Tous les articles par Mona AL-MAQTARI

partager l’expérience

Je voudrais partager avec vous un modèle de mes enregistrements du test oral ( mon corpus de recherche) destiné aux étudiants de troisième et de quatrième année à la faculté de Sanaa. Ce teste se divise en deux parties, la première est la partie phonétique durant laquelle l’étudiant lit un extrait d’un texte, la deuxième est la partie Conversation.  Ce test a pour but d’examiner le niveau oral des étudiants. Je fais moi-même cette petite interviewe avec un des étudiants. Voici en pièce jointe l’enregistrement ainsi que le test oral. Test ora1 arlap

( Séminaire doctoral sur La linguistique cartésienne)
par Noam CHOMSKY  
(Paris, Éditions du Seuil, 1969, p.60 sq)

تنزيل

Structure profonde et structure de surface.

Nous l’avons observé: I’étude de l’aspect créateur que comporte l’utilisation du langage se développe à partir de l’hypothèse selon laquelle les procès linguistiques et mentaux sont virtuellement identiques; le langage fournit leurs moyens premiers tant à la libre expression de la pensée et du sentiment, qu’au fonctionnement de l’imagination créatrice. La plus grande partie des recherches sur la grammaire, tout au long de cette période que nous appelons celle de la << linguistique cartésienne >>, procède de cette même hypothèse. La Grammaire  de Port-Royal, par exemple, commence l’examen de la syntaxe en observant qu’il existe << trois opérations de notre esprit: concevoir, juger, raisonner >> (p. 27) et que la troisième ne concerne pas la grammaire (elle est traitée dans la Logique de Port-Royal, publiee deux ans plus tard, en 1662). De la façon dont les concepts se combinent en jugements, la Grammaire déduit ce qu’elle estime être la forme générale de toutes les grammaires possibles; puis elle entreprend d’élaborer cette structure sousjacente universelle, en considérant << la manière naturelle en laquelle nous exprimons nos pensées >> (p. 30) ~3. La plupart des tentatives ultérieures pour développer un schéma de grammaire universelle adoptent cette même perspective.

Le Hermes  de James Harris, moins marqué par la Grammaire  de Port-Royal que la plupart des oeuvres du xviiie siècle, raisonne aussi à partir de la structure des procès mentaux pour en arriver à maternelle. Par conséquent il ne saurait y avoir de difficultés fondamentales à traduire d’une langue dans une autre. Cette affirmation devait bien sûr être violemment rejetée par les romantiques, qui pensent qu’une langue n’est pas seulement << un miroir de l’esprit >>, mais un élément constitutif des procès mentaux et un reflet de l’individualité culturelle (cf. Herder: << Le plus bel essai que l’on puisse tenter pour rendre compte de l’histoire et de la diversité des marques caractéristiques de l’entendement et du coeur humains, serait de procéder a une comparaison philosophique des langues; car chacune d’elles porte gravée l’empreinte de l’entendement et du caractère du peuple qui la parle >>, Idées pour une philosophie de l’histoire de l’humanité, 1784-1785).

Un dialogue entre un étudiant et son directeur de recherche:

D: Alors, vous voulez travailler sur les difficultés de l’oral chez les apprenants yéménites, c’est bien ça?

E: Oui, exactement ça.

D: Et avez-vous déjà pensé un petit peu au corpus?

E: Oui, j’ai préparé deux questionnaires destinés aux enseignants et aux étudiants, du genre question ouverte et unique sur les difficultés qu’ils affrontent et les remédiations qu’ils proposent, la même chose avec les profs de leur point de vue en tant qu’enseignants.

D: ça c’est bon, mais est-ce que c’est tout?

E: Oui, parce qu’en fait je serai capable, à travers cette question, de connaitre toutes les difficultés rencontrées par les étudiants et également de proposer les solutions et les remédiations qui pourrait améliorer leur compétence de communication.

D: Dans ce cas, dans votre recherche, si vous allez compter sur les données des questionnaires et sans y jouer un rôle ou faire une enquête sur terrain, vous n’arriverez jamais à connaitre l’origine de la problématique ni à trouver la bonne solution.

E: hmm je vois un peu, mais que voulez-vous dire par y jouer un rôle ou faire une enquête?

D:Le chercheur tente lui-même, quand on parle des difficultés de l’oral ou de l’écrit, de découvrir ces lacunes, en préparant un test oral ou écrit, puis de faire un relevé et une analyse de fautes, à travers lesquels il saura plus clairement et précisément définir l’origine et les raisons ,et ensuite trouver les solutions nécessaires.

Les difficultés de l’oral chez les apprenants yéménites arabophones (mémoire en chantier)

Sommaire

 

Remerciements

Introduction générale

Partie I « – cadre théorique-« 

Chapitre 1 :  » l’enseignement de la langue française au Yémen »

1.1 Cadre institutionnel yéménite

 1.2 Statut du (F.L.E) au Yémen

1.3 Quelque pistes d’enseignement

1.4 Objectif d’apprentissage de F.L.E

Chapitre 2: Présentation de l’objet de recherche:

2.1 Contexte de l’étude

2.2 Problématique

2.3 Questions de recherche

2.4 Objectif de l’objet de la recherche

Partie II :  » une enquête sur les difficultés de l’expression orale des apprenants yéménites »

Chapitre 1:  Méthodologie de l’enquête : recueil des données

  1.1 Présentation des données du questionnaire- apprenant (1) et (2) – de la 3ème  et de la 4ème année universitaire.

1.2 Présentation des données du Test Oral de la 3ème et  4ème année universitaire.

1.3 Présentation des données du questionnaire- enseignants (3).

Chapitre 2: Analyse des données

2.1 Analyse et traitement des données recueillies.

2.2 Propositions et remédiations aux difficultés d’apprentissage.

2.3 Comment créer un bon environnement éducatif du F.L.E au Yémen?

Conclusion

Références bibliographiques et site graphiques.

Annexes

Table des matières

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– Présentation générale de la recherche :

 

Dans un monde en perpétuelle évolution scientifique et technologique, l’enseignement des langues étrangères est devenu une réalité incontournable. La langue est un instrument harmonieux de la communication.

La compétence communicative constitue l’objectif premier de l’apprentissage d’une langue étrangère. Dès lors les langues ne sont pas de simples outils qui permettaient de passer des informations de manière factuelle mais elles sont avant tout les vecteurs de communication des cultures dont elles sont issues.

Notre travail s’inscrit dans le cadre de l’apprentissage du (FLE). C’est un sujet qui tente d’évaluer et de faire évaluer l’enseignement/ apprentissage du français au Yémen; étant donné que tout contact entre deux systèmes linguistiques ( Français et Arabe) – comme c’est le cas au Yémen – met en interaction deux systèmes culturels et phonétiques très différents.

La compréhension et la production de l’oral a retenu toute l’attention dans les années (1970) et a connu un rayonnement avec l’entrée des documents authentiques en classe de langues. Comme l’affirme Louis Porcher  » la compétence et la réception de l’orale est la plus difficile à acquérir, et pourtant la plus dispensable ».

Son absence est anxiogène et place le sujet dans la plus grande insécurité       culturelle et linguistique.

Sur cette base , notre étude renvoie au milieu éducatif yéménite. La problématique de notre étude traite ces difficultés de l’expression orale chez la grande majorité d’étudiants yéménites arabophones. Notre enquête effectuée,  reposant sur des questionnaires auprès des étudiants et des enseignants, nous aidera à révéler les origines des difficultés de l’oral, et à prévoir les   aux apprenants une compétence de communication.

-Nos questions avancées sont :

1) Quelles sont les raisons des difficultés au niveau de l’oral?

2)Comment peut-on remédier à ces types de difficultés?

Notre travail de recherche visé à découvrir des réponses à nos questions par le biais des questionnaires élaborés qui  nous exposeront des données divers, qui nous expliqueront les motifs de ces erreurs et difficultés par l’aide des résultats recueillis des corpus afin d’en retirer des informations nécessaires à l’analyse et au traitement  des résultats.

Notre travail sur terrain tente à prévoir aussi les solutions efficaces tout en suggérant des moyens méthodologiques pour surmonter les difficultés de l’oral que rencontrent les apprenants au cours de leur apprentissage de (F.L.E); et qui entravent le bon déroulement de l’enseignement / apprentissage du (F.L.E au Yémen.

Notre objectif premier c’est de faire acquérir aux apprenants une compétence de communication et les engager à mettre en œuvre leurs diverses connaissances dans des situations de communication de plus en plus complexes.

 

(1) Contexte de l’étude

Cette recherche dont le thème est la difficulté orale, est faite sur deux catégories des étudiants appartenant au département de Français à l’université de Sanaa et des enseignants du même département. Ce travail est destiné aux étudiants de troisième et de quatrième année universitaire.

 On a fait le choix de ces deux années universitaires car pendant ces deux dernières années du parcours d’apprentissage du Français , l’apprenant tente de découvrir ses capacités et ses compétences orale par faire une sorte de pratique et de production de tout ce qu’il a appris et il apprend encore, et c’est ce qu’on appelle la période de transition chez les apprenants de la base grammaticale et phonétique à la production orale, ainsi que c’est la période pendant laquelle on commet et on se corrige à la fois nos erreurs de toute genre.

Notre enquête effectuée auprès des étudiants et des enseignants se constitue de deux parties principales :

1- Deux questionnaires visées aux étudiants et aux enseignants portant une seule question du genre ouverte, son contenu est sur les difficultés et les remédiations de la faiblesse orale chez les apprenants.

2- Test oral destiné aux étudiants, de deux années. La première partie c’est la production orale ( le test phonétique), durant lequel un petit texte de plusieurs lignes est présenté à l’étudiant pour lire à voix haute afin de découvrir et mettre en évidence sa faiblesse de phonétique à la prononciation.

Quant à la deuxième partie, la partie ( conversation), durant laquelle quatre questions directes sont posées de la part du chercheur à l’étudiant, et celui-ci pour relever le plus des erreurs et les analyser.

Ce test de l’oral a été enregistré de la part du chercheur par un dictaphone et l’ensemble de vingt enregistrement a été copié en CD et joint à cette recherche.

L’enquête est effectuée sur une vingtaine des étudiants, 10 étudiants pour chaque année, et une dizaine des enseignants.

                                                                                                      : (2) La Problématique

 Les apprenants du Français, pendant leur parcours d’apprentissage et même après la fin d’études, affrontent beaucoup de difficultés à s’exprimer en français, à construire des phrases correctes, à connaitre le mot pertinent au bon contexte, à prononcer de nombreux de sons et à comprendre une parole en français.

On remarque ce genre de difficultés chez l’apprenant, plus particulièrement, en troisième et quatrième année de ses études universitaires, pendant lesquelles l’étudiant essaie de mettre en pratique le fruit de son parcours de deux ou trois ans d’apprentissage basique du français.

En cette période, en écoutant l’apprenant parler et lire, on constate une faiblesse forte au niveau phonétique et morphosyntaxique ainsi que interlinguale (interférence Arabe/Français) dues à des ressemblances ou à des dissemblances linguistiques avec la langue maternelle ou avec la ou les langues préalablement apprises, et le plus souvent avec l’anglais.

On tente à travers cette recherche d’aider les apprenants à révéler les origines des difficultés de l’oral, et à prévoir les propositions nécessaires de remédiations ainsi que les solutions efficaces afin de faire acquérir aux apprenants une compétence de communication.

(3) Questions de recherche

Cette recherche se penche sur deux questions principales :

  1– Quelles sont les raisons des difficultés au niveau de l’oral?

  2-Comment peut-on remédier à ces types de difficultés?

Ces deux questions révélatrices sont traitées et répondues par les deux axes principaux de notre enquête ( les apprenants et les enseignants ). Dans la première, on tente de connaitre les causes spécifiques de cette lacune et cette difficulté orale que les apprenants rencontrent, quant à la deuxième question; on prévoit, à travers les questionnaires et les tests d’orale les solutions efficaces et les remédiations nécessaires à cette problématique.

(4) Objectif de l’objet de la recherche :

Notre travail de recherche vise à découvrir des réponses à nos questions par le biais des questionnaires élaborés  qui   nous exposeront  des données divers, qui  nous expliqueront les motifs de ces erreurs et difficultés par l’aide des résultats recueillis des corpus afin d’en retirer des informations nécessaires à l’analyse et au traitement  des résultats.

Notre travail sur terrain tente à prévoir aussi les solutions efficaces tout en suggérant des moyens méthodologiques pour surmonter les difficultés de l’oral que rencontrent les apprenants au cours de leur apprentissage de (F.L.E); et qui entravent le bon déroulement de l’enseignement / apprentissage du (F.L.E) au Yémen.

Notre objectif premier c’est de faire acquérir aux apprenants une compétence de communication et les engager à mettre en œuvre leurs diverses connaissances

Dans des situations de communication de plus en plus complexes.

) Recherche sur le terrain :5(

Dans la deuxième partie du mémoire, nous allons présenter notre recherche sur terrain et aussi notre étude empirique, tout en présentant les données du questionnaires apprenants du 3ème et 4ème année universitaire et les résultats du Test Oral du même apprenants et enfin nous dressant les opinions des professeurs issus du questionnaires.

Notre enquête de terrain est menée au Yémen, à l’université de Sanaa, à la faculté des langues, département de Français, durant l’année universitaire       ( 2014-2015). Notre recherche empirique s’inscrit dans le contexte d’une étude éducative et pédagogique portant sur l’analyse des erreurs orales des apprenants yéménites arabophones qui ont un niveau intermédiaire en (FLE).

Développée à partir des années 1960, l’analyse des erreurs marque une étape importante dans la recherche en didactique des langues. Dans cette optique nous avons fait subir à nos apprenants un type de Questionnaire ouvert et un type de Test Orale.

Notre travail de recherche vise à découvrir des types d’erreurs de l’oral , ses causes et à prévoir les solutions possibles à remédier.

Vu, qu’un autre questionnaire – enseignants était aussi indispensable pour révéler les opinions et les idées divers du cadre éducatif auprès des problèmes qu’envisagent les apprenants au niveau de l’oral.

D’abord, notre questionnaire- apprenant est constitué d’une seule question distincte qui tente à éclaircir les difficultés de l’Aral que rencontrent les apprenants lors de leur cursus universitaire tout en jetant la lumière sur leur propositions pour y remédier.

Ensuite : notre Test-Oral destiné aux apprenants est constitué de deux parties distinctes, vu que la première partie est formée de la production orale » Phonétique« , et qui vise à tester leur lecture et leur prononciation . la deuxième partie est ainsi constituée de 4 questions variées et qui tentent aussi d’examiner leur niveau en français.

En fait, pour évaluer la langue parlée; il était nécessaire de disposer d’un corpus sonore; et c’était notre objectif majeur de la première partie du test visant à détecter l’erreur de la prononciation à l’oral par excellence.

En effet; notre échantillon était formé d’un groupe représentatif de 10 apprenants de la 3ème année universitaire, et de 10 apprenants de la 4ème année universitaire ( apprenants mixtes de garçons et de filles , âgés de 19 à 24 ans).

A la suite du premier questionnaire – ouvert; les apprenants étaient enregistrés tous, nous avons procédé à un travail d’écoute et de transcription des données sonores, ce qui nous a aidé à relever les erreurs de lecture et à déceler les faiblesses de prononciation à l’oral.

Sans aucun doute, en nous reposant sur ces collectes écrites et sonores des Questionnaires et du Test-Oral, nous serons apte à réunir un ensemble très variés d’erreurs à l’oral qui seront par la suite relevées, traitées et enfin analysées.

Concernant notre Questionnaire – Enseignants, il nous aidera à bien saisir les autres idées des professeurs; ceux qui nous lanceront un bilan éducatif de leur divers opinions relatifs aux problèmes qu’affrontent les apprenants au niveau de l’oral.

Leurs réponses aux questionnaires nous aideront lors de notre analyse pour mettre en priorité toutes les causes de ces difficultés tout en dressant les propositions et les solutions.

Notre partie suivante nous présentera les différents types de l’erreur à l’oral chez les apprenants yéménites arabophones de la 3ème et de la 4ème année universitaire.

BIBLIOGRAPHIES ET REFERENCES

 

-ASTOFLI Jean Pierre ( 1999) : Chercheurs et enseignants : Repères pour enseigner aujourd’hui, INRP Paris

-ASTOFLI J.P (1997) : l’erreur, un outil pour enseigner, E.S.F. Paris

-LARRUY Martine Marquillo (2003) : Interprétation de l’erreur : didactique des langues étrangères, Edition Christine Gall

-BROUSSEAU G (1994) : Définition de l’erreur, cité dans la revue  » Echanger »

-PORQUIERE Remy (1992) : L’analyse des erreurs, problèmes et perspectives

-PORQUIRE Remy et BESSE Henri (1984) : Grammaire et didactique des langues, Hatier, Collection LAL- Paris

-PORCHER LOUIS (1995) : Le français langue étrangère, émergence et enseignement d’une discipline, Editions Hachette Education

-LAMY André (1981): La pédagogie de la faute et l’enseignement de la grammaire, Paris, B.E.L.C

Radhwan Alsabri : Analyse d’erreurs et des difficultés interlinguales en production orale chez les étudiants yéménites apprenant le français (2009)

-EL CHIBANI Mayada : Apprentissage du français langue étrangère à l’université de Sanaa (Yémen) : analyse des erreurs des apprenants (2008)

-PERRENOUD Philippe (1999) : Dix nouvelles compétences pour enseigner : invitation au voyage, 2ème Edition-Paris

-CORNAIRE Claudette et GERMAIN Claude (1991): Le point sur la lecture : didactique des langues étrangères, Québec, CEC-INC

-CUQ J.P ET GRUCA Isabelle (2005) : Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, Nouvelles Editions – Presses Universitaires de Grenoble

 

 

 

-( Un exemplaire du Test oral, du questionnaire adressé aux apprenants ainsi que celui adressé aux enseignants)

 

Test oral (3ème année universitaire)

Nom:………………………………………………………………….

Année:……………………………………………………………….

 

I Production Orale :  « phonétique « 

« C’est  à cause de ça que j’ai commencé à penser au sud.  A retourner vers le soleil. Pour que le bébé ait du soleil sur sa peau. Pour qu’il ne continue pas à respirer l’air pourri de cette rue sans ciel. Avec mon mari, on faisait des plans. Il allait gagner son match des poids plume. On attendrait avril ou mai pour que le bébé soit bien grand et puisse supporter le voyage.

 

 

_________________________________________________

II Conversation orale :

1-     Vous vous présentez!

2-     Pourquoi vous apprenez le français?

3-     Est-ce que vous affrontez des difficultés lors de votre processus d’apprentissage?

4-     Parlez-moi de vos projets d’avenir / de votre future carrière?

 

 

  Questionnaire – apprenants (1) et (2)( 3ème et 4ème année)         

 

Nom :…………..……………………………………………………………………

Année:……………………………………………………………………………….

 

1-Quelles sont les difficultés de l’oral que vous rencontrez pendant votre apprentissage du français et quelles sont vos propositions et solutions pour y remédier ?

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Questionnaire – enseignants (3)

Nom:………………………………………………………………………………..

Année:……………………………………………………………………………..

 

2-D’après votre expérience dans le champ éducatif, quelles sont les principales raisons des lacunes de l’oral des apprenants yéménites arabophones et quels sont les  types de solution que vous préconisez?

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Les difficultés orales chez les apprenants yéménites

La problématique de l’étude traite les difficultés de l’expression orale chez la grande majorité d’étudiants yéménites arabophones

Les apprenants du Français, pendant leur parcours d’apprentissage et même après la fin d’études, affrontent beaucoup de difficultés à s’exprimer en français, à construire des phrases correctes, à connaitre le mot pertinent au bon contexte, à prononcer de nombreux sons et à comprendre une parole en français.

La recherche est faite sur deux catégories des étudiants appartenant au département de Français à l’Université de Sanaa et des enseignants du même département. Ce travail est destiné aux étudiants de troisième et de quatrième année universitaire.

Les Questions principales traitées dans la recherche:

1) Quelles sont les raisons des difficultés au niveau de l’oral?

2) Comment peut-on remédier à ces types de difficultés?

Notre enquête (travail sur le terrain) effectuée auprès des étudiants et des enseignants se constitue de deux parties principales :

1- Deux questionnaires visées aux étudiants et aux enseignants portant une seule question du genre ouverte, son contenu est sur les difficultés et les remédiations de la faiblesse orale chez les apprenants.

2- Test oral destiné aux étudiants, de deux années. La première partie c’est la production orale (le test phonétique), durant lequel un petit texte de plusieurs lignes est présenté à l’étudiant pour lire à voix haute afin de découvrir et mettre en évidence sa faiblesse de phonétique à la prononciation.

Quant à la deuxième partie, la partie (conversation), durant laquelle quatre questions directes sont posées de la part du chercheur à l’étudiant, et celui-ci pour relever le plus des erreurs et les analyser. Ce test de l’oral a été enregistré de la part du chercheur par un dictaphone et l’ensemble de vingt enregistrements a été copié en CD et joint à cette recherche.

L’enquête est effectuée sur une vingtaine des étudiants, 10 étudiants de chaque année, et une dizaine des enseignants.

Notre enquête effectuée,  reposant sur l’analyse des fautes et les questionnaires auprès des étudiants et des enseignants, n aidera à révéler les origines des difficultés de l’oral, et à prévoir les solutions nécessaires afin d’acquérir aux apprenants une compétence de communication.

Bibliographie :

ASTOFLI Jean Pierre (1999) : chercheur et enseignants

BROUSSEAU G (1992) : Définition de l’erreur

LAMY André (1981) : la pédagogie de la faute et l’enseignement de.

PORCHER L. (1995) : le français langue étrangère, émergence et enseignement d’une discipline.

PERRENOUD Philippe (1999) : Dix nouvelles compétences pour enseigner.