Tous les articles par Héloïse L'Orphelin

Je participe au séminaire ARTS, mon master traitera le sujet de la réécriture théâtrale au sens langagier du terme, à partir d'un conte populaire étranger.

Comment peut-on passer du conte au théâtre avec des élèves de cycle 3?

Réflexion(s) autour du lien entre deux genre littéraires distincts
Questionnements et réponses apportées sur leur visée et leur apports

Dans le cadre de mes recherches portant sur la réécriture théâtrale au cycle 3, je suis amenée à me
poser la question suivante : « Peut-on faire jouer un conte sous forme de théâtre aux élèves ? »

Quel(s) lien(s) entre conte et théâtre ?

Toute la difficulté de la réponse à cette question résulte dans la question elle-même. En effet, le
conte et le théâtre sont deux genres littéraires bien différents, qui ne comportent pas les mêmes
caractéristiques ni les mêmes objectifs, ou visées. Car si le conte vise à transmettre par tradition
orale une histoire ancrée dans les moeurs, le théâtre vise à susciter des émotions, transmettre un
message.On pourrait également dire que le con te cherche également à susciter des émotions, mais
c’est encore un autre débat. Là où ces deux genres littéraires se rejoignent, c’est dans leur visée
commune qu’est de transporter l’auditeur dans un autre monde, celui qui est raconté ou joué. De
plus, ces deux genres traduisent une utilisation récurrente du langage oral, et finalement, ils ne sont
pas faits pour être lus, mais pour être dits, racontés. Puis, le conte dans sa dimension orale, est
considérée comme un art du spectacle depuis les années soixante dix, ce qui le rapproche une
nouvelle fois du théâtre, considéré comme une pratique artistique, un art du spectacle vivant. C’est
en ce sens donc, que l’on peut considérer conte et théâtre comme deux genres plutôt proches l’un de
l’autre, et qu’il paraît alors possible d’en exploiter leurs caractéristiques communes pour parvenir à
en tirer les éléments qui permettent de lier ces deux genre littéraires.

Pourquoi partir d’un conte pour aboutir à la pratique du théâtre ?

Le fait de partir d’un conte traditionnel est un choix stratégique. En effet, le conte fait partie de
l‘univers de l’enfant, il fait partie de son univers proche et se rattache à l’enfance en général, au
monde de l’imaginaire et du merveilleux. En travaillant sur le conte, l’élève se sent impliqué dès lors
que l’activité le touche personnellement et entre dans ses centres d’intérêt. Si l’on dit à un enfant que
l’on va travailler sur le théâtre pour aboutir à des productions théâtrales, on risque certainement de
le bloquer, et aboutir à un mutisme et donc ne pas remplir l’objectif fixé. Les enfants (pour la
plupart), ne maîtrisent pas le terme de théâtre, et le considèrent plus comme une corvée que comme
une façon de prendre du plaisir dans une activité. De plus, ils ignorent une des visées du théâtre qui
est le moyen de s’exprimer, de pouvoir se libérer et entrer dans la peau d’un personnage pour faire
passer un message par exemple. Pour mettre cette idée en rapport avec la pratique de ma séquence
correspondant au mémoire de recherches sur lequel je travaille actuellement, lorsque j’ai annoncé
aux élèves lors de la présentation du projet, que l’on allait aboutir à produire des pièces de théâtre, la
détresse se lisait sur leurs visages. Le mot « théâtre » leur fait peur, tandis que le mot « conte » les
rassure. C’est donc en ce sens que je pense qu’il est bon et préférable pour avoir la totale adhésion
des élèves au projet de partir d’un conte traditionnel. Mais ce n’est pas la seule raison, il est
également intéressant de chercher à comprendre comment les élèves vont aborder cette transition
entre deux activités différentes, d’une part le travail sur le conte, et d’autre part le travail sur le
théâtre.

Pourquoi un travail sur le théâtre ?

Même si le genre théâtral n’est pas totalement au programme des enseignements de l’école primaire,
il est intéressant de pratiquer cette activité avec les élèves pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le
fait de pratiquer le théâtre permet de renforcer le groupe classe (par le biais d’ateliers théâtre
comportant des exercices d’improvisation). Les tâches collectives en atelier peut renforcer les liens
entre les élèves et d’apprendre à mieux se connaître les uns les autres. Puis, la pratique du théâtre
permet de faire tout un travail sur le langage oral (manière de s’exprimer, diction et articulation).
Enfin, la pratique de cette activité permet également de laisser libre cours à l’imagination des élèves,
lors des exercices d’improvisation par exemple, et doit permettre aux élèves de s’exprimer d’une
autre manière, d’autres façons, de pouvoir se libérer de l’emprise que le sens moral a sur la parole, et
donc de pouvoir faire passer un message, par l’interprétation d’un rôle ou par l’interprétation
gestuelle. Le théâtre est avant tout un échange verbal,(comparaison avec les mots conte, poème et
roman). De plus, le théâtre, dans le cadre des pratiques artistiques, apprend à l’élève : l’écoute, la
gestion de l’espace, l‘humilité (au théâtre rien n’est parfait et pratiquer un art c’est être en état de
recherche constant), la rigueur, les mots (les entendre réellement et trouver leur poésie), ainsi que différentes
formes de langage. Le théâtre regroupe donc plusieurs éléments qu’il permet de travailler.

Pour conclure, même si ces genres littéraires distincts comportent des similitudes qui permettent de
faire le lien entre ceux-ci, cette réflexion autour de ces derniers m’amène à me poser cette question :
« Comment transposer un texte de conte traditionnel en texte de théâtre destiné à être joué et
mis en scène par les élèves ? » ou « Du conte au théâtre, quelle transposition ? »

Sources bibliographiques :

* D. Mégrier, Pratiquer le théâtre à l’école, Ed. RETZ, Paris.

Cet ouvrage traite des différentes exploitations pédagogiques du théâtre, et fait le point sur quelques repères et éléments clés à comprendre et maîtriser avant de se lancer dans un projet théâtral.

* S. Balazard, E. Gentet-Ravasco, Faire du théâtre avec ses élèves, Ed. Hachette Education,
Paris, 2011.

Cet ouvrage permet d’aborder les objectifs quant à la pratique du théâtre à l’école primaire.

Héloïse L'Orphelin

Je participe au séminaire ARTS, mon master traitera le sujet de la réécriture théâtrale au sens langagier du terme, à partir d'un conte populaire étranger.

More Posts

Le travail du spectateur, selon Dewey

From Wikipedia, the free encyclopedia: Portrait of Hendrickje Stoffels (Gemäldegalerie, Berlin)

John Dewey, L’Art comme expérience, p. 110-111 :

Chacun sait qu’il faut de l’entraînement pour voir dans un microscope ou dans un télescope et pour voir un paysage comme le voit le géologue. L’idée que la perception esthétique est réservée à de rares instants est une des raisons qui explique le retard des arts chez nous. L’œil et l’appareil visuel peuvent être intacts ; l’objet peut physiquement être présent, qu’il s’agisse de la cathédrale de Notre-Dame ou du portrait de Hendrickje Stoffels de Rembrandt ; ces œuvres peuvent être « vues », au sens littéral du terme ; on peut les regarder, éventuellement les reconnaître, et les identifier correctement. Il n’en reste pas moins que, par manque d’interaction continue entre l’organisme dans son entier et ces œuvres, celles-ci ne sont pas perçues ou, en tout cas, elles ne le sont pas sur un plan esthétique. On ne peut pas dire d’un groupe de visiteurs qu’un guide promène dans une galerie de peintures, en attirant leur attention ici et là sur quelque tableau mar­quant, qu’ils perçoivent ; c’est seulement par hasard qu’ils ressentent ne serait-ce que de l’intérêt pour un tableau pour la force de son exécution.

En effet, pour percevoir, un spectateur doit créer sa propre expérience qui, une fois créée, doit in­clure des relations comparables à celles qui ont été éprouvées par l’auteur de l’œuvre. Celles-ci ne sont pas littéralement semblables. Mais avec la personne qui perçoit, comme avec l’artiste, il doit y avoir un agencement des éléments de l’ensemble qui est, dans sa forme générale mais pas dans le détail, identique au processus d’organisation expérimenté de manière    consciente par le créateur de l’œuvre. L’artiste a sé­lectionné, simplifié, clarifié, abrégé et condensé en fonction de son intérêt. Le spectateur doit passer par toutes ces étapes en fonction de son point de vue et de son intérêt propre. Chez l’un et l’autre, il se produit un acte d’abstraction, c’est-à-dire d’ex­traction de la signification. Chez l’un et l’autre, il y a compréhension au sens littéral, c’est-à-dire regroupement de détails éparpillés physiquement visant à former un tout qui est vécu comme une expérience. La personne qui perçoit accomplit un cer­tain travail tout comme l’artiste. Si elle est trop fainéante, indolente ou engluée dans les conventions pour faire ce travail, elle ne verra pas et n’en­tendra pas. Son « appréciation » de l’œuvre sera un mélange de bribes de savoir et de réactions confor­mes à des normes d’admiration conventionnelle, additionné d’une excitation émotionnelle confuse même si elle est authentique.

 

Après avoir lu les pages 110-111 de l’essai de John Dewey intitulé L‘Art comme expérience, nous nous sommes penchés sur les titres qui auraient pu se référer à cette partie du livre. Nous sommes parvenus aux propositions suivantes:

– La perception d’une oeuvre

– L’appréciation du spectateur face à une oeuvre

– La perception, fruit d’une expérience

– Les différentes perceptions

– Expérience ou l’apprentissage de la perception

– Comment percevoir l’Art ?

– Le travail du spectateur

– Le ressenti de chaque individu face à une oeuvre

– La perception dans l’Art

– Percevoir une oeuvre d’art, c’est créer sa propre expérience

– Voir ou percevoir

Si nous étudions la typologie des titres proposés par les participants du cercle d(étude, nous remarquons que certains titres sont plus dénominatifs, tandis que d’autres sont plus interrogatifs, et poussent à la réflexion.

Nous notons également une dominante de la notion de perception, sujet majeur dans cette partie de l’essai.

Puis, on dénote une hésitation entre deux termes, ART et OEUVRE.

En effet, l’Art est considéré comme une activité humaine s’adressant aux sens, aux émotions et à l’intellect. Pour Marcel Mauss (père de l’anthropologie française), « un objet d’art par définition, est l’objet reconnu comme tel par un groupe » (Manuel d’ethnographie [Cours professé entre 1926-1939], Payot, Paris, 1971, p. 89 ). Dans cette définition, le sujet regardant est donc le premier à pouvoir nommer ce qu’il est en train de regarder. Il n’y aurait donc pas de définition stricte du terme « art ».

L’oeuvre (du latin opéra qui signifie travail) est défini comme l’objet physique ou virtuel résultant d’un travail.

Il y aurait donc une distinction mince entre ces deux termes, dont il est difficile de faire la différence. Ainsi, une oeuvre peut être une oeuvre d’art pour certains et une oeuvre stricto sensu pour d’autres. La perception propre et l’intérêt que porte le sujet regardant à un travail quelconque joue donc un rôle essentiel dans la nomination d’un travail abouti.

 

 Héloïse L’Orphelin.

 

 

 

 

Héloïse L'Orphelin

Je participe au séminaire ARTS, mon master traitera le sujet de la réécriture théâtrale au sens langagier du terme, à partir d'un conte populaire étranger.

More Posts