Tous les articles par arlap7

Une connaissance de la peinture passant par la découverte et l’initiation au cycle 2

La question de l’enseignement des arts à l’école reste encore aujourd’hui un problème important. Certains enseignants se positionnent contre à cause d’un manque de formation dans le domaine tandis que d’autres le voient comme une façon de lier toutes ou une partie des disciplines en incorporant une partie pratique faisant défaut à certaines branches de l’enseignement.

L’art est un terme ayant un sens fort et il est caractérisé par différents types de productions, de représentations.

Mon choix de recherche se tournera vers la peinture. Celle-ci représentant pour moi l’aspect libre, sensible et imaginatif de l’art.

 

 

 Les premières ébauches

Dans un premier temps, mes choix de recherche s’étaient tournés vers la découverte de la peinture au travers de la littérature de jeunesse. Mais après quelques temps, de nombreuses questions se sont posées à moi notamment à la suite de la lecture de l’ouvrage Comment parler d’art aux enfants de Françoise BARBE-GALL.

Pourquoi doit-on enseigner l’art, ou plus particulièrement la peinture, aux enfants ? Quels sont les objectifs pédagogiques sous-tendus par cet enseignement ? Est-il nécessaire ou utile aux différents cycles du premier degré ?

Tous ces questionnements en apportant un dernier : cet enseignement doit-il relever d’un cours théorique ou bien d’une initiation par la pratique et la découverte ?

Suite à ses différentes questions d’ordre théoriques et professionnelles, mes recherches ont donc convergé vers une réflexion commune : Comment et pourquoi initier les enfants à la peinture ? Pour préciser mon sujet de recherche, je me concentre sur les élèves du cycle 2.

 

 

Les points essentiels à développer

Au fil de mes lectures, des notions essentielles sont apparues, elles formeront et permettront la réponse plus ou moins approximative de pourquoi faut-il mener cette initiation ? Quel en est l’intérêt ? Aussi bien pour l’élève lui-même que pour l’enseignant. La lecture de l’ouvrage de Françoise BARBE-GALL m’a montré l’importance de donner envie aux enfants, de les intéresser. Ce point étant essentiel pour parvenir à faire une découverte cohérente et permettant un apprentissage.

L’ouvrage de Françoise CLAUS, L’histoire des arts et les maîtres… de l’école primaire, m’a apporté quant à lui tout le versant pédagogique de cet enseignement tel que les capacités et les connaissances acquises ou développées grâce à cette initiation dès le cycle 2.

 

 

Les différents supports

Enfin, suite à mes recherches, j’ai pu constater qu’il existait au service de l’enseignant de nombreux supports lui offrant la possibilité de mettre en lien cet enseignement de la peinture avec d’autres disciplines

La littérature de jeunesse constitue un des supports existant, nous pouvons citer ici l’exemple de l’ouvrage Gauguin et les couleurs des tropiques constituant une très bonne illustration de l’interdisciplinarité possible (celui-ci permettant de faire travailler autant en français qu’en histoire et en art).

On constate une pluralité de support allant du livre de littérature de jeunesse aux puzzles en passant par la reproduction ou encore les énigmes.

La plupart de mes recherches sur comment enseigner la peinture aux élèves ont donc trouvé une réponse (et vont continuer à s’étoffer) lors de mes visites au CRDP.

J’ai donc pu conclure de ses visites que la pluralité et la diversité des supports proposés permettaient réflexion et travail pédagogique mais aussi de contribuer à la découverte de la peinture et au travail interdisciplinaire.

 

 

Bibliographie :

–          Barbe-Gall. F., Comment parler d’art aux enfants, édition Adam Biro, 2002, 187 pages.

–          Blanc. C, Regarde avec Monet, Gamma jeunesse,  1993, Coll. L’histoire d’un peintre et ses œuvres.

–          Blonde, J., Claus, F., Ménigoz, P., Piguet, M., Pincet, F., Vérillaud, B., L’histoire des arts et les maîtres… de l’école primaire, Paris, CNDP-CRDP, 2011, Coll. Ressources formation/Enjeux du système éducatif, 173 pages.

–          Capatti. B., Monaco. O.,  Gauguin et les couleurs des tropiques, Grasset-jeunesse, 2009, Coll. lecteurs en herbe.

–          Dussutour. O., Guéry. A., alphab’art, édition palette, 2008, Coll. Je cherche dans l’art.

–          Quelques sources pédagogiques trouvées au CRDP.

 

Ouvrages à consulter :

–          Cahier d’énigmes, A la découverte des œuvres d’art

–          Mettoudi. C., Comment enseigner les activités artistiques en maternelle, édition Hachette éducation, 2011, Coll. Comment enseigner en.

–          Saint-Martin. F., L’immersion dans l’art : comment donner sens aux œuvres de 7 artistes, édition Presse de l’université du Québec, 2009.

 

Sitographie :

–          http://education.gouv.fr, de la maternelle au baccalauréat, l’éducation artistique et culturelle. Ce site m’a permis de voir ce que notifiaient les instructions officielles concernant les compétences à acquérir dans le domaine de l’éducation artistique et culturelle.

–          www.cndp.fr ce site m’a permis de trouver de nombreuses explications sur la façon dont est abordée la peinture au travers de la littérature de jeunesse dans la fiche du comité des lecteurs Télémaque nommée les arts dans la littérature de jeunesse.

–          www.wikipédia.fr m’a apporté quelques informations sur les grandes dates et évolutions de l’éducation artistique et culturelle à l’école.

–          http://www.esen.education.fr m’a permis de lire la circulaire n°2008-059 du 29 avril 2008 concernant la mise en œuvre de l’éducation artistique et culturelle obligatoire à l’école

 

Mots clés : peinture, découverte, initiation

Comment parler d’art aux enfants

BARBE-GALL.F, Comment parler d’art aux enfants, édition Adam Biro, août 2002.

Ce livre est un ouvrage de Françoise Barbe-Gall traitant la question de l’enseignement de l’art aux enfants. Il n’est pas question ici de l’enseignement de l’art à l’école ou du moins pas uniquement.

Elle nous explique comment parler d’art aux enfants en prenant en compte de nombreux critères. Ainsi avant même le commencement de ses explications, elle met à plat les bases d’une bonne initiation à l’art, puis les thèmes et les dimensions à mettre en lien en fonction de l’âge des enfants auxquels on s’intéresse.

Dans un premier temps, Françoise Barbe-Gall pose les questionnements de base à avoir en ce qui concerne le Comment parler d’art. Elle met en perspective l’idée qu’elle donne comme principale qui est celle de susciter l’envie de voir les tableaux. Elle dit qu’il faut, avec les enfants, abandonner les vieux réflexes et qu’il faut bannir l’idée des visites aux musées lorsqu’il pleut. Cette idée provoque à l’avance un apriori sur l’art.

Pour faire vivre l’art aux enfants, il faut les faire réfléchir sur ce qu’ils voient et laisser libre court à leur imagination. Le travail d’initiation à l’art doit passer par un travail individuel chez chaque enfant.

Enfin comme nous le dit Françoise Barbe-Gall, « on n’a le droit de ne pas tout savoir » mais chacun sait regarder une œuvre de par ses expériences et sa sensibilité individuelle.

Gwendoline Cheyrade

Les notions d’expérience et de perception selon John Dewey

Lors du cercle de lecture, nous avons lu et analysé le chapitre III du livre de John Dewey.


Le chapitre III « vivre une expérience » traite en particulier de la notion d’expérience, de perception mais également de compréhension.
Nous avons échelonné comme ci-dessous notre lecture en plusieurs parties et cité plusieurs phrases définissant de différentes manières ces quelques termes :
– Page 80 : « il y a constamment expérience, car l’interaction de l’être vivant et de son environnement fait partie du processus même de l’existence »
– Page 83 : « une expérience a une unité qui la désigne en propre : ce repas-, cette tempête-là, cette rupture-là d’une amitié ».
– Page 90 : « […] les émotions sont liées à un drame et elles changent lorsque ce drame évolue. »
– Page 98 : « […] l’adjectif « esthétique » se rapporte à l’acte de perception et de plaisir, […] »
– Page 102 : « il y a une part de passion dans toute perception esthétique. »
– Page 110 : « un spectateur doit créer sa propre expérience qui, une fois créée, doit inclure des relations comparables à celles qui ont été éprouvées par l’auteur de l’œuvre.»
Nous avons donc constaté que de nombreux passages de ce chapitre nous ramenaient continuellement à ces deux notions de perception et d’expérience. Mais comment pourrions-nous réellement définir l’expérience ?

Gwendoline Cheyrade