Tous les articles par TANG Ke

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Analyse des étapes du processus d’acquisition de la prononciation du français académique langue étrangère chez les apprenants universitaires chinois

Aujourd’hui, tous les apprenants universitaires chinois ne se satisfont plus de parler un français grammaticalement correct, ils montrent une grande volonté d’articuler un français standard (le français parisien), au niveau phonétique. Pour aider au maximum les apprenants à réaliser leur but, il est préférable de connaître comment l’apprenant acquiert, de son côté, la prononciation. Cette étude touche : 1) les étapes inévitablement expérimentées chez le public étudié ; 2) les facteurs qui participent à la concrétisation de parler un français académiquement correct.

 

Une prononciation intelligible est pourtant indispensable pour qu’un étranger se fasse comprendre (Herry-Benit & Pillot-Loiseau, 2012). En RAL, la théorie des systèmes complexes propose d’examiner les interactions (hétérogènes, non-linéaires, interactives), entre les multiples facteurs qui déterminent l’émergence des compétences : facteurs cognitifs, linguistiques, affectifs, sociaux, méthodologiques, etc. (Larsen-Freeman & Cameron 2008 : 36). Reposant sur ces facteurs, nous présenterons une enquête réalisée auprès des apprenants universitaires chinois afin de voir comment ils se réagissent aux niveaux physique ainsi que du cerveau, en vue d’analyser les étapes d’acquisition articulatoire, et de trouver les raisons des échecs et réussites. En complément, nous allons proposer à la fin, quelques activités pour les différents niveaux en tant que pistes d’entrainement.

 

 

Bibliographie

Beacco J.C. (2007) : L’approche par compétences dans l’enseignement des langues, col. « Langues et didactique ». Didier, Paris.

Herry-Benit, N., & Pillot-Loiseau, C. (2012). « Enseignement et évaluation de la prononciation de l’anglais et du français langues étrangères », dans Langues, Cultures, Sociétés : interrogations didactiques. Colloque DILTEC, 20-21-22 juin 2012, Paris.

Larsen-Freeman, D., & Cameron, L. (2008). Complex systems and applied linguistics. Oxford University Press, Oxford.

Thelen, E., & Smith L. B. (1994). A dynamic system approach to the development of cognition and action. MIT Press, Cambridge MA.

 

Sitographie

https://www.google.com.hk/search?safe=strict&client=aff-cs-360se-channel&channel=bookmark&hl=zh-CN&site=imghp&tbm=isch&source=hp&biw=1397&bih=709&q=prononciation&oq=prononciation&gs_l=img.3..0i19l10.7379.10234.0.10499.19.9.2.8.5.0.110.688.8j1.9.0….0…1ac.1.64.img..5.14.673.pHMC-hbS8pc#imgrc=uA7wUoXsj_5DTM%3A

TANG Ke

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Journée d’étude – passages de paroles / paroles de passages – 7 octobre 2015

 

La journée d’études – passages de paroles / paroles de passages organisée par M. Serge Martin, a eu lieu le 7 octobre 2015 à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, au troisième étage dans la salle M.

 

Cette journée d’étude s’anime et s’enrichit par la participation des enseignants-chercheurs littéraires de Paris 3 et des doctorants venant de différentes universités. De plus, l’arrivée de Gérard NOIRET, en tant qu’écrivain, nous ouvre une autre voie de voir la « voix ».

 

Ce que veut dire « les littératures comme paroles de passages » selon Martin, c’est « les œuvres littéraires[…]permettraient d’engager les apprentissages et les enseignements dans des paroles accueillant le maximum de passages : transferts d’affects et de savoirs », alors l’idée de « les littératures comme passages de paroles » renvoie au fait que « les arts et œuvres de langage engagent des réénonciations vives où s’essaient des expériences nouvelles[…]que les œuvres demandent à continuer et à partager ».

 

Le matin est démarré par six intervenants qui donnent des discours sur l’utilisation de la littérature aux niveaux de la culture, de l’écrit et de la phonétique dans l’enseignement de FLE. Le deuxième tour se poursuivit par six autres interventions qui exploitent comment la littérature peut être une source de passages de paroles en proposant de l’emploi des représentations, de la récitation, de la lecture à haute voix, de la mise en liaison de la vie et des œuvres littéraires, de la photographie et de la traduction dans l’enseignement du FLE.

 

Sitographie

https://www.google.com.hk/search?safe=strict&client=aff-cs-360se-channel&channel=bookmark&hl=zh-CN&biw=1399&bih=711&site=imghp&tbm=isch&sa=1&q=edith+piaf&oq=edith&gs_l=img.1.0.0j0i30l2j0i24l7.277605.279508.0.281427.5.5.0.0.0.0.78.312.5.5.0….0…1c.1.64.img..0.5.296.eAlUe5eA-us#imgrc=dvRNHZPqUIT5hM%3A

TANG Ke

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Deux petits dialogues entre le directeur et l’étudiant

Etudiant (E) : Bonjour Monsieur, vous avez une minute ?

Monsieur le directeur (M) : Oui …

E : Monsieur X, voilà ce que je voudrais faire, je vais faire un mémoire qui va étudier les difficultés que les apprenants de langue étrangère rencontrent pendant leur apprentissage, pour ensuite proposer des solutions pour les aider.

M : Bien, … ?

E : … ? Ah oui, oui, mon problème est que je sais pas comment faire …

M : Vous avez un projet ?

E : Non, j’ai pas un projet, puisque je sais pas …

M : Il faut d’abord trouver une problématique …

E : Mais j’ai trouvé la problématique !

M : Je vous écoute ?

E : Mais … c’est, c’est ce que je vous ai dit ?

M : ?

E : Etudier les difficultés que les appre …

M : Oui, c’est passionnant d’étudier LES difficultés, mais je suis désolé, ce n’est pas une problématique pertinente.

E : Excusez-moi, mais pourquoi ?

M : L’idée d’étudier LES difficultés est intéressante, mais cela concerne un univers de choses, j’ai crainte que vous n’ayez pas assez de temps à les tout traiter.

E : … oui … vous avez raison …

M : Ne vous découragez pas, vous savez, dans une recherche, proposer une problématique est beaucoup plus difficile que la résoudre. Il faut donc d’abord, pensez à ce que vous voulez vraiment faire, quelle est le problème qui attire le plus votre attention, et vous avez véritablement envie de le résoudre, et puis structurez-le avec vos mots.

E : D’accord ! Merci beaucoup, Monsieur !

 

 

[Un mois après …]

E : Bonjour, Monsieur !

M : Bonjour, jeune homme ! Vous allez bien ?

E : Excellent, Monsieur ! J’ai fait une nouvelle découverte !

M : Ah bon ? Une autre découverte ? Dites-la-moi !

E : J’ai lu dans un livre que la situation géographique et le climat local peuvent influencer la manière de prononciation chez les apprenants de LE, je me disais si je devais les développer dans le mémoire, je pense que ça peut être très intéressant !

M : Oui, vous avez raison, ça peut être intéressant d’en discuter, mais n’oubliez jamais quel est le fil principal de votre recherche. Comme vous avez déjà éprouvé, on fait consciemment ou inconsciemment des découvertes pendant notre recherche. Soit petites ou grandes, ces découvertes pouvaient toujours nous apportent de l’air frais. Avant de les approfondir dans le mémoire, demandez toujours s’il est nécessaire de le faire, et que celles-là constitueront des parties indispensables de votre recherche. Vous savez la raison ?

E : Pour ne pas être hors de sujet ?

M : Oui, c’est la première raison, un travail académique est estimé d’être rédigé de manière logique et les points de vues sont désirés se lier de façon étroite et raisonnable. D’ailleurs, il ne faut moins négliger que votre temps et votre énergie sont aussi limités. Il vaut mieux de nous focaliser sur ce qui nous importe le plus. Vous pouvez rajouter des choses intéressantes, bien sûr, mais il faut finir d’abord votre recherche selon votre idée initiale. Vous êtes d’accord ?

E : Oui, Monsieur !

 

Sitographie :

https://www.google.com.hk/search?safe=strict&client=aff-cs-360se-channel&channel=bookmark&hl=zh-CN&biw=1397&bih=709&site=imghp&tbm=isch&sa=1&q=%E5%88%86%E5%B2%94%E8%B7%AF%E5%8F%A3&oq=%E5%88%86%E5%B2%94%E8%B7%AF%E5%8F%A3&gs_l=img.3..0.20272243.20272243.0.20272477.1.1.0.0.0.0.109.109.0j1.1.0….0…1c.4.64.img..0.1.94.IzCQtqMiG_Y#imgrc=hJm0VTJ2w_7ARM%3A

 

TANG Ke

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Faire un canard

C’était un dimanche après-midi, j’étais dans un café avec Madame M et sa fille de quatre ans, le soleil doux se versant sur notre visage par les vitres grandes et transparentes, la fumée fine dansant légèrement au-dessus du café frais …

 

« Tu veux faire un canard, mon cœur ? »

 

…. Subitement, mon cerveau était vide, mais rempli aussitôt d’une série des images d’une fillette dessinant un petit canard mignon … attends, évidemment, elle n’a pas de crayons sur elle … est-ce que la petite va imiter un canardeau ….

 

« Ouais ! », un grand sourire se fleurissait sur ses lèvres rosées.

 

Je devenais plus perplexe en voyant le petit bras potelé détendu vers les morceaux de sucre, un éclat de rire franc fut projeté dans l’air, les grands yeux bruns furent allumés d’une lumière plus animée que le soleil, quand un morceau de sucre était jeté attentivement dans le café noir.

 

« Elle adore faire un canard, la petite. » La mère souriante embrassant son petit chou dans ses bras, m’expliqua.

« C’est-à-dire mettre le morceau de sucre dans le café ? » je demandai encore pour éliminer complètement ma perplexité.

« Exactement ! »

 

 

Sitographie

Consultés en décembre 2015 :

https://www.google.com.hk/search?q=%E5%92%96%E5%95%A1%E6%96%B9%E7%B3%96&safe=strict&client=aff-cs-360se-channel&hs=dlB&channel=bookmark&biw=1399&bih=711&site=webhp&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjui4TKiJPKAhXCtRQKHUP8AgwQ_AUIBygC#imgrc=eC63vIqy9neyVM%3A

TANG Ke

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Petit à petit, l’oiseau fait son nid

« On peut digérer et profiter de la source d’incertitude ? 

Mais oui !                       

Ah bon ? Comment ? »  

 

Voici ce que propose Bruno LATOUR (2006) dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie :

« … la meilleure façon … est tout simplement de tenir un journal de tous nos mouvements … », « parce que désormais tout fait partie des données ». (p.194) Précisément dit, il met en lumière quatre carnets :

  • Carnet de bord de l’enquête
  • Carnet à la collecte de l’information
  • Carnet aux essais ad libitum
  • Carnet d’évaluation

Brièvement dit, le premier carnet se vise à enregistrer soigneusement ce qui se passe au cours de l’enquête sur le terrain ; le deuxième carnet est consacré à rassembler les informations et ensuite de les catégoriser le plus clairement et proprement que possible ; niant l’idée de séparer l’enquête de la rédaction, le troisième carnet est ainsi destiné à amasser les idées fugitives qui vont servir éventuellement à l’écriture; enfin, le quatrième carnet est dessiné à inscrire les effets qu’apporte le compte rendu aux participants, afin de fournir une facilitation aux recherches à venir.

Quand on ne sait pas quoi faire, faisons ce que nous pouvons, quand on hésite s’il faut le faire, faisons-le, quand on se demande s’il se doit continuer à le faire, reprenons le courage, et avançons encore un petit pas, nous verrons qu’il vaut bien le coup, et que nous avons bien fait d’avoir osé essayer et le poursuivre.

Latour a bien raison d’indiquer qu’il ne vaut mieux pas faire « une distinction entre l’enquête et la rédaction » (p.195). Donc, quand on pense, il faut réagir. Penser trop sans réagir, nous allons très probablement finir par être enchaînés de la lourdeur de pensée qui deviendra un jour, une torture si douloureuse qui nous empêche même de bouger.

Ecrire est un est sans doute un bon débouché de faire sortir les tas d’idées qui s’entassent jusqu’au presque point de bloquer nos esprits ; écrire est un bon entraînement pour exercer physiquement notre cerveau, faisons-le régulièrement va rendre notre cerveau plus flexible ; écrire est de plus, un bon moyen de consigner si on peut, tout ce qui se passe autour de nous, surtout au niveau pratique. Ces écrits, comme le note Latour (p.197) « les seules façons d’accéder à un peu plus d’objectivité ». Bien qu’il existe un tel ou tel critère, nous faisons des enregistrements en tant qu’observateurs qui nous tenons indépendamment du terrain.

En ce qui nous concerne, c’est-à-dire, la rédaction d’un mémoire, une entreprise « gigantesque » si je peux le dire, puisqu’il y a pas mal d’entre nous n’a jamais fait un aussi grand travail auparavant, la mise à l’écrit dès qu’on peut se signifie encore plus pour nous. Un édifice ne se construit pas du jour au lendemain, comme un oiseau qui ne fait son nid que de manière petit à petit. Suivant les propositions de Latour, en lisant, nous notons ; en observant, nous enregistrons ; en analysant, nous écrivons, et physiquement bien sûr. Nous donnons forme à toutes nos idées, soit matures ou immatures, soit complètes ou fragmentaires, même des idées fugaces qui glissent comme une étoile filante sur le ciel de nos esprits, de manière matérielle sur le papier ou dans nos fichiers numériques. Tous ces écrits possèdent une potentialité de prendre une place indispensable dans la construction de notre mémoire. Tous ces petits pas modestes, vont nous apporter un jour, plus loin qu’on peut jamais imaginer.

Naturellement, le bonheur n’arrive jamais sans peine. Pourtant, n’oublions pas que « la joie venait toujours après la peine », donc, cela peut être momentanément et de temps en temps pénible à faire produire logiquement nos idées, mais à la force de confiance et de patience, on arrive à tout !

L’incertitude vient toujours de trop de pensées, la seule solution est de réagir. Allez, mes chers amis, prenons un stylo et une feuille, les mettons dans notre poche, les apportons n’importe où on va.

Notons dès maintenant ! Bon courage à tout le monde !

 

Bibliographie

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 1996, p. 194-197.

 

Sitographie

https://www.google.com.hk/search?safe=strict&client=aff-cs-360se-channel&channel=bookmark&hl=zh-CN&site=imghp&tbm=isch&source=hp&biw=1397&bih=709&q=l%27oiseau+fait+son+nid&oq=l%27oiseau+fait+son+nid&gs_l=img.12…0.0.0.9032.0.0.0.0.0.0.0.0..0.0….0…1ac..64.img..0.0.0.UXV_peI_hD4#imgrc=ih-yKJklPPWc5M%3A

 

 

TANG Ke

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts