Tous les articles par GUO Yigong

Etudiant en Master 2 Didactique du FLE/S et des langues du monde, à l'Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3.

Comment définir les mots-clés du mémoire : un entraînement

contenu-mot-cleLa définition des mots-clés est la première étape de la rédaction du mémoire. Ainsi, il est à réfléchir : Pourquoi définir les mots-clés et Comment les définir ? Quelles critrès doit-on suivre ?

Selon le texte de l’EHESP, « Les mots-clés (ou descripteurs) servent à traduire en langage « contrôlé » des notions exprimées en langage « naturel » » (EHESP, 2009 : 2). On voit ici que les mots-clés ont pour objectif de déterminer les notions théoriques, abordées dans le mémoire. A partir des mots-clés, le lecteur sera capable d’identifier sur quelle(s) théorie(s) ou littérature(s), l’auteur s’appuie.

La définition des mots-clés suit des règles. Comme « ils aident à décrire et à synthétiser le contenu du mémoire » (EHESP, 2009 : 2), le nombre de mots est donc limité. Il n’existe pas de consensus sur le nombre maximal. Si l’on prend les critères de l’EHESP (2009, 2) et de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université des Antilles et de la Guyane (2009 : 12), pour un mémoire de cent pages, le nombre doit être limité à 10. En général, ils sont listés par ordre alphabétique (Bibliothèque de Sciences Po Grenoble, 2013 : 8).

Afin de trouver ces mots, on peut poser une série de questions (EHESP, 2009 :3) :

  • Qui ?                       sujet (personne, institution, fait)
  • Quoi ?                     objet
  • Où ?                         espace, lieux
  • Quand ?                   temps, circonstances
  • Comment ?             méthodes, moyens
  • Pourquoi ?              cause, raison
  • En vue de quoi ?     but, objectif

Tenant tous les règles et instructions à la main, je vais essayer de définir 5 mots-clés pour un des textes du Colloque DILTEC distribué au cours.

Titre : « Dispositifs multimédia et formation des futurs enseignants de langue »

Mots-clés : autonomie, collaboration, dispositif d’apprentissage à distance, formation des enseignants, interculturalité, identité de l’enseignant, tandem

  • Qui ?                       étudiants internationaux de niveau Master
  • Quoi ?                     formation des futurs enseignants de langue
  • Où ?                         dispositif d’apprentissage à distance
  • Quand ?                  XX
  • Comment ?           tandem
  • Pourquoi ?             autonomie, collaboration, prise d’initiatives, solidarité
  • En vue de quoi ?     interculturalité, identité d’enseignant

Référence

Ecole des hautes études en santé publique (EHESP), « Recommandations pour la réalisation pratique et la diffusion des mémoires », (EHESP, juillet 2009), http://documentation.ehesp.fr/wp-content/uploads/2009/09/Recommandations_realisation_memoires_24-07-09.pdf, consulté le 16 oct. 2015, p. 2-3.

Faculté des Lettres et Sciences Humaines (Université des Antilles et de la Guyane), « Guide du Mémoire de recherche et du Rapport de stage », (Université des Antilles et de la Guyane, 2009), http://www.univ-ag.fr/modules/resources/download/default/Fac_lettres/Brochures/Guidememoire.pdf, consulté le 16 oct. 2015, p. 12.

Bibliothèque de Sciences Po Grenoble, « Rédiger et mettre en forme son mémoire », (Science Po Grenoble, février 2013), http://www.sciencespo-grenoble.fr/wp-content/uploads/pdf_REDIGER-ET-METTRE-EN-FORME-MEMOIRE.pdf, consulté le 16 oct. 2015, p. 8.

GUO Yigong

Etudiant en Master 2 Didactique du FLE/S et des langues du monde, à l'Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3.

More Posts - Website

Comment débute la recherche en SHS ?

Bruno Latour dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, p. 194-197) nous propose de « déployer les controverses » puis de « retracer les associations ». On peut entendre deux démarches de la recherche, ici, je parle de la rédaction du mémoire : se situer dans une situation-problème, retracer les réflexions.

On dirait que cette situation-problème n’est pas inventée de toutes pièces par le chercheur, mais qu’elle s’émerge au fur et à mesure de la lecture, de la réflexion et de la fréquentation et du questionnement sans cesse du terrain. La recherche est un long parcours, et il n’est pas hasardeux d’utiliser le terme « la carrière du chercheur ». Surtout celui qui la débutera doit penser à la persévérance qui nécessite tous les chercheurs. Alors, pourquoi-t-on ne subdivise pas cette carrière longue et qui souvent effraye ceux qui n’osent pas la débuter, à partir de petites accumulations qui accompagnent la mise en idée, jusqu’à la publication.

C’est ce que propose Bruno Latour et Serge Martin de « tenir un journal de tous nos mouvements » (Latour, 1996 : 194), ici les carnets de recherche. Selon ses propositions, ces carnets permettent de retracer le parcours de recherche par chaque essaie qui nous amène vers la publication de nos résultats de recherche. Apparu en vision multiple, il contient en général quatre parties (Martin, 2014) :

  • Un journal de bord, qui enregistre toute activité faisant partie de la recherche.
  • Un carnet de collecte s’accumulent tous les données de désordre mais en catégorie et pointant une problématique concise.
  • Un cahier d’essai, qui collecte les réflexions sous forme d’écriture du chercheur, concernant sa lecture, son exposé, ses participations à une conférence, un colloque, etc.
  • Des commentaires, qui contient les feed-back que les autres chercheurs donnent sur nos réflexions.

Au départ de l’idée de Latour, le blog « Action-FLE » est créé et joue un triple rôle à la fois comme un carnet de collecte, un cahier d’essai et de commentaires. Il permet de :

  • classer sous catégories les notes de lectures souvent accompagnées de mes réflexions en fonction du sujet, (je la nomme Collecto) par exemple « pédagogie du projet », « analyse des discours ».
  • publier des essais réflexifs sur plusieurs textes et mes expériences par rapport à la lecture précédente (je la nomme Réflexto)
  • enregistrer les commentaires de lecteurs sur mes publications, qui seront organisés de ma part à l’ordre (je la nomme Commento)

En plus, je crée également mon journal de bord privé, nommé Agendo, qui retrace mes activités de recherches et les séminaires et les conférences à suivre et suivis.

L’atout des carnets électroniques, blog, est évident, car il permet à l’auteur d’y revenir par une simple recherche. Par exemple, pour revenir à tous les textes concernant « la pédagogie du projet », il suffit de taper le mot dans le moteur de recherche au sein du blog, puis les textes historiques s’alignent sur l’écran. L’idée d’utiliser un blog est surtout qu’au lieu de rendre ce carnet scientifiquement artificiel, il vaudrait qu’on trouve des astuces de le faire vivre et agir.

Référence

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 1996, p. 194-197.

Serge Martin, « « Faire carnet » pour plus de voix dans et par la recherche », Voix et relation, août 2014, http://ver.hypotheses.org/1157, consulté le 26 sept. 2015.

GUO Yigong

Etudiant en Master 2 Didactique du FLE/S et des langues du monde, à l'Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3.

More Posts - Website