Archives de catégorie : 1. Recherches et problèmes

Champs et problèmes de la didactique des langues

Réflexions nouvelles sur la dynamique du mémoire, la construction du plan et la bibliographie.

À la suite d’une réunion organisée par notre directeur de recherche, quelques étudiants et moi-même avons pu confronter nos idées et réfléchir un peu plus en avant à la conduite et à la présentation de notre mémoire. Quelques idées ont ainsi émergé qui doivent permettre de mieux en concevoir le développement, comme de proposer un plan plus original, plus attractif, de concevoir un terrain plus adapté au sujet du mémoire ou de référencer sa bibliographie de façon plus claire.

Continuer la lecture de Réflexions nouvelles sur la dynamique du mémoire, la construction du plan et la bibliographie.

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Perec, une amitié à travers les langues

Compte-rendu de lecture : Revue Europe numéro spécial Georges Perec, janvier-février 2012 n° 993-994

 

L’écrivain Georges Perec, depuis sa disparition en 1982, suscite une admiration grandissante, comme en témoigne la récente publication de son œuvre dans la collection de la Pléiade. En janvier-février 2012, pour son numéro 993-994, c’est la revue Europe qui lui consacrait toute son attention, en 24 articles ! Ces articles écrits par des spécialistes et admirateurs de son œuvre permettent d’en couvrir un grand pan et d’offrir un regard nouveau sur l’homme. Les pages Perec de ce numéro sont divisées en 6 parties, la première servant d’introduction, quant aux autres, elles ont pour titre : Le regard sur le réel : l’infra-ordinaire et l’archive ; La vie mode d’emploi (référence à son chef-d’œuvre éponyme) ; Identité et mélancolie ; Un dialogue avec la littérature ; Rencontres amicales.

Continuer la lecture de Perec, une amitié à travers les langues

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Les bibliographies

 

J’ai déjà essayé à trouver les références qui correspondent à tous les chapitres de mon mémoire, mais en manque du temps, pour chaque livre ou article, je n’ai pas bien lu entièrement, mais simplement jeté un coup d’œil sur le sommaire et en parcouru certains chapitres.
Les bibliographies pour chapitre 1 (cadre théorique) : ( à vérifier avec directeur)
– LAHIRE B. (2004), La culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi, Paris : La Découverte.
– PY B. (2004) [1995], « Quelques remarques sur les notions d’exolinguisme et de bilinguisme », in GAJO L ; MATTHEY M ; MOORE D, & SERRA C éds., Un parcours au contact des langues, Textes de B. Py commentés, Paris : Didier-CREDIF, pp. 187-200.
– Sterponi Laura et Bhattacharya Usree, 2012, “DANS LES TRACES DES HYMES ET AU DELÀ: LES ÉTUDES DE LA SOCIALISATION LANGAGIÈR”,LANGUAGE ET SOCIÉTÉ , N° 139, p 67-82
– BLANCHET Ph. ; COSTE D. 2010, Regards critiques sur la notion d «interculturalité». Pour une didactique de la pluralité linguistique et culturelle, Paris : Editions L Harmattan.
– CICUREL, F. & VERONIQUE, D. éds., 2002, Discours, action et appropriation des langues, Paris, PSN.
– GAJO L ; MATTHEY M ; MOORE D, & SERRA C éds. 2004, Un parcours au contact des langues, Textes de B. Py commentés, Paris : Didier-CREDIF.
– THIESSE A.-M. (1999), La création des identités nationales, XVIe-XIXe siècles, Paris : Le Seuil.
Références pour l’analyse du contexte linguistique et politique : ( déjà vérifié avec mon directeur)
– BALIBAR R. (1985), L’institution du français. Essai sur le colinguisme, Paris : Puf
– BAUTIER, E. 1995, Pratiques langagières, pratiques sociales. De la sociolinguistique à la sociologie du langage, Paris : L’Harmattan.
– BEACCO, J.-C., CHISS, J.-L., CICUREL, F. & VERONIQUE, D. dir. (2005). Les cultures éducatives et linguistiques dans l’enseignement des langues, Paris, PUF.
– BERNSTEIN B. (1971), Class, Codes and Control, Londres, Routedge & Kegan Paul. (1975trad. fr.), Langage et classes sociales. Codes sociolinguistiques et contrôle social, Paris, Éditions de Minuit.
– BLANCHET, Ph. 2000, La linguistique de terrain, méthode et théorie. Une approche ethno sociolinguistique, Paris : PUR.
– CALVET, L.J. (1996) : Les politiques linguistiques, Paris : Puf.
– CAVALLI, M. 2005, Éducation bilingue et plurilinguisme. Le cas du Val d’Aoste, Paris, Didier-CREDIF.
– DEPREZ Ch. (1999), Les enfants bilingues : langues et familles, Paris : Credif-Didier.
– PY B. & PORQUIER R. (2006), Apprentissage d’une langue étrangère : contextes et discours, Paris : Didier.
Les références sur la culture chinoise et la langue parlée :

-SPAËTH V. dir. (2010), « Le français au contact des langues, Histoire, sociolinguistique », didactique, Langue française 167. En ligne sur le site : http://www.cairn.info/revue-langue-francaise-2010-3-page-3.htm
– VYGOTSKI L. (1997) [1933], Pensée et langage, La Dispute, Paris.
-语言与文化[M]. 北京出版社 , 罗常培著, 2004
-社会语言学教程[M]. 复旦大学出版社 , 游汝杰,邹嘉彦著, 2004
– 仁甫,刘方,子亮,勇毅.言语行为与文化模式──中国人的交际方式三例[J].汉语学习,1995(01):44-47.

Continuer à chercher….

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Le rôle des enseignants à l’ère numérique – réflexion sur les assises de la lusophonie et de la francophonie

Les assises de la lusophonie et francophonie ont eu lieu du 6 décembre 2017 au 8 décembre 2017. Des débats ont été organisés entre les différents acteurs dans l’univers francophone et lusophone, visant à analyser l’importance de l’enseignement de ces deux langues, à discuter les défis et les perspectives d’avenir de l’éducation.

Ce qui m’intéresse le plus, c’est l’intervention de M. Lumbroso qui explicite les défis confrontés par les écoles francophones et lusophones à notre époque. Dans son exposé, l’un des défis principaux est le numérique. Pourquoi c’est un défi au 21e siècle ? Selon lui, c’est parce que les données ne sont pas les informations, l’information ne fait pas la connaissance et la connaissance ne fait pas la manière de décider quelque chose. Il souligne que l’école doit apprendre le numérique, apprendre du numérique, mais surtout apprendre à apprendre avec le numérique. Il met en avance également le rôle d’accompagnement des enseignants, qui doivent prendre la responsabilité de guider les élèves à passer des données à l’information, de l’information à la connaissance, de la connaissance au savoir-faire dans la vie. Par conséquent, les enseignants doivent être très bien formés, pour qu’ils soient non seulement en mesure de moduler un numérique d’urgence permanente, mais aussi de savoir ralentir afin de mieux réfléchir plus correctement.

Ses idées m’ont beaucoup frappée. Nous sommes déjà entrés à l’ère numérique. Dès la naissance de la nouvelle génération, les nouvelles technologies font déjà partie de leur quotidien. Grâce aux outils numériques, nous pouvons accéder à une multitude d’informations et de ressources qu’avant. Cependant, face à l’explosion des informations, nous pourrions être perdus. Comment sélectionner les données utiles ? Comment passer les informations aux connaissances ? Bien que les élèves puissent développer des compétences autonomes, ils pourront quand même rencontrer ce genre de difficultés. Ce passage indispensable nécessite ainsi l’intervention de l’école et l’accompagnement des enseignants. C’est la raison pour laquelle le rôle des enseignants est aussi importante à l’ère numérique.

 

Bibliographie

Intervention de M. Olivier LUMBROSO dans les Assises de la lusophonie et de la francophonie, en Grand Amphithéâtre de l’Université Sorbonne, le 7 décembre 2017.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

L’analyse du contexte politique et linguistique

J’ai envie de mettre la partie du contexte dans le chapitre 2, derrière le chapitre de l’état de l’art. Voici le plan d’analyse :
Partie 1
1.1 présentation brève du statut de Chine +carte géographique
1.2 situation linguistique et socio-culturelle de Chine : pays homoglotte(en présenter les langues en présence, langues véhiculaires, et les raisons de présences)
1.3 Statut des langues (langue maternelle ; langue de référence ; langues d’appartenance)
Partie 2 présentation de l’institution
2.1 type d’institution + programme de l’institution + manuel et matériel
2.2 public
2.3 système scolaire (organisation du système ; emploi du temps (lourd ou pas) ;
2.4 culture éducative
2.4 professeur (non-natif ; niveau de formation)
Partie 3 situation de didactique
3.1 enseignement du français (approche ; utilisation de l’interlangue ; compétence visée)
3.2 apprentissage du français

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Structure et le plan du mémoire

1.Page de couverture
2.Attestation de ne non plagiat signée
3. résumé de longueur 1 à 2 pages
4. Remerciement……………………………………………………………………………………………………………..1 page
5. Table des matières………………………………………………………………………………………………………… 1 page
6.
Introduction ………………………………………………………………………………………………………………… 8-10 pages
Chapitre 1 Etat de l’art……………………………………………………………………………………………… 10 -15 pages
Chapitre 2 contexte politique et linguistique en Chine……………………………………………8-10 pages
Chapitre 3 présentation de la culture traditionnelle chinoise………………………………………. 5-8 pages
Chapitre 4 les résultats d’analyse………………………………………………………………………………… 40-60 pages
4.1 méthodologie de l’enquête……………………………………………………………………. 2-3 pages
4.2 ……………………………………………………………………………………………………………………
7. Conclusion ………………………………………………………………………………………………………………….. 2-3 pages
8. Bibliographie
9. Annexes

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

9 Pour la notion d’acte de langage
La théorie de ‘l’acte de langage » est un des concepts de base pour l’analyse des situations de didactique et des situations de contactes de langue ou de culture, elle fait également partie des théories de mon mémoire. Ayant trouvé pas mal d’informations sur cette théorie, voici un petit résumé.
« L’acte de langage » traduit en langue par speech act, est une notion développée dans la seconde moitié du 20ème siècle, dont le prisonnier est John Austin, qui est le philosophe britannique. La publication d’un recueil de conférence publiant en 1962 donnée par John Austin, how to do Things with Words, marque le point de départ de cette théorie classique. En 1970, on a traduit cet ouvrage en français, dont le titre est Quand dire, c’est faire. Austin prend le contre-pied des philosophes qui considèrent les phrases comme unités grammaticales qui sont « affirmatives » et servent à dire des choses vrais ou faux, il s’intéresse plutôt aux phrases ordinaires, lesquelles sont contextuellement situées, sont des énoncées performatives visant à faire des choses d’accomplie. C’est Austin qui a établi le concept de « performatif », selon lui, les énoncés sont l’accomplissement de certains actes, quand on parle une phrase, il y a toujours un acte à faire, par exemple, comme ce que le président Mao a dit au premier octobre, 1949 : « le gouvernement national de la République de la Chine a établie aujourd’hui ! », lorsqu’il a fini cette phrase, il a également réalisé un acte de déclaration de l’établissement d’un nouveau gouvernement ; un autre exemple, un homme dit au mariage : « Je voulais me marier avec cette femme. », quand il est entrain de parle cette phrase, il exprime en même temps ses sentiments et sa promesse. Autrement dit, d’après Austin, to says something is to do samething, quand dire, c’est faire ; in saying X I was doing Y, by saying X I did Y. par exemple, la phrase “ vous êtes embauché”, réalise, en fait, un acte d’engagement d’un nouveau employé.
Du point de vue sociolinguistique et anthropologique, le terme « langage » ne signifie pas un phénomène linguistique interne, ni comme ce que les chinois le définissent simplement comme les propos, les paroles, qui diffère complètement des actions comme dans le proverbe chinois « 言行一致 », traduit en français « les actions correspondent à ses propos ».
En fait, il mangue encore des choses dans ce petit résumé, par exemple, les deux variations de l’acte : l’acte social et l’acte naturel, je vais continuer mes recherches.

Bibliographies:
– J. L. AUSTIN, how to do Things with Words.
– La fiche du séminaire de Mme SPAËTH, professeur des Universités, directrice DILTEC)

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Identité culturelle sociale

L’identité culture influence de façon inconscient toutes les activités humaines, les personnes d’une communauté agissent du point de vue de leur propre identité nationale ou collective. L’identité culturelle est donc un miroir par quoi on peut se reconnaitre une communauté humaine (politique, société, religieux…) par de valeurs, de pensée, de manière d’engager, de langue, d’habitude de vie…
Lorsque nous commençons à apprendre une langue nouvelle, nous rencontrons un monde et une culture exotique, donc une nouvelle identité nationale. Nous avons habitude de tendre à
……
L’identité social est associée généralement à l’histoire d’une société ou d’une nation, laquelle « apporter une définition de l’identité sociale et une formulation de l’identité collective, à travers une nature de l’autorité et une forme du pouvoir résultant de l’idéologie globale de cette société et de ses pratiques » (Moreau de Bellaing, 1979, p. 197).

Bibliographies:

Moreau de Bellaing, L. (1979). Identité collective et champ social. In J. Beauchard (éd.). Identités collectives et travail social (pp. 195-211). Paris : Privat.

 

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Identité culturelle individuelle

L’évolution du concept de « culture » autorise à l’apparition de la notion d’identité. L’identité est une notion complexe et difficile à définir, laquelle avec celle de l’altérité sont perçu par beaucoup d’ethnologues comme centrales et essentielles, ils s’y référer fréquemment. Continuer la lecture de Identité culturelle individuelle

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Compte rendu de la table ronde : vers des nouvelles humanités ?

La table ronde « Vers des nouvelles humanités » a eu lieu le 5 décembre en Amphithéâtre Durkheim de la Sorbonne. Les expériences conduites par le pôle HALL de Sorbonne Paris Cité ont été présentées par plusieurs chercheurs dans de différents domaines : études d’enfance et humanités, humanités numériques et humanités médicales. Ce compte rendu se focalisera sur la présentation intitulée « De la crise des humanités aux humanités numériques » d’Ioana Galleron, enseignante chercheure de Paris 3.

Galleron présente tout d’abord la définition de l’humanité numérique, soit une discipline où les humanités et les technologies informatiques se croisent. Il s’agit de la numérisation d’artefacts, la mise en réseau de connaissances, l’attribution auctoriale, etc.

Elle indique dans un deuxième temps la crise des humanités, qui concerne la dimension sociale, politique et disciplinaire. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin des nouvelles approches afin de favoriser les études des humanités. C’est ainsi que les humanités numériques émergent et tentent de répondre à nos besoins.

Elle illustre ensuite comment les HM satisfont nos besoins. Les anciens besoins consistent en accessibilité des ressources sans limite de temps et d’espace, en collaboration intra- et transdisciplinaire, et en gestion de l’information. Premièrement, elle met l’accent sur la notion de l’« open science ». Avec le développement des outils informatiques et de l’internet, les ressources électroniques sont accessibles pour tout le monde. La mise en application des outils « open source » favorise la collaboration entre les chercheurs et la redistribution des ressources. Le « crowdsourcing », qui se sert de l’intelligence de nombreuses personnes afin d’accomplir des tâches prises en charge par une personne, a également un impact important. Deuxièmement, elle souligne sa fonction de l’annotation et de la mise en lien. Les ressources numériques comportent des métadonnées, des balises, et des liens hypertextes vers des ressources externes. Cela nous permet de consulter plus d’informations complémentaires. A part ces anciens besoins bien connus, Galleron ajoute également les nouvelles propositions, par exemple, la manipulation des textes. Les outils numériques favoriseront extraction d’information au-delà des mots, segmentation, comparaison des textes, visualisation et distant reading, etc.

Elle mentionne en dernier lieu les contributions de Paris 3 et les perspectives. Paris 3 a déjà réussi à construire des outils de traitement automatique des langues pour les sciences humaines et sociales. Le programme de collaboration entre Paris 3, Paris 13, Paris 7 et INALCO a conduit à une plateforme web simple et conviviale pour la constitution de corpus, l’analyse linguistique et statistique, l’interrogation, l’exploration et la visualisation des données. De plus, les professeurs ont proposé les nouvelles approches pour les études de l’histoire littéraire et l’analyse du texte littéraire, telles que la Banque de données d’histoire littéraire (BDHL) proposée par Henri Béhar, et la littérométrie proposée par Bernard et Bohet. Un écosystème humanités numériques est en cours de constitution grâce aux efforts des enseignants chercheurs et à la collaboration au sein de l’USPC.

La présentation d’Ioana Galleron nous aide à mieux connaître la défintion des humanités numériques et leurs apports aux études des sciences humaines et sociales. En tant qu’étudiante en didactique des langues et future professeur, je suis vraiment intéressée par ce sujet. Etant donné que nous nous trouvons dans une époque où les nouvelles technologies ont intégré dans tous les aspects de la vie quotidienne, l’utilisation des outils numériques ont modifié notre vision du monde et nos habitudes d’apprentissage. Il est ainsi indispensable de prendre en compte ses effets sur l’enseignement/apprentissage des langues.

D’un côté, le numérique possède des effets favorables. L’accès libre et rapide aux diverses ressources électroniques facilite la recherche des informations. Le travail collaboratif et les discussions en ligne favorisent également le partage des connaissances. Les applications ludiques pour apprendre les langues renforcent en outre l’intérêt des apprenants. De l’autre côté, l’explosion des informations et la diffusion des fosses informations nécessitent un regard critique. Les apprenants peuvent aussi être dépendants des outils numériques, qui réduira en quelque sorte leur réflexivité.

Comme ce que signale Emmanuel Davidenkof, « ce n’est pas la question du numérique qui se pose, mais celle du pédagogique » (2016 : 18). Ce qui importe, c’est la manière dont les enseignants le mettent en pratique. Alors, quant à l’enseignement de la littérature, quel est le rôle du numérique ? Comment nous pouvons nous bénéficier de ses effets favorables ? Comment éviter les effets négatifs ? Il nous reste des questions à réfléchir.

 

Bibliographie

« Entretien avec Emmanuel DAVIDENKOFF », réalisé par Régis Guyon en juillet 2016, Diversité, n° 185, 3e trimestre 2016.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

présentation de billet

  • Le 1er billet s’appelle « chemin de recherche », qui est sous forme de journal de bord, il s’agit de présenter mon travail de préparation de recherche, mon sujet d’analyse, mon programme de travail qui me permet de bien organiser le temps et de réaliser la rédaction du mémoire étape par étape.
  • Le 2er billet nommé « l’espace conceptuel et théorique », proprement dit, cette partie sert à présenter les notions et les théories. Elles sont catégorie par l’ordre progressif en suivant strictement le plan de mémoire cela permet d’éviter la perte du temps si j’y consulte après. Cette partie est composé notamment des ressources fiables, des citations sur les grandes notions,
  • 3er billet, c’est pour les méthodes pratiques et les règles formelles à respecter pour la rédaction du mémoire. Le travail de la mise en forme prend beaucoup de temps et souvent pose un grand souci, notamment pour les non-natifs qui sont moins familiers avec les règles formelles du mémoire, surtout dans les citations et les bibliographies. Toutes les informations sont obtenues soit par la consultation des mémoires, soit par la note du cours.

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

La culture linguistique chinoise et ses impacts à l’E/A du français

En examinant les contextes culturels de l’enseignement du français en Chine, je suis vivement intéressée par les notions de « cultures linguistiques », « cultures éducatives » et « cultures didactiques » introduites par M. Chiss dans son séminaire. Pourtant, j’avais des difficultés à trouver des définitions exactes de ces notions. En quoi précisément consistent des cultures linguistiques, des cultures didactiques et des cultures éducatives dans un pays ? Je suis certaine qu’il existe une culture éducative spécifique en Chine, mais la culture linguistique et la culture didactique, existent-elles dans notre pays ? Si oui, comment je pourrais les dégager et les décrire ? Continuer la lecture de La culture linguistique chinoise et ses impacts à l’E/A du français

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l’Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Mon projet de mémoire

L’enseignement de la littérature en classe de FLE en contexte universitaire chinois

La littérature occupe depuis longtemps une place incontestable en classe de langues, et les textes littéraires sont « … utilisés tout à la fois comme modèles, outil et objet de la formation des élèves » (Fraisse, 2012 : 36). Cependant, depuis la deuxième moitié du XXe siècle, à la suite de l’évolution profonde des méthodologies de la didactique du français, l’enseignement de la littérature est confronté à une crise. Etant donné que l’enseignement du français langue étrangère se focalise de plus en plus sur une compétence de communication et sur l’oral, la littérature, considérée comme un outil peu pragmatique, se trouve graduellement en marge de la classe en concurrence avec les autres supports multimédia. Même si le CECRL mentionne la littérature d’une manière implicite, il ne lui accorde pas une place suffisamment importante :

Continuer la lecture de Mon projet de mémoire

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Mes carnets de recherche

Mes carnets de recherche

Rédiger un mémoire est un travail plein d’intérêts, mais aussi plein de défis et d’incertitudes. Pour commencer ce grand processus, il est indispensable d’ouvrir des carnets de recherche.

Comme ce que Bruno Latour a proposé dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie, « tout fait partie des données » (Latour, 2006 : 194), établir quatre catégories de carnets de recherche facilite l’enregistrement des données durant notre travail. L’auteur a consacré le premier carnet à un « carnet de bord de l’enquête », le deuxième sera un carnet de la « collecte de l’information », le troisième sera celui d’« essais d’écriture », alors que le dernier carnet sera pour « consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs » (ibid. : 194-196).

Inspirée des propositions de Latour, j’aimerais créer quatre types de carnets :

Premièrement, je voudrais créer un carnet intitulé « carnet de sources ». J’y mettrai tous les références utiles pour mon mémoire et je vais les classifier par ordre chronologique en utilisant des logiciels. Ainsi, je ne serais pas maladroite pour consulter les documents voulus.

Le deuxième, je le nommerais un « carnet de notes », qui se focalise sur les comptes rendus, mes commentaires et ma réflexion que je noterai après la lecture des documents importants. Ce carnet me permet de réfléchir sur les questions que je voudrais

Par ailleurs, un « carnet de terrain » sert à enregistrer tous les rendez-vous, les rencontres, les questionnaires, etc. J’y ajouterai également la comparaison entre ce que j’ai envie de faire et ce que j’ai réalisé, afin de mieux organiser mon prochain rendez-vous. Ce carnet, comme ce que Latour a mentionné, me donne un point de vue de « l’expérience artificielle » et me permet de savoir plus tard « comment l’étude a été conçue, quelles personnes ont été rencontrées » (ibid. : 195).

Pour finir, le dernier sera un « carnet de glossaire ». J’y mettrai tous les termes et leurs définitions concernant mon sujet de mémoire, de sorte que je pourrais m’appuyer sur des théories importantes tout au long de ma recherche, et mieux préparer ma soutenance de mémoire.

 

Bibliographie

Latour B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris : Découverte, pp. 194–197.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Compte rendu du séminaire : LA POLEMIQUE DU JOUAL : ALIENATION, DECOLONISATION ET NATIONALISME

 

Nous avons participé au séminaire le 11 décembre, 2017 au Centre Censier, la première intervention dans le cadre du séminaire vise au sujet de la polémique du joual : aliénation, décolonisation et nationalisme, dirigé par GILLES DUPUIS, professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et codirecteur du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). Il est membre des comités de rédaction de la revue Intermédialités et du magazine Spirale. Dans ce colloque, il nous a apporté des réflexions sur le joual, notamment dans la littérature française.

Continuer la lecture de Compte rendu du séminaire : LA POLEMIQUE DU JOUAL : ALIENATION, DECOLONISATION ET NATIONALISME

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts