Tous les articles par Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

Tourner la page

Lire et puis tourner la page, poursuivre sa lecture.

Écrire et puis tourner la page, continuer son écriture.

Observer, se questionner , problématiser et puis tourner la page.

Tout dans la vie est dans le mouvement donc il ne faut pas s’arrêter de lire, de réfléchir et puis d’écrire. Voilà ce que demande un mémoire tourner la page que ça soit dans nos lectures ou dans nos écrits. Mais les tourner avec sûreté après des vraies recherches et y revenir qu’au cas où il y aurait besoin.

Faire une pause, lire,  écrire et tourner la page.

Le temps presse, des nouvelles idées arrivent, d’autres s’en vont. Des nouvelles questions se posent d’autres trouvent leur réponse.

Rien n’est stable, tout évolue, tout change.

Lire et tourner la page, écrire et tourner la page. Littéralement et au sens figuré. En poursuivant la même destination mais en prenant plusieurs chemins différents pour laisser des traces partout et pour en profiter du voyage. Car le voyage est plus important que la destination!

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Musée de l’Homme (2ème partie)

 

2015-11-29 11.03.39

Si voir le crâne de René Descartes ou admirer les parties du corps humain dans son évolution ne vous intéressent pas bonne nouvelle ! Les langues du monde y sont abordées.

7 000 langues, 7 milliard d’hommes

Verbe de Dieu, contes pour enfants, recettes de cuisine, fanfaronnades d’ivrognes, bruits de couloirs ou promesses politiques : tout est parole.

On estime à 7000  le nombre de langues parlées dans le monde, et à un milliard les nuances pour dire toutes ces choses. C’est le résultat d’un dialogue ininterrompu entre les Hommes, une communication verbale dont l’origine date d’au moins 100 000 ans.

Chaque langue a son histoire. Certaines se développent pendant que d’autres meurent ou naissent, mais elles se transforment toutes.

Ces 7000 langues dans le monde sont réparties en 150 groupes. Six d’entre eux concernent 75 % de la population mondiale. Au musée de l’Homme vous avez l’opportunité d’entendre des extraits de langues « rares »  ou parlées dans des régions lointaines. Donc si vous n’avez pas l’opportunité de visiter le Népal pour entendre le Newari ou le Kirghizstan pour entendre le kirghize ne vous inquiétez pas ! À deux pas de la Tour Eiffel en plein cœur de Paris vous avez cette chance!

Moi je  vous présenterai les points importants de ces langues telles qu’elles sont affichées au musée.

En ce qui concerne le sujet de langue ou dialecte ? C’est une question subtile et souvent sensible. À vous de voir !

Le mot bienvenue à l'entrée du musée en plusieurs langues.
Le mot bienvenue à l’entrée du musée en plusieurs langues.

Mand: 8 locuteurs . Le mand est une langue presque éteinte issue de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Dans ce pays, la diversité linguistique est extrême : 800 langues y sont parlées par environ 5 millions d’habitants. Le terrain montagneux et l’isolement des peuples expliquent cette diversité. La diffusion d’une langue est influencée par la géographie.

Ngaanyatjarra : 300 locuteurs . La plupart des langues aborigènes d’Australie sont recensées au nord du pays. Le Ngaanyatjarra est un dialecte oama-nyungan, parlé et écrit au quotidien dans le Désert Occidental. Ceux qui le parlent maîtrisent plusieurs autres langues, comme c’est le cas de la majorité de l’humanité.

Tagalog : 70 millions de locuteurs . Cette langue de l’île de Luzon (Philippines) s’est largement répandue autour de Manille, la capitale, devenant en pratique la langue nationale. Elle n’est pourtant que la huitième langue de l’archipel, ce qui crée des tensions identitaires.

Pala’wan : 50 000 locuteurs . Le Pala’wan est parlé par un peuple des Philippines. Cette société résiste remarquablement au contexte actuel grâce à sa langue et à sa culture ancestrale. Si la tradition peut figer une langue, elle peut aussi la préserver.

Yonaguni : 800 locuteurs . Après l’occupation américaine 1945-1972), l’île de Yonaguni est rendue au Japon qui, pour y affirmer son autorité, considère la langue locale comme un dialecte japonais.

Cantonais : 60 millions de locuteurs .  Le cantonais est présent au sud de la Chine. Les communautés qui le parlent sont celles qui ont le plus migré hors de leur pays d’origine. Le cantonais est d’ailleurs la langue commune dans de nombreux quartiers chinois de grandes villes du monde. Il arrive ainsi que les émigrants donnent un élan nouveau à une langue régionale.

Birman : 32 millions de locuteurs . Langue officielle de Myanmar Birmanie), le birman est écrit depuis des temps anciens et apparaît sur la pierre de Myazedi, datée de 1113, avec le mon, le pali et le pyu. Cette dernière langue, dont l’usage s’est perdu par l’assimilation de ses locuteurs au sein d’autres peuples du pays, a ainsi pu être déchiffrée. L’écriture est une technique de communication qui permet de garder une trace du passé.

Newari : 850 000 locuteurs . Le Népal compte plus de 100 langues, dont le newari, parlé à Katmandu. Il est progressivement supplanté par le népalais, la langue officielle imposée jusqu’aux années 1990 par des politiques dictatoriales opposées a la diversité culturelle.

Tamoul : 70  millions de locuteurs. Comme le grec, le tamoul présente une forme classique et une forme moderne. La littérature tamoule ancienne permet de comprendre l’évolution des langues du sud de l’Inde.Pour un linguiste, le tamoul vaut de l’or ! Le pays a adopté le dzongkha comme langue nationale dans les années 1960. Chaque Bhoutanais parle quatre a cinq langues : sa langue maternelle, le dzongkha, le népalais, l’anglais et souvent une autre langue du pays.

Dzongkha : 700 000 locuteurs . 19 langues sont parlées au Bhoutan, pays à la géographie et aux écosystèmes variés, qui compte moins d’un million d’habitants.

Kirghize : 4,5 millions de locuteurs . Le kirghize est parlé principalement au Kirghizistan (Asie centrale). Il présente une grande homogénéité liée au style de vie semi-nomade de la population. La mobilité a renforcé la population. La mobilité a renforcé une forte cohésion linguistique.

Kannada : 40 millions de locuteurs . Le kannada appartient a la trentaine de langues dites dravidiennes originaires du sud de l’Inde. Elle est écrite depuis des milliers d’années, comme le grec et le tamoul.

Pashto : 40 millions de locuteurs . Le pashto est parlé au Pakistan et en Afghanistan, dont il est, avec le dari, une des deux langues officielles. Le dari, un persan archaïque, a été la langue de la cour afghane. Le pachto , lui tient son prestige d’une importante et ancienne production littéraire. L’usage écrit détermine aussi le prestige d’une langue.

Khoekhoegowab : 250 000 locuteurs . Cette langue de Namibie et d’Afrique du Sud est une des langues khoisan, des langues présentant des consonnes produites avec la langue ou les lèvres, sans apport d’air des poumons : les clics !

En français il y a également des clics, comme « tss-tss » pour dire NON), mais ils ne sont pas utilisés comme consonnes.

Swahili : 80 millions d’habitants . Originaire de Zanzibar, et de la côte Est de l’Afrique, le Swahili est parlé au Kenya, au Mozambique, en Somalie, en Tanzanie…Son usage se répand. Il devient une langue d’usage général n Afrique orientale.

Aka : 40 000 locuteurs. L’Aka est une langue bantoue parlée par les chasseurs-cueilleurs de la République centrafricaine et du Congo souvent appelés «pygmées ». Il y a plusieurs siècles, leurs ancêtres ont emprunté la langue de certains de leurs voisins agriculteurs. Ces langues ont divergé au fil du temps.

Amharique : 94 millions de locuteurs. De la même famille que l’arabe, l’amharique est parlé en Ethiopie et dans les pays voisins. C’était la langue officielle de la dynastie éthiopienne salomonide 1270-1274), se réclamant du roi Salomon et de la reine de Saba. Bien qu’ayant perdu ce statut a la chute du dictateur Mengistu Hallé Mariam, elle reste la principale langue du pays.

Yoruba : 20 millions de locuteurs. Le yoruba est l’une des 3 langues officielles du Nigeria – enseigné à l’école et utilisé par les médias. Comme toutes les langues dites ‘tonales », sa mélodie est essentielle : se tromper de ton , de mélodie, équivaut a prononcer un autre mot. Le yoruba est aussi parlé en Amérique latine par les descendants des esclaves.

Grec : 15 à 20 millions de locuteurs. Principalement parlé en Grèce et à Chypre le grec moderne est l’héritier du grec ancien, la langue la plus prestigieuse de l’Empire romain. Langue dite des élites, elle est à l’ origine de très nombreux mots des langues latines, notamment dans le domaine scientifique.

Bambara : 30 millions de locuteurs. Langue nationale au Mali, le Bambara est proche du malinké, du dioula et du mandika -Mali, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée). Ces langues apparentées permettent aux peuples de l’Afrique de l’Ouest de se comprendre et de faire du commerce.

Russe : 300 millions de locuteurs . Le russe représente sur ce planisphère le seul exemple de langue dominante. Largement diffusé, il indique un pouvoir politique fort. Sa littérature riche s’étend à tous les domaines du savoir. Les peuples de l’Union soviétique devaient maîtriser le russe autant que possible.

Basque : 800 000 locuteurs . Parlé au Pays Basque français et espagnol, le basque est une langue isolée, qui ne s’apparente à aucune autre. Il comporte des variantes régionales. En Espagne, après avoir été réprimé pendant la dictature de Franco 1939-1975), il pourrait avoir une reconnaissance à l’ avenir.

Piraha : 300 locuteurs . Le piraha d’Amazonie est une langue parlée par une tribu d’Amazonie dont la culture est menacée. Elle possède seulement trois voyelles et sept consonnes, son vocabulaire est réduit. Les langues parlées par des petits groupes, dont les membres se connaissent, évoluent souvent vers des formes surprenantes, tel un jargon familial.

Latin : nombre de locuteurs inconnu . Même si personne ne le parle, le latin n’est pas une langue morte ! Il vit toujours dans les rites chrétiens et à l’école, où il est enseigné. Cette langue de l’Empire romain s’est différenciée en espagnol, portugais, catalan, français, italien, ladin, roumain… Deux tiers des mots anglais en sont issus, depuis la conquête normande de l’Angleterre au XIème siècle.

Quechua de Cuzco : 5 millions de locuteurs . Le quechua, parlé dans plusieurs pays d’Amérique du Sud, regroupe différentes langues andines. Il était utilisé avant l’arrivée des Incas, qui l’adoptèrent comme langue commune a tout leur territoire. Ce statut fut maintenu par les conquistadores espagnols. Ainsi, une invasion militaire n’implique pas toujours un remplacement linguistique.

Créole de Guadeloupe : 400 000 locuteurs . Les créoles sont des langues orales de contact entre maîtres et esclaves. Elles sont issues  de l’assimilation d’une langue minoritaire extérieure, comme le français ou l’anglais, par une communauté majoritaire, qui parle déjà une ou plusieurs langues propres. Ce phénomène complexe est l’un des principaux mécanismes de différenciation linguistique.

Breton : 150 000 locuteurs . Cette langue celtique, présente dans le Finistère, les Côtes-d’Armor et le Morbihan, est aujourd’hui surtout parlée par les personnes âgées. La tentative de l’enseigner à  l’école ne semble pas freiner son déclin. Les Bretons restent pourtant très attachés a ce fort marqueur identitaire.

Tunumiisut : 4000 locuteurs . Bien qui menacé par la langue officielle de la côte occidentale du Groenland, le Tunumiisut, dialecte inuit d’Ammassalik, reste bien vivant. Ses locuteurs ont crée une forme écrite, qu’ils utilisent notamment sur Internet.

Yiddish : 600 000 locuteurs . Jusqu’en 1945, le yiddish était parlé par des juifs d’Europe centrale et orientale. Très proche de l’allemand, il intègre des mots slaves et hébreux. Si la renaissance de l’hébreu l’a affaibli, il reste tout de même parlé aujourd’hui en particulier aux Etats-Unis, terre d’accueil de nombreux juifs. C’est l’exemple parfait d’une langue liée à un peuple et non à un territoire.

Zuni : 10 000 locuteurs . Parlé par une tribu indienne du Nouveau-Mexique Etats Unis) le zuni est une langue isolée, comme le basque en Europe. Malgré la généralisation de l’anglais, cette langue est toujours pratiquée lors des assemblées tribales et des cérémonies religieuses.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

*Qui est l’être qui, le matin, marche à quatre pattes, le midi sur deux pattes, et le soir sur trois?

Qui dit Didactique des langues dit Sciences humaines  et qui dit Sciences humaines dit HOMME !

Saviez-vous que ?

  • En Europe, la naissance commence à se médicaliser au 18ème siècle, période des Lumières.
  • L’espèce humaine est  celle qui produit le plus de larmes.
  • La forme de l’oreille est propre à chaque individu.
  • Le mot tatouage vient du tahitien tatau qui signifie les marques ou dessins tracés sur la peau humaine.

Moi non plus je ne savais pas jusqu’au moment où j’ai visité le musée de l’Homme. Le Musée d’ethnographie du Trocadéro avec Ernest Théodore Hamy et Armand Landrin à sa tête se crée en 1880. Et en 1882 le Musée de l’ethnographie du Trocadéro s’ouvre au public.

Paul Rivet sera le fondateur et le premier directeur du Musée de l’Homme; Savant mais aussi politique et militant, il s’engage notamment dans la lutte contre le racisme et dans la résistance à l’occupant allemand.

Et maintenant il me reste de vous souhaiter une bonne lecture et j’espère une bonne visite éventuellement !

Photo prise par moi.
L’entrée au musée de  l’homme.

Nous sommes tous uniques. Nous sommes tous les héritiers d’un patrimoine génétique et culturel qui nous est propre. Tous différents, nous appartenons pourtant à la même espèce, l’espèce humaine, apparue en Afrique; il y a environ 200 000 ans.

Nous constituons tous, ensemble, une minuscule branche de l’arbre du vivant: 8,5 millions d’autres espèces, issues d’une longue évolution, nous entourent. Notre espèce a pourtant un rôle particulier, car nous transformons notre environnement au point d’influencer notre évolution et celle des autres espèces vivantes.

Revenons à nous, à vous…

Pourquoi sommes-nous les seuls à étudier notre histoire, à imaginer notre avenir, à visiter des musées ? Qu’avons-nous de si différent?

Tous parents, tous différents

Tous les êtres humains appartiennent à la même espèce: nous sommes tous interféconds. L’ADN ne diffère que de 0,1 pour cent d’un individu à l’autre.

Nos différences physiques, parfois très visibles, s’ancrent en fait dans une toute petite partie de notre patrimoine génétique. Elles résultent de l’adaptation physiologique progressive de notre espèce à des milieux variés et contrastés, mais aussi du hasard et de nos modes de vie, depuis notre naissance en Afrique il y a environ 200 000 ans jusqu’à nos jours.

«L’Homme porte encore dans la structure de son corps le sceau indélébile de son humble origine» Charles Darwin

2015-11-29 11.14.06
Tous parents tous différents. L’ADN ne diffère que de 0,1 pour cent d’un individu à l’autre.

32 dents et pas une de plus, des ongles plats et non des griffes, un coccyx et pas de queue… nous sommes faits de chair et d’os.

Mais existe-il vraiment un trait anatomique spécifique à l’Homme?

Nous partageons beaucoup plus de caractères morphologiques que nous ne le pensons avec les Primates et la plupart des autres Mammifères. Car le corps humain n’est pas apparu tel quel un beau jour ! Nous sommes le fruit d’une longue histoire évolutive qui nous a peu à peu différenciés d’autres espèces, sans effacer en nous les traces de cette filiation. Les premières Mammifères, il y a 150 millions d’années, avaient 52 dents. Au cours de leur évolution, vers 32 millions d’années avant notre ère, ce chiffre s’est abaissé à 32 dents.

L’Homme est le seul Primate exclusivement bipède, et le seul à pouvoir marcher et courir sur de longues distances. Ce mode de locomotion a entraîné un développement significatif des muscles fessiers, ce qui fit dire à Buffon  que ‘les fesses n’appartiennent qu’a l’espèce humaine’.

La taille de notre cerveau a triplé en 3 millions d’années. Le cortex, la fameuse matière grise, a multiplié les replis pour pouvoir se loger dans le crâne. C’est ainsi que se sont développées les aires de la conscience de soi, de la perception de l’espace, ou encore du langage.

2015-11-29 11.12.09

Constitué de 100 milliards de neurones, chacun doté de 1000 à 10000 connexions le cerveau est en activité permanente, et fonctionne à  100 pour cent de ses capacités.

À  la recherche du «propre» de l’Homme?

Qu’est-ce qui différencie l’Homme des autres espèces animales?

Au fil des siècles, philosophes, naturalistes et anthropologues ont avancé plusieurs réponses à cette question fondamentale.

En Occident, on a longtemps considéré le fait de se tenir debout sur deux jambes comme «le» critère décisif de notre supériorité sur les autres animaux. La bipédie est alors presque devenue synonyme, de condition humaine, symbolisant l’union avec le domaine des dieux et l’abandon de la condition animale…

L’Homme, une créature nue marchante sur deux jambes?

En réponse à la définition de l’Homme donnée par le philosophe Platon (428 à 347 avant notre ère), son contemporain Diogène le Cynique se promena dans Athènes un coq plumé à la main, en déclarant «Voici l’Homme de Platon!».

Cette anecdote rappelle que la volonté de définir l’être humain puise son origine dans la Grèce antique, qui a en grande partie inspiré la pensée et la science occidentale. Elle démontre aussi combien il est impossible de définir l’Homme sur un seul et unique critère!

Un corps inscrit dans le vivant

« Il n’y a pas de plus grand mystère au monde me semble-t-il, que l’existence des sexes. » Charles Darwin 1860

Comme celle de la plupart des plantes et des animaux, notre reproduction est sexuée: nous sommes issus de la rencontre entre deux cellules reproductives, l’une femelle et l’autre mâle. Certains traits ou comportements nous sont plus spécifiques. Ainsi, contrairement aux individus mâles et femelles de certaines autres espèces, qui peuvent présenter des différences morphologiques ou comportementales très importantes, les femmes et les hommes ont une morphologie en réalité très semblable.

Un corps investi par les cultures

«La condition humaine est corporelle. …C’est par lui que nous sommes nommés, reconnus, singularisés et identifiés a une appartenance sociale» David le Breton

Si notre morphologie résulte essentiellement de l’évolution, notre apparence est aussi le fruit de notre environnement familial et social. Car le corps humain n’est jamais nu. Dans toutes les sociétés, les individus façonnent ou ornent certaines parties de leur corps -ce de la tête aux pieds. À la fois intime et personnel, notre corps reflète la construction de notre identité, faite d’empreintes qui signent notre apparence-souhaitée ou imposée -à un genre, un groupe ou une société donnée.

Comme maître et possesseur de la nature

Au 17ème siècle, en Europe, se développe la vision d’un Homme supérieur à la nature, capable de la maîtriser par la connaissance qu’il en a. Au 19ème siècle, nous découvrons avec Darwin, notre place dans le continuum, qui unit l’ensemble des espèces. Aujourd’hui, la conscience de nos devoirs vis à vis du vivant nous amène à penser sous un jour nouveau les liens qui nous unissent aux non-humains.

Se situer dans un héritage

Chacun d’entre nous appartient à une société construite sur des valeurs communes. Ce «vivre ensemble» repose sur des figures fondatrices, supports de l’identité du groupe, qui assurent sa pérennité et sa prospérité -et en lesquelles tous se reconnaissent.

C’est le cas des ancêtres, esprits, divinités, ou personnages allégoriques, dont le culte est transmis de génération en génération. Réels ou imaginaires, ils assurent la cohésion du corps social-ici comme ailleurs.

On ne naît pas homme ou femme, on le devient

Les différences biologiques entre les sexes sont marquées socialement. Être une femme ou un homme, ce n’est ni une simple donnée naturelle qui serait indépendante des cultures, ni une construction seulement sociale indépendante des conditions biologiques. Dans touts les sociétés, la vie sexuelle faite de désirs, de plaisirs ou de reproduction, est soumise à des normes, des règles et des interdits. Dans la majorité d’entre elles, cela occasionne des inégalités entre femmes et hommes.

Le corps humain, entre nature et culture 

Notre corps est le fruit de deux temporalités qui s’entremêlent : celle de l’histoire évolutive du vivant et celle de l’histoire culturelle des sociétés humaines.

Comme chez les autres espèces, chaque cellule de notre organisme contient des molécules d’ADN qui, notamment, déterminent notre morphologie. Notre apparence, elle, est aussi façonnée par nos modes de vie et notre environnement familial ou social. Au carrefour de la nature et de la culture, interface entre nous et les autres, notre corps reste mystérieux.

1001 façons de penser le monde

Les êtres humains regroupent en catégories les éléments du monde, les choses, les êtres qu’ils soient visibles ou invisibles.

En fonction de notre histoire et de notre culture, nous avons élaboré des systèmes de représentation du monde, qui reposent sur notre conception de l’origine de l’Univers, des êtres qui le peuplent et de la place que nous y tenons. Ainsi, la « nature » telle qu’elle est perçue en Europe n’est pas universelle. Et la définition de l’Homme par opposition aux autres espèces est notamment étrangère à bien des peuples.

Un être de chair ? 

Notre corps est issu de l’évolution. Nous partageons une partie de notre ADN avec l’ensemble du monde du vivant.

Un être des liens ? 

L’Homme n’existe pas seul : nous ne pouvons pas vivre sans les autres. Notre espèce est extrêmement sociale : l’amour, l’échange et la transmission sont vitaux pour notre développement.

Les liens qui nous attachent aux autres s’enracinent dans notre cerveau, véritable passerelle entre nous et nos semblables. Ils se sont transformés en force pour notre espèce -composée actuellement de sept milliards d’individus -, structurée en familles et sociétés d’une grande diversité. Chacun de nous est éduqué pour faire partie d’un groupe dont il apprend les règles par imprégnation et par transmission. Individus, groupes ou sociétés se distinguent les uns des autres par un double phénomène : se reconnaître entre soi et se démarquer des autres.

Un être de parole?

À partir d’une même capacité à parler, qui repose sur des éléments neuropsychologiques et anatomiques, les êtres humains ont développé au cours de leurs longue histoire une profusion de langues, témoignant de la diversité culturelle au sein de l’unité biologique de notre espèce.

Quelques faits :

-Une langue sur deux n’est pas écrite.

-Chaque langue est adaptée a la société qui la parle.

-Un enfant peut apprendre à parler parfaitement n’importe quelle langue, un adulte non.

Quand les mots font la différence 

Le langage a longtemps servi de critère pour distinguer l’Homme de l’animal, reléguant ce dernier au rang de « bête ».

Au sein de l’humanité, ce critère peut aussi servir d’arme pour ériger des frontières : nous considérons souvent comme inférieurs ceux qui ne partagent pas notre langage et la culture qu’il véhicule, et valorisons ainsi notre propre communauté. Où l’on voit que l’ethnocentrisme est bel et bien la chose du monde la mieux partagée !

« L’humanité est un tout indivisible, non seulement dans l’espace, mais aussi dans le temps » Paul Rivet, 1948

*L’énigme de Sphinx  à Œdipe. Bien évidemment la réponse est l’Homme!

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

« Parler plusieurs langues- Le monde des bilingues  » François Grosjean

Livre présenté dans la conférence
Livre présenté dans la conférence

Conférence du 26/11 organisée par DULALA avec François Grosjean sur son livre:

Parler plusieurs langues: le monde des bilingues, Albin Michel, 2015 En librairie

DULALA (D’Une LAngue à L’Autre) est un laboratoire de recherche-action focalisé sur le bilinguisme et l’éducation au plurilinguisme, qui propose des activités en direction des enfants, familles et professionnels. Leurs objectifs:valoriser les autres, valoriser les langues , valoriser la diversité!

Leur moto c’est «Pour faire parler les langues»!

La conférence commence avec une représentante du DULALA qui présente brièvement la vie et l’œuvre du psycholinguiste bilingue François Grosjean.

François Grosjean est professeur émérite à l’Université de Neuchâtel en Suisse. Il a occupé des postes universitaires en France et aux États-Unis. Il s’agit d’un de plus grands spécialistes du bilinguisme! Quelle chance d’avoir la possibilité d’assister à cette conférence avec un personnage tellement important pour mes études et mon avenir!

Cet événement s’inscrit dans la journée des droits de l’enfant. Car selon l’article29: l’enfant a le droit de développer un bilinguisme heureux, harmonieux.

F. Grosjean prend la parole

Qu’est-ce que c’est le bilinguisme?

C’est tout simplement l’utilisation régulière de 2 ou plusieurs langues ou dialectes. Les termes multilingue et plurilingue se réfèrent plutôt aux aspects sociologiques.

1)Le bilinguisme en France

La France ne fait pas de recensement des langues dans son territoire.

Mais la recherche : «Étude de l’histoire familiale» nous dit qu’en France cohabitent à peu près 400 langues différentes!

La France est multilingue! 1/5 ou 20 % de la population dit se servir de 2 ou plusieurs langues… Donc 13 millions d’habitants! Et hors métropole c’est encore plus.

Réunion: 38 % , N. Calédonie: 41%

En ce qui concerne les autres pays, les États-Unis: 20%, le Canada 26%, la Belgique 29%. Ces chiffres ne sont pas extraordinaires si on regarde les chiffres de la Suisse 42% et du Luxembourg qui est le champion de l’Occident avec 67%!

Pourquoi donc ce bilinguisme en France?

Les contacts entre les langues c’est la première raison puisque la France a toujours été un pays de contact de langues, puis les intermariages, le bilinguisme dans certaines familles, la scolarisation d ‘enfants allophones, un séjour à l’étranger prolongé etc, donc différentes raisons qui font qu’en France on a un bilinguisme.

En fait,ce n’est qu’ au cours de la 1ère Guerre Mondiale qu’on constate l’essor du français.Les régiments régionaux sont recomposés et le français devient la lingua franca des soldats. Ensuite l’exode rural commence, l’urbanisation ainsi que les mariages mixtes et par conséquent les langues régionales s’étiolent ainsi que le bilinguisme français-langue régionale.

Mais l’article 75-1 dit quand même que les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France.

Jean-Marie Arrighi (2008), inspécteur d’académie dit: «L’évolution actuelle est paradoxale: d’une part, l’usage de la langue corse diminue dans la vie quotidienne; d’autre part, le corse s’introduit dans des domaines dont il avait toujours été exclu-notamment l’école – et fait l’objet d’une politique volontariste».

Le bilinguisme en France n’est pas fortement encouragé. Pourquoi? Une raison majeure ce sont les représentations qu’on a du bilinguisme. Les idées négatives datent du dernier siècle même chez des intellectuels bilingues ou trilingues comme Otto Jespersen (1922, trad.1976) linguiste et trilingue et Edouard Pichon (1965), pédiatre, psychanalyste et linguiste.

En ce qui concerne notre époque, Marie-Rose Moro  pédopsychiatre et psychanalyste, écrit en 2010: «Actuellement, être bilingue quand on est enfant de migrants ‘économiques’ est presque une tare en France, alors même que l’apprentissage précoce des langues est favorisé à l’école».

Il existe également l’importance de l’ État-Nation (19ème siècle, le siècle des nations): Imposer un état avec une seule langue. Ceci a été le cas dans d’autres pays comme l’Italie ayant cette même structure; un État, une Nation, une Langue.

  1. Quelques caractéristiques du bilinguisme

La connaissance des langues chez le bilingue est rarement équivalente dans les langues et encore moins parfaite. Donc il y a très peu de bilingues équilibrés. L’accent est une variable sociolinguistique importante mais pas aussi important dans la définition du bilinguisme.

Et ce qui est intéressant c’est que les bilingues se servent de différentes langues dans différents contextes et situations! Cela explique beaucoup de choses comme les connaissances linguistiques qu’une personne bilingue peut avoir, la dominance linguistique. Ça explique aussi que les bilingues ont beaucoup de mal à traduire. F. Grosjean appelle cela le principe de complémentarité.

Au niveau de l’interaction, quelles sont les questions que se pose une personne bilingue avant de parler:

-Quelle langue utiliser?

-Se servir également de l’autre langue?

Quant aux avantages du bilinguisme:

-pouvoir communiquer avec les autres

-se servir de nos connaissances linguistiques pour apprendre d’autres langues

– avoir plus de possibilités professionnels etc

Il existe également quelques désavantages :

-lorsqu’on communique dans une langue non dominante c’est plus difficile

-parfois on fait trop d’interférences

-certains n’apprécient pas les accents qu’on peut avoir

-avoir du mal à traduire et à interpréter

-difficile d’ appartenir à deux cultures

Devenir bilingue

On peut apprendre une langue à tout âge!

La majorité des enfants n’acquirent pas une deuxième langue simultanément avec la 1ère. Pour que les enfants deviennent bilingues il faut prendre en compte certains facteurs importants;

-Besoin de chaque langue ( pour communiquer, pour écouter, pour participer à  des activités etc); sans besoin on n’apprendra pas une langue.

-Quantité de l’apport linguistique

-Type de l’apport linguistique

-Rôle de la famille

-Rôle de l’école et de l’environnement

-Attitudes envers la langue, le bilinguisme etc.

Besoin d’une langue

-pour communiquer

-pour écouter

-pour participer a des activités etc

Sans besoin on n’apprend pas une langue.

Tous ces facteurs contribuent au niveau de développement d’une langue.

Si on veut que l’enfant apprenne une langue, il faut que tous ces facteurs soient présents. Il faut que la famille soit impliquée, pas seulement relation maître-apprenant.

Quant à l’utilisation des langues chez l’enfant, ça arrive au début que l’enfant puisse mélanger les deux langues. Les bilingues qui ont appris les deux langues simultanément les mélangent encore plus. Mais l’encouragement social  n’existe pas encore dans certaines écoles par exemple au Québec où il est parfois interdit d’utiliser la langue 1ère des enfants même à la cour de recréation!

Effets du bilinguisme chez l’enfant

Les différences entre enfants bilingues et monolingues sont subtiles.

Il y aurait un bienfait cognitif du bilinguisme ex.les bilingues réussiraient mieux certaines taches métalinguistiques.Mais à cause du principe de complémentarité il y aurait une différence entre monolingues et bilingues dans l’acquisition du vocabulaire. Donc être bilingue ne va pas nous retarder ni nous transformer en Einstein comme certains stéréotypes l’affirment!

Le bilinguisme de parents va aussi jouer un rôle. L’effet de fratrie aussi: l’aîné va être plus bilingue, les autres moins.Conséquemment, l’évolution de la famille est un facteur très important pour le développement du bilinguisme chez l’enfant.

Désir d’intégration: les enfants veulent être intégrés. La scolarisation joue dans ce cas un très grand rôle. Il peut y avoir un mutisme sélectif qui ne dure pas longtemps normalement. Les parents doivent accompagner les enfants dans le bilinguisme, passer du temps pour détruire des idées reçues. Et devenir bilingue devrait être une joie!

Il y a des écoles qui encouragent le bilinguisme, et d’autres qui le découragent. Un État comme la France devrait faire plus pour l’encouragement du bilinguisme des enfants. Les petits encouragements (Moro) jouent un rôle primordial: par ex:l’enseignant peut demander à l’élève;comment on dit ça dans telle langue et après affirmer Ah c’est beau! Ou encore mieux; Moi je t’apprends le français et toi l’anglais, par exemple.

  1. Le biculturalisme

Un sujet très peu discuté: la partie qui bloque ou qui permet que quelqu’un se sent à l’aise.

-On peut être bilingue sans être biculturel p.e les Néerlandais qui connaissent bien l’ anglais mais qui restent monoculturels.

-De même, dans les sociétés diglossiques: comme dans les pays arabes on peut être bilingues et monoculturels.

-Et au contraire on peut être biculturel et monolingue comme un Britannique qui vit aux États-Unis.

-On peut être aussi être à la fois bilingue et biculturel car il y a contact régulier avec les deux langues et les deux cultures.Le bilingue biculturel sait adapter son comportement, ses habitudes et son langage selon la langue et la culture. Il y a donc un aspect dynamique dans cette adaptation.

-La personne biculturelle combine les deux cultures attitudes-comportements qu’on peut pas partager comme la distance physique.

Dans le bilinguisme on arrive à séparer les langues mais cela est plus dur au niveau des cultures du biculturel.

Avantages d’être biculturel

-on devient conscient des différentes cultures

-on peut servir d’intermédiaire entre les cultures

-une personne biculturelle peut avoir de prises de perspectives et créer de liens de perspectives.

Mais l’aspect le plus difficile du biculturalisme: l’identité de la personne biculturelle. A quelle culture j’appartiens? Est une question que le bilingue se pose souvent.

Les cultures ont besoin de nous catégoriser et se basent sur différents traits :parenté,nationalité, traits physiques,nom, préjugés etc. Les personnes de ces cultures choisissent et font savoir leur choix. Mais souvent cela aboutit à une catégorisation contradictoire, qui mène à un double rejet et à la marginalisation de l’individu biculturel.

Amine Maalouf l’a très bien écrit en 1998 au sujet d’un jeune franco-algérien :

«… son parcours peut s’avérer traumatisant si chaque fois qu’il s’affirme français, certains le regardent comme un traître, voire comme un renégat, et si chaque fois qu’il met en avant ses attaches avec l’Algérie, son histoire, sa culture, sa religion, il est en butte à l’incompréhension , à la méfiance ou à l’hostilité».

Conclusion

Pour promouvoir le bilinguisme la solution serait des détruire les idées reçues, s’informer et informer les parents, les enseignants, , orthophonistes,psychologues, etc.

Il faut aussi que la société soit plus ouverte. La France étant un pays très normatif il faudrait un changement dans les attitudes,dans les modalités d’éducation, (ex.comment apprendre et enseigner) car actuellement les structures sont encore très figées.

Il faudrait que le bilinguisme sous toutes ses formes soit reconnu !!!

***Je remercie vivement monsieur François Grosjean premièrement pour cette conférence qui m’a ouvert des horizons pour avancer dans mon mémoire. Et puis je tiens à le remercier pour la lecture et les corrections de certains de mes points qui n’étaient pas très clairs !

Je remercie aussi monsieur Martin de m’avoir incité aussi à faire quelques corrections.

Si vous voulez approfondir vos connaissances sur le bilinguisme et s’informer plus sur F. Grosjean;

site web: François Grosjean  http://www.francoisgrosjean.ch/

articles pour Psychology Today, le Huffington Post

Livres

Parler plusieurs langues, le monde des bilingues, Albin Michel, Paris, 2015 

Bilingual:Life and Reality, Harvard University Press, Cambridge,  2010

The Psycholinguistics of Bilingualism, François Grosjean and Ping Li,Wiley -Blackwell, 2012

-Life with Two Languages: An Introduction to bilingualism, Harvard University Press, Cambridge, 1982

-Studying Bilingual: Methodological and conceptual issues, Oxford University Press, Oxford, 2008

 

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

immigré VS étranger

photo prise par google images
photo prise sur google images

Étranger, immigré, immigration… On voit ces mots souvent dans les journaux, on les lit dans les livres, les articles. On les entend souvent dans les discours diffusés à la télé, à la radio et parfois nous-mêmes on les utilise dans nos discours. Mais connaissons nous vraiment ces termes?

Ayant lu un article sur le sujet de ces termes d’immigré et d’étranger j’aimerais le partager avec vous et l’aborder linguistiquement en faisant quelques petites recherches. Je suis bien consciente que je vais aborder un sujet qui fait souvent réagir ( causes: désaccords, mal à l’aise, manque de recherche, sentiments qui dépassent la réalité, influence des médias etc).C‘est un sujet qui à nos jours laisse rarement les gens indifférents. Mais je vais oser car j’ai le ‘statut’ de chercheuse!

C’est un sujet qui est tout à fait d’actualité et faire une distinction claire (tant que c’est possible linguistiquement) entre ces deux concepts nous aidera mieux à comprendre les situations différentes de ces groupes de personnes.

L’auteur de l’article affirme qu’il faut «épingler et déconstruire les idées reçues sur l’immigration». Je suis tout à fait d’accord avec elle et j’ajouterais qu’il faut qu’on cherche plus profondément quand on veut avoir une opinion sur un sujet tellement vaste et complexe. Mais moi j’aborderais seulement l’aspect linguistique de ces situations. Alors définissons (essayons au moins!) ces termes avant d’aller plus loin.

Le dictionnaire en ligne Larousse.fr définit le mot « immigré » comme ;celui qui a quitté son pays d’origine pour aller s’installer dans un autre pays. Le TLFi donne la définition suivante; venir dans un pays étranger pour s’y établir, souvent définitivement ou bien passer d’un endroit à l’autre. Le site linternaute.com fait une distinction entre le nom et l’adjectif définissant le nom; personne ayant immigré dans un pays et s’y étant établie et l’adjectif comme; une personne qui a immigré et s’est établie dans le pays d’accueil. Ce dernier donne comme synonyme pour l’immigré le mot étranger.

Alors tout immigré est un étranger et tout étranger un immigré? Hmmm…

Mais continuons nos recherches. Passons au mot étranger également employé comme un nom et un adjectif en français .

Le dictionnaire en ligne Larousse.fr définit le mot étranger comme; qui est d’un autre pays, qui n’a pas la nationalité du pays où il se trouve. Le TLFi; (Celui, celle) qui n’est pas d’un pays, d’une nation donnée; qui est d’une autre nationalité ou sans nationalité; plus largement, qui est d’une communauté géographique différente. (Celui, celle) qui n’est pas d’un pays, d’une nation donnée; qui est d’une autre nationalité ou sans nationalité; plus largement, qui est d’une communauté géographique différente.

Le linternaute.com définit le nom comme; qui vient d’un autre pays, qui n’appartient pas à un groupe, à une ville, à une famille (en anglais ça serait foreign), qui n’est pas familier, connu ( en anglais ça serait stranger).

Et l’immigration?

Dans Larousse.fr ; Installation dans un pays d’un individu ou d’un groupe d’individus originaires d’un autre pays.(L’immigration est le plus souvent motivée par la recherche d’un emploi et la perspective d’une meilleure qualité de vie.)

Et dans le TLFi; Action de venir s’installer et travailler dans un pays étranger, définitivement ou pour une longue durée.

Selon l’extrait du film d’ARTE;le concept d’étranger est un concept juridique qui désigne celui qui vit dans un pays dont il n’a pas la nationalité et le concept d’immigré qui lui n’a rien de juridique a été mis en avant à la fin des années soixante-dix quand des travailleurs étrangers se sont installés en Europe et que certains ont acquis la nationalité de leur pays d’accueil.

Mais qu’on parle d’étranger ou d’immigré c’est souvent connoté négativement. Déjà dans la langue française ou anglaise on a des expressions pour exprimer des choses inhabituelles ou bizarres comme: ‘It’s strange’ ou ‘C’est étrange.’

Qui est l’étranger et qui l’immigré? Et quel sera notre public en tant que professeurs de FLE ou de FLS? Des immigrés? Des étrangers ? Les historiens et politologues peuvent en dire plus . A vous de voir. Moi j’emploierai le terme plus savant d’allophone définissant celui qui parle une autre langue ou celui qui est venu avec une autre langue.Ou bien, celui qui a une langue maternelle autre que celle du pays où il vit.

«Justement, rationaliser, prendre de la distance, apparaît aujourd’hui essentiel, alors que le discours politique joue sur la peur et l’émotion…».«Distinguer la perception émotionnelle et la réalité.». extrait de l’article

Pour conclure je termine cette petite recherche avec un proverbe populaire en ancien grec qui peut se traduire par; «Il est pire de savoir/connaître à moitié que de ne pas savoir/connaître du tout.»

« Η ημιμάθεια χείρων εστί και αυτής ταύτης της αμαθείας »

Ceci n’est pas une critique, ni une reproche, même pas une analyse de l’article que j’ai lu. C’est simplement un essai d’éclaircir les termes d’étranger et d’immigré. L’article dont je mentionne ne vient pas d’une source scientifique. Je suis tombée sur lui par hasard en lisant d’autres choses sur facebook. Il m’a immédiatement capté l’attention car j’ai aimé la façon dont l’auteur s’est exprimée et car je m’intéresse aux films documentaires d’ARTE.

Article lu:

Un article de Marie-Hélène Soenen.

Lien: http://television.telerama.fr/television/arte-dechiffrage-detricote-avec-pedagogie-les-idees-recues-sur-l-immigration,133838.php

Publié le 10/11/15

Sites consultés:

Larousse.fr

Linternaute.com

TLFi

Les définitions que j’ai choisies ne sont pas toutes les définitions que donne le dictionnaire. J’ai choisi les définitions qui correspondent le mieux pour ce sujet.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Εὕρηκα! Εὕρηκα!*

Le grand philosophe,mathématicien, physicien et mécanicien Archimède a une mission; trouver la solution de distinguer de l'or vrai et de l'or faux.  La solution selon la légende vient dans un moment inattendu comme l'indique l'image! Photo prise de google images.

Le grand philosophe,mathématicien, physicien et mécanicien Archimède a une mission; trouver la solution de distinguer  l’or vrai de l’or faux. La solution selon la légende vient dans un moment inattendu comme l’indique l’image! Photo prise de google images.

Novembre.. déjà?! Ouvrir mes quatre carnets. Trouver des titres pour eux.  C’est maintenant ou jamais!

Après des longues réflexions (un euphémisme dans ce cas pour éviter les mots inquiétudes, confusions, ambitions) je peux affirmer comme Archimède « Evrika! Evrika! » qui veut dire dans ce contexte « Je l’ai trouvé! Je l’ai trouvé! » 

Mais pas dans ma baignoire comme Archimède ni tout à fait spontanément. Je lis les écrits de mes camarades sur leurs carnets. Oui je les lis tous. Je lis donc je m’inspire! Anna qui me prévient que l’écriture sera difficile car il faut écrire pleines de choses en même temps et qu’il y a beaucoup des contraintes (« Il faut … il faut… il faut… »), Amal qui crie « Au secours » (déjà ?!). Khouloud qui me préviens de ne pas courir mais simplement de partir à point . Je me dis ‘ce n’est pas trop tard, ce n’est pas trop tard!’

Yigong me dit qu’il faut que je retrace mes réflexions. Tasnim me rappelle que les carnets ne me sont pas totalement étrangers car j’en avais depuis mon enfance. Thomas m’explique qu’il faut que j’écrive ce que j’ai lu hier, ce que j’en pense aujourd’hui et ce que j’en vais faire demain. Et finalement je laisse le langage poétique d’ Alper me guider sur les noms de ses Carnets: Carnet de Liberté, Carnet d’Autonomie, Carnet de Chemin, Carnet de Carrefour. Que c’est beau!

Je vous remercie tous car  grâce à vos écrits je prends confiance en moi et j’écris sur mes propres carnets!

Maintenant il est temps que je lise ce qu’en dit la source de vos écrits et de vos inspirations;  B. Latour, l’auteur de « Changer de société-Refaire de la sociologie ».

Quatre carnets indispensables pour ma recherche donc pour mon mémoire. Quatre carnets, ayant chacun une fonction différente mais un but ultime; une recherche de qualité.

Pour préciser:

1) Carnet de bord: comment, quand et quoi? Toute l’évolution de ma recherche.

2)Carnet de collecte: informations classées chronologiquement et en catégories qui peuvent faire surgir différentes problématiques ou hypothèses.

3) Carnet d’expérimentation: difficile à imaginer les grands écrivains faire des brouillons, effacer, réécrire mais je suppose que le talent ça se cultive! toutes les observations, idées,réflexions constats je les écris ici.

4) Carnet d’évaluation: les consignes, conseilles, toute aide qui vient d’autres personnes contribue à la réussite de ma recherche elle est noté ici.

Maintenant il me reste de « baptiser » mes carnets!

1) « Socrate »: parce que pour connaître la vérité(ou au moins essayer de la connaître?)  il faut chercher et si je cherche j’évolue.

2) »Pythagore »: pour son côté mathématique, qui me permet de faire des « calculs » et d’en déduire ou pas des « résultats ».

3) »Archimède »: car même les plus grands œuvres peuvent arriver quand on ne les attend pas du tout!

4) »Platon »: car il écrit clairement et me conseille pour mon bien et le bien de la ‘République’-mon entourage de chercheur.

Et maintenant que mes quatre grands conseillers-philosophes sont à ma disposition, rien à craindre!

C’est parti, depuis longtemps!

Car plus on écrit plus on découvre!

Bibliographie:

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris: La Découverte, 2006, p. 194-197.

Références:

Les écrits que j’ai cités sont ceux de : Anna Vorontsova-Menalo, Amal Khaleefa, Khouloud Sihamdi, Yigong Guo, Tasnim Djafri , Thomas De Oliveira-Lameira, et Alper Aslan.  

* ‘Εὕρηκα’ est un mot qui vient de l’ancien grec et qui veut dire ‘j’ai trouvé.’

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

«Fatima»- Au nom des femmes «invisibles»

Drame "Fatima" photo du site allocine.fr

Film « Fatima », 2015
photo du site allocine.fr

Une femme qui élève toute seule ses deux filles dans un pays qui lui est étranger et dont la langue elle ne parle pas. Son seul désir et but: offrir un meilleur avenir à ses enfants que celui qu’elle a. Les aider à terminer l’école et étudier pour qu’elles finissent pas de faire le métier qu’elle fait: femme de ménage. Une femme de ménage qui est souvent méprisée par sa petite fille qui la trouve incapable qui aurait préféré voler que faire ce métier. Paradoxale car même si elle trouve ce métier honteux, elle néglige  sa réussite scolaire. Mais les barrières entre mère et fille ne terminent pas là.

Les deux générations ne parlent pas la même langue. Pendant toute la durée du film on voit ces discussions entre mère et fille en arabe-français et en français-arabe. La mère parlant l’arabe et ses filles lui parlant ou répondant en français.

Fatima, écrit ses pensées en arabe dans ce qu’on pourrait appeler son journal intime. Elle y exprime ses sentiments et ses peurs, ses angoisses et ses incertitudes. Elle sait qu’elle doit tout faire pour que ses filles aient une  vie meilleure, surtout pour l’aînée, Nesrine, qui entre en études de médecine. «La peur commence à reculer et je reprends confiance en moi» est une des premières phrases qu’elle écrit.

Fatima suit des cours de FLE mais sa progression est lente, si elle s’exprime en oral c’est seulement pour dire des mots basiques comme ‘oui’, ‘non’, ‘bonjour’, ‘au revoir’ , ‘je comprends’ etc. Et quand elle veut aider sa petit fille de 15 ans , quand elle veut contrôler si elle a fait ses devoirs c’est impossible car selon sa petite fille Souad la barrière linguistique est trop grande. Mais cela ne démoralise pas notre héroïne. Elle mène des combats au quotidien. En pensant qu’à travailler plus pour gagner plus et à donner  tout ce qu’elle peut à ses filles, cette combattante accumule tout ce stress et cette peur, et dans un moment au travail, elle glisse et tombe d’un escalier ce qui a comme conséquence un arrêt de travail. Mais pendant tout ce temps là elle continue à écrire et en plus elle présente ses écritures à une femme médecin arabophone qui apprécie son œuvre.

 A la fin du film Fatima dit qu’ une des choses qui l’a marquée à vie et ce que sa petite fille Souad lui a dit un jour ; «Maman tu n’es pas capable». Sa douleur psychique dépasse la douleur physique.

Fatima comprend très bien le décalage des générations et des modes des vie et le changement de mœurs dans la société. Sa fille et ses copines vivent dans une société française comme elle dit où elle n’a aucune place.  Elle dit à la femme médecin qui la suit; «déjà par la langue, ils n’ont pas de parents. Comment veux tu parler avec ton père ou ta mère si tu ne connais pas leur langue?»

Une réalité sociale qui existe en France et dans d’autres pays comme le Canada, l’Angleterre, les États Unis où il y a des forts taux d’immigration. Ce film aborde non seulement les difficultés qu’une personne qui ne parle pas la langue du pays où elle vit peut affronter mais aussi ces gens « invisibles » qui exercent des travaux « invisibles ».

La protagoniste parle au nom de tous les ‘Fatimas’ qui cachent leur souffrance morale. Mais elle affirme aussi que beaucoup de gens «ne peuvent pas aller travailler sans une Fatima, construire un avenir, gagner de l’argent, acheter des parfums et de beaux vêtements sans une Fatima». A la place de Fatima, cette femme maghrébine immigré en France, pourrait être une Maria José, mexicaine qui a immigré aux États Unis ou une Amisha , indienne immigré en Angleterre etc.

Le film termine avec un moment de joie car Fatima voit elle-même les fruits de tout ce temps de travail. Elle lit le nom de sa fille Nesrine et voit sur l’affiche le résultat des examens qui démontre la réussite de sa fille pour les études en médecine.

Le film est adapté du livre «Prière à la lune» de Fatima Elayoubi donc c’est une histoire basée sur des événements réels.

En tant que futurs enseignants de FLE, je crois que c’est important d’être conscient de cette réalité sociale, des inquiétudes morales que nos apprenants peuvent avoir selon leur statut social. Car la personne qui veut apprendre une langue le fait par un besoin. Cela peut être un besoin personnel comme pour son plaisir ou pour voyager ou d’autre part pour satisfaire un besoin professionnel avoir un meilleur poste par exemple,et cela peut être aussi comme dans le cas de cette histoire un besoin d’intégration et de facilité dans les interactions de la vie quotidienne.

 

« Fatima », 2015 un film  de Philippe Faucon.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts