Tous les articles par Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

Compte rendu de l’ouvrage « La classe d’accueil : un dispositif au carrefour des logiques complexes » de K. Cuko

Image prise de Google Images.
Image prise de Google Images.

K.Cuko- la classe d’accueil un dispositif au carrefour de logiques complexes

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

100 ans de l’École française à Middlebury!

logo de l'École française de Middlebury
logo de l’École française de Middlebury

« MiddleburOui pour la Vie », c’est le logo de cette année qui reflète le centenaire de l’École française à Middlebury, dans l’État du Vermont qui se trouve aux États-Unis.

J’ai l’honneur d’y me retrouver en tant qu’assistante bilingue. Depuis trois semaines notre équipe : les trois assistants bilingues, l’assistant de communication, l’assistant administratif et l’assistant technique, la coordinatrice, la directrice adjointe et le directeur de l’École forment une équipe conviviale au service de ses étudiants promouvant la didactique des langues et des cultures.

L’École d’été de Middlebury existe depuis 1916 et j’ai le plaisir de vous annoncer que cette année nous ne fêtons pas seulement un siècle de présence à Middlebury mais également la plus grande école de langues parmi les autres écoles présentes ! Ceci est le résultat du travail qui se réalise dans les écoles de ce lieu extraordinaire, où la disponibilité du personnel et leur passion sont un engagement tel que le « language pledge » que les étudiants qui y arrivent signent.

Tout commence avec ce pledge linguistique qui est en effet un engagement sur l’honneur concernant l’utilisation d’une seule langue de communication, celui de l’École dans laquelle l’étudiant fait partie, dans notre cas le français. En d’autres mots, c’est une promesse de parler seulement la langue qu’on étudie pendant toute la durée du programme. Combiné avec un enseignement rigoureux, cette complète immersion linguistique, et les avantages des activités extra-scolaires comme les ateliers, aident les étudiants à progresser de manière significative et ceci peu importe le niveau maitrisé.

Depuis cent ans, les écoles de langues de Middlebury aident les étudiants à parler couramment une langue étrangère. La palette des écoles des langues proposées est considérable : allemand, anglais, français, espagnol, italien, portugais, arabe, hébreu, chinois, japonais, coréen et russe !

Vivent les écoles de langues de Middlebury!

Vive l’École française de Middlebury !

"I will keep a light burning" photo trouvé dans le site de l'École
« I will keep a light burning » photo trouvé dans le site de l’École

Je partage avec vous cette photo de la célébration de notre centenaire qui a eu lieu samedi, le 16 juillet. C’est l’oeuvre de Rénaud Auguste-Dormeuil, artiste plasticien. Cette oeuvre de huit cent bougies allumées est une représentation du ciel que nous ne verrons pas, celui du prochain centenaire donc de 2116!

Pour plus d’informations et des photos retrouvez-nous sur nos sites  et les réseaux sociaux :

Le site officiel de l’École : http://schooloffrench.middcreate.net/

Le site de Middlebury College en anglais : http://www.middlebury.edu/ls/french

Le site de la gazette publiée chaque semaine : http://schooloffrench.middcreate.net/lagazette/

Instagram : https://www.instagram.com/efmidd/

Facebook : https://www.facebook.com/MiddleburyEF/

Twitter : https://twitter.com/EF_Middlebury

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Le syndrome du mémoire

Image trouvée sur Google Images.

Avez-vous pris quatre kilos soudainement ou perdu autant en une semaine ?

Avez-vous des insomnies ou bien dormez-vous pendant la journée ?

Regardez-vous tous les matins le calendrier ?

Prononcez-vous au moins dix fois par jour le mot « mémoire » ?

Sentez-vous un coup de coeur quand vous entendez le mot « soutenance » ?

Fréquentez-vous les bibliothèques plus souvent que jamais ?

Avez-vous perdu contact avec vos bien-aimés ?

Sentez-vous isolés du reste du monde et par conséquent déprimés ?

Ressentez-vous une envie d’un mois de vacances dans une île exotique ?

Eh bien vous avez le Syndrome du Mémoire !

Ne vous inquiétez pas ce n’est pas aussi grave que vous le pensez. En fait c’est tout à fait naturel d’avoir de telles symptômes car votre avenir dépend de ce mémoire. Il s’agit en fait d’un travail qui clôture deux années d’études ou même cinq pour certains comme moi.

La fin de celui-ci s’approche. Et le mot « fin » est plutôt une métaphore parce qu’une recherche ne se termine pas vraiment en quelque mois (si elle se termine jamais) ! Mais disons c’est la fin de cette procédure où on écrit un certain nombre de pages et dont ensuite on défend les idées.

Alors, comme la chanson dit It’s the final countdown ! Il reste quelques jours pour certains (comme moi !), trois mois environ pour d’autres pour lesquels les effets du syndrome seront moins forts mais plus durables … Mais des solutions existent pour faciliter cette procédure finale qui peut être épuisante pour un corps et un esprit qui doit gérer tellement des choses au quotidien surtout dans une capitale …

Voici quelques conseils après certaines reflexions et observations :

  • De l’eau, de l’eau et encore une fois buvez de l’eau ! Même si vous buvez tous les jours du thé ou du café, cela ne compte pas comme de l’eau et vous ne pouvez en aucun cas tricher sur votre organisme ! Donc buvez de l’eau pour éviter les maux de têtes et la fatigue. Notre corps comme la Terre est constitué de plus de 60% d’eau, d’où cette importance.
  • « Mens sana in corpore sano. »  Un esprit sain nécessite un corps sain d’où cet aphorisme. Bougez au moins une heure par jour. Les journées ensoleillées s’approchent alors pourquoi ne pas aller à pied au supermarché ou à la bibliothèque ? Ainsi vous offrez à votre organisme ce qui lui est nécessaire, commençant par la vitamine D et puis par un éveil corporel qui réveillera surement votre esprit de chercheur !
  • « Que ton aliment soit ton seul médicament » a dit le Grand Hippocrate. Nous avons besoin des vitamines, des protéines et de tous ces éléments nutritionnels qui donnent à notre corps de l’énergie et de  la vitalité. Mais nous ne mangeons pas seulement pour nourrir notre corps. 20% des dépenses énergétiques sont consacrées exclusivement à notre cerveau et qui dit cerveau dit recherche et qui dit recherche dit… mémoire !
  • «  Les obstacles sont ces choses effrayantes que vous apercevez lorsque vous détournez les yeux de vos objectifs. » dit Henry Ford. Adoptez une attitude positive mais en travaillant. Restez concentré sur votre objectif, page par page en donnant le meilleur de vous. La puissance des attitudes et des pensées positives, doit vous accompagner tout au long du mémoire. Il est évidemment facile de tomber sur le piège où vous rêvez du mémoire idéal mais celui-ci n’existe pas. Donc travaillez autant que vous pouvez mais évitez cette idée de perfectionnisme car toute attente cache une deception éventuelle.
  • Mettez-vous à la peau d’un chercheur, d’un écrivain, d’un didacticien de tout ce que votre mémoire vous demande. Vous avez fait un choix de sujet et de problématique et ensuite un choix bibliographique. Vous n’êtes plus seulement un étudiant ou une nounou vous êtes des artistes car vous créez une oeuvre. La qualité de votre mémoire compte plus que sa quantité. Même si votre oeuvre fait seulement quatre-vingt pages, elle reste quand même une création qui portera votre nom et laissera une trace pour toute votre vie. Vous pourriez la faire lire à vos enfants un jour qui sait !
  • Communiquez avec votre entourage ! Ne restez pas isolés longtemps, faites un coup de téléphone à votre famille si elle est loin, allez au cinéma un soir avec vos amis, faites une promenade dans un parc avant d’aller à la bibliothèque, partagez vos émotions avec vos camarades qui écrivent un mémoire. Vous verrez que le syndrome est partagé par la majorité d’eux car jusqu’aujourd’hui je n’ai pas trouvé quelqu’un qui en a échappé.
  • Organisez votre temps. Je suis bien consciente du fait que j’ai du mal avec ce conseil moi-même sachant que je ne considère pas le temps comme un outil. Peut-être alors c’est mieux que je reformule cette phrase en disant « mettez de priorités. » Tout ce qui peut attendre et peut être fait après votre soutenance laissez-le à côté. Pour cela, les listes aident beaucoup ! Personnellement, quand dans un moment donné j’ai quelque chose de très important à accomplir,  je fais des listes sur les livres que j’aimerais lire,  les films que j’aimerais regarder et les monuments et lieux que j’aimerais visiter . Evidemment le contenu de ces listes ne vise pas la réussite de mon mémoire et c’est pour cela qu’ils peuvent attendre l’été ou les vacances prochaines.
  • Envisagez votre mémoire et votre soutenance. J’appelle cela la « méditation du mémoire ». Fermez les yeux, respirez profondément, expirez, respirez de nouveau en gardant votre haleine et imaginez tenir dans vos mains un document. Il s’agit de votre mémoire. Feuilletez maintenant les pages de ce mémoire et ressentez ce travail accompli grâce à toutes ces heures passées à rédiger, lire et corriger. Puis ouvrez les yeux et ressentez cette joie du fait que vous avez accompli ce travail grâce à votre enthousiasme, votre dédicace, vos propres efforts, lectures, vos terrains, corpus, le soutien de votre directeur de recherche.
  • « Croyez en vos rêves et ils se réaliseront peut-être. Croyez en vous et ils se réaliseront sûrement. » dit Martin Luther King. Lisez des temps en temps une citation d’une grande personne qui malgré les obstacles a réussi ce que d’autres disaient impossible ; Jesus Christ, Mahatma Ghandi, Albert Einstein, Helen Keller, Marie Curie … Les attitudes qu’on a envers  un  fait influencent considérablement les résultats. D’où l’importance de cultiver une vision positive sur le monde.
  • Ayez confiance en-vous en agissant. La foi sans action est comme le savoir sans application. Vous serez jugés sur la qualité de votre mémoire et de son maturité. Un fruit amer se distingue rapidement des fruits mûrs. Ainsi, votre mémoire doit être fait avec de la patience parce qu’on récolte ce qu’on a semé !

Bon semis et bonne récolte à vous !

Sitographie

Chanson « The Final Countdown » : https://www.youtube.com/watch?v=nu6Os0R-tq4

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Jésus Christ était un réfugié

«Toute personne, qui, craignant avec raison d’être persécutée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve en dehors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut, ou du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays… » définition de « réfugié »par la Convention de Genève (article 1 A2). 

« Demandeur d’asile désigne une personne qui a exprimé, de quelque manière que ce soit, le souhait d’être protégée contre des dangers ou des persécutions dans son pays d’origine ou de provenance. Plus techniquement,  les termes « demandeur d’asile »  désignent une personne qui a déjà formellement déposé une demande d’asile auprès d’une administration. » définition de « demandeur d’asile » par le site de acat

Nous oublions que selon la Bible Jésus Christ était un réfugié…

Nous connaissons tous l’histoire que nous célébrons tous les ans, celle de Noël, la naissance de Jésus Christ. Mais étant donné que cette fête est devenue tellement commercialisée, nous oublions son histoire et son message… Rappelons nous puisque c’est toujours d’actualité!

Selon les témoignages dans les évangiles, un recensement ayant été ordonné par un édit de César Auguste, Marie mère de Jésus, et son époux Joseph, sont contraints de quitter Nazareth en Galilée, pour rejoindre leur village d’origine. Ils arrivent à Bethléem en Judée et il est temps que Marie accouche mais toutes les portes sont fermées même pour une femme enceinte. Après le refus d’accueil des habitants et le manque d’hospitalité, Jésus naît dans une crèche, dans une ferme d’animaux.  Après la naissance la naissance de Jésus à Bethléem, près de Jérusalem, la famille fuit de nouveau, cette fois en Égypte afin d’échapper aux persécutions du roi Hérode. À la mort de ce dernier, Marie, Joseph et Jésus regagnent Nazareth.

«  A cette époque-là parut un édit de l’empereur Auguste qui ordonnait le recensement de tout l’Empire. Ce premier recensement eut lieu pendant que Quirinius était gouverneur de Syrie. Tous allaient se faire inscrire, chacun dans sa ville d’origine. Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée dans la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu’il était de la famille et de la lignée de David. Il y alla pour se faire inscrire avec sa femme Marie qui était enceinte. Pendant qu’ils étaient là, le moment où Marie devait accoucher arriva, et elle mit au monde son fils premier-né. Elle l’enveloppa de langes et le coucha dans une mangeoire parce qu’il n’y avait pas de place pour eux dans la salle des hôtes. »  (Luc 2.1-20)

Image trouvée sur Google Images.
Image trouvée sur Google Images.

Sitographie

http://www.acatfrance.fr/comprendre-droit-asile

http://www.universdelabible.net/lire-la-segond-21-en-ligne/ref,Luc%202.1-20/

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

La crise des valeurs européennes

 

πολιτης του κοσμου
Image prise de Politis tou kosmou (facebook).

Honte à toi Europe ignorante.

Honte à vous politiciens indifférents.

Honte à vous gouvernements impérialistes du 21ème siècle.

La France Terre Asile est en exil. (accords contre le droit d’asile, bureaucratie volontaire)

La Grèce berceau de l’Europe est devenue misanthrope. (police noyauté de l’Aube Dorée, centres de détention)

Bienvenu à l’Europe obscurcie.

Bienvenu à l’Europe qui ferme les frontières, construit des murs, crée des ghettos, met en place son apartheid moderne.

Bienvenu à l’Europe qui renvoie des êtres humains vers le danger.

A vous les politiciens déterminant les accords et conventions  ne respectent pas les droits humains :

Vous n’arrêterez pas les flux. Vous augmenterez le nombre des morts mais vous n’arrêterez pas les flux.

Aucun accord n’arrêtera  les êtres humains en recherche de  Paix.

Aucun contrôle maritime n’arrêtera  les êtres humains de traverser la Méditerranée en recherche de Liberté.

Aucune convention n’arrêtera les êtres humains à rêver d’étudier et de travailler.

Aucune frontière n’arrêtera les êtres humains qui ont vécu la guerre de prendre le risque et partir.

Aucune arme ne tuera les espoirs des êtres humains pour une Vie meilleure.

Vous ne comprenez pas. Tant que l’Homme espère il vit.

Même dans les camps les plus froids, les centres de détention les plus inhumains l’Espoir vivra.

Et aucun renforcement ne vous aidera à le contrôler.

Car c’est une Force infinie, une source d’alimentation, une oasis inépuisable.

L’Espoir fait vivre.

inspiré du film de Nathalie Loubeyre  « La mécanique des flux » (2015)

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Festival international du film des droits de l’homme

A vos places!

C’est parti et c’est à Paris depuis hier!

Un festival des films qui a pour but de défendre la dignité humaine.

Depuis hier jusqu’au 12 avril le Festival présentera 21 longs métrages et 11 courts.

Au programme :

image prise du site du FIFDH
photo prise du site du FIFDH
photo prise du site du FIFDH
photo prise du site du FIFDH

Lieu:

Luminor – Hôtel de Ville

20 rue du Temple

75004

Paris

métro : ligne 1 ou 11 Hôtel de ville ou Rambuteau

Sitographie

http://www.festival-droitsdelhomme.org/paris/

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Vive le plurilinguisme?

 

Image trouvée dans Google Images.

En faisant mes recherches, en étant sur le terrain , en observant mes apprenants, en formant mes propres pensées, je me suis rendue compte à quel point j’ai changé. Je ne suis pas la même Olga-chercheuse que j’étais en novembre (d’ailleurs je ne suis pas la même Olga qu’hier mais ceci est  un sujet psycho-philosophique plus complexe à exploiter). Comme tous les êtres humains (oui même nous les enseignants) j’avais certains stéréotypes, préjugés, représentations avant de commencer mes recherches, avant de me situer dans ma problématique et avant de commencer le terrain.

Mes lectures m’ont beaucoup apporté et éclairé sur certaines notions et concepts. L. Dabène, F. Grosjean, V. Castellotti, P. Bernard, C. Tagliante sont certains grâce auxquels des notions et concepts comme bi/-plurilinguisme, interference, langue maternelle, langue étrangère, immigré, réfugié, altérnance codique etc me sont devenus plus compréhensibles. D’ailleurs j’ai pu comprendre plusieurs faits sur ma propre biographie langagière ce que j’ai trouvé précieux car toutes ces années j’ignorais certains faits linguistiques de mon propre parcours.

Vous vous demanderez pourquoi ce titre. Ou plutôt pourquoi ce point d’interrogation. Pendant toute ma vie je n’avais aucun doute que parler plusieurs langues est formidable, génial (d’ailleurs c’est toujours mon avis). Ce qui a joué un rôle important c’est aussi et surtout le fait que j’ai grandi dans un environnement qui était favorable au plurilinguisme que ça soit à l’école ou à la maison.

Mais certains cas des gens  que j’ai rencontrés et qui refusaient de parler d’une et dans une langue qu’ils connaissaient m’a fait réflechir. Je pense surtout aux gens que j’ai rencontrés en France et qui viennent des pays de l’Ex-union soviétique comme la Géorgie, la Bulgarie, l’Ukraine. Moi avec mon enthousiasme que oui les langues c’est la joie j’étais prête à parler en russe avec eux et pas seulement prête c’est que j’attendais d’eux de parler en russe.  Mais je ne prenais pas en compte tous les autres facteurs qui obscurcissent l’acquisition et les représentations sur les langues et avant tout le vécu propre de chaque personne. Donc même si ces gens connaissaient le russe ils ne voulaient ni l’affirmer ni me parler en russe car il y toujours des pensées des traumatismes politiques de leur propre langue maternelle et nationale qui était réprimé pendant l’Union soviétique. Depuis alors je fais attention! J’ai compris qu’en fait pour beaucoup de gens être plurilingue n’a même pas été un choix personnel mais plutôt imposé pour des raisons historiques , économiques et surtout politiques .

 Pendant les premiers cours de FLE que j’ai donnés certains de mes apprenants trouvaient ça étrange quand je demandais à tel ou tel apprenant de me dire comme ça se dit tel ou tel mot  dans leur langue . Ils m’ont même affirmé que c’est un cours de français et pas d’arabe ni de somalien. J’étais étonné! D’une part j’étais contente car je me disais oui ils sont motivés pour apprendre le français et d’autre part je me disais mais pourquoi parlent ils aussi peu de leur langue et ne veulent pas savoir qu’est-ce qui se passe dans la syntaxe d’une autre langue. Dans un moment je me sentais tellement découragée que je pensais changer de terrain et de problématique. Mais tous ces difficultés font partie de notre mémoire car elles reflètent le continuum, les étapes de nos recherches.

J’ai compris plus tard. Pour ces apprenants, leur priorité c’est le français et ce n’est pas seulement une priorité c’est même une urgence. Donc pour un afghan qui ne s’intéresse pas à l’arabe savoir comment on dit pomme en arabe l’importe très peu et on peut avoir le même cas pour l’inverse. Donc j’ai changé un peu ma politique et mes représentations sur le plurilinguisme. Le plurilinguisme est un bien mais ce n’est pas tout le monde qui veut ce bien et il ne faut pas l’imposer.

Un autre cas qui m’a perturbé c’est cette maman de quatre enfants qui me parle rarement de sa langue. Elle est une des plus motivés. Mais maintenant je comprends. Même si le lien entre LM et nous même est fort (surtout pour les adultes) il y a de gens qui commençant une nouvelle vie  ailleurs, réservent leur langue maternelle à des domaines de la vie personnelle . Quand cette maman sort de sa maison et ferme la porte c’est le monde de la langue française. Et quand elle rentre il y a la présence de deux langues désormais, du français et du somalien car elle doit aider ses enfants à faire les devoirs, et souvent les enfants parlent déjà en français mieux qu’elle car ils passent la majorité du temps à l’école.

Ce dernier temps mes groupes se sont homogénéisés. Cela veut dire que pour l’un de mes groupes il y a seulement les Afghans et pour l’autre un arabophone avec un persanophone. Il m’a fallu beaucoup réfléchir avant cette homogénéisation et la question se pose toujours ; comment éviter une guerre de langues? Car ne pas se comprendre, ne pas parler la même langue, ne pas parvenir à faire comprendre le message qu’on veut exprimer peut poser beaucoup des difficultés tant pour les apprenants que pour les enseignants comme moi qui plaident pour le plurilinguisme.

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

L’instinct , le coeur et la raison*

Photo prise par moi, trouvée dans le livre "Eux, c'est nous" p.16 (Réfugiés en 8 lettres).
Photo prise par moi-même, que j’ai trouvé dans le livre « Eux, c’est nous » p.16 (Réfugiés en 8 lettres).

« Si un homme, une femme, un enfant souffrent et que personne ne veut les secourir, vous entendrez tout. Toutes les excuses, toutes les justifications, toutes les bonnes raisons de ne pas leur tendre la main.

Dès qu’il s’agit de ne pas aider quelqu’un, on entend tout.

A commencer par le silence.

Si cet homme, cette femme ou cet enfant qui souffrent ne sont pas seuls à souffrir, s’il y a une guerre à nos portes, s’ils sont des milliers, des dizaines de milliers, des centaines de milliers, peut-être un million à nous demander de l’aide, nous ne pouvons pas ne pas en parler. Notre silence serait assourdissant.

Alors, voilà que nos politiques, nos journaux, nos télés, nos radios cherchent des mots. Et voilà qu’ils cherchent des images.

Ils doivent parler de victimes de guerre, n’est-ce pas? D’hommes, de femmes, d’enfants qu’on bombarde, qu’on fusille, qu’on torture, qu’on terrorise, qu’on affame, dont on a détruit les villes, dont on a brûlé les maisons, qui ont déjà perdu un père, un frère, des parents des amis. Ils doivent parler de rescapés qui fuient sur des routes qui ne sont même plus des routes, pour sauver leurs vies qui ne sont presque plus des vies.

Ce sont de ces gens-là que nous devons parler, n’est-ce pas? De ces gens dont nous pourrions faire partie, qui pourraient être moi, toi, vous.

Nous.

Mais qui sont eux.

Et comment parlent-ils d’eux, presque tous nos politiques, presque tous nos journaux, presque toutes nos radios, presque toutes nos télés? Et le Net lui aussi! Quels mots choisissent-ils? Quels mots répètent -ils du matin au soir, jour après jour, sans jamais en changer?

Ils parlent d’EXODE

Ils parlent de MASSES

Ils parlent de HORDES

Ils parlent de DEFERLEMENT

Ils parlent de MULTITUDE

Ils parlent d’INVASION

Ils répètent inlassablement ces mots:

EXODE

MASSES

HORDES

DEFERLEMENT

MULTITUDE

INVASION

Ils montrent inlassablement les mêmes images: des images de foules. Des grappes humaines accrochées à de bateaux qui coulent, des foules parquées dans des camps qui ne peuvent pas les contenir, d’immenses colonnes de victimes jetées sur des routes jusqu’à l’horizon. Et pendant que nos yeux ne voient que ces images, nos oreilles n’entendent que ces mots:

EXODE

MASSES

HORDES

DEFERLEMENT

MULTITUDE

INVASION

Du coup, ce n’est plus l’homme qui souffre que nous voyons sur ces images, ni la femme, ni l’enfant…Ce ne sont même plus des êtres humains, c’est un grouillement, un pullulent, un déferlement. Une effrayante menace. Avec ces phrases qui bourdonnent comme des guêpes autour de ces images:

« Nous ne pouvons pas accueillir tout le malheur du monde! »

« Pas la même culture… »

« Pas la même religion … »

« Pas les mêmes coutumes… »

« Menace pour nos chômeurs… »

« Menace pour nos travailleurs… »

« Menace pour notre identité… »

Et, petit à petit, c’est comme si chacun de nous se sentait seul et menacé par cette « marée humaine » qui n’a plus rien d’humain. Tout à coup, c’est comme si ces gens qui ne sont plus de gens, qui sont eux et pas nous, étaient plus nombreux que nous.

Comme s’ils étaient la majorité et nous la minorité menacée. Et nous voilà tentés de nous refermer sur notre peur, sur notre refus d’aider, sur notre silence.

STOP!

Débranchons-nous. Concentrons nous. Ecoutons un autre silence: celui dont nous avons besoin pour réfléchir un peu.

Et réfléchissons.

Un peu.

Combien sont-ils en réalité, l’homme, la femme, l’enfant, qui fuient ces guerres et frappent à notre porte?

Cinq cent mille? Un million? Deux?

Combien sommes-nous, ici, en France?

Soixante-six millions.

Soixante-six fois plus!

Soixante-six Français ne sont pas assez nombreux pour accueillir un ou deux hommes qui souffrent?

Admettons.

Combien sommes-nous en Europe?

508 millions.

Cinq cent huit Européens ne sont pas assez nombreux pour accueillir un ou deux hommes qui souffrent?

Admettons.

Ajoutons 318 millions d’Américain, 146 millions de Russes, 36 millions de Canadiens, 23 millions d’Australiens, ajoutons 1 milliard et 366 millions de Chinois.

Nous voyons bien que c’est ne pas une question de nombre.

Mais de volonté.

… »     Extrait du texte de Daniel Pennac dans « Eux, c’est nous »

Il y a-t-il quelqu’un qui peut rester neutre en lisant ces lignes? Il y a-t-il quelqu’un qui peut rester neutre en sachant que le frère de son apprenant est en prison pour s’avoir opposé au régime du pays et qu’il risque de mourir d’un moment à l’autre ? Il y a-t-il un enseignant de FLE qui peut rester neutre quand il sait que certains de ses apprenants n’apprennent pas le français par amour mais parce qu’ils n’ont pas d’autre choix?

Moi je ne peux pas. Je ne peux  pas et je ne veux pas rester neutre quand il s’agit des êtres humains en difficulté, ayant besoin d’aide, de soutien. Je ne peux pas rester neutre quand ils me racontent leurs histoires personnelles portant les traces de la réalité des vies des réfugiés et cette douleur de l’exode. Je refuse de rester totalement objective. Je sais que je risque de ne pas avoir le master idéal à cause de cela mais pour moi il sera au moins une tentative, une voix parmi autant d’autres pour crier, pour transmettre mon message, les messages de mes apprenants.

J’assumerai mes écrits subjectives et je les défendrai.

Qu’est-ce qui nous distingue au final des animaux? Marcher sur deux pieds? Les grands singes ont cette capacité. Communiquer? Plusieurs animaux ont la capacité de communiquer dans leur propre « langage » (pensez aux danses des abeilles , aux sifflements et mouvements des dauphins, au « parler » oiseaux , au miaulement des chats etc).

L’ empathie. C’est l’empathie qui fait que nous sommes des êtres humains. Et qu’est-ce que c’est? C’est de se mettre à la place de l’autre. Non pour le critiquer et lui faire la morale mais pour le comprendre et l’embrasser dans toute sa faiblesse. C’est comprendre la douleur de quelqu’un parce qu’on l’a vécu ou faire une tentative de la comprendre parce eux aurait pu être moi ou nous. L’empathie est un don tellement important qu’il faut qu’on le conserve si non on risque de ruptures dans nos relations avec notre entourage (animaux et plantes inclus!)

J’aime la définition de larousse.fr ; « calque de l’allemand Einfühlung mais étymologiquement venant du grec  du latin in, dans, à l’intérieur, et du grec pathos, ce qu’on éprouve, souffrance.  Faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent. »

Si je manque d’empathie et je reste totalement neutre aux besoins sociales de mes apprenants je risque de perdre le fil. Je vais réussir à les enseigner la grammaire et le vocabulaire de leur niveau mais si en plus je suis ouverte aux réalités auxquelles ils sont confrontés ils verront quelqu’un qui fait des efforts pour comprendre leur situation et leur état d’âme. Leurs besoins de commencement d’une nouvelle vie ne sont pas seulement d’ordre d’apprentissage d’une LE. Au delà de la science il y a l’être humain avec son instinct, son cœur et sa raison.

* Le titre de mon article « L’instinct , le cœur et la raison » vient du titre du texte inédit de Pennac D. dans « Eux, c’est nous ».

Bibliographie

Pennac D., 2015, Eux, c’est nous, Les éditeurs jeunesse avec les réfugiés

Sitographie

http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/empathie/28880

http://www.ohchr.org/EN/UDHR/Pages/Language.aspx?LangID=frn

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Conférence de Patrick Quillier « Le geste dans l’oreille »

21.01.16 Au musée du quai Branly

« La connaissance parle, mais la sagesse écoute » J. Hendrix*

P. Quiller est actuellement professeur de littérature à Nice. Il a vécu et enseigné dans plusieurs pays du monde comme la Réunion, le Portugal, l’Autriche et l’Hongrie. Il est traducteur et compositeur également.

Le titre de cette conférence est « Le geste dans l’oreille ». Mais que cela veut dire ? Lire à l’oreille, lire par l’oreille…Mais ce geste ne se limite pas à ces deux phrases.

Acroamatique (ce qui est reçu par l’oreille) est un mot avec une histoire qui continue à influencer. Du grec ακούω (akouo) un terme utilisé pour désigner ce que nous appelons un cours magistral qui est réservé aux disciples qui savent écouter. Alors que pour un cours de TD c’est par la maïeutique que les élèves apprennent.  Les 1ères écoles pythagoriciennes avaient introduit ce type d’école acroamatique. L’enseignement était dispensé, caché par le rideau donc il était purement auditif.

Cela a produit un autre mot ; acousmate comme la musique acousmatique (d’après guerre) où on ne voit pas l’interprète car il y a une sorte de rideau pythagoricien. L’acousmate désigne tout ce qui rend dans l’écoute, à l’oreille. L’enseignement acroamatique de l’école pythagoricienne est aussi acousmatique. C’est un mot pour désigner les axiomes, les formules etc.

Mais hors les sons qui viennent de l’extérieur, est-ce qu’il ne se passe pas que dans notre esprit ils se passent de sons dont on ne peut pas vérifier l’origine ? La tradition chrétienne en fait la preuve. Plusieurs exemples, un de plus importants la voix de Dieu à Marie. Cet acousmate est tellement important que la littérature mystique et spiritualiste notamment de la langue française  a crée des expressions telles que : être en état d’acousmate  qui veut dire être dans un état d’extase, écouter les anges ou Dieu.

AAEAAQAAAAAAAABIAAAAJDk1Nzg1ZDk5LTM1MGYtNDg2Yy05NDA0LTAxZGQwYTIyNzcyYg
Ecouter Chacun matin je me dis la même chose; Rien de ce que je dirai aujourd’hui va m’apporter (apprendre) quelque chose. Donc si je veux apprendre, je dois le faire en écoutant. Traduction de l’anglais, réalisée par moi-même.

D’autres écrivains ne restent pas différents. Plus tard,  à la première moitié du XXème  siècle Apollinaire qui appartenait au courant du symbolisme  écrit  deux  poèmes intitulés « Acousmate ». Le premier parle du  guetteur mélancolique : « J’entends parfois une voix qui est absente ». Donc il s’agit d’une réception acousmatique d’un son de quelqu’un qui n’est pas présent. Les mots qui sont dits de cette voix sont ciel et miel.  « Le ciel qu’on médite et le miel qu’on mange ». Des mots terminant par la lettre l comme les noms de trois archanges. Son deuxième poème commence par le récit alexandrin des bergers qui suivent une étoile et qui entendent des anges chanter.

P. Quillier a écrit une thèse ayant comme sujet l’acroamatique chez René Chard. Il dit que quand on s’initie par l’oreille c’est clair comme de l’eau de rose. Plus précisément ; « Si on fait usage de l’oreille on va être initié à savoir faire quelque chose ». Et cela est très concret du point de vue physique. L’oreille est le son du langage. Il incite à lire dans un corpus donné une œuvre à lire à l’oreille c’est-à-dire à repérer dans un corpus donné tout ce qui passe par l’auditif. « Notre usage de l’écoute façonne notre apprentissage de langue ».

P. Quillier nous conseille vivement le livre de Gabriel Bergounioux « Le moyen de parler », 2004, Verdier .Livre 2004. « Difficile mais formidable » selon lui. L’écrivain, démontre que notre cerveau produit des millions de combinaisons linguistiques. Et si on veut parler on est obligés de canaliser ce magma des pensées qui surgit en nous mais aussi les bruits de l’extérieur (pensez aux moments où vous lisez dans le métro, oui vous canalisez ce magma pour vous concentrer dans votre lecture !). Un autre livre que le conférencier nous invite à lire est celui d’ Eero Taratsi « Fondements de la sémiotique existentielle » 2009, L’Harmattan.

volcano-03

Chez Barbier il y a quelque chose de très important. Faire le vide, une étape de vide. Afin d’être à la réception de ce qu’on écoute. Notre bagage intellectuel : Barbier dit qu’il va nous aider à faire une dance autour de nous. Auquel les poètes vont se référer  « Le miracle est en nous » l’espace intérieur qui est le véritable récepteur de tout ce qu’on écoute et en même temps le producteur.

Le geste d’écoute est au cœur de la production langagière. « Πάντα είναι πνοή » (panta einai pnoe) disaient les anciens grecs. « Tout est souffle ». En disant cela P. Quillier me rappelle que dans les croyances des trois religions monothéiques  ce souffle est un noyau central commun car selon le judaïsme, le christianisme et l’islam l’âme de l’homme s’est crée grâce au souffle de Dieu.

Ce que nous pouvons retenir de cette conférence est que dans un monde où on communique souvent par sms et messages électroniques n’ y a-t-il pas un écho important qui se perd de nous-mêmes et des autres ?

Et notre mémoire (recherche) n’est-il part une sorte de poésie un discours de la parole de l’intérieur ? En tout cas une partie de notre mémoire demande une réflexion silencieuse un recours dans notre monde intérieure. Cet endophasie est la parole intérieure. Les lectures qu’on fait ne sont pas les paroles qu’on entend des personnes qui nous parlent simplement sous forme écrite?

Canaliser ce magma pour se concentrer à la lecture et l’écriture et ainsi viser le cœur de notre sujet et de notre problématique !

*Citation ajoutée par moi-même.

** Toutes les images sont prises dans Google Images.

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Eux c’est nous*

 

Page de couverture du livre "Eux c'est nous" publié par Les éditeurs jeunesse avec les réfugiés.
Page de couverture du livre « Eux c’est nous » publié par Les éditeurs jeunesse avec les réfugiés.

« Eux c’est nous venus de loin pour un monde meilleur,

Eux c’est nous fuyant la guerre et la misère

Eux c’est nous cherchant refuge

Eux c’est nous partant en désespoir

Eux c’est nous arrivant équipés d’espoir

Eux c’est nous en crise économique

Eux c’est nous l’argumentation des politiques

Eux c’est nous risquant leurs vies

Eux c’est nous essayant de sauver leurs familles

Eux c’est nous sans maison et sans patrie

Eux c’est nous demandant l’asile

Eux c’est nous vivant un cauchemar

Eux c’est nous  attendant la lumière du phare

Eux c’est moi et toi

Parce qu’eux ce sont des êtres humains.»

Mon petit poème est inspiré du titre de ce livre que les bénévoles enseignants de la Cimade (à Massy) m’avaient présenté à la réunion mensuelle des bénévoles.

Association La Cimade avec le logo "L'humanité passe par l'autre". Image trouvée sur Google Images.
Logo de l’association La Cimade. Image trouvée sur Google Images.

Crise de réfugiés, crise des immigrants et bientôt crise des immigrants climatiques. Il suffit de regarder le journal télévisé ou de feuilleter Le Monde ou n’importe quel autre journal pour comprendre que depuis quelques mois cette immigration est une réalité. Dure pour les deux cotés. Nous pour les accepter et eux pour être acceptés.

Août 2015, je me souviens, en Russie je regardais le journal télévisé avec mon père. Immigration, l’Europe en crise, frontières, tous ces mots… Et les gens ensuite me disant « fais attention quand tu rentres tu vois ce qui se passe en Europe maintenant, ça va plus être pareil ».

Non ce n’est plus pareil parce qu’on est tous concernés. Nous sommes tous responsables quand un enfant de 3 ans meurt dans la Méditerranée ou quand 70 personnes perdent leur vie suffoqués dans un camion.

Je suis rentrée en France et je me suis dit « Alors qu’est-ce que tu vas faire Olga ? Comment tu peux les aider ? Quelle sera ta contribution ? Le bénévolat! Soutenir les associations qui protègent les droits de l’Homme. Je suis au bon endroit, Paris !

Octobre, mon idée ne me laisse pas tranquille. Quand on a vécu l’immigration on s’identifie, on a de l’empathie parce qu’on comprend. Je dois agir comme tant de gens ! On me parle du mémoire, de trouver un sujet, un terrain. Une idée me vient à l’esprit. Et si je les combinais  ? Le bénévolat  et le mémoire ? J’ai aussi mes expériences de l’année dernière en tant que stagiaire pour une classe d’UPE2A et  également en tant que stagiaire il y a trois ans pour le CASNAV de Strasbourg. Toujours un public d’immigrés et de réfugiés.

Je fais des recherches sur Internet, je trouve le site de La Cimade. Je lis et puis je les contacte. Le 15 novembre je fais connaissance aux 6 apprenants qui suivront mes cours. Leur pays d’origine : Afghanistan,  Syrie, Somalie et Tibet. Leur âge varie : de 20 – 65 ans.

Hommes et femmes, mariés et célibataires, scolarisés et analphabètes. L’hétérogénéité est fortement présente. Mais six apprenants ne suffisent pas pour réaliser de recherches.

Association Aurore. Image prise dans Google Images.
Logo de l’association Aurore. Image prise dans Google Images.

Je contacte l’association Aurore. 19/01 j’ai ma première rencontre. Seulement des hommes. Venus récemment en France de l’Afghanistan, du Pakistan et du Soudan. Ils sont une dizaine.

Les langues présentes dans les deux classes sont l’arabe littéraire et dialectal (du Soudan et de la Syrie), le somalien, le dari (Afghanistan) et l’anglais pour certains qui ont des bases. Mon public est un public d’adultes débutants. Certains n’ont même pas choisi la France comme destination mais y sont restés parce qu’ils n’avaient pas un autre choix.

Prochaine étape maintenant pour eux l’intégration. Et l’intégration passe par la langue car sans la langue nous nous sentons handicapés et nous rencontrons beaucoup de difficultés de communication. Il suffit de voyager dans un pays avec un système alphabétique différent de celui qu’on connaît pour se mettre  à la place de ces gens.

Comment alors enseigner le FLE pour ce public ? En passant par leurs langues, maternelles ou simplement l’anglais. C’est l’approche que j’utilise. Je mets l’accent sur l’oral, les différences et similitudes linguistiques et les universaux m’aident. Le défi est double tant pour moi en tant qu’enseignante tant pour eux qui s’étonnent en voyant la méthode que j’utilise.

Comment éviter de construire une Tour de Babel et comment éviter une guerre des langues ? Car oui cela n’est pas facile. Le malentendu existe dans ce contexte hétéroglotte. Quels seront les résultats et les réactions de cet apprentissage ?

Le lien affectif qu’on porte avec nos langues maternelles sera dans ce cas un appui sur l’apprentissage des bases du français ou au contraire  va-t-il créer des confus ?

Tout est en train de se construire, étape par étape car même le voyage le plus lointain et le plus long commence par une étape !

Site de la Cimade: http://www.lacimade.org/

Site de l’Aurore: http://aurore.asso.fr/

Bibliographie:

*-Bloch S. Magana,  Pennac D.,  Saturno C.,  2015, Eux c’est nous, Les éditeurs jeunesse avec les réfugiés

Quelques références bibliographiques auxquelles je m’appuierai pour ma recherche:

  • Archibald J. et Chiss J-L. (dir.)2007 , Le français langue seconde : apprentissage d’une langue en continuum. In « La langue et l’intégration des immigrants », Paris, L’Harmattan, Collection Logiques sociales (pp 271-284)
  • Brohy, H.,  2002,  Raconte moi tes langues… Les biographies langagières en tant qu’outils d’enseignement et de recherche. In VALS-ASLA, 76, 183-193.
  • Castellotti V. , 2001 , La langue maternelle en classe de langue étrangère, Paris, CLE International
  • Coste, 2000,  dans Castellotti V., De plus d’une langue à d’autres encore. Penser les compétences plurilingues?
  • Dabène L. , 1987, Langue maternelle, langues étrangères, quelques réflexions ,dans Les langues modernes,  dans le n. 1/1987 des Langues Modernes : « Traduire, langue maternelle, langue étrangère ».
  • Dummett M., 2011,On Immigration and Refugees , London, Routledge
  • Gloaguen-Vernet N., 2009, Enseigner le français aux migrants, Hachette FLE
  • Heller M. , 2007, Bilingualism a social approach Basingstoke New York N.Y. , Palgrave Macmillan
  • Noyau C., Porquier R., 1984, Communiquer dans la langue de l’autre, Presses universitaires de Vincennes

 

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Les huit commandements du didacticien

Image prise dans Google Images.
Image prise dans Google Images.

Que vous soyez juifs, chrétiens, musulmans ou même athées vous connaissez certainement les dix commandements que Moïse a transmis à son peuple. Et si je vous disais qu’il y en a huit pour les didacticiens ?

Bonne lecture et bonne application pour entrer au paradis des didacticiens chercheurs !

Les huit commandements du didacticien, selon Eddy Roulet. Dans « Des didactiques du français à la didactique des langues », Langue française, n 82, 1989

  1. « Il faut quitter le domaine de l’idéologie pour aborder le terrain des faits concrets et quotidiens, en particulier les pratiques scolaires ;
  2. « Il faut connaître la réalité et la complexité de ce terrain ;
  3. « Il faut, à partir de là, construire son objet, ses problèmes, et ne plus croire qu’on les trouve tout faits sur le terrain ;
  4. « Il importe, si on emprunte des concepts et des savoirs à d’autres disciplines, de les repenser ou de les reconceptualiser en fonction de l’objet auquel ils s’appliquent ;
  5. « Il faut imaginer, formuler et articuler explicitement des hypothèses ;
  6. « Ces hypothèses doivent être validées expérimentalement ;
  7. « Il importe d’aboutir à un accord argumenté, plutôt qu’à un simple accord d’opinion, sur l’interprétation des résultats ;
  8. « Il faut dépasser la simple juxtaposition des recherches individuelles et isolées pour aboutir à une élaboration communautaire et cumulée du savoir. »

Bibliographie

Eddy Roulet, « Des didactiques du français à la didactique des langues », Langue française, n 82, 1989

L’article complet : http://www.persee.fr/doc/lfr_0023-8368_1989_num_82_1_6376 consulté le 22/01/16

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

L’abécédaire de qualités magiques pour un/une Super Prof de langues

Image trouvée sur Google Images
Image trouvée sur Google Images

A : attentif

B : bienveillant

C : créatif

D : dynamique

E : encourageant

F : flexible

G : géntil

H : humain

I : indulgent

J : juste

K : kaléidoscopique*

L : lucide

M : motivé

N : naturel

O : original

P : patient

Q : qualifié

R : réceptif

S : sociable

T : travailleur

U : utile

V : vif

W : warrior**

X : xénophile

Y : youthful***

Z : zélé

La liste est infinie n’hésitez pas à ajouter d’autres qualités magiques du/de la Super Prof !

Cet abécédaire est inspire du fait que pour la première fois je donne des cours de langue à un groupe d’apprenants de manière stable et professionnelle. Il s’agit de cours de FLE dans le cadre de mon M2 (terrain d’observation et de recherche pour mon mémoire).

*au sens figuré, signifie changeant et aussi celui qui donne des impressions vives et colorées.

**mot que j’ai emprunté de l’anglais et qui signigie guerrier. Dans le sens d’un combat perpetuel contre les obstacles et les difficultées renconctrées.

***mot que j’ai emprunté de l’anglais et qui signifie juvénile ou jeune. Le sens de ce mot que j’emploi dans ce contexte et loin d’être celui de nombre d’années qu’on a vécu dans ce mode. J’invite  mes lecteurs d’aller sur un des ces sites où vous pouvez lire ce texte qui me semble simplement magnifique et qui m’a inspiré d’utiliser ce mot.

http://atelier.euregenealog.free.fr/PeleMele/MacArthur/MacArthur.htm

http://halleyjc.blog.lemonde.fr/2012/10/19/on-devient-vieux-parce-quon-a-deserte-son-ideal-general-mac-arthur/

J’espère que vous resterez toujours JEUNES !

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Ode à la langue étrangère

Tu t’endormes en moi comme un volcan qui s’endorme mais qui peut s’activer à n’importe quel moment.

Tu existes en moi et tu m’attends  de te découvrir. Une vie ne suffit pas donc je ferai bien mes choix. Mes critères de sélection seront mes besoins en tant qu’individu et en tant que partie d’un tout, de la société. Ou peut-être simplement parce que un jour je serai tombée amoureuse…

Je te choisirai et je construirai de liens affectifs avec toi, l’inconnue qui question de temps deviendras une partie de ma vie, de mon petit monde intérieur. Au début, mon cerveau t’accueilleras  froidement mais si mon cœur en est d’accord tu trouveras ta place, c’est sûr.

Je ferai des erreurs, on aura beaucoup de malentendus surtout au début parce que tu me paraîtras tellement différente de tout ce que sais. Je t’en voudrais d’être si difficile et je m’y focaliserai souvent sur tes points « durs ». D’avoir besoin autant d’attention, autant d’heures d’études. Mais je m’y attacherai  à chaque fois de plus en plus. Je t’associerai à des nouvelles aventures, de nouvelles connaissances, qui sait de nouveaux voyages.

Comme la grossesse je verrai les effets dans mon esprit venir au bout de quelques mois. J’y prendrai soin de bien te connaître et même de cesser les efforts pour faire une pause et profiter de quelques moments de naiveté et d’innocence où la peur de se tromper n’existe pas. Et le plus important je commencerai à t’aimer.

Tu m’accompagneras dans tous les moments de ma vie même quand je serai endormie car tu existes dans mon subconscient. Comme une fleur tu  fleuriras après tant de préoccupations et de soins que je consacrerai pour toi.

Tu m’ouvriras les yeux sur des nouveaux paysages. Tu m’apprendras des choses que jamais personne m’aurait enseigné, tu me mettras en contact directe avec les grands esprits qui ont laisser leur trace sur terre en forme écrite.

Tu éveilleras à chaque fois ma curiosité car il y aura toujours une partie inconnu dans cette relation. Tu seras un mystère pour moi et un trésor éternel à découvrir car tu évolues, tu changes.

Tu seras ma langue fraternelle. Un nouveau membre dans ma famille de langues.

Il y aura de moments où je n’aurai pas le temps pour toi. Il y aura de moments où je penserai que tu me serves plus à rien. Mais tu seras toujours en moi endormie peut-être mais toujours ici en attendant notre prochaine aventure sur le monde de la connaissance !

Merci pour ce voyage que tu m’offriras. Il ne coûtera rien, mais il m’offrira tant. Personne ne pourra te voler ni t’acheter parce que tu es le fruit d’un travail personnel.

Tu te demanderas pourquoi j’ai écris une ode pour toi. Parce que j’aime la Vie. Et toi t’en fais partie. Tu es vivante. Tu vis en moi, tu vis dans d’autres gens, tu vis dans des livres, des chansons, des contes, des prières… Tu es pour moi un héritage de l’humanité. La preuve de son intelligence et de ces capacités intellectuelles.

Tu donnes une nouvelle âme à celui qui s’engage d’être à côté de toi. Tu le fais revivre des choses mais uniquement comme si c’était la première fois.

Tu es unique parce tu es perpétuellement plongée dans l’histoire, la technologie, les phénomènes sociaux, les contacts avec d’autres langues, l’évolution, le changement …

Rien ne te laisse indifférente. Tu es magnifique.

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Quand l’ego et l’alter ego mènent une discussion sur le mémoire

Ego : E

Alter Ego : A

E : Écrire un mémoire, choisir un sujet parmi une large palette, choisir un sujet équivaut savoir ce que je veux. Qu’est-ce que je veux ? Qu’est-ce que je veux aborder, rechercher, problématiser ? Quels sont les sujets qui m’intéressent ? Et quelle sera ma problématique par rapport à ces questions ? Comment y trouver des réponses ?

A: Et si tu combinais ce que tu aimes le plus ?

E : C’est-à-dire ?

A : Bah c’est-à-dire les langues, l’éducation et la didactique visant le bi-/plurilinguisme.

E: Hmmm oui il y a pleins de questions que je me pose sur le plurilinguisme. Mais travailler sur le plurilinguisme en France ou seulement le français est la langue de la République..

A : Tu es à Paris, au cœur de la France, il y a surement un terrain de recherche qui t’attend.

E : Ah oui ? Un exemple ?

A: Un exemple ? Je t’en donnerai 10 ! DULALA (D’Une LAngue à L’Autre), une association qui a comme vision de valoriser le bi-/plurilinguisme pour les enfants en utilisant l’approche de l’ éveil aux langues, le CAFÉ des langues (Centre d’Animation et de Formation pour l’ Éducation bilingue et plurilingue) qui est une autre association dont les actions visent à valoriser le bi-plurilinguisme , tu as toutes les écoles bilingues, l’Observatoire Européen du Plurilinguisme, ADEB,  l’Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue, Familangues une association-outil collectif de valorisation du plurilinguisme.. Contente ou tu veux que je continue ma liste ?

E : Non merci j’ai bien compris trouver un terrain sur le plurilinguisme en France ne va pas me poser aucun problème. D’accord, mais pour un mémoire il faut aussi d’autres pistes pas seulement le terrain d’observation.  Je n’en sais pas trop, le seul cours sur le plurilinguisme que j’ai eu après 4 ans d’études c’était cette année au premier semestre. Mais bon au moins j’ai mon expérience personnelle qui date de ma naissance et mon expérience professionnelle.

A : Un mémoire c’est sérieux. Cela demande du professionnalisme. Ça ne rigole pas. Le fait que tu parles plusieurs langues ou que t’as fait un stage de 5 mois pour le CASNAV ne suffit pas. Il faut de la science et qui dit science dit recherche et qui dit recherche dit lecture et qui dit lecture dit écriture et qui dit écriture dit création !

E : Tu n’as pas par hasard un diplôme en rhétorique ?

A : Très drôle Mme l’Ironique.

E : Mais non tu sais qui s’aime se taquine. Mais vraiment tu m’as convaincu sur ce plan. D’accord disons alors terrain trouvé, deuxième partie les lectures ? Qui a écrit  sur le plurilinguisme ?

A : Tu me fais rire ma petite. On est vraiment différents. Alors bien évidemment tu ne vas pas lire TOUT ce qui a été écrit sur le plurilinguisme si non même en 5 ans tu ne termineras pas tes études. Écoute-moi. Le plurilinguisme c’est ton sujet macro d’accord ? Comme le nom fruit qui peut signifier pomme, banane, abricot, fraise est un mot disons macro alors que la pomme est micro. Alors toi tu as choisi de travailler sur les fruits et pas sur les légumes ni les pâtes. Donc maintenant tu dois choisir sur quel fruit tu vas travailler. Est-ce que ça sera la pomme, la banane, l’abricot ou la fraise ? Ça peut-être aussi l’orange ou le raisin à toi de voir !

E : Euh là je me sens perdue.

A : Il faut que tu restreintes maintenant ton sujet qui fera toujours partie du macro, du plurilinguisme mais qui portera sur un sujet précis ce que je t’ai  dit tout à l’heure sur un fruit précis.

E : Ah j’ai compris !

A : Très bien. Et par rapport à ce sujet micro précis tu feras tes propres recherches, tes propres lectures.

E : Un feedback s’il-te-plait !

A : Bon d’accord. En général et je me focalise sur en général ceux qui ont écris sur le bi-plurilinguisme sont : F. Grosjean, C. Hélot, M. Candelier, M-R Moro, D. Coste, R. Gallison, J. C. Beacco, L. Dabène, V. Castelotti, G. Lüdi, etc etc. En plus il y a de films comme la Cour de Babel ou Raconte-moi ta langue qui seraient très utiles pour toi.

E : Pas mal. J’ai quand même une grande palette.

A : Oui. Mais ce n’est pas fini. Il faut maintenant choisir un directeur /une directrice de recherche par rapport à ton sujet auquel/ à laquelle tu présenteras ton sujet, ta problématique, ton terrain de recherche et bien sûr la bibliographie.

E : D’accord…

A : Mais attention ! Il faut bien choisir cette personne car elle te guidera pendant tout ton travail. Elle te donnera de conseils, tu pourras lui poser de questions, elle sera là pour t’aider.

E : Ah mais c’est cool  je ne suis pas tout seule !

A : En effet tu n’es pas toute seule mais attention une fois t’as choisi ton directeur/ta directrice et que t’aies eu son accord tu ne peux plus revenir en arrière. Donc choisis bien surtout par rapport à ton sujet. Et si tu connais cette personne par exemple si t’a eu un cours avec lui/elle tant mieux car tu connais déjà la méthodologie du professeur.

E : Ok tout est compris ! Alors terrain d’observation c’est bon, bibliographie c’est bon, directeur/directrice c’est bon aussi . Qu’est qui en reste ?

A : Écrire ! Commencer ses recherches, aller aux colloques, aux conférences qui abordent ton sujet macro, lire, et puis encore une fois écrire !

E : D’accord d’accord j’ai compris. Merci !

A : Ne sois pas égocentrique.

E : Mais pourquoi tu dis ça ?

A : Parce que tu sais très bien que je suis une invention de ton imagination. Tu es en train de te remercier toi-même !

E : Et alors ? Je n’y vois aucun mal. Tu sais il faut s’aimer soi-même pour pouvoir aimer les autres. Et puis si je te parle c’est parce que je dois me connaître moi –même avant de connaître une science ou d’écrire un mémoire n’est ce pas ? La phrase « Connais-toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux » te dit que quelque chose ?

A : Égocentrique et en plus ethnocentrique ! Tu n’arrêtes pas de parler dans tes articles et tes commentaires sur Arlap de la Grèce et de ses philosophes!  Bien sûr que je connais Gnothi seauton de Socrate qui est devenue une inscription du Temple de Delphes.

E : On en a presque tous de l’égocentrisme et de l’ethnocentrisme mais ce n’est pas tout le monde qui a le courage de l’avouer comme moi !

A : Oh là là !

 

 

Olga Kourntidou

Titulaire d’une Licence de Russe délivrée par l’Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l’Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts