinois. Cependant, dans la vie quotidienne où on souhaite un dialogue d’égal à égale, le monotone « d’accord » cache la personnalité et même donne une impression qu’on est une personne soumise et même patine. Pourquoi pas essayer « certainement », « carrément », « bien sûr », « c’est vrai », « justement » ?

Un jour, j’étais un peu étonnée d’avoir entendu une professeur répéter sans interruption « d’accord, d’accord, d’accord, d’accord, d’accord » pour réagir à mon exposé. Cette phrase, si longue que j’ai l’impression qu’elle ne va pas la terminer, sous-entend seulement qu’elle a besoin du temps pour organiser sa pensée.

De toute façon, la locution d’accord n’exprime pas toujours un accord !

Une année haute en couleur.

Il avait pour habitude d’être mort de rire tous les jours.

Mais ça, c’était avant l’année 2015, qui pour lui avait été synonyme de crainte, dégoût et remise en question de l’humanité. Désormais, il riait jaune.

Les nuits blanches causées par la rédaction des différents dossiers que lui imposaient son master 2, n’avaient sans doute pas aidé..

Naïvement, il avait pensé se la couler douce cette année. Rapidement, il avait déchanté.

Une semaine avait suffi pour qu’il se compte que cette année n’allait pas être de tout repos. La masse de travail colossal que lui donnait chaque professeur l’avait mis dans une colère noire et depuis qu’il s’était vu attribuer la note de 13 à un exposé qu’il avait taaant travaillé et pour lequel on l’avait félicité, il était vert de rage.

Ahlala ! Sacré Rémi ! Éternel insatisfait.

L’année avait pourtant si bien commencé. Il avait rencontré Ava, une jolie américaine à la couleur ébène, qui avait fait chavirer son cœur dès le premier regard. Lui qui pensait que leur histoire était digne d’un roman à l’eau de rose, s’est vite rendu compte qu’il (s’)était trompé.

Célibataire et déterminé à le rester pour encore bien longtemps, il voulait se consacrer corps et âme à sa dernière année universitaire et surtout à son mémoire de cent pages.

Cent pages.. Rouge de honte, il avouait à demi-mot ne pas avoir répondu au dernier mail que lui avait envoyé sa directrice de mémoire. « Faute de temps » disait-il.

Pour cette nouvelle année, il s’était juré de ne prendre aucune résolution, qu’il avait du mal à tenir de toute façon. Mais gardait en tête les précieux conseils de sa mère « Cesse donc d’être fleur bleue ! », « Virilise-toi un peu dis ! », « Te prends pas la tête pour des conneries ! ».

Oui, Maman.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Tourner la page

Lire et puis tourner la page, poursuivre sa lecture.

Écrire et puis tourner la page, continuer son écriture.

Observer, se questionner , problématiser et puis tourner la page.

Tout dans la vie est dans le mouvement donc il ne faut pas s’arrêter de lire, de réfléchir et puis d’écrire. Voilà ce que demande un mémoire tourner la page que ça soit dans nos lectures ou dans nos écrits. Mais les tourner avec sûreté après des vraies recherches et y revenir qu’au cas où il y aurait besoin.

Faire une pause, lire,  écrire et tourner la page.

Le temps presse, des nouvelles idées arrivent, d’autres s’en vont. Des nouvelles questions se posent d’autres trouvent leur réponse.

Rien n’est stable, tout évolue, tout change.

Lire et tourner la page, écrire et tourner la page. Littéralement et au sens figuré. En poursuivant la même destination mais en prenant plusieurs chemins différents pour laisser des traces partout et pour en profiter du voyage. Car le voyage est plus important que la destination!

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Petites chevilles, grands effets

Les chevilles des enseignants sont des formules habituelles en classe. Même s’ils deviennent dans une certaine mesure un comportement inconscient, ils reflètent l’attitude des enseignants et la conception d’enseignement. Les élèves pourraient s’y habituer, mais les enseignants ne peuvent pas ignorer les inconvénients produits par ces expressions illocutoires.

Réflexion 1 : silence pour répondre “c’est compris ?”

En classe de maths, les connaissances sont renforcées par des exercices de toutes sortes, les professeurs dissèquent les points en terminant ces exercices par “c’est compris ?” et les étudiants ne répondent pas toujours. Pourquoi sans réponse ? On dirait que les étudiants sont habitués à entendre cette expression et ils n’ont pas besoin de répondre “oui, c’est compris.” Il existe trois genres d’étudiants, ceux qui comprennent vraiment ces exercices et ont la paresse d’y répondre, ceux qui sont mitigés et n’ont pas de réponse ferme, donc ils demeurent silencieux. De plus, il y a aussi des étudiants qui ne savent pas du tout de quoi le professeur parle. Quant à eux, ils n’ont pas le courage de faire répéter le professeur. Est-ce que les expressions comme cela sont nécessaires ou bien y a-t-il d’autres moyens de dire ?

On peut généraliser cette situation dans toutes les disciplines.

Pourquoi “c’est compris ?” est-il toujours à la fin d’une démonstration ? Quand j’explique des règles de la langue chinoise à mes élèves, j’ai toujours envie d’être rassuré par “oui, on a compris”. Cette réponse donne confiance en soi sur la méthodologie d’enseignement, mais elle ignore le sentiment cognitif des élèves. En tant que professeurs, ils ne peuvent pas imposer leur expérience d’apprentissage aux élèves. En même temps, les professeurs ignorent l’hétérogénéité des individus. Si l’on remplace “c’est compris ?” par “avez-vous d’autres idées” pour développer un mode de pensée différent, “vous pouvez dire ce que vous en pensez, on peut discuter” pour faire échanger les étudiants qui sont dans le flou, “vous pouvez partager votre idée avec moi ?” pour aider de nouveau ceux qui ne comprennent pas du tout au début.

Réflexion 2 : pas un commentaire précis, juste “bien, très bien”

Le commentaire commence toujours par “bien, très bien” pour apprécier l’exposé d’un étudiant. L’utilisation fréquente de toutes ces expressions amène l’enseignant à dire “bien, très bien” inconsciemment, même si l’étudiant fait des fautes. Les chevilles rendent un commentaire futile, juste des paroles en l’air. Par contre, cela ne signifie pas l’interdiction de l’utilisation de ces expressions. Les professeurs doivent se rendre compte que la fonction du compliment et de l’appréciation est de faire connaître aux étudiants pourquoi ils les méritent, autrement dit, le jugement vers un comportement. Les connaissances/raisons sur le succès et l’échec d’un élève influencent son espérance et sa confiance dans ses futures activités. Dans ce sens, les enseignants doivent apprécier les efforts que font les élèves et admirer leurs manières de faire au lieu de donner des commentaires monotones. Par exemple, “votre manière de répondre cette question donne un bon exemple à vos camarades.”

En réalité, on préfère les meilleurs étudiants, qui “persistent dans leurs façons d’agir” en classe. Ils n’obtiennent que les compliments de professeurs en ignorant ceux de leurs collègues. C’est la raison pour laquelle le professeur est toujours assez généreux de dire “bien, très bien” aux meilleurs. Donc il faut que le commentaire aille dans tous les sens, non seulement vertical (professeur→étudiant), mais aussi horizontal (étudiant↔étudiant). Cela exige le changement de rôle de professeur de l’“autorité” au “guide”. Ce dernier amène à faire commenter les étudiants entre eux-mêmes. C’est les élèves qui sont des “maîtres” en classe.

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts

Chauvier, Dewey : écrire, énoncer, continuer… le mémoire en cours

Autour d’Eric Chauvier et de son livre Anthropologie de l’ordinaire, voir le billet suivant dans lequel vous trouverez également une piste d’écriture à partir des locutions à la manière de Nathalie Sarraute et de son Usage de la parole :

http://arlap.hypotheses.org/2674#comments

Avec John Dewey, nous sommes partis de cette remarque :

On identifie généralement l’oeuvre d’art à l’édifice, au livre, au tableau ou à la statue dont l’existence se situe en marge de l’expérience humaine. Puisque la véritable oeuvre d’art se compose en fait des actions et des effets de ce produit sur l’expérience, cette identification ne favorise pas la compréhension.

(L’Art comme expérience, Gallimard, folio, 2010, p. 29)

Autour de John Dewey et de son livre L’Art comme expérience, voir les billets suivants :

“John Dewey, un grand pédagogue”:http://arlap.hypotheses.org/216

“La force artistique selon Dewey”: http://arlap.hypotheses.org/1122

“Penser une expérience avec John Dewey”: http://arlap.hypotheses.org/2891

“Une lecture de Dewey par Joëlle Zask  : situation ou contexte (en Atlas)” : http://arlap.hypotheses.org/3047

et d’autres billets rédigés par des étudiants :

http://arlap.hypotheses.org/?s=Dewey

Un livre vient de paraître qui permet de découvrir l’univers de Dewey:

9782707183194-2Présentation de l’éditeur :

Avec Charles S. Peirce et William James, John Dewey (1859-1952) est un fondateur de la philosophie pragmatiste. Connu pour sa théorie de l’éducation par l’expérience, pour sa philosophie de l’art ou pour sa théorie de l’enquête, il s’est aussi attelé à la tâche de « reconstruire » la philosophie sociale. Son projet fait de lui un fondateur de la démocratie radicale et participative. Au lieu de se limiter au rôle de la critique sociale, Dewey a pour ambition de proposer une définition du « social » telle que la « société » soit mise en quelque sorte « à la portée » de ses membres.
Les questions qui animent ses textes de 1898 à 1948 sont les suivantes : comment concevoir la société et la socialisation de manière à garantir une « action sociale » efficace qui soit, en fonction des circonstances, individuelle, commune ou collective ? Comment se représenter la société non seulement pour supprimer tout un cortège de faux problèmes, mais surtout pour atténuer les divers blocages qui menacent ou même suppriment la participation des individus à l’existence des groupes dont ils sont membres et, ce faisant, leur individualité ?

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

locution: une consolation contre la crainte

Il y a une sorte de dépression chez les apprenants de FLE surtout quand ils sont dans la progression du niveau A2 à B1. Après qu’ils sont capable de s’exprimer leurs besoins nécessaires, il y aura une période où ils se trouvent ne plus progresser assez évidemment dans leurs compétences de communication en oral.

A ce moment-là, l’enseignant pourrait les consoler « A chaque jour suffit sa peine. » Ça veut dire qu’il faut supporter les peines d’aujourd’hui et ne pas se soucier de celles à venir. Par exemple on peut aussi utiliser quand une personne a fini son travail mais pas eu le temps de ranger sa maison, donc, « A chaque jour suffit sa peine. » Il pourrait faire le nettoyage le lendemain mais après le travail, il vaut mieux se reposer et pas avoir le souci ni la crainte.  

 

Lu ZHANG

étudiante de Paris III

More Posts

N’est-ce pas ?

Vous comprenez n’est-ce pas ?

On est en plein exposé sur les interactions verbales… le non-verbal, le paraverbal…

et il n’arrête pas de ponctuer chacune de ses phrases par un « n’est-ce pas ».

Je ne comprends plus rien.

Je n’entends que les « n’est-ce pas ». Je ne vois que son menton qui pointe légèrement vers moi et son regard qui veut s’enfoncer dans le mien comme pour sonder mon cerveau.

Pourquoi me suis-je mise au premier rang aujourd’hui ? Je ne sais pas.

Pourquoi dit-il toujours « n’est-ce pas » ? Je ne sais pas.

Par habitude sans doute ?

Non, c’est plus qu’une habitude. C’est un tic… un tic de langage.

Mais pourquoi « n’est-ce pas » ?

Pourquoi ne fait-il pas « euh » comme tout le monde ?

Sûrement une interférence du « tags » anglais… Mais il n’est pas anglais.

Il aime « n’est-ce pas ». Il ne peut s’en passer.

C’est peut-être comme dit le prof une forme d’adresse.

Il s’adresse à nous et veut s’assurer qu’on a bien compris, n’est-ce pas ?

Si c’est le cas, elle est bien marquée…

Ou peut-être tout simplement il aime bien ce mot « n’est-ce pas ».

« N’est-ce pas »… « n’est-ce pas »…

C’est doux n’est-ce pas ?

Ca rassure. On a l’impression de ne pas être seul.

Mais ça peut aussi réveiller n’est-ce pas ?

Et quand on se retrouve à la place du prof devant toute une classe, cela donne de la contenance n’est-ce pas ?

Pour l’instant je n’ai rien compris n’est-ce pas… à l’exposé.

Il va falloir que je lise La conversation[1].

Et puis il faudra aussi que je fasse attention…

Je l’emploie de plus en plus ce « n’est-ce pas ».

Ce n’est pas drôle. Les tics ça s’attrape.

C’est bien connu quand quelqu’un bégaye, on se met à bégayer aussi…

 

[1] Kerbrat-Orecchioni C., La conversation, Mémo Seuil, 1996.

 

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

T’es allée sur le terrain ou non?!?

À midi, dans le CROUS, voici deux étudiants en master FLE se discutent.

E1: Je viens de rendre compte l’importance du terrain.

E2 : Ah bon, c’est bien, ce n’est pas trop tard de constater ce fait. Comment est-ce que t’a connu ceci ?

E1: Très simple. J’étais allée sur le terrain. Ce terrain qui comprend moi-même : moi comme un des acteurs engagés dans le terrain.

E2 : Dis-moi un peu de ça.

E1 : Il s’agit de ce qu’on appelle maintenant la biographie langagière. Ceci sert comme outil de compréhension sur nous-mêmes. On retrace nos propres parcours langagiers, et en retraçant, on découvre ce qui nous préoccupe et ce qui nous mène à faire une telle recherche.

E2 : Du coup, tu n’as pas encore rencontré l’autrui, une vraie personne autre que toi ?

E1 : Ben si, quand je fais un recul sur moi-même, j’ai connu moi-même en tant qu’autrui. Et je constate mes répercussions sur le terrain dans le sens où c’est moi qui a choisi le sujet, c’est moi qui a déterminé l’objet d’étude, c’est moi qui a construit le cadre épistémologie de la recherche, et c’est encore moi qui a adopté une méthodologie spécifique pour mener cette recherche.

E2 : Si je ne me trompe pas, tu t’es dissocié de ton terrain.

E1 : Non, pas du tout. C’est en devenant consciente de mon rôle que je m’engage plus sur le terrain. Le terrain n’est pas là tout au début ; il est construit et défini par moi, et au fur et à mesure, par d’autres participants.

E2 : Alors, tu ne viens pas sur le terrain pour recueillir des données ?

E1 : Exacte. Je viens, je témoigne, j’interagis avec les autres, j’aperçois les observables issues de notre interaction.

E2 : Sûr. Seulement, pourquoi jusqu’à ce jour tu parles toujours de toi et pas les autres ? T’es allée physiquement sur le terrain ou non ?

E1 : Ben si, dans ma tête.

E2 :  Ça ne suffit pas ! Vas ! Vas-t-en !

 

 

Yu-Jieh LIN

Étudiante en Master 2 recherche à Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Tiens, tiens !

« Tiens ! Regarde ! C’est l’affiche du film dont je t’ai parlé l’autre jour! »

« Tiens ! », mon copain prononce ce mot en tenant tout d’un coup ma main.

« Quoi, qu’est-ce qui se passe ? », je tends mon cou dans le froid, et cherche attentivement des indices étranges dans ce monde spectaculaire qui se dévoile devant moi.

« Mais non ! Ce n’est pas dehors mais ici dans ma tête qui se passe quelque chose. Je voulais simplement dire que ça m’y est venu à l’esprit qu’on peut nous même faire un film ! »

« Tiens, tiens. »

« Quoi, qu’est-ce qu’il y a ? »

« Ben rien. Ce n’est que c’est rare que tu fasses des rêves ridicules. Quand est-ce que t’as la tête dans les nuages ? Tu veux faire un film sur quoi ? »

« Tiens ! »

« Mais quoi encore ?! », un peu énervé, j’en ai marre de ce « tiens » va-et-vient.

« Ben tiens ! J’ai déjà un scénario ! » Il me tend un livre, mais mes mains devenant déjà rigides et insensibles au froid et au « tiens » qui se répète sans cesse, ne peuvent plus tenir ce livre accompagné de ce dernier « tiens ».

 

Ce « tiens » de tous les jours me confond toujours. Il va dans tous les sens. Chaque fois j’entends un « tiens », je fais semblant de ne pas entendre du premier coup pour gagner du temps à observer de quel « tiens » il s’agit, et de réagir en fonction du « tiens » en discours.

Yu-Jieh LIN

Étudiante en Master 2 recherche à Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Quand le mot “glaner” interroge la recherche

L’intonation et la moue du visage changent du tout au tout la perception-réception de cette locution somme toute très courante dans les sphères littéraires. Littéraires dites-vous ? Mais si l’on se réfère à l’étymologie du mot, nous voilà en pleine moisson, en pleine campagne, quand vient le temps des récoltes et meule de foin au milieu des champs ? Glaner du foin, glaner des informations, ce mot véhicule en quelque sorte des références diverses qui ne sont pas toujours bienvenues dans une conversation aussi protocolaire soit-elle ?

Voilà qu’en entendant glaner, on a l’impression de finir les restes comme si le mot lui-même suffisait à dire sans dire à l’autre qui l’entend, vous n’avez rien d’autre à dire que ce qui finalement a été dit. Vous parlez d’une valorisation de votre travail de rétribution d’informations ou de propos recueillis ! Vous vous sentez alors blessé dans votre effort perfectionniste à rendre compte de tout ce qui a pu être dit ou lu, dans les moindres détails.

En somme, en un tour de glanage voilà tout votre effort intellectuel réduit à fétu de paille à défaut d’une meule de foin ! Au milieu des champs intellectualistes, vous vous sentez comme une paysanne qui dans sa campagne profonde n’entend rien au monde des idées !

Qu’avez-vous donc encore à glaner ma bonne dame !

” Et oui à défaut d’être érudite, au moins se consolera t-on d’être au moins « bonne » malgré tout ou malgré rien d’ailleurs”

Je glane à défaut de créer mais en glanant des paroles, et en les restituant comme telle ne leur fais-je pas honneur, ou hommage à ceux et celles qui nous les donnent  à entendre ?”

Si nous réfléchissons pragmatiquement

Eh, oui mon bon monsieur, bienheureux sont les glaneurs et glaneuses de champs, car au sommet de votre fonction intellectuelle, dans votre assiette : ce serait disette, et un corps sans nourriture ne pourrait donner force et énergie aux cerveaux pensants que vous êtes. Sans nourriture, quelle nourriture intellectuelle ? ! ? “Je sais que je ne sais rien, et vous ?”

“Et au-delà des glaneuses de champs cultivés, que seraient les champs de recherche possibles si nous ne glanions pas par ci par là, des idées en tant que chercheurs pour s’y confronter à la sueur de notre pauvre front ?”

Ayuna Contoli

Stagiaire en formation continue FCP3 Paris Sorbonne Nouvelle. en congé individuel de formation (C.I.F) hors temps de travail. Inscrite en Master 2 Recherche DFLE En reprise d'études. Je bénéficie de six années d'expériences dans la formation pour adultes. J'ai dispensé des cours de Français Langue Étrangère, d'alphabétisation, de remise à niveau en Français, au sein d'une association. Des cours de bureautique, création de plateformes collaboratives, de sites web, de plateformes E-Learning. (Moodle et Schoology). J'ai donc interrompu mes études depuis 15 ans. Par le biais d'un dossier de Validation d'Acquis Personnels et Professionnels (VAPP), la commission pédagogique de l'université de la Sorbonne a statué favorablement à mon intégration en Master 2 Recherche DFLE.

More Posts

Follow Me:
Facebook

« Et sinon sans indiscrétion… ? »

Cette petite histoire, purement fictive mais inspirée de ma propre expérience, illustre un exemple de dissonances interlocutives provenant de l’utilisation de certaines expressions françaises. Depuis que je suis rentrée de mon année de lectrice au Connecticut, je me suis souvent demandé comment réagirait un américain face à  certaines expressions qu’utilisent  les français souvent de manière machinale (mais pas toujours). Je me suis mise à réfléchir sur ces expressions qui ne m’avaient jamais vraiment choqué auparavant. La première de ces expressions fut « et sinon sans indiscrétion… ». D’après la petite étude que j’ai mené sur cette expression depuis mai 2013, les français utilisent cette expression pour poser 1/ des questions en rapport avec l’argent et 2/ des questions en rapport avec la santé. La moralité qui se dégage de cette histoire prône, d’une part, le bon « usage de la parole » mais souligne aussi les intentions machiavéliques qui peuvent se cacher derrière les mots lorsque les locuteurs ont conscience du pouvoir de la parole.

 

Marie Leclair est une jeune femme, franco-américaine, de 25 ans. Elle est née aux Etats-Unis, d’un père français et d’une mère américaine. Bilingue de naissance, son père demanda très vite la double nationalité pour sa fille prodige. Après avoir fait ses études au Lycée français de New York et des études supérieures à l’université de Colombia, Marie arrive à Paris, en septembre 2015, ayant décrochée un contrat doctoral à la Sorbonne et prête à enfin découvrir la vie en France. Malgré la maîtrise de la langue, le changement de pays est en fin de compte assez brutal. Un mois après la rentrée, lundi 6 octobre, 19h, Marie écrit un email à son père.

 

 Papa,

 Je n’en peux plus des français ! Pourquoi sont-ils si curieux ? Ils me posent toutes sortes de questions et souvent des questions très personnelles et sans gêne en plus ! Et tu sais comment ils s’en sortent ? Avec cette fameuse expression : « et sinon sans indiscrétion ». Voilà, ils utilisent cette expression et puis ils posent leur question très gênante. Et moi je ne sais pas quoi dire dans ce genre de situations à par répondre à leur question et me sentir extrêmement gênée et contrariée.

 Je te donne deux exemples. J’ai fait la connaissance de cette Christelle, une voisine dans l’immeuble. Je la croisais souvent, on a commencé à sympathiser puis elle m’a invité à prendre le thé chez elle et dimanche dernier je l’ai invité chez moi à mon tour. Elle a beaucoup aimé mon studio, elle me faisait pleins de compliments dessus puis tout d’un coup, sorti de nulle part, elle me dit « et sinon sans indiscrétion tu paies combien par mois ? ». Je la connais seulement depuis quelques semaines mais elle a quand même osé me poser cette question! Pareil au cours de yoga, j’ai sympathisé avec les participants, on prend un verre après le cours, on discute bien et puis chacun raconte ce qu’ils font dans la vie. A mon tour je m’exprime : « moi je suis en contrat doctoral à la sorbonne » et ce Aymeric renchérie avec « et sans indiscrétion tu touches combien quand tu es en contrat doctoral ? ». J’ai bafouillé et il a du voir que j’étais extrêmement gênée car il m’a finalement dit que je n’étais pas obligé de répondre.

 C’est quand même très hypocrite de penser qu’ils peuvent poser des questions comme celles-ci simplement car ils utilisent cette soi-disant formule de politesse « sans indiscrétion »! Ils savent pertinemment que c’est impoli et que ça met la personne mal à l’aise de poser la question qu’ils ont en tête! Je suis vraiment en colère ! Je ne pensais pas que j’aurai ce genre de problèmes en venant vivre en France puisque je suis totalement bilingue. Je commence à comprendre que la maîtrise d’une langue est une chose mais comprendre réellement les gens qui la parle, le peuple et la culture ne se fait qu’en vivant dans le pays en question. Ah ! J’ai encore des progrès à faire pour comprendre tous les français !

 J’attends avec impatience ta réponse.

 Marie.

 

Le lendemain, mardi 7 octobre 2015, 9h, marie se réveille avec un email de son père.

 

 Ma chère fille,

Oui les français sont curieux mais tu sais il y a beaucoup d’expressions comme celles-ci dans toutes les langues qui sont utilisées pour certaines situations. A première vue, ces expressions font déroger le cas en question à la règle mais en réalité elles ne font que renforcer le caractère général de la situation. Marie, je pense que c’est une chance de comprendre d’une part ce qui se cache vraiment derrière cette expression mais aussi de douter de l’honnêteté des gens. Maintenant c’est à toi de savoir ce qu’il faut répondre. En général, personne ne répond « mais si c’est très indiscret de votre part » à l’expression « et sinon sans indiscrétion » car ces gens sont pris de court, l’expression fait son effet ! En fin de compte, c’est peut-être ce qu’il faut répondre dans ce genre de situation : « mais si c’est très indiscret de votre part »!

 Bon courage avec tous ces français curieux et à bientôt,

Ton Père

 

Marie repart à la fac, l’esprit un peu plus tranquille après avoir lu cet email réconfortant. 

Clémence Burckel

étudiante en Master 2 DFLE Recherche, Université Sorbonne Nouvelle, Paris III et Master 2 études anglophones Recherche, Université Paris-Sorbonne

More Posts

“Cher collègue” 

 

“Cher” est souvent employé dans des formules de politesse : “Cher Monsieur”, Chère Madame”, “Chère Mademoiselle”, “Cher Roger”, “Cher confère”, “Ma chère soeur”, “Cher collègue”, etc. Ce terme exprime un respect, une bienveillance, ou une sincérité entre les connaissances. Par exemple, on peut dire “Cher Monsieur” comme appellation dans un mail à un enseignant de Paris 3 pour présenter nos respects. Parmi ces appellations respectives, “Cher collègue” peut s’utiliser dans d’autres cas. Pour rappeler un coéquipier d’un dossier au devoir, on peut l’appeler “Cher collègue” pour ne pas entrainer une situation gênante. Au pire, “Cher collègue” pourrait cacher une hypocrisie : dans la vie professionnelle, “Cher collègue” exprime souvent une sincérité superficielle, en fait c’est pour demander aux autres de faire quelque chose. En quelques sortes, il nous faut distinguer différents sens pour savoir le vrai propos du locuteur.

Qu’en pensez-vous, mes “chers collègues” ?

Tong

Tong YANG Paris 3

More Posts