Tous les articles par Manon

Etudiante en Master 2 DFLE à la Sorbonne Nouvelle, en échange à Monash University, Melbourne, Australie. Mon mémoire s'intéresse aux effets de la bilitéracie en immersion choisie sur l'apprentissage de la lecture en L1, avec comme contexte de recherche les écoles bilingues français-anglais de Melbourne. Je suis en double-cursus et étudie également l'Astrophysique. J'ai une licence de Sciences du Langage / Enseignement du FLE.

Il y a ceux qui parlent aux conférences et nous qui les écoutons

En tant qu’étudiants en master 2 je pense que nous commençons tous à nous rendre à de plus en plus de conférences et séminaires. Il y a parfois des doctorants qui y parlent, mais la plupart du temps ce sont des profs, des auteurs qui nous intimident et qui semblent vraiment au dessus de nous pauvres débutants dans le monde de la recherche.

Et bien contre toute attente j’ai le plaisir de vous annoncer que moi, petite étudiante en master 2, j’ai été invitée à prendre part à une conférence organisée par l’Ambassade de France en Australie et la Francophonie qui se déroulera en mai sur le thème « Qu’enseigne-t-on lorsqu’on enseigne le Français ? ».
J’y parlerai de mes recherches qui se focalisent sur les apports/effets de l’apprentissage du français en école bilingue d’immersion sur la compétence de lecture en anglais de petits australiens anglophones natifs. Apprendre le français dès la maternelle, ça leur apporte évidemment des connaissances en français mais…est-ce que c’est tout?

J’ai hâte de vous en reparler lorsque j’aurais plus de détails, j’avoue que cette nouvelle était vraiment un choc (j’étais invitée à l’Ambassade hier, assez intimidant!) mais un choc agréable.

Bon courage à tous les spectateurs de conférences comme moi, qui tôt (très tôt!) ou tard deviendront à leur tour, conférenciers!

Manon

Etudiante en Master 2 DFLE à la Sorbonne Nouvelle, en échange à Monash University, Melbourne, Australie. Mon mémoire s'intéresse aux effets de la bilitéracie en immersion choisie sur l'apprentissage de la lecture en L1, avec comme contexte de recherche les écoles bilingues français-anglais de Melbourne. Je suis en double-cursus et étudie également l'Astrophysique. J'ai une licence de Sciences du Langage / Enseignement du FLE.

More Posts

Pas de bol!

Pas de bol, il y a un an, je suis tombée sur un concept qui me plaisait bien dans un livre écrit en anglais. Il parlait de « literacy ». Je cherchais un sujet pour mon mémoire et je me suis dit : « ça, ça me parle ».

Pas de bol, j’ai développé mon idée de sujet sur la « literacy » à partir de ce livre en anglais, et un autre, et un autre.

Pas de bol, j’en ai parlé à l’oral avec ma directrice de recherche qui avait l’air emballée, et j’ai commencé à formuler mon sujet en français sur la « litéracie« . J’avais plein de sources en anglais et même une en français, celle de Balsev et Saada-Robert (2002).

Pas de bol, lors de mes recherches, je tombe sur un article qui parle de « littératie » (Chiss, 2008). Bon, pourquoi pas. Après tout il y a peut-être plusieurs traductions!

Pas de bol, je tombe sur un autre article qui parle de littéracie (Marquillo-Larruy, 2012).

Pas de bol, je tombe sur DES DIZAINES D’ARTICLES qui se posent la question de quelle est l’orthographe qui convient. Ils argumentent, se répondent entre eux, défendent leur orthographe ou la modifient.

Du coup, moi, qui pensais utiliser une citation pour définir rapidement le concept de « literacy » dans mon introduction, je me retrouve à devoir prendre position, à devoir rejoindre la bataille. Quelle orthographe choisir? Quel auteur dois-je suivre, quels auteurs dois-je renier? Je n’ai pas les armes pour faire cette guerre, je ne suis qu’une toute petite au milieu des grands et je ne ressens pas cette légitimité qu’ont les autres pour dire que telle ou telle orthographe ne me convient pas, pour dire que je sais mieux.

Alors, pour ne pas trop me mouiller, je décide de faire comme Martine Marquillo-Larruy et de dire; « Je respecte les choix des auteurs cités, et quant à moi, j’utilise la graphie » litéracie.

Pas de bol.

 

 

Manon

Etudiante en Master 2 DFLE à la Sorbonne Nouvelle, en échange à Monash University, Melbourne, Australie. Mon mémoire s'intéresse aux effets de la bilitéracie en immersion choisie sur l'apprentissage de la lecture en L1, avec comme contexte de recherche les écoles bilingues français-anglais de Melbourne. Je suis en double-cursus et étudie également l'Astrophysique. J'ai une licence de Sciences du Langage / Enseignement du FLE.

More Posts

L’apprentissage de la lecture en école d’immersion bilingue

Le travail de recherche pour le mémoire est un travail solitaire et cette solitude est parfois un peu difficile à gérer pour moi qui suis très sociale, mais j’apprécie de lire vos billets à tous qui me donnent cette sensation d’appartenance que j’ai eu du mal à retrouver en partant m’exiler à vingt mille kilomètres de la Sorbonne.

Actuellement en échange en Australie, je suis l’étudiante qui n’est ni en présentiel, ni en ENEAD, un peu paumée, un peu loin de tout, et même une OVNI avec son double cursus d’Astrophysique.

Cependant aujourd’hui je suis comme vous et je viens vous présenter mon projet de mémoire. J’ai déjà de travailler sur les écoles d’immersion bilingues anglais-français et sur la notion de bilitéracie.

La litéracie, c’est un terme « élastique » auquel on peut donner différentes définitions et prêter de nombreuses propriétés. Dans mon mémoire, ça veut simplement dire : apprentissage de la lecture et de l’écriture. Je m’intéresse aux enfants de Grande Section (Prep en Australie) et CP (Year 1), ce qui fait des enfants de 5-6 ans en général. Du coup la bilitéracie, en toute logique, c’est la litéracie dans deux langues. Ici, plutôt simple de justifier mon choix, j’étudie le FLE et je suis en Australie dans un contexte essentiellement anglophone. On parle donc de bilitéracie anglais-français.

Enfin, je m’intéresse au contexte de l’éducation bilingue d’immersion, c’est-à-dire les écoles qui enseignent la moitié du temps en anglais (langue maternelle des élèves) et l’autre moitié du temps en français. Oui, en français, pas le français. Donc on apprend les sciences, les maths, etc. en français. La langue sert de média d’instruction (Abello-Contesse, 2013 : 4) et pas d’objet d’étude. Dès la maternelle. A des enfants qui parlent anglais à la maison. Plutôt impressionnant non? En plus de tout ça, les élèves apprennent à lire, comme tous les enfants en Prep et en Year 1 en Australie. Mais les heures consacrées à la lecture (environ 1H30 à 2H par jour) sont coupées en deux : 45 minutes avec la maîtresse, 45 minutes with the teacher.

L’éducation bilingue ici est très à la mode, surtout en français puisque c’est une langue valorisée : pour un Australien, parler français ça veut dire être intelligent, extrêmement cultivé, provenir d’un milieu social valorisé, et avoir beaucoup de succès dans les relations amoureuses. Cependant, les parents ne veulent pas risquer que cette lubie ait des conséquences négatives sur l’éducation de leurs enfants. Beaucoup de parents par exemple se demandent ;  « Si mon enfant ne reçoit que 50% de son éducation en anglais, son niveau d’anglais sera-t-il inférieur à celui des élèves des écoles monolingues ? ». 

Parce que je crois profondément en l’éducation bilingue, je me donne pour objectif d’étudier avec ce mémoire les effets de l’éducation bilingue d’immersion sur le niveau de lecture en L1 (anglais). Les élèves apprennent-ils plus lentement? plus vite? mieux? moins bien?
Est-ce qu’ils vont confondre les deux langues et devenir stupides? (non).

Beaucoup d’études sur l’éducation bilingue d’intégration ont été faites, avec des enfants dont la langue maternelle n’est pas la langue de scolarisation du pays ou territoire où ils se trouvent (Abello-Contesse, 2013). Mais dans l’éducation bilingue choisie (c’est à dire pour des enfants ne provenant pas de minorités linguistiques), on trouve beaucoup moins de ressources et d’études! Et les résultats seront forcément différents : en effet, on sait que les enfants provenant de minorités linguistiques ont tendance à avoir un niveau scolaire moins important que les autres enfants (facteurs sociologiques). Du coup, beaucoup d’études sur les effets du bilinguisme enfantin ne prennent pas en compte ces facteurs sociaux dans leur recherche. Et donc, le bilinguisme est souvent vu à tort comme un facteur affectant négativement le niveau scolaire des élèves. Pour cette raison, ma recherche me semble donc super importante.

Mes questionnements sont les suivants;
l’apprentissage de la lecture dans deux langues simultanément permet-elle une meilleure compréhension du mécanisme de lecture en général ? l’apprentissage bilingue de la lecture développe-t-il davantage les compétences métalinguistiques que l’apprentissage monolingue ? la bilitéracie permet-elle aux enfants de comprendre plus facilement des notions abstraites telles que l’arbitraire du signe ?

J’espère pouvoir continuer à lire à propos de vos mémoires et vous reparler bientôt du mien. J’ai créé et utiliserai notamment l’étiquette « litéracie » (un seul « t ») sur arlap si le sujet vous intéresse.

Ma « Bible » :

Abello-Contesse, C. (2013). Bilingual and Multilingual Education: An Overview of the Field. In Abello-Contesse, C., Chandler, P. M., López-Jiménez, M. D., & Chacón-Beltrán, R. (Eds.), Bilingual and multilingual education in the 21st century: Building on experience. Multilingual Matters.

 

 

Manon

Etudiante en Master 2 DFLE à la Sorbonne Nouvelle, en échange à Monash University, Melbourne, Australie. Mon mémoire s'intéresse aux effets de la bilitéracie en immersion choisie sur l'apprentissage de la lecture en L1, avec comme contexte de recherche les écoles bilingues français-anglais de Melbourne. Je suis en double-cursus et étudie également l'Astrophysique. J'ai une licence de Sciences du Langage / Enseignement du FLE.

More Posts