Tous les articles par Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Le rôle des enseignants à l’ère numérique – réflexion sur les assises de la lusophonie et de la francophonie

Les assises de la lusophonie et francophonie ont eu lieu du 6 décembre 2017 au 8 décembre 2017. Des débats ont été organisés entre les différents acteurs dans l’univers francophone et lusophone, visant à analyser l’importance de l’enseignement de ces deux langues, à discuter les défis et les perspectives d’avenir de l’éducation.

Ce qui m’intéresse le plus, c’est l’intervention de M. Lumbroso qui explicite les défis confrontés par les écoles francophones et lusophones à notre époque. Dans son exposé, l’un des défis principaux est le numérique. Pourquoi c’est un défi au 21e siècle ? Selon lui, c’est parce que les données ne sont pas les informations, l’information ne fait pas la connaissance et la connaissance ne fait pas la manière de décider quelque chose. Il souligne que l’école doit apprendre le numérique, apprendre du numérique, mais surtout apprendre à apprendre avec le numérique. Il met en avance également le rôle d’accompagnement des enseignants, qui doivent prendre la responsabilité de guider les élèves à passer des données à l’information, de l’information à la connaissance, de la connaissance au savoir-faire dans la vie. Par conséquent, les enseignants doivent être très bien formés, pour qu’ils soient non seulement en mesure de moduler un numérique d’urgence permanente, mais aussi de savoir ralentir afin de mieux réfléchir plus correctement.

Ses idées m’ont beaucoup frappée. Nous sommes déjà entrés à l’ère numérique. Dès la naissance de la nouvelle génération, les nouvelles technologies font déjà partie de leur quotidien. Grâce aux outils numériques, nous pouvons accéder à une multitude d’informations et de ressources qu’avant. Cependant, face à l’explosion des informations, nous pourrions être perdus. Comment sélectionner les données utiles ? Comment passer les informations aux connaissances ? Bien que les élèves puissent développer des compétences autonomes, ils pourront quand même rencontrer ce genre de difficultés. Ce passage indispensable nécessite ainsi l’intervention de l’école et l’accompagnement des enseignants. C’est la raison pour laquelle le rôle des enseignants est aussi importante à l’ère numérique.

 

Bibliographie

Intervention de M. Olivier LUMBROSO dans les Assises de la lusophonie et de la francophonie, en Grand Amphithéâtre de l’Université Sorbonne, le 7 décembre 2017.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Compte rendu de la table ronde : vers des nouvelles humanités ?

La table ronde « Vers des nouvelles humanités » a eu lieu le 5 décembre en Amphithéâtre Durkheim de la Sorbonne. Les expériences conduites par le pôle HALL de Sorbonne Paris Cité ont été présentées par plusieurs chercheurs dans de différents domaines : études d’enfance et humanités, humanités numériques et humanités médicales. Ce compte rendu se focalisera sur la présentation intitulée « De la crise des humanités aux humanités numériques » d’Ioana Galleron, enseignante chercheure de Paris 3.

Galleron présente tout d’abord la définition de l’humanité numérique, soit une discipline où les humanités et les technologies informatiques se croisent. Il s’agit de la numérisation d’artefacts, la mise en réseau de connaissances, l’attribution auctoriale, etc.

Elle indique dans un deuxième temps la crise des humanités, qui concerne la dimension sociale, politique et disciplinaire. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin des nouvelles approches afin de favoriser les études des humanités. C’est ainsi que les humanités numériques émergent et tentent de répondre à nos besoins.

Elle illustre ensuite comment les HM satisfont nos besoins. Les anciens besoins consistent en accessibilité des ressources sans limite de temps et d’espace, en collaboration intra- et transdisciplinaire, et en gestion de l’information. Premièrement, elle met l’accent sur la notion de l’« open science ». Avec le développement des outils informatiques et de l’internet, les ressources électroniques sont accessibles pour tout le monde. La mise en application des outils « open source » favorise la collaboration entre les chercheurs et la redistribution des ressources. Le « crowdsourcing », qui se sert de l’intelligence de nombreuses personnes afin d’accomplir des tâches prises en charge par une personne, a également un impact important. Deuxièmement, elle souligne sa fonction de l’annotation et de la mise en lien. Les ressources numériques comportent des métadonnées, des balises, et des liens hypertextes vers des ressources externes. Cela nous permet de consulter plus d’informations complémentaires. A part ces anciens besoins bien connus, Galleron ajoute également les nouvelles propositions, par exemple, la manipulation des textes. Les outils numériques favoriseront extraction d’information au-delà des mots, segmentation, comparaison des textes, visualisation et distant reading, etc.

Elle mentionne en dernier lieu les contributions de Paris 3 et les perspectives. Paris 3 a déjà réussi à construire des outils de traitement automatique des langues pour les sciences humaines et sociales. Le programme de collaboration entre Paris 3, Paris 13, Paris 7 et INALCO a conduit à une plateforme web simple et conviviale pour la constitution de corpus, l’analyse linguistique et statistique, l’interrogation, l’exploration et la visualisation des données. De plus, les professeurs ont proposé les nouvelles approches pour les études de l’histoire littéraire et l’analyse du texte littéraire, telles que la Banque de données d’histoire littéraire (BDHL) proposée par Henri Béhar, et la littérométrie proposée par Bernard et Bohet. Un écosystème humanités numériques est en cours de constitution grâce aux efforts des enseignants chercheurs et à la collaboration au sein de l’USPC.

La présentation d’Ioana Galleron nous aide à mieux connaître la défintion des humanités numériques et leurs apports aux études des sciences humaines et sociales. En tant qu’étudiante en didactique des langues et future professeur, je suis vraiment intéressée par ce sujet. Etant donné que nous nous trouvons dans une époque où les nouvelles technologies ont intégré dans tous les aspects de la vie quotidienne, l’utilisation des outils numériques ont modifié notre vision du monde et nos habitudes d’apprentissage. Il est ainsi indispensable de prendre en compte ses effets sur l’enseignement/apprentissage des langues.

D’un côté, le numérique possède des effets favorables. L’accès libre et rapide aux diverses ressources électroniques facilite la recherche des informations. Le travail collaboratif et les discussions en ligne favorisent également le partage des connaissances. Les applications ludiques pour apprendre les langues renforcent en outre l’intérêt des apprenants. De l’autre côté, l’explosion des informations et la diffusion des fosses informations nécessitent un regard critique. Les apprenants peuvent aussi être dépendants des outils numériques, qui réduira en quelque sorte leur réflexivité.

Comme ce que signale Emmanuel Davidenkof, « ce n’est pas la question du numérique qui se pose, mais celle du pédagogique » (2016 : 18). Ce qui importe, c’est la manière dont les enseignants le mettent en pratique. Alors, quant à l’enseignement de la littérature, quel est le rôle du numérique ? Comment nous pouvons nous bénéficier de ses effets favorables ? Comment éviter les effets négatifs ? Il nous reste des questions à réfléchir.

 

Bibliographie

« Entretien avec Emmanuel DAVIDENKOFF », réalisé par Régis Guyon en juillet 2016, Diversité, n° 185, 3e trimestre 2016.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Bibliographie 1

  1. Albert, M.-C. ; Souchon, M., (2000), Les textes littéraires en classe de langue, Paris, Hachette.
  2. Berthelot, R., (2011), Littératures francophones en classe de FLE. Pourquoi et comment enseigner ?, Paris, Harmattan.
  3. Besse, H., (2011), « Un point de vue sur l’enseignement du français en Chine », Synergies Chine, n° 6, pp. 249-260.
  4. Boza Araya, V., (2008), « La littérature dans la classe de FLE : quelle utilité ? et quelle portée ? », Langage et l’homme, vol.XXXXIII, n°1, pp. 15-29.
  5. Cervera, R., (2009), « A la recherche d’une didactique littéraire », Synergies Chine, n°4, pp. 45-52.
  6. Compagnon, A., (2007), La littérature, pour quoi faire ?, Paris, Fayard (Collège de France).
  7. Daunay, B., (2007), « État des recherches en didactique de la littérature », Revue française de pédagogie, n°159, pp. 139-189.
  8. Duffays, J.-L., Gemenne, L. et al., (1996), Pour une lecture littéraire. Approches historique et théorique. Propositions pour la classe de français. Bruxelles, De Boeck/Duculot.
  9. Fraisse, E., (2012), « L’enseignement de la littérature : un monde à explorer », Revue internationale d’éducation de Sèvres, n°61, pp. 35-45.
  10. Fu, R., (2005), « Politiques et stratégies linguistiques dans l’enseignement supérieur des langues étrangères en Chine nouvelle », Synergies Chine, n°1, pp. 27-39.
  11. Godard, A., (2015), La littérature dans l’enseignement du FLE, Paris, Didier.
  12. Goldenstein, J.-P., (1990), Entrées en littérature, Paris, Hachette FLE, Coll. « F ».
  13. Legros, G., (1995), « Quelle place pour la didactique de la littérature ? ». In : Chisset et al., Didactique du français. État d’une discipline, Paris, Nathan pédagogie.
  14. LI, Q., (2009), Vers une nouvelle pédagogie de la littérature – réflexion sur l’utilisation des textes littéraires dans l’enseignement du français langue étrangère au sein des universités chinoises, thèse de doctorat en didactique des langues, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.
  15. Maurel, A., (2011), « Faire connaître et aimer la littérature en classe », Revue internationale d’éducation de Sèvres, n°57, pp. 147-153.
  16. Ngorwanubusa, J., (2014), « Didactique du français à l’Université : la littérature en quête de légitimité », Synergies Afrique des Grands Lacs, n°3, pp. 13-23.
  17. Picard, M., (1986), La lecture comme jeu, Paris, Les éditions de Minuit.
  18. Sartre, J-P, (1948), Qu’est-ce que la littérature ? , Paris, Gallimard.
  19. Todorov, T., (2007), La littérature en péril, Paris, Flammarion.
  20. Yan, X., (2014), Histoire des méthodologies de l’enseignement du français en Chine (1850-2010), thèse de doctorat en linguistique étrangère et appliquée, Université des Langues étrangères de Pékin et Université Nice Sophia Antipolis.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Dialogue fictif entre une étudiante et son directeur de mémoire

E – étudiante

D – directeur de recherche

 

Le matin à 11h. Bureau des professeurs.

 

E : Excusez-moi, puis-je entrer ?

D : Oui, entrez s’il vous plaît.

E : Bonjour Monsieur.

D : Bonjour, vous avez des questions ?

E : Oui, c’est pour mon mémoire. J’ai suivi votre cours de méthodologies l’année dernière et j’aimerais que vous puissiez diriger mon mémoire.

D : Quel est votre sujet de mémoire ?

E : Je voudrais travailler sur l’utilisation des jeux en classe de FLE dans les universités chinoises. Je vous ai écrit un mail pour vous présenter mon projet.

D : Ah bon ! C’est vous qui m’a écrit la semaine dernière ? Alors asseyez-vous, nous allons parler un peu de votre mémoire.

E : Merci Monsieur. Vous avez lu mon projet ? Sinon, je l’ai imprimé et vous pouvez le lire. Ici, tenez.

D : Très bien, merci, je l’ai lu et j’ai noté quelque chose, mais la version papier sera plus visible. Bon, votre projet est bien organisé et ce sujet m’intéresse beaucoup, donc je suis d’accord de vous suivre.

E : C’est vrai ? Merci beaucoup, Monsieur ! J’ai vraiment de la chance !

D : Mais il faut quand même faire attention à quelques points. Je vais vous expliquer et vous pouvez les noter. Vous avez expliqué pourquoi l’utilisation des jeux est assez importante dans l’enseignement du français, mais vous pouvez tout d’abord creuser la notion de la « créativité » et le développement de sa place en didactique des langues. Je vous donnerais certaines références et il faut faire la lecture.

E : D’accord, merci beaucoup, Monsieur.

D : Par ailleurs, vous pouvez améliorer la bibliographie de votre projet, je pense qu’elle ne mentionne pas beaucoup le cas en Chine.

E : Oui, en fait, je n’ai pas trouvé beaucoup d’articles sur l’utilisation des jeux en contexte universitaire chinois…

D : Oh là là, ne vous inquiétez pas. Vous pouvez consulter les revues en ligne et les thèses sur ce sujet. Je crois qu’il y en a beaucoup.

E : Ok, merci, je vais voir !

D : Une autre question est : vous allez faire un stage, ou bien vous allez écrire un mémoire théorique ?

E : Euh… J’ai choisi l’option recherche, donc ce sera plutôt théorique. Je vais distribuer des questionnaires aux étudiants chinois et organiser des entretiens avec les enseignants de français en Chine.

D : D’accord, mais je vous conseille de faire un petit stage, cela vous aidera à mieux comprendre comment les jeux marchent dans l’enseignement du français et quelles sont les difficultés. Comme ça, vous pouvez mieux traiter votre problématique. Ce que l’on enseigne n’est pas toujours ce que l’on pense.

E : Merci beaucoup, Monsieur, je vais essayer. Est-ce que je peux faire des observations ?

D : Bah oui, pourquoi pas ? Ce sera aussi utile pour votre réflexion. Bon, tout ça, c’est clair ? Vous avez compris ce qu’il faut faire ?

E : Oui oui, bien sûr. Je vais lire plus d’ouvrages et réécrire le projet. Je vais également essayer de trouver un stage si c’est possible.

D : Bien, envoyez-moi votre nouveau projet et le plan détaillé et on se retrouve après les vacances. Si vous avez des questions pendant les vacances, n’hésitez pas de m’écrire !

E : D’accord. Merci beaucoup pour votre patience et vos conseils, Monsieur ! Au revoir ! Bonne journée et bonnes vacances !

D : Merci, vous aussi. Au revoir !

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Mon projet de mémoire

L’enseignement de la littérature en classe de FLE en contexte universitaire chinois

La littérature occupe depuis longtemps une place incontestable en classe de langues, et les textes littéraires sont « … utilisés tout à la fois comme modèles, outil et objet de la formation des élèves » (Fraisse, 2012 : 36). Cependant, depuis la deuxième moitié du XXe siècle, à la suite de l’évolution profonde des méthodologies de la didactique du français, l’enseignement de la littérature est confronté à une crise. Etant donné que l’enseignement du français langue étrangère se focalise de plus en plus sur une compétence de communication et sur l’oral, la littérature, considérée comme un outil peu pragmatique, se trouve graduellement en marge de la classe en concurrence avec les autres supports multimédia. Même si le CECRL mentionne la littérature d’une manière implicite, il ne lui accorde pas une place suffisamment importante :

Continuer la lecture de Mon projet de mémoire

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Mes carnets de recherche

Mes carnets de recherche

Rédiger un mémoire est un travail plein d’intérêts, mais aussi plein de défis et d’incertitudes. Pour commencer ce grand processus, il est indispensable d’ouvrir des carnets de recherche.

Comme ce que Bruno Latour a proposé dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie, « tout fait partie des données » (Latour, 2006 : 194), établir quatre catégories de carnets de recherche facilite l’enregistrement des données durant notre travail. L’auteur a consacré le premier carnet à un « carnet de bord de l’enquête », le deuxième sera un carnet de la « collecte de l’information », le troisième sera celui d’« essais d’écriture », alors que le dernier carnet sera pour « consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs » (ibid. : 194-196).

Inspirée des propositions de Latour, j’aimerais créer quatre types de carnets :

Premièrement, je voudrais créer un carnet intitulé « carnet de sources ». J’y mettrai tous les références utiles pour mon mémoire et je vais les classifier par ordre chronologique en utilisant des logiciels. Ainsi, je ne serais pas maladroite pour consulter les documents voulus.

Le deuxième, je le nommerais un « carnet de notes », qui se focalise sur les comptes rendus, mes commentaires et ma réflexion que je noterai après la lecture des documents importants. Ce carnet me permet de réfléchir sur les questions que je voudrais

Par ailleurs, un « carnet de terrain » sert à enregistrer tous les rendez-vous, les rencontres, les questionnaires, etc. J’y ajouterai également la comparaison entre ce que j’ai envie de faire et ce que j’ai réalisé, afin de mieux organiser mon prochain rendez-vous. Ce carnet, comme ce que Latour a mentionné, me donne un point de vue de « l’expérience artificielle » et me permet de savoir plus tard « comment l’étude a été conçue, quelles personnes ont été rencontrées » (ibid. : 195).

Pour finir, le dernier sera un « carnet de glossaire ». J’y mettrai tous les termes et leurs définitions concernant mon sujet de mémoire, de sorte que je pourrais m’appuyer sur des théories importantes tout au long de ma recherche, et mieux préparer ma soutenance de mémoire.

 

Bibliographie

Latour B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris : Découverte, pp. 194–197.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts