Tous les articles par LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

Représentations sociales : théories, pratiques et analyse

Les représentaions sociales ont fait, à plusieurs reprises, l’objet d’études dans le champ de la didactique des langues. Elles ont contribué, par exemple, à diagnostiquer l’état d’un processus cognitif et le lien qu’il peut y avoir avec les pratiques réelles des individus. Cela pourrait expliquer la notoriété des représentations sociales comme point de départ des analyses de la pensée sociale. Pourtant, ce qui est intéressant à voir dans cette réflexion, c’est l’idée qu’elles ne demeurent pas stables à tout moment. En effet, leur stabilité dépendrait de la dimension relationnelle entre l’objet social représenté et le sujet émettant des représentations sur tel objet. Cette condition aurait une incidence sur la pensee sociale de tel groupe. C’est ainsi que l’étude des représentations sociales se fait utile en milieu social. Pour illustrer l’utilité des représentations sociales dans l’étude d’un changement impliquant le milieu social, je vais vous faire parvenir une étude sur les représentations sociales et comment celles-ci retracent les opérations cogintives qui s’émergent suite à un projet de changement technologique en entreprise. Cette étude intitulée Représentations sociales et projet de changement technologique en entreprise a été réalisée par Jacky Singéry aupres d’une entreprise . Là, je ne vais pas parler trop des résultats mais plutôt des démarches théoriques qui sous-tendent les méthodologies utilisées dans la récolte et l’analyse des données. L’idée de choisir une thématique d’etudes qui ne porte pas sur les langues relève du fait que je cherche à savoir comment les représentations sociales s’analysent.

En effet, ladite étude avait pour objectif de repérer le contenu et l’organisation des représentations sociales des groupes face à un projet de changement et leurs impacts sur les comportements. Afin d’atteindre ce double objectif, Singéry s’appuie théoriquement sur les notions du noyau central (Abric) et des éléments périphériques (Flament). Pourtant, il semblait que ces notions ne suffisent pas à cause de la grande variabilité des données et de l’implication de celle-ci dans l’analyse des opérations cognitives faisant apparaître les représentations sociales. Alors, l’auteur a dû prendre, de sûrcroit, l’acception de Grize et Verges selon laquelle les processus cognitifs s’effectuent par la sélection d’information, la représentation référentielle et de la représentation-organisation-relationnelle. Rappelons-nous vite qu’il s’agit d’un changement temporel. Cela impliquerait en conséquence un bouleversement des représentations existant sur l’objet en question. Ce qui veut dire qu’elles seraient amenées à se désintégrer et à s’adapter à de nouvelles représentations. Il importe alors d’inclure dans l’étude ce phénomène. Pour ce faire, une démarche recouvrant ces détails serait indispensable. Maintenant, nous revenons sur les propos de Grize et Verge. Pour ces auteurs, un individu sélectionne des informations concernant un objet social à partir d’un repértoire d’information préexistant. Puis ce processus de sélection se fonderait sur une référence « connotative » qui serait socialement partagée par les membres d’un groupe. Cette référence serait essentielle car elle accorderait aux représentations leur sens. Finalement, les informations sélectionnées découlant de telle base commune auraient à être envisagées dans la relation qu’elles entretiennent entre elles selon un système hierarchisé dont elles tirent leur signification globale. Ces choix théoriques répondent à des exigences spécifiques de leurs études. Alors que les principes theoriques d’Abric et de Flament permettaient de prendre conscience d’un système de pensée qui serait à la fois central et périphérique, ceux de Grize et Verges consistaient à schématiser la logique sous-jacente les représentations qui s’en dégagent. C’est surtout important dans la prise en compte de la phase de modification représentationnelle de l’objet social. Sur le plan méthodologique, Singéry s’est servi des entretiens (individuel et en groupe). Telle variation méthodolique dans la récolte remettrait en cause les représentations précedemment saisies. À savoir que, dans l’étude des représentations sociales, il nécessite de nous appuyer sur une pluri-méthodologie du fait qu’elles relèvent des couches dimensionnelles (individuel vs social). Cette approche donne lieu à la vérification des représentations qui se répètent nous rapprochant de celles qui sont pûrement sociales. Pour ce qui est de l’analyse, la proposition de Grize et Verges a permis au chercheur d’analyser les données en partant des catégories communes à tous les discours receuillis. Elles correspondraient à des formes cognitives constitutives des représentations du groupe étudié. Il faut nous rappeler que les représentations sociales varient en fonction du milieu, du temps où elles se situent et des différences individuelles s’assimilent à la pensée sociale. En somme, l’étude du contenu et de l’organisation des représentations sociales n’exige pas qu’une simple démarche de repères de ce qui est « dit » de « quelque chose » mais aussi la prise en compte du raisonnement qui façonne la nature des représentations en question et comment elles se modifient suite à un changement motivé par le temps et le milieu.

Singéry, J. (1994). “Représentations sociales et projet de changement technologique en enterprise”. In ABRIC, J.-C. in Pratiques sociales et représentations. Paris : Presses universitaire de France, p.179-216.

Grize J.B., Verges, P. & Silem, A. (1987). Salariés face aux nouvelles technologies. Paris: Ed. du CNRS.

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Les représentations sociales des langues : processus de filtrage

Au carrefour de nos lectures se croisent une myriade d’informations. De ce fait, il est nécessaire d’avoir un bon sens de la synthése afin de consolider les informations nouvellement acquises et de les assimiler soigneusement à ce que nous savons déjà. C’est aussi dans cette étape que nous serons amenés à faire face à des dilemmes nous incitant soit à accepter, à refuser ou soit à rejeter telle ou telle information. Comment sait-on le poids de chaque information ? Quelle information pèse le plus ? Quelle information est à retenir de manière à ce qu’elle ne soit pas une répétition d’une autre information déjà citée mais qui se déguise en autre forme dans le cadre théorique ? Les questions de ce type nécessitent une relecture fréquente des notions que nous avons abordées pour encadrer nos recherches. C’est ainsi que, je crois, nous pouvons aiguiser la colonne vertebrale du côté théorique de nos analyses. Pourtant, les théories que nous utilisons ne serviront à rien si nous n’arriverons pas à les rapprocher du « réel », du côté pratique. Quoi faire alors pour procéder à une analyse prenant en compte à la fois les notions théoriques et tout ce qui découle de la pratique. C’est donc ce dilemme sur laquelle je voudrais me pencher pour ce billet.

En quête des lumières, j’ai découvert un texte intitulé « Schématisation, représentations et images » écrit par Jean-Blaise Grize du Centre de Recherches Sémiologiques de l’Université de Neuchâtel. Le texte est paru dans un recueil d’actes du Colloque du Centre de        Recherches  Linguistiques et Sémiologiques de Lyon (du 20 au 22 mai 1977). La thématique du colloque était centrée sur les stratégies discursives. Le texte auquel j’ai fait allusion m’a intéressé parce que l’auteur a fourni un cadre générale d’analyse qui semble s’adapter au rythme de mon analyse. Gardant à l’esprit la nécessité de transformer les notions théoriques en des outils concrets d’analyse, je me suis dit tout de suite que ce texte pouvait se servir de bon point de départ d’analyse compte tenu de la clarté de ses outils proposés. En effet, l’auteur a insisté sur des points primordiaux dans l’analyse des représentations à travers le discours d’un sujet. Pourtant, je ne me focalise que sur celui qui est directement pertinent à mon analyse. Dans son texte, il nous rappelle que « tout discours construit une sorte de micro-univers » (qu’il appelle « schématisation ») (1977 : 45). Pour lui, ces « micro-univers » n’est accéssibles que par les « phénomènes de langue ». Ceux-ci, dit-il, servent d’ « instruments heuristiques pour parvenir à poser l’existence de certaines opérations de pensée » (1977 : 45). Ces premieres lignes m’ont fait parvenu ce dont j’avais besoin pour  commencer à me lancer dans l’analyse. Comme je travaille sur les représentations sociales des langues, j’ai dû trouver des moyens pour entrer dans la « pensée sociale » des informateurs. Pourtant, ce n’est pas si facile que cela car cela me pousse à traverser d’abord les représentations individuelles qui sont divergentes. Pour y remédier, j’ai dû alors me référer à des outils de la sémiologie pour étudier le « sens » qu’accorde chaque individu à leurs représentations et la manière dont ce « sens individuel » devient un « sens commun » nous rapprochant en conséquence de la représentation sociale. De là, j’ai dû faire une « schématisation » entre ce qui est de l’individu et ce qui est du « social ».

Grize, J.B. (1977). « Schématisation, représentations et images ». In Stratégies discursives : Actes du Colloque du Centre de Recherches Linguistiques et Semiologiques de Lyon. Presses universitaires de Lyon, pg. 45-47.

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Plurilinguisme aux Philippines : vers une revalorisation des dialectes (schéma du contenu de l’introduction)

Introduction

0.1. Contexte

0.1.1. Plurilinguisme ? (présentations des principales
définitions de ce terme et mise en harmonie de
celles-ci pour pouvoir aboutir à une définition plus
enrichie décrivant spéciquement ce qu’est le
plurilinguisme)

0.1.2. Quel plurilinguisme pour les Philippines ? : une
question d’identité reflétant le paysage
linguistique des Philippines (surtout les
dénominations « dialecte, langue nationale ou
langue maternelle »)

0.1.3. Pourquoi parler de ce plurilinguisme dans le
contexte philippin ? (enjeux politiques,
culturels, sociaux)

0.2. Problématisation

0.2.1. Facteurs considérés pour décider quel angle est à
attaquer (grille d’analyse d’une université
philippine, constitution
philippine, rôles des institutions cléfs de l’état:
ministère de l’éducation, la Commission des études
supérieures et la réforme éducative philippine
récemment lancée)

0.2.2. « une question qui n’est plus considérée comme une
question » du fait des valeurs accordées par l’état
aux langues (rôle essentiel de l’état) (focalisation
sur les articles de la Consitution philippine
parlant des langues pour porter un regard comparatif
sur les langues « officielles » des Philippines et
celles qui ne le sont pas, et ses effets de domino)

0.2.3. constats particuliers

0.2.3.1. un article d’une philippine parlant de ses
représentations des langues : Rappler (source en
ligne)

0.2.3.2. une vidéo traitant de la question concernant
l’apprentissage obligatoire du filipino
(langue nationale par rapport à son
utilité)

0.2.3.3. Témoignage d’un Canadien, sur un réseau
social, d’un vécu langagier avec les
Philippins

0.2.3.4. ce que dit les textes officiels (des
principales institutions éducatives
philippines) des langues à l’école

0.2.3.5. enseignement des langues aux Philippines
(langues enseignées vs langues non
enseignées) (débats (réforme
éducative récente de l’éducation philippine)

0.2.3.6. point saillant : centralité de l’anglais
(domination acceptée) et valeurs réduites
des dialectes

0.3. Situation troublée : Les Philippins ayant comme langue maternelle les dialectes du pays sont prêts à dévaloriser ceux-ci pour l’anglais (se révélant dans leur comportement langagier et dans les valeurs qu’ils y associent).

0.4. Présentation et justifications des questions de réflexion partant de l’objectif

0.4.1. Quelles sont les représentations actuelles des
langues et leurs enjeux aux Philippines ? (étape
de vulgarisation d’une dimension cachée)

0.4.2. Quels sont les facteurs provoquant l’inégalité
des dialectes entre eux et vis-à-vis de
l’anglais ? (regard critique de la
dimension cachée et désormais vulgarisée :
creuser la racine)

0.4.3. Quel rôle peut jouer l’apprentissage d’une
langue étrangère pour sensibiliser les
Philippins à cette inégalité et pour y remédier
à l’aide de l’approche d’enseignement
plurilingue et pluriculturelle ? (proposition de
résolution)

0.5. Objectif de recherche

0.5.1. Revalorisation des dialectes philippins (mise en
lumiere du statut actuel des langues philippines)

0.5.1.1. menaces : tendance glottophobique
(discrimination linguistique, Blanchet)
provoquée par les langues « dominantes »

0.5.1.2. les langues face à la mondialisation
« uniformisante »

0.5.1.3. inclusion vs exclusion des langues en
contexte philippin

0.5.1.4. défendre une langue ou un dialecte,
c’est défendre le peuple qui le parle

0.5.1.5. la mise en question de la démocratie face
aux langues (compte tenu du fait que les
Philippines est un « pays démocratique »

0.6. Question de recherche : Comment revaloriser les dialectes face à la forte préférence des Philippins pour l’anglais ?

0.7. Importance

0.7.1 absence d’une approche inclusive
d’enseignement des langues aux Philippines (en
m’appuyant sur les textes officiels des
institutions éducatives : CHED, DepEd))

0.7.2. Explicitation de la linguistique politique actuelle
des Philippines

0.7.3. « Combattre les discriminations linguistiques »
(Blanchet)

0.7.3. reconnaissance de la diversité des identités
linguistiques aux Philippines

0.7.4. Apprendre une langue doit être un enrichissement du
rêpertoire langagier existant d’un Philippin et pas une
menace

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Plurilinguisme aux Philippines : vers une revalorisation des dialectes (plan provisoire)

Introduction

0.1. Contexte
0.2. Problématisation
0.3. Objectifs de recherche
0.4. Importance (absence de recherche d’une approche
inclusive d’enseignement des langues)

Chapitre 1 : Cadre théorique

1.1. Représentations des langues
1.2. Statut des langues
1.3. Identité plurilingue (alternance codique et
centralité des langues)
1.4. Apprentissage d’une langue étrangère en contexte
plurilingue

Chapitre 2 : Méthodologie

2.1. Méthode biographique
2.2. Protocole d’enquête
2.3. Questions de lancement
2.4. Public visé (génération du « millénaire »)

Chapitre 3 : Analyse des données

3.1. Profil biographique des informateurs
3.2. Profil langagier des informateurs
3.3. Analyses des extraits de témoignages des
informateurs
3.3.1. Représentantions du repertoire langagier
des informateurs
3.3.2. Identité plurilingue
3.3.2.1. Comportement langagier au cours
de l’entretien (récurrence
de l’alternance codique)
3.3.2.2. Fonctionalité des langues
(modèle gravitationnel de la
centralité des langues, Calvet)

Chapitre 4 : Résultats et préconisations

4.1. Implications de la centralité de l’anglais
et de la place périphérique des dialectes
4.2. Sensibilisation à l’inégalité des langues et
ses implications
4.3. Approche plurlingue d’enseignement/apprentissage
d’une langue étrangère visant l’inclusion des
dialectes dans la politique lingustique
philippine: le cas du FLE

Conclusion

5.1. « Inégalité » officielle des langues
5.2. Pas débutaire vers la survie des dialectes
philippins face à la tendance hégémonique
d’autres langues
5.3. Autres pistes de recherche possibles : Analyse
des répresentations inter-générationnelles des
Philippins, question d’identité philippine
fréquemment débattue, intercomprehension des
groupes éthniques philippins par le biais de
l’approche plurilingue d’enseignement
/apprentissage (comme moyen possible
d’inclusion visant à résoudre les problèmes de
séparatismes aux Phlippines)

Bibliographie

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Plurilinguisme aux Philippines (Problématisation)

La politique linguistique des Philippines reste toujours largement exclusive en faveur de deux langues, le filipino et plus pour l’anglais, et au détriment des dialectes du pays. Cette étude vise à mettre en lumière cette inégalité et son étendu par le biais des représentations des langues des Philippins.

Problématique (situation troublée) : Les Philippins ayant comme langue maternelle les dialectes du pays sont prêts à devaloriser ceux-ci pour l’anglais.

Objectif : Revaloriser les dialectes et contribuer à la préservation de l’héritage de ces dialectes

Question de recherche : Comment revaloriser les dialectes face à la forte préférence des Philippins pour l’anglais ?

Sous questions :

1. Quelles sont les représentations actuelles des langues et leurs enjeux aux Philippines ?

2. Quels sont les facteurs provoquant l’inégalité des dialectes entre eux et vis-à-vis de l’anglais ?

3. Quel rôle peut jouer l’apprentissage d’une langue étrangère pour sensibiliser les Philippins à cette inégalité et pour y remédier à l’aide de l’approche d’enseignement plurilingue et pluriculturelle ?

Notions à creuser : représentation des langues, inégalité des langues, apprentissage d’une langue étrangère, approche plurilingue et pluriculturelle de l’enseignement des langues

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Merveilles de la nature humaine

Compte rendu du colloque

I. Ouverture

Le colloque qui s’est articulé autour du thème « Ethique et responsabilités de la didactique des langues au XXI siècle » était très intéressant car cela m’a permis de repérer quelques méthodologies de recherche répandues dans le domaine du FLE et d’alimenter ma réflexion sur mon sujet d’intérêt.
L’ouverture du colloque par Jean-Pierre Changeux (Institut Pasteur (Paris)) à l’amphithéâtre Durkheim a donne lieu à la conception d’un regard général de la didactique des langues en traitant la question de la nature humaine. En effet, du point de vue de la neuroscience, la didactique, en passant par la nature humaine, se procure une image sous-jacent et plus complexe à ne pas ignorer. En partant de la complexité du fonctionnement du cerveau, il a expliqué comment les êtres humains, même si issus de la même espèce, se diffèrent dans la manière dont ils pensent et se comportent. D’ici, il a illustré les processus du cerveau en dévoilant le fait que nous possédons les mêmes gènes et que ce qui nous permet de se distinguer de l’autre, c’est-a-dire les traits spécifiques et singuliers a chaque individu, ce sont les combinaisons ou, selon lui, les synapses de ces gènes qui se tiennent dans chaque cerveau. En décrivant comment ces synapses façonnent notre cerveau, il a aborde aussi des points faisant souvent l’objet des débats et le plus saillant d’eux sur lequel il a insisté était la question sur la possibilité de prédire les conduites humaines. D’après lui, l’ « universalité » de notre gène ne signifie pas que cela nous donne déjà l’outil efficace pour déchiffrer ces conduites à mobiliser par chaque individu car, à nouveau, chaque combinaison ou synapse est unique à sa manière, d’où la notion de la variabilité des synapses.

II. Enseignement des langues régionales

(Le choix de faire un compte rendu de la communication de M RIVIECCIO relève du fait des notions liées à mon sujet d’intérêt.)
En salle M, de 10 H 45 à 11h10, Mme RIVIECCIO a fait une communication de sa recherche intitulé « L’enseignement des langues régionales à l’école : enjeux moraux et éthiques ? » concernant les langues régionales, le sarde et le breton. Cette recherche vise à aboutir à un projet identitaire impliquant les enfants parlant ces langues. C’est en fait un projet dont l’objectif principal est d’expliciter les représentations de ces enfants de leurs langues maternelles face à leur langue de scolarisation. Pour y parvenir, elle s’est servie des biographies langagières issues de son terrain de recherche. Là, elle a abordé des points souvent débattus à propose de la place des langues régionales en explicitant les enjeux sous-jacent qui se cachent derrière le système éducatif de son terrain face à ces langues.

En étudiant le cas du breton et du sarde, elle s’est posé des questions sur le statut des langues. Elle s’est interrogée sur les choix éducatifs des institutions mettant à l’ écart lesdites langues au profit de la langue de scolarisation, ces choix façonnés par des idéologies sous-jacentes. De ce fait, les enfants sont amenés à accorder plus d’importance à leur langue de scolarisation. L’inévitabilité de celle-ci du fait du son statut a contribué à la mise en question de leurs identités, d’où le la nécessité d’une construction identitaire. Là, elle a parlé plusieurs fois de la remise en cause de ces choix afin de saisir les enjeux tels que la marginalisation des langues régionales et le risque de poids identitaire de la part de ces enfants. Cette question renvoie toujours au rôle décisif des écoles détenant le pouvoir d’imposer des choix éducatifs surtout ceux recouvrant les langues à enseigner/apprendre a utiliser comme langue à visée scolaire. De là, elle a fait aussi une analyse autour des représentations en demandant aux enfants ce qu’ils pensent de toutes les langues à leur disposition et la place qu’ils accordent à chaque langue. D’après les entretiens effectués auprès d’eux, elle a remarqué la forte présence des représentations appauvrissant la place de leurs langues maternelles au profit d’une langue dominante.
Enfin, un point saillant qu’elle avait bien développé était la question éthique de la prise en compte des langues régionales, cette question qui tient aux conflits représentationnels des langues (langue dominante vs langue minoritaire). La réflexion autour de cette question l’a amené à mettre au cœur de cette recherche la nécessité d’intégration des langues, de transgression pour prendre position vis-à-vis des directives des instituions éducatives souvent privilégiant certaines langues, à raison des valeurs politiques, pour demander un peu plus d’ouverture et d’engagement en parlant de la prise en compte d’autres langues en présence et d’activités favorisant un retour sur leurs langues maternelles telles que les jeux. Ces démarches pourront aider ces enfants à surmonter la crainte d’une perte d’identité.

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

The « rendez-vous »

E = étudiant P = Professeur

E : Bonjour ! Je voudrais vous parler de mon sujet de mémoire.
P : D’accord. Asseyez-vous… Alors, vous voudriez travailler sur quoi ?
E : Moi, j’aimerais travailler sur le plurilinguisme aux Philippines.
P : Pourquoi cette thématique ?
E : C’est parce que je travaille avec un public tout à fait plurilingue.
P : Pouvez-vous en parler un peu plus ?
E : D’accord. En fait, j’enseigne le français à un public philippin qui parle trois langues : le cebuano (un dialecte et leur langue maternelle), le filipino (langue officielle) et l’anglais (langue seconde). Ce contexte m’a amené à me poser des questions : Quelle est la place de ces langues dans la vie de mes apprenants ? Comment peuvent-ils se servir de leurs acquis de ces langues précédemment apprises pour apprendre et/ou faciliter leur apprentissage de la langue française ou d’une langue étrangère ? Mes apprenants doivent-ils dire que leur langue maternelle est le filipino parce que c’est la langue officielle et pas le cebuano car ce n’est qu’un dialecte ? Ou doivent-ils dire que le cebuano est leur langue maternelle ou plutôt leur dialecte ? Comment peut-on valoriser les langues qui les entourent ? Quel rôle le plurilinguisme peut-il jouer dans l’apprentissage des langues étrangères aux Philippines?
P : Comment êtes-vous arrivé à vous poser ces questions ?
E : Ces questions sont issues de mon expérience d’enseignant de FLE pendant quatre ans aux Philippines. Je m’interroge d’abord sur la place des langues en m’inspirant de ce qu’a dit Johann Wolfgang von Goethe. D’après lui, « Ceux qui ne savent rien des langues étrangères, ne savent rien de la leur ». Aux Philippines, il y a deux langues dominantes : le filipino et l’anglais. Ces deux langues s’apprennent obligatoirement à l’écart des dialectes parce que c’est imposé par l’Etat. En les imposant à tout le pays, ces langues se sont affirmées en se dotant de deux rôles importants. Du coup, le filipino est à apprendre car il cerne la cohésion nationale du pays et l’anglais parce qu’il symbolise la réussite scolaire et la promesse d’un avenir lumineux face au marché du travail et à la mondialisation. Alors, quelle place le cebuano et les autres dialectes occupent-ils ? Que les locuteurs savent-ils de leurs dialectes ? Je crois toujours qu’apprendre une autre langue ne doit jamais contribuer à la marginalisation de l’autre. En tant qu’enseignant de FLE, je voudrais contribuer à la revalorisation de nos dialectes en m’appuyant sur ce que peut offrir l’éveil au plurilinguisme en classe de FLE. Les cours de FLE à ma charge peuvent s’utiliser comme une très bonne trajectoire d’attaque pour aider mes apprenants à développer leurs compétences plurilingues. Tout en apprenant une langue étrangère, ils revalorisent également leur dialecte qui est bien un atout essentiel dans la survie de l’héritage de ses locuteurs. Cette réponse m’amène à la deuxième question concernant les langues déjà à la disposition des apprenants. Valoriser leurs dialectes ne veut-il dire pas qu’on va nous opposer aux langues dominantes parce qu’apprendre quelque chose de nouveau est juste un élément à ajouter à ce qui est « déjà-la ». Tout en valorisant leurs dialectes, ils peuvent s’appuyer également sur les langues qu’ils maitrisent consciemment déjà (le filipino et l’anglais) en faisant un transfert de ce qui est applicable des langues déjà apprises à la langue étrangère en cours d’apprentissage. Cette recherche va m’aider également à éclairer les débats concernant les langues dominantes, langues maternelles et les dialectes et/ou langues minoritaires pour réduire le risque de confusion identitaire.
P : Comment procéderez-vous à la récolte de données ?
E : Ahh…J’y ai déjà pensé mais ce que je voudrais faire lors du recueil reste toujours à valider… J’aimerais bien travailler avec un public philippin qui ont déjà appris le français ou sont en cours d’apprentissage en France, à Paris si ce serait possible. Le recueil se fera en organisant des entretiens autour de la thématique des mes questions précédemment posées et en en faisant une analyse de discours.
P : Il n’y a pas beaucoup de philippin en France, non ?
E : Oui, c’est vrai mais comme je suis à Paris où résident la plupart des Philippins en France et grâce aux contacts des petites communautés philippines à Paris, je pourrai les contacter facilement. Où si ce serait permis, l’entretien pourrait se faire sur Skype.
P : D’accord. Je pense que votre recherche est intéressante parce qu’elle traite du plurilinguisme en contexte philippin. C’est peut-être un cas particulier. En plus, je ne connais pas bien votre pays. Bien, vous commencez par schématiser le parcours de votre recherche en vous appuyant sur des théories afin d’en fournir un cadre solide.
E : D’accord. Puis-je vous l’envoyer par email ?
P : Oui.
E : Et notre prochain rendez-vous ?
P : On se verra lundi prochain.
E : D’accord. Merci beaucoup de votre temps. Au revoir et bonne journée !

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Plurilinguisme aux Philippines: vers une revalorisation des dialectes

Mots-clefs : plurilinguisme, imbrications identitaires, conflits identitaires, langue, langue maternelle, langue seconde, dialecte, créole, langue étrangère, représentation, politique, héritage linguistique

Les Philippines se dotent déjà, même avant l’arrivée des pays colonisateurs, d’une multitude d’identités imbriquées. Ces identités sont diverses d’abord du fait de son aspect géographique. En effet, le pays est un archipel composé d’à peu près 7,107 îles dont les 3 îles principales de Luzon, Visayas et Mindanao où habite la majorité de la population. Les nombreuses îles du pays manifestent une grande diversité car cette division géographique ont contribuée à la division linguistique et culturelle du pays, d’où le grand besoin d’une langue unifiant pour la cohésion nationale qui est le filipino. En réalité, ce nombre d’île reste toujours comme une estimation car on ne prend en compte que les îles déjà explorées. Il est donc fort possible qu’il y a toujours des peuples « non découverts » du pays. Ensuite, cette diversité est aussi façonnée par ses rapport culturels avec ses pays voisins (tels que la Malaisie et l’Indonésie) et, avec son rapport commercial, la Chine. C’est pour cette raison que les langues de ses pays voisins (notamment l’Indonésie) partagent des ressemblances linguistiques avec les Philippines. Mais un point tournant de l’histoire du pays est l’arrivée des colonisateurs (d’abord par les Espagnols (arrivée en 1521 de Ferdinand Magellan), ensuite par les Américains et, puis, par les Japonais au 20eme siècle) qui va bouleverser le paysage linguistique et culturel déjà complexe du pays suite à l’imposition des langues et des cultures des colonisateurs.

Les imbrications linguistique et culturelle qui sont « conditionnées » historiquement, géographiquement et politiquement, ont donné lieu à un environnement très divers aux Philippines. Malgré le fait que le filipino (basé sur la langue tagalog du nord) en tant que langue officielle et l’anglais comme langue seconde du pays pour assurer la cohésion nationale et pour aider ses citoyens à se préparer aux demandes de la mondialisation (raisons économiques), il existe quand même des répercussions identitaires. Selon la Constitution Philippine, pour la communication et l’instruction, les langues officielles des Philippines sont le filipino et, si c’est permis par la loi, l’anglais (Philippine Constitution of 1987, art. 14, sect. 7). Pour promouvoir un système éducatif fondé sur le bilinguilisme, le décret présidentiel de l’ancienne présidente Gloria Macapagal-Arroyo a mis en œuvre une déclaration considérant désormais l’anglais comme une langue seconde à enseigner à partir de l’école élémentaire (Grade 1 – Grade 6) (Executive Order No. 210, s. 2003). De ce fait, le système éducatif philippin, ayant imposé l’anglais comme langue d’enseignement, a mis en jeu le statut des autres langues et dialectes. L’anglais est devenu langue du succès scolaire et indice de statut social (niveau d’éducation, culture…). Ce regard de l’anglais a changé les représentations des Philippins de leurs propres langues maternelles au point de « minoriser » celles-ci et au profit de l’anglais. A cause de ces conflits identitaires, le Gouvernement Philippin a récemment décidé de commencer à introduire les langues régionales comme matière d’enseignement de chaque région pour les valoriser. Là, nous commençons à voir un mouvement du plurilinguisme, d’où la nécessité de bien comprendre ce concept pour la survie de l’héritage du pays.

Dans cette recherche, il y des choses à réviser en fonction du contexte philippin. D’abord, il faudra bien cerner les définitions de « langue », « langue maternelle », « langue seconde », « langue officielle », « dialecte », « représentations », « nationalisme » pour saisir les spécificités linguistiques aux Philippines. Ces notions, souvent, très vaste en parlant de l’étendue de definitions qu’elles peuvent recouvrir rendent le contexte philippin plus complexe. En s’inspirant des defintions offertes par la didactique des langues, suffirait-il de décrire les spécificités de notre contexte ? Magre cela, ces defintions vont quand même servir de point d’ancrage de compréhension du contexte philippin. Après avoir défini ces termes, je vais analyser les statuts des langues et des dialectes en présence dans les cours de français et la manière dont ils interviennent dans l’enseignement/apprentissage du français. L’analyse de leurs statuts se fera en m’appuyant sur les aspects historique, culturel, social, et geo-politique du pays parce que même si l’on a affaire à un contexte où il y a une langue nationale pour réunir tout le pays , on ne peut pas ignorer le fait qu’il y a, d’après Fismann, « différents registres qui co-existent très souvent à l’interieur d’une communaute linguistique et qui rend caduque ainsi l’idee du partage d’une meme langue » dans Sociolinguistique (Nathan, 1971, pg 43-49). Mais l’idee d’une communaute linguistique est voire un point à debattre à cause de la diversté linguistique aux Philippines. Le pays se compose d’à peu près 7,100 îles qu’habitent des peuples venant de divers «sous-cultures ». Cet aspect est essentiel car la diversité linguistique est à voir d’abord sur le plan geographique conditionnant le contexte philippin. Cette idee de « « lieu/espace », dans les mots de Baggioni et. al. dans la revue Communaute linguistique (Sprimont, pg 89), constitue une commaunate linguistique. Le pays possède-t-il une seule communauté linguistique du fait de l’existence d’une langue nationale ou des communautés linguistiques? Ne peut-on plus considérer les dialectes comme des communautés linguistiques ? Ces questions se révèlent même plus sérieuses du fait de la possibilité d’ « un individu de s’insérer dans l’une ou l’autre des ces communautés » selon Calvet (Nathan, 2005, pg. 83-84) dans la Sociolinguistique. Ensuite, je vais tenter de décrire de manière exhaustive le système éducatif philippin, ciblant le « Département de l’Education » du pays, se disposant de pouvoir politique en termes de décisions impliquant l’enseignement/apprentissage des langues (maternelles et étrangères). Ce département est un acteur clef dans la realisation d’un système éducatif multilingue renforcé par les langues maternelles suite à un décret officiel incluant l’enseignement des langues maternelles des régions dans le curriculum scolaire du pays (Guidelines on the implementation of the mothertongue-based multilingual education (MTB MLE), Department of Education order no. 16, s. 2012). Quant à la méthodologie de recherche, des enquêtes sont à effectuer et sont à analyser à l’aide des méthodolgies de l’analyse de discours dans l’objectif de faire dégager les représentations des apprenants philippins (qui ont appris ou sont en train d’apprendre le français) des langues qui les entourent et de répertorier les compétences acquises des langues précédemment apprises. Etant donnée que le francais s’offre de manière générale dans les universités et dans les centres de langues fréquentés par les apprenants professionnels, les sujets de cette recherche relève de la population adulte. Avec ces compétences, je vais proposer des démarches pour aider les apprenants à s’en servir pour apprendre une langue étrangère. Finalement, je vais faire une réflexion sur le rôle des classes de langues étrangères (notamment celles du français) pour introduire des activités ayant pour but la sensibilisation des apprenants au plurilinguisme contribuant à la valorisation des langues connues.

Bibliographie :

Daniel Baggioni et. al.,”Communaute linguistique”, in Moreau(ed.) Sociolinguistique : les concepts de base, Sprimont, Editeur Pierre Mardaga, 1997, p. 88-93.

Joshua A. Fishmann, Sociolinguistique, Paris, Nathan, 1971, pg 43-49.

Louis-Jean Calvet, Louis-Jean, La Sociolinguistique, Paris, PUF, 5ème édition, 2005, pg 83-84.

Philippines, Executive Order No. 210, s. 2003: ESTABLISHING THE POLICY TO STRENGTHEN THE USE OF THE ENGLISH LANGUAGE AS A MEDIUM OF INSTRUCTION IN THE EDUCATIONAL SYSTEM, 17 mai 2003.

Philippines, Philippine Constitution of 1987, art. 14, sect. 7.

Philippines, Guidelines on the implementation of the mothertongue-based multilingual education (MTB MLE), Department of Education order no. 16, s. 2012.

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

« Ce que tu sèmes est ce que tu récoltes »

Billet 1

Après avoir lu le texte de Labour, j’étais amené à penser au fameux proverbe aux Philippines « Ce que tu sèmes est ce que tu récoltes », d’où ma décision de m’en servir comme titre de ce billet. La décision d’utiliser ce proverbe vient du fait qu’il reflète plus, pour moi, les réalités de la recherche. Comme ce que m’évoque ce proverbe, le travail d’un/e chercheur/se ressemble à celui d’un/e agriculteur/trice. C’est parce que, comme ce/tte dernier/ère, la première étape se déroule en choisissant les bonnes graines à semer pour pouvoir récolter les bons blés. En recherche, le recueil de « bonnes » données se place aux premiers rangs des étapes. Mais, d’après moi, également important est ce que nous faisons après avoir semé et avant la récolte ou, en d’autres termes, la phase de « suivi ». Je ne crois pas qu’il s’agisse toujours de questions de bonnes ou mauvaises graines. Les bonnes graines périssent aussi quand on ne les arrose pas ou les « fertiliser ». Le recours donc aux carnets se révèle très utile car, en les utilisant, je peux modifier, raffiner, peaufiner, enrichir ma recherche et, voire, en relever les « gestes ».
Pour moi, le défi ultime auquel fait face un/une chercheur/se est la question de graines à semer et les produits à récolter. Quelle/s graine/s? Comment qualifions-nous une « bonne » graine ? Quel type de produit visé ? Dans le domaine de la recherche, nous sommes confronté/es à un monde qui est bombardé d’idées, de notions, de concepts et mêmes ces mots peuvent être aussi mis en question. Je peux voire m’interroger sur les différences entre ces mots récurrents en recherche. Mais comment choisissons-nous réellement le bon sujet ? Cela se fait bien évidemment en fonction de nos intérêts. Mais comment qualifions-nous ces intérêts ? Quels sont vraiment les sujets qui m’intéressent ? Comment puis-je qualifier tel intérêt pour être sur que la recherche se fonde sur le réel ? Comment puis-je délimiter le sujet ? Quels sont les facteurs déterminants ? les variables ? Recherche purement qualitative ? Recherche hybride (quantitative et qualitative ? Voilà quelques questions préliminaires qui peuvent bien, selon Latour, « nourrir notre source d’inquiétude » dans Changer de société, refaire de la sociologie (La découverte, 2006, p. 194). , En m’inspirant des carnets proposés par Latour, je peux désormais commencer à répondre, même si de manière non-définitive, à ces questions. Quant à moi, j’organise mes carnets en partant de 4 carnets (à dater):
1. Problématique : Je dédie un carnet à la formulation de la problématique de mon sujet étant donné que mon sujet de départ reste toujours à délimiter, reformuler, raffiner et modifier. Je vais y mettre des schémas théorique et conceptuel pour la cerner ;
2. Citations et éléments bibliographiques : Je vais y classer les ouvrages auxquels je me réfère non seulement par ordre chronologique mais aussi en fonction des disciplines impliquées ;
3. Terrain (enquêtes, personnes interviewées (y compris leurs réactions) : La documentation du recueil de données et les méthodes employées sont à garder dans ce carnet.
4. Réflexions/ Compte-rendu : Ce carnet a pour objectif de me permettre de consolider mes connaissances à partir des lectures pour faire évoluer ma problématique et pour analyser les remarques issues du terrain.
Avoir un bon sens de l’organisation est sans doute bénéfique si nous voulons atteindre un objectif dans la vie. En tant qu’enseignants (ou futurs enseignants) de FLE, c’est une qualité indispensable pour fournir un environnement favorable non seulement à l’enseignement mais aussi à l’apprentissage de FLE.

Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris,
La Découverte, « Armillaire », 2006, pg. 194

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts