Tous les articles par Céline Roussel

Ecrit sur le projet de mon mémoire

Mon mémoire se construit sur la base de mon travail encadré de recherche puisque je compte l’approfondir en posant de nouvelles problématiques. Pour ce faire, j’ai suivi le conseil du directeur de mémoire en m’imprégnant des théories de W.D Winnicott. De ce fait, je me suis intéressée aux quatre ouvrages suivants : La consultation thérapeutique et l’enfant, Jeu et réalité, L’enfant et sa famille et Processus de maturation chez l’enfant. Mon TER manquait de recherches théoriques d’où mon intérêt porté à cet auteur. Il m’a semblé intéressant de procéder selon la démarche explicitée par Emile Benveniste dans Dernières leçons-Collège de France en soulevant de nouvelles problématiques afin de trouver d’autres réponses pour préciser mon sujet. En effet, j’ai pris conscience que j’avais, certes, parlé du livre comme pouvant être un objet transitionnel, mais je n’avais pas réellement défini la nature même d’un objet transitionnel. Les œuvres de Winnicott mettent l’accent sur l’espace transitionnel plutôt que sur l’objet en lui-même. Cet espace est représentatif d’un changement d’état de l’enfant. Cette transformation se fait dans le temps. L’objet transitionnel intervient alors pour rassurer et donner un sentiment de sécurité à l’enfant qui se voit angoissé par cet état de changement, par la transition qui s’opère. C’est une défense contre l’angoisse.

Dans mon TER, j’ai beaucoup parlé de mes expériences en stage de maternelle, j’ai donc récolté beaucoup d’informations autour de l’utilisation du livre par les enfants. Je veux maintenant expliciter en quoi un objet est transitionnel. De ce fait, je pense ajouter une partie à mon TER afin de mettre en lumière les notions d’ « objet transitionnel » et d’ « espace transitionnel ». Je veux montrer que la relation objectale, donc la relation qui lie un enfant à son objet, est unique d’un enfant à l’autre puisque la symbolique est elle-même créée par l’enfant. L’espace transitionnel est alors une aire neutre dans laquelle se déroule tout un champ d’expérience. L’enfant est face à une transition, mais il doit apprendre à progresser seul, d’où le fait de ne pas s’interposer dans cette relation objectale créée par l’enfant.

Outre le fait de m’intéresser à la nature de l’objet transitionnel, il faut que je continue à développer de nouvelles problématiques autour du livre. En effet, j’aimerais aussi découvrir de nouvelles fonctions qui permettraient à l’enfant de faire cette transition entre la famille et la petite section de maternelle. Je vais donc continuer à me documenter et chercher d’autres caractéristiques qui permettront de compléter mon sujet. Je me suis inspirée des albums de Claude Ponti, il me faudrait alors peut-être continuer dans cette voie et en analyser d’autres comme je l’ai fait pour L’Album d’Adèle. J’accorde toujours beaucoup d’importance au format, aux couleurs et aux images que présentent les albums, mais je pourrais peut-être m’intéresser aux livres animés, qui je pense, aident beaucoup les enfants à oublier le chagrin provoqué par la séparation lors de la rentrée en classe. J’ai constaté ceci lors de stage d’un mois en petite section, ainsi il me semble pertinent de lier mon sujet avec les albums qui proposent beaucoup de manipulations. Les apprentissages en maternelle sont d’ailleurs majoritairement basés sur la manipulation, je m’en suis rendu compte, ce qui me permet de soulever ce nouvel aspect. Je pourrais éventuellement m’intéresser aux albums pop-up, mais d’après mes observations, les enfants paraissent totalement absorbés lorsqu’ils sont face à un album avec des choses à manipuler. L’album propose de nombreuses caractéristiques qu’il me faut encore découvrir et analyser, d’où le projet de me poser de nouvelles questions. Il y a toujours une intention d’auteur derrière les albums qu’il me faut découvrir, suscitant l’engouement et la curiosité chez les enfants. Ce n’est donc pas un hasard si les albums en petite section font, pour une grande partie, l’objet d’une manipulation pour être découverts. D’après mes observations en stage, l’enfant se focalise beaucoup sur ce genre d’albums, il me faut alors en découvrir et en expliquer la raison. A ceci s’ajouteront des recherches théoriques à partir des œuvres de Winnicott pour préciser et compléter les propos de mon TER.

Winnocott, Jeu et réalité, aide à la reherche

D. W. Winnicott, Jeu et réalité, coll. folio/essais, éd. Gallimard, 1975.

Dans ce livre, Winnicott insiste sur le fait que l’objet transitionnel doit être perçu comme n’appartenant pas au corps même de son détenteur. Travaillant sur le livre comme objet transitionnel à la petite section, les propos de l’auteur m’ont fait prendre conscience du fait que c’est l’enfant lui-même qui donne vie à son objet, en l’occurrence le livre pour mon sujet. Selon Winnicott, c’est donc l’enfant qui créé son objet, il existe donc une relation objectale propre à chacun. La symbolique n’est pas la même que l’on passe d’une relation objectale à l’autre, et cela même si deux enfants possèdent un objet identique. Le rôle des parents est alors de ne surtout pas intervenir et de laisser cette relation se développer selon les besoins de l’enfant. En effet, Winnicott met l’accent sur le fait que ce n’est pas l’objet qui est au service de la transition, mais son utilisation. Ainsi, même si l’objet existe déjà, c’est l’enfant qui le créé en lui donnant son propre sens. Pour qu’une transition se passe au mieux, il ne faut pas le contrarier afin qu’il se sente en sécurité.

De plus, Winnicott souligne que l’objet transitionnel n’appartient pas au self, mais est une possession. Ceci est important pour comprendre que le livre peut être un moyen de se décentrer, de voir ce qu’il y a autour de soi, de donner de l’intérêt à ce qui n’est pas soi. L’auteur parle beaucoup du doudou comme objet transitionnel afin de combler l’absence de la mère et de faire la distinction entre la mère faisant partie de soi et celle comme étant un objet extérieur à soi.

Pour mon sujet, il me parait important d’évoquer le livre comme moyen de penser à autre chose qu’à la perte maternelle à l’école, mais aussi comme moyen de se tourner vers les autres. Ce livre m’a été d’une grande aide pour comprendre que l’espace de transition est un champ d’expérience sur lequel l’enfant exerce une omnipotence dans le but de se sentir en sécurité. J’ai compris que cela permettait à l’enfant de s’affirmer en créant une symbolique adaptée a ses besoins.

Winnicott, Processus de maturation chez l’enfant, aide à la recherche

Winnicott, Processus de maturation chez l’enfant, coll. Science de l’homme, éd. Payot, 1978, Paris.

Dans ce livre, Winnicott évoque principalement l’état psychologique dans lequel se trouve l’enfant en situation d’angoisse. Je m’y suis intéressée car mon mémoire se construit autour du livre comme objet transitionnel entre le milieu familial et la petite section de maternelle. J’ai retenu qu’un enfant peut développer une tendance antisociale si la transition ne se fait pas correctement, trop rapidement. De ce fait, il est primordial que l’enfant arrive à se décentrer en percevant ce qui l’entoure comme n’appartenant pas à son propre corps. La mère est la première chose que l’enfant doit percevoir ainsi afin de ne pas développer de pathologie psychologique lors de son absence. Afin qu’il se développe sans ruptures dans son processus de maturation, l’enfant ne doit pas être confronté à l’inconstance dans les soins maternels. Si l’enfant enregistrait en lui ce genre de rupture, un traumatisme, une angoisse se développeraient. La relation objectale est alors un moyen de se détacher progressivement de la mère pour la voir comme un objet total. L’enfant doit pouvoir remarquer qu’il peut exister par lui-seul, d’où la nécessité d’une relation objectale afin de ne pas se perdre et être sans point de repère. Il doit pouvoir se sentir en sécurité comme il l’était avec la mère. Progressivement, l’objet transitionnel va faire prendre conscience à l’enfant qu’il peut exister par lui-même, qu’il peut avoir ses propres idées, ses propres codes, ses propres symboles. L’enfant est en cours de maturation, la mère doit donc toujours être là pour ne pas créer de rupture dans son self, sous peine d’être totalement perturbé. Se sentir réel est ce que permet l’utilisation d’un objet transitionnel, d’autant plus qu’il constitue un point de repère même lors de l’absence de la mère.

La méthode psychanalytique de Winnicott : une aide pour la recherche

D.W Winnicott, La Consultation thérapeutique et l’enfant, éd. Gallimard, Paris, 1971

D.W Winnicott, La Consultation thérapeutique et l’enfant, éd. Gallimard, Paris, 1971.

Cet ouvrage est constitué de trois parties, chacune mettant en lumière des problèmes rencontrés par des enfants de tous âges lors de leur processus de maturation. Winnicott tente de percer le blocage qui a provoqué la formation de ces troubles, que ce soit une relation conflictuelle avec les parents, un manque affectif, une jalousie occasionnée par l’arrivée d’un frère ou d’une sœur, une tendance au vol ou encore un trouble comportemental lié essentiellement à la dépression de l’un des parents. Winnicott se positionne toujours du point de vue de l’enfant avant même d’avoir celui des parents dans le but de ne faire l’objet d’aucune influence. Pour cela, il a recours au « squiggle » qui est une façon d’interpréter des dessins afin de cibler le blocage souvent présent dans l’inconscient de l’enfant. Winnicott fait alors un « tracé » sans réfléchir, et l’enfant doit imaginer ce qu’il pourrait en faire pour représenter quelque chose. C’est une méthode qui fait appel à la spontanéité puisque la réflexion n’intervient pas. A partir de cela, Winnicott interprète les différents « squiggles », et partage parfois ses réflexions, ses déductions, avec l’enfant. Ainsi ce livre fait état de vingt et une consultations avec des enfants de deux à treize ans. Le « squiggle » apparait telle une partie de jeu, d’échanges, puisque le psychanalyste se prête lui aussi à cet exercice via un « squiggle » dessiné par l’enfant. Il s’agit alors d’un espace transitionnel à partir du papier dans lequel l’enfant sera à même de se livrer sans aucun tabou. Winnicott fait également appel à l’univers onirique de l’enfant qui se voit, au fur et à mesure de la consultation, confronté à ses propres rêves à partir des dessins qui reflètent souvent son inconscient. A partir de ce travail, le psychanalyste garde contact durant plusieurs années avec les parents afin de rendre compte de son évolution, de ses améliorations ou de ses éventuelles rechutes.
Travaillant sur les objets transitionnels dans mon mémoire, cet ouvrage m’a permis de me conforter dans l’idée qu’ils ont bel et bien une forte signification dans la vie d’un enfant, notamment lorsqu’il s’agit de faire face à un moment difficile de la vie. Au début du livre, un passage est consacré aux « particularités de la relation du jeune enfant avec l’objet transitionnel »(p. XXI) , ce qui met en lumière un attachement et surtout une possession évidente de sa part. L’importance n’est pas tant dans l’objet en lui-même mais surtout dans l’usage qui en est fait. Winnicott évoque cet espace transitionnel comme un état intermédiaire, de transformation de l’enfant qui va passer d’un état A à un état B. Ces enfants ne sont donc pas malades mais il est primordial d’en passer par cette étape transitionnelle, par des objets transitionnels, afin qu’ils se sentent en sécurité avec leur environnement et qu’ils ne développent pas de blocage dans leur processus de maturation.

D. W. Winnicott, L’enfant et sa famille, édition Payot, Paris, 1957.

Ce livre s’est révélé être très intéressant du point de vue fusionnel qui existe entre la mère et son bébé. Il évoque en effet tous les liens qui font l’objet d’un rapprochement entre ces deux individus, qui par nature, sont voués à se compléter. Winnicott ne se fait pas détenteur du savoir quant à la manière de se comporter avec son enfant, mais il donne plutôt quelques clés permettant de mieux cerner ses attitudes. A partir de multiples petits chapitres, il essaye de rendre compte de ce qui se passe aussi bien du côté du bébé que de celui de sa mère. Pour cela, il met en avant tout ce qui a trait de relier la mère à son enfant via l’allaitement, les soins maternels, le couché ou encore la transition vers une nourriture solide. De plus, il ne manque pas d’évoquer certains problèmes familiaux qui peuvent survenir comme les pleurs interminables ou le vol, en expliquant que tout ceci n’est pas forcément mauvais du point de vue du processus de maturation. En revanche, Winnicott insiste largement sur le fait que chaque bébé est un individu, une personne à part entière, ayant une personnalité singulière, propre à elle-même. Il ne faut pas considérer son bébé comme étant une chose à laquelle on donne des soins par habitude et Winnicott précise régulièrement que le développement normal de l’enfant dépend de cet aspect.
A travers ce livre, Winnicott veut montrer au lecteur qu’une bonne mère est le seul juge de ce qui est bon pour son enfant, et que les livres ne feront que transformer l’instinct maternel, qui, par définition, est naturel. Chaque mère et chaque enfant sont différents, leur relation est donc unique, même en la présence de jumeaux. Beaucoup de conseils sont présents, ayant pour fonction de rassurer les mères quant à leur manière d’élever leur enfant. Ce livre n’est donc en aucun cas dans le but de donner des normes à l’éducation des enfants, mais il prône au contraire une relation unique entre chaque mère et son enfant, montrant que chacune met l’accent sur ce qui lui semble être le plus important.
Le chapitre qui m’a essentiellement éclairé pour mon mémoire concernant les objets transitionnels est « Premiers pas vers l’indépendance ». En effet, Winnicott évoque le fait que chaque enfant possède son propre objet depuis sa plus petite enfance, lui donnant une signification et une importance particulière. Les objets transitionnels apparaissent alors comme faisant pratiquement partie de l’enfant, et malgré la gêne que cela peut représenter pour les parents, ils doivent l’accepter afin de ne pas provoquer de blocage dans son développement affectif.

 

Céline Roussel

 

Winnicott pour transformer un TER en mémoire

Suite à la séance d’échange avec ma tutrice Dominique Lefèbvre, j’ai pris conscience qu’il fallait davantage développer des références théoriques telles que Winnicott. En effet, je travaille sur la transition entre le foyer familial et l’école maternelle grâce au livre. Le livre m’apparait comme étant un partenaire de confiance pour l’enfant qui veut se rassurer face aux autres camarades. Je me suis également rendu compte que mon titre « Le livre objet comme transition vers la maternelle » était trop long, de ce fait je dois me recentrer davantage sur les mots importants comme « livre », « intégration », et pourquoi pas intégrer le terme « confiance ». Dans mon TER,  j’avais travaillé sur le livre comme objet social dans une première partie en évoquant le fait que les moments de lecture en classe sont des moments de rassemblement. De plus, le livre permet de provoquer des interactions entre les élèves, notamment dans le coin bibliothèque, ainsi qu’avec l’enseignant. Ceci permet de développer l’altruisme chez les enfants qui, jusque là, n’ont souvent été confrontés qu’à leur famille. En seconde partie j’avais développé la possession du livre en cherchant à ce que l’enfant ait un rapport privilégié avec son livre, un rapport souvent corporel lié à la manipulation. Posséder son livre permet également de connaitre la fin de l’histoire, donc d’avoir un temps d’avance sur les péripéties. Il me semble alors important de m’approprier les théories de Winnicott afin d’approfondir mon sujet. Ma problématique provisoire serait « l’intégration de l’enfant par le livre ».

Par ailleurs, il me faut découvrir et analyser d’autres albums afin d’illustrer mes propos comme je l’ai fait avec L’Album d’Adèle de Claude Ponti (1) . Selon Emile Benveniste, il faut avoir une certaine pratique du doute qui nous permet d’avancer dans notre problématique(2) . J’ai conscience d’avoir été assez vague dans mes références théoriques et de ne pas m’être appuyée sur plus d’albums, ainsi je vais à nouveau questionner certains passages de mon TER. Cet auteur parle également du fait qu’il est essentiel de s’engager pleinement pour prouver que l’on s’est approprié des théories pour les réinvestir dans notre travail, ce que je compte faire avec celles de Winnicott.

Céline Roussel

1. Ponti Claude, L’Album d’Adèle, Paris, Gallimard, 1986.
2. Benveniste Emile, Dernières leçons-Collège de France (1968-1969), Paris : Les Editions du Seuil, coll. « Hautes études », 2012, p.216.

La problématique selon Emile Benveniste

Cette réflexion a été conduite à partir de la lecture compte rendu de lecture de Dernières leçons-Collège de France (1968-1969) par Chloé Laplantine (http://www.fabula.org/revue/document7280.php)
Selon Emile Benveniste, une problématique est faite à partir de plusieurs problèmes différents que l’on doit définir à l’avance. C’est autour de problèmes concrets que l’on peut formuler une problématique. Problématiser revient alors à théoriser des problèmes concrets, des cas. Cependant il ne faut pas se perdre dans une large problématique, et pour cela il est indispensable d’être précis, de ne pas s’éparpiller et de définir des problèmes ciblés. Emile Benveniste a écrit une « grande problématique du langage », une « théorie du sujet dans le langage ». Tout au long de sa vie, il a publié environ trois cents articles qui représentaient chacun un problème au sein de la grande problématique du langage. Il faut alors envisager le problème comme une démarche et non comme une solution puisqu’il est un moyen de répondre à la problématique. Problématiser c’est trouver la théorie d’un cas concret, c’est une démonstration, une démarche faite à partir de plusieurs problèmes qui, à eux tous, formeront une solution à la problématique. Ceci étant, il est important d’ordonner les différents problèmes afin de ne pas se perdre et de donner une certaine logique à notre réflexion. Il faut se confronter aux problèmes et pousser sa réflexion afin d’être le plus précis dans notre problématique. Emile Benveniste parle alors de « pensée par problèmes »1. Pour cela, il est évident qu’il faut constamment remettre son sujet en question ; ce qui revient à parler de modestie vis-à-vis de son travail. Répondre à un problème permet de mettre en lumière certaines hypothèses qui vont certainement bouleverser notre travail de recherche, il semble donc inévitable d’avancer dans une attitude de doute permanent. C’est en doutant que l’on est capable de se poser de nouvelles questions, de se confronter à de nouveaux problèmes, permettant ainsi d’entrer selon différentes approches dans notre problématique. Le doute renvoie à l’inconnu, à la critique de ce que l’on fait, il y a donc une place faite au lecteur puisqu’on le fait se poser des problèmes. Le lecteur peut en effet avoir cette place dans la problématique puisque chacun est dans la possibilité d’apporter sa pierre à l’édifice, il peut aider à pousser notre réflexion encore plus loin. Les problèmes sont donc des cas qui nous font avancer quoi qu’il arrive, même si cela ne nous mène pas où l’on voulait initialement aller puisque cela nous fait tout revoir. La problématique est composée de faits particuliers, de cas concrets, de problèmes, que l’on doit mettre en ordre, théoriser, afin de construire une démarche susceptible de donner un sens, une réponse à la « grande problématique ».

Céline Roussel

 1. Benveniste Emile, Dernières leçons-Collège de France (1968-1969), Paris : Les Editions du Seuil, coll. « Hautes études », 2012, p.216.