Tous les articles par Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

Enseignement de la culture coréenne à Paris

En réfléchissant à mon sujet de mémoire, je suis revenue à la position d’un apprenant d’une langue étrangère devant le tableau, sur une chaise, dans la classe.

Quand j’étais une élève en langue française, j’étais toujours curieuse envers la culture française et je regardais des films français. Et je pensais que c’était une culture très intéressante et totalement différente de la mienne. Parfois, je me posais les questions suivantes: Pourquoi les Français disent toujours “Bonjour” aux gens inconnus dans la rue, dans le bus ou au marché? Pourquoi les Français se font la bise pour saluer? Pourquoi les gens se tutoient dans des émissions de télévision ou de radio? Pourquoi les Français se regardent dans les yeux quand ils trinquent? Les garçons français sont-ils vraiment romantiques à chaque moment?… En fait c’est la culture française qui m’a attirée et motivée à apprendre la langue, même si la grammaire m’a grandement fait souffrir.

Connaître la grammaire, le lexique et la syntaxe d’une langue permettent la communication. Cependant, on peut considérer que ce n’est certainement pas une communication parfaite. Pour communiquer et s’exprimer, la culture est une composante essentielle. La langue et la culture sont  donc indissociables dans l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère. L’apprenant rencontre une culture différente de la sienne et accède aux éléments culturels en apprenant une langue étrangère.

Je donne actuellement des cours de coréen dans un institut coréen à Paris et je voudrais proposer des idées pour permettre d’enseigner aux apprenants de la langue coréenne des connaissances culturelles dans la classe de langue. Le but de l’enseignement de la culture est donc d’intégrer des éléments culturels en apprenant la langue coréenne qui y est associée et de communiquer dans des situations réelles. Par conséquent, les apprenants pourront arriver à élargir leur vision du monde. Cependant, l’objectif de l’enseignement du coréen risque d’être transformé en cours de culture si on fait prévaloir uniquement les éléments culturels sur ceux linguistiques. Dans le contexte actuel où les heures de cours ne sont pas suffisantes(par exemple, 2 heures par semaine) pour bien entraîner à la performance linguistique, les enseignants doivent réfléchir et considérer les méthodes.

L’enseignant est donc la personne qui initie à la nouvelle culture et favorise la mise en oeuvre de nombreuses activités permettant aux apprenants d’aller à la rencontre de la culture cible. Je montrerai les méthodes d’enseignement de la culture coréenne à travers les activités théâtrales et les films coréens chez les apprenants francophones.

 

Bibliographie

Akira Mizubayashi, 2011. Une langue venue d’ailleurs. Éditions Gallimard.

Chiss, J.-L. 2009. « Quel français enseigner? Question pour la culture française du langage », O. Bertrand éd, Quel français enseigner ? Paris : Editions de l’Ecole Polytechnique.

Galisson, R. 1991. De la langue à la culture par les mots. Paris : CLE international

GOHARD-RADENKOVIC, Aline. 1999. Communiquer en langue étrangère. De compétences cul- turelles vers des compétences linguistiques. Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt/M., New York, Wien: Peter Lang.

Vinsonneau, G., 2002. L’identité culturelle, Paris : Armand Colin

Zarate, G., 1986. Enseigner une culture étrangère. Paris : Hachette.

Zarate, G., Gohard-Radenkovic, A., Lussier, D., Penz, H. 2003. Médiation culturelle et didactique des langues. Strasbourg : CELV

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

Rencontre imaginaire entre deux étudiants

Étudiant 1: E1, Étudiant 2: E2

 

E1: Salut !

E2: Salut ! Comment ça va ?

E1: Ça va bien ! Et toi?

E2: Ca va bien, merci. As-tu trouvé le sujet pour ton mémoire? Ça avance?

E1: hum, oui… j’ai trouvé mais je suis encore en train de réfléchir dessus.

E2: Ça sera sur quoi?

E1: Je suppose que je parlerai de l’enseignement de la culture en classe de langue. Comme tu le sais, je travaille actuellement dans un institut coréen à Paris. Quand je donne un cours à mes apprenants de coréen, je me demande à chaque fois comment je pourrais leur donner l’aspect culturel et les initier à la culture coréenne pendant le cours de langue.

E2: Ah, la culture dans l’apprentissage d’une langue étrangère est très importante !

E1: Oui ! En plus, lors de ma pratique de l’enseignement dans cet institut coréen, j’ai pu observer que les apprenants n’ont pas seulement besoin de connaissances et de compétences en ce qui concerne la langue coréenne, mais qu’ils veulent aussi avoir la capacité d’utiliser la langue en question dans différentes situations sociales et culturelles.

E2: Oui, tu as raison. Pour communiquer en langue étrangère, il faut aussi bien connaître la culture.

E1: Oui, par exemple, j’avais un cours la semaine dernière avec mes apprenants débutants. Et on a appris les chiffres en coréen. Mais, comment compte-t-on les chiffres sur ses doigts en France? On commence par la pouce, un, deux, trois… n’est-ce pas? Mais en Corée, on commence par l’index ! Un, deux, trois, quatre puis on finit par la pouce pour compter cinq ! Tu vois? même si c’est une petite chose, on peut déjà découvrir une différence. En plus, je crois que si l’on se concentre sur l’enseignement d’une langue en considérant l’aspect culturel, il sera plus intéressant pour les apprenants de participer au cours avec passion pour développer leur compétence de la langue.

E2: C’est vrai. Avec l’enseignement de la culture dans la classe de langue, les apprenants vont s’habituer à l’ambiance plus favorable et ils vont aussi acquérir des compétences interculturelles. Personnellement, j’avais suivi un cours de japonais pour les grands débutants, pendant ce temps-là, mon professeur, qui n’utilisait pas du tout le français en classe, nous a ouvert les yeux sur la culture japonaise et fait découvrir autant que possible un nouveau monde en donnant des éléments culturels. J’étais donc vraiment motivée d’apprendre la langue japonaise. Du coup, As-tu des idées pour développer les méthodes d’enseignement de la culture?

E1: Pour l’instant, je pense que des activités théâtrales ou des films coréens peuvent être présentés en classe comme support culturel pour les apprenants, car il y a plein d’éléments culturels dans ces supports et ils vont permettre d’enrichir la compréhension culturelle des apprenants. La dernière fois, j’ai fait un cours de cinéma coréen avec mes apprenants et c’était très intéressant. En effet, on a regardé ensemble des extraits du film que j’avais choisi puis je leur ai donné des éléments culturels, par exemple la façon de se saluer, la vie à la campagne ou les chansons traditionnelles, etc. Les apprenants étaient très curieux.

E2: Je veux bien participer à ton cours alors ! haha. Je crois que ton sujet de mémoire est intéressant et tu es déjà bien avancée ! Si tu finis de rédiger ton mémoire, fais-le moi lire! Je veux voir tes idées.

E1: Ok ! Mais je dois d’abord aller lire des livres à la bibliothèque. Merci de m’avoir écoutée !

E2: Je t’en prie. Parfois quand tes pensées sont bloquées, si tu en discutes avec quelqu’un, cela permet de remettre de l’ordre dans tes idées.

E1: Oui, tu as raison. J’étais un peu déprimée à cause de la rédaction du mémoire, mais je me sens mieux maintenant. Et tu m’as fait être motivée d’avancer à rédiger ! Je te remercie encore une fois.

E2: De rien ! Bon courage !!

E1: Merci. Au revoir.

E2: Au revoir.

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts

C’est parti, mon voyage d’écriture !

 

Dans le chapitre 5: « Rédiger des comptes rendus risqués » de son livre, Changer de société. Refaire de la sociologie(Paris, La découverte, 2006, p. 194-197), Bruno Latour nous propose de tenir quatre carnets durant le travail de recherche et la rédaction d’un mémoire.

En effet, « Rédiger le mémoire » est un sujet fastidieux qui est encore accompagné dans ma tête d’un point d’interrogation. Cependant, je suis consciente que je dois absolument chasser mes doutes et c’est pourquoi j’ai décidé de considérer cela comme une chose plaisante dans ma vie, avec laquelle je peux m’amuser. Personnellement, j’adore découvrir de nouveaux horizons, comme un voyage d’aventure! Donc, il est temps de mettre un peu de voyage dans ma recherche de mémoire.

Le premier carnet, tout d’abord, je vais l’appeler : « planning »

En général quand on voyage, on se pose des questions essentielles avant le départ: où je pars?, pour combien de temps?, comment j’organise mon voyage?, etc. Puis, on se prépare au fur et mesure jusqu’au jour du départ. Ce premier carnet, donc, me permet de noter et planifier les informations et les enquêtes comme un agenda de voyage.

Le deuxième carnet s’appelle: « faire son sac »

Pour le voyage, il n’y a pas de moment précis pour décider de partir. Je dirai que c’est un voyage improvisé. Mais il est nécessaire d’avoir une organisation au préalable: que dois-je emmener dans mon sac à dos? Puis, on se fait une liste de ce qu’on veut emporter. On peut y mettre plusieurs choses, comme par exemple, des vêtements, des chaussures, des médicaments, une pochette multimédia(appareils et chargeurs, etc). On les met et les range bien, chaque chose à sa place, dans son sac à dos. Donc je vais collecter et classifier les données trouvées, en réfléchissant sur la recherche, dans mon deuxième carnet.

Le troisième carnet: « traces de pas »

Dès qu’on arrive à destination, que fait-on? On se réveille un beau matin dans un espace inconnu. Puis, on se balade et commence à réaliser que la vie a d’autres couleurs que celles qu’on lui connaissait. On passe à une perspective de touriste et on ne voit plus le monde de la même façon. Personnellement quand je voyage, je fais défiler la carte le soir après être rentrée dans ma chambre et j’y indique le trajet que j’ai parcouru la journée. Je laisse donc les traces de pas sur la carte pendant mon voyage. Mon troisième carnet me permettra donc de noter des idées conçues, des expressions, des paragraphes pour ne pas les oublier rapidement.

Enfin, le quatrième carnet: « tampons de passeport »

Mon père travaille à l’étranger depuis longtemps. Quand j’étais petite, je me souviens qu’il me montrait son passeport avec plusieurs tampons en couleurs qu’il a reçus lors de ses voyages à l’étranger en racontant les histoires qu’il a vécues. Pendant ces moments-là, il a partagé sa vie et ses expériences avec sa petite fille(moi) et il m’a permis de vivre aussi des expériences nouvelles comme lui et de me lancer de nouveaux défis. En plus, il m’a appris qu’il n’y a pas de peurs que l’on n’est pas capable de surmonter et il m’a donné une confiance en moi-même pour le voyage. Avec mon quatrième carnet, je noterai tous les effets que j’ai obtenus, des conseils et des commentaires pour développer la rédaction de mon mémoire.

Quand on voyage, on devient une tortue qui porte son domicile. C’est son sac à dos. Donc je vais toujours garder mon carnet de recherche à portée de main comme une chose précieuse – mon sac à dos de voyage.

 

Bibliographie:

LATOUR, Bruno, 2006, Changer la société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, p. 194-197.

Minji YOO

Etudiante en master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Paris 3

More Posts