Tous les articles par mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

Pour la notion de « langue »

 

Nous abordons à éclairer d’abord la notion de langue.
Concernant la langue, nous avons habitude de trouvons sa définition dans le Cours de linguistique générale de Saussure. Saussure propose une définition complète de la langue dans le premier chapitre de la première partie : la langue est un système de signes arbitraires. S elon lui, la langue est définie au tour des facteurs comme signe linguistique, arbitraire des signes, signifiant/signifié, diachronie/synchronie…). Nous ne pensons pas qu’il est nécessaire de présenter détaillent ses caractéristiques linguistiques dans le mémoire.
En outre, du point de vue linguistique, une langue peut être un système de grammatical associées avec règles strictes et précis de syntaxe, est un système de signe qui réunit les éléments vocaux et les éléments graphiques correspondants. La langue peut être un moyen de communication entre les hommes et les cultures.

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

le cadre comceptuel

L’enjeu de ma recherche consiste à analyse la rapport réciproque entre la culture d’origine et l’apprentissage de la langue étrangère. Nous citons ci-dessous les notions qu’il nécessite d’être éclairé : 1) la notion de « langue », de « culture » 2) « le discours » et « la langue » 3) « identité culturelle » 4) « actes de langage ». Tout cela constitue la partie théorique de mon mémoire

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

projet de recherche

Un enseignement français oral en classe de FLE à l’université en Chine

Initiée par Saussure, la linguistique structurale a posé un principe très important selon lequel l’oral jouit d’un statut plus avantageux par rapport à l’écrit, et pour cela, on a posé deux arguments majeurs : « la parole est plus ancienne et plus répandue que l’écriture, les systèmes d’écriture connus sont fondés sur les unités de la langue parlée ». D’après ce principe, l’écrit joue un rôle secondaire par rapport à la langue parlée. Certes, normalement on parle d’abord avant de pouvoir écrire, et la compétence des expressions orales est acquise presque une fois pour toutes chez l’enfant ; tandis que l’écrit demande un travail de longue haleine. L’oral est plus efficace pour la communication interpersonnelle, comme l’indique Bidaud Éric, « la langue orale apparait plus naturelle et elle est le mode fondateur de nos communications ».
Cependant durant très longtemps, la langue parlée a été jugée familière, populaire et même fautive. « La notion de langue parlée est souvent encore liée aux versants négatifs de la langue : fautes, inachèvements, particularités des banlieues délinquantes, etc. » L’attention portée sur l’étude du français parlé est loin d’être suffisante. En grammaire française par exemple, comme le disent Deulofeu & Debaisieux, « La France est très en retard par rapport aux pays anglo-saxons quant à l’élaboration de la grammaire d’usage à vocation d’exhaustivité qui prend en compte différents registres de langues. » Le français parlé n’est donc pas suffisamment décrit.
Selon mes propres expériences, au cours des activités d’enseignement du FLE (Français langue étrangère) en Chine, il y a un manque d’attention portée sur l’enseignement de la grammaire du français parlé. Quand il s’agit du cours de grammaire, les enseignants font souvent appel à la grammaire normative comme « Bon usage » dans lequel il y a presque toutes les règles grammaticales très détaillées, et qui leur permet de résoudre beaucoup de problèmes qu’ils rencontrent. Mais ce qui est dommage, c’est que les exemples donnés dans ce genre de grammaire sont souvent du type de l’écrit et parfois du style littéraire, et que le français parlé n’y est presque jamais décrit. Ainsi, avec le temps, les élèves arrivent souvent à produire des phrases grammaticalement correctes mais ils ont souvent du mal à saisir les caractéristiques de l’oral, ce qui fait que malgré des années d’étude du français, les étudiants ont souvent du mal à s’exprimer à l’oral. Il y a même des français qui, d’une façon ironique, les qualifient de « pédants » parce qu’ils parlent souvent comme un livre.
J’ai été confronté à ce type de situation dès mon arrivée en France : certains locuteurs français ont eu tendance à corriger mes productions langagières en disant : « Attention, ça ne se dit pas ». Et donc, à ce moment-là j’ai constaté que l’expression utilisée était beaucoup plus une expression propre à l’écrit qu’à l’oral. Par exemple, même si j’avais déjà obtenu le niveau C1 en français avant d’arriver en France, je n’étais pas du tout conscient du fait que « Pierre dort » ne s’utilise qu’à l’écrit et que pour l’adapter à l’oral, il faut choisir la tournure en dislocation « Il dort, Pierre ». Les locuteurs non natifs de la langue française, se retrouvent souvent face à ce souci ; c’est même le cas des locuteurs qui ont suivi des études en langue française et donc qui usent de cette langue assez quotidiennement. Autrement dit, un nombre important d’étudiants étrangers rencontrent ce problème dès leur arrivée en France. C’est pour cela qu’une attention particulière de l’enseignement du français parlé s’impose dans le but de résoudre ce conflit.

Bibliographies

Blanche-Benveniste Claire, Approches de la langue parlée en français, Ophrys, 2010.
Blanche-Benveniste Claire, Le français parlé — études grammaticales, Paris, Éditions du CNRS, 1990.

Blanche-Benveniste Claire, Le français : usages de la langue parlée / avec la collaboration de Philippe Martin pour l’étude de la prosodie / Leuven : Peeters , 2010, cop. 2010.

DOLZ, Joaquim, SCHNEUWLY, Bernard. Pour un enseignement de l’oral : initiation aux genres formels à l’école. Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) : ESF éditeur, 2014.

Le Goffic, P. Grammaire de la phrase française, Paris : Hachette, 1994.

Riegel M., Pellat J.-C. & Rioul R., Grammaire méthodique du français, Paris : Presses Universitaires de France, 2009.

WEBER, Corinne. Pour une didactique de l’oral : enseigner le français tel qu’il est parlé. Paris : Didier, 2013.

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

programme de recherhce

 

D’ici jusqu’au 10/01: (déjà fait)

A.

1. Trouver un sujet de recherche, et rédiger Projet de mémoire
2.Trouver le directeur et demande son accord de direction pour le mémoire
3.Prendre un rendez-vous avec directeur
B.
1. fixer le cadre théorique et conceptuel (lister les concepts sur lesquels je me fonde pour approcher l’objet de recherche)
2.faire la recherche sur la définition des notions et énoncer les liens qui relient les concepts.
3. déterminer la méthodologie de recueil des données et trouver un terrain de recherche

11/01-31/01

1.Prendre un nouveau rendez-vous avec directeur et demander à vérifier mon plan et les bibliographies

2. Finir les travaux de préparation pour l’entretien et demande les conseils du directeur
3.  lancer l’entretien avec au moins 5 apprenants et faire la transcription

01/02-fin février;

Finir l’étape de recueil des données (l’entretien avec les restes des étudiants du terrain) et finir la transcription Rédiger le chapitre 1- l’état de l’art
Au mois de mars :

Finir le chapitre 3 (culture traditionnelle chinoise) Commencer l’étape d’analyse des résultats de l’entretien

Au mois d’avrils :Finir le chapitre 4

01/05-07/05 :L’introduction + conclusion

08/05-10/05 : Remerciement ; déclaration sur l’honneur ; Annexes

11/05-15/05: Relire le mémoire et faire des modifications

16/05-20/05: Mise en page

21/05-27/05:

1. Préparation de la présentation Powerpoint
2. Préparation de l’exposé oral

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Projet de mémoire final

Les effets de la culture chinoise et de l’identité culturelle sur le discours en français chez les apprenants chinois

Mots-clés : culture chinoise  identité culturelle  discours en français apprenants chinois

Dans les recherches en Master, nous nous intéressons sur l’analyse des effets de la culture chinoise et de l’identité culturelle sur l’apprentissage du FLE chez les apprenants chinois. Ce projet est inspiré des liens étroits existant entre la langue et la culture, notamment leur influence réciproque.
Nous apprenons notre langue maternelle dès notre naissance, tout à bord, ce sont les parents et les autres membres de famille qui nous apprennent la base de notre culture d’origine, et avec le temps, les espaces s’élargissent, nous sommes ainsi exposés dans un monde plus large dans lequel nous commençons la vie sociale et acquérons plus de connaissances. Graduellement, la culture maternelle constitue une identité culturelle qui devient une étiquette pour les peuples d’une certaine nation, mais sachant que cela n’empêche que nous avions chacun notre propre identité.
Mais, quand nous commençons à apprendre une nouvelle langue étrangère, notamment linguistiquement et culturellement lointaine par rapport à notre langue d’origine, comme le français, les enseignants nous donnent une autre identité nationale nouvelle et nous fait exposer dans un monde différent. En général, nous réagissons de façon naturelle du point de vue de notre identité culturelle d’origine, parce que la culture de notre pays natal a déjà été solidement ancrée dans nos esprits et elle influence inconsciemment tous les domaines de la vie. Nous nous contentons d’analyser les manières de parler des apprenants chinois à travers l’observation du corpus et des comportements complémentaires autour du discours. Ainsi avons-nous posé la problématique suivante : comment les cultures maternelles influencent-elles les façons et les effets de communication des chinois ? Quelles en sont les traces d’origine culturelle ? Quelle réflexion peut-on avoir sur les activités d’enseignement du FLE ?
Pour répondre à ces questions, nous programmerons une observation d’une vingtaine d’apprenants chinois pendant un mois dans laquelle nous mènerons des dialogues avec eux autour des 20 sujets différents. Nous ferons des enregistrements audio-visuels tout au long de la pratique et des transcriptions seront faites de façon détaillée en vue d’avoir des corpus fiables et conséquents. Les objectifs consistent à repérer et à analyser des traces culturelles d’origine dans les communications des apprenants chinois en français.
En fait, les expressions orales en français chez les apprenants chinois sont relativement typiques et sont faciles à reconnaitre : d’une part, nous avons l’impression que les apprenants chinois parlent souvent un français grammaticalement correct, mais plutôt “ livresque”, qui ne s’utilise pas à l’oral chez les natifs francophones ; De l’autre part, ils ont souvent du mal à se faire comprendre, ou ils passent souvent de faux messages qui portent à confusion ou mènent à des malentendus.
Et tout cela peut s’expliquer par l’influence du système langagier de la langue maternelle– le chinois, et celle de la deuxième langue étrangère déjà apprise, en général, l’anglais ; En plus, la tradition culturelle de Chine peut aussi être la source de maux têtes que rencontrent les apprenants chinois. Dans la recherche que nous mènerons en Master, nous sommes plutôt intéressées par l’aspect culturel, comme par exemple, nous constatons que quelques mots sont assez fréquents chez des apprenants chinois, à savoir “peut-être”, “possible”, “ à peu près” qui témoignent en effet du caractère modeste ou conservateur des chinois, que nous trouvons énormément dans d’autres types de pratiques langagières.
Nous nous limiterons à l’analyse discursive des expressions orales des apprenants chinois ; ce choix est dû au fait que le discours étant une unité linguistique supérieure aux simples phrases, met en pratique réelle d’une langue et en régule les usages. De surcroit, le discours dépend des habitudes culturelles d’un groupe ethnique, exprimant une forme de pensée culturels, il représente une dimension culturelle. Comme le constate Charaudeau P. (2001/3-4 : 343) “ce ne sont ni les mots dans leur morphologie ni les règles de syntaxe qui sont porteurs de culturel, mais les manières de parler de chaque communauté, les façons d’employer les mots, les manières de raisonner, de raconter, d’argumenter pour blaguer, pour expliquer, pour persuader, pour séduire. Ainsi, non seulement des productions orales mais aussi des comportements des locuteurs, comme des gestes et des mimiques feront l’objet de notre analyse.

Bibliographies:

Patrick Charaudeau, LANGUE, DISCOURS ET IDENTITÉ CULTURELLE , 2001/3 n° 123-124 |, p. 343.

 

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

présentation de billet

  • Le 1er billet s’appelle « chemin de recherche », qui est sous forme de journal de bord, il s’agit de présenter mon travail de préparation de recherche, mon sujet d’analyse, mon programme de travail qui me permet de bien organiser le temps et de réaliser la rédaction du mémoire étape par étape.
  • Le 2er billet nommé « l’espace conceptuel et théorique », proprement dit, cette partie sert à présenter les notions et les théories. Elles sont catégorie par l’ordre progressif en suivant strictement le plan de mémoire cela permet d’éviter la perte du temps si j’y consulte après. Cette partie est composé notamment des ressources fiables, des citations sur les grandes notions,
  • 3er billet, c’est pour les méthodes pratiques et les règles formelles à respecter pour la rédaction du mémoire. Le travail de la mise en forme prend beaucoup de temps et souvent pose un grand souci, notamment pour les non-natifs qui sont moins familiers avec les règles formelles du mémoire, surtout dans les citations et les bibliographies. Toutes les informations sont obtenues soit par la consultation des mémoires, soit par la note du cours.

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts