Tous les articles par Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

Directeur de mémoire et étudiant : les choses vont mal !

Je précise que les personnages et les situations de ce dialogue sont purement imaginaires. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

L’étudiant va au rendez-vous à 13h comme prévu pour parler de son projet avec son directeur de mémoire.

A 13h…

E : Bonjour Monsieur,

D : Bonjour Alper, ça va ?

E : Je vais bien, et vous ?

D : Ça va ça va mais c’est terrible tout ce qui passe ces jours-ci à Paris et dans le monde.

E : Ah oui, vous avez raison. C’est terrible.

D : Oui, les choses vont mal. Quand je regarde le monde, je me demande  « où va le monde? » La société devient de plus en plus violente et les gens ne connaissent pas trop ce qui se passe vraiment. Une fois je suis allé au Cinégal et un jour, dans un restaurant, j’ai rencontré un monsieur qui était assis avec un habit qui ressemblait à une longue robe et une écharpe sur la tête pour couvrir. Durant la conversation, le moment où on a parlé des langues, ce monsieur a prononcé ces phrases « L’arabe est une langue sacrée. » Je lui ai dit « Qu’est-ce qui fait qu’une langue peut être considérée comme sacrée ? » Il m’a regardé droit dans les yeux, a enlevé son manteau et a dit « Tu n’es toujours pas convaincu ? » (rire) Vous voyez ?

E : (rire) C’est trop bizarre ça…

D : Voilà, malheureusement la mentalité des gens aujourd’hui est …

2 heures après… A 15h…

D : Alors, on voulait parler de quoi ?

E : De mon projet de mémoire mais j’ai cours maintenant à 15h…

D : Ah oui, vous vouliez travailler sur l’évaluation, n’est-ce pas ?

E : Oui.

D : D’accord, pas de soucis, très bien. Mais écoutez, les choses vont mal dans le monde, vous voyez ? C’est très inquiétant tout ça et…

E : On en reparlera Monsieur, il faut que j’y aille car j’ai cours. Sinon les choses iront mal pour moi…

D : Ok, très bien ! Vous m’écrirez et on verra. Bon cours !

E : Merci Monsieur. Bonne journée !

D : Bonne journée !

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts

«Nous ne sommes pas arabes, changez l’Histoire!»

Journée d’étude

« La question de la distance dans l’enseignement bi-/plurilingue »

6 Novembre 2015, CIEP

Ciep

Dans cette journée d’étude organisée par ADEP (Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue), CIEP (Centre International d’Etudes Pédagogiques) et Institut Français, comme son titre l’indique, la question du bi-/plurilinguisme a été abordée autour des différents contextes tels que Turquie, Maroc, Cambodge.

Donc dans ce compte-rendu, je vais tenter de présenter des points qui me semblent important en respectant la structure suivante ;

  • Regard sur la nation d’enseignement bi-/plurilingue
  • Exemple de différents contextes bilingues avec des problèmes rencontrés

Regard sur la notion d’enseignement bi-/plurilingue

Selon Daniel Coste, « l’enseignement bilingue est une construction de connaissance dans une des langues qui n’est pas première et cet enseignement bilingue est lié à la qualité de l’enseignement du pays. » et il décrit la relation d’altérité avec la nouvelle connaissance dans l’enseignement bilingue en donnant l’exemple de « appareil photo ». Selon Coste « il y a 2 points possibles à aborder sur la notion d’enseignement bilingue : Altérité et mobilité. La notion d’altérité peut être vue comme un appareil photo. La connaissance nouvelle exige une mise au point, zoom, téléobjectivité, angle, cadrage et les effets de flash, c’est-à-dire un effet d’éclairage brutal sur la connaissance. La notion de mobilité concerne le rapport dynamique avec la connaissance, manière d’agir et d’intervenir. » De ce point de vue, on peut dire aussi que chaque personne a sa façon de faire la « mise au point, le zoom, l’angle, le cadrage etc. », ce qui signifie qu’il existe un regard représentationnel et subjectif envers une autre langue.

Selon Coste, l’enseignement bilingue se fait de langue dominante vers langue dominée. Il pense également que quand on prend le portugais et le français comme exemple, il y a un risque de contamination entre ces langues et qu’il ne faut pas les mélanger.

Comme tout enseignement, l’enseignement bilingue a lui aussi ses avantages. Selon Ali EL ATAOUI, l’atout de l’enseignement bilingue est de permettre aux élèves non seulement de découvrir la langue de l’autre mais aussi de redécouvrir sa langue maternelle.

Exemple de différents contextes bilingues avec des problèmes rencontrés

Le concept d’enseignement bilingue au Cambodge est un peu compliqué, selon David LASSERRE. Il y a plusieurs problèmes qui sont présents comme ;

  • Problème de rémunération des enseignants.
  • Problème d’embauche (car personne ne vit vivre en dehors de la capitale.)
  • Problème de distance.
  • Problème de niveau de langue des enseignants.
  • Problème de contextualisation, d’adaptation, d’appropriation.

Lasserre exprime que les enseignants qui travaillent ont seulement le niveau A2-B1 en français. Tous ces problèmes nous montrent qu’il n’est pas possible d’envisager un enseignement bilingue au Cambodge pour l’instant.

Un autre contexte bilingue est celui du Maroc où l’arabe est connu comme langue officielle. La question de langue au Maroc est socioculturelle, économique et politique. Le français est privilégié en tant que première langue étrangère. On utilise le français dans le commerce et dans les relations internationales. Il faut savoir que la majorité des marocains parlent le dialecte arabe : Darija. Des débats entre l’arabe classique et le dialecte sont présents encore aujourd’hui. On pense que le dialecte a l’avenir mais l’arabe classique est toujours une référence religieuse.

Les difficultés qui se posent dans le contexte marocain sont religieuses, langagières et traditionnelles. On enseigne le français avec un contenu arabe, ce qui rend l’apprentissage compliqué et difficile car les apprenants confondent, à titre d’exemple, le genre du mot « eau » qui est féminin en français, masculin en arabe, pluriel en amazigh.

On a également le problème de prononciation chez les apprenants marocains au niveau de quelques sons n’existant pas en arabe comme « P ». Un autre problème, c’est grammatical. Les apprenants ne peuvent pas apprendre facilement la structure grammaticale du français qui est SVO mais VSO en arabe classique.

Un autre problème rencontré dans le contexte marocain, c’est le problème culturel identitaire. Hassan ENNASIRI a donné l’exemple d’une situation qu’il a vécue lorsqu’il travaillait dans un lycée public se trouvant dans une région où la majorité de la population sont des amazighs. Un jour Hassan ENNASIRI entre dans une classe où il doit faire son cours. Après être entré dans la classe, Ennasiri voit sur le tableau deux phrases écrites par un élève disant « Nous ne sommes pas arabes, changez l’Histoire ! ». Il demande aux élèves d’effacer le tableau la première fois. La prochaine fois, la même écriture était écrite sur le tableau. Cette fois, au lieu de demander d’effacer, il a proposé aux élèves de travailler sur ces phrases en leur posant des questions: éléments de phrase, le nous renvoie à qui ? Quelle histoire ? Pourquoi le « h » de « Histoire » est en majuscule ?

Toute la classe a participé à ce petit travail. Et à la fin Ennasiri demande à la classe pour que l’élève qui a écrit cette phrase sur le tableau se lève. Un élève s’élève et le prof lui dit « Je te donne plus 2 points ».

Cette situation résume en effet les problèmes que l’on rencontre dans l’enseignement bilingue. Dans un tel enseignement le rôle de l’enseignant est sans doute à redéfinir. Selon Ennasiri, le rôle d’enseignant est devenu « un médiateur » car la classe est un lieu de tension et de conflit.

On peut regrouper les problèmes rencontrés dans l’enseignement bilingue non seulement à partir de cet exemple mais aussi à partir de ce qui est observé dans tous les autres contextes :

  • Conflit culturel et langagier.
  • Incohérence entre le contenu du programme éducatif et celui de l’enseignement bilingue.
  • Enjeu économique, politique et social.
  • Intérêt scientifique international.
  • Rural – Urban et Central – Local.
  • Niveau de langue des enseignants.

Quant au contexte turc où le français n’est ni la langue officielle ni seconde, on peut résumer la situation en quelques phrases. Les enseignants des établissements scolaires privés Tevfik Fikret –établissements francophones privés- ont menée une étude sur l’enseignement bilingue dans l’établissement. Ils ont constaté que la difficulté existant devant l’enseignement bilingue est le concours d’entrée à l’université (le cours se fait en français mais les questions se posent en turc dans le concours)  et l’appropriation de connaissance scientifique car la langue utilisée dans les manuels est très élevée en français. Dans les cours, les étudiants parlent en turc et répondent à des questions en turc même si elles sont posées en français. Donc l’enseignement purement bilingue semble raté dans ce contexte.

Merci pour votre attention.

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts

Connais-toi toi-même : une sorte d’autodidaxie

De l’autodidacte à l’autodidaxie à l’ère du numérique

Approche interdisciplinaire des apprentissages autonomes au 21e siècle

Colloque organisé par olivier LUMBROSO et François VANOOSTHUYSE

 CPg1pUbWwAEPTLB

Dans cet article, je vous présente un mini compte-rendu du colloque, ayant eu lieu le 21 Octobre 2015 à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, « De l’autodidacte à l’autodidaxie à l’ère du numérique » organisé par Olivier LUMBROSO et François VANOOSTHUYSE. Je me permets de vous citer ci-dessous les noms des tables rondes et ses intervenants ;

  • « Autodidaxie, formation intellectuelle et esprit d’entreprendre : les nouvelles compétences de l’étudiant. »
    •  Camille Sirota (ancien étudiant de Master, fondateur de la FRITHE) Paolo Tortonese (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
    • Paolo Tortonese (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
    • Joël Tingaud (PDG de l’atelier de l’Argoat-Entreprise du Patrimoine Vivant)
    • Maud Pérez-Simon (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3)
  • Conférence : « Comment adapter l’université aux besoins des apprenants du 21e siècle ? » François Taddei (Université Paris-Descartes – Paris 5
  • « Autodidaxie, numérique et  formation continue : quelles offres d’apprentissage tout au long de la vie ? »
  • Olivier Lumbroso (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / DSIC – ENEAD)
  • Eléonore Vrillon (Doctorante en sciences de l’éducation, Université de Bourgogne)
  • Valérie Peyronel (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 / fCP3)
  • Divina Frau-Meigs (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)

A savoir que, ce présent compte-rendu ne contient pas tous les points abordés pendant les interventions mais des points qui me paraissent importants.

La notion d’autodidaxie est étudiée sous différents angles dans les présentations comme ;

  • Autodidaxie et bénévolat
  • Autodidaxie et vie professionnelle
  • Autodidaxie et numérique

Une étude a été faite concernant le lien entre l’autodidaxie et le bénévolat. On a obligé des étudiants à faire 2 heures de bénévolat (scolaire, théâtre, statistique etc.) et on a constaté que les étudiants ayant fait du bénévolat ont fait de bons dossiers pour leurs cours et qu’ils sont devenus plus autonomes dans leurs travaux. Le bénévolat est vu donc comme un facteur sur la performance de l’étudiant dans ses dossiers. Cela signifie que la notion d’autodidaxie est développée ou acquise chez les étudiants qui ont fait du bénévolat. Quand on leur a demandé s’ils voyaient un lien entre les études et le bénévolat, on a vu que 39 % des étudiants voyaient un lien entre les études et le bénévolat.

Quant au croisement entre l’autodidaxie et la vie professionnelle, dans le milieu professionnel les choses ne fonctionnent pas de la même manière que dans le milieu scolaire car dans l’éducation et l’enseignement à l’université, c’est le contexte de représentation politique et sociale qui joue un rôle majeur. Mais « heureusement qu’on apprend des choses par nous-mêmes sans passer par les profs » comme le dit Tingaud. On utilise les progrès faits par soi-même, on repart toujours a zéro dans ce processus. L’intervenant définit également quelques piliers dont il faut tenir compte pour mettre en place l’autodidaxie dans la vie professionnelle ;

  • Coopérer
  • Créer
  • Communiquer
  • Critiquer

Selon Tingaud, la coopération, la création, la communication et la critique sont des éléments fondamentaux au niveau professionnel pour la recherche du savoir car le savoir est en cours dans le temps moderne, non pas comme dans les temps anciens. Dans le monde d’aujourd’hui, on parle de la « recherche », plutôt que de « l’enseignement ».

On a évoqué également la nécessité, l’importance de la connaissance dans le milieu scolaire ou professionnel quand il s’agit d’autodidaxie. «  L’homme seul est moins bien face à la seule machine mais il est bien celui qui sait mieux utiliser la machine. Dans le monde des connaissances, rien ne nous empêche d’outiller ce monde, on peut créer un ensemble de chemin. » dit Tingaud afin de montrer l’importance donnée à la connaissance. Toujours sur ce point, 3 dimensions de connaissance chez Aristote ont été évoquées ;

  • Epistémie
  • Techné
  • Phronesis
tecn

 

L’épistémie signifie « connaître » en grec. Cela se réfère à la connaissance scientifique. « La tekhnè ou technè, du grec τέχνη, désigne la «  production » ou « fabrication matérielle »[1]. Donc la techné signifie « connaissance pratique ». Finalement la phronesis « En anglais, il est le plus souvent traduit par « practical wisdom » (« sagesse pratique ») »[2]. A cote de cela, la citation de Socrates « Connais-toi toi-même » est considérée comme une sorte d’autodidaxie car le noyau dur de l’autodidaxie consiste incontestablement à se connaître soi-même.

Ces références philosophiques nous aident à façonner notre approche envers la connaissance ainsi qu’envers l’autodidaxie bien entendu.

Du côté du numérique, on constate que le numérique, c’est Internet. « L’école est l’université sont vues comme inutiles. Les usagers préfèrent Internet comme l’autodidacte par excellence. » dit Valérie Peyronel et elle ajoute « L’autodidaxie est considérée aujourd’hui comme mise à jour des connaissances par soi-même. ». Une autre définition est faite par Olivier Lumbroso « L’autodidaxie, c’est apprendre à désapprendre et apprendre à réapprendre. ». La métaphore faite par  François Taddei nous explicite également le mécanisme de l’autodidaxie « A partir d’une bougie, on peut allumer une autre. On peut allumer une connaissance avec une autre connaissance. ».

A réfléchir et à discuter…

Merci de votre attention !

Références

  • https://aquileana.wordpress.com/2014/02/01/aristotles-three-types-of-knowledge-in-the-nichomachean-ethics-techne-episteme-and-phronesis/

[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Techn%C3%A8

[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Phronesis

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts

2e colloque international francophone de Sciences de l’Education

2e colloque international francophone de sciences de l’éducation

Colloque ÉTIC (2)

École et technologies

de l’information et de la communication

Dates : 14, 15 et 16 octobre 2015

Lieu : Université de Cergy-Pontoise – ESPÉ  de Versailles – Site de Gennevilliers

untitled

Dans cet article, je vous présente un mini compte-rendu d’une conférence et plusieurs présentations, ayant eu lieu à l’Université de Cergy-Pontoise – ESPÉ  de Versailles – Site de Gennevilliers, dont les noms et les intervenants sont cités ci-dessous ;

  • Conférence : Jacques Wallet, Professeur des universités – Rouen : « Hiérarchie et innovation technologique en formation continue des enseignants ».
  • Présentations : Supervision pédagogique – Symposium IFADEM SUPERE-RCF
  • Mada Lucienne Tendeng, Danty Patrick Diompy et François Villemonteix : De la supervision pédagogique au Sénégal : comment les élèves inspecteurs envisagent-ils leurs missions ?
  • Judith Ndayizeye, Pierre Claver Kantabaze, Fidès Nitonde et Fréderic Bangirinama : Effets du tutorat initié par l’IFADEM sur les pratiques pédagogiques au Burundi.
  • Marcelline Djeumeni Tchamabe : synthèse de la situation au Cameroun
  • Stéphanie Netto, François Villemonteix : la supervision pédagogique, le cas français.

Plusieurs thèmes sont abordés pendant ces interventions mais le contenu de mon compte-rendu se porte sur des points qui me semblent importants.

  • Formation continue

La formation continue est un marché dans certains pays car on demande aux professionnels d’avoir suivi une formation continue. Aujourd’hui, la formation continue est devenue une réalité à laquelle les professionnels ne peuvent pas s’échapper. Sur ce point, Jacques Wallet définit 5 modes de formation tels que ;

  • Formation en cascade
  • Stage ponctuel
  • Inter-formation
  • Auto-formation
  • Formation en ligne

Cependant, comme dans toute formation, il y a une autre réalité à laquelle on doit faire face qui est la réalité d’évaluation. Wallet décrit cette évaluation en 5 titres ;

  • Satisfaction issue du stage (Maître/Formateurs)
  • Évaluation (Formateurs ou Institution)
  • Mise en œuvre (Inspecteurs)
  • Impact performances sur les élèves (tests)
  • Dispositif (Évaluation efficience)

Malgré le fait qu’on définisse les catégories d’évaluation d’une FC (Formation continue), on ne s’empêche pas de se poser la question suivante : Peut-on vraiment évaluer une Formation continue ? La réponse reste encore ambiguë et obscure.

  • TICE – Numérique

Un autre point évoqué consiste sur l’utilisation du numérique (TICE) en classe. Le numérique a pris une telle dimension qu’on est arrivé a un stade où l’apprentissage ne peut plus se faire sans avoir recours au numérique.

L’usage des TICE signifie « innovation ». Plus on innove, plus le numérique prend sa place dans l’école. Or, il n’est pas incorrect de dire que cette innovation est devenue une sorte de « poupée russe » qui donne naissance à une autre invention innovatrice.

Dans cette « poupée russe » il y a plusieurs outils numériques tels qu’ordinateur, tablette, portable et toute sorte d’outils « intelligents ». Mais le mot magique est « tablette » aujourd’hui dans TICE. Derrière ce mot chaud, quelle est la cible ? Dans les pays du Nord, la cible c’est les élèves. Dans la plupart des pays du Sud, la cible c’est les enseignants pour lui faciliter la tache. A part cela, ce qui est dramatique, c’est qu’en Ile Maurice on a acheté 25.000 tablettes, mais on ne sait pas ce qu’on en fait. Le numérique remplace le maitre dans certains pays où on a, dans une salle de classe, 80 élèves le matin, 80 élèves le soir car on veut utiliser le numérique pour remplacer le maître.

A propos de l’enseignement autour de l’enseignement purement numérique, François Wallet est sceptique car selon lui, l’enseignement purement numérique ne serait pas assez efficace que l’on espère.  En plus de ça, la mise en place d’un enseignement numérique n’est pas toujours facile car Il y a un écart, par exemple, entre la France et les pays du Sud : inégalité économique pose toujours un problème au niveau d’enseignement.

  • Inspection, supervision

Dans certains pays, l’inspection générale est une entrave pour l’enseignement car les inspecteurs ne sont pas des spécialistes. On a vu 4 cas abordés dans les présentations : Sénégal, Cameroun, Burundi et France.

Dans le cas du Sénégal, du Cameroun et du Burundi, « l’inspecteur est considéré comme policier ou gendarme par objectifs quand il entre dans la classe et évolue vers un accompagnement de « proximité » qui vise la responsabilisation de l’enseignant à travers des visites de classes et des entretiens. » Il représente la peur, la sanction, le gendarme et le contrôle.

Dans le cas français, selon Stéphanie Netto et François Villemonteix « Le rôle des supervisions est crucial dans l’éducation française. Qui dit supervision, dit « contrôle de surveillance et accompagnement. »

Merci de votre attention!

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts

Séminaire Interacadémique et interdegré / Journée Européenne des Langues

 

Séminaire Interacadémique et interdegré

Journée Européenne des Langues

Mercredi 14 Octobre 2015

« Langues des élèves, langues de l’École »

ESPE, Avenue Marcel Paul, Gennevilliers

Langues-eleves-Ecole

 

Approche interculturelle : « Valoriser la diversité linguistique dès la maternelle : enjeux disciplinaires, éducatifs et psychoaffectifs »

Françoise Leclaire, psychopédagogue, praticienne chercheure Sciences du langage, Université du Maine, fondatrice de l’AFALAC (Association familles langues cultures)

 

Dans cet article, je vous présente un mini compte-rendu du séminaire « Approche interculturelle : Valoriser la diversité linguistique dès la maternelle : enjeux disciplinaires, éducatifs et psychoaffectifs », donné par Françoise Leclaire, psychopédagogue, praticienne chercheure Sciences du langage, auquel j’ai assisté le 14 Octobre 2015 à l’Université Cergy-Pontoise.

Dans ce séminaire, Françoise Leclaire a abordé plusieurs sujets tels que les traumatismes migratoires, le bilinguisme, le lien entre enfant et école etc.

L’insécurité linguistique est un fait existant chez tous les migrants qui viennent de différents horizons aux pays « développés » afin de mener une vie meilleure. Dès qu’ils arrivent dans un milieu différent que les leurs, ils se trouvent dans une « insécurité linguistique ». A partir de ce moment, on constate ;

Chez tous les migrants ;

  • La perte des évidences
  • La perte des contenants culturels de la pensée : sentiment d’étrangeté

Chez les réfugiés ;

  • La perte d’un statut social
  • Les traumatismes liés à des guerres, la torture, la répression

Les enfants des migrants continuent à parler leurs langues maternelles dans un nouveau milieu linguistique, car la langue rend le monde visible comme quelque chose de protecteur pour l’individu contre l’inconnu.

Françoise Leclaire pointe du doigt sur la relation école-famille migratoire. Le bouleversement des équilibres personnels et familiaux par la migration est existant. Pour approcher les migrants de l’école, on mène aujourd’hui un projet où l’école joue un rôle central. Pour rendre les enfants bilingues, l’école doit reconnaître la langue maternelle de l’enfant, car quand « l’école rejette la langue de l’enfant, elle rejette l’enfant. » Donc sur ce point-là, on peut dire que « être reconnu : être accepté dans sa culture. » Ainsi, on a évoqué la citation de Todorov qui dit « la reconnaissance, c’est comme l’air qu’on respire. ».

En reconnaissant la langue, c’est-à-dire l’identité de l’enfant, on favorise le lien entre l’école et l’enfant. Il faut donc chez tous les enfants;

  • Développer la curiosité envers les langues et les cultures, l’acceptation des différences.
  • Développer des compétences pour « l’apprendre à apprendre » les langues.
  • Favoriser la cohésion sociale.

Le réveil de curiosité pour des langues et des cultures chez l’enfant lui  permet de voir que le monde est fait de variabilité et que les choses existent sous différentes formes. Cependant dans l’apprentissage, ce qui est important, ce n’est pas mémoriser tous les mots, c’est de connaître la musique des langues, « l’étincelle de la langue ».

Leclaire parle également d’une étude menée sur les bébés dont la façon de pleurer change selon la nationalité. Leclaire dit « L’enfant est déjà en communication quand il naît. Aujourd’hui on sait qu’un enfant français ne pleure pas comme un bébé allemand. Le bébé est également en communication avec sa mère et il incorpore des éléments essentiels de sa mère. »  Personnellement, je n’ai pas compris comment ils ont pu définir qu’il y a une différence entre un bébé français et un bébé allemand au niveau de pleur.

Finalement, en parlant des emprunts linguistiques entre des langues, Leclaire nous donne l’exemple du mot « yaourt » qui vient du mot turc « yoğurt ». Au lieu de « emprunt linguistique », Leclaire préfère utiliser « voyage des mots » pour rendre l’apprentissage plus intéressant et plus amusant pour les enfants.

Merci pour votre attention!

 

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts

Chercheur au Carrefour de données

Après plusieurs lectures des pages tirées du livre de Bruno Latour, j’ai trouvé ses écrits très intéressant au niveau des obligations. Latour parle du chemin que le chercheur « doit » suivre pendant sa recherche. Autrement dit, Latour, selon lui, nous donne les « clés » de la « réussite absolue » afin de pouvoir mener la recherche de manière plus ordonnée que désordonnée. Pour cela, l’auteur nous propose de faire 4 carnets – pas moins, pas plus – à utiliser pour différentes tâches chacun. Les carnets proposés par Latour;

  • Premier carnet : carnet de bord.
  • Deuxième carnet : utilisé pour la collecte de l’information.
  • Troisième carnet : destiné aux essais d’écriture.
  • Quatrième carnet : utilisé pour consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs.

Toutes idées non-imposées sont à écouter, à appliquer si elles sont logiques jusqu’à un degré et même d’ailleurs elles méritent d’être appréciées. Bruno Latour insiste sur l’obligation de faire des carnets en utilisant les termes « devra » ou « Il faut » à chaque paragraphe du chapitre « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets ».

«  Le premier carnet devra faire (…) Il faut consacrer un second carnet (…) Il faut toujours avoir à porté de main un troisième carnet(…) »[1]. Dans le domaine de la sociologie, on ne peut jamais parler des clés de réussite, des méthodes de recherche, des manières de prendre des notes ou des chemins qui mènent vers la « Vérité, réussite absolue ». En SHS, quelles soient écrites ou dites, toutes idées sont considérées « subjectives », c’est-à-dire perçues, vues et jugées différemment d’un sujet à l’autre. Dans ce contexte, le carnet ne peut pas être considéré comme un outil utilisé pour la recherche aux yeux de « tous » les chercheurs car chacun de ces derniers est unique et a sa propre conception de recherche.

Il est difficile également de comprendre si Latour parle de ses avis personnels ou bien de sa « Vérité Absolue » à propos des carnets. En tant que jeune chercheur en SHS, je ne trouve pas sain d’utiliser des propos commençant par « il faut » car ce terme est contradictoire avec l’âme des SHS dont le noyau dur est « subjectivité » et « différents points de vue ».

Un autre point qui me semble important à traiter est le nom du livre de Bruno Latour : Changer de société, refaire de la sociologie. A mon avis, le changement de société ne peut jamais avoir lieu avec impositions des choses ou toutes sortes de tentatives de façonnage « scientifique » mais seulement en rendant les chercheurs plus libres et plus autonomes dans leurs recherches. Il serait plus acceptable si Latour avait mis « à mon avis » devant chaque « il faut » puisqu’il transmet ses avis personnels sur un sujet donné.

Selon moi, n’étant pas un élément indispensable de la recherche ou de la vie d’un chercheur, le carnet peut jouer, pour certains, un rôle important pour le bon déroulement de la recherche. Sur ce point, je partage mes « 4 » carnets ci-dessous ;

  • Premier carnet : Carnet de Liberté pour observer le terrain en toute liberté.
  • Deuxième carnet : Carnet d’Autonomie pour travailler avec des sujets en étant autonome.
  • Troisième carnet : Carnet de Chemin pour observer tout ce qui paraît scientifique sur le chemin.
  • Quatrième carnet : Carnet de Carrefour de données pour rassembler les données.

Seul les chercheurs Libres et Autonomes ayant leurs propres Chemins (de pensé, de recherche etc.) peuvent se retrouver au Carrefour de données afin de construire un meilleur système de pensé et de recherche.

Références 

[1] Latour B., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts