Tous les articles par Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

compétence communicative : des habiletés culturelles à apprendre

Les études du geste dans le domaine de la didactique des langues étrangères se reposent en trois aspects : les plus étudiés est les gestes des apprenants ; l’interculturalité émergée lors de l’utilisation des gestes est aussi remarquée et enfin seule une partie restreinte est consacrée à la gestuelle des enseignants (autrement dit la gestuelle pédagogique) (Tellier, 2004). Au long de mon travail sur la communication non verbale en classe de langues étrangères, je me focalise plus spécifiquement sur ce qui concerne les comportements de l’enseignant, mais je ne peux pas ignorer nos plusle côté de l’apprenant. Les apprenants, dont les connaissances linguistiques de la langue cible ne sont pas encore suffisantes, ne se limitent pas à se faire comprendre par la langue. En classe de langue ou dehors, comprendre et puis s’adapter à la mode de communication non verbale propre à la langue cible est un travail à faire pour les apprenants, surtout quand ils vivent dans un contexte où cette langue cible est véhiculaire et dominante.

De nos jours, la compétence communicative est devenue « un concept didactique vertébral » (Porcher, 1989 :8). Porcher a déjà signalé en 1989 (Porcher, 1989 : 9) la nécessité de l’enseignement d’une compétence culturelle en classe de langue, expliquant qu’une «partie intégrante de la compétence culturelle » se manifeste par « la compétence gestuelle (c’est-à-dire la capacité de comprendre les gestes d’une société, et, éventuellement, de les produire, de savoir ce qu’ils impliquent, de saisir ceux qui sont adéquats dans telle situation et ceux qui ne le sont pas et…)». Rosen, quant à lui, propose la notion de « savoir-faire » en tant qu’une des compétences générales individuelles. Pour un apprenant d’une langue étrangère, il lui faut des habiletés interculturelles pour entre en contact avec les natifs de la langue cible, en respectant les règles sociales fonctionnelles d’une société donnée, afin d’éviter de susciter des malentendus interculturels (Rosen, 2007 : 25). Ces aptitudes sociales d’une langue étrangère sont à transmettre par l’enseignant à ses apprenants. D’autre part, l’enseignant doit se renseigner sur la(les) culture(s) de ses apprenants et, en même temps, assurer l’intercompréhension interculturelle entre les apprenants. Tout pour éviter les malentendus interculturels éventuels.

Moirand (1990 : 20) distingue cette compétence en quatre composantes dont l’une est socioculturelle qui exige surtout « la connaissance et l’appropriation des règles sociales et des normes d’interactions entre les individus ». Pour un apprenant d’une langue étrangère, l’appropriation de ces règles implique l’acquisition des compétences linguistiques et des non-linguistiques en langue cible, ces dernières figures se manifesteraient partiellement par une compétence gestuelle. De plus, la légitimité des méthodologies communicatives, approches qui insistent notamment sur le développement de la compétence de communication chez les apprenants, contribue à la mise en valeur de la CNV en classe de LE (Porcher, 1989 :8). De même, Hauge (1999) souligne, quant à lui, la nécessité de rendre les apprenants familiers avec les gestes culturels de l’enseignant, non seulement pour effacer des malentendus potentiels, mais aussi pour le développement de leur compétence de communication en langue cible. Porcher (1989 :15) constate aussi que la maîtrise des règles communicationnelles non verbales d’une société donnée permet à un étranger de s’y intégrer.

 

Bibliographie :

Geneviève Calbris, Louis Porcher, « Geste et communication », Paris : Hatier : CREDIF, 1989

Marion Tellier, Gale Stam, « Découvrir le pouvoir de ses mains : La gestuelle des futurs enseignants de langue»,  Spécicités et diversité des interactions didactiques : disciplines, finalités, contextes, Jun 2010, Lyon, France. pp.1-4, 2010. <hal-00541984>

Evelyne Rosen, « Le point sur le CECR », Paris, CLE International, 2007

Sophie Moirand, « Enseigner à communiquer en langue étrangère », Hachette, 1990

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

la catégorisation dans l’analyse de contenu

Procédant l’analyse des données recueillies dans ma recherche, je suis confrontée à l’analyse de contenu. Cependant, cette méthode est loin d’être évidente pour moi. A la lecture du manuel « L’analyse du contenu » écrit par Laurence Bardin, j’aimerais partager avec vous quelques points que j’ai pu retenir.

Une opération importante de l’analyse de contenu est la catégorisation, un chapitre entier lui (chapitre III) est consacré. Par définition, la catégorisation est une opération d’établir des « catégories qui rassemblent un groupe d’éléments » (Bardin, 1977:150) partageants des caractères communs, selon « des critères préalablement définis » (Ibid.). Le critère peut être, par exemple, sémantique, c’est-à-dire une catégorie thématique qui classe les éléments selon les titres conceptuels différents (« attente positive », « imprévu », etc. par exemple), il peut être lexical (regrouper des synonymes ou des mots des sens proches), expressif, « par exemple, catégorie classant les divers troubles de langage » (Idem.:151), comme l’hésitation (« euh »).

Lors d’une analyse de contenu, on peut adopter un système de catégories préconstruites, il nous reste alors de répartir les éléments selon les critères catégoriels donnés. Sinon, en inspirant des études antérieurs, la catégorisation pourrait être complétée progressivement au fil de la classification analogique des éléments, les titres conceptuels seraient ainsi définis en fin d’opération. Bardin signale qu’en général, « les catégories terminales proviennent du regroupement progressif de catégories à généralité plus fiable. » (Idem.:153)

Enfin, pour construire des bonnes catégories, une certaine qualité doit être atteinte :

  • L’exclusion mutuelle : chaque élément ne peut être classifié que dans plus d’une seule catégorie.
  • L’homogénéité : un même principe de classification doit gouverner l’organisation des catégories, autrement dit, un seul registre, une seule dimension d’analyse fonctionnent dans un même ensemble catégoriel.
  • La pertinence : le système de catégories doit refléter les objets de recherche et correspondre aux caractéristiques des éléments.
  • La productivité : les catégories doivent être productives pour pouvoir apporter des résultats riches : « riches en indices d’interférences, en données fiables » (Idem.:154).

Bibliographie :

Laurence Bardin, « L’analyse du contenu », PUF, 1977, Paris

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

compte-rendu : « natif », « non-natif » et leur « légitimité dans l’enseignement des langues »?

Martine DERIVRY, « Les enseignants « natifs » et « non-natifs » de langue(s) : catégorisation linguistique ou construction sociale ? », Travaux de didactique du FLE, n° 55, 2006, pp.100-108. <hal-00832237>

Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00832237/document

« Natif/non-natif » était initialement une catégorisation dans le champ de la linguistique, lorsqu’elle a été introduite au champ de la didactique des langues (étrangères), exerce socialement des influences sur les « schèmes de perception dominants du champ de l’enseignement des langues étrangères », plus précisément les représentations des enseignants « natifs » et ceux « non-natifs ». L’auteur considère que la dichotomie « natif » et « non-natif » repose sur des enjeux sociaux, la catégorisation « enseignant natif/ enseignant non-natif » est alors bien une construction sociale,

L’auteur indique ensuite que les enseignants « non-natifs » sont traditionnellement plus réservés à l’enseignement institutionnel et que les enseignants « natifs » plus souvent au non-institutionnel. Ces principes reposent sur deux légitimités sociales d’enseignement : l’enseignant « natif » est légitimé par sa compétence linguistique et l’enseignant « non-natif » par sa compétence d’enseignement. Une « complémentarité » se présente entre ces deux légitimités. Pour mieux comprendre cette « complémentarité », il faut d’abord, souligne l’auteur, ne plus confondre locuteurs et enseignants d’une langue. Si tous deux partagent et maîtrise une même langue, ce qui rend ces derniers plus « particulier » est leur compétence d’enseignement professionnelle.

Pour terminer l’article, l’auteur insiste qu’il faut prendre en compte du caractère «bi-pluri » de l’apprentissage des langues, En général, les enseignants « non-natifs » occupent une position « bilingue », alors que traditionnellement l’enseignement linguistique est situé dans le cadre « monolingue ».  La prise en considération de ce cadre « pluri » contribuerait à ajuster la perception sociale envers les légitimités d’enseignement et, par conséquent, à « justifier des discriminations à l’emploi et à des types d’emploi ».

En tant que future enseignant de français langue étrangère « non-natif », je m’inquiète et doute ma légitimité dans l’enseignement du FLE, si, admet-on, ce manque de confiance en soi découle d’une maîtrise insuffisante de la langue étrangère, la tension vient aussi des schèmes de perceptions explorés dans l’article. L’anglais, par exemple, la plus grande langue de communication de nos jours, la grande majorité d’enseignants d’anglais langue étrangère sont « non-natifs ». Pourtant, George Braine (cité par l’auteur) constate toujours que les enseignants non-natifs d’anglais se trouvent souvent dans une position inférieure au niveau du recrutement et la rémunération dans des pays du cercle intérieur (Inner Circle) (Kachru 1986)[1], ils souffrent aussi des discriminations, notamment en raison de leur accent, dans des pays du cercle extérieur (outer circle) comme dans des pays du cercle en expansion (expanding circle). Par exemple, en Chine, la proportion d’enseignants « natifs » pourrait être un critère important pour évaluer la qualité d’enseignement des écoles[2].

« Natifs » ou « non-natifs » seraient les qualificatifs distribués, comme étiquettes, aux enseignants de LE. Ces qualificatifs déterminent dans une certaine mesure les premières impressions sur l’enseignant de LE. Nul doute que la finesse d’une langue donnée est mieux appréciée par ses locuteurs natifs, les enseignants « natifs » d’une langue donnée bénéficient ainsi des avantages inhérents au niveau de la connaissance linguistique de la langue et son utilisation. Toutefois, les enseignants « non-natifs », en tant qu’apprenants de langue eux-mêmes, comprendraient mieux la mentalité des apprenants et se préparaient mieux, en les anticipant, des difficultés que ceux-ci rencontreraient dans leur apprentissage.

Comme l’indique l’auteur, d’un point de vue macro, les « deux légitimités d’enseignement sont des constructions sociales à déconstruire dans la mesure où elles participent à la réification de la catégorisation enseignant « natif »/enseignant « non-natif » où le premier est assigné à la compétence linguistique et le second à la compétence d’enseignement ». D’une autre côté, il est aussi aux enseignants « non-natifs » de se valoriser davantage tout en améliorant leur compétence non seulement linguistique, mais aussi d’enseignement.

[1]Shirley Carter-Thomas« L’anglais à l’épreuve de la pluralité : Quelles implications pour la communication scientifique ? ». L’avenir des langues et des sciences humaines dans les Grandes Ecoles.L’apprentissage des langues : impératif utilitaire de communication ou enjeu de culture ?, Mar 2005, Evry, France.

[2]K. YANG, Junju WANG, « A Review of Nonnative Speaker English Teachers: Research, Pedagogy, and Professional Growth », Foreign Language Education & Research, Vol. 1 No.1, Oct. 2013, Chine

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

hétérogénéité dans la classe de langue ? Alors une pédagogie adaptée!

« Une journée d’étude dont la thématique est l’hétérogénéité ? Pas question de la rater ! » Je me suis dit ainsi lorsque j’ai vu l’annonce partagée par notre camarade.

Comme je traite l’interculturalité en classe de langues étrangères dans ma mémoire de recherche, j’ai fait une recueillie de données en observant une classe de FLE à Paris. Parmi les séances différentes que j’ai pu observer, il y a des classes composées par un enseignant français et une dizaine d’apprenants d’origines différentes. Je remarque assez facilement la présence de l’hétérogénéité, qui se traduit notamment par la diversité du niveau langagier, des stratégies d’apprentissage. J’ai supposé qu’il aurait la manifestation de la croisée des cultures différentes, mais comme je n’y ai assisté que quelques séances, donc je ne l’ai pas vraiment collectée. Je suis ravie de pouvoir assister à une telle journée d’étude et de profiter des communications intéressantes.

Voici un petit compte rendu à l’égard des « niveaux d’hétérogénéité » que j’aimerais bien partager avec vous.

La journée s’est ouverte par le visionnage d’une vidéo qui présente des enquêtes faites auprès des classes de LE à l’Inalco. Dans la vidéo, les étudiants intervenants expliquent chacun/chacune :

1) leur profil langagier. On peut remarquer une hétérogénéité linguistique chez chaque étudiant : ils parlent tous au moins deux langues différentes (langue maternelle, langue en train d’acquisition, …). Cela rend déjà les classes de LE hétérogènes, même si lorsqu’ils se trouvent dans un même cours de LE, la langue cible est identique (le chinois, la malgache, …). De même, Mme Maddalena DE CARLO a constaté aussi, lors de sa communication, que la classe de langue s’agit en fait « un environnement naturellement multilingue » et que « l’homogénéité n’existe pas. »

2) leur(s) stratégie(s) d’apprentissage et leurs difficultés rencontrées dans l’apprentissage d’une langue étrangère. Voici un autre niveau d’hétérogénéité : chaque étudiant travaille différemment ; dans l’apprentissage d’une langue étrangère, certains ont de grands soucis au niveau de la prononciation, alors que d’autres trouvent très difficile parce qu’ils étudient un système de grammaire qui leur est complètement étranger.

3) but(s) d’apprentissage. A l’égard de la malgache, par exemple, les étudiants l’apprennent pour : (re)trouver son identité ; travailler à Madagascar ; etc. Voici un troisième niveau d’hétérogénéité.

Ces niveaux différents ont été repris et développés dans la première communication. Mme Rong ZHANG-FERNANDEZ ajoute que l’hétérogénéité dans la classe de langue se repose aussi sur les niveaux langagiers des étudiants, les différences cognitives, socioculturelles, familières, etc. Face à ce fait, elle a proposé de mettre en œuvre une pédagogie adaptée : selon les situations réelles des apprenants, on peut différentier les contenues de l’enseignement, les tâches proposées, tout en organisant des évaluations différées. Cela implique un travail d’organisation du groupe selon le niveau des apprenants. Et puis, l’enseignant peut inviter les apprenants de travailler en groupe de niveaux différents, dont un « bien », deux « moyenne » et un « moins avancé », par exemple. Ce mode de travail, selon Mme ZHANG-FERNANDEZ, permet de mettre en valeur l’aspect positif de l’hétérogénéité. Enfin, d’après l’expérience de Mme ZHANG-FERNANDEZ, entant qu’enseignante de chinois langue étrangère, il serait utile de proposer des exercices différents selon les niveaux langagiers des apprenants, par exemple, davantage d’exercices de grammaire pour les moins avancés et plus d’exercices de rédactions pour ceux qui ont un niveau correspondant.

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

Compte-rendu : degré d’attention que l’apprenant accorde aux propos de l’enseignant?

Weiqing WANG, « Factors affecting learners’ attention to teacher talk in nine esl classrooms », the electronic journal for english as a second language, 2015/5, volume 19, n°1

Poulire cet article : http://www.tesl-ej.org/wordpress/issues/volume19/ej73/ej73a3/

L’auteur est chercheur qui s’intéresse par l’acquisition de L2 et l’Enseignement de L2 centré sur la forme (form-focused L2 instruction). Dans ce présent article, elle examine des facteurs qui jouent des influences sur le degré d’attention que l’apprenant accorde aux propos de l’enseignant.

Dans la première partie, l’auteur affirme l’importance de l’attention en tant que « important cognitive process » dans l’apprentissage de LE. L’auteur indique que « « feedback interaction is a multifaceted phenomenon», elle compte ainsi examiner d’autres facteurs qui influent l’attention que l’apprenant attribuerait aux « feedback » de l’enseignant. Cinq facteurs sont ainsi relévés : l’auto-évaluation des apprenants sur leurs connaissances de la langue ;  la manière dont les enseignants parle ; le rôle que les apprenants occupe dans des séquences interactives ; les comportements des autres camarades et la préoccupation des apprenants pour la « face ».

Le plus fréquemment observé est l’auto-évaluation des apprenants sur leurs connaissances de la langue. L’auteur distingue 3 circonstances différentes où l’influence de celui-ci peut être perçue : 1) lorsque l’apprenant s’estime avoir acquis un élément linguistique, il fait moins voire nulle attention sur le propos de l’enseignant ; 2) en revanche, l’apprenant se concentre bien sûr le propos de l’enseignant parce qu’il ne connaît pas l’élément proposé ; 3) l’apprenant est attentif au propos de l’enseignant parce qu’il ne connaît pas l’élément, alors qu’une fois qu’il le comprend, leur attention s’échappe. L’auteur indique que ce jugement préalablement fait par l’apprenant contribuerait au renforcement la connaissance dans leur ressource linguistique si elle est confirmée par l’enseignant, or, l’auteur signale qu’il arrive souvent que l’apprenant surévalue leurs connaissances de la langue ciblée et il n’écoute pas l’enseignant, il raterait ainsi une occasion pour se corriger.

La manière de parler occupe la deuxième rangée des facteurs agissants.L’auteur insiste sur deux aspects majeurs : signes paralinguistiques et signes extralinguistiques. Il insiste sur l’importance des deux composantes dans les propose de l’enseignant, parce quetoutes deuxattirent l’attention et rendent le « feedback » plus explicite et perceptible pour les apprenants. Lee-Le Neindre B. partage le point de vue que le paraverbal aborde des effets positifs dans l’enseignement de LE s’appuyant sur la fait que les rétroactions positives de l’enseignant encourageraient les élèves à participer davantage[1].En tant qu’apprenant de LE, je trouve aussi que ces composantes para/extralinguistiques que l’enseignant a accompagnées avec ses explications verbales facilitent la perception et consolident ma mémorisation des éléments travaillés, je me rappelle facilement, comme le remarque, l’auteur sur des apprenants observés, des actions composantes para/extralinguistiqueset aussi, bien sûr, des explications auxquelles ils étaient associés. D’autre part, les élémentspara/extralinguistiques peuvent égayer l’ambiance de la classe permettant aux élèves, comme à l’enseignant, de se soulager de la tension d’apprentissage.

L’auteur remarque que plus l’élève est engagé dans une séquence de « feedback », plus d’attention qu’il aborderait au propos de l’enseignant, surtout lorsqu’elle s’agit d’une séquence déclenchée par l’apprenant-même. En tant que, cette fois-ci, enseignant de LE, je suis toujours ravie d’interagir avec mes élèves, surtout si ce sont eux qui commencent des échanges communicatifs, cela signifie qu’ils se concentrent sur les contenus du cours et sont intéressés par ce que j’ai proposé. De plus, les réactions des autres camarades peuvent aider l’apprenant à reconnaître ses fautes dans ses énoncés en lui avertissant leur présence et lui conduit ainsi à faire plus d’attention à la correction de l’enseignant sur ces fautes. En revanche, les comportements perturbants des autres gêneraient la focalisation des apprenants sur les contenus du cours.

Le dernier facteur concerne la préoccupation de la « face » des apprenants. D’une côté, il est possible queles apprenants participent activement et interagissent avec l’enseignant dans l’idée d’avoir une bonne impression aux yeux de l’enseignant. D’un autre côté, les performances maladroites d’un apprenant peuvent lui faire sentir embarrassé et cet apprenant ne fait plus attention sur la réaction de l’enseignant. Je partage ce sentiment et cette expérience, l’envie de « garder la face » découle, d’après l’auteur, de la personnalité et la culture originale de l’apprenant.Cette préoccupation découragerait aussi les apprenants de participer spontanément à la classe[2]. Si l’élève se trompe et juge que cette faute donnerait une mauvaise image sur soi, il serait découragé par cet essai de s’exprimer. C’est donc à l’enseignant de confirmer l’essai de l’élève et lui redonne de la confiance.

[1]Bouriane Lee-Le Neindre, « Spécificité culturelle des apprenants coréens et perspectives didactiques dans l’enseignement des langues et des cultures étrangères »

[2]Idem.

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

Evènements : présentation de manuels de FLE

Bonjour,

Deux nouveaux manuels de FLE « Entre Nous 3 (B1) » et « Entre Nous 4 (B2) » seront présentés à la Maison des langues le mercredi  1er février. Je pense que cela sera intéressant, sur tout pour ceux qui travaillent sur les manuels pour leur mémoire.  Et puis, chaque participant peut recevoir un spécimen des deux méthodes, un carnet de notes et un code premium de leur site!

查看原始图片查看原始图片

Voici les informations pratiques:

Adresse : Éditions Maison des Langues
78, rue de Turbigo, 75 003 ParisDate : Mercredi 1er février 2017

Horaires : 16h30 à 18h00

Attention : le nombre de places est limité et  l’inscription est obligatoire.

Lien pour s’inscrire :

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

les rétroactions non verbales de l’enseignant ? Des influences évidentes sur l’apprenant!

Avec la proposition de l’approche communicative, l’enseignant n’est plus le personnage dominant dans la salle de classe de langue. Il joue un rôle plutôt comme un modèle, un facilitateur ou un organisateur des activités de classe, etc. l’enseignant est là pour créer un environnement linguistique qui peut contribuer à l’apprentissage de l’apprenant en maintenant celui-ci. C’est en fait l’apprenant lui-même qui est le centre et en grande partie responsable de son propre apprentissage.

Pourtant, si le rôle de l’enseignant est ainsi moins directif que dans les méthodes plus traditionnelles, les impacts que les rétroactions de l’enseignant peuvent avoir sur la perception de l’apprenant ne sont pas moins remarquables.
Les rétroactions ne sont pas toujours verbales. En fait, selon la pyramide élaborée par Albert Mehrabian, 2011_pyramide_des_besoins_de_communication_d_apres_albert_mehrabian

seules 7% de la communication est réalisée par le canal verbal, alors 38% est vocale, autrement dit paravarbal (l’intonation, la pause…) et 55% est visuelle. Cela implique qu’une grande partie des informations communicationnelles est transmise par le langage corporel, y compris les expressions du visage, les gestes, etc. Ainsi, on a bien raison de considérer que les actions paraverbales, les gestes que l’enseignant en classes de langue peut apporter des influences, peut-être déterminantes, sur l’apprentissage de l’apprenant.

Weiqing WANG remarque pendant ses observations de classe que la manière de parler de l’enseignant est un des facteurs importants qui influencent la répartition de l’attention de l’apprenant. Il insiste sur deux aspects majeurs : signes paralinguistiques et signes extralinguistiques. Ces deux composantes dans les propose de l’enseignant doivent être prises en considération, parce que toutes deux attirent l’attention et rendent le « feedback » de l’enseignant plus explicite et perceptible pour les apprenants. Par exemple, l’élève reproduit facilement l’action paralinguistique que l’enseignant a faite pour expliquer un mot. Les gestes renforcent ainsi la mémorisation de l’apprenant. Un autre exemple donné par WANG est que la voix particulière attire aussi l’attention sur les propos de l’enseignant, par exemple, une voix qui devient tout à coup plus grave est un signe disant que « faites attention ! Le propos suivant est très important ».

Lee-Le Neindre B. partage le point de vue que le paraverbal aborde des effets positifs dans l’enseignement de LE s’appuyant sur la fait que les rétroactions positives de l’enseignant encourageraient les élèves à participer davantage . En tant qu’apprenant de LE, je trouve aussi que ces composantes para/extralinguistiques que l’enseignant a accompagnées avec ses explications verbales facilitent la perception et consolident ma mémorisation des éléments travaillés, je me rappelle facilement, comme le remarque, l’auteur sur des apprenants observés, des actions composantes para/extralinguistiques et aussi, bien sûr, des explications auxquelles ils étaient associés. D’autre part, les éléments para/extralinguistiques peuvent égayer l’ambiance de la classe permettant aux élèves, comme à l’enseignant, de se soulager de la tension d’apprentissage.

Les aspects paralinguistique et extralinguistique que comporte le « feedback » de l’enseignant, aspects impactants dans la direction de l’attention des apprenants qui sont relativement moins étudiés par rapport à l’aspect verbal. Je suis particulièrement  intéressée par ce sujet pour mon mémoire. Par ailleurs, je trouve qu’il est aussi intéréssante d’examiner comment le paravarbal et l’extra-verbal contribueraient à la perception du « feedback » correctif de l’enseignant, comment en profiter pour rendre la correction pour effective?

 

Bibliographie

  1. Bouriane LEE-LE NEINDRE, « Spécificité culturelle des apprenants coréens et perspectives didactiques dans l’enseignement des langues et des cultures étrangères », ela. Études de linguistique appliquée 2002/2 (n° 126), p. 157-167

Disponible sur :[https://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ELA_126_0157]

2. Weiqing WANG, « Factors affecting learners’ attention to teacher talk in nine ESL classrooms », the electronic journal for english as a second language, 2015/5, volume 19, n°1

Disponible sur : [http://www.tesl-ej.org/wordpress/issues/volume19/ej73/ej73a3/]

 

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

Dialogue : une rencontre, un changement

Il s’agit d’une première rencontre entre une étudiante et sa directrice…

( D : directrice E : étudiante )

E : Bonjour, madame, c’est Kaiyun HU, je vous dérange ?

D : Bonjour, non, entrez, c’est l’heure de notre rendez-vous.

D : Alors… regardons votre projet de mémoire…vous dites que vous êtes intéressée par l’enseignement immersif, mais à ma connaissance, ce n’est pas une méthode « récente » comme vous l’avez dit (dans le projet).

E : Ah bon?

D : Oui, cette méthode date assez longtemps, suite à la méthode audio-visuel, SGAV. Sinon, peut-être c’est moi qui manque de connaissances ou j’ai mal compris…qu’est-ce vous entendez par « l’enseignement immersif »? Vous avez une définition en employant ce terme ?

E : En fait, c’est une notion dont j’ai pris connaissance cet été, un peu par hasard je peux dire, mais je me suis vraiment intéressée par ce modèle d’enseignement. Je ne le connais pas encore très bien, mais je sais qu’il a émergé initialement à Québec. En gros, certains cours sont dispensés directement en langue ciblée, d’une façon très intensive, même des cours de math, de chimie, etc…. les élèves sont donc immergés dans la langue étrangère ciblée. C’est une méthode très efficace pour développer les compétences de compréhension et d’expression orales…

D : D’accord, je vois ce que vous voulez dire. Et vous aimeriez appliquer cette méthode auprès des étudiants des langues étrangères en Chine, c’est ça ?

E : Oui, je voudrais bien faire des essais, des petits essais…pour voir si c’est possible…parce que, vous le saviez peut-être, l’expression orale est toujours un point faible chez les étudiants chinois apprenant des langues étrangères…

D : Par rapport aux autres compétences.

E : Oui, alors l’immersion serait une bonne méthode pour améliorer… en leur obligeant, en quelque sorte, de s’exprimer et donc de faire attention à la compétence plus ou moins négligée auparavant.

D: Bien sûr, c’est une bonne idée! Vous dites (dans votre projet de mémoire) que l’anglais a été déjà enseigné de cette manière dans certaines écoles en Chine? Je ne connais pas trop la situation…

E : Oui, dans certains lycées et universités, mais ce n’est pas du tout propagé.

D : C’est bien! Vous savez comme ça s’est passé, l’enseignement ?

E : Non… je sais juste que ça existe mais…

D : Alors moi, je pense que l’introduction de cette méthode ne doit pas être facile, si vous voulez l’introduire à l’enseignement de français en Chine… c’est une bonne idée, mais il faudra une équipe vous savez, une grande équipe pour le réaliser ? Avec les conditions que nous disposons actuellement , je pense que c’est vraiment pas facile…

E : Oui, je m’en doute moi aussi…mais je voudrais juste proposer quelques pistes pédagogiques, non pas un gros projet à procéder…

D : Admettons que bien sûr qu’il est possible d’appliquer, n’en doutez pas, tout est possible. Mais la Chine est un pays quasi-monolingue, n’est-ce pas ? Il n’est pas comme Canada…oui, on peut obliger les élèves à n’utiliser que la langue étrangère…le français on va dire dans notre cas…mais lorsqu’ils sortent de la salle de classe, vous imagiez bien que le chinois serait repris immédiatement …

E : Oui, c’est vrai…

D: En plus, en fermant la porte, on ne sait pas ce qui va passer dedans…l’enseignant est chinois et les élèves le sont aussi, ça serait difficile…

E : Oui, j’ai pensé à ça aussi. Mais j’ai trouvé simplement que c’est une méthode qui semble être très efficace pour surmonter cette faiblesse « traditionnelle »… je ne pas trop réfléchis sur tout ça …

D : On va dire que peut-être cette méthode peut être adoptée en Chine, à l’avenir. C’est tout à fait possible. On sait jamais ce qui va passer dans le futur, gardons l’espoir ! Comme vous l’avez dit, c’est une bonne méthode d’enseignement pour les apprenants chinois…mais pour l’instant, c’est dur.

E : Oui, je suis d’accord avec vous…je pense que je doit changer mon sujet…

D : Sinon… vous avec rencontré d’autres notions, « par hasard » aussi, comme celle-ci, mais qui vous intéressent également ?

E : Oui… j’ai une autre idée aussi, mais je ne l’ai pris contact que lors d’un séminaire, il y a deux semaines… c’est l’impact et l’importance du paraverbal dans des activités pédagogiques.

D : C’est-à-dire?

E : Par exemple, au lieu d’expliquer directement un mot en langue partagée, il vaut peut-être mieux d’utiliser des gestes.

D : D’accord…je vois. Ce sujet touche aussi mon domaine de recherche.

E : Elle a sauté dans mes yeux, mais je n’ai pas encore réfléchi profondément sur elle, c’est juste une idée que j’ai entendu dire et j’ai trouvé intéressante.

D : Ce n’est pas grave! Nos recherches commencent toujours par des petites idées. C’est normal, on est justement dans le début. On va y arriver. On trouve un point de départ, et on commence à travailler sur ce petit point, tout simplement. Ce qui compte c’est notre intérêt, notre motif, après on cherche, cherche…à partir de ces toutes petites…et on voit ce que ça va donner.

E : Oui, c’est vrai.

D : Alors, si vous travaillez sur ce sujet, il vous faut commencer dès maintenant à chercher un terrain. Vous pouvez filmer des séances, vous les analysez, vous faites des entretiens avec des enseignants filmés…

E : Oui, je pense que je vais peut-être contacter des enseignants de français et aussi des enseignants de chinois, pour comparer leur enseignement, leur gestuelle…

D : Tout à fait, ça peut être intéressant! Sur ça, vous étudiez aussi l’interculture en didactique aussi.

E : L’interculture, oui, on l’entend très souvent.

D : Voilà, et vous pouvez lire Kaufman, il a pas mal écrit sur la communication non verbale… et François CHENG, il est une philosophie, il étudie aussi l’interculturalité.

E : D’accord, j’ai noté, merci bien pour vos conseils!

D : Je vous en prie, avec plaisir!

E : Bon…alors je vous laisse…tranquille.

D : Non, vous ne me dérangez pas, c’est mon travail. Tenant moi au courant si vous avez des soucis ou des avancements.

E : Bien sûr, je vous dirai! Merci encore, au revoir !

D : Au revoir et bon courage !

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

compte rendu du colloque : prise en compte de la cuture d’autres

Vendredi 21 octobre 2016, c’était la première fois que je participais à un colloque professionnel qui est d’ailleurs international. Même si je ne présentais qu’en tant qu’auditeur, c’était un grand plaisir et honneur pour moi. « Ça devra être très utile et heuristique pour mon mémoire et pour bien d’autres ! » je me disais la veille du colloque. Lors du colloque, je suis aussi dans la salle M toute la matinée. En fait, tous les thématiques programmés dans le colloque m’intéressent, j’ai voulu originalement assister d’abord les deux premières communications à salle M et puis me déplacer à salle V pour les deux autres dans le but de participer aux deux thématiques autant que possible. Malheureusement, je l’ai pas pu puisque nous étions trop nombreux et le passage a été donc complètement bloqué. J’étais quand même heureuse que j’ai eu de la chance d’avoir une chaise et un table pour bien m’assoir et ainsi prendre des notes.

« Si seulement j’ai pu les comprendre mieux !» Je me disait à la fin de cette journée intensive. Je regrette beaucoup que ma compétence du français ne m’a pas permis de comprendre toutes les communications abordées. Les PowerPoint aidaient la compréhension mais souvent les professeurs faisaient passer les diapos trop vite et, par ailleurs, ils parlaient déjà très vite. J’avais même l’impression que, si je puis le dire, la personne monopolisait en quelque sorte. Je raconte ces difficultés non pas pour me plaindre (en revanche, c’est à moi de faire davantage d’efforts), mais je devrais avouer que, personnellement, c’était un peu décourageant. Malgré tout, j’ai quand même fait de mon mieux pour les suivre et prendre des notes et les communications m’ont toujours beaucoup d’idées et de pistes de réflexion pour ma mémoire.

Mme Paola RIVIECCIO a parlé du « jeu » et la « transgression » dans l’apprentissage d’une langue. Elle s’appuie sur les élèves qui apprennent le breton à l’école, certains entre eux « parlent la langue comme un jeu » et certains apprennent la langue simplement parce que leurs parents ont pris cette décision quand les élèves étaient petits et ces élèves s’engagent passivement à ce choix. Cela peut aussi être la raison pour laquelle il y a aussi des élèvent qui refusent d’apprendre le breton par une transgression de le choix parentale. Il est facile pour nous de poser la question du type « pourquoi vous apprenez telle langue ? », alors qu’il n’est pas aussi simple à y répondre et la réponse ne relève pas toujours d’un intérêt linguistique. Cela me fait penser aux élèves chinois qui apprennent le français en Chine. La plupart entre eux l’apprennent à l’université en suivant une formation de la langue française ou bien prenant le français que comme une deuxième langue étrangère. Qu’est-ce qui leur conduit à prendre le français, au lieu de l’anglais, la plus grande langue de service ? C’est d’une fidélité au choix des parents ? Sinon, pourquoi cette « transgression » de l’anglais ? Pour la beauté du français ? Une ambition professionnelle dans le domaine francophone ?… Il me parait assez important de tenir compte de ces raisons diverses afin de pouvoir les motiver autant que possible dans l’apprentissage sinon ceci ne serait pas efficace ou au pire serait pénible. Comme le disait Mme Véra DELORME dans sa communication « Vers une didactisation de l’éthique », en tant qu’enseignant, on dispose aujourd’hui pleins de modèles pédagogiques, mais on n’impose pas tel ou tel modèle auprès de nos élèves. L’enseignement demande la coopération entre l’acteur enseignant et les acteurs élèves. La prise en compte de la spécificité du public visé et une négociation en fonction de celui-ci seraient nécessaires.

Ce qui m’a beaucoup impressionné était pendant la dernière communication du jour, l’animateur nous a distribué des corpus qui s’agissent en fait de deux extraits des transcriptions de deux cours de FLE et les commentaires que les enseignants de ces cours ont faits sur les cours qu’ils sont abordés. Je pense que c’est d’une très bonne façon de se regarder et réfléchir sur notre pratique d’enseignement. On pourrait sans doute rencontrer des difficultés imprévues dans le déroulement du cours et on essayerait des les résoudre, on le réussirait ou pas. L’une des transcriptions mentionne un fait que l’on peut observer auprès des apprenants chinois : l’utilisation de l’appareil de traduction. L’enseignant-là remarque aussi que ses élèves utilisent  « trop » le traducteur pendant le cours et il leur demande de ne pas le faire. Dans son commentaire, l’enseignent explique que l’on peut très bien comprendre des choses sans avoir recours à la traduction mot-à-mot. D’autre part, l’enseignant se sent contradictoire aussi puisqu’  « ils ne font pas quelques choses de mal, ils veulent simplement comprendre.». Ce témoignage a suscité beaucoup de réactions. Une professeur a expliqué qu’en fait cela relève de leur habitude d’apprentissage qu’ils ont adopté depuis longtemps et, cette « stratégie » peut être aussi rationnelle pour eux. Cette dame a ajouté que cette habitude peut même naître d’une culture de l’apprenant : les apprenants d’aujourd’hui arrivent bien à suivre le cours tout en envoyant un message avec leur téléphone portable. Ils arrivent bien à gérer et à diviser leur attention. Ce fait demande alors une compréhension (ou tolérance?) intergénérationnelle.

En tant qu’apprenant chinois, j’ai vécu aussi cette expérience avec le traducteur et l’interdiction de la part de l’enseignant, néanmoins et je le fais toujours, même durant cette communication, j’ai utilisé plusieurs fois mon petit traducteur, puisque évidement je ne comprenais pas tous les termes soigneusement prononcés par les professeurs, si je ne cherchais pas l’explication des termes qui paraissaient souvent, mais que je ne comprenais pas, ma perception globale de la communication serait une catastrophe encore plus grave. Oui, j’ai bien sûr commencé par essayer de comprendre sans persister à chercher une traduction équivalente, pourtant, je me permettais aussi de profiter cet outil de temps en temps pour mieux comprendre. Une fois que j’ai eu l’explication, je reviens tout de suite et je suis mieux le professeur. Je pense que la prise en compte des habitudes d’apprentissage des élèves est assez fondamentale, surtout lorsque les élèves sont issus d’une même culture et alors ils ont probablement des mêmes habitudes. Voici l’importance de la négociation avec l’autrui. Enfin, une discussion autour du norme de « trop » émerge : une norme par rapoort à quoi ? Par rapport au niveau d’apprenant ? Au degré de difficulté du contenu du cours ? Je pense qu’au lieu d’obliger les apprenants à se défaire de cette habitude, il vaut peut-être mieux de l’exploiter et la révaloriser, par exemple, l’enseignant pourrait inviter l’apprenants à chercher dans son dictionnaire un mot difficile qu’il expliquera plus tard avec ses propres mots aux autres.

 

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

une idée pour le commencement de mon mémoire

    Mon affinité avec la langue doit chercher son origine dans mon enfance. Je m’intéresse à la langue depuis mes premières années scolaires et l’anglais, appris comme une langue étrangère, était l’un de mes meilleurs disciplines depuis. C’était aussi la bonne raison pour laquelle j’ai choisi le domaine linguistique pour continuer mes études supérieures, en une autre langue étrangère: le français. De plus, un intérêt particulier pour l’enseignement, intérêt qui fut inspiré par les professeurs excellents que j’ai eus de la chance de rencontrer au cours de mes études, a pu me guider et, me guidera toujours, dans mes études mais également plus tard, vers une carrière professionnelle dans le secteur de l’enseignement de langues, qui soit aussi bien le français ou le chinois langues étrangères.

    L’apprentissage de langue étrangère compte ainsi dans les quinzaines années de ma vie scolaire jusqu’à maintenant. Je me permets de dire que j’ai des expériences d’apprentissage de langues étrangères différentes, l’enseignement qui soit collectif ou privé, appliquant des méthodes « traditionnelles chinoises » ou celles de style «occidental» authentique, en milieu hétéroglotte ou homoglotte… J’en a profité pour observer, en tant qu’apprenant effectif, des démarches, des efficacités et des résultats des méthodologies différentes. En autre, grâce à mes premières expériences d’enseignement de langues, en tant que, cette fois-ci, enseignante, j’ai pu mettre en scène mes réflexions à l’égard de l’enseignement-apprentissage de langues et accueillir des nouvelles conceptions en même temps.

    Parmi les méthodes d’enseignement dont j’ai pris connaissances, il y a une méthode avec laquelle j’ai eu plus de contacts récemment et qui m’intéresse particulièrement, celle qui est appelée « immersion linguistique». Elle s’agit d’une méthode qui a émergé initialement, en 1965, à Quebéc, une communauté bilingue français-anglais. Une immersion en français a été appliqué de la première année jusqu’au terminal. Les élèves concernés étaient immergés, partiellement ou entièrement, dans la langue française lorsqu’ils étaient à l’école. Certaines disciplines étaient enseignées en français, les élèves suivaient ainsi des « cours de langue » très intensifs. Les compétences de compréhension orale et d’expression orale sont davantage développées grâce aux « inputs »linguistiques qui sont massifs, fréquents et riches. Cet enseignement d’immersion en langue seconde a connu un succès prodigieux et donc a été propagé rapidement dans tout le pays dans les années suivantes.

    La Chine, en tant que pays monolingue qui propage un système éducatif également monolingue, semble être loin de la pratique « immersion linguistique » dans son enseignement de langues étrangères. Même pour l’anglais, qui présente comme une grande langue de communication importante de nos jours, la méthodologie de son enseignement reste toujours « classique ». Les élèves suivent le cours d’anglais pendant un volume d’heures donné à l’école, en dehors, l’anglais serait quasiment « oublié », c’est le chinois, langue maternelle, qui domine leur vie scolaire et familière. Pourtant, une expérience d’immersion en anglais a été abordée il y a quelques années dans un collège public de la ville Nanjin. Le physique et la mathématique sont enseignés en anglais dans une classe dès la première année de collège. Ce programme se déroule assez bien jusqu’à maintenant et il est apprécié par les élèves et leurs parents, alors que des problèmes et des contradictions subsistent en même temps : l’enchaînement avec les études postérieures, la formation et le recrutement des enseignants, la répartition de temps…

J’envisage donc, pour l’instant, à me diriger vers la recherche de la faisabilité de l’« immersion linguistique » en Chine ou plus plutôt une pratique qui fondée sur ses principes.

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts

Un mémoire ? Mission possible ! Faisons le premier pas

    Rédiger un mémoire ! Cette « mission » je n’ignorais pas son  existence depuis le premier jour de ma Licence, alors que j’avais toujours l’impression qu’elle m’arriverait plus tard, encore plus tard, jusqu’à, enfin, cette année, elle me fait signe de main, en face de moi. Je suis toujours inquiète sur les incertitudes, un mémoire en fait partie. Un mémoire n’est pas comme des dossiers ou des comptes rendus avec lesquels je me familiarise plus ou moins. Un mémoire est un travail qui exige à la fois la rigueur et la passion. De plus, ce que j’offrirai aux regards de tout le monde ne devrait pas être ennuyeux excitant aucun intérêt à lire. Bref, cela ne sera pas facile.

    Heureusement, j’ai le guidage à suivre. Bruno Latour est l’un des premiers maîtres. Dans son ouvrage « Changer de société, refaire de la sociologie », il nous propose de « tenir un journal » afin de « procéder et des se nourrir »1 de nos incertitudes. « Désormais, tout fait partie des données »2 je déclare comme ce qui est insisté par Latour. Désormais, dès le premier cours de préparation du mémoire de recherche, ou plus précisement dès le jour où j’ai décidé de me diriger vers le parcours de didactique des langues dans mes études supérieures, il y a 5 ans, même plus. Je prépare ainsi mon premier carnet de bord et j’y noterai tout : tout, au passé, ma passion initiale sur la langue et puis sur la didactique des langues, mes hésites, mes doutes durant les études et, surtout, les idées lumineuses qui m’ont conduites d’avancer jusqu’à maintenant et qui m’encourageront toujours; à l’avenir, les nouvelles conceptions que j’aurai en essayant de tracer un chemin, les conseils comme les critiques des autres. Quelqu’un qui connait bien mon domaine d’études m’aideront sans doute. Portant, si les commentaires spécialisés à l’égard de ma recherche seraient plutôt objectifs, alors que ceux qui sont issus d’autres domaines et qui ne rendent pas vraiment compte de ce que je cherche me fourniront quand même des idées créatives (relativement plus subjectives peut-être), des directions de recherche d’autres parts. Comme le dit un proverbe ancien chinois : « les spectateurs voient plus claires que les acteurs. »

   C’est parti!

12 Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, p. 195

Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris,
La Découverte, « Armillaire », 2006, pg. 195

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts