Tous les articles par Marion Jouault

Accompagner « Le Roi et l’Oiseau » en Histoire (cycle 3)

D’un côté l’histoire des régimes autoritaires/tyranniques/despotiques, avec leurs caractéristiques et leurs excès. Dans un second volet l’instruction historique à l’École, ses devoirs et ses transpositions/aménagements au public scolaire. Et d’autre part, le long métrage d’animation, Le Roi et l’Oiseau. Comment mixer ces trois données pour obtenir l’essence d’un cours d’histoire compréhensible et illustré pour pouvoir instruire des enfants du primaire à l’histoire troublée du XX° siècle ?

Je dois d’abord faire comprendre aux enfants l’intérêt de l’Histoire. Le but étant de les instruire intelligemment, et en règle générale c’est en ayant du plaisir que les enfants aiment apprendre. L’Histoire a l’avantage de pouvoir être travaillée avec de très nombreux documents de natures différentes, le film en étant un. Le film de fiction, prenant souvent une forme de conte ou de fable, a un véritable pouvoir évocateur pour les enfants, il va leur permettre la réflexion à partir d’une image qui leur est familière et compréhensible (le dessin animé principalement). Mais pour rendre ce support valable pédagogiquement parlant, l’instituteur doit faire un énorme travail en amont. Le Roi et l’Oiseau est un de ces films de fiction exploitable en classe de fin de primaire. C’est un film unique, de part ses deux réalisateurs (Prévert et Grimault), de part son contexte de réalisation (contexte de l’après-guerre), et de part l’histoire contée en elle même. L’instituteur a donc un réel travail d’extraction d’informations a faire, des informations à mettre en connexion avec d’autres (réels cette fois-ci) sans pour autant trop extrapoler. Ce film nous laisse de nombreuses pistes exploitables du point de vue historique: culte du chef, propagande de masse, répression, exploitation des populations, résistance au pouvoir, etc.

Ici, mon objectif en tant qu’institutrice est d’étudier en classe l’autoritarisme et l’absolutisme ; mais comment intéresser les jeunes élèves au passé ? Et comment aborder avec eux certains traits parfois complexes et violents de ce passé ? Pour cela, j’ai donc décidé de me pencher sur le cas du film Le Roi et l’Oiseau et de voir pourquoi et en quoi serait-il exploitable avec une classe de primaire. Quels sont les atouts pédagogiques du film en tant que document ? Et quelle est la légitimité historique de ce film en particulier ?

Pour répondre à toutes ces questions et mener à bien ce projet, je fais diviser cette recherche en 3 axes. Tout d’abord, il convient de voir en quoi le film, comme objet d’étude, est un document. Dans un second temps, il faudra mettre en évidence la tradition qu’entretient la fable avec l’Histoire. Et pour finir, entrer un peu plus dans le concret en trouvant des exemples dans le film et des faits historiques à mettre en relation d’un point de vue pédagogique.

Le cinéma en classe d’histoire : le cas du film Le Roi et l’Oiseau

Marion JOUAULT

L’utilisation du cinéma en classe d’histoire : le cas du film Le Roi et l’Oiseau, une étude des régimes tyranniques pour une classe de cycle 3.

Dans ce TER, j’étudierai l’utilisation du film en classe d’histoire. Comment l’utiliser? Quelles précautions prendre? Quels en sont les avantages pédagogiques? Pour illustrer mes propos, et ceux des chercheurs s’étant penchés sur le sujet, je me baserais sur le long-métrage de Grimault et Prévert: Le Roi et l’Oiseau.

Il convient tout d’abord de s’interroger sur les didactiques de l’histoire à l’école primaire. L’outil qui nous intéressera ici sera le support cinématographique pour transmettre des savoirs historiques à l’enfant.

La fable Le Roi et l’Oiseau est particulièrement intéressante à analyser pour une classe de cycle 3. Le thème brûlant des excès d’un régime totalitaire/tyrannique est traité ici avec une poésie et une esthétique sublimes. Regarder ce long métrage avec une classe de CM2 par exemple permet à l’instituteur d’aborder des sujets historiques proches, violents et parfois difficiles à bien comprendre pour des enfants, comme celui de la Seconde Guerre Mondiale et des fascismes. Le Roi et l’Oiseau illustre bien les grands traits de ces régimes. Ils sont ici facile à distinguer pour des enfants. On peut y voir :

  • le culte du chef et la propagande

  • l’importance donnée à la construction de monuments et d’édifices somptueux et de taille disproportionnée (références à l’antiquité ou aspect futuriste)

  • l’omniprésence militaire et l’espionnage (plus le robot, véritable arme de destruction massive)

  • la délation

  • les doctrines de races, d’inadaptation, d’infériorité et de supériorité de certains individus sur d’autres (ghettos de la ville basse, amour impossible entre une Bergère et un Ramoneur, …)

  • le travail forcé et la sanction (mise à mort systématique, traque, …)

 

Alors comment faire comprendre à des enfants ces faits d’histoire, parfois durs, fondateurs de l’histoire actuelle? Quelle leçon d’histoire peut-on retirer de Le Roi et l’Oiseau?

 

L’expérience selon Dewey : « la relation réciproque qu’entretient l’art »

Nous avons pu, en séminaire, lire et analyser brièvement le chapitre 3 du livre de John Dewey, intitulé L’art comme expérience (1934). Suite à cette séance, nous avons repéré quelques phrases, ou morceaux de phrases, phares de sa théorie sur la notion d’expérience.

Ainsi, à la page 90, je cite: « En fait, les émotions (quand elles ont un sens) sont des attributs d’une expérience complexe qui progresse et évolue. » Ici, Dewey insiste sur le caractère de l’émotion, son intensité. Pour lui, une émotion est à différencier absolument des émotions spontanées et brèves, quasi-automatiques dans certaines circonstances.Une émotion qui a un sens est une émotion faisant partie d’une expérience. Une émotion s’attache à un événement ou à un objet; elle progresse tout au long de l’observation et de l’évaluation par le spectateur, passe par différents stades, se décline en plusieurs sous-émotions. Il ne doit pas y avoir de rupture de l’émotion jusqu’à l’aboutissement de l’expérience.

Autre citation, à la page 94: « Une expérience possède une certaine forme et une certaine structure car elle ne se limite pas à agir et à éprouver en alternance, mais se construit sur une relation entre ces deux phases. » Pour Dewey, il faut bien comprendre que le travail artistique est un véritable « travail intellectuel ». L’artiste doit savoir trouver le juste équilibre entre « éprouver et agir » pour que l’expérience soit complète et trouve tout son sens. L’artiste doit trouver une justesse pour tenir le spectateur en haleine, il doit savoir inviter le spectateur à la réflexion,à la bonne réflexion.

A la page 98, je cite: « […] montrer comment la conception d’une expérience consciente comme relation entre phase d’action et phase de réception nous permet de comprendre la relation réciproque qu’entretient l’art en tant que production avec la perception et l’évaluation en tant que facteurs de plaisir. » Dewey commence déjà par nous définit l’adjectif artistique (qui fait « référence à l’acte de production ») et l’adjectif esthétique (qui fait « référence à l’acte de perception et de plaisir »). Il explique qu’une expérience est pour lui un « flux et reflux » entre ces deux éléments. D’ailleurs, il précise que pour être artistique, l’œuvre se doit d’être esthétique, « conçue en vue du plaisir qu’elle procurera lors de sa réception ». La main de l’artiste (véritable technicien détenteur d’un savoir-faire mais non consommateur de son œuvre) est donc guidée par la « passion » lors de la production. Il doit réussir à faire passer l’expérience qu’il a vécu lors de la fabrication au spectateur.

 

Marion Jouault

John Dewey