Tous les articles par Tasnim Djafri

Etudiante en master 2 didactique des langues à Paris 3
Spécialité 1 Parcours recherche

Le mémoire de mes mémoires dans les mémoires

 

 

 

Écrire pour soi, mais écrire pour les autres.

La recherche est un monde dans lequel nous entrons pour vivre une expérience de partage et de création avec tous et pour tous.  Le mémoire se crée au gré de nos écrits, de nos expériences et de nos réflexions.

ecrire-pour-soi

Mais pour qui devons-nous écrire ?

Écrire pour soi, mais écrire pour les autres.

J’écris pour faire avancer ma recherche pour nourrir mon travail et pour laisser une trace indélébile dans l’histoire.

Un « petit » mémoire de 100 pages, pour nourrir et recréer le monde, ce monde dans lequel nous sommes les nouveaux chercheurs.

Écrire pour soi, mais écrire pour les autres.

Dois-je donner mon avis dans mon mémoire?

Le mémoire est bon quand le chercheur y apporte sa touche personnelle, quand le chercheur écrit pour soi, et quand le lecteur ressent la présence du scripteur. Lire pour découvrir le chercheur qui s’y cache, mais aussi pour revoir d’autres horizons jamais exploités, pour découvrir de nouvelles visions sur le monde actuel, pour faire un pas vers l’avant.

Écrire pour soi, mais écrire pour les autres.

Écrire pour soi, mais écrire pour les autres.

Une relation de recherche, un tableau de partage, une année d’exploration pour un mémoire d’exception !

Tasnim Djafri

Etudiante en master 2 didactique des langues à Paris 3
Spécialité 1 Parcours recherche

More Posts

« Allez-y, commencez la lecture »

« Allez-y, commencez la lecture »

Allez-y ? Mais où devons-nous aller ?

Je veux bien y aller moi ! J’aimerais tant atteindre ce monde que nous décrit si bien notre professeure ! Elle nous propose toujours d’y aller, mais personne ne s’y présente… Pourtant j’ai tant envie de me proposer, mais j’ai peur … Suis-je la seule à vouloir y aller ?

« Allez-y, donc, qui veux commencer ? Tu y vas Carla ? »

Oh la chance Carla va y aller elle, mais pourquoi elle et pas moi ?

Tout le monde n’a-t-il pas le droit de s’y rendre ?

Je me perds, je m’égare, Carla commence à parler, mais ne se lève pas pour y aller ?

Dois-je lui expliquer ce que veut la professeure ?

Peut-être a-t-elle peur d’y aller seule ? Alors je m’engage à l’y accompagner ! Ce monde plein de merveilles, si vaste et si loin ! Devons -nous nous y rendre à pied, en transport, en voiture ou en TGV ?

Je lui proposerai

« Sandra, allez-y reprenez la lecture, nous en sommes à la ligne 23.. Vous avez l’air perdue que se passe-t-il ? »

« Eh bien… rien de très grave… Je veux bien me joindre à Carla pour que nous nous y rendions ensemble toutes les deux  »

« Mais de quoi parlez-vous ? Vous rendre où ? »

« Bah dans cet univers que vous nous proposez de visiter et de découvrir. J’ai toujours attendu ce moment. Avec tant de patience, mais je n’ai jamais perdu espoir… Je me suis toujours dit que le bonheur s’offrirait à moi, un jour, lorsqu’assise sur ma chaise, j’entendrais mon prénom suivi de la proposition « allez-y », et ce jour se présente à moi à cet instant même! C’est magique! »

« Oh comme vous êtes mignonne Sandra, mais vous savez ce monde dont vous parlez si joliment nous y sommes tous à l’instant même ou je vous parle. Ce monde c’est celui de la classe, ce monde dans lequel nous vivons tous ensemble, où règne une confiance de groupe et où des amitiés et des liens naissent et se tissent. Ce beau monde où sont rassemblés chaque jour, des individus de toute part, de tout horizon, de tout lieu et de toutes cultures. Ce monde dans lequel vous et moi sommes différentes, mais semblables. »

« Ah donc ce monde-là nous y sommes déjà, mais pourquoi vous nous proposez plusieurs fois par cours d’allez dans un ailleurs ? »

« Eh bien, c’est juste une expression pour vous donner la parole, pour vous offrir le moyen d’entrer dans ce monde de lecture, de découvertes, d’émerveillements et d’imaginaire. Quand vous commencez à lire, vous entrez dans votre propre univers de lecture qui n’est pas le même que le mien. Nous vivons tous nos propres rêves. Eh bien en vous donnant la voix, je vous offre le plaisir d’entrez dans votre monde pour que nous puissions, vous suivre, vous écouter, et que vous nous emportiez dans votre univers à vous ! »

« Mais c’est magnifique Madame, alors je vais lire … Tenez vous tous la main, formez un cercle et venez avec moi je vais vous faire découvrir mon monde à moi… « 

Tasnim Djafri

Etudiante en master 2 didactique des langues à Paris 3
Spécialité 1 Parcours recherche

More Posts

Laura et son patron de recherche. Episode 1, première rencontre.

Mercredi 10 octobre, Laura envoie un mail à son directeur de mémoire

Bonjour Monsieur,

Je me permets de vous écrire, car je voudrais vous rencontrer pour vous présenter le début de mon travail et pour avoir quelques informations au sujet de ma bibliographie. Je suis disponible tous les jours de la semaine après 14h.

Bien à vous,

Mlle Laura Girault

Le vendredi 12 octobre, M. Roland répond à son mail

Bonjour,

Nous nous rencontrerons lundi 23 octobre à 15h au bureau B345.

Cordialement

LD

Le lundi 23 octobre à 15h10 au bureau B345

Les salutations sont faites en vitesse dans les couloirs.arlap

Laura, petite, brune, trapue, aux grands yeux verts  et au caractère doux et naïf. En face,

M. Roland Joël, grand, mince, aux yeux noisette. Caractère vif et impatient, mais aimable et compréhensif.

« Alors… donc je voulais savoir si ce livre de Pujade-Renaud était une bonne source pour mon mémoire, car en fait, euh… j’ai vu qu’il en avait deux : ‘le corps de l’enseignant dans la classe’ et ‘le corps de l’élève dans la classe’. J’ai eu l’impression qu’ils se combinaient, mais… eu.. Je ne sais pas vraiment si ..

« Bon très bien, donc c’est particulièrement intéressant que vous ayez choisi ces deux ouvrages qui se combinent bien entendu, disons un peu comme le sel et le poivre sur la table, bon donc lisez les plusieurs fois en vous concentrant surtout sur la place du corps enseignant et du corps -élève. Faites des recherches aussi sur les représentations de l’enseignant et de l’apprenant surtout dans le cas où elles entrent en collision par les hétérostéréotypes.

« Oui d’ailleurs j’ai fait un petit résumé je peux vous le montrer ? »

« Le mieux serait que vous avanciez un peu plus donc la c’est un premier entretien, mais bien entendu il y en aura d’autre donc il faut que vous avanciez un peu plus, cherchez d’autres ressources bibliographiques, des articles, des thèses qui peuvent nourrir votre travail aussi n’hésitez pas à les lire il y en a qui sont très intéressantes en rapport avec votre sujet .

Il y a un livre aux éditions seuil de Françoise Dolto qui est assez intéressant. Alors attendez,le titre c’est eu … L’Image du corps, eu… non ah oui L’image inconsciente du corps, lisez-le il est très intéressant surtout au niveau de la dimension corporelle de l’inconscient. Vous verrez c’est assez psychanalytique (sourire), mais ça peut vous ouvrir à des pistes de réflexion»

« D’accord Monsieur… mais … je … pour les thèses je peux reprendre des idées déjà avancées ? »

« Alors je vous renvoie à votre cours de méthodologie du mémoire, mais bien entendu vous pouvez vous en inspirer sans pour autant vous vous les approprier, car la problématique de chacun est unique et d’ailleurs votre angle d’attaque ne sera pas le même. »

« Ah oui oui… je voulais dire les citer pardon.. oui d’accord Monsieur »

« Bon, mais ne vous inquiétez pas hein, je vous sens inquiète et stressée (sourire) alors non ne vous en fait pas bon même s’il faut faire vite, car tout va très vite la soutenance va très vite arriver et le rendu du mémoire plus vite encore donc concentrez-vous bien sur votre travail, mais voilà hein sans trop d’angoisse et d’inquiétude »

« Oui (sourire) j’ai un peu peur je suis perdue et j’ai l’impression d’aller droit dans le mur. En tout cas je vais beaucoup lire pour construire ma recherche merci beaucoup »

« Eh bien je vous en prie, n’hésitez pas à m’envoyer un mail si besoin , bon je risque de prendre du temps à vous répondre, car je croule sous les mails (sourire) je dirige plusieurs thèses et mémoires donc bon.. En tout cas je vous répondrai et on conviendra d’un prochain entretien. Avancez dans vos lectures, dans vos écrits, et puis… bon courage à vous (sourire) »

«  Monsieur, au revoir » (se lève, se retourne, les joues rouges tomate et s’en va)

 

Tasnim Djafri

Etudiante en master 2 didactique des langues à Paris 3
Spécialité 1 Parcours recherche

More Posts

Colloque « La Revue des livres pour enfants a 50 ans : regards sur la critique de la littérature pour la jeunesse »

Lien direct vers le programme détaillé de la journée

Encore !
http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/Integration/JOIE/statique/pages/13_documents/formation/2015/colloque_50ans_rlpe.pdf

Les 5 et 6 novembre 2015

Tasnim Djafri

Etudiante en master 2 didactique des langues à Paris 3
Spécialité 1 Parcours recherche

More Posts

Je recherche donc j’écris

Anabiose

C’est en écrivant que se construit notre travail, c’est en écrivant que la recherche nous construit.

Une équation simple nous a été exposée par M. Martin durant le premier cours de méthodologie du mémoire: ‘La recherche c’est écrire’.

Écrire oui, mais que doit-on écrire ?

Il faudrait repenser de longues années en arrière, lorsque tout petit déjà, nous avions un carnet de santé, qui recensait tous nos aller-retour chez le médecin, nos vaccins, nos hospitalisations, etc. Pour un bébé français, avoir un carnet de santé signifie être né (j’ai un carnet de santé donc je suis né).

Et bien pour ce travail de recherche c’est en tous points la même chose. Pour faire naître ce travail de recherche, pour préparer son mémoire, il faut écrire. Il nous faudrait donc revenir au bon vieux temps en réinvestissant ces carnets, mais de façon tout à fait nouvelle.

Pour B. Latour, l’écriture pour la recherche demande une organisation spécifique. L’auteur nous propose donc de tenir quatre carnets différents, ayant chacun un rôle bien défini. Ces quatre carnets sont uniques, mais forment un ensemble indissociable. Pour l’auteur, il ne s’agirait pas de remplir chaque carnet l’un après l’autre, car   » la rédaction d’un rapport est une affaire trop risquée pour se plier à une distinction entre l’enquête et la rédaction « . Il faudrait mêler la recherche à l’écriture et le terrain à la rédaction.

Le premier carnet tiendrait lieu de « carnet de bord » à l’image d’un agenda où toutes nos démarches ou rencontres y seraient consignées. Ce premier carnet, je l’ai appelé ‘Au jour le jour’. J’y inscris de jour comme de nuit, tout ce que je lis, je consulte, je vois, j’apprends, etc. Il représente pour moi le journal du ‘terrain’, où l’itinéraire de ma recherche y serait quasi traçable.

Le second carnet servirait à la  » collecte de l’information « . Il serait utile pour ‘trier’ les informations qui seraient déplacées vers des catégories et/ ou sous catégories clairement datées et hiérarchisées. Ce carnet je l’ai appelé ‘ Ma collection 2015/2016’ . C’est en quelque sorte ce carnet qui me permettrait plus tard de créer la frise chronologique de mon travail de recherche. Ma recherche s’inscrirait donc dans l’histoire des recherches ? Quel honneur !

Le troisième carnet servirait « aux essais d’écriture ad libitum ». De jour comme de nuit, une idée qui nous vient, une pensée, une citation, un dessin, une esquisse bref tout ce qui pourrait nourrir notre travail devraient se trouver dans ce carnet. Il me paraît être le plus important, car il représenterait le carnet de nos ‘premiers pas’. L’auteur nous dit qu’il est indispensable de faire des ‘esquisses’ et des ‘brouillons’ pour mener à bien notre recherche. En cherchant dans un dictionnaire la définition du mot esquisse, je lis : « Plan sommaire de l’ensemble d’une œuvre littéraire ou d’un travail ». En nous référant à cette définition, nous comprenons donc que le choix du plan de notre mémoire pourrait découler de ce carnet. Ce carnet, j’ai choisi de l’appeler ‘ mes essais, mes esquisses’. J’aime y griffonner de petits dessins souvent en décalage avec ce qui est écrit. Je trouve cela enrichissant, car j’ai crayonné ce symbole visuel au même moment où j’ai écrit ces quelques mots. Il est donc aussi important que ce qui est écrit, et pourra nourrir mon travail autant que le nourriront ces écrits.

Enfin, le quatrième carnet serait utile pour « consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits « . En somme, il représenterait le carnet critique de notre travail. Il serait comme cette petite voix qui nous permettrait de nous pencher plus d’un côté que d’un autre. Il est indispensable pour que nous ayons une vision objective de notre travail, car la recherche nous demande souvent d’écrire seul, dans un lieu à l’écart de tous et voilà que nous nous retrouvons dans notre petit monde. La vision que l’on a de notre travail est donc trop subjective, trop personnelle. Il est donc important d’avoir un feedback de la part d’autrui, et les traces de ce retour se trouveraient dans cet ultime carnet que j’ai appelé ‘L’anabiose de ma recherche’. Littéralement, l’anabiose est un phénomène de renaissance en botanique qui fait revivre une plante après un long moment de dormance. Pour ma part, je lie ce phénomène à celui du travail de recherche, qui parfois semble s’alanguir, s’épuiser et qui grâce aux regards des autres et à leurs remarques (qu’elles soient une opinion, un blâme ou un éloge) nous permet de faire renaître ce travail, de lui donner une nouvelle vigueur dans le but de le raffiner pour être fin prêt à le présenter.

Recherchons, écrivons, esquissons, mais surtout, ne nous endormons pas !

 

1. Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, p.194-196, Paris, La découverte,  » Armillaire », 2006.

2. Dictionnaire en ligne Antidote 8 version 5.1

Tasnim Djafri

Etudiante en master 2 didactique des langues à Paris 3
Spécialité 1 Parcours recherche

More Posts