Tous les articles par Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

« R(r)oms » – une complexité au rendez-vous

Source d’image : https://fr.wikipedia.org/wiki/Drapeau_rom

Quand j’ai entamé ma recherche sur les difficultés des élèves roms à l’école en Serbie, je n’imaginais pas que je me rendisse sur un terrain tellement glissant et instable. L’orientation de mon sujet dans un autre sens, tout en gardant le noyau central, a nécessité une lecture plus profonde sur ce peuple et sur leur culture. À ce moment-là, je me suis rendue compte que déjà la seule appellation « Roms » relève tout un débat dans le milieu scientifique, politique, mais aussi dans ces populations. De ce fait il n’est pas étonnant que Marc Bordigoni débute son ouvrage Les Gitans par « le choix des mots nécessaires » afin de nommer la description d’une réalité très complexe (2007 : 9).

Pour rappeler, le terme générique « Roms » est créé par l’Organisation des Nations Unis, puis l’Europe et les organisations internationales roms. Autrement dit, il est accepté comme « politiquement correct » et c’est celui qui  est dans  l’usage officiel. Si on creuse le sujet davantage, on est frappé d’emblée par le caractère réducteur et catégoriel de ce terme. Dans cette perspective, sur le site du Conseil de l’Europe, on peut trouver l’explication suivante :

« Le terme « Roms » désigne les Roms, les Sintés (Manouches), les Kalés (Gitans) et les groupes de population apparentés en Europe, dont les Voyageurs et les branches orientales (Doms, Loms) ; il englobe la grande diversité des groupes concernés, y compris les personnes qui s’auto-identifient comme « Tsiganes » et celles que l’on désigne comme « Gens du voyage »[1].

Par conséquent, il n’est pas surprenant que cette appellation soit déniée par les spécialistes qui y trouvent une catégorisation par excellence renvoyant à l’essentialisme à savoir à l’homogénéisation de ce peuple et des individus. Dans cette optique, Canut met en avance le but d’une telle catégorisation qui est « de masquer une complexité sociale et (…) de déshistoriciser un ensemble de populations aux trajectoires et aux pratiques hétérogènes » (2011 : 9). De surcroît, certains membres de ces populations ne se reconnaissent pas dans cette dénomination du fait qu’il n’englobe qu’une partie de ce monde (Bordigoni, 2007 :17-18). Mon intention n’est pas d’entrer dans les détails à ce propos. D’après la littérature que j’ai consultée, j’ai pu observer que les chercheurs utilisaient en général le terme « Roms » (Canut, 2011,  Liègeois, 2007) et « Tsiganes » (Berthier 1979, Liègeois 1997, Reyners 2003).

Pour ce qui est de la Serbie, la désignation « Roms » s’emploie officiellement. Par contre, celle de « Tsiganes » est connotée négativement à l’opposition de l’usage français. En tenant compte du fait que le terme « Roms » désigne le peuple provenant des Balkans et de l’Europe centrale (Bordigoni, 2007 : 16) et que mes élèves se déclaraient comme les Roms, il me semble  tout à fait justifié d’employer ce terme. Il est à noter un seul « r » dans ce mot.

Or la complexité de cette dénomination  ne s’arrête pas là. En consultant des documents divers, je suis tombée sur la double orthographe de ce mot – « Roms » et « Rroms ». Quelle est la plus juste ? Étant curieuse, je me suis lancée dans une petite recherche.

En effet, ce sont des militants roms qui préconisent l’orthographe de ce mot avec double « r ». Dans cette optique, Saimir Mile, président de l’association La voix des Rroms, explique pourquoi il faut utiliser l’appellation « Rroms » avec deux « r »[2]. Il met en exergue le fait que dans la langue rromani, le mot « Rrom » contient deux « r ». Ces deux « r » représentent la transcription d’un son particulier, « r » rétrophlexe, qui se distingue d’un seul « r », « r » roulé. Il est à souligner que ces deux types de « r » se retrouvent dans l’alphabet du rromani, élaboré par le linguiste Marcel Courthiade et adopté par l’Union rromani international en 1990. Ensuite, l’auteur constate que tous les emprunts récents gardent l’orthographe de la langue d’origine. De ce fait, le mot « Rrom » ne devrait pas être une exception.

La seconde explication renvoie à confusion que peut porter le terme « Rom ». De manière synthétique, on peut dire qu’il se confond souvent avec « Roumain » et « Roumanie », mais aussi avec « Roma » qui est la capitale de l’Italie et le pluriel de « Rom » en rromani et en anglais. De mon expérience, je peux confirmer que certaines personnes pensent que les Roms sont en fait les Roumains… C’est pour cette raison que je ne trouve pas inutile l’emploi du mot « Rroms » avec deux « r ». En outre, si on y ajoute l’argument cité dessus, ce raisonnement me semble pertinent.

Pour terminer, on peut constater que l’usage du terme « R(r)om » est tissé par des débats et des désaccords toujours actuels. De ce fait, il nous invite à la prudence et à la prise de positionnement concernant son emploi. Il n’est pas anodin également de se référer aux spécialistes en ce qui concerne l’orthographe de ce mot. Une recherche plus exhaustive éclaircirait toutes les ambiguïtés. On a pu également voir qu’il ne faut pas prendre au léger l’utilisation des notions, des concepts et des termes. Les  historiciser et les contextualiser, c’est une tâche incontournable afin d’éviter toute piège dans la recherche.

 

Références bibliographiques :

Berthier, J.-C. (1979). « La socialisation de l’enfant tsigane ». Modes de socialisation de l’enfant. Revue Internationale des sciences sociales, vol. XXXI (3), 409-425

Bordigoni, M. (2007). Les Gitans. Paris : Le Cavalier Bleu

Canut, C., Hobé, A. (2011). « Roms et compagnie ». L’exemple des Roms, les Roms pour l‘exemple. Lignes, no 34, 7-23

Liégeois, J.-P. (1997). Minorité et scolarité : le parcours tsigane. Toulouse : Centre de recherches tsiganes, CRDP Midi-Pyrénées

Liégeois, J.-P. (2007). Roms en Europe. Strasbourg : Conseil de l’Europe

Reyniers, A. (2003). Identité, rapport au voyage, économie, éducation et rapport à l’école dans le contexte de de la société contemporain. Nancy-Metz : CASNAV

[1] https://rm.coe.int/CoERMPublicCommonSearchServices/DisplayDCTMContent?documentId=0900001680088eaa

[2] http://www.cafebabel.fr/societe/article/rom-ou-rrom.html

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Et si on parle du dessin ?

La méthodologie fait une partie cruciale de la recherche. Pour cette raison-là, elle doit être choisie et élaborée minutieusement, tout en suivant les objectifs visés et la problématique. Dans ma recherche, j’ai opté pour faire des entretiens semi-directifs. Une méthode qualitative qui me permettrait de mieux comprendre les difficultés des enfants rroms à l’école. Pour ce faire, j’ai visé à faire des entretiens avec des élèves (de 7 à 10 ans), des enseignants et des parents. Même si je ne l’ai pas pensé au début, le problème s’est posé sur le choix des interlocuteurs et de la modalité de l’enquête. En effet, comment faire un entretien avec des enfants ? Surtout si on parle des enfants rroms dont la langue maternelle n’est pas le serbe, étant parfois très timides et qui ont des difficultés dans l’expression. Cette situation exigeait un autre moyen à envisager afin d’aboutir à mon objectif.

 

Le dessin d’un élève de CM2 sur la consigne “Dessine la langue rromani et la langue serbe”

Dans cette optique, j’ai adopté une approche par le biais du dessin de plusieurs raisons. Tout d’abord, il fallait établir une relation de confiance entre chercheur et élèves afin que ces derniers se sentissent en sécurité, à l’aise et s’investissent davantage dans les tâches demandées. Dans ce sens, le choix porté sur le dessin s’avère bien fondé. Il est à ajouter aussi que le dessin est une modalité permettant à tous les élèves de s’exprimer peu importe leurs capacités linguistiques, leur niveau et leur réussite scolaires, s’ils sont timides ou sûrs d’eux-mêmes. En outre, Castellotti et Moore mettent en avant les avantages de ce dernier pour la construction des données dans la recherche :

« Le dessin est pour les enfants une activité familière, qui fait partie de leur quotidien familial scolaire, social, mais aussi personnel, intime. À ce titre, il est un moyen privilégié pour qui mène une recherche avec des enfants : il leur permet de s’exprimer sur un mode qu’ils maîtrisent au moins aussi bien (souvent mieux, même) que leurs interlocuteurs et qui leur attribue d’emblée une voix d’autorité et un statut légitime. Ils sont, en effet, en position d’auteurs, qui se réapproprient leur dessin et vont proposer des clés pour en construire, en interaction, une interprétation » (2009 :45-46).

De là, nous voyons que l’engagement des élèves dans le dessin est double. Primo, ils s’engagent dans un processus créatif. Ainsi, le dessin devient un moyen d’expression de l’expérience des enfants, de leur connaissance, mais aussi la représentation intérieure de l’histoire qu’ils sont en train de raconter à savoir de dessiner (Kendrick et McKay, 2002 :46). Dans la perspective vigotskienne, le dessin est la source du développement de l’enfant, une forme particulière du discours, une implication de l’enfant dans l’imaginaire, dans le langage qui peut aboutir à la création des histoires (Castellotti et Moore, 2009). Secundo, les enfants se lancent dans la construction de l’interprétation du dessin avec le chercheur. Aussi se crée-t-il conjointement le sens dans l’interaction à savoir dans la communication et le dialogue. Pour le chercheur, le dessin est « une recherche de compréhension de ce que l’enfant dit (…) à travers son dessin et le commentaire qu’il en fait » (Perregaux, 2009 :33). Ceci dit que les dessins et les commentaires pourraient mettre en exergue les représentations de ces élèves vis-à-vis des langues serbe et romani et de la lecture ce qui pourrait éclaircir en partie les difficultés rencontrées à l’école par ce public.

Au final, l’importance du dessin dans la recherche avec les enfants est multiple : il est un « stimulus » de leur imagination, un support de leur réflexion et un appui pour leurs verbalisations (Castellotti et Moore, 2009 :78). À cet égard, cette modalité d’enquête s’est montrée comme un bon choix pour les enfants rroms. En ce qui concerne l’entretien semi-directif, étape discursive, il était envisagé comme une activité complémentaire à la première. Il a permis aux enfants une verbalisation plus facile à partir de leurs dessins et des explicitations en sorte que la construction du sens et de l’interprétation collaboratives s’établissent.

 

Bibliographie :

Castellotti, V., Moore, D. (2009). « Dessins d’enfants et constructions plurilingues. Territoires imagées et parcours imaginés », dans Molinié, M. (éd.), Le dessin réflexif. Elément pour une herméneutique du sujet plurilingue. Sergy – Pontoise : CRTF, 45-85

Kendrick, M. et Mckey, R. (2002). « Uncovering Litteracy Narrative through Children’s Drawings ». Canadian Journal of Education, no 27, 45-60

Perregaux, C. (2009). « Dans les dessins de jeunes enfants, les langues sont des images », dans Molinié, M. (éd.), Le dessin réflexif. Elément pour une herméneutique du sujet plurilingue. Sergy -Pontoise : CRTF, 31-44

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Regards croisés sur Eli Lotar

Dans ce billet, je voudrais croiser mes expériences sur une exposition que j’ai visitée il y a quelques semaines. Ou confronter l’art, particulièrement la photographie et le film documentaire avec la méthodologie de recherche. On verra bien quels sont leurs points convergents.

Eli Lotar (1905-1969), photographe et cinéaste français d’origine roumaine, fait partie des premiers photographes de l’avant-garde parisienne. Un artiste interdisciplinaire et engagé, il combine plusieurs pratiques telles que photographie, collages et films.

La rétrospective de son œuvre sera présentée au Jeu de Paume jusqu’au 28 mai. Elle met en exergue l’importance du cinéma et du documentaire pour cet artiste engagé. Ainsi, en se promenant entre surréalisme et documentaire, poésie et engagement, ville et voyage, image fixe et cinéma, on a l’impression de se balader à travers la recherche, entre notions et concepts, enquêtes et terrain, engagement et préconisation, etc. C’est à partir de cette promenade que je voudrais présenter une exposition vue par un rédacteur de mémoire.

Les premiers débuts d’Eli Lotar s’inscrivent dans le courant de Nouvelle vision. La photographie devient un outil d’exploration, on y  découvre le désir de l’auteur pour trouver l’inconnu dans un objet connu. En flânant à travers Paris urbain et industriel, on est d’emblée frappé par le goût du photographe pour les détails. Il les recherche en variant la focalisation, en isolant un élément (un flou sur une locomotive) tout en adoptant le procédé de plongée[1], de contre-plongée, de décadrage ou de gros plan, mais aussi un point de vue inhabituel et surprenant. Il me semble que cette technique d’Eli Lotar se puisse bien transposer à la méthodologie de recherche. Ainsi, il faut se laisser jouer avec les notions qu’on adopte – varier leur focalisation, le point de vue, les isoler, rechercher les détails qui échappent afin d’obtenir « l’inconnu dans un objet connu ». Il va de même pour l’objet de recherche. De cette manière, on démontre toute la singularité de notre posture de chercheur.

        

Eli Lotar, Foire de Paris, 1928          Eli Lotar, Locomotive, vers 1929

Peu à peu, la pratique d’Eli Lotar évolue en cédant place au documentaire. Dans ce sens, il se laisse déambuler dans les rues de Paris, dans les petits quartiers misérables, dans des endroits où peu de gens vont. Il capte des figures qui sont dans « un moment de vision intérieure, dans un moment de pause »[2]. Mais son vrai engagement documentaire, à savoir social et politique, se réalise dans les films documentaires. Ainsi, il est opérateur sur le film Terre sans pain de Luis Buñel (1933) dont l’objectif est de démontrer les conditions difficiles de vie des habitants de la région Hurdes, en Espagne. Il collabore également dans le film Zuiderzeewerken de Jorins Ivens (1929). Enfin, en 1945, Lotar lui-même réalise un film intitulé Aubervilliers témoignant d’une grande misère des habitants de cette banlieue parisienne.

Eli Lotar, Dormeuse, Espagne, quatrième voyage, février 1936

Cet intérêt et le travail sur le documentaire d’Eli Lotar  correspond au terrain de recherche d’un chercheur. Après avoir établi un cadre théorique, bien examiné les notions et les concepts, les théories qui lui serviront d’appui, le chercheur se glisse dans le terrain (ou inversement). C’est là où il retrouve toute la richesse de sa recherche. De même comme Lotar, il se laisse flâner dans le terrain, il observe et guette son objet de recherche. Ses enquêtés. Les problèmes qui surgissent… Il est à l’écoute de la théorie et du terrain. Il s’engage aussi… dans le but d’améliorer l’état de choses actuelles dans tel ou tel domaine.

Enfin, ce qu’il lui reste, c’est d’entamer un dialogue avec ses enquêtés, le matériel précieux de chaque recherche. De les écouter, de les comprendre, de se distancier de la posture de chercheur. Mais pas tout à fait. Ainsi, Lotar a mis fin à sa carrière par la collaboration avec Giacometti, sculpteur, dans les années 60. Le dialogue équilibré s’établit entre ces deux artistes : Lotar photographie Giacometti, Giacometti sculpte Lotar. Un dialogue de l’enquêté et l’enquêteur.

  1.                  2.   

1. Eli Lotar, Giacometti à l’hôtel de Rive, Génève 1944

2. Giacometti, Buste de Lotar, 1965

Dans cette perspective, nous avons pu voir un lien étroit entre recherche et art. En fin de compte, l’art est une recherche et la recherche est un art… Eli Lotar l’a bien montré : leurs procédés et leurs méthodes ne se distinguent pas. Ainsi, un dialogue intime s’établit.

Les infos sur l’exposition Eli Lotar (1905-1965) :

Date : du 14 février au 28 mai 2017

Lieu : Jeu de Paume, 1, place de la Concorde

Accès : Gratuit pour les étudiants

Site : www.jeudepaume.org

[1] En photographie et au cinéma, la plongée et la contre-plongée désignent les angles de prise de vue. Ainsi, la plongée est la prise de vue du haut vers le bas tandis que la contre-plongée est un procédé inverse.

[2] Selon les mots de Damarice Amao, commissaire de l’exposition.

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Confusion des voix

 

En pleine recherche et lecture, complètement perdu, en panique et désespéré, un masterant décide de changer un peu d’idées. Effrayé du temps qui coule sans jamais se fatiguer et s’arrêter, il opte pour aller à la  soutenance d’une thèse. Cela lui permet de faire d’une pierre deux coups – sortir de son sujet et écouter pour se préparer à pré-soutenir et à soutenir son mémoire.

Hélas ! Après un bon exposé de Madame la Candidate (son approche, son questionnement, les acquis scientifiques, l’aspect pragmatique, les limites et les perspectives de sa recherche) et des mots d’éloges et de remarques bienveillantes de Monsieur le Jury, notre masterant fut subitement frappé par l’angoisse. Les voix intérieures commencent à surgir… Terrifiée de cette confusion brusque, gentille Madame l’Espoir a fermé ses portes…

Madame la Panique (sans haleine): « Euh, les notions, les concepts… les définitions… Je les ai bien creusés ??? »

Madame la Raison (d’une voix apaisante): « C’est à retravailler…Tu as bien entendu ! Il ne faut pas laisser une définition ouverte. Autrement dit, écrire 5 définitions sur une notion, ça ne sert à rien. La question qui se pose d’emblée, c’est quelle définition tu retiens et POURQUOI. Fais attention ! Il vaut mieux d’écrire moins de définitions et de les creuser davantage.»

Madame l’Inquiétude : « Pour bien creuser une notion, un concept et justifier telle ou telle approche, il nous faut une immense lecture et du temps… Et de la réflexion, évidemment… Ouuufff… »

Madame la Panique : « En plus, le temps passe si vite… Et les entretiens, l’analyse… Oh là là !!! Quelle galère !» Sa panique la paralysa…

Madame la Raison (tranquillement): « Essaie de faire le mieux possible. Pour une bonne recherche, il faut du temps. Évidemment, ce n’est pas possible de la réaliser en 4 mois. Mais quand-même… Il le faut ! »

Madame l’Angoisse : « Plus je lis, plus je suis perdu. Comment s’en sortir ? »

Madame la Raison : « Tout d’abord, il faut se distancier un peu. Arrêter les lectures un moment, réfléchir et rédiger, puis les reprendre. Mais… Retiens bien les remarques du jury à propos de la lecture ! »

Madame la Panique : « Euuhh… C’est-à-dire ? »

Madame la Raison : « C’est-à-dire qu’il y un risque à éviter dans le mémoire… on a tous une volonté de démontrer notre travail et une immense lecture qu’on a faite… Mais, sois prudent ! La rédaction du mémoire exige le tri des informations et une infiltration de la théorie. Si tu mets tout, cela risque à encombrer le texte. Enfin, ces informations apparaissent inutiles dans la rédaction finale. Le jury aime bien avoir sous les yeux une thèse ou, dans ton cas, un mémoire, agréable à lire. Bien structuré, sans se perdre, sans trop d’informations et de définitions qui peuvent gêner la lecture. »

Madame l’Angoisse : « Bon… Je garde à l’esprit ton conseil. Pardon, le conseil du jury. »

Madame la Raison : « Tu as oublié les cours de méthodologie ? Ben… Monsieur le Prof l’a répété mille fois… »

Mesdames la Panique, l’Inquiétude et l’Angoisse (en chœur) : « Merci Madame la Raison, on se souvient bien !!! On est un peu trop dans la lecture et dans la recherche… »

Madame la Raison : « Respirez un peu les filles ! Gardez toujours en tête tous les conseils de la méthodologie, puis des membres de jury des soutenances auxquelles vous avez assistées et enfin, de votre, en fait, notre directeur. Cela vous permettra de mener à bien votre recherche. Avec moi, bien sûr ! »

Malgré la confusion que cette soutenance a provoquée dans la tête de notre masterant, il s’est senti soulagé. Il avait de bonnes pistes pour continuer son travail. Rassuré, il est rentré tout en étant à l’écoute des voix intérieures et extérieures…

Madame la Raison : « Attends ! J’ai oublié la dernière chose à dire ! Fais attention au titre du mémoire… Le jury a rapproché à la candidate le titre inadéquat de sa thèse…Monsieur le Prof l’a signalé mille fois ! Et retiens bien les mots clés de la soutenance : JUSTIFICATION-REFLEXION-APPROFONDISSEMENT CRITIQUE. »

Source d’image :

http://www.gettyimages.fr/license/510463252

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

L’entretien biographique – l’écoute des voix intimes?

Chaque recherche implique une méthodologie spécifique. Sa nature, sa problématique, les objectifs visés, etc. vont porter notre choix sur la méthodologie la plus adéquate à suivre. Ainsi, on se décide pour les questionnaires, le corpus à analyser, l’entretien – directif, semi-directif, de compréhension, biographique… Mais avant de déterminer la méthode qui nous permettra d’aboutir à notre recherche, il faut bien connaître tous les traits de chacune d’elle, ses avantages et ses inconvénients. Dans cette optique, la matinée de recherche L’entretien biographique. Interaction et ajustements du sens organisée le 7 février à la Maison de recherche avait pour objectif de croiser les différents points de vue des intervenants sur l’entretien biographique et sur son intérêt en didactique des langues.

La communication de Brahim Benberkane et de Magali Ruet, doctorants à Paris 3, est particulièrement attirée mon attention. Intitulée L’entretien biographique entre écoute et compréhension : raconter sa mobilité pour mieux comprendre ses mondes, elle s’articulait autour de plusieurs questions :

Pourquoi l’entretien biographique est leur méthode de recherche privilégié ? Quelle est la relation entre chercheur et ses témoins ? Quel est l’effet d’un tel entretien sur les acteurs ?

Le choix de cette méthode pour leurs recherches est tout à fait justifié. Cela dit, leurs thématiques, mobilité étudiante et migration, exigent le recueil des trajectoires de vie de leurs interviewés. C’est l’objectif de l’entretien biographique – mettre en avant les passages, les expériences d’une vie qui permettra au chercheur de se concentrer sur la séquence des événements traversés par un individu et d’épuiser plus profondément dans l’individu. Afin d’y arriver, la question de la relation de confiance se pose. Comment établir un contact et gagner la confiance ? D’après Magali Ruet, un cadre détendu, une explication du projet, de la méthodologie, le fait que l’enquêté doit parler naturellement sur sa vie, sans les questions posées, permettront au chercheur de créer une relation de confiance avec son enquêté. Brahim Benberkane ajoute également que le gage de confiance s’effectue par la garantie de l’anonymat de l’informateur et par la remise du travail après la transcription à son témoin.

Après avoir établi une relation de confiance, on peut s’interroger sur le rapport entre chercheur et enquêté. En prenant en compte que l’entretien biographique permet un retour réflexif de l’informateur sur lui-même, sur son parcours, sur sa vie, c’est évident que c’est lui qui conduit beaucoup l’entretien. De ce fait, les rôles du chercheur et de l’interviewé s’inversent. Ce moment n’est-il pas celui de la modification du statut de l’informateur vs le statut de l’interlocuteur ?[1] Le chercheur efface-t-il sa posture de chercheur ?  Il me semble que ce type d’entretien entraîne facilement le chercheur à la subjectivité qui, influencé par son témoin, oublie vite sa posture de chercheur. Je pense ici particulièrement aux jeunes chercheurs, comme moi. Alors, comment jongler entre la subjectivité et l’objectivité ? Selon ces deux doctorants, afin d’éviter le piège de subjectivité, le chercheur doit préparer minutieusement le protocole d’enquête qui permettra de tenir compte des facteurs pouvant diriger l’entretien dans un autre sens.

En ce qui concerne l’impact de l’entretien sur les témoins, Brahim Benbarkane met en exergue sa force libératrice. Cet entretien a permis à son enquêtée de s’exprimer, de se faire écouter et de se faire libérer grâce aux mots. Là, on voit également une force transformatrice de l’entretien – une transformation intérieure de nos témoins.

Enfin, la présentation de ces jeunes chercheurs sur l’entretien biographique m’a fait penser au film A Walnut tree du réalisateur Aziz Ammar[2]. L’entretien devient un moyen de l’expression, de faire écouter « sans voix » et de tenir leurs voix. Mais le questionnement suivant surgit d’emblée : Comment tenir ces voix dans la recherche ? Comment les restituer de sorte qu’elles ne se perdent pas ? Est-il possible d’éviter de les envisager à travers le prisme de notre point de vue ? Comment se positionner par rapport à l’enquêté ? Est-il possible de garder une posture neutre et objective ? Jusqu’à où aller dans un entretien ?

[1] Eric Chauvier, anthropologue, plaide pour la modification du statut de l’observé – d’une personne invisible vers une personne singulière et unique. Voir mon article : https://arlap.hypotheses.org/8332

[2] Voir l’article : https://arlap.hypotheses.org/8332

Source d’image:

http://www.univ-paris3.fr/medias/fichier/v6affichdiltec-axe-dilfopl-entretien_1484660505292.pdf

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Les représentations sociales : une notion incontournable en didactique des langues

 

Pour tous ceux qui s’intéressent aux représentations sociales dans les domaines de la didactique des langues et de la sociolinguistique, l’équipe de l’axe 1 PLIDAM[1] d’Inalco organise une journée d’étude le vendredi 17 février.

Cette journée  englobera deux parties :

Matinée : 9h – 14h30

Précis, Handbook, : tribulations linguistiques et pérégrinations didactiques.

Hommage au Pr Fu Rong et à son équipe

 L’objectif de la matinée sera de rendre hommage au Pr FU Rong qui a traduit en chinois, avec son équipe de l’Université des études étrangères de Pékin, l’ouvrage Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme. Dans ce sens, les intervenants s’interrogeront sur les enjeux pour la didactique et pour la circulation internationale des idées en didactique des langues en s’appuyant sur le contexte chinois.

Après-midi : 14h30 – 17h

Regards croisés en didactique des langues et en sociolinguistique sur les représentations sociales

Dans cette partie, Françoise Le Lièvre et Danièle Moore vont croiser leurs points de vue sur la notion des représentations des langues, de l’enseignement et du plurilinguisme. À leur tour, de jeunes chercheurs vont y réagir avec la participation des modérateurs.

Compte tenu de l’impact fort et incontournable des représentations sociales dans le processus d’apprentissage et d’enseignement des langues, cette journée d’études s’avère enrichissant pour tous les masterants, peu importe leur domaine de recherche.

Date : le 17 février 2017

Lieu : Inalco, salle 3.08

Adresse : 65 rue des Grands moulin, 75013 Paris

Site : http://www.inalco.fr/sites/default/files/asset/document/prg_je_axe_1_plidam_0.pdf

[1] PLIDAM – Pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiations. Axe 1 – Politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations.

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

A Walnut tree – la résonance des voix et la revalorisation de l’enquêté

L’un des grands enjeux de la rédaction d’un mémoire-enquête, c’est de faire entendre « les voix » du terrain. Pas de les étouffer… de les disqualifier… de les transformer… Laisser les acteurs, les témoins, les observés, les enquêtés résonner, vivre, vibrer en pleine voix. C’est le point de départ d’Eric Chauvier, anthropologue, dans son livre Anthropologie de l’ordinaire. L’auteur plaide pour le changement de perception  des objets d’étude et de sujets en anthropologie. Selon lui, un observé doit être plus un interlocuteur qu’un informateur[1]. Ainsi,  le statut de l’observé se modifie – d’une personne invisible vers une personne singulière et unique, avec tous ses traits.

On va tenter de comprendre le procédé d’Eric Chauvier, anthropologue « textuelle », à travers l’optique des documentaristes, anthropologues  « visuelles », en se penchant sur le film du réalisateur pakistanais Aziz Ammar. Comment donne-t-il  la voix aux « sans voix » dans son film A Walnut tree ? Le rôle de l’observé et de l’observateur est-il inversé ? L’observateur, ne devient-il dans un moment donné l’observé ?

Suite au conflit de l’armée pakistanaise et des talibans, la famille d’un vieil homme, Baba, est obligée de se déplacer dans un camp de réfugié de Jaloozai près de Peshawar. Baba ne peut accepter son destin et cette vie misérable. La nostalgie et la mélancolie l’incitent aux rêves de retourner dans son village natal. Ses sentiments sont tellement forts qu’il lui est impossible d’y résister. Enfin, il décide de retourner dans son village à tout prix, en dépit des dangers menaçants. En abandonnant sa famille… Sans être retrouvé…

Aziz Ammar n’a pas réduit le film aux paroles et aux images simples de la vie quotidienne des réfugiés, de leurs difficultés et de leurs conditions de vie. Il n’a pas démontré non plus leur vie à travers le prisme de son point de vue. Il laisse son enquêté se faire entendre; faire raconter son histoire; faire entendre ses voix de l’inquiétude, de la souffrance, de la nostalgie, de la solitude; se faire interroger sur la justice et sur le destin humain; nous découvrir le poète exprimant dans les poèmes ses sentiments et ses réflexions et l’enseignant qui tente de faire apprendre la lecture aux enfants dans le camp; partager sa passion pour la culture et l’éducation… En un mot, l’enquêté apparaît dans toute sa singularité, en pleine « voix ».

Quant au réalisateur, on aperçoit qu’il fait partie de la famille. Il y est intégré à un tel point qu’il partage avec eux, de manière discrète, des moments intimes familials. Il  participe dans les conversations, les décisions, donne son avis etc. Malgré sa présence dans le film, il n’influence pas ses observés. Il les incite discrètement à développer et expliquer davantage les questions que l’intéressent. À la fin, la disparition du vieil homme oblige son fils et le documentariste à se mettre à sa recherche. Le réalisateur assume le danger. Le danger qui pourrait lui coûter la vie. Ce ne seraient pas les moments d’inversement du rôle de l’observateur et de l’observé ?

Pour conclure, Aziz Ammar a bien réussi à faire entendre les voix de son enquêté. Ce vieil homme est démontré dans toute son individualité et sa spécifité. Le film touche au cœur et provoque des émotions fortes. La pluralité de voix de Baba ne cesse pas de résonner. Il est impossible d’y rester indifférent. Arriver à faire parler toutes les voix de sorte qu’elles vibrent en lecteurs, c’est le signe qu’on a réussi le mémoire-enquête.

 

Référence :

Chauvier, E., Anthropologie de l’ordinaire, Toulouse, Anacharsis, 2011

 

[1] La forme de négation des observés en tant qu’interlocuteurs, Eric Chauvier nomme  « désinterlocution » (2011 :25)

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

À l’écoute des voix

Un étudiant en master de recherche sollicite un rendez-vous à son directeur de mémoire à propos de son sujet. Le professeur l’accepte volontiers, mais (un « mais » inévitable) sous la condition de lui proposer tout d’abord quelque chose par écrit. Il a tout à fait raison – cela lui permettra de réagir et d’avancer la réflexion de l’étudiant. L’étudiant ne s’attarde pas et fait soigneusement le résumé de son sujet. Piquer la curiosité et l’intérêt, être assez original. En fait, donner envie au professeur de suivre un masterant tout au long d’un pèlerinage – la rédaction du mémoire. Bref, il lui envoie sa proposition. Pas de réponse toute la journée. Gentille madame Panique  frappe à la porte. « Allez, entrez ! » Ces situations sont inimaginables sans vous…

Finalement ! La réponse ! Non, encore pire… L’étudiant est saisi par l’angoisse. Presque paralysé.

Voix de panique : « Je l’ouvre ou pas ? Et si la réponse est négative ? Si ça ne lui plaît pas ? Qu’est-ce que je ferai ?»

Voix apaisante : « Tout d’abord, calme-toi ! Un directeur de mémoire est toujours là  pour les étudiants comme toi. Il va t’orienter et te remettre sur le bon chemin. Mais, tu as fait quand-même un effort énorme… »

Voix de panique : « Oui, je l’ai fait, c’est vrai. Mais, en ce moment, ça ne dit rien. »

Voix apaisante : « Allez, ouvre-le, qu’est-ce que tu attends ? »

Voix de panique : « Franchement, je m’attends à une bonne nouvelle, mais je le redoute à la fois. »

Voix apaisante : « Ce n’est pas la première fois que tu reçois un courriel important, n’est-ce pas Madame Crainte? Allez, ouvre-le ! »

L’étudiant ferme les yeux, respire profondément et clique vite. Enfin, ce n’était pas tellement difficile.

« Cher étudiant,

Votre sujet m’intéresse. Le rendez-vous – dimanche, 19 h au Musée de l’art.

Bonne soirée

TD »

« Uuuhhhh, quel soulagement ! Ça y est ! », poussa un cri de joie la Voix de panique.

Voix apaisante : « Le rendez-vous au musée ??? Quel prof bizarre ? Tu t’y connais en art ? Tu es prêt d’en discuter ? Au moins, tu es au courant de l’exposition actuelle ?»

Voix de panique : « Ooooohhh, noooon, tu sais déjà que je ne suis pas accro à l’art. Attends, tout d’abord le mémoire. J’ai l’impression que mon sujet est encore flou… Je vais commencer par où ?

Le cœur commence à battre fort. On a oublié Gentille madame Panique… Elle attend avec patience son tour.

Voix apaisante : « Arrête de paniquer tout le temps ! Gentille Madame Panique, merci de nous avoir rendu visite. Il est temps que vous partiez. Au revoir ! À la prochaine ! »

Voix de panique : « En fait, je ne suis pas sûr si mon sujet est pertinent… J’ai fait une hypothèse en m’appuyant sur mon expérience. Et si cette hypothèse n’est pas valable à tout le contexte… ? »

Voix apaisante : « Oh là là là… Quel délire ! Allez, raisonne un peu ! C’est le but de mémoire, de vérifier et de confirmer ou pas l’hypothèse. Il faut commencer d’abord par ce que tu connais déjà et puis aller plus loin. C’est une vraie recherche. Tu as un point d’ancrage, tu vas le creuser. Si tu connais le résultat à l’avance, quel serait l’intérêt de recherche ? »

Voix de panique : « Tu as raison… Cela nous incite en même temps à avancer notre réflexion et d’écouter tous les acteurs impliqués dans notre recherche. »

Voix apaisante : « Tout à fait ! »

Voix de panique : « Et la problématique ? Il me semble qu’elle ne soit pas assez développée… »

Voix apaisante : « Il faut se lancer dans la lecture d’avantage. De cette manière, la problématique sera plus affinée. L’approfondissement des lectures ouvre de nouvelles pistes au fil de la recherche. »

Voix de panique : « Je commence à être rassurée… Mais pas absolument… Se lancer dans la lecture, ça paraît logique quand-même. Le problème c’est que je n’ai pas réussi à constituer une bibliographie solide… C’est un sujet qui n’est pas trop exploité surtout dans mon contexte. »

Voix apaisante : « Je t’attendais là… Premièrement, ton directeur va te proposer des ouvrages incontournables à lire. Il est un expert dans son domaine. Deuxièment, les nouvelles pistes de lectures s’ouvriront dès que tu auras commencé à creuser et à lire. »

Voix de panique : « Bref, tu veux dire qu’il ne faut pas s’attarder un instant et qu’il faut entamer le plutôt possible le travail sur le mémoire ? »

Voix apaisante : « À mon sens, exactement ! En plus, tu as déjà oublié les conseils du prof de méthodologie ? »

Voix de panique : « Il faut commencer la rédaction du mémoire, de son squelette, de ses titres et sous-titres dès maintenant ! »

Voix apaisante : « Ben, voilà ! Ce qui te reste, c’est de discuter avec ton directeur dimanche. Il va te donner de nouvelles pistes. N’oublie pas que le rendez-vous est au musée, pas à la fac. J’espère que cette discussion ne tournera pas vers l’art ! Sinon, Gentille madame Panique va revenir… Et sans stress s’il te plaît ! En tout cas, je serai là aussi, au cas où. Heureusement… Pour te clamer. »

Voix de panique : « Eeet les enquêtes ?

Cette question de la Voix de panique est restée en l’air. La voix apaisante est déjà partie.

L’étudiant a respiré profondément de nouveau. Encouragé, il attendait le rendez-vous avec son directeur au Musée de l’art.

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Pour ne pas oublier les carnets…

Chers carnettistes,

Jusqu’à présent, on a tous (ou presque tous) « ouvert » les carnets en s’appuyant sur la méthode de Bruno Latour. Il y en a qui sont déjà pleins de références, de notes, de citations, de questions, de rencontres, d’idées etc., d’autres moins. En tout cas, la fin d’année est là, donc le temps de jeter un coup d’œil dans nos carnets  et de résumer tout ce qu’on a fait, où on est et de bien préparer notre « sac de voyage » pour la rédaction de mémoire. Dans ce sens, je vous propose un aperçu des colloques, des conférences, des journées d’études et des séminaires à venir qui pourraient nourrir la réflexion sur les sujets divers (liés directement ou pas à nos sujets de mémoire ou à la pratique d’enseignement). Pour rester bien dans le rythme de ce semestre (beaucoup de colloques et de rencontres enrichissantes), je vous présente  ces événements dans l’ordre chronologique. Alors, prenez vos carnets dans les mains !

  1. Décamper, soirée de débat, projection et concert

À l’occasion de la publication du livre-CD Décamper en novembre, le Musée de l’histoire de l’immigration organise une soirée de débat autour des thèmes de l’exil et des politiques migratoires récentes. Étant donné que la migration a un impact fort sur les politiques linguistiques éducatives et sur la didactique des langues, ce sera une bonne occasion d’assister à ce débat pour ceux qui s’intéressent à ce sujet.

Les intervenants dans ce débat font partie des auteurs de cet ouvrage :

Michel Agier (ethnologue et anthropologue), Maryline Baumard (journaliste), Jean-François Corty (médecin).

Le débat sera enrichi par la projection du film de Sylvain George Nocturne Blanc-Chasseur.

Date : Vendredi 6 janvier 2017, 19 :30

Lieu : Le Musée de l’histoire de l’immigration

Adresse : 293, avenue Daumesnil 75012 Paris

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.histoire-immigration.fr/2016/12/decamper

  1. Le FOS aujourd’hui : une démarche en pleine évolution

Pour ceux qui travaillent sur le FOS, une conférence de J.M. Mangiante aura lieu dans la salle Bourjac, à la Sorbonne.

Date : Mercredi 18 janvier 2017, 14 :00-16 :00

Adresse : 17 rue de la Sorbonne

Site : http://www.univ-paris3.fr/j-m-mangiante-le-fos-aujourd-hui-une-demarche-en-pleine-evolution-417516.kjsp?RH=1268219980647

  1. iLearning Forum Paris 2017

Pour tous les passionnés des technologies dans le domaine de l’apprentissage, cet événement est incontournable !

Ce salon propose les dernières nouveautés en matière d’e-learning et englobe des ateliers, des tables-rondes et des conférences. Une partie du programme est dédiée à l’apprentissage des langues et au monde de l’éducation. Dans cette optique, les thèmes abordés sont l’évaluation et l’accompagnement des apprenants, la pédagogie e-learning dans l’apprentissage des langues, l’éducation et l’innovation, la création du contenu etc.

Date : les 24 et 25 janvier, 9:00-18 :30

Lieu : L’espace Champerret de Paris, hall A

Accès : gratuit

Plus d’informations : http://www.ilearningforum.org/fr/2016/12/05/ilearning-forum-2017-transformation-digitale-de-formation-programme-de-plus-de-25-conferences-temoignages-demonstrations/

  1. Journée didactique : recherches croisées en collaboration avec le DILTEC

La journée organisée par l’équipe de recherche Sesylia (Semantics and Syntax – Language in Action) dans le cadre de leur séminaire 2016-2017.

Cette équipe mène les recherches sur la langue anglaise  en les croisant aussi avec la langue française et les autres langues.

Date : Vendredi 10 février 2017

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/seminaires-sesylia-2016-2017-135829.kjsp

  1. L’Apprentissage des Langues et Cultures en Tandem dans l’Enseignement Supérieur ou Secondaire (ALCTES)

Les communications de ce colloque international s’inscrivent dans les axes tels que l’évaluation, les ressources pédagogiques, techniques et humaines, la formation et l’environnement d’apprentissage. Dans le cadre de l’apprentissage des langues et cultures en tandem, les chercheurs traiteront les questions de l’autonomie de l’apprenant, de l’autoévaluation, des formes de soutien aux apprenants dans l’autoévaluation, le potentiel de ce type d’apprentissage etc.

Date : les 23 et 24 mars 2017

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Accès : inscription gratuite pour les étudiants

Plus d’informations : http://www.univ-paris3.fr/l-apprentissage-des-langues-et-cultures-en-tandem-dans-l-enseignement-superieur-ou-secondaire-alctes-tandem-language-and-intercultural-learning-in-higher-or-secondary-education-settings-388713.kjsp

  1. L’hétérogénéité dans la classe de langue. Comment et pourquoi différencier ?

L’hétérogénéité dans la classe n’est plus rarissime. Bien au contraire. Cette diversité linguistique et culturelle touche tous les acteurs dans le processus d’enseignement-apprentissage des langues. D’une part, l’enseignant doit valoriser les profils plurilingues de leurs apprenants. D’autre part, l’apprenant a à reconnaître la singularité de son parcours langagier et de son origine. La gestion d’une telle classe se montre complexe. Elle exige une préparation et une organisation spécifique de la part de l’enseignant.

Cette journée vise à mettre en exergue le lien interdépendant entre la société et la classe de langue. Les communications tenteront de répondre à un questionnement concernant l’enseignant (comment gérer une classe hétérogène, que faire quand on a dans une classe des locuteurs natifs et non natifs d’une langue, quelles activités à faire etc.) et l’apprenant (comment tirer le profit bénéfique de sa différence pour tout le groupe, comment ne pas se sentir isolé dans sa différence etc.)

Date : Jeudi 11 mai 2017, 8 :30-19 :00

Lieu : Inalco

Adresse : 65 rue des Grands Moulins

Plus d’informations : http://www.inalco.fr/evenement/heterogeneite-classe-langue-differencier

En tant que carnettiste,  je vous souhaite une très bonne année, pleine de découvertes et que nos carnets soient pleins de nouvelles idées, de rencontres enrichissantes, des échanges et des réflexions!

Joyeuses fêtes à tous et à toutes!

 

 

 

 

 

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

QUI SUIS-JE ?

Samedi 22 octobre 2016

Le deuxième jour du colloque DILTEC 2016 « Éthique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIsiècle ». À la Sorbonne. L’architecture imposante. Un passé lointain… Un passé de gloire intellectuelle. L’histoire. L’art. L’imaginaire.

Lentement, on se déplace de l’amphithéâtre Durkheim aux salles au 46 rue St-Jacques pour la suite de communications. Aujourd’hui, c’est plus calme. Moins de monde. Il n’est pas tellement étouffant dans la salle. En outre, chacun a sa place. C’est déjà bon signe. Je m’installe confortablement. « Tout fait partie des données », me rappelle Bruno Latour. Mon carnet est là, prêt de recueillir toutes les données pouvant me servir…

La communication  de Frédéric Ancieux et de Muriel Molinie intitulée « Vers des démarches portfolios plurilingues contextualisées à l’école primaire aux Antilles françaises ».

Avant de nous présenter la perspective de démarche portfolios plurilingues engagée à l’école primaire en Guadeloupe, ses objectifs et ses résultats, Frédéric Anciaux se penche, tout d’abord, sur le contexte sociolinguistique de ce pays.

Bref, le français est la langue officielle de cette région de l’Outre-mer. Le statut officiel du créole en tant que  langue régionale remonte en 2001. Son enseignement est optionnel à l’école primaire et au collège. Plusieurs dispositifs de classes bilingues français-créole sont élaborés dans les écoles primaires où les langues sont à parité légitime. Il est également  utile de noter la présence des migrants créolophones, francophones et hispanophones en Guadeloupe.

En face d’un tel contexte dont la diversité est bien esquissée, on est d’emblée confronté aux questions de biographie langagière des élèves, de prise de conscience du plurilinguisme par les enseignants, mais aussi de leur formation (dans ce cas là, aux approches plurielles). Comment faire connaître et exploiter ce capital linguistique des élèves ?

Le dispositif mis en place à l’école primaire a pour objectif de sensibiliser les enseignants à la démarche plurilingue, mais aussi la prise en compte et la valorisation du plurilinguisme des élèves. Les activités créatives élaborées par les enseignants au cours de la formation engagent les élèves dans une expérience de recherche en mobilisant leurs références culturelles et plurielles. Leur vécu plurilingue se dévoile, même la surprise des enseignants à l’égard d’une telle diversité langagière. En illustrant de nombreux exemples des activités faites en classe, les intervenants nous ont montré tous les aspects bénéfiques que cette démarche pouvait apporter en classe – la découverte et la valorisation de la diversité et du plurilinguisme, la connaissance de l’autre, l’acquisition des compétences scolaires, la motivation et l’engagement de tous les élèves etc. Si on prend en compte tous les avantages de cette approche, on peut se demander pourquoi une telle pratique n’est pas si répandue dans les écoles ? L’ignorance des enseignants ? L’absence de formation ? Le programme scolaire strict ?…

Cette recherche-action-formation, impliquant les chercheurs, les enseignants et les institutions,  nous montre une bonne cohésion entre ces trois axes. Dans ce sens-là, d’après moi, on peut aborder également la question de l’éthique et de la responsabilité pour la didactique des langues.

Enfin, je quitte vite ce contexte guadeloupéen pour me rendre en Serbie. Cette démarche me  fait penser à la question de la réussite scolaire des élèves roms. L’approche plurielle, permettrait- elle une meilleure intégration de ces enfants à l’école ? Leur valorisation et la connaissance de la diversité ? La prise de conscience de leur plurilinguisme ? L’impact de cette approche sur le développement de leurs compétences scolaires, leur motivation et leur engagement en classe ? Sur leur réussite scolaire? L’enjeu est bien là.

 

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

35e FESTIVAL INTERNATIONAL JEAN ROUCH

Pour tous les amoureux des films documentaires, mais aussi pour nous, rédacteurs de mémoire de recherche (ou les deux), à ne pas rater le cinéma ethnographique à Paris du 4 novembre au 6 décembre 2016 !

Le festival est en honneur de Jean Rouch, cinéaste ethnologue français, connu pour sa pratique du « cinéma direct ». Son œuvre très riche et plusieurs fois récompensée consiste en documentaires ethnographiques (Maîtres fous ; Sigui synthèse), sociologiques (Chronique d’un été), mais aussi de fiction (Moi, un Noir ; Cocorico Monsieur Poulet). [1]

a-walnut-tree2-1024x576Cette année, le festival sera le lieu de rencontres, d’échanges, de débats, de 64 projections dont 26 films en compétition de tous les continents ! Le jury international va déscerner 8 prix de différentes catégories.

On peut y trouver toute une panoplie des thèmes socio-culturels et des sujets éternels de polémique tels que la migration, les préjugés, les stéréotypes, les différences etc.

Accès libre et gratuit.

Le programme du festival :

http://comitedufilmethnographique.com/wp-content/uploads/2016/10/FIJR2016_programme.pdf

Toutes les informations sur le festival :

http://comitedufilmethnographique.com/event/festival-international-jean-rouch-2016/

Lieux :

  • Musée du quai Branly

37 quai Branly, 75007 Paris

  • INALCO

65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris

  • EHESS

105 Bd Raspail, 75006 Paris

  • Musée de l’Homme

17 Place de Trocadéro, 75016 Paris

 

[1] http://comitedufilmethnographique.com/jean-rouch/

Source d’image: http://comitedufilmethnographique.com/film/a-walnut-tree/

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

La politique linguistique éducative en Serbie – quel impact sur la scolarisation des Roms ?

L’intégration et la scolarisation des enfants roms est un vif sujet depuis plusieurs décennies en Europe. Malgré les efforts des pays européens de mettre en place les dispositifs qui permettront une meilleure intégration des Roms à l’école, leur réussite scolaire reste faible .

sutjeska

Ecole primaire « Sutjeska » à Belgrade

En Serbie, les Roms représentent la minorité nationale reconnue officiellement par la loi étant dans une position la plus défavorable. Le romani (L1) n’a pas le statut de langue officielle ce qui implique l’éducation des enfants roms en serbe (L2). Il est à noter que les Roms ne maîtrisent pas tout à fait L2 à l’entrée de l’école et que le programme ainsi que les méthodes de l’enseignement du serbe sont les mêmes pour tous les élèves sans exception. De ce fait, dès le début de leur scolarisation nous pouvons apercevoir un décalage du niveau réel de L2 et du niveau attendu à ce stade là. Le curriculum ne prescrit pas le renforcement des cours de langue serbe pour ces élèves. Cette situation interroge donc l’impact de la politique linguistique éducative sur la réussite scolaire des enfants roms. Nous pouvons ainsi nous demander si la politique linguistique éducative est un facteur déterminant dans la réussite faible des élèves roms à l’école ? Les Roms, sont-ils condamnés à l’échec scolaire avant d’entrer à l’école ?

Ce mémoire permet de réfléchir, d’une part,  sur les difficultés que rencontrent ces derniers à l’école, notamment dans la langue serbe et dans les langues étrangères au niveau de la compréhension et de la production écrite et d’autre part, sur la position des enseignants coincés entre le curriculum et la réalité. Le but est de déterminer les facteurs principaux d’échec des enfants roms et de définir les enjeux de la politique linguistique éducative en Serbie ainsi que les méthodologies d’enseignement à mettre en place pour favoriser la réussite scolaire de ces élèves.

Bibliographie :

BOYER, H. (2010). Les politiques linguistiques. Mots. Les langages du politique . Trente ans d’étude des langages du politique (1980-2010). No 94, p. 67-76.

CALVET, L.J. (1996). Les politiques linguistiques. Paris : Puf

STRAUSS , L. (1977). L’identité. Paris : Puf

FILIPOVIC, J., VUCO, J., ĐURIC, Lj. (2007). Critical review of language education policies in compulsory primary and secondary education in Serbia. Current Issues in Language Planning .  no 8

Sitographie :

Asséo, H. (2010). Gens du voyage & roms : le nomadisme sans frontière est un mythe politique . Le Monde magazine

En ligne : http://www.amatrami.com/article-le-nomadisme-sans-frontiere-est-un-mythe-politique-56702942.html

RUS , C. (2011) : La « dimension ethnoculturelle » du ciblage des PEP : entre institutions européennes et politiques nationales. Les politiques d’éducation prioritaire en Europe. Tome II,  p. 135-167

en ligne : http://books.openedition.org/enseditions/1344#ftn8

La loi serbe sur les droits de minorités nationales http://www.paragraf.rs/propisi/zakon_o_zastiti_prava_i_sloboda_nacionalnih_manjina.html

Source d’image : http://www.sutjeskazemun.edu.rs/index.php/2014-01-15-17-12-02/vrshnj-c-i-i/95-v-li-r-ivn-r-di-nic

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

« La recherche appartient à ceux qui ont ouvert les carnets ! »

 

« Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt. » C’était exactement le message du premier cours de Monsieur Martin – commencer à écrire le mémoire dès maintenant, dès aujourd’hui, dès hier. Mais, par où commencer ? La recherche est un labyrinthe des questions, des incertitudes, des réflexions, de la lecture, de la motivation, des défis, des objectifs…

Afin  de nous faciliter ce processus et de nous orienter vers l’issue du labyrinthe – vers une recherche « un peu plus objectif », Bruno Latour[1] nous propose de tenir quatre carnets (peu importe la forme) : le carnet de bord de l’enquête, la collecte d’informations, les essais d’écriture et celui consacré aux réactions des autres. Pourquoi cette démarche ? Simplement, « … tout fait partie des données[2]» (Latour, 2006 :194). Tout. Chaque lecture, chaque rencontre, chaque entretien, chaque interaction verbale ou non verbale, chaque réflexion, chaque brouillon… TOUT a un seul objectif –  la construction du mémoire. Pour cette raison, je reformule le proverbe ci-dessus de façon suivante: « La recherche appartient à ceux qui ont ouvert les carnets ! ». Donc, je commence l’organisation de mon mémoire par l’ouverture des carnets, mon premier point d’ancrage, mais aussi mon stimulant au fil de ce long pèlerinage – la recherche.

Tout d’abord, je crée un dossier sur mon ordinateur intitulé « Le trésor précieux ». Bien organisé, ce « trésor » sera le noyau de ma recherche –  les comptes rendus de lecture, les définitions, les citations, les références. En un mot – l’appui théorique. Ensuite, j’y rajoute le dossier nommé « Les croquis ». En prétendant d’être artiste, je ferai des croquis de réflexions menées en m’appuyant sur la théorie. Après, il faut bien ciseler.

Mon agenda personnalisé

Le deuxième carnet est, en fait, mon agenda qui traîne toujours dans mon sac. Intitulé « Les rencontres sur le terrain », il consiste en deux parties. La première, « Le terrain », est dédiée à mon organisation personnelle –  à la fixation des objectifs, au calendrier des colloques, des rendez-vous avec le directeur de mémoire, mais aussi à  l’organisation de l’enquête, des rendez-vous avec des personnes interviewées… Bref, cette partie comprend les notions d’espace et de temps, indispensables pour une recherche. La deuxième partie est celle des « Rencontres». Elle fait une analogie avec la rencontre inattendue d’André  Breton et Nadja. En rencontrant les autres et en interagissant avec eux, en discutant avec le directeur de mémoire,  avec d’autres professeurs, en assistant à des colloques, les réflexions s’entremêlent, se modifient, s’enrichissent, se cristallisent et deviennent inattendues.

Enfin, mon troisième carnet, « Le trésor inépuisable », est un petit dictionnaire personnel. J’y noterai toutes les expressions, les notions et les définitions que je trouve intéressantes, utiles et nécessaires. Il servira d’un outil incontournable dans ma recherche.

« Il n’est pas mauvais non plus de tenir soigneusement un quatrième type de carnet… » continue Latour (Latour, 2006 :196). À chacun de s’organiser ! Enfin, ce n’est pas la quantité de carnets qui compte, c’est leur qualité !

 

Référence :

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, « Armillaire », 2006, p. 194-197

 

 

 

 

 

 

[1] Bruno Latour – sociologue, anthropologue et philosophe français, né en 1947 en Côte d’Or

[2] Soulignement de l’auteur

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts