Tous les articles par Yaru WU

Billet

J’ai remarqué dans les entretiens biographiques que l’idée« être différent » revenait fréquemment.
Ça me fait penser à l’oeuvre « La Distinction. Critique sociale du jugement » de Bourdieu. Dans cette oeuvre, l’auteur a proposé l’idée de la distinction dans une approche sociologique.
D’après Bourdieu, des acteurs à l’intérieur d’un espace social sont liés l’un avec l’autre. Bourdieu a proposé également son idée sur l’origine d’hiérarchie dans la société: la lutte pour être différent et distinctive que les autres provoque une différence fort-faible, et éventuellement une différence hiérarchisées.

 

BOURDIEU, P. (1979). La distinction. Critique sociale du jugement. Paris, Ed. de Minuit.

Acteurs dans un cours de langues

Selon Molinié(2011, 2014), des enseignants et des apprenants sont tous des acteurs dans un cours de langues et de cultures. Il est donc essentiel de valoriser le plurilinguisme et le pluriculturalisme non seulement pour les apprenants, mais aussi pour les enseignants.
Il n’est pourtant  pas évident de former les futurs enseignants du français et de la culture française à être conscient du plurilinguisme et du pluriculturalisme d’eux-mêmes et ceux de leurs étudiants. L’auteure propose des entretiens biographiques et autobiographies pour que les enseignants puissent utiliser ces « données » cueillies préalablement comme ressource tout au long de leurs carrières.
Ces articles sur la plurilinguisme, pluriculturalisme et des acteurs dans l’enseignement m’ont fait beaucoup réfléchir sur la responsabilité des enseignants. En tant qu’enseignant, nous devons être conscients que ce n’est pas suffisant de bien maitriser la langue que nous enseignons, mais aussi de connaitre nos propres parcours linguistiques antérieurs et ceux des apprenants.

Molinié, M. (2011). Démarches portfolio en didactique des langues et des cultures: enjeux de formation par la recherche action. Encrage.
Molinié, M. (2014). Articuler action et production de connaissances sur l’expérience plurilingue. Éducation permanente, 4(201).

entretiens : quelle(s) langue(s)?

Afin de cueillir des données qualitatives, j’ai décidé d’effectuer des entretiens auprès des apprenants (avancé) du français en leur posant des questions semi-ouvertes.
J’ai remarqué que beaucoup d’entretiens au près des apprennent sont faits en français dans la littérature.
Ayant effectués des entretiens en français et dans la langue maternelle des apprenants auparavant avec des objectifs linguistiques précis, j’ai remarqué que les apprenants (avancé) donnaient des réponses plus « exactes » et détaillés quand ils s’exprimaient dans leurs langues maternelles; les apprenants avaient tendance de tourner en rond sans atteindre le point essentiel quand ils s’exprimaient dans la langue en cours d’acquisition.
Je me demande s’il n’était pas mieux de faire passer des entretiens dans la langue maternelle des apprenants afin d’obtenir des réponses plus concrètes.

Les soutenances du 15 mars

Dans le cadre des soutenances de mi-parcours, nous avons pu partager avec des camarades nos sujets et nos avancements.
Cette journée nous a fait réfléchir sur mon propre sujet et ceux des autres. Nous avons vu le progrès de chaque personne et je suis très inspirée par la diversité des travaux en cours.

Ruoxuan s’intéresse à l’enseignement du FOS (Français sur objectifs spécifiques) dans des universités chinoises. Elle pensait à faire des enquêtes sur l’enseignement du FOS en Chine à travers des questionnaires.
Bien que la collaboration académique entre la Chine et la France est beaucoup plus avancée qu’il y a 30 ans, l’enseignement du FOS n’est toujours pas très présent dans les universités en chine. Je trouve ce sujet très intéressant car ce sujet permettrait de connaitre la situation réelle de l’enseignement du FOS en Chine et proposerait des améliorations éventuelles.

Yiheng travaille sur l’interculturalité à travers des œuvres de CHEN Jianghong. Le peintre et auteur-illustrateur, spécialisé en Beaux-arts en chine et en France, est devenu très populaire parmi des lecteurs chinois aussi bien des lecteurs français. D’après Yiheng, dans les œuvres de CHEN, l’image de la chine historique est adaptée au public français pour que ses œuvres soient plus accessible pour le public occidental.

Mon sujet se penche sur les méthodes de recherche. Étant intéressée aux méthodes d’analyses en linguistique formelle et en didactique des langues, je tente à proposer une méthodologie  qui combine les approches des deux domaines. J’envisage plus particulièrement d’établir un lien entre les recherches linguistiques en laboratoire et l’enseignement des langues en classe.

La diversité des sujets observée le 15 mars me permet de réfléchir sur mon propre sujet avec de différentes perspectives et de diverses approches.

qualitative vs. quantitative

En didactique des langues, la méthode quantitative est fréquemment utilisée.
Cependant, en médecine, chimie, linguistique formelle, etc., la méthode d’analyse la plus utilisée est la méthode quantitative;
et la méthode qualitative est souvent critiquée par un défaut du consensus dans les données cueillies dans ces domaines.

Analyse qualitative ne devrait pas se limiter en didactique ou d’autres discipline en science humaine, bien évidemment.
Leung(2015) lance l’appel à l’utilisation la méthode qualitative en recherche scientifique, pour le soin des patients et au-delà.
La méthode qualitative contribue aux explications des analyses quantitatives.

J’effectue des analyses quantitatives tout en les complétant avec des analyses qualitatives dans mes études et essaie d’observer des interactions entre ces deux méthodes.

Référence:
LEUNG L. (2015). Validity, reliability, and generalizability in qualitative research. Journal of family medicine and primary care, 4(3), 324.

Dialogue

Etu: Bonjour, Monsieur.

Dir: Bonjour. Alors, vous êtes intéressée par la linguistique et la didactisation des recherches en linguistique. Dites-moi plus précisément ce que vous comptez faire dans votre mémoire.

Etu: Les enseignants du FLE ou d’autres langues étrangères sont souvent peu formés sur les recherches linguistiques en laboratoire et qu’ils sont parfois coincés sur quelque chose qui est déjà résolue par des linguistes du domaine concerné. J’aimerais bien rendre accessible des machines d’entrainement  en laboratoire aux étudiants du FLE, notamment des machines portables qui servent à aider les apprenants des langues étrangères à améliorer leurs compétences langagières. Je pense à faire cela en exploitant des courants méthodologiques.

Dir: C’est très bien. Avez-vous réfléchi un peu sur les courants méthodologiques que vous allez exploiter?

Etu: Oui, je pense à comparer de différents courants qui existent en didactique et essayer de trouver un courant qui est adapté pour la didactisation des recherches en linguistique.

Dir: Alors, comment allez-vous tester ces courants? Avez-vous déjà des idées précises?

Etu: Il est peut-être intéressant de faire des entretiens et ensuite les analyser?

Dir: Vous êtes sur la bonne voie. Avez-vous déjà pensé aux questions que vous allez poser à vos interviewés?

Etu: Je n’ai pas encore assez réfléchi sur cela.

Dir: C’est normal. Écoutez. Préparez vos questions et nous en discuterons dans deux semaines? Cela vous conviendrait?

Etu: C’est parfait! Merci beaucoup, Monsieur. Je vous tiendrai vite au courant par mail.

résumé diltec 2016

La discussion qui s’est passé le vendredi 21 sur la méthode biographique me parait très intéressante.

A travers la méthode biographique, nous pouvons analyser qualitativement des histoires de vie des apprenants en langues étrangères.

L’entretien de façon traditionnelle (i.e. l’alternance entre des questions et des réponses) n’est pas utilisé. Afin de faire parler/ stimuler l’interviewé, une question de lancement très ouverte définie avec prudence par intervieweur est employée.

En didactique, la biographie langagière est utilisée pour amener les apprenants à réfléchir sur leurs expériences propres et à s’auto-évaluer. En outre, les apprenants entrent dans la méta-cognition de leur propre apprentissage des langues en réfléchissant sur leurs expériences.

Présentation du sujet

Les apprenants des langues ont des difficultés à percevoir et à produire certains phonèmes qui n’existent pas dans leur(s) langue(s) maternelle(s).  Dans cette étude, j’envisage de didactiser les recherches linguistiques en laboratoire,  notamment sur l’utilisation des machines portables qui servent à aider les apprenants des langues étrangères à améliorer leurs compétences langagières.  Je vise surtout à mieux utiliser et rendre accessible ces outils qui sont peu accessibles aux enseignants et aux apprenants des langues étrangères.
Les enseignants du FLE ou d’autres langues étrangères sont souvent peu formés sur les recherches linguistiques en laboratoire et qu’ils sont parfois coincés sur quelque chose qui est déjà résolue par des linguistes du domaine concerné.
Il est donc nécessaire d’établir un lien entre les recherches linguistiques en laboratoire et l’enseignement des langues étrangères.

Bibliographie :
BEST Catherine T. (1995). « A Direct Realist View of Cross-Language Speech Perception, » Speech perception and linguistic experience: Issues in cross-language research. Baltimore,
FLEGE James E. (1984). The detection of French accent by American listeners. Journal of the Acoustical Society of America 76(3): 692-707.
JESPERSEN Otto (1904). How to teach a foreign language. London, George Allen and Unwin.

Les carnets

J’ai toujours eu deux carnets : un agenda où je note les évènements à venir et un cahier de brouillon où je note tout ce qui m’intéresse. Suivant les conseils de Bruno Latour, j’ai toujours sur moi deux carnets.

J’ai également plusieurs « carnet » électroniques pour la rédaction et la bibliographie. Ils ne conviennent pas tout à fait aux critères dans la description du 2ème et 3ème carnets définis par Bruno Latour, mais je préfère en garder deux en version électronique afin de pouvoir les modifier/améliorer facilement. Je classifie ces fichiers en deux catégories : un fichier/carnet « bibliographie » et un fichier/carnet « rédaction ».

Bibliographie :
Bruno Latour, Changer de société, refaire de la sociologie, Paris,
La Découverte, « Armillaire », 2006, pg. 195