Tous les articles par Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

Table des matières du mémoire

Introduction

Partie I. Présentation des courants méthodologiques l’enseignement de la prononciation

Chapitre 1.1. Méthode verbo-tonale de correction phonétique

1.1.1.        Bases théoriques et méthodes de l’analyse expérimentale

1.1.2.        Identification des erreurs

1.1.3.        Procédés de correction phonétique

Chapitre 1.2. Méthode articulatoire de correction phonétique

1.2.1. Bases théoriques et postulats

1.2.2. Problème de perception des sons d’une langue étrangère

1.2.3. Méthodes de l’analyse expérimentale

1.2.4. Procédés de correction phonétique

Chapitre 1.3. Comparaison des méthodes verbo-tonale et articulatoire

1.3.1. Opinion des chercheurs et mon point de vue

Conclusion

Chapitre 1.4. Perception des sons de la parole

1.4.1. Théorie Motrice

1.4.2. Théorie des neurones-miroirs

1.4.3. Cas cliniques : troubles neuronaux

1.4.4. Perception catégorielle et continue

1.4.5. Rôle des transitions des formants dans la perception des sons

1.4.5.1. Perception des voyelles

1.4.5.2. Perception des consonnes

1.4.6. Unité de perception : élément phonétique

Conclusion

 

Partie II. Application de l’analyse fréquentielle dans l’enseignement de la prononciation

Chapitre 2.1. Partie théorique. Analyse des recherches scientifiques

2.1.1. Vocabulaire illustré des notions relatives à l’analyse spectrale

2.1.2. Spectre moyenné à long terme (SLT): analyse des recherches

2.1.2.1. Influence des langues sur le SLT

2.1.2.2. Influence de l’individu sur le SLT

2.1.2.2.1. Influence du sexe

2.1.2.2.2. Influence de la catégorie socio-professionnelle

2.1.2.2.3. Influence des émotions

2.1.2.2.4. Influence des pathologies vocales

Conclusion

Chapitre 2.2. Méthode Tomatis

2.2.1. Présentation de la méthode

2.2.2. Bases théoriques

2.2.3. Centre Tomatis Sound Sense : méthode d’entraînement

2.2.3.1. Test d’écoute

2.2.3.2. Entretien

2.2.3.3. Equipement

2.2.3.4. Phase passive de l’entraînement

2.2.3.5. Phase active de l’entraînement

2.2.3.6. Evaluation

Conclusion

 

Partie III. Application des logiciels de reconnaissance vocale dans l’enseignement de la prononciation

Chapitre 3.1. Sanako Pronounce

3.1.1. Analyse du logiciel

3.1.1.1. Présentation

3.1.1.2. Ajustements préalables

3.1.1.3. Interface du logiciel

3.1.1.4. Entraînement

3.1.1.5. Critères de l’évaluation de la production des apprenants

3.1.2. Avantages et inconvénients

3.1.3. Suggestions pour l’amélioration

Chapitre 3.2. Rosetta Stone

3.2.1. Analyse du logiciel

3.2.1.1. Section 1 : cours général

3.2.1.1.1. Présentation

3.2.1.1.2. Ajustements préalables

3.2.1.1.3. Interface

3.2.1.1.4. Entraînement

3.2.1.2. Section 2 : lecture à voix haute

3.2.1.3. Section 3 : phrasebook

3.2.2. Avantages et inconvénients

3.2.3. Suggestions pour l’amélioration

Chapitre 3.3. Comparaison de Sanako Pronounce et Rosetta Stone

3.3.1. Tableau comparatiste

Chapitre 3.4. Le rôle de l’intonation dans l’enseignement de la prononciation

Conclusion

Conclusion

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Tableaux comparatistes: Sanako Pronounce vs Rosetta Stone

J’ai eu la possibilité de tester deux méthodes de l’apprentissage de la prononciation en ligne Rosetta Stone et Sanako Pronounce. Mon but était de comparer les deux méthodes et d’analyser la possibilité de l’utilisation des logiciels de reconnaissance vocale pour l’évaluation de la prononciation de l’apprenant.

Pour l’instant, le chapitre dédié à la comparaison de ces deux méthodes est presque terminé, mais j’ai besoin d’un peu plus de temps pour corriger le texte. C’est pourquoi j’ai décidé de partager avec vous les tableaux comparatistes qui vous permettront de comprendre d’une manière générale les points forts et faibles de ces méthodes.

Tableau 1: Sanako Pronounce: avantages et inconvénients

Avantages Inconvénients
·         La possibilité de créer ses propres activités ·         L’intonation n’est pas prise en compte lors de l’évaluation
·         La possibilité d’ajuster les catactéristiques de l’entraînement : ex. niveau de difficulté, voix H/F, débit. ·         Les particularités de la prononciation (des combinaisons des lettres, des dyphtongues) et de la non-prononciation de certaines lettres (ex. ‘e’ en français) ne sont pas toujours prises en compte. Le logiciel peut reconnaître le mot même si les règles de prononciation ne sont pas respectées et ne le définit pas comme erreur.
·         La possibilité de consulter ses erreurs, de voir la transcription de sa production, de répéter la phrase, de réécouter les mots isolés
·         La correspondance des phrases-modèles aux sujets de communication quotidienne

Tableau 2: Rosetta Stone: avantages et inconvénients

Avantages Inconvénients
·         Le temps accordé aux activités de prononciation est le même que pour les autres activités ·         La prononciation éronnée semble ne pas être prise en compte. Facile d’obtenir un score élevé
·         Une succession rapide d’activités ·         Le nombre de phrases à répéter n’est pas équilibré pour chaque activité.
·         Les phrases à répéter sont illustrées avec des photos
·         Les phrases à répéter sont liées non seulement avec le sujet du cours, mais aussi avec la grammaire (parfois)
·         La possibilité de consulter le spectre sonore de sa production et de le comparer au modèle ·         Les différences des spectres sonores ne sont pas prises en compte pour l’évaluation
·         La possibilité d’ajuster le débit de la production
  ·         Le rapport obtenu ne fournit pas beaucoup d’information sur la performance de l’apprenant

Tableau 3: comparaison des méthodes

Critères Rosetta Stone Sanako Pronounce Commentaire
Types d’unités à répéter Mots isolés, phrases descriptives, phrases communicatives, textes informatifs Phrases communicatives  
Critères du classement D’après les sujets et le niveau de difficulté D’après les sujets  
N de phrases(ou mots) à répéter par sujet 6-40 en fonction du sujet ~10 pour tous les sujets  
Possibilité d’adapter la voix du modèle Débit, genre de la personne Débit, genre de la personne, tranche âge  
Possibilité de voir les erreurs Oui Oui Sanako donne une correction plus détaillée grâce aux transcriptions
Obtention du score Evaluation avec des couleurs (rouge, jaune, vert) Score sur 100 pts  
Obtention du rapport de la progression de l’apprenant Oui Oui Sanako fournit un bilan plus détaillé avec les phrases mal ou correctement prononcées, le pourcentage des erreurs, le nombre d’essais, le niveau de difficulté, le bilan total de réussite
Possibilité de visualiser sa production sur les spectrogrammes Oui Non  
Sensibilité du logiciel aux erreurs de prononciation Faible Moyen Aucun logiciel ne prend en compte un accent fort. L’obtention d’un bon score n’est difficile que pour le choix du ‘niveau expert’ de Sanako.
Sensibilité du logiciel à l’intonation Faible Moyen  
Sensibilité du logiciel au rythme Faible Bien  
Illustrations Oui Non  
Possibilité de créer d’autres activités Non Oui  
Ajustement de la reconnaissance vocale en fonction du locuteur Oui (homme, femme, enfant) Oui (homme, femme, genre neutre, enfant, ado, senior)  
Ajustement du niveau de difficulté Non. Les cours sont classés en fonction du niveau. Mais le mécanisme de correction ne change pas en fonction du niveau Oui. Plus on augmente le niveau de difficulté, plus c’est difficile d’obtenir un score élevé. Les phrases restent les mêmes.  
Possibilité de voir la transcription Non Oui  
Aide dans l’utilisation Oui Oui Les deux logiciels sont faciles à utiliser, il y a le bouton ‘Help’ en cliquant sur lequel on peut avoir des indices.

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Méthode Tomatis: entraînement, évaluation, conclusion

L’entraînement mis en place par « Sound Sense » comprend 2 parties: la phase passive qui est centrée majoritairement sur l’écoute et la phase passive qui comprend l’écoute et la production.

La phase passive

La première partie c’est la phase passive dont le but est de « muscler » l’oreille. Il s’agit d’une sorte de gymnastique qui permet de tendre et de détendre les muscles de l’oreille et de stimuler ainsi tout le système auditif. L’oreille électronique provoque des contrastes sonores en changeant le timbre et l’intensité du son. Le but de l’écoute est de ‘surprendre’ le cerveau et d’attirer l’attention du stagiaire au changement brusque de l’intensité et des fréquences.

D’après Tomatis, il est important de faire la distinction des deux phases : active et passive. Il compare l’apprenant à un enfant qui écoute la voix de ses parents avant qu’il commence à parler. Pour lui, il nécessaire de développer d’abord une écoute attentive chez l’apprenant afin qu’il puisse reproduire les sons correctement.

Ainsi, afin de « muscler » l’oreille, les enseignants proposent à leurs stagiaires d’écouter la musique de Mozart non filtrée dans le casque à conduction osseuse 2 heures par jour pendant 13 jours. Tomatis explique que le choix de Mozart est lié à l’irrégularité rythmique de sa composition et que les contrastes musicaux de sa musique permettent de « surprendre » l’oreille et de la sensibiliser au changement fréquentiel. Il paraît que n’importe quelle autre musique pourrait être utilisée à ce propos, car Mozart bien évidemment n’est pas le seul compositeur dont les pièces ont une irrégularité rythmique. Mais les œuvres de Mozart faisant partie de la musique dite « classique »  peuvent posséder des qualités curatives et utilisées dans des traitements médicaux, ce qui est une pratique assez répandue aujourd’hui.

Pendant cette phase de l’écoute passive les stagiaires travaillent en autonomie à la maison. Leurs actions sont contrôlées à distance par l’enseignant à qui ils peuvent parler des sensations qu’ils éprouvent lors de l’écoute.

Cette phase devrait rendre le stagiaire plus attentif à la mélodie, au rythme, aux sons de la musique. Son attention doit être focalisée au maximum sur ce qu’il entend et sur les sensations qu’il éprouve en entendant tel ou tel son, car il devra pouvoir en parler à son coach après la séance. C’est une sorte de l’entraînement de l’attention de l’écoute. Le fait de devoir se concentrer sur les sons pendant 2 heures par jour peut demander beaucoup d’efforts de la part des stagiaires, surtout s’ils n’en ont pas l’habitude. Donc, forcément, cet entraînement devra leur permettre de garder plus d’attention plus longtemps pendant les cours de la phase active.

Phase active

Après cette phase préparatoire, les stagiaires ont un mois de pause pour qu’ils puissent s’habituer à la sonorité de nouvelles fréquences qu’ils ont appris à entendre. Ils doivent s’habituer à distinguer les moindres nuances sonores dans leur vie quotidienne. Ainsi, en reprenant les cours ils seront prêts à capter plus de détails des sons de la langue qu’ils veulent apprendre (de l’anglais dans ce cas-là).

La deuxième partie correspond à la phase active. Elle comprend la partie d’écoute et de reproduction. Les stagiaires écoutent la parole filtrée (on utilise les filtres passe-haut et passe-bas, c’est-à-dire que les stagiaires écoutent la parole dans les fréquences au-dessus et au-dessous de 700 Hz) et leur propre voix filtrée en même temps qu’ils produisent les phrases. D’après les partisans de cette méthode, nous n’avons pas l’habitude d’entendre notre propre voix, car à cause de la conduction osseuse notre voix nous semble être plus basse qu’elle ne l’est en réalité. C’est pourquoi, pour ne pas « choquer » les stagiaires par la sonorité réelle de leur voix, ils leur font écouter leur voix filtrée dans les fréquences de la langue qu’ils veulent apprendre.

« Il s’agit pratiquement de faire écouter à l’apprenant un message en langue étrangère filtré pour renforcer les zones fréquentielles qui ne sont pas utilisées dans sa propre langue. C’est cette différence de point de vue qui creuse le fossé entre la méthodologie verbo-tonale de correction phonétique en cours de langue qui opère une analyse « locale » par utilisation de « contextes favorisants » mettant en valeur les caractéristiques du son.» (Lauret, 1998 : 00)

Le type de support qui est le plus souvent utilisé c’est le texte du « Petit Prince » de Saint-Exupéry, car selon les enseignants c’est un texte universel, connu de tous les stagiaires, donc il est plus facile à exploiter.

Pendant tout l’apprentissage l’accent est mis surtout sur l’intonation, car l’utilisation de l’intonation appropriée assure une meilleure transmission du message. D’après les enseignants, une personne qui sait ajuster son intonation pourra être mieux comprise par ses interlocuteurs que la personne qui articule correctement les sons, mais qui n’utilise pas l’intonation appropriée. C’est pourquoi, une correction articulatoire n’est presque jamais mise en place par les enseignants.

Afin de sensibiliser l’apprenant au rythme et à l’intonation de l’anglais, les enseignants recourent à l’utilisation du filtre passe-bas, donc ils font entendre les basses fréquences au stagiaire. (Ici on peut faire le lien avec le fœtus qui n’entend que les basses fréquences et qui est plus sensible à l’intonation qu’aux sons particuliers de la parole.)

Les enseignants font parcourir tout l’ensemble des fréquences (« balayage ») aux stagiaires pour que leur oreille s’habitue à une large gamme de fréquences.

La phase active dure autant que la phase passive, c’est à dire, les élèves doivent s’entraîner 2 heures par jour pendant 13 jours. Ensuite, la phase active peut être répétée deux fois si le stagiaire le souhaite. Au bout de 3 répétitions, le cursus est considéré accompli, le résultat maximal est atteint.

Evaluation

Pour l’évaluation, les enseignants recourent au test de l’audiométrie comme au début du cursus. On peut y avoir plusieurs tests intermédiaires pour contrôler le progrès des apprenants.

Selon les praticiens de la méthode, les résultats du premier et du dernier test varient visiblement. Les apprenants font du progrès, ils arrivent à percevoir une plus large gamme de fréquences. Ils apprennent à focaliser leur attention sur de moindres différences sonores ce qui favorisent leur production et compréhension orale des langues étrangères (notamment de l’anglais dans le cas de « Sound Sense »).

Malheureusement, nous n’avons pas eu la possibilité de comparer les deux tests d’évaluation et nous ne pouvons pas savoir si la courbe osseuse descend comme le voulait Tomatis.

Il est à noter que l’audiogramme peut varier beaucoup en fonction de l’état psychologique et de l’attention de la personne à un moment donné. Il me semble que les sons qui apparaissent vers la fin du test peuvent être moins bien perçus à cause de la baisse de l’attention de la part de l’apprenant. Il faut se tenir compte que le test dure 45 minutes ce qui peut être assez fatigant pour lui.

Il est important de savoir que les clients de cette école ont déjà essayé d’autres méthodes dites « traditionnelles » de l’apprentissage des langues et apparemment n’ont pas acquis de résultats satisfaisants. Donc, ils considèrent l’école Tomatis comme leur « dernière chance » d’améliorer leur production en langue étrangère. Ainsi, ils sont très motivés pour montrer le progrès qu’ils ont fait, et il est possible qu’ils soient beaucoup plus concentrés pendant le test final que pendant le premier test.

Le but de l’apprentissage c’est non seulement de rendre les apprenants plus sensibles aux fréquences des autres langues mais aussi d’acquérir un accent neutre américain. Il faut dire que la suppression totale de l’accent n’est possible que dans de très rares cas. Généralement, les stagiaires apprennent à rendre leur accent un peu moins prononcé et arrivent à se servir des outils prosodiques afin de rendre leur discours plus compréhensible.

Conclusion

Le cursus proposé par les écoles Tomatis comprend non seulement l’entraînement acoustique mais aussi tout un travail psychologique. Grâce à un grand nombre de témoignages positifs, les stagiaires viennent ici en cherchant leur dernière chance d’améliorer leurs compétences en langues étrangères. Dans ces écoles ils ont la possibilité de parler de leurs problèmes à un coach de langue et peuvent profiter de son assistance permanente tout au long du cursus. Le coach leur permet de créer de la confiance en eux-mêmes et contribue à une meilleure motivation.

Il est difficile de dire ce qui influence davantage le progrès des apprenants : le travail de psychanalyse mené par le coach ou l’entraînement des organes auditifs. Ou peut-être, c’est l’ensemble des deux approches. Le plus important c’est que le progrès des stagiaires est remarquable et incontestable.

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Méthode Tomatis: test d’écoute, entretien, équipement

Le public cible de l’école « Sound Sense » ce sont les gens qui ont acquis un niveau plus ou moins élevé en anglais écrit et un niveau plus faible à l’oral. Je n’ai pas d’information concernant leur niveau exacte d’après le CECRL, mais je suppose qu’il s’agit d’un niveau supérieur à A2+. Le but de cette méthode est d’améliorer leur perception et production et d’acquérir un accent neutre américain.

Test d’écoute

Pour que l’enseignant puisse élaborer un système d’apprentissage individuel, les stagiaires doivent passer un test d’audiométrie tonale qui permet d’identifier leur seuil d’audibilité sur les fréquences de 125Hz à 8000 Hz. D’après les enseignants de « Sound Sense », ce test est conçu pour vérifier la perception de beaucoup plus de fréquences que l’audiométrie « classique », c’est pourquoi il dure plus longtemps, en moyenne 45 minutes. Il est à noter que ce test ne nécessite pas de conditions spéciales, les enseignants ne recourent pas à l’utilisation d’une chambre sourde.

Les stagiaires sont censés écouter des sons à différentes fréquences dans un ordre aléatoire et doivent confirmer s’ils entendent ou n’entendent pas le son.

Nous reproduisons ci-dessous un exemple d’un test d’audiométrie figurant sur le site de l’école Tomatis qui représente les résultats pour l’oreille gauche et droite. L’axe des abscisses ce sont les fréquences en Hertz et l’axe des ordonnées c’est l’intensité en décibels.

L’audiogramme obtenu montre la conduction osseuse (qui favorise surtout la perception des sons graves) qui est présentée en pointillé sur les schémas et la conduction aérienne (la perception des sons aigus) présentée par la ligne noire.

(Malheureusement, je ne peux pas rendre les images plus nettes, mais je pense que la différence entre la ligne en pointillé et la ligne noire est bien visible)

Il faut dire que ce système d’apprentissage n’est pas conçu pour les gens ayant des problèmes auditifs. Alors, on pourrait se demander pourquoi il faudrait faire les stagiaires passer un test d’audiométrie si détaillé. Il semblerait logique que dans le cas où les stagiaires n’ont pas de problèmes auditifs, leur oreille devrait être sensible à la plupart des fréquences. Je pense que le test de l’audiométrie pourrait être utile même pour les stagiaires ayant une audition normale, car ainsi ils seront sûrs de ne pas avoir de problèmes auditifs et ils croiront davantage à la possibilité éventuelle d’améliorer leur production en anglais, car ils ont la capacité de bien percevoir les sons.

Le but de l’entraînement qui sera mis en place est de créer un écart entre les deux courbes et de faire redescendre la courbe de conduction osseuse. Pour Tomatis, il est plus important de savoir percevoir les sons aigus, que les sons graves, car celui qui perçoit bien les aigus n’aura pas de difficultés à percevoir les graves.

Entretien

Le test d’audition est suivi d’un entretien (qui dure environ 45 minutes également) lors duquel le stagiaire parle de ses problèmes de l’apprentissage des langues et de ses enjeux au coach qui crée pour lui un programme individualisé.

L’enseignant présente les résultats du test de l’audiométrie au stagiaire et lui explique ses problèmes de perception des sons s’il y en a. Il lui montre les schémas présentant les différences fréquentielles des langues en lui expliquant le système de l’apprentissage qu’il suivra. C’est le moment où se crée le contact entre le coach et l’apprenant. A partir de ce moment-là, le coach sera à disposition de l’apprenant, suivra son progrès, sera toujours à son écoute.

Je pense que cet accompagnement tout au long du cursus contribue sûrement au progrès des apprenants. Les gens s’adressent dans ce centre pour obtenir de l’aide, donc c’est important pour eux de bénéficier de l’assistance d’un coach professionnel.

L’équipement

Pour tout le cursus les stagiaires sont munis d’un casque à conduction osseuse avec un vibrateur sur le sommet du crâne qui est appelé aussi « l’oreille électronique ». C’est un appareil qui permet de stimuler l’oreille grâce à l’envoi du son par la voie osseuse (par le vibrateur) et aérienne (envoi vers les oreilles par les écouteurs). Il faut dire que pour Tomatis la perception osseuse est très importante, car d’après lui, on perçoit les sons non seulement par les oreilles mais par tout le corps et par la peau.

Le but de l’utilisation de cet appareil consiste à créer un décalage entre la perception osseuse et aérienne, donc de retarder la passation du son par la voie aérienne. Ainsi, le son est transmis tout d’abord par la voie osseuse vers l’oreille interne et la prépare à la perception du son par la voie aérienne, par le tympan. Il est à noter que ce décalage ne provoque pas d’écho en réalité, car la distance entre les oreilles et l’os du crâne n’est pas assez importante.

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Méthode Tomatis: base théorique

Dans un des billets précedents j’ai publié le questionnaire pour l’entretien que j’ai mené auprès de l’école « Sound Sense », une école-sœur du centre Tomatis, spécialisée surtout sur l’apprentissage de l’anglais oral.

Il faut dire qu’il s’agit d’un système d’enseignement complémentaire qui aidera les stagiaires à mieux percevoir et donc à mieux produire les sons de l’anglais américain. Les stagiaires qui ont suivi ce cursus témoignent des résultats remarquables, pourtant la base théorique sur laquelle cette méthode est fondée est souvent contestée par les chercheurs. C’est pourquoi cette question a attiré mon attention.

Dans ce billet je vais expliquer les principes généraux de cette méthode et les causes des critiques qu’elle suscite.

Base théorique

Alfred Tomatis, un oto-rhino-laryringologiste (un personnage assez médiatisé à l’époque), a élaboré des schémas (ou des éthnogrammes) qui montrent la différence entre les langues du point de vue fréquentiel et permettent d’ajuster les activités d’entraînement en fonction de la langue maternelle et de la langue cible de l’apprenant. Ils montrent quelles zones fréquentielles sont moins impliquées dans la langue maternelle des apprenants et donc quelles fréquences il faudrait renforcer pendant l’entraînement pour améliorer leur perception et prononciation de la langue cible.

Voici deux schémas qu’on peut trouver sur le site Internet de l’école Tomatis (https://tomatis-paris.fr/).

Probablement, ces schémas représentent les spectres sonores de différentes langues. L’axe des abscisses représente la fréquence (Hz) et l’axe des ordonnées l’intensité (dB). Lors de l’entretien, nous avons appris que ces schémas ont été obtenus à la base des consonnes, qui selon Tomatis, sont des éléments de langue « moins stables » que les voyelles. Les zones fréquentielles où les voyelles devraient se trouver sont mises en couleur (gris ou pourpre) sur les éthnogrammes.

Il est difficile de répondre à la question pourquoi les consonnes sont moins stables que les voyelles et ce que Tomatis sous-entend sous le terme « stable ». Nous ne connaissons pas les raisons pour lesquelles il a décidé d’éliminer les voyelles de l’analyse. Cette décision peut paraître irrationnelle, car toutes les langues se composent d’un nombre de consonnes et de voyelles et il est impossible d’affirmer que ce sont les consonnes ou les voyelles qui influencent davantage le spectre sonore d’une langue. Ce serait difficile d’obtenir des résultats fiables sur le spectre sonore à long terme sans prendre en considération un de ses éléments. Dans ce cas-là, l’analyse serait incomplète.

Comme nous avons déjà dit, ces schémas sont privés de preuve scientifique, c’est pourquoi les résultats obtenus sont souvent critiqués par les universitaires. Souvenons-nous de la recherche menée par Byrne qui a été évoquée précédemment et dont les résultats ont justifié qu’il n’y a pas de différences entre les langues du point de vue de leur spectre sonore. Donc, l’idée de pouvoir sensibiliser l’oreille à percevoir les sons dans les fréquences absentes dans la langue maternelle des apprenants semble être fausse.

Bien que les schémas obtenus soient contestés par les chercheurs, ils servent de base pour l’élaboration de la méthode de l’enseignement des langues qui apporte des résultats exceptionnels.

Il semble que le rôle majeur des éthnogrammes consiste à déculpabiliser l’apprenant, en leur montrant que leur problème de l’apprentissage des langues ne dépend pas de leurs qualités personnelles ni capacités mentales, mais des différences des fréquences de leur langue maternelle et de la langue cible. Par exemple, d’après ces schémas, nous voyons que le russe couvre une plus large gamme de fréquences par rapport aux autres langues, c’est pourquoi, d’après Tomatis, les Russes sont plus « doués » à l’apprentissage des langues étrangères. Mais évidemment, le progrès de chacun dépend de son implication dans l’apprentissage et pas seulement de sa langue maternelle ou de ses capacités innées.

Ainsi, le premier pas vers un apprentissage réussi est de motiver le stagiaire à apprendre, de l’assurer de l’efficacité de la méthode d’après lequel l’apprentissage est construit, de lui expliquer les causes de son problème du point de vue (pseudo)scientifique, de lui proposer la résolution du problème, de le persuader (mais sans aucune insistance) de faire confiance aux conseils des coachs professionnels. Il faut dire que d’habitude les stagiaires n’ont pas besoin d’être persuadés par les enseignants, car ils viennent dans ce centre étant déjà conscients de l’obtention de l’aide des professionnels grâce à de nombreux témoignages de résultats impressionnants.

Une fois cette étape réussie, les stagiaires sont prêts à s’impliquer pleinement dans l’entraînement. L’école Tomatis prouve encore une fois l’idée du rôle primordial de la motivation des apprenants dans l’acquisition des savoir-faire, dont nous avons parlé dans le premier chapitre.

Il faut dire que ces schémas ne sont pas le seul outil mis en pratique par les enseignants. Ils élaborent leur programme en fonction des difficultés concrètes de chaque apprenant en se basant sur le test d’audiométrie, dont nous parlerons plus loin.

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Influence des caractéristiques individuelles sur le SLT de la parole. Partie 2.

L’influence de la catégorie socio-professionnelle sur le SLT

Esling a essayé de vérifier s’il existe une corrélation entre le SLT et la catégorie socio-professionnelle des locuteurs. Ayant mené une expérience auprès de 4 catégories sociales, il a découvert qu’on peut observer des différences significatives entre les SLT des gens appartenant à la classe supérieure et inférieure, aussi qu’entre ceux qui appartiennent aux couches supérieures et inférieures de la classe moyenne. (Harmegnies, 1992 : 11) C’est curieux de savoir que les gens du même sexe parlant la même langue peuvent avoir des SLT différents variant en fonction de leur milieu social. Mais il semble que ces différences ne sont pas assez significatives pour pouvoir identifier avec précision la couche sociale à laquelle la personne appartient en se basant uniquement sur son SLT, car comme comme nous avons déjà dit, il peut varier considérablement pour tous les locuteurs.

Pourtant, d’après certains chercheurs la voix des chanteurs est assez facilement identifiable, car leur qualité vocale a des caractéristiques très particulières. Il s’avère que leur spectre possède une zone fréquentielle renforcée égale à 3000 Hz. Cette zone est appelée aussi « le formant chantant », par exemple dans la terminologie employée par Janson, Stunberg, Kuwabara, etc. Le renforcement de cette zone peut être lié à la qualité supérieure de la voix des chanteurs professionnels et à la clarté de leur timbre. (ibid : 12) Il n’est pas impossible que la localisation de cette zone dépende de la catégorie des chanteurs, par exemple soprano, alto, ténor, baryton, basse, etc. Nous n’avons pas pu trouver de justification de cette hypothèse, mais ce serait curieux de le savoir.

L’influence des émotions sur le SLT

Le SLT permet non seulement d’identifier le locuteur, mais aussi ses émotions qui influent dans une grande mesure sur le SLT du locuteur et dans certains cas peuvent empêcher considérablement le logiciel de reconnaître la voix de la personne. (Harmegnies, 1992 : 12)

Afin de distinguer les états émotionnels des locuteurs, il est nécessaire d’établir un ensemble de facteurs qui influencent le SLT. Parmi ces facteurs on peut nommer les descripteurs de la qualité de la voix, c’est-à-dire l’intensité et la hauteur de la voix (ils sont appelés aussi les descripteurs de haut niveau). Ce sont les descripteurs les plus utilisés dans la reconnaissance des émotions, car ils « fournissent un niveau d’interprétation élevé ». (Clavel, Richard, 2009: 14) « L’information véhiculée par les descripteurs (de bas niveau) est moins explicite que celle correspondant aux descripteurs prosodiques par exemple, mais cette information s’avère cependant utile et est intégrée dans les modèles acoustiques construits par les algorithmes d’apprentissage. » (ibid.) Tous ces descripteurs peuvent être analysés soit sur la durée des syllabes, mots voire phrases, soit sur les fenêtres du spectre de la durée égale.

Prenons l’exemple du changement des paramètres de haut niveau dans l’état de colère. D’après Stevens et Williams, la tension des basses fréquences (125 Hz) diminue quand le locuteur est stressé ou en colère, tandis que la tension des hautes fréquences augmente dans cette situation par rapport à l’état normal. Ce qui est le cas inverse pour l’état de tristesse où la distribution de l’énergie dans le SLT est inversée par rapport à l’état de colère. C’est-à-dire que le SLT d’une personne dans l’état de tristesse manifestera une plus grande accumulation de l’énergie dans les basses fréquences. (Harmegnies, 1992: 12)

Lors de l’identification des émotions les chercheurs font souvent l’analyse du contenu voisé ou non voisé, particulièrement les caractéristiques prosodiques. Il s’agit des catégories des « manifestations non verbales telles que des respirations plus fortes, des cris » souvent accompagnées par des modifications physiques (ex. tremblements de la voix, etc) causées par un état émotionnel extrême. (Clavel, Richard, 2009 : 15)

Il paraît que les émotions éprouvées par le locuteur puissent être déterminée indépendamment de la langue qu’il parle. Il semble que même si les caractéristiques prosodiques (surtout l’intonation qui est un marqueur significatif de l’état émotionnel) des langues varient considérablement, les zones fréquentielles renforcées dans l’état de colère, de stresse ou de joie devraient être semblables, parce que les émotions éprouvées étant un facteur humain ne sont pas en corrélation avec la langue parlée par le locuteur.

L’influence des pathologies vocales sur le SLT

Il s’avère que le SLT est en lien direct avec les pathologies vocales. Harmegnies donne un exemple de l’expérience de Fritzel qui a enregistré le SLT d’un patient souffrant d’una atrophie des muscles laryngiens. Il a constaté que la tension de la F0 est plus importante que de la F1 et que la F2 augmente un peu en tension par rapport à la F1. Après la réalisation de la première expérience, on a fait des injections de Glycerol et de Téflon au patient afin d’augmenter le volume de la corde vocale atteinte. Ensuite, le patient a suivi un cycle de rééducation qui lui a permis d’améliorer la qualité de sa voix. Et finalement, lors de la réalisation du test il s’est avéré que le STL obtenu lors de la seconde expérience a considérablement changé par rapport à la première. Les chercheurs ont observé une hausse globale en tension de son spectre, notamment de la F1 et F2. Cette expérience a prouvé que le SLT peut être utile pour le diagnostic et le traitement des pathologies vocales. (Harmegnies,1992 : 21)

Conclusion

Toutes les recherches analysées ci-dessus justifient le fait que la langue parlé par le sujet n’a que des effets mineurs sur son SLT. Cela veut dire que les langues n’ont pas de différences du point de vue de zones fréquentielles impliquées. Pourtant, le SLT varie considérablement en fonction du locuteur lui-même, de sa propre manière de parler. Les chercheurs ont constaté également qu’il y a une corrélation entre le SLT et le sexe de la personne, son niveau social, sa profession (pour les chanteurs), son état psychologique, la présence des pathologies vocales.

Bibliographie

Clavel C., Richard G., « Reconnaissance acoustique des émotions », Système d’intéraction émotionnelle, chapitre 1, p.11-39, 2009.

Harmegnies B., « Les sources de variation du spectre à long terme de parole : revue de la littérature », Acoustique Canadienne, Vol.20, №2, p. 9-35, 1992.

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Influence des caractéristiques individuelles sur le SLT de la parole. Partie 1.

Dans le billet précédent, j’ai mentionné l’étude de Byrne et ses collaborateurs qui avaient constaté que les langues n’influencent pas (ou presque pas) le spectre à long terme (SLT) de la parole. Je pense que ce serait intéressant de savoir quels sont les facteurs qui peuvent influencer le SLT et dans quelle mesure. Je mentionnerai ici quelques recherches scientifiques qui ont permis de les identifier.

Afin de trouver une corrélation entre les facteurs influençant le SLT, Lauret (Lauret,1998) a mené une expérience en analysant le SLT de 8 locuteurs (4 locuteurs anglais et 4 locuteurs français, 2 hommes et 2 femmes pour chaque langue). Les sujets étaient censés lire deux textes de la même longueur en français et en anglais (une fois en langue maternelle et une fois en langue étrangère). Ils étaient enregistrés dans une chambre sourde sous conditions identiques. Il est à noter que tous les locuteurs examinés avaient peu ou pas d’accent en langue étrangère.

Ayant analysé les résultats, Lauret a constaté qu’il y a une forte corrélation entre les mêmes locuteurs quelle que soit la langue qu’ils parlent et entre les locuteurs du même sexe. Cela veut dire que le SLT caractérise tout d’abord l’identité du locuteur, ensuite permet d’identifier son sexe, et finalement la langue qu’il parle.

«Nous ajoutons pour les non-bilingues que la variabilité inter-locuteurs est plus importante que la variabilité intra-locuteur quand le sujet change de langue. On peut résumer cela en: variabilité inter-locuteurs > variabilité intra-locuteur dans deux langues > variabilité intra-locuteur dans une langue.» (Lauret, 1998)

Nous voyons bien que la langue n’a que très peu d’influence sur le SLT et ne contribue presque pas à une meilleure identification du locuteur. Mais il s’avère que c’est le locuteur lui-même qui influence le SLT, ses caractéristiques individuelles. C’est pourquoi on se sert de l’analyse du SLT pour l’élaboration des logiciels de reconnaissance automatique du locuteur, car « le SLT est dit donner une bonne information sur la qualité générale de la voix d’une personne et cette qualité est ordinairement un indice stable d’identification.» (Lauret, 1998 : ) Grâce au SLT, le locuteur peut être identifié avec presque 100% de précision.

« When the learning samples are collected over a short period, it is effective to apply spectral equalisation using the spectrum average over all the voiced portions of the input speech. By this method, an accuracy of 95% can be obtained in speaker verification even after five years using statistical parameters of a spoken word. » (Furui, 1978, cité par Lauret, 1998)

Le SLT peut donner des informations significatives sur le sexe, la tranche d’âge, l’état émotionnel de la personne et d’autres détails. Ce qui n’est pas le cas pour le spectre instantané de la parole qui ne peut pas fournir d’information suffisante sur l’identité de celui qui parle, car il permet de mesurer la fréquence et l’intensité d’un son que sur une très courte durée. Il faut dire qu’une personne est incapable de prononcer un son plusieurs fois exactement de la même manière. C’est pourquoi ce serait impossible d’identifier le locuteur en se basant sur le seul/ou même plusieurs sons isolés qu’elle a prononcé(s).

Influence du sexe du locuteur sur le SLT

La plupart des chercheurs sont unanimes en affirmant que le SLT est influencé par le sexe de la personne. D’après Harmegnies, la différence majeure du SLT des hommes et des femmes se localise dans les basses fréquences. « La zone zone  de concentration énergétique des hommes est centrée entre 100 et 140 Hz, alors que dans les spectres de femmes, cette  zone  apparaît  plutôt vers  200  à  250  Hz. » (Harmegnies, 1992 : 10)

« Les  spectres  de voix  d’hommes  sont  moins  accidentés;  ils tendent  а  présenter  un  premier  maximum  de fréquence  plus  basse,  suivi  d’une  zone  de concentration  énergétique  assez  étale s’étendant jusqu’à 700  Hz  environ. En  haute  fréquence,  les  différences  sexuelles n’apparaissent guère ou s’avèrent, tout au plus, très ténues. » (ibid.)

Prenons l’exemple du SLT des voix des hommes et des femmes analysé par Mendoza et ses collaborateurs.

(Mendoza et al., 1996 : 62)

L’étude a été réalisée auprès des hispanophones (24 hommes et 31 femmes) agés de 20 à 50 ans. Les sujets devaient lire un extrait du texte « Les aventures d’Alice au pays des merveilles » pendant 3 minutes en gardant leur débit et rythme normaux, les plus naturels possibles.

Les SLT obtenu prouvent l’idées de la présence des différences entre la qualité de la voix des hommes et des femmes. Pourtant le décalage significatif se rapporte aux fréquences de 2.72-3.2 kHz et 4 – 4.96 kHz où la courbe de la voix féminine dépasse le plus la courbe de la voix des hommes, c’est-à-dire que la voix des femmes est plus intenses dans les fréquences citées. Dans certains endroits du spectre, par exemple, entre les fréquences 1.28-1.44, 2.24-2.4, 3.52-3.68 kHz, c’est la courbe de la voix masculine qui dépasse celle de la voix féminine. Le décalage maximum de l’intensité est environ 6dB. C’est ce que Byrne et ses collègues avaient constaté dans la précédente recherche analysée.

Il est à noter que les résultats peuvent varier en fonction non seulement du sexe mais aussi d’autres caractéristiques individuelles dont je parlerai dans l’article suivant.

Bibliographie

Harmegnies B., « Les sources de variation du spectre à long terme de parole : revue de la littérature », Acoustique Canadienne, Vol.20, №2, p. 9-35, 1992.

Lauret B., Aspects de phonétique expérimentale constrastive : l' »accent » anglo-américain en francais, Thèse de Doctorat, Sorbonne-Nouvelle Paris 3, 1998.

Mendoza E., et al. « Difference in voice quality between man and women: use of the long-term average spectrum (LTAS) », Journal of Voice, Vol.10, №1, p. 59-66, 1996.

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Comment les langues influencent-elles le SLT?

La question de la variation du spectre moyenné à long terme (SLT) en fonction de la langue maternelle des locuteurs inquiétait beaucoup les chercheurs du domaine de l’élaboration des aides auditifs pour les sourds. Ils voulaient comprendre s’il fallait ajuster l’appareil d’audition selon les caractéristiques du SLT de la langue maternelle du malentendant. Mais ils ne trouvaient pas d’unanimité à ce sujet jusqu’à l’apparition de l’étude menée par Byrne.

“Une moitié des auteurs présente en effet des conclusions accréditant l’idée d’un effet de la langue parlée sur le spectre à long terme, alors que l’autre rapporte des résultats opposés. Les expériences réalisées à Mons montrent que “la langue parlée influe, de fait, sur les caractéristiques spectrales à long terme. (…) Cet effet incontestable est cependant ténu.” (Harmegnies, Porch-Olivé, 1992, cité par Lauret, 1998)

Le but de la recherche menée par Byrne (Byrne, 1996) et ses collaborateurs consistait à comparer le SLT pour différentes langues afin d’identifier un SLT standardisé qui pourrait représenter plusieurs langues ou d’identifier les ressemblances et les différences entre les SLT des langues.

Une vingtaine de locuteurs natifs (à peu près 10 hommes et 10 femmes pour chaque langue) de 13 langues ont participé à l’expérience. Parmi les langues représentées on peut nommer l’anglais (et ses variantes), le suédois, le danois, l’allemand, le français canadien, le japonais, le cantonnais, le mandarin, le russe, le welsh, le cinghalais, le vietnamien, l’arabe.

Les sujets étaient censés lire un extrait d’un livre écrit dans leur langue maternelle. Il s’agit d’un texte simple, connu de tous et ne représentant aucune difficulté pour les locuteurs.

L’enregistrement a été réalisé sous conditions artificielles, dans une chambre sourde où l’écho ne pouvait pas se produire. Lors de l’enregistrement il est nécessaire d’assurer les mêmes conditions d’enregistrement pour tout le monde, par exemple, utiliser le même type de microphone et garder la même distance entre la bouche et le microphone, car le spectre sonore est très sensible à tout bruit et au changement de l’appareil d’enregistrement.

Ayant analysé les résultats, les chercheurs ont abouti au constat que toutes les langues sont pareilles du point de vue de leur SLT. Les spectres ne présentent que de faibles différences ne dépassant jamais 6dB, donc, l’image générale des spectres est très semblable.

Nous reproduisons ici les SLT de l’anglais britannique et du chinois établis par Byrne pour illustrer que les langues mêmes si éloignées ont les SLT très semblables selon cette étude.

(Malheureusement, l’image n’est pas nette. Mais on voit bien que la forme des spectres est très semblable. Le SLT des locuteurs de l’anglais est à gauche, du mandarin à droite.

L’axe des abscisses c’est la fréquence en Hz, l’axe des ordonnées c’est l’intensité en dB. Les points ronds représentent les hommes et les triangles les femmes)

(Byrne, 1996 : 2113, 2115)

Ils ont découvert également que la voix des hommes et des femmes (locuteurs natifs de la même langue) peut être localisée dans différentes zones fréquentielles, mais elles ne sont pas significatives non plus pour le SLT.

«D’après les auteurs, il semble clair que le SLT est largement dominé par les caractéristiques du mécanisme vocal. Même si les langues utilisent différentes voyelles et consonnes (structures formantiques), et que la fréquence d’occurrence des phonèmes diffère, ces facteurs semblent n’avoir que des effets mineurs sur le SLT. Et ces différences ne sont pas cohérentes entre femmes et hommes de même langue » (Lauret, 1998)

Le facteur majeur qui influence le SLT c’est l’individu lui-même et sa manière de parler, mais pas seulement son sexe ou sa langue maternelle.

Comme les SLT sont très semblables pour les langues analysées, il s’avère que les appareils d’aide auditifs ne nécessitent pas d’ajustement spécifique en fonction de la langue du locuteur. Cette recherche a permis également de dévoiler la fausseté de l’idée de la possibilité d’apprendre une langue étrangère par sensibilisation de l’oreille aux fréquences de cette langue. Pourtant, même aujourd’hui les acteurs commerciaux de l’enseignement des langues continuent de se servir des notions des spectres sonores des langues étrangères pour l’élaboration des programmes d’enseignement visant à ‘combler’ les différences fréquentielles entre les langues concernées.

L’idée exposée par ces centres de langue consiste à affirmer que les gens sont sourds aux fréquences des autres langues, c’est pourquoi ils rencontrent souvent des problèmes à distinguer et à produire les sons des langues étrangères et gardent un accent assez prononcé.

Bien que les théories exposées par les commerciaux soient dépourvues de base théorique prouvée scientifiquement, ce système d’apprentissage inspiré des analyses fréquencielles paraît innovant aux stagiaires et est au sommet de sa popularité. Cette méthode  permet d’atteindre des résultats impressionnants dans la production orale et dans la prononciation en langue étrangère.

Dans une des parties du mémoire, j’essaierai de comprendre les raisons de l’efficacité de cette méthode.

Bibliographie

Byrne D., et al., “An International comparison of long-term average speech spectra”, Journal of Acoustic Society of America, p.2108-2120, 1994

Lauret B., Aspects de phonétique expérimentale constrastive : l' »accent » anglo-américain en francais, Thèse de Doctorat, Sorbonne-Nouvelle Paris 3, 1998.

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Perception de la parole: partie 2. Perception catégorielle et continue

Le concept de la perception catégorielle a été développé dans les années 1950 par Liberman et ses collaborateurs du laboratoire Haskins. Ils ont mené deux expériences afin de vérifier le processeur de la perception des sons par les individus. Deux activités ont été proposées aux sujets : l’activité d’identification des sons et l’activité de discrimination. La première activité consistait à associer la syllabe entendue à une des deux catégories proposées [pa] ou [ba]. Cette expérience a prouvé que les sujets n’avaient pas de difficultés à identifier la catégorie à laquelle la syllabe appartenait et donc, qu’ils étaient capables de bien distinguer les variations inter-catégorielles. Dans le cadre de la seconde expérience, les chercheurs ont proposé aux individus d’écouter deux stimuli et ensuite d’associer le troisième stimulus à un des premiers. Cette expérience a démontré que les gens avaient moins de facilité de distinguer les variantes à l’intérieur de la même catégorie phonémique. Ainsi, les recherches ont abouti au constat qu’il est «plus facile à l’auditeur de percevoir les différences entre deux sons lorsque ces derniers se rangent dans deux catégories phonémiques différentes, plutôt que dans une même catégorie » (Nguyen, 2005 : 427).

Pourtant, cette affirmation n’est vraie que pour l’identification des consonnes. En ce qui concerne les voyelles, leur identification se réalise indépendamment de leur appartenance au même groupe phonémique ou à des groupes différents. Dons, les chercheurs ont tiré la conclusion que les voyelles sont perçues en continu, tandis que les consonnes par catégories (ibid.).

Malgré ces constats, nous ne pouvons pas affirmer avec certitude que l’auditeur perçoit la parole soit sur un mode continu soit sur un mode catégoriel, mais il est possible qu’il réalise « un double codage de l’information, continu (sous la forme d’une sorte de spectrogramme auditif par exemple) et discret (sous la forme d’un ensemble d’étiquettes phonétiques)» (Nguyen, 2005 : 429).

Massaro est adepte de la perception en continu. Il met en avant l’idée que si l’homme percevait les sons d’une manière catégorielle et pas continue, sans recourir aux informations acoustiques des sons, « il perdrait la possibilité d’exploiter ces informations ultérieurement, pour corriger de possibles erreurs d’identification relatives au phonème ou au mot précédent. La stratégie la plus efficace consisterait à conserver autant d’information que possible sur le signal le plus longtemps possible. » (ibid)

Il faut dire que la structure des catégories phonémiques est très variée et comporte de nombreuses variantes combinatoires. Tous les éléments appartenant à cette catégorie peuvent être jugés en fonction de leur qualité (the category goodness of variants), c’est-à-dire à quel point ces éléments sont représentants de cette catégorie d’après la perception des auditeurs. Parmi ces variantes on peut distinguer la variante la plus représentative de la catégorie, qu’on appelle prototype. Le prototype est devenu la notion de base pour la théorie des perceptual magnets développée par Kuhl. Elle a prouvé que le prototype utilisé comme le stimulus de la parole contribue à une meilleure distinction phonémique chez les humains (l’expérience a été menée également auprès des singes, mais les résultats ont justifié que la théorie n’est applicable qu’aux humains). D’après cette théorie, le prototype attire les autres éléments autour de lui. C’est d’après le rapprochement des éléments au prototype que nous pouvons juger à quelle catégorie cet élément appartient (Kuhl, 1991 :93).

D’une manière schématique la disposition des variantes autour du prototype et du non-prototype pourrait être présentée comme celle-ci :

(Nguyen, 2005 : 8)

“Results showed that the typicality of the speech stimulus strongly affected perception. When the prototype of the category served as the referent vowel, there was significantly greater generalisation to other hi vowels, relative to the situation in which the nonprototype served as the referent. (…)The prototype of the category functioned like a perceptual magnet for other category members; it assimilated neighbouring stimuli, effectively pulling them toward the prototype” (Kuhl, 1991 : 93).

Notons que Kuhl a mené l’expérience non seulement auprès des adultes, mais aussi auprès des enfants. Nous avons souvent entendu dire que les enfants sont plus sensibles aux sons de la parole (y compris des langues étrangères) que les adultes, car ils n’ont pas encore de fond perceptif bien établi de leur langue maternelle. D’après la recherche de Kuhl, ce fond perceptif commence à se développer vers l’âge de 1 an. Ainsi, Kuhl a décidé de vérifier sa théorie de perceptual magnets auprès des enfants de 6 mois, donc avant l’âge où ils acquièrent le lexique de leur langue maternelle. L’expérience a été menée auprès des Américains et des Suédois qui étaient censés associer les variantes des phonèmes à leur prototype. Elle a conclu que la théorie des perceptual magnets est valable pour les adultes aussi que pour les enfants et que les enfants sont en effet plus sensibles aux variations des phonèmes que les adultes. En en plus, même à l’âge de 6 mois les enfants réagissent mieux au stimulus/prototype de leur langue maternelle qu’en langue étrangère (Kuhl, 1992 : 607).

La notion du prototype a été également utilisée dans Fuzzy Logical Model of Perception (FLMP) développée par Massaro. Pourtant, contrairement à Kuhl, il utilise des syllabes en tant que prototypes et pas des sons isolés. Il estime que les phonèmes subissent une influence mutuelle, c’est pourquoi on ne peut pas les étudier séparément, hors contexte, donc le prototype devrait être représenté par une syllabe (Massaro, 1983 : 347).

Nguyen et Frauenfelder se prononcent pour l’utilisation de la syllabe en tant qu’unité de base de traitement phonétique, car la plupart des effets de coarticulation se passent à l’intérieur des syllabes et pas à leur frontière (Nguyen, Frauenfelder, 2003: 17). Selon eux, la syllabe cible est détectée plus rapidement que le phonème cible (ibid :18).

FLMP c’est une théorie qui décrit l’algorithme suivi par les humains lors de la perception de la parole. Cet algorithme se compose de 3 opérations : feature evaluation, feature integration and decision (Massaro, 1989 : 400). D’après Massaro, les caractéristiques des éléments (features) sont perçues et évaluées en continu et comparées au prototype qui est ancré dans la mémoire des individus. La décision finale est prise en fonction du rapprochement de l’élément au prototype. Un des avantages du FLMP c’est que cette théorie se sert des valeurs qui permettent d’identifier l’adéquation exacte des caractéristiques des éléments aux caractéristiques du prototype. Ces valeurs sont appelées fuzzy truth values et correspondent aux nombres allant de 0  (faux) jusqu’à 1 (vrai). Par exemple, la valeur 0,5 signifiera qu’il est difficile d’identifier l’appartenance de tel ou tel élément au prototype. (Massaro, 1989: 401)

En effet, c’est un avantage incontestable que la FLMP permet d’identifier plus ou moins exactement la position de l’élément par rapport au prototype. Mais la question suivante peut se poser : la notion de prototype est-ce une notion abstraite ou concrète ? D’après Kuhl le prototype est une caractéristique idéale qui est stockée dans la mémoire des locuteurs et à laquelle il compare toutes les variantes entendues. Donc, nous pourrions dire que le prototype est une caractéristique qui dépend de la perception individuelle des locuteurs. Mais, lors du déroulement des expériences, les sujets (natifs de la langue pour laquelle l’expérience est conçue) identifient dans la majorité des cas le même prototype parmi les variantes proposées. Donc, il est probable que les locuteurs natifs de la même langue aient des présentations similaires des prototypes des catégories phonétiques. Pourtant, il faut dire que ces prototypes ont été créés artificiellement pour les expériences. Les chercheurs ont créé une sorte de moyenne entre le F1 et le F2. Il est possible que la valeur du prototype qui est ancrée dans la mémoire des gens ne corresponde pas exactement à la valeur créée artificiellement, même si les deux valeurs sont proches. Nous pourrions conclure que le prototype est une notion de l’idéal phonétique qui ne se produit pas toujours en réalité.

On peut se poser la question sur l’emplacement des frontières entre les catégories. Quand un élément est positionné à une même distance entre les deux prototypes, il est difficile de l’associer à une catégorie particulière. Pourtant, le contexte pourrait être un bon appui pour que le locuteur puisse « ajuster les frontières qu’il établit entre les catégories » (Nguyen, 2005 : 433). Ce phénomène pourrait être défini comme compensation perceptive (ibid.).

Il faut noter qu’il existe de nombreuses discussions concernant la représentation des catégories sous forme des prototypes ou de liste d’exemplaires (leur réalisation concrète dans chaque contexte). D’après Massaro, il est plus pratique de se servir de la notion de prototype, car elle permet de catégoriser les phonèmes et ainsi de simplifier l’étude des phénomènes phonétiques. Sinon, nous aurions dû mémoriser toutes les variantes possiblesde chaque phonème.

Nguyen et Frauenfelder disent que les variations des sons ne représentent pas de difficultés pour les locuteurs, mais elles forment plutôt une source d’informations/une base de données. « Les variations présentées par le phonème sous l’influence d’un contexte revêtent un caractère systématique et régulier » (Nguyen, Frauenfelder, 2003: 16). Ainsi, l’auditeur se sert toujours du contexte pour identifier le phonème.

D’après Liberman, l’auditeur se sert le plus souvent des étiquettes phonétiques, mais ce serait plus avantageux de se servir du contexte :

« The casual (or  forgetful)  listener  is  assumed  to  rely  on  the  categorical  labels,  which  persist  in  memory,  rather  than  on  the  context-sensitive  auditory  impressions, which  do  not;  but  training  or  the  use  of  more  sensitive  psychophysical methods  is  said  to  give  better  access  to  the  auditory  stage  and  thus  to  the stimulus  variations-including,  presumably,  the  differences  in  formant  transition – that  the  labels  ignore.» (Liberman, 1985: 5)

Comment faudrait-il apprendre les phonèmes des langues étrangères: par leur prototype ou par exemplaires ?

Essayons de prendre l’exemple de l’approche articulatoire et verbo-tonale. Serait-il légitime de dire que les deux approches méthodologiques se servent des deux variantes de représentation des phonèmes ? Si l’approche articulatoire part de l’apprentissage des prototypes (ou des exemplaires les plus proches au prototype) et passe ensuite aux exemplaires (à leur réalisation concrète dans le contexte et plus éloignée du prototype), alors la méthode verbo-tonale propose de traiter les sons dans le contexte concret. Dans le cas où l’exemplaire (la réalisation concrète du son dans ce contexte) ne peut pas être réalisé par l’apprenant, l’enseignant propose des contextes phonétiques facilitants qui permettent de renforcer les caractéristiques du phonème et de rapprocher l’exemplaire au prototype. Il faut dire que pour les deux méthodologies l’unité du prototype semble être le phonème.

Bibliographie

Kuhl P., “Human adults and human infants show a perceptual magnet effect for the prototype, monkeys do not”, Perception &Psycholinguistics, №50(2),p.93-107, 1991.

Kuhl P.,  Williams K., et al., “Linguistic experience alters phonetic perception in infants by 6 months of age”, Science, New series, vol.255, №5044, p.606-608, 1992.

Liberman A., Mattingly I., “The motor theory of speech perception revised”, Cognition, №21, p.1-36, 1985.

Massaro D., Cohen M., “Phonological context in speech perception”, Perception&Psychophysics, №34(4), p.338-348, 1983.

Massaro D., “Testing between the TRACE Model and the Fuzzy Logical Model of Speech Perception”, Cognitive psychology, №21, p.398-421, 1989.

Nguyen N., « La perception de la parole », Phonologie et phonétique, Hermès, p.425-447, 2005.

Nguyen N., Frauenfelder U., « La reconnaissance des mots parlés », Rondal J., Seron X., éds. Troubles du langage : bases théoriques, diagnostic et rééducation, Margada, Bruxelles, p.213-240, 2003.

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Test de Sanako Pronounce

Dans ce billet je vais présenter mon expérience de l’utilisation de Sanako Pronounce.

Sanako est une entreprise de formation linguistique basée en Finlande qui propose des solutions de l’apprentissage des langues en ligne.

Le programme comprend l’apprentissage de la prononciation à l’aide du logiciel de reconnaissance vocale Text-to-Speech de Microsoft qui est actuellement disponible pour les langues suivantes : anglais (américain et britannique), espagnol, italien, français, allemand, japonais, chinois.

Ce progamme est conçu pour l’apprentissage en autonomie soit sous le guidage de l’enseignant possible grâce au supplément Pronounce Classroom. Il permet à l’enseignant de connecter son ordinateur à ceux des apprenants pour qu’il puisse créer et partager les activités aussi que suivre le progrès des apprenants.

Pour chaque langue des exemples d’activités sont conçus et sont classés en fonction des sujets : activités de loisirs, au restaurant, comment remercier, l’heure, l’émotion (H/F), la maladie, la routine quotidienne, le ménage, le temps, les excuses (H/F). Dans chaque catégorie il y a au moins une dizaine de phrases. En plus, les apprenants (ou l’enseignant) peuvent ajouter des phrases dans les activités préconçues ou créer leurs propres activités à partir de n’importe quel texte.  Je pense que ce serait utile de créer des catégories de phrases en fonction des sons qui peuvent être souvent substitués par les apprenants. Ainsi, ils pourraient s’entraîner à faire la différence entre les sons difficiles pour eux.

Avant de commencer l’entraînement il faut choisir son genre et sa tranche d’âge, car ces caractéristiques peuvent influencer l’évaluation de la voix. Ensuite, il faut adapter le niveau de difficulté de l’activité en fonction de son niveau de langue. On peut choisir parmi 5 niveaux : facile, normal, plus difficile, avancé, expert. Il est à noter que les phrases restent toujours les mêmes. Il s’agit du niveau de performance que le logiciel va exiger de la part de l’apprenant. Je suppose que pour le niveau facile, certaines non-correspondances de la prononciation de l’apprenant et de celle de la synthèse vocale pourraient être ‘pardonnées’ par le logiciel. Tandis que ceux qui choisiront le niveau expert auront plus de difficultés à obtenir un score élevé.

La voix des apprenants est comparée à la voix de la synthèse vocale. Leur production est évaluée sur l’échelle de 100.  Les mots qui ont été mal prononcés sont marqués en rouge dans la phrase et dans la transcription. L’élève peut vérifier la phrase et la prononciation reconnues par le logiciel lors de sa production(on peut voir la transcription de la phrase telle quelle elle a été produite par l’apprenant) . Il est possible d’écouter les mots séparemment, en cliquant sur les mots que l’apprenant veut réécouter. Il peut également ajuster le débit de la production de la phrase, par exemple on peut le ralentir si l’apprenant veut percevoir les sons plus nettement.

A la fin de l’activité, le logiciel peut créer un bilan qui montrera la performance de l’apprenant en %. Cela lui permet de voir son progrès et de comparer sa performance d’une activité à l’autre.

Le bilan comprend le score obtenu pour chaque activité, les erreurs produites par l’apprenant, le nombre d’essais et le niveau de difficulté.

Le critère majeur de l’évaluation c’est la qualité de la prononciation et le rythme. Quand je prononçais les phrases avec peu ou pas d’accent (d’après mon évaluation), j’obtenais un score moyen, car le logiciel ne reconnaissait pas certaines lettres. Mais quand je prononçais les phrases avec un accent assez fort, mais avec une articulation nette, en prononçant toutes les lettres même celles qui ne doivent pas être prononcées, j’obtenais un score plus élevé.

Afin de recevoir un bon score, il est nécessaire de garder un rythme constant. Les pauses à un endroit inaproporié de la phrase peut être sanctionnée par prélèvement de points. Pourtant, l’intonation n’est pas toujours prise en compte. Par exemple, si le logiciel propose une phrase affirmative et je la prononce avec une intonation montante, les points ne sont pas prélevés.

En élaborant mes propres activités, j’ai essayé de créer des phrases interrogatives et exclamatives. Je me suis rendu compte que le logiciel reproduisait bien l’intonation interrogative, tandis que les phrases exclamatives étaient produites comme si elles étaient affirmatives.

Je pense qu’on pourrait ajouter des exercices qui permettraient de  s’entraîner à prononcer des phrases avec de différents types d’intonation. Par exemple, pour les exercices en français on pourrait ajouter des phrases commençant par ‘Est-ce que’, par un mot interrogatif, comprenant l’inversion sujet-verbe, ou simplement des phrases interrogatives avec l’ordre direct des mots. Selon moi, l’apprenant doit être capable de faire la distinction entre l’intonation de ces phrases. On peut même ajouter des courbes intonatives dans la transcription.

Généralement, je crois que Sanako Pronounce est un logiciel assez performant et innovateur dans le domaine de l’enseignement de la prononciation. Un des atouts majeurs de ce logiciel c’est la possibilité de l’adapter en fonction des besoins de chacun et d’évaluer son progrès. Il me semble que l’aspect ludique de la langue doit être attractif pour les apprenants de tous les âges.

Je pense qu’on pourrait élaborer également des activités pour de différents niveaux de compétences. Je pense que les apprenants des niveaux plus élevés pourraient être intéressés par s’entraîner à prononcer des virelangues, par exemple.

 

 

 

 

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Test des logiciels de reconnaissance vocale: obtention de la licence

Je voudrais remercier deux entreprises  Sanako Pronounce (basé en Finlande) et Rosetta Stone (basé en Grande Bretagne), qui proposent des programmes de formation linguistique en-ligne et qui ont aimablement consenti de me donner accès à leur logiciel. Je leur remercie pour leur participation dans ma recherche.

Les deux entreprises proposent des systèmes d’apprentissage des langues étrangères et visent l’acquisition de toutes les compétences. Comme vous le savez, je m’intéresse surtout à l’aspect phonétique, donc je n’analyserai que la partie dédiée à la prononciation.

Ces deux systèmes d’enseignement ont attiré mon attention, car ils utilisent des logiciels de reconnaissance vocale qui permettent d’enregistrer la voix des apprenants et de la comparer à la voix des locuteurs natifs ou à la voix synthétique. Il s’agit des approches progressistes qui n’ont pas (au presque pas) d’équivalents en Europe.

Je vais tester les logiciels et faire un tableau comparatiste des deux méthodes. Ensuite, je vais essayer de faire des suggestions pour le perfectionnement possible des systèmes.

Les logiciels seront comparé d’après les critères suivants :

  • L’interface du logiciel
  • Le nombre de langues possible à étudier
  • Le public cible
  • Les types et la structure des activités
  • Les critères de l’évaluation de la voix des apprenants
  • Les procédés de correction

Les autres critères pour la comparaison restent à développer.

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

La perception de la parole, partie 1

Il est important d’aborder la question de la perception de la parole, car la compréhension du processus de la perception et de la reconnaissance des sons permettrait à l’enseignant de choisir des outils efficaces pour faciliter l’accès aux sons des langues étrangères aux apprenants.

Continuer la lecture de La perception de la parole, partie 1

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Entretien: Tomatis Sound Sense

Aujourd’hui j’ai eu la possibilité de rencontrer le directeur du centre de langue « Tomatis Sound Sense ». Ce centre de formation est spécialisé dans l’apprentissage de l’anglais oral et la réduction de l’accent.  Il s’agit d’une méthode alternative de l’apprentissage des langues qui a été élaborée par Alfred Tomatis et qui préconise l’utilisation du filtrage fréquentiel global du message afin de sensibiliser l’oreille de l’apprenant aux fréquences de la langue qu’il souhaite apprendre.

Je vous présente ici les questions qui ont été posées pendant l’entretien. Je publierai ensuite le compte rendu de l’interview.

La structure de l’entretien:

  1. Les bases théoriques de la méthode Tomatis
  • Commentaire du tableau des fréquences des sons :
    • Comment les résultats ont-ils été obtenus ?
    • Les schémas obtenus correspondent-ils au spectre moyen de la parole ?
  1. Test d’écoute
  • En quoi consiste le test ?
  • Qu’est-ce que les apprenants écoutent?
  • Qu’est-ce que les apprenants sont censés faire ?
  • Qu’est-ce qui est évalué par l’appareil ?
  • Les résultats obtenus correspondent-ils au schémas élaborés par Tomatis ? peuvent-ils changer en fonction du locuteur ?
  1. Entraînement
  • Quelle est la durée du cursus ?
  • Quel niveau de langue les apprenants doivent-ils avoir pour intégrer le cursus ?
  • Comment identifiez-vous quelles zones de fréquence il faut renforcer afin d’améliorer la perception de l’apprenant ?
  • Les locuteurs natifs des langues différentes auront-ils un entraînement différent (par ex. un Russe et un Français ) ? En quoi consiste cette différence ?
  • Avez-vous des exemples des audiogrammes qui illustrent la perception des sons par l’apprenant avant et après le cursus ?
  • La structure des cours :
    • Lors de l’entraînement préalable les apprenants sont censés écouter de la musique avec des fréquences différentes. Quel est le but de cette activité? Comment la musique est-elle choisie ? Les apprenants écoutent-ils tous la même chose ?
    • Quelle est la structure des cours ? Quels types d’exercices sont proposés ?
    • D’après quels critères les phrases à imiter sont-elles choisies ?
    • Y a-t-il recours à l’écrit afin d’améliorer la correspondance phonie-graphie ?
  • Comment se passe la correction si l’apprenant n’arrive pas à prononcer un son ou un groupe de sons d’une manière systématique ? Recourez-vous à la correction locale ? ou à la correction de l’articulation si nécessaire ?
  1. Evaluation
  • Comment les apprenants peuvent-ils contrôler leur progression ? Doivent-ils s’enregistrer? Auto-évaluation ? Evaluation par l’enseignant ? Par l’appareil ?

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Bibliographie: perception des sons de la parole

Une des parties de mon mémoire sera consacrée à l’analyse de différentes théories de la perception des sons de la parole par les humains. Je voudrais partager avec vous ma liste bibliographique. Peut-être cela pourrait intéresser quelqu’un.

Si vous avez d’autres ouvrages à me conseiller, je suis preneuse.

Voici ma liste bibliographique:

Kuhl P., “Human adults and human infants show a perceptual magnet effect for the prototype, monkeys do not”, Perception &Psycholinguistics, №50(2),p.93-107, 1991.

Kuhl P.,  Williams K., et al., “Linguistic experience alters phonetic perception in infants by 6 months of age”, Science, New series, vol.255, №5044, p.606-608, 1992.

Liberman A., Mattingly I., “The motor theory of speech perception revised”, Cognition, №21, p.1-36, 1985.

Liberman A., “Some results of research on speech perception”, The Journal of the Acoustical Society of America, vol.29, №1, p.117-123, 1957.

Liberman A., Delattre P., et al., “The role of consonant-vowel transitions in the perception of stop and nasal consonants”, Psychological monographs: general and applied, vol.68, №8, 1954.

Luria A., Langage et conscience, édition de l’Université de Moscou, 1979.

Massaro D., “Testing between the TRACE Model and the Fuzzy Logical Model of Speech Perception”, Cognitive psychology, №21, p.398-421, 1989.

Massaro D., Cohen M., “Phonological context in speech perception”, Perception&Psychophysics, №34(4), p.338-348, 1983.

Nguyen N., « La perception de la parole », Phonologie et phonétique, Hermès, p.425-447, 2005.

Nguyen N., Frauenfelder U., « La reconnaissance des mots parlés », Rondal J., Seron X., éds. Troubles du langage : bases théoriques, diagnostic et rééducation, Margada, Bruxelles, p.213-240, 2003.

Rizzolatti G., Sinigaglia C., Les neurones miroirs, Odile Jacob, 2008.

Rizzolatti G., Les systèmes de neurones-miroirs (compte rendu), Réception des étrangers élu en 2005, Institut de France Académie des sciences, 2006.

Tchistovitch L., et al., La physiologie de la parole. La perception de la parole par les humains, Nauka, 1976.

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Méthode articulatoire vs. méthode verbo-tonale

Dans ce billet je vais essayer de comparer deux approches de l’enseignement de la prononciation que sont la méthode articulatoire et la méthode verbo-tonale. Je citerai ici l’opinion des chercheurs et je donnerai mon propre point de vue.

Je vous invite aussi à partager votre point de vue dans les commentaires!

La méthode articulatoire vise plutôt l’acquisition consciente de la prononciation. L’apprenant doit savoir décomposer les sons en un nombre de gestes articulatoires nécessaires pour sa production. Il doit mémoriser ces mouvements articulatoires et acquérir des automatismes de prononciation. Tandis que la méthode verbo-tonale permet à l’apprenant d’élaborer ses propres gestes articulatoires pour la production des sons perçus.

Il faut dire que l »efficacité des deux méthodes est souvent contestée par les chercheurs.

Les adeptes de la méthode verbo-tonale (ex.Billières) aussi que ceux de la méthode articulatoire (ex. Troubetskoy) avouent que les mêmes effets acoustiques peuvent être atteints avec l’implication de différents organes articulatoires et la production de différents gestes articulatoires. (Sсherba appelle ce phénomène le « polymorphisme » (Scherba, 2004: 186)). Ainsi, les notions telles que les voyelles antérieures, consonne fricative, etc, peuvent être contestées par les chercheurs (Troubetskoy, 2000: 97). Pourtant, aujourd’hui nous utilisons toujours la terminologie physiologique développée par la phonétique classique pour la description des sons. Cela me mène à l’idée que la méthode verbo-tonale ne pourrait peut-être pas voir son développement sans les bases théoriques de la méthode articulatoire.

Je pense que les deux théories peuvent très bien si compéter. Les enseignants peuvent recourir en même temps à la correction de l’intonation, du timbre et rythme, aussi qu’à la correction de l’articulation dans le cas des sons particulièrement difficiles.

D’après Scherba, «il existe un lien entre 2 phénomènes: l’acoustique et les mouvements articulatoires. Au cours de l’intellection les images acoustiques peuvent être substituées par les images motrices et vice versa». Afin d’obtenir une étude objective du son il faudrait se référer à une analyse acoustique et mécanique en même temps (Scherba, 2004: 186).

D’après Bernstein, «l’idée erronée de la méthode imitative est de faire confiance à la perception auditive parfaite et impartiale de la part des apprenants» (Bernstein in Leontiev, 1975: 9). Bernstein affirme que lors de l’apprentissage de la prononciation, nous ne pouvons pas faire des analogies avec un bébé qui perçoit les paroles de ses parents. Dans ce cas-là, la conscience de l’enfant peut être considérée comme tabula rasa (cela veut dire que l’enfant ne peut pas comparer la langue de ses parents à une autre langue, ne peut pas appliquer un filtre). Dans le cas de l’apprenant d’une langue étrangère, il s’agit d’un fond perceptif bien établi. Sans avoir une représentation auditive de tel ou tel son d’une langue étrangère, l’apprenant est privé de la possibilité de trouver par lui même une bonne série des gestes articulatoires afin d’obtenir l’effet acoustique souhaité. Il ne pourra pas maîtriser la prononciation jusqu’à ce qu’il maîtrise les principes de la décomposition et de la synthèse des sons (ibid.).

Cette idée peut être contestée, car la méthode verbo-tonale apporte de bons résultats de prononciation chez les apprenants et l’enseignant ne recourt pas (ou très rarement, dans les cas les plus difficiles) à la décomposition des sons. Les apprenants sont quand même capables de différencier et de reproduire les sons dans la chaîne parlée et d’adapter leurs organes à la production satisfaisante.

C’est vrai que nous pouvons percevoir le côté articulatoire de la parole d’une manière plus différenciée et consciente. Nous pouvons la décomposer en un nombre de mouvements élémentaires que nous pouvons sentir, toucher, observer. Ces mouvements peuvent être décrits et expliqués avec des dessins.

Mais lors d’un discours naturel nous ne pouvons pas observer la netteté de l’articulation, qu’il est impossible de prédire les gestes articulatoires à cause d’une forte influence des sons voisins. Les didacticiens ont souvent peur que la prononciation apprise dans le cadre de la méthode articulatoire puisse être perçue comme très artificielle, car l’apprenant prend toujours contrôle de chaque geste qu’il produit. Mais il me semble logique de prendre conscience d’abord de l’articulation du son pur, localiser sa formation, apprendre à le percevoir correctement pour pouvoir ensuite le produire dans la chaîne parlée et adapter son appareil articulatoire à la production plus naturelle, en essayant de produire le même effet sonore en diminuant un peu la tension des organes articulatoires par rapport à l’hypertension exigée lors de l’entraînement.

Lors de l’apprentissage articulatoire l’apprenant est censé comparer ses mouvements articulatoires aux sons produits. Quand il aura acquis la prononciation d’une langue étrangère, il sera capable d’appliquer la même méthode de reconnaissance et de localisation des sons pour l’apprentissage d’autres langues.

Certains didacticiens disent que la correction phonétique touche au plus personnel, au corps humain. La correction peut être gênante pour les apprenants. De ce point de vue la correction articulatoire est plus gênante, car elle oblige les apprenants à déformer leurs habitudes articulatoires, à produire des sons et des mouvements articulatoires compliqués et inhabituels. Ils pourront être déstabilisés par la peur d’être ridicules aux yeux des autres.

Il est difficile de dire quelle méthode est la plus efficace, car les deux peuvent donner des résultats tout à fait satisfaisants. Il me semble que le choix de la méthode ne sera pas influencé par son efficacité, mais plutôt par les habitudes éducatives des apprenants et de l’enseignant.

Qu’en pensez-vous?

Bibliographie

Leontiev A., Les questions sur la phonétique et l’enseignement de la prononciation, édition de l’université d’Etat de Moscou, 1975.

Scherba L., Le système de la langue et la fonction verbale, 2e édition, édition de la littérature scientifique et scolaire (URSS), 2004.

Tchistovitch L., La physioligie de la parole. La perception de la parole par les humains, Nauka, Leningrad, 1976.

Troubetskoy N., Principes de phonologie, 2e édition, édition Aspent-press, Moscou, 2000.

Citographie

Blog de Billières « Au son du FLE »: https://www.verbotonale-phonetique.com/

Sofiya Kobylyanskaya

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts