Tous les articles par Marie Duchemin

Les représentations associées au discours sur la langue et à la variation linguistique en France et au Québec : Étude comparée à partir de manuels de FLE/FLS

Marie Duchemin

Université Paris III

Cette communication vise à s’interroger sur les différents discours et représentations portant sur la langue et sur la variation linguistique du français, ou plutôt des français, en cette ère d’ouverture à la diversité francophone. Le style d’écriture, le choix des mots, les sujets abordés, ou encore non abordés, la façon de parler qui englobe davantage que la notion « d’accent » reproduisent à eux seuls un portrait sensiblement éloquent de la langue dans laquelle l’individu s’exprime. Est-il possible qu’une même langue soit si différente en elle-même pour brouiller l’intercompréhension? Si cette même langue est contextualisée différemment selon des critères variés : historiques, linguistiques, sociaux, géographiques, politiques, assurément que oui. Pourtant les différences ne seraient-elles pas uniquement audibles, donc phonétiques et rythmiques? Existe-t-il des différences à l’écrit aussi? Assurément, il vous est d’ailleurs facile de repérer, à l’oral comme à l’écrit, ce qui n’appartient pas au français dans lequel vous évoluez. Cette variation se représente aussi dans le choix des mots, mais non pas dans la syntaxe qui est le seul élément majoritairement respecté au sein des français ou des anglais ou des espagnols.

« Il est impossible de comprendre la progression d’un changement dans la langue hors de la vie sociale de la communauté où il se produit. Ou encore pour le dire autrement, que les pressions sociales s’exercent constamment sur la langue, non pas de quelque point lointain du passé, mais sous la force sociale immanente et présentement active. » (Labov 1976 : 47)

Les changements qui s’effectuent au sein d’une langue ne sont pas partout les mêmes, ce qui accentue la différenciation entre les français nationaux aussi bien que régionaux. Chaque endroit ayant ses propres « français standard », ses jeux de langue comme le verlan ou le joual et ses normes, les locuteurs se trouvent à être porteurs de représentations à l’égard de leur langue et des variétés qui y sont associées. Il est donc possible d’en observer des traces, à partir de la linguistique de discours comparative, dans les manuels scolaires, c’est pourquoi il sera question de l’analyse d’un corpus de cinq manuels français de FLE et de cinq manuels québécois de FLS. Il s’agit d’interroger et de comparer les discours sur la langue et sur la variation linguistique par des activités proposées par des manuels en fonction de leur région d’origine afin d’en retirer les différentes représentations qui ont certainement un impact sur les apprenants.

 

Bibliographie

Labov, W. (1976) Sociolinguistique, Paris : Minuit.

Marquilló Larruy, M. (2001) « Le français “d’ailleurs” : d’une variation à l’autre », in Le français aujourd’hui, vol. 1, no 132, p. 8-16.

Moirand, S. (1992) « Des choix méthodologiques pour une linguistique de discours comparative », in Langages, 26e années, no 105, p. 28-41.

Münchow, P. von (2004) « Comparaison de manuels de français et d’allemand langue maternelle : représentations de l’enfant, de l’adulte, de l’apprentissage et de la langue », in Marges linguistiques, Saint-Chamas, M.L.M.S. Editeur, 17 p.

Pöll, B. (2001) Francophonies périphériques — Histoire, statut et profil des principales variétés du français hors de France, Paris, Éditions l’Harmattan.

Robillard, D. de & Beniamino, M. (2010) Le français dans l’espace francophone : Tome 1, Paris, Édition Champion.

Communauté et appartenances

Séminaire du 16/04/2015

 Le 16 avril dernier, le séminaire auquel j’ai assisté était consacré à la question de la communauté et des appartenances. Il nous interrogeait, entre autres, sur la notion d’identité associée aux aspects territorial, linguistique et politique de la communauté. Il s’agissait donc, d’une part, de réfléchir sur la notion d’identité par le sentiment d’appartenance à une communauté. Notre identité est-elle assignée ou encore est-elle construite? L’identité est-elle conditionnée par la territorialité? Si oui, qu’advient-il de la définition et de l’appartenance identitaires lorsqu’il y a expatriation d’un individu? Si le mouvement engendre un changement de la perception et de la définition de l’identité, serait-elle conditionnée par l’environnement social, géographique et linguistique? Afin d’exemplifier la réflexion sur le sujet et l’évolution des divers courants, l’exemple de la France nous a été proposé.

 En territoire français, avant la fin du XVIIIe siècle, la notion d’identité était liée à la citoyenneté, toutefois la Révolution française renversa la situation en faisant de la langue française le symbole de la liberté et de l’égalité. La langue devient le ciment unificateur de la citoyenneté, elle transcende les frontières terrestres. La définition de soi en tant que groupe ou en tant qu’individu ne porte donc plus exclusivement sur la territorialité, mais dépend aussi de l’existence d’un sentiment d’appartenance, de la création d’un lien qui n’est pas toujours généalogique, mais linguistique dans ce cas-ci. Cet élément se retrouve d’ailleurs à l’ère actuelle lorsqu’il est question de l’identité moderne et qui permet des regroupements d’individu selon des critères linguistiques, comme c’est le cas pour la Francophonie, culturels ou même religieux.

L’ensemble du séminaire, donné par Mme Valérie Spaëth (Université Paris III) portait le titre Articuler les politiques linguistiques et éducatives et la subjectivité des acteurs de l’enseignement des langues. Ce sujet fut divisé en quatre rencontres, traitant chacune un aspect de la problématique mise de l’avant : la phénoménologie; l’articulation des échelles micro et macro en recherche ainsi que les relations unissant les individus, les personnes et les institutions; la communauté et les appartenances; finalement, le rapport entre culture éducative et culture didactique.

 

Bibliographie :

Appadurai, A. (2001 trad. fr.), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris : Payot.

Labov, W. (1976 trad. fr.), Sociolinguistique, Paris : Minuit.

Wallerstein, I. (2009 trad. fr.), Comprendre le monde, Paris : La Découverte.

Retour sur les soutenances du 11 mars 2015

Ces soutenances de mi-parcours nous ont permis de partager l’avancée de notre recherche avec notre petite communauté de futurs chercheurs, mais il ne s’agissait pas de simplement exposer notre question de recherche ou de démontrer notre progression, mais il s’agissait surtout d’échanger et de partager avec les membres avec qui nous faisions équipe. C’est d’ailleurs le partage des connaissances acquises, mais aussi des difficultés et de notre vécu en tant que chercheur/rédacteur de mémoire qui a contribué à rendre cette expérience enrichissante pour tous.

 

Je vous ferai donc part de la neuvième et dernière équipe à avoir présenté l’état de sa recherche cette journée-là. Le groupe était composé de trois personnes, soit de Tarak Khourta, dont le sujet portait sur l’articulation des pratiques langagières et des politiques linguistiques en Algérie, de Marine Robaut-Guyen traitant des « Langues kanakes et le français : langues d’enseignement et de culture en Nouvelle-Calédonie » ainsi que de Gulzhana Salimgereeva dont la recherche porte le nom de « La politique linguistique en Russie : le rôle et la place du français dans le système éducatif russe ». Ce qui semble unir ces trois sujets, plus que la simple présence de la question linguistique de la langue française, bien qu’elle soit contextualisée différemment, est aussi l’importante analyse historique qui en découlera. En effet, pour les deux premiers sujets il y aura rapprochement nécessaire entre les politiques linguistiques et éducatives en présence et les évènements historiques ainsi que sociolinguistiques depuis l’arrivée du français sur les deux territoires en raison de la colonisation. En ce qui concerne le dernier sujet, son implication se situe davantage en ce qui concerne l’histoire de la langue française, et plus précisément, de son prestige et de l’impact de cette histoire sur l’enseignement du français en Russie.

 

Il était très intéressant de les entendre parler de leur sujet et d’avoir la possibilité d’entrer dans leur univers de recherche et de décrocher, momentanément, du mien. Toutefois, c’est surtout la discussion qui est survenue à la toute fin de leurs présentations respectives qui m’a permis de relier leur expérience à la mienne et ainsi l’enrichir. L’élément clé qui a engendré une réflexion pour tous les gens présents est la question du choix des mots. Il s’agit d’un aspect que je trouvais presque anodin, même si la langue est au cœur de notre réflexion, nous oublions parfois, surtout en contexte de recherche dans lequel nous jonglons avec de nombreuses notions et concepts assez abstraits, l’importance de l’exactitude des termes choisis. Tout ne peut pas être synonyme, ici ce fut langue et langage qui furent confondus, ce qui créa un court débat. Toutefois, j’ai effectué le même genre de maladresse plus tôt dans la journée en utilisant concept plutôt que notion. Il m’est donc apparu important de prendre le temps de vérifier les termes utilisés, les notions et les concepts que je vais évoquer. Ce travail minutieux vaudra assurément le temps et l’effort investis puisqu’il permet de rendre le travail de recherche plus fiable, plus crédible, donc plus probant. Avec le temps passé en cours de linguistique et de didactique, certains termes deviennent comme une deuxième nature, nous les utilisons et nous n’y réfléchissons plus et cela peut devenir un piège pour les chercheurs que nous aimerions devenir. Il est donc important d’y porter une attention spéciale lors de la rédaction et, surtout, lorsque nous discutons de notre sujet.

Grammaire de la variation (Atlas)

 

Louise Péronnet, dans son article intitulé Proposition d’un modèle pour une grammaire de la variation, traite de la pertinence que pourrait avoir l’utilisation d’une grammaire recensant les différents usages oraux et écrits d’une langue et de ses variétés. Ce type de grammaire prend en compte les différences d’ordre géographique, situationnel et social. Il est aussi question d’utilisation et de maitrise des différents registres. Cette proposition prend tout son sens dans le cadre de son application en classe de langue avec la approche communicative, méthode qui sera abordée dans mon mémoire.


Péronnet, L. (1997) « Proposition d’un modèle pour une grammaire de la variation », dans Revue des sciences de l’éducation, vol. XXIII, no 3, p. 545-560.


 

Voici un atlas regroupant quelques citations.

Duchemin Grammaire de la variation (atlas)

« Et votre terrain de recherche, quel est-il? »

Il s’agit de la première rencontre entre une étudiante en Master 2 et sa directrice de mémoire. Elles se retrouvent à la salle des professeurs pour discuter de l’ébauche de projet de mémoire soumise par l’étudiante. La discussion va bon train, le sujet semble satisfaisant et s’avère pertinent puisque la problématique proposée est actuelle. Toutefois, il existe un problème, soit celui du terrain qui n’est pas du tout défini.

 

P – […] Et votre terrain de recherche, quel est-il? Ce qui est vraiment problématique avec votre projet c’est que vous n’avez pas de terrain de recherche. Serez-vous en stage?

E – Non, je n’aurai pas de stage, j’ai plutôt opté pour le parcours recherche.

P – D’accord. Dans ce cas aurez-vous accès à des corpus oraux puisque vous vous intéressez aux variations du français? Malheureusement pour vous, ce n’est pas ma spécialité et je n’ai pas ce genre de corpus sous la main.

E – Je dois avouer que non… Je me demandais si c’était possible de m’appuyer sur des sources écrites. Toutefois, je n’ai pas vraiment envie de faire un mémoire que théorique. J’ai envie de faire autre chose que du déjà vu, quelque chose de plus appliqué si je peux dire…

P- J’aurais une suggestion pour vous… il serait possible que votre « terrain » soit constitué de manuels scolaires. Les manuels reproduisent l’image que les concepteurs se font de la langue, de son enseignement et des perceptions qui y sont associées. Il serait intéressant de vous pencher sur la place qui y est faite pour les différentes variétés de français selon le pays d’origine du manuel. Pensez-y et voyez si c’est possible… On se revoit dans un mois.

« Qu’est-ce que vous pourriez apporter de nouveau, de concret ? »

14h55, fin du cours et rencontre avec un professeur dont la spécialité est en lien avec le sujet de mémoire de l’étudiante. Cette discussion a lieu dans le but d’orienter la réflexion concernant le projet de mémoire.

E : Bonjour, je vous avais envoyé un courriel pour vous parler de mon sujet de mémoire et vous m’aviez répondu de venir vous parler après le cours…

P: En effet! Venez, allons dans le corridor afin de libérer la salle de classe. Si je me rappelle bien, vous m’aviez dit que vous souhaiteriez traiter de l’oralité en classe de langue, des variétés de français, de leurs représentations et de leur rapport à la norme. C’est un bon départ, mais le sujet est beaucoup trop vague pour un mémoire d’une centaine de pages. Vous avez beaucoup d’éléments…

E : Effectivement, je suis d’accord. C’est pourquoi j’ai beaucoup réfléchi sur le sujet. Mon point de départ a été le questionnement suivant : étant étrangère, depuis que je suis arrivée en France, je me suis souvent posé la question de quel français je dois enseigner. Par exemple, est-ce qu’il s’agit du même si je suis en France ou au Québec?

P : Ce que je trouve particulièrement intéressant, c’est que dans ce questionnement, il y a déjà un terrain de recherche qui se dessine. Mais avez-vous déjà commencé à lire sur le sujet? Qu’est-ce que vous pourriez apporter de nouveau, de concret?

E : Honnêtement, je ne sais pas encore, mais j’ai commencé à lire sur le sujet. Bien sûr, je sais que j’ai encore beaucoup à faire… Je suis encore à l’étape d’ébauche de mon projet de mémoire. Au moins, j’ai enfin réussi à choisir un thème…

P : Il ne faut pas oublier que ce n’est pas une thèse et qu’en raison du nombre restreint de pages, il faut avoir une problématique vraiment pointue. Vous concentreriez-vous exclusivement sur une étude sociolinguistique ou souhaiteriez-vous articuler ce sujet à la didactique du FLE/FLS?

E : Idéalement, j’aimerais que ma recherche ait une dimension didactique. J’ai d’ailleurs commencé à me renseigner sur l’approche communicative puisqu’il s’agit de la méthode généralement utilisée au Québec.

P : C’est bien, vous êtes sur la bonne voie. Mais il vous faudra continuer à lire sur le sujet et il faudra aussi penser à un terrain. Par exemple, s’agirait-il de l’enseignement aux enfants ou aux adultes? FLE ou FLS? En France, au Québec ou ailleurs? Vous devez approfondir votre question, plonger dans le sujet. Vous êtes encore en surface pour l’instant.

E : D’accord, oui, je me pencherai sur la question. Merci beaucoup pour votre temps. Au revoir. Bonne journée.

P : Au revoir. À la semaine prochaine.

Quel français enseigner dans le cadre de l’approche communicative ? Étude du français québécois et son rapport à la norme

Marie Duchemin

            Université Paris 3 : Sorbonne Nouvelle (France)

 Dans le cadre d’un cours de langue, de français langue étrangère ou seconde par exemple, le but est de transmettre une langue dite universelle, un français que tous comprendront et qui servira d’outil pour entrer en contact avec d’autres bilingues et des natifs francophones. Toutefois il est souvent oublié qu’à l’oral, le français comporte de nombreuses facettes. D’ailleurs, l’importante diversité orale peut devenir problématique dans le cadre où, comme en contexte québécois, la langue s’acquiert à l’aide de l’approche communicative. Cette communication s’intéressera donc au français qu’il conviendrait d’enseigner dans ce contexte. Ce questionnement s’avère particulièrement important dans le cadre de la mondialisation et de la prise en compte de la diversité linguistique. Il s’agit aussi de s’intéresser aux représentations que les locuteurs québécois, en contexte d’insécurité linguistique, ont de leur variété de langue ainsi que les représentations des autres francophones à l’égard de celle-ci. Ce qui nous amènerait aussi à aborder la question de la norme dite académique et le rapport qui la lie aux autres variétés de français.

Bibliographie préliminaire

Bavoux, C. (1996) Français régionaux et insécurité linguistique, actes de la 2e table ronde du Moufia, L’Harmattan.

Bertrand, O. & Schaffner, I. (dir.) (2010) Quel français enseigner? Éditions de l’école polytechnique, Paris.

Bertucci, M.M. & Corblin, C. (éd.) (2004) Quel français à l’école? Les programmes de français face à la diversité linguistique, Paris, L’Harmattan.

Moore, D et al. (2001) Les représentations des langues et de leur apprentissage : références, modèles, données et méthode, Didier, Paris.

Poirier, C. (1996) Langue, espace et société. Les variétés de français en Amérique du Nord, Québec, Presse de l’Université Laval, 510 p.

Py, B. (2004) « Pour une approche linguistique des représentations sociales », in Beacco (dir.) Langages, no 154, Paris, Larousse, p. 6-19.