Tous les articles par WEI Xudong

La place de la chanson populaire dans l’enseignement du FLE en Chine

source de l’image: http://ticsenfle.blogspot.fr

La problématique a du être traitée au moment où la discipline du FLE a commencé à s’intéresser à la littérature française parce que la chanson populaire malgré sa littérarité particulière par rapport aux autres littératures sous forme écrite en fait partie. D’un point de vue anthropologique, la chanson populaire est une pratique culturelle qui représente le monde humain et révèle les rapports entre les hommes ou l’homme et le monde. Elle a pour objet d’exprimer des émotions humaines, ou de raconter des souvenirs de l’individu, ou de décrire des pratiques quotidiennes d’un ensemble de gens, ou d’espérer un avenir probable, ou d’interroger l’environnement où on vit, la société etc.. En l’écoutant et l’étudiant, l’apprenant se familiarise avec la langue cible et réalise le processus de socialisation dans cette culture qui est essentiel pour l’acquisition de la langue.

 

Pourtant, dans l’enseignement du FLE en Chine cette approche innovatrice est grièvement marginalisée. D’une part, la plupart des enseignants de français sont des locuteurs non-natifs de la langue française. Ils ont souvent très peu de connaissances sur la chanson française parce que la culture française ne leur appartient pas. Ils ne savent pas comment et ce qu’ils peuvent s’en servir dans la classe. En plus, la méthode de chanson n’a pas assez de présences dans la formation de l’enseignant non plus. Donc, la prise de conscience de mettre en pratique cette méthode n’est pas toujours systématique ; d’autre part, dans l’idéologie du système éducatif en Chine la chanson populaire est souvent considérée comme quelque chose d’informel. Elle n’est pas censée pouvoir être une approche didactique qui peut entrer formellement dans de l’enseignement des langues que ce soit en niveau universitaire ou secondaire. C’est pour cela qu’on ne voit que des utilisations occasionnelles qui servent soit des moments pour détendre les élèves soit des découvertes superficielles de la culture cible en classe de FLE. Il n’y a pas d’études approfondies là-dessus.

 

Mon mémoire a pour but de compléter cette lacune dans le champ de recherche en justifiant que la méthode de chanson, l’approche valorisante, mérite d’être mise en pratique et doit avoir une place plus privilégiée dans l’enseignement du FLE. En adoptant un point de vue langue-culture, je vais mettre en évidence les valeurs didactiques que la chanson populaire pourrait apporter aux apprenants chinois grâce à ses dimensions affective et sonore.

 

Bibliographie

Briet Geneviève (2013), La chanson en classe de FLE, « Revue de didactique du FLE », Bruxelles, EME

Calvet, Louis-Jean (1980), La chanson dans la classe de français langue étrangère, Paris : CLE International

Dumont Pierre (1998), Le français par la chanson, Paris, L’Harmattan

Dumont Pierre et Demougin Françoise (1999), Cinéma et chanson pour enseigner le français autrement, Paris, Delagrave

Gordienko Nadine (2008), Formation des professeurs en France et en Russie, Lille, Atelier national de reproduction des thèses

Gourvennec Ludovic (2011), Pour une théorisation des utilisations de la chanson en classe de langue : genres, contextes et publics : contribution à une définition de la chanson en tant que genre et perspectives méthodologiques / Ludovic Gourvennec ; sous la direction de Marie-Jo Berchoud et de Jean-Jacques Richer

Richer Jean-Jacques (2014), Les genres de discours : un concept émergent en didactique du F.L.E, Colloque de l’institut de Touraine

Schaeffer Jean-Marie (1989), Qu’est-ce qu’un genre littéraire, Paris, Seuil.

Schön, Daniele, Maud Boyer, Sylvain Moreno, Mireille Besson, Isabelle Peretz & Régine Kolinsky (2008), Songs as an aid for language acquisition, Cognition, vol. 106, no 2, pp. 975-983 an aid for language acquisition, Cognition, vol. 106, no 2, pp. 975-983

 

Une chanson, deux interprétations, deux pédagogies

Une chanson, deux pédagogies

Il y a quelques années, un jour, j’ai entendu au hasard pour la première fois cette chanson « 散(sàn)了(le)吧(ba)» (traduit en français : On Se Sépare) à la radio. Je suis tombé amoureux d’elle à la folie, alors qu’à l’époque je ne savais pas qu’elle avait une version en français.

Cette chanson m’a accompagné pour traverser des millions de kilomètres sur la terre pendant tant d’années mais elle n’a jamais été effacée de mon MP3. Jusqu’à maintenant, tout ce qui s’est passé dans ma vie est comme une coïncidence : je vis en France, je parle le français, j’écoute toujours de la musique et j’ai découvert cette chanson en version française presque de la même façon – un jour, au hasard, dans la radio. Une scène de ma vie s’est drôlement répétée comme si c’était un destin.

Là, je suis devenu un jeune chercheur en didactique des langues qui veut réaliser un projet de recherche en lien avec la langue, la didactique et la chanson, je n’ai donc aucune raison de ne pas reparler de cette chanson fameuse « Comme Toi » qui pèse tellement sur ma vie.

Une chanson, deux interprétations en deux langues si différentes avec deux types d’émotions nuancées provenant des deux cultures ethniques reflètent enfin deux mondes différenciés. A part la langue elle-même, qu’est-ce qu’on peut enseigner encore au travers de la chanson ? La beauté de la vie ? Les émotions humaines ? Le rapport entre les hommes ? La joie ? La tristesse ? Ou simplement la façon d’être soi ? Deux pédagogies pour deux publics apprenants, tout est possible !

——————————————————————————————————————————————

Version en chinois

https://www.youtube.com/watch?v=bLJw-xXcqCE

Version en français

https://www.youtube.com/watch?v=ySZBnMukO8g

L’Expression Personnelle des Ecrivains Chinois Dans Ce Monde Turbulent

Ecrivaine Romancière Chinoise – FANG Fang
Provenance de l’image : http://www.confucius.univ-paris7.fr

Compte rendu de la conférence de Fang Fang  

26 novembre 2014, Mercredi

Introduction

La conférence de FANG Fang se déroule autour de la problématique centrale – « l’expression personnelle des écrivains chinois dans ce monde turbulent » en se divisant en trois principales parties : présentation de l’auteur, exploitation de la problématique centrale et questions du public. Mon compte rendu s’intéressant spécialement à la deuxième partie a pour objet de synthétiser les contenus essentiels de la conférence et d’aider à mieux comprendre comment les écrivains chinois expriment leurs sentiments personnels dans la société chinoise en mutation. Pour réaliser cette synthèse, il est nécessaire de faire un tour d’histoire du roman chinois.

 

Un tour d’histoire

L’évolution du roman chinois n’a jamais été facile dans l’histoire de la littérature chinoise pour des raisons diverses.

D’abord, c’est la raison historique. Pendant des milles d’années, le champ littéraire en Chine était prédominé par la poésie, une forme littéraire très rhétorique et énormément privilégiée par les grands intellectuels. Le roman n’a eu sa place qu’à partir des dynasties Wei et Jin et a connu son sommet grâce à l’apparition du Rêve dans la Pavillon Rouge sous dynastie de Qing. La révolution littéraire au début du 20ème siècle a mis fin au roman classique et ouvert une nouvelle époque pour le roman moderne. Ce dernier vise à décrire avec sincérité la vie des gens ordinaires et la réalité quotidienne. C’est dans les années 30 grâce au changement linguistique de la langue chinoise et aux impacts littéraires occidentaux en Chine que le roman moderne est enfin entré dans sa période de maturité ; Ensuite, la raison politique. Dans la période des années 30 où le pays était envahi et en plein guerres externes et internes, le roman n’a pas pu se développer. Dès la fondation de la nouvelle Chine, la politique est également intervenue dans la littérature. Cela a produit des effets très néfastes sur la littérature chinoise parce qu’elle est devenue un outil qui servait de la transmission des idéologies du pouvoir en place mais pas un vecteur des émotions personnelles. Surtout, pendant la Révolution Culturelle lancée par MAO, un grand manque d’humanité et une inexistence d’émotions humaines se répandaient partout en œuvres littéraires. Ce phénomène a duré jusqu’aux années 70 où la littérature chinoise est entrée dans une nouvelle époque. Pourtant, cette époque était toujours marquée par des œuvres exprimant les sentiments collectifs et le conflit entre les classes sociales, une très faible présence de l’individualité. Bornée dans une forme donnée et structurée par l’idéologie politique, il y a eu très peu d’œuvres de qualité surgir, alors qu’il y avait beaucoup d’écrivains romanciers talentueux à cette époque ; Enfin, la raison sociale. De la fondation de la nouvelle Chine jusqu’en années 80, la société chinoise était en plein mutation. Les écrivains ouvriers et paysants jouaient le rôle le plus important dans le champ littéraire. Leurs œuvres reflètaient les désirs communs des certaines classes sociales mais ne portaient pas de couleurs individuelles non plus. C’est à partir de 1985 qu’on a vu apparaître de jeunes écrivains représentatifs qui ont ouvert une nouvelle vague littéraire mettant l’accent sur l’humanité dans leurs œuvres remarquables. Ces œuvres telles que Les Radis Rouges Transparents de MO Yan et Le Roi d’Enfants de A-Cheng ont  marqué la fin de ces écrivains ouvriers et paysants qui avaient été privilégiés. De là, on a pu constater l’émergence de liberté de la littérature chinoise. C’est également ces nouveaux jeunes écrivains courageux qui ont beaucoup influencé sur leurs successeurs plus tard et les inspiré pour chercher à s’exprimer librement.

Comment les écrivains chinois expriment leurs sentiments personnels dans la société chinoise en mutation

Mme Fang Fang a commencé à aborder cette problématique par nous raconter ses vécus personnels intéressants lorsqu’elle faisait ses études universitaires en littérature chinoise à l’Université de Wuhan en fin d’années 70. Trois questions qui nous semblent aujourd’hui presque ridicules et sans aucun intérêt ont été de grands termes scientifiques à étudier parmi les étudiants à l’université de l’époque qui faisaient la littérature chinoise. Ces troise questions sont suivantes: Est-ce que la littérature peut décrire l’amour ? Est-ce la littérature peut décrire le côté sombre de la société ? Est-ce que la littérature peut décrire la drame et la tragédie ? Ces trois questions absurdes montrent comment l’évolution de la littérature a été attardée en Chine mais c’est justement au travers de ces débats naïfs et enfantins que la littérature chinoise a pu se développer.

Influencée par Vitor Hugo, Mme Fang Fang a pu se rendre compte que la littérature était avant tout axée sur l’homme mais pas sur le monde. Dans un monde civilisé, son degré de la civilisation est lié à celui de l’attention humanitaire à des groupes faibles dans cette société mais pas celui de la prospérité matérielle. De ce point de vue, la littérature devrait avoir une forte intimité avec ces gens faibles et marginalisés. L’expression de sentiments personnels devraient donc basés sur l’individu en particulier, sur leur propre façon de vivre leur vie, d’apercevoir le monde, focaliser sur leur amour, leur haine, leurs émotions, leurs sentiments et leur destin. C’est ce qu’un écrivain devrait chercher à exprimer dans sa création littéraire parce que cela permet aux faibles de ne plus sentir seuls.

Néanmoins, dans la littérature chinoise d’aujourdhui on a constaté également une nouvelle tendance de s’exprimer qui s’écarte de la nature de littérature. Il s’agit du fait que l’expression des sentiments personnels est réduite à une expression de désirs matériels ou charnels. Mais cette tendance est en certaine sorte un progès par rapport à la littérature décrite par la politique à l’époque.

Contextualisation ou récit d’Histoire ?

Dans le bureau du directeur de mémoire d’un étudiant en master sociologie. Ce dernier a pris son 5ème RDV avec le directeur pour parler de son projet de recherche. …

E : Monsieur, je ne comprends toujours pas votre point de vue par rapport à ma façon d’aborder le sujet. Vous nous aviez dit en cours que la contextualisation du sujet était quelque chose de nécessaire et obligatoire dans la rédaction de mémoire, alors que vous m’avez proposé de supprimer presque tous les passages de présentation du contexte dans le premier corrigé de mon écrit. Cela ne me semble pas normal ni logique. Vous pouvez me donner des explications claires ?

P : Vous avez raison. C’est vrai que je vous avais dit que la contextualisation du sujet était nécessaire et obligatoire. Vous avez bien essayé d’intégrer cette idée dans votre rédaction, je trouve cela très bien. Mais le problème c’est que vous n’avez pas tout à fait compris la définition de contextualisation.

E : Mais non monsieur. Je suis sûr que je l’ai bien comprise. D’après ce que nous avons appris en cours, la contextualisation du sujet sert d’abord à définir le champ de la recherche et puis à construire le terrain. Ensuite, elle nous permet de cadrer ce terrain déjà construit pour que le sujet ne soit pas trop large et vague. On commence d’une présentation générale du sujet à une focalisation sur le sujet dans un contexte précis et explicite pour aborder la problématique choisie. N’est-ce pas ?

P : Oui. Exactement !

E : Mais, pourquoi ma rédaction ne vous a pas plu ? Je pense que j’ai bien suivi vos consignes.

P : Non. Je ne suis pas d’accord avec ce que vous venez de dire. Tout d’abord, ce n’est pas une question de goût personnel ou de préférence du professeur. C’est simplement une question de normes scientifiques quand on fait des recherches. Il est évident que vous avez appris par coeur ces consignes de la rédaction de mémoire. Mais d’après ce que j’ai lu dans votre écrit, ces consignes ne sont pas bien appliquées. Votre contextualisation reste toujours trop générale et large. Je ne vois pas où vous êtes dans le champ de votre recherche. Le terrain me semble très flou. Par exemple, votre problématique concerne les réformes de la politique immigrante à adopter par l’Etat afin de favoriser les néos-immigrés sur le territoire français. Mais dans votre contextualisation, vous n’avez parlé que de l’évolution des immigrés en France depuis la période coloniale. Vous avez cité beaucoup de données en chiffre, en pourcentage, en taux. Vous avez également mentionné des raisons historiques de l’émergence d’anciens immigrés de toutes les origines du monde. Pourtant, au niveau de l’Etat et des politiques migratoires de la France, vous les avez évitées, sachant que ces aspects sont très importants pour un pays qui accueille autant d’immigrés historiquement. Après ma première lecture de votre contextualisation du sujet, j’al l’impression avoir lu un récit d’histoire mais pas un dossier de recherche. D’ailleurs, la définition des Néos-Immigrés n’est pas assez précisée non plus. Je ne sais pas de quelle génération d’immigrés vous allez parler.

E : Mais monsieur. Ces présentations me paraissent absolument nécessaires. Lorsqu’on parle d’un phénomène social, on est obligé de se référer au passé pour voir ce qui s’était passé et quelles sont les causes historiques de ce phénomène. C’est à partir des expériences historiques qu’on obtient des outils d’analyse pour traiter notre sujet.

P : Pas tout à fait. Il faut que vous sachiez que l’histoire n’est jamais reproductible même si les conditions sociales ou les contextes sont homogènes. Ce qu’on peut retirer de l’histoire n’est que des vécus expérimentaux nous permettant de comprendre le passé d’un phénomène mais pas d’expliquer ni d’anticiper l’avenir. Sinon, la recherche serait très facile. On étudie l’histoire, on comprend tout et on reproduit tout. Ce n’est pas de la science. On revient sur votre rédaction. Je vous donne quelques conseils concrets : d’abord, allez à la bibliothèque et lisez trois ou quatre mémoires de qualité dans le même domaine pour voir comment leurs contextualisations ont été faites ; relisez votre rédaction et faites une comparaison entre la vôtre et les leurs ; renseignez vous auprès des étudiants en doctorat pour échanger des idées sur la présentation du contexte. Je suis sûr que cela va vous aider beaucoup.

E : Pourtant, je n’ai pas eu l’intention de recopier l’histoire. Mais bon, je vais quand même suivre vos conseils bien que je ne sois pas très convaincu. J’espère avoir de nouvelles idées lors de notre prochain RDV monsieur. De toute façon, merci beaucoup.

P : Je vous en prie. Bon courage !

Qu’est-ce qui amène à la prospérité de la littérature chinoise sur le plan mondial ?

Compte rendu de la conférence de MO Yan

le 30 septembre 2014, Mardi à la Bibliothèque Nationale de la France

MO Yan, Le Clan du Sorgho Rouge, l’image est d’origine de http://www.seuil.com

Nous avons, par bonheur, eu l’occasion de rencontrer Monsieur MO Yan, lauréat du prix Nobel de littérature en 2012, pour une deuxième fois à la Bibliothèque Nationale de la France pour pouvoir mieux connaître ce grand écrivain romancier chinois d’aujourd’hui ainsi que ces remarquables œuvres empreintes de son style d’écriture unique à la fois humoristique. Suite à la fois dernière où monsieur nous a beaucoup parlé de la notion d’Odeur du Roman, cette fois-ci on va découvrir en profondeur des choses encore plus intéressantes dans les vécus personnels de cet écrivain réputé au monde. On va également parcourir le chemin de la réalisation de sa grande œuvre – le recueil le Clan du Sorgho Rouge et partager ses points de vue sur la littérature moderne chinoise en se posant des questions qui font appel à des réflexions éclairantes. Se trouvant dans une ambiance très agréable, la rencontre se déroule autour des questions pertinentes posées par des journalistes et des réponses précises, intelligentes, humoristiques et explicites données par Monsieur MO Yan.

Dans un premier temps, monsieur nous raconte sa première inspiration de la création de ce livre : Ecrite en 1985, le Sorgho Rouge a été publiée en cinq parties indépendantes dans des revues chinoises en 1986. Un an plus tard, ces parties ont été rassemblées dans un recueil complet et nommées le Clan du Sorgho Rouge. L’écriture a pour objet de commémorer le 40ème anniversaire de la victoire de la guerre Sino-japonaise lors qu’il faisait encore ses études à Pékin. Basée sur ses vécus enfantins, l’histoire du roman n’est pas tout à fait fidèle à l’originalité de l’époque de la guerre. Certains personnages sont également inventés ou implantés. Pourtant, l’esprit et la nature humains des personnages se manifestant par les comportements héroïques et patriotiques chez le public le plus modeste de la société à l’époque où la nation était face à l’asservissement lui ont donné envie de représenter à sa propre manière cette histoire étincellant d’humanité.

Monsieur MO Yan est très content de la réédition intégrale du Clan du Sorgho Rouge en version française qui vient d’être réalisée. Il lui paraît que, sans avoir lu un livre entier, les lecteurs ne peuvent pas saisir ses essentiels de ce livre et ne comprennent pas ce que l’auteur a envie d’exprimer. D’ailleurs, pour la plupart des lecteurs européens qui ont connu cette histoire grâce à la version cinématographique, une lecture complète est surtout nécessaire. « Grâce à cette réédition, mon rêve s’est réalisé ! » dit Monsieur MO Yan.

En ce qui concerne les facteurs amenant le Clan du Sorgho Rouge à une réussite interntionale et le chemin à suivre pour les romanciers chinois d’aujourd’hui afin de rendre une prospérité à la littérature chinoise sur le plan mondial, indiqués par monsieur, je désirerais les synthétiser et réinterpréter de manière analytique à la fois critique en ajoutant mon propre point de vue sur l’écriture du roman chinois moderne.

D’abord, monsieur avoue que le Clan du Sorgho Rouge fut une œuvre qui porte des caractéristiques étranges par rapport à celles des autres auteurs au sein du milieu littéraire de la Chine de l’époque. Ces étrangetés comprennent quatre éléments :

1)        Sa vision d’écriture. Par exemple, au lieu de se concentrer sur une narration banale des contextes historiques, comme font souvent les autres écrivains chinois dans les années 80s, il met l’accent sur les individus, les émotions et la nature humaine à travers la tranformation morale chez les gens les plus ordinaires dans la société ; Ces personnages comme des bandes de bandits et de brigands, face à la nation en asservissement, ils sont tous finalement devenus des partiots en laissant passer leurs racunes entre eux ;

2)        Sa façon de raconter l’histoires qui se distingue de la plupart des romanciers de l’époque. Dans ce roman, l’histoire n’est pas décrite d’une façon chronologique. Il met en place du montage sur les plans de l’espace et du temps en découpant l’histoire entière en milles morceaux pour s’opposer aux normes de l’écriture traditionnelles ;

3)        La position où il se situe pour raconter les choses est unique. Il se situe parfois à la position de ses grands-parents comme s’il était le témoin de leurs histoires et parfois au présent en donnant des critiques aux gens dans le passé en adaptant une vision moderne. Il switch entre le rôle de narrateur et le rôle de participant de l’histoire ;

4)        Le langage et le registre audacieux utilisés dans son œuvre. Par exemple, le fait qu’il présente son père comme un espèce de brigand, et la façon dont il décrit l’amour entre les hommes et femmes provoquent les valeurs morales traditionnelles de la Chine ;

Tout cela s’opposant soit à des normes morales traditionnelles de la société soit aux courants prédominants de la littérature chinoise dans les années 80s fait partie des facteurs qui ont amené cette œuvre à la réussite.

Deuxièment, monsieur exprime également son point de vue sur le roman moderne chinois en montrant un chemin faisable à parcourir pour les romanciers chinois. « En tant qu’écrivain romancier, notre responsabilité ne s’agit pas de représenter l’histoire réelle. Ce qu’on devrait représenter, c’est des histoires existant au fond de notre coeur qui nous appartiennent et dont nous avons vécues…Pour écrire, un écrivain romancier devrait se situer dans son ‘‘pays’’ natal. Ce pays dont le territoire se grandit ne devrait pas être limité. L’écrivain devrait savoir transplanter des histoires et des scènes d’ailleurs dans ce pays et animer ses personnages en leur conférant la vie à partir de ses propres vécus. Il suffit que les émotions de l’écrivain soient réelles pour avoir la confiance de lecteurs et rendre les personnages de l’humanité. Si les romanciers modernes de la Chine d’aujourd’hui veulent avoir une place dans le milieu littéraire mondial, il n’y aurait qu’un seul moyen pour y arriver. Il s’agit d’aller exploiter du trésor au sein de la littérature chinoise traditionnelle pour s’en nourrir ». Face aux échanges littéraires en abondance entre la Chine continentale et les pays occidentaux, un processus en movement irresistible dans lequel les littératures de toutes les origines se croisent et se chevauchent, les pensées de tous les intellectuels du monde se nourrissent les unes et les autres, cet énoncé d’éveil de Monsieur MO Yan me paraît avoir indiqué effectivement un chemin faisable pour des écrivains romanciers chinois qui se perdent dans l’enchevêtrement des courants littéraires sur le plan mondial. Cependant, ce discours porte également une idée préconçue ou sous-entendue qui est profondément liée à la notion de l’innovation et de la réadaptation puisque l’exploitation du trésor littéraire de la nation ne s’agit pas simplement de transporter le trésor d’un lieu à un autre, ni de le transformer de façon systématique et exotique en une forme soit-disant moderne pour répondre à des besoins superficiels de l’interculturalité et de la mondialité. L’idée de l’innovation et de la réadaptation a une dimension intellectuelle à la fois socio-culturelle. C’est à dire les exploitants doivent être équipés d’outils intellectuels tel que les vastes connaissances et l’appréciation de haut niveau de la littérature de sa propre nation qui leur permettent de faire de bonnes sélections dans les trésors, et d’outils socio-culturels tel que les connaisances de l’histoire des autres pays dans le monde, leurs pensées et leurs façons de vivre etc. Ces compétences plus une bonne littératie d’un écrivain rendraient possible la prospérité à la littérature chinoise sur le plan mondial.

Sujet de recherche : large ou pointu, classique ou novateur ?

E : Bonjour Madame ! Est-ce que vous avez 5 minutes pour une discussion très courte par rapport au choix de mon sujet de mémoire ? Ça ne vous prendra beaucoup de temps. C’est juste pour avoir des conseils de votre part.

P : Bien sûr. Qu’est-ce que vous avez comme sujets ?

E : Honnêtement. Je n’ai pas beaucoup d’idées. En fait, j’en ai trouvé deux la semaine dernière mais il me semble qu’ils ne sont pas très intéressants.

P : (Rire…) Dites moi déjà. On va voir ensemble si c’est vrai ou non.

E : Oui. Le premier c’est La compétence interculturelle et son effet dans l’agir professoral. Le deuxième c’est Est-ce que l’aquisition de la première langue étrangère (occidentale) favorise celle de la deuxième (occidentale) ?

P : Hmm. Vous savez, le deuxième sujet me semble plus intéressant.

E : Ah bon ? Pourquoi ?

P : Parce que le premier c’est un sujet déjà pas mal traité. Et en plus c’est un sujet assez difficile à traiter parce qu’il n’y pas beaucoup d’outils.

E : Pas beaucoup d’outils ? C’est à dire ?

P : C’est à dire qu’il n’est pas évident de trouver des approches pertinentes ou des moyens efficaces pour l’analyser parce que l’interculturalité comporte plusieurs dimensions qui sont difficiles à définir ou saisir, si vous voulez. C’est un sujet très large, alors que le deuxième me paraît avoir plus d’authenticité et de valeurs pédagogiques parce que, aujourd’hui, de plus en plus d’apprenants en langues sont déjà bilingues ou plurilingues. Ce sera bien que vous abordiez un tel sujet en tant que futur enseignant-chercheur puisque ça pourrait valoriser votre recherche et même votre métier en tant que professeur même si vous vous inscrivez plus tard dans un parcours professionnel.

E : Oui. Mais c’est un peu difficile de trouver des ouvrages qui parlent de ça. Souvent, les gens font des recherches sur le rapport entre l’acquisition de la langue maternelle et celle de la langue étrangère.

P : Justement. C’est ça l’originalité. Si vous arrivez à réaliser une recherche que personne n’a jamais faite, vous serez le numéro un dans ce domaine. C’est justement ça l’objectif de la recherche. Il ne faut pas avoir peur de chercher et de trouver de nouveaux termes et ensuite de les traiter. Ça vous permettra d’avoir des réflexions enrichissantes et d’avoir de nouvelles visions pour voir le monde autrement. Vous savez, vous êtes déjà en M2, je vous définis plutôt comme un jeune chercheur qu’étudiant.

E : (Rire…) Mais, je ne suis pas du tout expérimenté dans la rédaction du mémoire. Je ne sais pas si je suis capable de le faire.

P : Vous n’inquiètez pas. Je pense que la plupart des vos camarades se trouvent dans la même situation que vous. Petit à petit, vous y arriverez. C’est pour ça vous êtes ici pour apprendre.

E : Merci de m’avoir encouragé, Madame.

P : Je vous en prie. N’hésitez pas à me contacter si vous avez encore des questions.

E : D’accord. Merci beaucoup ! Au revoir !

P : Au revoir !

La chanson, un outil d’enseignement à privilégier en FLE ?

WEI Xudong – Université Sorbonne-Nouvelle – Paris III

Chaque culture sur notre planète a ses propres cristallisations des savoirs. Ces fruits intellectuels, sous forme écrite ou orale, qui représentent un ensemble des êtres humains au sein d’une même communauté culturelle, s’enrichissent et évoluent le long de l’histoire d’un pays. Parmi ces trésors civilisationnels et humains, la chanson en fait partie. À part ses aspects affectif et émotionnel, elle possède également des valeurs culturelle, sociologique et anthropologique. Dans des régions du sud de la Chine où habitent des minorités ethniques, les langues parlées (les dialectes précisément) autre que le mandarin existent en effet très rarement sous forme écrite. La transmission de la culture et de la langue ne se réalise qu’à l’oral par chanson entre les générations. Ce phénomème qui a duré quelques centaines d’années interroge la didactique des langues. Si on peut maîtriser (au sens simple être capable de parler) une langue sans la comprendre, est-ce que ces préacquis phonologiques pourront favoriser plus tard l’apprentissage formel de cette langue à l’école ? Dans le domaine d’enseignement du FLE, est-ce que la mise en pratique de la méthode d’enseignement par chanson doit y avoir une place, alors que très peu de méthodologies en FLE s’intéressent à cette application ? C’est dans cette optique que je voudrais rédiger un mémoire qui sera consacré notamment à analyser la possibilité de la mise en pratique de cette approche innovante, à également prouver ses valeurs pédagogiques dans la classe du FLE adolescente, et enfin à apporter des propositions méthodologiques qui servent à favoriser l’apprentissage de la langue de Molière.

Bibliographie

Briet Geneviève (2013), La chanson en classe de FLE, « Revue de didactique du FLE », Bruxelles, EME

Calvet, Louis-Jean (1980), La chanson dans la classe de français langue étrangère, Paris : CLE International

Dumont Pierre (1998), Le français par la chanson, Paris, L’Harmattan

Dumont Pierre et Demougin Françoise (1999), Cinéma et chanson pour enseigner le français autrement, Paris, Delagrave

Gordienko Nadine (2008), Formation des professeurs en France et en Russie, Lille, Atelier national de reproduction des thèses

Gourvennec Ludovic (2011), Pour une théorisation des utilisations delachanson en  classede langue,

Richer Jean-Jacques (2014), Les genres de discours : un concept émergent en didactique du F.L.E, Colloque de l’institut de Touraine

Schaeffer Jean-Marie (1989), Qu’est-ce qu’un genre littéraire, Paris, Seuil.

Schön, Daniele, Maud Boyer, Sylvain Moreno, Mireille Besson, Isabelle Peretz & Régine Kolinsky (2008), Songs as an aid for language acquisition, Cognition, vol. 106, no 2, pp. 975-983