Tous les articles par Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

Bon à savoir!

Vous connaissez ce titre: bon à savoir ?  Cela vient d’une des rubriques de direct matin! Je le lis souvent le matin dans le métro et je trouve qu’il est  intéressant pour nous, le bon à savoir!

Donc, aujourd’hui, j’ai décidé de  partager l’un de petits savoirs avec  vous, surtout avec mes camarades étrangers.

Savez-vous  d’où vient l’expression « à tour de rôle » ?  A vrai dire, je ne sais pas.  Alors, c’est parti!

L’expression « à tour de rôle » a vu le jour au  XVe siècle et aujourd’hui, signifie les uns après les autres, à chacun son tour. Devinez-vous quel mot va donner tout son sens dans cette locution?   Bravo! c’est le mot « rôle »!

A l’époque, le mot « rôle » vient du latin médiéval « rotulus » qui désignait un parchemin  enroulé. On écrivait sur ces cylindres qui étaient des objets rares et chers, des actes importants, etc.  Au moment d’appeler les personnes ou les objets recensés sur ces rouleaux, ils étaient énumérés chacun à leur tour et au fur et à mesure qu’on  déroulait le parchemin, donc « à tour de rôle ».  Pour éviter la fraude, l’emploie de « contrôleur » a également été inventée.

Peu à peu, à partir de la fin du XVIIe siècle, avec la démocratisation du papier, le « rôle » ont été remplacé par des cahiers ou des carnets, tels qu’on connaît aujourd’hui.  Pourtant, l’expression  » à tour de rôle » est restée dans la langue courante.

Je pense qu’ il est intéressant pour nous, en tant que futur enseignant de FLE, qu’ on accumule tous les jours de petits savoirs  et qui nous  permettent de motiver les apprenants, n’est-ce pas? Puisque le bon à savoir a déjà attiré mon attention sur un aspect didactique, en tant qu’étudiante étrangère.

Référence:   N° 2008 JEUDI 26 JANVIER 2017, le direct matin

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

une belle rencontre avec Voutch

J’ai eu l’occasion de rencontrer Voutch le 9 décembre avec Zoé dans Paris 17ème. Voutch, de son vrai nom, Olivier Vouktchevitch, est un dessinateur d’humour français, et qui travaillait dans les grandes agneces publicités, il y a quelques années. C’est lui qui m’a rappelé la rencontre que j’ai eu, il y a deux ans, à Paris, avec Lionel Brouk qui est dessinateur de presse depuis 30 ans et qui est mon dessinateur préféré. Alors, cette fois-ci, Monsieur Voutch m’a accompagné dans un monde de l’humour où je ne comprend pas tout à fait, même quelquefois, pas du tout.

Les dessins d’humour de Voutch touchent plusieurs domaines, comme les médias, la génétique, les nouvelles technologies,etc. et surtout mettent en scène des managers sans empathie, antipathiques, des chefs d’entreprise psychopathes, etc. Les sous-entendus apparaissaient énormément dans ses oeuvres et qui ont complément activée mes curiosités sur sa façon d’écriture et ses contenus des livres. Pour trouver son style, il a consacré beaucoup de temps pour trouver son chemin et enfin, il est connu pour ses caractères que le personnage droit a un grand nez.

 J’avoue que ses textes sont un peu difficiles à comprendre en tant que non natif. Peut-êtes, il faut que quelqu’un qui les comprenne et nous explique les sous entendus.  Il arrive quelquefois que Zoé a eu mal à m’expliquer. Dans le cas contraire, je peux comprendre quelques textes et images illustrées. Alors, je pense que c’est intéressant d’utiliser ses dessins en didactique des langues, c’est quand on regarde ses extraits et les images illustrées en haut qui nous oblige de comprendre le sens et le sous-entendu. De ce fait, dans un certain mesure, cela va renforcer notre mémorisation des mots inconnus et la structures des phrases et qui facilite l’apprentissage du français.

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

un entretien imaginaire

Dans un bureau de l’une des universités de Paris, le matin à 10H30, par un sombre jeudi de Novembre, il fait du vent dehors. Un entretien entre une étudiante et son directeur de mémoire commence :

L’étudiante : Excusez-moi, puis-je entrer ?

Le professeur : Oui, bien sûr !

E: Bonjour monsieur, vous vous souvenez ? Je vous ai écrit un émail avant-hier pour demander un rendez vous avec vous.

P: Ah, oui! Assieds-toi !

E: Merci.

P: C’est la première fois qu’on se rencontre, non ?

E: Oui. En fait, je n’ai pas pu m’inscrire à votre cours le semestre précédent, parce que votre cours était plein. C’était vraiment dommage puisque les contenus du cours ont un lien fort avec mon sujet de mémoire. Cependant, une bonne chose c’est que vous enseignez aussi le cinéma aux étudiants de DUEF, donc, j’ai l’occasion d’aller observer vos cours! C’est formidable! Mais, il faut que vous soyiez d’accord.

P: Ben… Oui, pourquoi pas? C’est une bonne idée, si ça t’aide.

E: Merci beaucoup ! J’ai de la chance !

P: Alors, dis-moi tu as déjà commencé à faire ton plan de mémoire ou non?

E: Non, ce n’est pas exactement ce que j’ai fait. J’ai commencé à emprunter des livres concernant l’histoire du cinéma, et la relation entre le cinéma et l’enseignement du FLE, etc. pour fonder la base de mes connaissances.

P: C’est bien que tu aies déjà commencé à recueillir des données !

E: Merci ! Cependant, j’ai eu un problème pour réduire mon sujet. C’est-à-dire, je n’arrive pas à limiter mon sujet de mémoire, c’est trop large. Est-ce que je dois me focaliser sur l’image ou bien sur le son, ou encore sur l’image et le son qui fonctionnent ensemble. Je suis complètement perdue.

P: Ne t’inquiète pas, je suis là pour t’aider. Maintenant, le problème n’est pas de réduire ton cadre de sujet, mais, plutôt qu’est-ce que tu veux et qu’est-ce que tu veux développer ? dans quel contexte et dans quel but ? Quel est ta motivation d’enseignement du FLE? Alors, est-ce tu as des expériences dans ce champ?

E: Euh… ( l’étudiante a des sueurs froides) toutes les questions que vous m’avez posées ne sont pas claires pour moi….mais le contexte, oui ! L’expérience….

P: (le professeur lui coupe la parole) Puisque c’est la première fois que tu me racontes ton sujet, j’ai plein de questions en tête. Je te pose une question, dis -moi, ‘c’est quoi le cinéma et le film? Quelle est la différence entre les deux termes, à ton avis?

E: euh… je n’ai jamais pensé à ça… à mon avis, le cinéma est le contenant, mais le film est le contenu ??? Ou bien, le cinéma est un art du spectacle, il est désigné comme le septième art. Par contre, le film est œuvre cinématographique… Je suis toujours superficielle, je ne peux pas aller au fond des connaissances….(L’étudiante est très désespérée.)

P: Je n’ai pas la réponse non plus, il faut que tu cherche à répondre et à comprendre. Du coup, il ne faut pas être négligeable le fonctionnement audiovisuel dans l’enseignement du FLE. Jusqu’à maintenant, tu n’as pas mentionné ce terme-là. Donc, vas chercher, l’utilisation audiovisuelle peut contribuer à l’enseignement du français dans classe de FLE. Donc, pour toi, ou pour n’importe qui, avant de rédiger son mémoire, il faut réfléchir beaucoup, c’est-à-dire, il faut former une ligne de concepts systématiques ayant des liens forts entre eux. Donc, pour le moment, il faut que tu me donnes un plan du mémoire, le contexte ou le terrain, quelles méthodologies vont s’adapter au besoin dans le champ concerné, etc.

E: Vous avez raison, monsieur. Je ne sais presque rien dans ce champs.

P: je sais que tu as peut-être besoin encore de références , alors, je te le donne maintenant.

E: Oui, c’est vrai. Merci beaucoup, monsieur !

P: De rien!

E: Ah, je viens d’avoir une idée ! Je pense que je vais faire aussi une enquête sur l’utilisation du film pour apprendre le vocabulaire ou favoriser la compréhension orale et écrite, quelles choses comme ça…

P: c’est bien que tu y pense! Mais n’oublie pas de ne pas aller trop loin de ton sujet de mémoire.

E: Oui, d’accord. Je pense que je vous dérangerai après. Le prochain RDV sera quand? Je vais faire des efforts pour penser et effectuer ce que je peux faire pour mon mémoire.

P: Très bien ! Alors, dans une semaine, le même endroit et la même heure, ça te va ?

E: Oui, super! Merci, monsieur ! À la prochaine !

P: Entendu ! À la prochaine !

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Festival Ecrans de Chine 2016 à Paris

La sixième édition du festival de films documentaires chinois du 3 novembre au 6 novembre 2016, à Paris. Le festival les Ecrans de Chine met en lumière de jeunes cinéastes Chinois indépendants qui nous racontent leur pays de l’intérieur.

La programmation officielle du festival à Paris est la suivante :

JEUDI 3 NOVEMBRE 2016 :

VENDREDI 4 NOVEMBRE 2016 :

SAMEDI 5 NOVEMBRE 2016 :

DIMANCHE 6 NOVEMBRE 2016 :

  • 20H00 – L’ENTREPÔT : film « MONTAGNES DE POUSSIÈRES«
  • 22H00 – L’ENTREPÔT : film « HÉROS OU REBELLE? » / CLÔTURE DU FESTIVAL
  • Plus d’infos sur les sites:
  • http://www.ecransdechine.com/
  • http://www.ictv.fr/fr/event/festival-ecrans-de-chine-2016/
  •  Cinéma Entrepôt se  trouve au 14eme arrondissement, 7 rue Francis de Pressensé, 75014, Paris

 

 

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

assimilation linguistique et culturelle

J’ai eu l’occasion d’assister au colloque international intitulé : « éthique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIe siècle », qui s’est déroulé du vendredi 21 octobre au samedi 22 octobre, et organisé par les membres de DILTEC.

Deux jours pleins et un buffet à la fin m’ont donnée beaucoup d’énergie pour nourrir mon esprit ainsi que mon estomac. Pendant ces deux jours et parmi ces communications, j’ai choisi celle qui était la moins difficile et la plus claire pour moi :« Tests d’évaluation linguistique pour la naturalisation française : éthique et impact social pour les candidats », dirigée par une doctorante de notre université et du nom de Caroline PRADEAU. Cette communication a commencé à 12h15 dans la salle M par une belle voix de femme, qui m’a sauvée d’une masse de brouillard. Elle n’a parlé ni trop vite ni trop lentement et s’adaptait à mon habitude de compréhension. En effet, ce sujet est également très intéressant pour moi, puisqu’en tant qu’étudiante étrangère, j’ai dû passer un test – TEF ou TCF – avant d’aller en France pour faire mes études, afin de valider mon niveau de français. Pour entrer à l’université, il faut réussir au minimum le DALF C1. Donc, j’ai envie de savoir : comment se passent les tests d’évaluation linguistique pour la naturalisation en France ?

Durant cette communication, cette jeune doctorante s’est interrogée sur l’éthique des tests linguistiques pour la naturalisation. Elle a pris le niveau B1 en exemple en donnant 3 cas de figure pour justifier d’un niveau B1 oral : diplômes, attestations et entretiens d’assimilation en préfecture, pouvant se présenter sous deux formes : standardisés et non standardisés. Les premiers peuvent être réalisés par le TEF pour la naturalisation de la CCIP et le TCF ANF du CIEP. Les seconds vont être délivrés par un organisme de formation FLI à travers des entretiens d’assimilation en préfecture.

Tout de suite, elle nous a dirigé sur la fiabilité des tests FLI et des tests TCF et TEF pour la naturalisation. Pour les tests FLI, les principes de fiabilité ne sont pas assurés, puisque c’est une procédure de labellisation et d’audit peu rigoureuse. Par contre, les tests TCF et TEF pour la naturalisation peuvent souvent avoir une assurance qualité validée par ALTE (the Association of Language Testers in Europe). La question qui a retenu le plus mon attention est celle de l’équité des entretiens d’assimilation linguistique. Il arrive souvent que l’on confonde l’assimilation culturelle et l’assimilation linguistique pour valider les entretiens. Afin d’illustrer ce genre de confusion, Caroline nous a montré quelques exemples de questions à la préfecture des Yvelines, en prenant le niveau difficile : « quelle est la place économique de la France dans le monde ? » « Pouvez vous citer trois écrivains français? »

Il faut garder deux points à l’esprit pour éviter de confondre assimilation linguistique et assimilation culturelle. D’un côté, il faut, en termes de connaissances, dissocier l’évaluation des connaissances linguistiques de celle des connaissances sur le patrimoine historique et culturel français. D’un autre côté, en terme de compétences, il faut dissocier l’évaluation des compétences de compréhension orale de celle des compétences de compréhension écrite.

mots-clés : Tests d’évaluation linguistique, naturalisation française, fiabilité , assimilation linguistique, culturelle, connaissances linguistiques, compétences orales et écrites

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

En tant que réalisatrice, je vais tourner un film français dans la classe de FLE

Dans l’avenir, je serai la réalisatrice dans la classe, et mes élèves seront les acteurs, on tourne un film en français.

C’est pour attirer l’attention, n’est ce pas?

Ce projet de mémoire hisse en première ligne la problématique du cinéma français dans l’enseignement et apprentissage du FLE. Le cinéma,comme le 7ème art,  devient un nouveau objet qui s’ouvre de nouvelles perspectives et de nouveaux types d’analyse, c’est ce qui nous intéresse dans l’enseignement du FLE en Chine. Tel est le cas, le cinéma en tant qu’activité divertissante,  doit être considéré comme un support pertinent grâce auquel l’apprenant peut apprendre tout à travers les films français.

Face aux problèmes soulevant dans l’enseignement du français en Chine, comment améliorer leurs « méthodes» sur les aspects de compétences langagiers et culturels devenant un enjeu indispensable et inégligeable pour nous, en tant que futur enseignants dans l’enseignement du français en Chine.

Cependant, pourquoi enseigner le français par le cinéma doit être pris en compte dans l’enseignement du FLE en Chine? Peu de gens fait une recherche profonde sur cette question, du fait que cette approche est marginalisée par rapport à d’autres domaines, notamment la littérature française en Chine, aux d’autres méthodes, comme la grammaire-traduction.

Le cinéma représente un support authentique artistique et culturel va donner une vision différente que celle de méthodologie traditionnelle aux apprenants chinois.  On sait que le cas d’enseignement du FLE en Chine, la place de la grammaire se trouve toujours au premier rang pour les enseignants, ainsi que pour les élèves. Les Chinois sont fort en écrit, parfois,  l’enjeu de l’orle est négligeable. A ce titre, une étude va porter sur l’enseignement des compétences langagières et des connaissances culturelles par le cinéma. Comment la langue et la culture sont-elles transmises par le cinéma ?

Parallèlement, il pourrait être pertinent d’observer le rôle du cinéma dans une classe de langue dans les classe de DULF ou une observation dans le cours de Monsieur François Vanoosthuyse, le cinéma et didactique du français, où il est possible de l’utilisation du support cinématographique dans le processus d’apprentissage des étudiants. L’objectif est de sortir de la consommation de divertissement et de construire un regard personnel et d’élaborer une relation critique avec les images animées. En effet, au-delà des objectifs langagiers d’une séquence de cours même, le cinéma pourrait permettre à l’apprenant de s’approprier des contenus non langagiers, telle que le « penser », le fait de pourvoir avoir un regard critique et établir une véritable argumentation dans une langue étrangère. Bien entendu, tout est à penser en fonction des différents niveaux des élèves et des compétences proposées par CECRL.

Cependant, j’ai des doutes que c’est possible de traiter les deux aspects en même temps, dont les images et les sons, ou bien je ne peux que en traiter un seul? je ne suis pas encore dans le détail de mes recherches, mais les interrogations deviennent de plus en plus nombreuses.

mots-clés: cinéma, enseignement et apprentissage du français, film, didactique du français

bibliographie:

Tardy Michel, 1973,  le professeur et les images,  presse universitaires de France.

Rachel Cohen, 1992, quand l’ordinateur parle…, Presse universitaires de France

BERBARD PLANQUE, 1971, audio-visuel et enseignement,  Casterman.

CASETTI, Francesco. 2012. Les théories du cinéma depuis 1945. Trad. Sophie SAFFI. Paris : Armand Colin.

AUGER, Nathalie. 2008. « Les arts du langage ». Diversité : ville, école, intégration. N° 158, p. 162- 165

BERTUCCI, Marie-Madeleine et SIVAN, Pierre. 2009. « Cinéma et enseignement du français : histoire d’une rencontre manquée. Entretien avec Olivier Curchod ». Le français aujourd’hui. N°165, p. 79- 90.

Jean-Claud Beacco, Jean-Louis Chiss, Francine Cicurel, Daniel Véronique, 2005. « Les cultures éducatives et linguistiques dans l’enseignement des langues ». PUF

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts

Un premier train de pensées

Presque tout le monde le sait, les confessions est l’une des œuvres de Jean- Jacques Rousseau. J’espère que, pour moi, la confession ne deviendra jamais pluriel. Je ne suis pas dans le train pour le moment, je le sais. Parce que je viens de publier mon premier billet, alors que pour avoir un vrai « billet de train », il faut milles fois plus d’efforts, même pas assez, surtout pour moi.

Une idée m’énerve depuis longtemps concernant mon mémoire, et je ne veux pas l’effacer de ma tête non plus. Puisque je ne sais pas si la passion et la curiosité autour de la problématique du cinéma français dans l’enseignement et apprentissage du FLE peuvent m’orienter vers le bon chemin.

Alors que je me disais toujours, j’aime le cinéma, j’aime enseigner, pourquoi ne pas faire un lien entre le cinéma et l’enseignement du FLE par mes propres moyens ??? Je me demande aussi, qu’est-ce que le bon chemin ? C’est à travers la recherche que je peux atteindre un autre côté, un domaine que je n’ai jamais approfondi ou pratiqué.

Cette phrase de Jean-Luc Godard tombe bien : « je ne veux parler que de cinéma, pourquoi parler d’autre chose ? Avec le cinéma on parle de tout, on arrive à tout.  » On sait que le cinéma fait partie des nouveaux jean-luc-godard-1-728objets de recherche du XXème siècle, qui s’ouvre à de nouvelles perspectives et à de nouveaux types d’analyse. C’est ce qui m’intéresse dans l’éducation et l’enseignement de la langue française. Tel est le cas pour le cinéma dans une classe de FLE en Chine, au même titre que d’autres domaines comme la littérature, la peinture, la musique, etc. qui doit être considéré comme un support pertinent grâce auquel l’apprenant peut apprendre tout à travers les films. Le cinéma représente aussi un support authentique artistique et culturel qui va donner une vision différente de celle de la méthodologie traditionnelle aux apprenants sinophones. Alors, comment la langue et la culture sont-elles transmises par le cinéma ? Par curiosité, j’ai décidé de changer mon option pour la recherche.

A vrai dire, j’ai toujours peur, peur du manque d’expérience, de connaissances, peur de faire des erreurs, mais je m’en fiche !! Il faut que je me dépêche de recueillir des données, des sources, des informations et de les classifier pour construire mes savoirs. Par ailleurs, il est indispensable d’avoir la créativité, de mes idées fraîches pour bien former mon propre chemin. Dans mon chemin, j’ai besoin d’aide de mes camarades et de conseils de mes professeurs, je sais que vous êtes toujours là.

Bing LIANG

Etudiante de M2, spécialité 1, didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris 3.

More Posts