Tous les articles par Nora Sidhoum

Lettre ouverte aux futurs étudiants de M2 option A recherche.

Chers futurs étudiants,

Les vacances d’été vous séparent d’une nouvelle année universitaire après quoi, vous entamerez votre master 2 et la rédaction de votre mémoire, une étape que vous savez fondamentale mais qui est sans l’ombre d’un doute, déjà redoutée.

Je ne prétends pas vous apporter ici des solutions miracles mais vous trouverez derrière cette modeste lettre une expérience vécue que je vous espère utile !

Dans un souci de transparence, je tiens sans plus attendre à vous dire ceci : cette année sera certainement une année angoissante. C’est encore une étudiante stressée me direz-vous ! Alors, voilà une petite anecdote du premier semestre : un de nos professeurs nous conseilla sur le ton de la plaisanterie, de nous inscrire dans une piscine municipale (plébiscitant les vertus de la natation contre le stress) ! Curieux conseil n’est-ce pas ? Aujourd’hui, avec le recul, nous aurions tous besoin de nous y rendre…

Ceci étant, entrons dans le vif du sujet ! Vous aurez au premier semestre à choisir un sujet et un directeur de recherche en parallèle de la validation de vos séminaires. Prenez le temps nécessaire à la réflexion mais ne tergiversez pas plus qu’il ne faut ! L’important est que vous ayez le noyau de votre sujet, une sorte d’orientation générale qui vous permettra de vous situer globalement dans un champ de recherche. N’hésitez pas alors à contacter un potentiel directeur de recherche (l’objectif étant de le faire le plus tôt possible pour optimiser vos chances).

Après avoir convenu globalement de votre sujet de recherche avec votre encadreur , vous avez encore deux impératifs : d’une part, les dossiers des séminaires qui pourront aussi vous aider à préciser votre sujet, et d’autre part, la rédaction de votre mémoire de recherche. Même si cela peut paraitre tôt,  la majorité de mes camarades de promotion n’en penseront pas moins : travailler sur votre mémoire. Il faut lire et sélectionner des ouvrages et des articles, lister une bibliographie,  vous familiariser avec les normes de présentation, télécharger des mémoires exemples, mettre au point un plan et un titre provisoire, penser sa problématique, ses hypothèses, etc. Autant de choses qui prennent du temps mais qui sont indispensables pour débuter votre rédaction à proprement-dite.

Si vous êtes motivé et organisé, vous compterai parmi les étudiants chanceux qui ont commencé à rédiger leurs mémoires au premier semestre (Je n’en fais malheureusement pas partie d’où cette présente lettre !). Au deuxième semestre (après avoir eu je l’espère d’excellents résultats au premier), vous aurez une montée d’adrénaline qu’il ne faut surtout pas laisser redescendre! En effet, certains parmi vous partis en stage ajouté au fait de ne plus avoir de cours à l’université, peut d’une certaine manière contribuer à vous « déconnecter » des enjeux de cette année. Restez unis ! Aller dans les bibliothèques, aux colloques, aux conférences, au DILTEC, fixez-vous des objectifs avec votre encadreur (exemple, je vous envoie à la fin du mois, mon chapitre 1 et 2, très efficace!), connectez-vous dès que vous pouvez à Arlap et vous sentirez que vous faite partie d’une véritable communauté de chercheurs. Cela vous encouragera car vous verrez que tout le monde partage les mêmes doutes et les mêmes interrogations.

Dernier conseil tout autant subjectif ! A chaque gros coup de blues, lisez Tu seras un homme mon fils de Rudyard kipling, ça devrait vous faire de l’effet !

Avec toute mon amitié!

Pourquoi ai-je choisi ce sujet de mémoire ?

En parcourant les titres des mémoires des étudiants en M2 à Paris 3, on peut aisément s’apercevoir de la richesse du champ de la didactique du français langue étrangère. En effet, on peut aussi bien s’arrêter sur des sujets qui traitent de politiques linguistiques, de francophonie, de diversité culturelle ou de littérature que sur des sujets qui analysent des approches didactiques, des manuels scolaires ou des types d’évaluation, etc.  Il n’y a pas lieu de préciser que cette petite liste n’est pas exhaustive.

Dans ce puits sans fond de possibilités, j’ai dû comme tous mes camarades de promotion, « me situer » rapidement dans un champ complexe. Pour se faire, j’ai en premier lieu posé ma réflexion sur le choix de mon sujet de recherche, décision qui entraina avec elle, le choix de l’encadreur, du lieu du stage et la création de ma bibliographie, etc.

Je partais avec ce qui me semblait être un petit avantage, j’étais passionnée par le statut ambigu et toutes les péripéties que la langue française a connu dans mon pays et c’était bien de ce sujet dont je voulais rendre compte.

Ce pays qui n’adhère toujours pas à l’Organisation Internationale de la Francophonie mais qui par son nombre de locuteurs de langue française, est considéré comme l’un des premiers pays francophones (certaines études parlent de premier pays francophone après la France) est l’Algérie.

Par ailleurs, dans le cadre d’un séminaire intitulée, Didactique des langues maternelles et des langues étrangères, a émergé l’évidence du choix de mon (futur) encadreur. Les différents sujets abordés et les parenthèses faisant cas des exceptions au Maghreb, et particulièrement en Algérie m’ont confirmé l’intérêt de ce professeur pour ces questions, raison pour laquelle, il a voulu encadrer ce mémoire de recherche.

Ensuite ? Il est clair que l’intérêt pour un pays ne suffit certainement pas à délimiter un sujet ou à situer un champ de recherche. Parlerais-je de politiques linguistiques, de littérature d’expression française, de contact des langues, etc. Là aussi les possibilités étaient infinies, alors que choisir dans cet océan de sujets passionnants ? D’une brève conversation avec mon encadreur, je me suis enrichie de trois précieux conseils : premièrement, il peut être ennuyeux à la fois pour soi-même et pour les autres, de se consacrer à l’étude de ce qu’on appelle un sujet rabattu. Effectivement, à quoi sert-il de répéter inutilement ce qui a été brillamment dit par le passé ? Une recherche que l’on salue est une recherche actuelle qui soulève de nouvelles questions et de nouvelles perspectives. Cette remarque m’a permis de mettre de côté de nombreux sujets où je me serai sans conteste écroulée sous le poids de trop nombreuses références. Le deuxième conseil consistait lui, à restreindre au mieux son champ d’investigation ; on ne peut aborder en une centaine de pages tous les facteurs ayant un lien avec notre sujet. Ainsi, il fallait mieux approfondir un angle de recherche que de proposer un regroupement de questions dans une étude mal structurée et sans réponses apportées. Le troisième et dernier conseil m’encourageait à partir collecter des données directement sur le terrain car il fallait à tout prix, éviter de tomber dans les compte rendus superposés de livres.

Éclairée par ses remarques, mon champ de recherche commençait petit-à-petit à se dessiner.Je me suis posée alors une seule question, qui peut sembler de prime abord déroutante mais qui est, en réalité une bonne manière de commencer à penser une recherche. Qu’est-ce qui me semble être l’élément le plus curieux ou le plus paradoxal dans le système éducatif algérien actuel?

La réponse n’a pas tardé puisque ayant moi-même étudié en Algérie jusqu’à l’obtention de ma licence de Langue et littératures française, j’étais auparavant scolarisée dans un système (primaire, collège et secondaire) où la langue arabe est la langue de tous les enseignements et où le français comme l’anglais sont enseignés comme des langues étrangères ; cependant, (et c’est ici que se trouve l’élément paradoxale), l’enseignement supérieur scientifique et technique continue à être dispensé en langue française ! Dans le cadre de ce mémoire, j’ai donc choisi de me consacrer à l’étude de la rupture linguistique dans la continuité de l’acquisition des connaissances entre l’enseignement scolaire dispensé en arabe et l’enseignement supérieur scientifique, dispensé en langue française et ses conséquences sur la qualité de l’enseignement algérien.

Dans mon cas, le sujet de mon mémoire m’a conduit à penser mon champ de recherche et non pas l’inverse. De surcroit, même si un sujet est très nettement délimité, le champ de recherche, reste lui, toujours ouvert puisque que l’on fait appel à des concepts très variés dans diverses domaines des sciences du langage. A ce sujet, Philippe Blanchet témoigne que « l’histoire des sciences nous montre qu’il est difficile d’étudier un objet complexe sans être amené, de manière ponctuelle ou fondamentale, à croiser d’autres objets et d’autres champs tant les frontières en apparaissent fragiles »[1].  On ne fait donc et il y a bien des raisons à cela, uniquement se situer dans un champ de recherche.

[1] BLANCHET, Philippe. Les sciences du langage, un vaste champ de recherche, Sciences Ouest [en ligne], 2003, Le langage n°205 [consulté le 30 mars 2016].  Disponible sur http://www.espace-sciences.org/archives/science/18572.html

 

Compte rendu de la conférence-débat « Les noms de la mer et quelques petites choses encore… »

A l’occasion de la parution du dernier livre de Louis- Jean Calvet, La méditerranée : mer de nos langues, l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (Inalco) nous a convié jeudi 12 mai 2016 à la conférence- débat intitulée Les noms de la mer et quelques petites choses encore…animée par Gilles Forlot avec la participation de : Georgine Ayoub, Ilil MalibertYatziv, Michel Bozdémir et Philippe Blanchet.

C’est avec passion et enthousiasme que l’auteur est venu nous présenter ce livre dans un amphithéâtre disons- le franchement plein à craquer ! Dans un premier temps, Louis-Jean Calvet nous interroge sur la raison pour laquelle il consacre tout un livre sur la méditerranée et ses langues. La réponse est simple mais n’enlève rien à l’intérêt de l’étude : c’est que les peuples de ce territoire ou de ce continent liquide pour reprendre l’expression de Fernand Braudel partagent depuis plus de 3.000 ans, une histoire commune marquée par les empires, les conquêtes, le commerce des hommes, les échanges entre les différents espaces culturels, etc.

En ce sens, l’auteur avance que les idiomes de la méditerranée sont les plus à même de relater l’histoire de cet espace à travers les emprunts, l’étymologie des mots, la sémantique, les alphabets, la toponymie, les systèmes d’écriture, etc. Il ajoute aussi que les langues du pourtour méditerranéen, continuent, de façon extraordinaire à manifester les liens étroits que ces cultures ont entretenues et entretiennent aujourd’hui encore entre elles.

Pour illustrer cette idée, Louis- Jean Calvet prend l’exemple, du mot abricot, d’étymologie latine (praecoquum,  » fruit précoce « ), emprunté à l’arabe al-barquq via l’espagnol albaricoque. Il présente par la suite, une série d’exemples aussi étonnants les uns que les autres, qui nous font prendre conscience que chaque langue méditerranéenne recèle une fourmilière d’autres langues ; principe expliqué par un des concepts clef du livre : la niche écolinguistique méditerranéenne. Ainsi,  l’étude du phénicien,  de l’araméen, de l’hébreu, du grec, du latin, du berbère, de l’arabe, du turc, de l’espagnol, de l’italien, ou encore du français permettrait d’apprendre de nouvelles choses sur ce territoire traversé par les conflits, les dominations et les conquêtes.

L’auteur conclut son intervention en nous appelant nous autres étudiants à travailler sur notre connaissance du passé qui est incontestablement nécessaire à la compréhension du présent et à la construction de notre futur.

Dans un deuxième temps, Georgine Ayoub, professeure à Inalco et responsable du Master d’Arabe Littéral et Dialectal ; Ilil MalibertYatziv, professeure et coordinatrice du département d’études juives et hébraïques à l’Inalco, Michel Bozdémir, professeur à l’Inalco de langue et civilisation turque et Philippe Blanchet, enseignant- chercheur en sociolinguistique et en didactique de la communication plurilingue et interculturelle à l’Université Rennes 2 sont invités à prendre la parole dans le cadre d’une table ronde.

C’est en réponse aux remarques et aux critiques des intervenants cités plus haut que Louis-Jean Calvet revient dans un troisième et dernier temps sur l’explication de plusieurs points du livre comme la théorie de l’évolution et de la sélection naturelle appliquée aux langues, le concept de niche écolinguistique méditerranéenne, etc.

Parmi les critiques adressées à l’auteur, Philippe Blanchet a soulevé la problématique que posait l’absence d’un corpus permettant l’étude des interactions, élément fondamental de toute recherche sociolinguistique. Ainsi, la question du biais de recherche se posait aussi chez une des plus importantes figures de la sociolinguistique française. L’auteur répond que sa volonté d’inclure ce paramètre, qui est certes fondamental n’était pas dans le cas présent, réalisable contenu de l’époque éloigné. J’ai retenu alors qu’il fallait prendre conscience des limites et des obstacles rencontrées au cours de notre propre recherche afin d’être en mesure d’argumenter nos choix, nos méthodes, nos approches, etc.

 

Compte rendu du colloque « La Francophonie : un enjeu d’avenir ».

Ce colloque organisé par Mme. Michèle André, ancienne ministre, sénatrice du Puy-de-Dôme, présidente de la commission des finances du Sénat sous le haut patronage de Gérard Larcher, président du Sénat s’est tenu le 12 mai 2016 au Palais du Luxembourg.

Le colloque se divisait en deux parties : Pour un droit à la langue française et Pour une francophonie ambitieuse. Dans la première partie, cinq prestigieux intervenants (Loïc Depecker, Jacques Legendre, Patrice Bachand, Jacques Toubon et Claude Hagège) ont pris la parole autours de la politique de promotion de la langue française qui est le cœur de l’action de la Francophonie.

Dans un premier temps, Jacques Toubon, ancien ministre de la culture et de la francophonie à présenter le projet de loi Egalité et citoyenneté qui vise à améliorer le -droit- à la langue française dans les secteurs professionnels et à définir les acteurs en charge de cette mission.

Dans l’esprit de cette loi, l’employeur devrait par exemple, mettre obligatoirement à disposition de ses salariés, des logiciels fonctionnant en langue française. A un niveau universitaire, les chercheurs ont la liberté et le droit de communiquer leurs publications scientifiques en langue française et ce, quel que soit le domaine de rattachement.

Afin d’affirmer l’enjeu politique de ces problématiques linguistiques, Patrice Bachand, conseiller à la délégation du Québec, est invité à nous parler de l’aménagement linguistique québécois qui illustre de manière significative la volonté de rehausser le statut du français par rapport à l’anglais dominant (nous retenons que le panneau de signalisation STOP est indiqué ARRËT au Québec).

Nous arrivons à notre dernier intervenant de la première partie. Il s’agit du grand, Claude Hagège, professeur honoraire au Collège de France et éminent linguiste auquel je consacre depuis peu, une lecture attentive de l’ouvrage, Halte à la mort des langues, livre de référence resté incontournable.

Au début de son intervention, Claude Hagège pose son attention sur l’expression défense de la langue française revenue plusieurs fois dans les débats. Il dénonce à travers elle, une vision ethnocentrique longtemps entretenue par la France et qui faute d’ouverture à l’autre s’est incarnée en une politique d’impérialisme linguistique.

Pour Claude Hagège, amoureux défenseur des langues et de la diversité culturelle, l’usage de l’expression, promotion de la langue française, rend plus sincèrement compte de l’âme de la francophonie. Il rappelle que l’institution est intrinsèquement liée aux locuteurs francophones du monde entier, notamment dans les pays d’Afrique. Par ailleurs, à l’intérieur de ces pays africains a émergé un français original avec des traits spécifiques issus de créations lexicales et de néologismes ce qui représente pour la francophonie un atout et une vitalité qu’il ne faut surtout pas écarter. Il rappelle également que le souci d’un parler « normé » relève de la fonction de l’école et des institutions de l’éducation et non pas de l’organisation internationale de la francophonie. Cela est également transposable aux parles des cités avec l’argot, le verlan, etc. qui représentent des richesses linguistiques qui ne sont autres que la « vie » de la langue française. Ainsi, avec sa vision de scientifique et de linguiste, Claude hagège invite la Francophonie à ouvrir la voie à la pluralité de la langue française pour justement en encourager la promotion.

Dans la seconde partie du colloque intitulée Pour une francophonie ambitieuse, quatre autres intervenants (Jean-Baptiste Lemoyne, Suzanne Bellnoun, Najwa El Haïté et Pascal Terasse) ont ouvert le débat sur l’économie francophone en marche, la francophonie numérique, les défis de la francophonie du XXème siècle et l’idée d’une francophonie plus que jamais moderne.

Parmi ces interventions, celle de Jean-Baptiste Lemoyne a été une véritable source d’inspiration et de motivation. D’abord fervent défendeur des langues régionales, le sénateur de l’Yonne se découvre très tôt ce qu’il nomme « une âme de militant francophone ». Il oriente le discours vers la prise d’initiatives et la mise en place d’un plan d’action de promotion de la langue française. Il ajoute que la Francophonie n’est vivante qu’à travers ses acteurs et que les jeunes doivent être sensibilisés à la beauté de leur langue par des interfaces modernes comme les réseaux sociaux.

Le colloque se terminera par une citation émouvante d’Albert Camus, « Notre patrie commune, c’est la langue française ». Voilà la grande cause de la francophonie et de ses membres qui se doivent d’honorer cet idéal au-delà des origines, des différences et des sensibilités de chacun.

Cette passionnante réflexion sur la Francophonie nous conduit à un verre de l’amitié qui se prolonge par la visite inattendue d’un lieu emblématique de la République française, le sénat.

Une échappée mystique à l’intérieur d’un vie étudiante.

louvre

 

 

 

 

 

Une facilité administrative anodine m’a sorti de ma routine en me motivant pour une visite au musée du Louvre; l’obtention de ma carte d’adhérente. C’est avec enthousiasme que je m y suis rendue le lundi 21 décembre 2016.

Cette exposition est inspirée du livre de Jacques Attali Une brève histoire de l’avenir, paru en 2006. Elle met en parallèle des œuvres du passé avec des créations contemporaines et retrace ainsi l’histoire des civilisations en démontrant l’éternel recommencement de l’histoire de l’humanité.

Au regard des œuvres, on constate avec stupeur que le cycle d’apogée et de déchéance définit la nature même de l’histoire humaine.

le parcours se déroule autour de quatre thématiques  : l’ordonnancement du monde, les grands empires, l’élargissement du monde et le monde contemporain polycentrique.

Au fur à et à mesure de ma déambulation dans la galerie du Louvre, je ressentis un malaise m’envahir petit à petit. La sérénité dans la simplicité des premiers pas de l’homme vers le progrès, transparaissait dans les premières illustrations (prairie, élevage, etc.). Par la suite, elle fait place à une sorte d’effroi devant la cruauté de l’homme lorsqu’il sent ses acquis en danger (guerre, massacre, etc.).

J’ai pris conscience que la culture et les progrès que l’homme a mis tant de siècles à construire et à développer peuvent être réduit au néant de sa propre main.

J’ai également découvert et contempler des artistes comme Mark Manders, Tomás Saraceno, Wael Shawky, Camille Henrot, Isabelle  Cornaro, qui ont répondu à l’invitation du Louvre et je me suis particulièrement amourachée pour l’œuvre de Chéri Samba que j’espère admirer de nouveau à l’avenir.

En sortant, je réalise que notre petit bout de chemin sur terre n’est qu’une poussière dans l’univers. Reste pour nous à donner un sens à notre vie pour garder le moral ! Peut-être que notre mémoire nous y aidera.

 

L’incontournable paradigme des représentations partagées dans le traitement de la compétence culturelle en français langue étrangère de Henri Boyer.

 

Henri Boyer est professeur des universités en science du langage à l’Université de Montpellier III, il est le fondateur et directeur des Collections  « Sociolinguistique » et « Langue et Parole. Fonctionnement en sciences du langage »  chez L’Harmattan.

Ses domaines de recherches concernent les représentations sociolinguistique. Il travaille également sur les faits de multilinguisme et de multiculturalisme dans les sociétés hispaniques.

Dès les premières lignes de l’article, Henri Boyer rend hommage à R. Galisson pour son travail stimulant en didactique des langues-cultures. Il situe l’émergence des documents authentiques en classe de FLE comme le point de départ d’une nouvelle réflexion sur les représentations ethno-socioculturelles partagées.

Pour l’auteur, la didactique a limité son intérêt à l’étude de la forme du « stéréotype » en mettant sur la touche ce qui constitue le noyau dur de la compétence culturelle : l’imaginaire collectif ou les représentations partagées.

Un des plus forts arguments avancés est que la compétence culturelle est visible à tous les niveaux du discours (social, médiatique, etc.) tout simplement car la compétence communicative  se constitue en-soi d’un ensemble de représentations partagées dénommées imaginaire ethno-socio-culturel (IESCS). En situation de communication, l’apprenant étranger sera confronté à des attitudes inspirées par ces représentations et qu’il lui faudra déchiffrer et comprendre afin de ne pas s’exclure de l’échange ou de la conversation.

Par conséquent, pour le didacticien en français langue étrangère, répertorier et analyser ces manières de fonctionner sont la clé d’un bon enseignement. il s’agit en outre,  d’aider les apprenants à reconnaitre et identifier la langue culture, à la manipuler et à l’accepter pour devenir des locuteurs interculturels.

Afin de mieux saisir ces intérêts, l’auteur expose, exemples à l’appui plusieurs phénomènes . Il distingue les mots ou expressions à charge culturelle partagée (CCP) résultantes d’une conception du monde commune. Par exemple,  « monter à Paris » sous-entend, l’idée d’un centre (Paris) et d’une périphérie subordonnée.

Il distingue également les énoncés-palimpsestes qui se réfèrent à une connivence entre interlocuteurs sur le plan de l’IESC (imaginaire ethno-socio-culturel). Par exemple,  « Paris vaut bien un prix » se réfère à la phrase historique prononcée par Henry VI « Paris vaut bien une messe ».

L’auteur détaille dans un deuxième temps, les mécanismes de figements (la mythification, l’emblématisassions, etc.) et leur fonctionnement et met en exergue les rapports qui s’instituent entre le discours médiatique et les phénomènes de figement. Pour lui, l’espace institutionnel qu’occupent les médias est incontournables pour le repérage et l’analyse des représentations.

Dans le présent article, la démarche interculturelle dans une classe de langue, doit d’un côté, neutraliser les stéréotypes qui représentent pour l’apprenant un obstacle à dépasser pour accéder véritablement à la culture étrangère, et d’un autre côté, s’ouvrir à une perspective pluridisciplinaire, autrement-dit, sensibiliser les apprenants aux éléments et phénomènes culturels présent à l’intérieur de la langue.

Une fois les objectifs délimités, l’auteur conforte son intérêt pour l’étude du genre médiatique qui est un support pertinent où se niche de fortes représentations communautaires.

Il conclu son article par un schéma où il expose des repères concernant les variations médiatiques sur les représentations partagées.

A travers cet article, j’ai pris conscience qu’aujourd’hui encore, la question d’ – enseignabilité – de la culture reste posée.  La culture est inépuisablement présente dans la langue grâce aux expressions idiomatiques, aux figements, aux rituels de conversations, aux collocations et bien d’autres phénomènes encore.

La symbiose entre la culture et la langue ne fait aucun doute; on ne peut apprendre une langue sans s’imprégner de sa culture. Pour ma part, la maitrise de la langue française provient de tout un environnement culturel qui existe malgré une distance géographique. Les livres, la télévision et l’interaction avec les autres ont constitué un bain linguistique qui tend largement à l’environnement d’un locuteur francophone natif.

Boyer, H.  (2001) L’incontournable paradigme des représentations partagées dans le traitement de la compétence culturelle en français langue étrangère. Études de linguistiques appliquées, n° 123-124, 333-340.

 

 

 

Un mémoire de rêve ou un rêve de mémoires

 

paix

 

 

 

 

 

Le mémoire rêvé est sans aucun doute celui qui me permettra de faire partie des femmes et des hommes qui ont apporté quelque chose à l’humanité.

Dans le cadre de ma formation, apporter ma contribution à vulgariser l’accès aux langues et faire du bilinguisme un atout majeur de réussite dans la vie sociale des individus.

En enquêtant dans des milieux socioculturels sensibles je  souhaiterais élucider le malaise des groupes ayant une double culture provenant la plus part du temps d’un bilinguisme imposé et mettre en valeur ceux qui en ont fait une richesse.

Dans le fond le fossé s’est creusé ; les idées se radicalisent de plus en plus quand les cultures divergent et le sujet  de mon mémoire serait pour moi l’occasion d’apporter quelques moyens d’une réconciliation qui si elle ne se prétend pas mondiale serait au moins une valorisation de la double culture.

La double culture reste un équilibre périlleux qui ne met personne à l’abri des critiques de tel ou tel groupe et je voudrais tant écrire pour expliquer qu’au lieu de choisir il faut sans cesse chercher à découvrir l’autre et ouvrir son cœur à la différence.

Un mémoire fédérateur qui se donnerait les moyens d’adoucir l’humanité comme la musique adoucit les mœurs.

Un mémoire de rêve ou un rêve de mémoires qui donnerait toute sa valeur à l’histoire de l’humanité pour rénover l’avenir.

Compte rendu de l’article: Langue, discours et identité culturelle de Patrick Charaudeau

Patrick Charaudeau est le fondateur du Centre d’analyse du discours de l’Université Paris XIII, il est professeur émérite en sciences du langage et chercheur au Laboratoire de Communication et Politique (LCP) du CNRS.

Compte tenu de la complexité de la dimension culturelle du langage, Patrick Charaudeau entreprend dans cet article, de mener une réflexion autours d’une seule question ; est-ce la langue ou le discours qui témoigne de l’identité culturelle du sujet parlant? Autrement-dit, qui de la langue parlée ou du discours définit réellement la dimension culturelle?

Afin de répondre à cette question, l’auteur choisi d’approfondir les deux axes de réflexion.

A la question, la langue joue-t-elle un rôle identitaire? L’auteur explique que depuis des siècles, nous rencontrons l’idée que la langue unifie les peuples et aide à la création d »une conscience nationale. Cette idée, défendue souvent avec vigueur, considère  la langue comme le garant d’une identité collective partagée. Elle soutient l’idéologie de la filiation selon laquelle les membres d’une communauté linguistique sont les héritiers d’une histoire et tradition commune.

De cette conception des choses, nous continuons à dire aujourd’hui la langue de Molière, de Shakespeare, de Goethe, etc.

Que faut-il alors penser de cette représentation ? Pour l’auteur, il est certain que la langue est indispensable à la construction d’une identité collective puisqu’elle garanti la cohésion sociale et crée un lien avec notre histoire. Néanmoins, l’auteur s’interroge sur l’association ordinaire des deux termes langue et culture; il serait préférable d’associer plutôt les terme de discours (usage) et culture; ce qui expliquerait que malgré l’emploi d’une même langue, les cultures françaises, québécoises et maghrébines (il fut un temps) sont différentes et  superficiellement impactées.

A partir de cette réflexion, Patrick Charaudeau propose de distinguer entre identité linguistique et identité discursive, très souvent confondues.

Pour l’auteur, ce n’est pas la langue entant que système morphosyntaxique qui est porteuse d’une dimension culturelle mais plutôt les façons d’employer les mots, de raisonner, de raconter ou d’argumenter, etc. En ce sens, les communautés sont davantage des « communautés de discours » que des « communautés linguistiques ».

Afin d’analyser la compétence langagière et d’identifier ce qui relève ou non de l’identité et du fait culturel, il convient selon l’auteur de distinguer quatre compétences:

1 –  La compétence situationnelle est la capacité à construire son discours en fonction de ses interlocuteurs, de la visée discursive et du propos (thème) de l’échange.

A ce niveau de compétence, nous pouvons observer comment chaque communauté culturelle aborde les différentes situations de communication.

2- La compétence discursive est l’aptitude à reconnaitre les procédés de mise en scène énonciatif, narratif, explicatif, etc.  En effet,  d’une communauté à une autre,  les rituels langagiers diffèrent et  témoigne de la façon dont chaque communauté culturelle développe ses propres modes de pensée.

3- La compétence sémantique; sur ce point, l’auteur distingue deux types de savoirs:  les savoirs de connaissance qui correspondent à des perceptions objectives sur le monde (la terre tourne autours du soleil) et des savoirs de croyance qui correspondent à un système de valeur qui circule dans un groupe social.

4- La compétence sémiologique exige elle, du sujet qui communique qu’il soit apte à reconnaitre et manipuler aussi bien la forme des signes que les règles de combinaison ; c’est à ce niveau de compétence que se construisent phrase et texte.

Pour Charaudeau, les quatre compétences constitue les conditions de la communication langagière. Et c’est à travers l’articulation des trois premières compétences que se construisent les identités culturelles.

Le rapport entre langue et culture n’est donc pas de réciprocité absolue car malgré l’emploi de la même langue, les normes sociales diffèrent et nous sommes nécessairement en présence de discours différents. Dans cette perspective, les populations immigrées doivent d’un côté apprendre le système de la langue du pays d’accueil et de l’autre s’approprier les manières de dire propre à la culture du pays.

Après avoir dégagé les éléments clefs de la dimension culturelle, l’auteur s’interroge sur les procédés de transmission en classe de langue étrangère.

Pour lui, deux pistes sont à privilégier; celle du choc culturel ou du travail sur les implicites.

Le choc culturel peut venir naturellement lorsqu’on a l’occasion de vivre à l’étranger mais il est également possible de le reproduire artificiellement en classe, ce qui permet à l’élève de se distancer de son propre jugement. Selon l’auteur, il est possible d’utiliser des procédés qui permettent de créer un effet miroir en transformant par exemple,  la classe en terrain d’enquête.

La deuxième piste consiste à travailler sur les implicites. Pour l’auteur, la seule preuve d’authenticité d’un document est qu’il est imprégné d’implicites culturels. on peut alors essayer de les repérer, de les décrire ou de les expliquer pour approcher l’identité culturelle.

En conclusion, l’ article présent vient confirmer toute la complexité des questions de langue/ discours et de culture. L’ouverture sur des pistes d’enseignement m’incitent à approfondir mon étude sur ces questions.

En tant que future enseignante de langue étrangère , je souhaiterais réussir à intégrer cette notion de culture dans l’essence même de l’apprentissage d’une langue. Entant qu’Algérienne maitrisant la langue française dans un autre cadre, j’ai réalisé en venant en France, que malgré mes acquis linguistiques, je ressenti tout de même un choc culturel assez relatif (vu la francophonie inhérente à la société Algérienne). J’ai réalisé que la maitrise de la langue seule ne suffisait pas si elle n’était pas soutenue par un milieu culturel transcendant.

Charaudeau, P. (2001). Langue, discours et identité culturelle. Études de linguistique appliquée, 123-124, 341-348.

Une rencontre mémorable

Il était une fois dans une contrée lointaine, une jeune fille, étudiante de son état, qui fit un drôle de vœux:
–  Je m’engage devant les dieux, les océans, Facebook, Instagram et Twitter de me joindre aux âmes tourmentées qui hantent l’enceinte de la Sorbonne.
Encouragée par les détenteurs des lieux, l’étudiante ignorait quel sort déjouer et quel piège éviter pour sortir glorieuse de ce parcours universitaire psychédélique qui serait l’aboutissement de son rêve…
Hélas, passé l’enchantement de la découverte de Paris, son enthousiasme fondit peu à peu au gré des aléas de la vie parisienne et la difficulté de vivre loin de sa famille.

Plus d’une année plus tard, la compensation de ces sacrifices se profilait enfin, elle se concrétisait par l’opportunité d’exposer les fruits de son travail à travers un sujet de mémoire. La rencontre d’un mystérieux personnage qui serait sa muse et son maitre vint couronner sa joie d’avoir été choisie parmi bien des prétendants ; l’encadreur avait  brièvement  répondu  « OK Nora » à sa demande -fleuve- qui se voulait convaincante.

Il est 10 heures, c’est le jour-J, celui de la première prise de contact.

L’étudiante angoissée : Bonjour Monsieur.

L’encadreur : Bonjour… Vous êtes Nora.

L’étudiante souriante : Oui, je suis ravie de faire partie des étudiants que vous avez choisi d’encadrer.

L’encadreur : Écoutez Nora, certes je suis votre encadreur mais que les choses soient claires, ne comptez pas trop sur ma disponibilité.

L’étudiante gênée :  Oui je sais bien que vous avez des responsabilités énormes, je me suis intéressée à votre carrière et j’ai lu quelques articles de vous. Votre notoriété n’est pas sans relation avec mon choix.

L’encadreur malicieux :  « Sans mentir, si votre ramage se rapporte à votre plumage, Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois. » ça vous rappelle quelque chose Nora?

L’étudiante rougissante : Euh, ce ne sont pas des compliments factices, je suis réellement en admiration.

L’encadreur : Bon! trêve de verbiage bienséant. Passons aux choses sérieuses; votre sujet est intéressant comment comptez-vous l’aborder?

L’étudiante :  Voilà euh je pense euh

L’encadreur: Les grandes lignes Nora s’il vous plaît, vous l’avez bien dit, je n’ai pas beaucoup de temps.

Nora, lui expose son plan de mémoire et le lieu directement lié à son sujet, qui n’est autre que son pays d’origine.

L’encadreur s’exclamant : ça me rappelle des souvenirs…

L’étudiante surprise : Ah bon?!

L’encadreur pensif : On en reparlera plus tard, je compte sur vous pour être à la hauteur de ce projet qui peut s’avérer très intéressant. Nora, il faudra beaucoup lire et vous informer. C’est très important d’enquêter sur place pour rendre compte de la réalité le plus fidèlement possible. Un mémoire qui se contente de faire l’inventaire d’ouvrages ne peut rien amener d’innovant.

L’étudiante : Effectivement je compte travailler sur le terrain et en même temps, essayer de trouver des solutions pour répondre aux problèmes posés.

L’encadreur : Nora je vous conseille de vous mettre au thé ou au café pour relever le défis. Le plus important dans la recherche, c’est l’investissement personnel. Les bonnes résolutions de 2016 sont évidentes pour vous : travailler, travailler et encore travailler!

Nora après avoir eu cet entretien, tout en pensant au contenu de son mémoire et aux efforts qu’elle aurait à consentir, ne pouvait s’empêcher de se questionner sur cette phrase énigmatique prononcée par son encadreur; quels souvenirs pouvait-elle bien avoir rappelés à cet imminent personnage ?
Ainsi, pensa-t-telle brusquement à écrire une autre histoire de mémoire…

La didactique des langues pour une meilleure qualité d’enseignement

    Nora Sidhoum
Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 (France), Diltec

Depuis son indépendance, l’Algérie a consenti des efforts budgétaires importants dans sa concrétisation du droit à l’alphabétisation et à l’éducation.  Le taux de scolarisation à l’école primaire dépasse aujourd’hui les 97% avec une bonne parité filles-garçons.

Le revers de la médaille nous révèle pourtant que l’Algérie est très faiblement classée sur la qualité de son enseignement. A l’université, cela se traduit par une maigre production de publications scientifiques et un nombre très limité de brevets déposés.

Nous proposons d’expliquer les raisons de cet état de choses sous un angle particulier, celui de la didactique des langues.

Notre enquête porte sur les bacheliers nouvellement diplômés du tronc commun science et technologie qui choisissent en s’orientant  dans des filières scientifiques,  de subir, bon grès mal grès,  un basculement de la langue d’enseignement  autrement-dit, la mise sur la touche de l’arabe et l’utilisation généralisée du français ; ce qui est très mal vécu par cette génération de jeunes pour aborder une étape aussi importante qu’est l’accès aux études supérieures.

En observant de nombreuses classes, j’ai émis l’hypothèse que la solution la plus adéquate à la situation actuelle serait tout en maintenant le statut de langue étrangère à la langue française, de compléter son enseignement par une ouverture vers le FOS (Français sur objectifs spécifiques) et plus spécifiquement vers le FOU (français sur objectifs universitaires).

La nouveauté dans l’exploitation du FOU est l’introduction de ses concepts au niveau du secondaire scientifique pour éviter la fracture linguistique précédemment mentionnée.

En effet, au même titre que  la littérature de jeunesse qui ouvre la voie à des classiques de la littérature,  le FOU peut familiariser l’apprenant à aborder des disciplines complexes par une approche vulgarisée des connaissances ; en somme, il s’agit de poser les fondements de l’environnement de la discipline avant d’en aborder la matière en elle-même à l’université.

Pour concrétiser notre proposition, nous avons utilisé une partie du volume horaire des cours de français langue étrangère pour sensibiliser les apprenants à leur future orientation. L’objectif est de familiariser les apprenants au lexique et à la syntaxe induisant une capacité à comprendre, analyser et répondre à des situations précises en lien avec les matières visées.

Dans cette communication, nous proposons une analyse de cette expérience afin de voir quels sont les apports et les limites du FOU introduit précocement dans l’enseignement secondaire.

Nous énoncerons en conclusion, quelques conditions nécessaires pour sa mise en pratique ainsi que des pistes de travail pour la préparation à l’insertion d’une telle méthodologie.

Bibliographie 

Cuq, J.-P.  (2003). Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde. Paris : Jean Pencreac’h, CLE international, S.E.J.E.R.

Calvet, J.-L. (1987). La Guerre des langues et les politiques linguistiques. Paris : Payot.

Dourari, A. (2002). Les Malaises de la société algérienne, crise de langue et crise d’identité. Alger : Casbah.

Taleb-Ibrahimi, K. (1997). Les Algériens et leur(s) langue(s) Éléments pour une approche sociolinguistique de la société algérienne. Alger : El Hikma.

Mangiante, J.-M., Parpette C. (2004). Le Français sur objectif spécifique : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours. Paris : Hachette.

 

 

Des fiches bristol au numérique : une même histoire de recherche.

http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/L%C3%A9onard_de_Vinci/129493
http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/L%C3%A9onard_de_Vinci/129493

Le parcours universitaire peut être schématiquement divisé en plusieurs cycles : le premier, nous a permis d’acquérir les informations nécessaires à fournir un socle de connaissances de base à toute spécialisation.

Le second, nous prépare aujourd’hui à la mise en pratique de ces informations mais aussi à nos premiers pas en recherche ; problématique, collecte d’informations, enquête et formulation de résultats, discussion et analyse, autant de nouveautés et de termes avec lesquels nous devons nous familiariser.

Mener une telle entreprise ne s’improvise pas et plusieurs auteurs se sont tour à tour attachés à éclairer le chemin ombrageux des débutants en la matière. Parmi eux, le sociologue, anthropologue et philosophe des sciences Bruno Latour, qui énonce une méthodologie de recherche prenant pour forme une liste de carnets.

Tout d’abord, le carnet de bord, il est censé rendre compte du volet actif de notre recherche, une sorte d’agenda où l’on consigne rigoureusement, dates à l’appui, toutes les rencontres, situations ou réactions touchant de près ou de loin à notre sujet. L’objectif étant d’:

Etre capable demain comme dans 10 ans,  de se remémorer (aux détails près) tout événement (majeur ou mineur) ayant intégré notre étude.

Il n’est donc à priori pas évident de distinguer les éléments importants de ceux qui le sont moins, le recul nécessaire ne venant que beaucoup plus tard, il est préférable de ne négliger aucun détail. Même les éléments pouvant sembler de prime abord négatifs comme des RDV manqués ou des dialogues difficiles, et qu’on serait tenté de ne pas retranscrire s’avéreront finalement productifs. Ils mettront en exergue les limites de notre étude, dont la connaissance est capitale à l’évaluation de nos résultats. Le biais de mémoire est un biais bien connu en recherche, pouvant modifier un résultat ou une analyse. Le carnet de bord a pour but de le supprimer.

Le second carnet énoncé par l’auteur, prend pour projet, la collecte d’information. Il s’agit en somme de classer avec soin l’ensemble de nos informations, de sorte à ne pas être aspiré par un tourbillon de données inanimées. Il faut donc, catégoriser, hiérarchiser, dater, créer des ensembles de fichiers, de sous-fichiers…Pour résumer, il nous faut ici déblayer le terrain pour ensuite aborder l’essentiel de notre projet.

Le troisième carnet est quant à lui, consacré à nos premiers pas d’écrivains En effet, notre challenge ne s’accomplira que grâce à de longues heures de piano sur nos claviers. A cette nécessité d’écrire, Bruno Latour souligne que recherche et écriture se font dans un même temps : « La rédaction d’un rapport est une affaire trop risquée pour se plier à une distinction entre l’enquête et la rédaction ». Enquête et rédaction sont en effet, indissociables l’une de l’autre tout simplement car l’enquête inspire, anime et insuffle la rédaction.

S’agissant d’un mémoire de master et non d’une thèse, il me parait important de se munir également (si carnet présent adopté) d’un esprit synthétique, prenant effet à la fois dans le choix d’une bibliographie pertinente mais aussi dans la rédaction des différentes parties.

Enfin, un quatrième et dernier carnet.  Un mémoire de recherche requiert un véritable engagement et souvent, l’auteur a l’impression,  qu’il est impossible d’achever son travail dans les délais convenus.

Ce carnet rappel qu’en mettant un terme à notre étude, la question reste elle, encore et toujours posée, comme le tableau rarement achevé pour le peintre, la recherche ne prononce jamais son dernier mot pour l’auteur. Notons bien qu’en évaluant par la suite notre travail, il est fort probable que l’on soit amenés à rectifier, modifier, reprendre, réviser et peut-être tout recommencer.

L’important est de garder alors la tête froide, de rester humble si les critiques sont bonnes et de persévérer si elles sont mauvaises car même si les premiers pas sont hésitants au départ, ils deviennent de plus en plus surs et dirigés avec le temps.

En conclusion, même si les supports ont changé, des carnets et fiches bristols aux supports numériques (ordinateurs, internet, etc.), j’ai pu constater à travers ce texte qu’au fond, les méthodes de recherche restent elles, fondamentalement identiques. Le questionnement, le raisonnement, le doute et la persévérance de ceux qui entreprennent une telle tâche semblent eux, intemporels. Concernant mes propres carnets, j’ai choisi après réflexion de m’essayer aux précédentes propositions en me laissant porter pour le moment par ces deux petites pages fort instructives.

Bibliographie :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte « Armillaire »,  2006.  p. 194-197.