Tous les articles par stéphanie nicolas

Léonard de Vinci, un sujet abordable au cycle des approfondissements?

 

Comme je l’ai annoncé il y a un mois dans un précédent billet, mon mémoire va traiter de Léonard de Vinci et notamment de la manière dont il peut être étudié par des élèves des classes de CM1 et CM2.

A ce jour, voici l’état d’avancement de mon mémoire:

J’ai commencé à rédiger mon introduction où je me pose des questions quant à la place du célèbre peintre dans les programmes de l’école primaire, la dimension didactique à y apporter… Bien sûr, avant de me concentrer sur la façon d’introduire cet homme dans des situations d’apprentissages, il me faudra recontextualiser toute la période historique à laquelle il appartient (à savoir la Renaissance). Il me faudra considérer cette période en France et en Italie afin de comprendre pourquoi il a choisi de venir en France. Par la suite, je m’attacherais à sa biographie, j’essayerai de dégager un parallèle entre le peintre et le scientifique. En effet, Léonard n’est pas seulement connu pour ses célèbres tableaux comme La Joconde, mais il était aussi un très grand botaniste, savant avec la multitude de traités scientifiques qu’il a produit et l’invention de nombreuses machines qui ont été améliorées dans les siècles suivants. Enfin, une dernière partie sera consacrée à l’aspect professionnel de la question. Autrement dit, comment est-il intégré dans les manuels scolaires? Est-ce un sujet qui se limite à un champs disciplinaire ou existe-t’il une interdisciplinarité? Doit-on plus parler de l’artiste ou du scientifique ou des deux à part égale?

De nouvelles pistes:

Les manuels scolaires que j’ai pu consultés étaient dédiés à l’histoire, le français et les arts visuels (histoires des arts). Je pense qu’il serait intéressant d’étudier la peinture de Léonard à travers l’étude de portraits notamment. E n pratique artistique, il faudra se pencher sur les techniques utilisées par le peintre notamment le sfumato (technique spécifique à Léonard qui donnait à ses arrières-plan un effet de brouillard); mais n’est-ce pas trop complexe pour eux?

Autre sujet intéressant, celui de ses machines. En effet, cette partie touche à la fois les arts et les sciences (technologie) car elle peut permettre de traiter des poulies et leviers. Mais l’on pourrait aussi s’attacher à la conception même de ces machines. Quels sont les animaux qui les ont inspiré (exemple: l’aile volante basée sur les ailes de la chauve-souris).

Pour bien faire, il faudra réaliser une fiche séquence en arts visuels et la tester lors d’un prochain stage. Cette séquence pourrait être basée sur celle réalisée pendant le premier stage d’observation où je suis partie de l’étude du portrait (partie que je conserverai mais je modifierai les ressources iconographiques afin de plus me concentrer sur l’art de Léonard de Vinci). La pratique artistique devra être réfléchie d’ici là car celle que j’ai menée ne peut convenir en totalité ou alors il ne faudrait conservé qu’un seul portrait (j’ai fait réalisé des portraits détournés à la façon cubiste par collage).

Lors de mon stage:

Outre la séquence d’arts visuels que j’ai réalisé (en partie car j’avais mal évalué le nombre de séances), j’ai pu mené une enquête de terrain auprès des élèves de CM1 et CM2 de la classe où j’étais. C’était une classe à triple niveau (cycle 3) composée de 23 élèves. j’ai interrogé 13 élèves sur leur connaissance de la Renaissance, de Léonard de Vinci, de leur intérêt pour le sujet proposé et de ce qu’ils souhaiteraient étudier (peinture ou machines). Il en résulte des réponses mitigées dues à une ignorance de la partie historique et du peintre par moment. Lorsque les élèves connaissent le peintre c’est pour l’associer non sans mal à La Joconde. Ce qu’il faut savoir, c’est que dans l’école où j’ai effectué mon stage ( école élémentaire Freinet à Hérouville-Saint-Clair), la Renaissance a été étudiée en semaine à thème. C’est à dire que les élèves des différentes classes se sont inscrits dans un atelier et qu’ils n’ont donc par conséquence tous suivi cet atelier. Lors du prochain stage, je referai une enquête et auprès des enfants et auprès des enseignants pour comparer mes résultats avec une école disons plus traditionnelle.

Quelques sources bibliographiques:

Ouvrages scientifiques sur la Renaissance et Léonard de Vinci:

– Léonard de Vinci, Fred Bérence, Somogy, 1965.

– Léonard de Vinci, Emilie Hahn, Fernand Nathan, 1965.

– Léonard de Vinci, Traité de la peinture, André Chastel, édition Berger- Levrault, 1987.

– La Renaissance, Paul Faure, que sais-je? , 1949

 

manuels scolaires:

– Histoire- Géographie, sous la direction de Sophie Le Callennec, collection Magellan, 2010.

– Histoire des arts, C Saïsse, Hachette éducation, 2010.

-Français Livre unique CM1, P Dupont et alt, collection Caribou, 2009

 

Cette liste n’est pas complète car je n’ai pas encore lu et trouvé toutes références que je pourrais trouver intéressantes.

 

 

 

Léonard de Vinci au cycle 3

Bernard Fournier – formateur arts visuels IUFM de Grenoble – ateliers de pratique arts plastiques – Valence – oct. 2006

Contrairement à la plupart de mes collègues , je n’ai pas effectué de TER lors de l’année passée. Issue d’un parcours universitaire en langues (LLCE Italien), j’ai effectué des travaux de recherches sur la traduction de romans italiens en français. Il était donc difficile de reprendre ces travaux pour réaliser un mémoire professionnel.

Pour mon sujet de mémoire, j’ai décidé de travailler sur le célèbre Léonard de Vinci et notamment la façon dont il pouvait être abordé en cycle 3. Bien sûr, nous ne pourrons pas échapper à la contextualisation de l’époque du savant et à sa biographie. En ce qui concerne la partie professionnelle, deux pistes peuvent être explorées: les oeuvres pittoresques de Léonard d’une part et ses machines d’autre part. Pour le moment, je n’ai pas encore arrêté mon choix. Ma tutrice, Madame Guégan me propose de travailler sur les machines notamment en traitant de la façon dont on peut concevoir celles-ci en partant de l’anatomie des animaux par exemple (les ailes de la chauve-souris pour réaliser les ailes volantes).Cette dernière partie a été repensée au cours de la séance de tutorat car à première vue, mon sujet semblait trop « historique » puisque je voulais m’attacher à la façon dont le sujet Léonard de Vinci était traité dans les manuels scolaires (histoire, français, arts visuels).

Lors de mes stages, je demanderai aux professeurs des écoles qui m’accueilleront comment ils traitent ce sujet. Cette enquête sera aussi adressée à d’autres enseignants de cycle 3 afin d’avoir une représentation plus large. Pour finaliser mon choix (entre peinture et machines), je pense poser des questions aux enfants. Questions qui me permettront de me rendre compte sur leurs connaissances du sujet.

Pour le moment, j’ai commencé à parcourir des ouvrages sur la vie de Léonard qui peuvent être intéressant, il me reste à bien analyser les chapitres retenus lors d’un premier survol. Pour la partie qui traitera de la Renaissance, je m’appuierai sur des ouvrages scientifiques et éventuellement des manuels scolaires. Enfin, en ce qui concerne le traitement de Léonard en cycle 3, je m’appuierai sur des ouvrages didactiques mettant en relief des séquences d’apprentissage mais aussi sur mes observations et éventuellement des séances que j’aurais mené en stage.

Quelques titres d’ouvrages consultés ou à consulter dans les prochains mois:

Fred Bérence, Léonard de Vinci, Somogy, Allemagne, 1965, 262 p.

Emile Hahn, Léonard de Vinci, Fernand Nathan, Paris, 1965, 157 p.

André Chastel, Léonard de Vinci: Traité de la peinture, éd. Berger – Levrault, Paris, 1987.

Mario Cianchi, Les machines de Léonard de Vinci, éd. Becocci, Florence

Cette bibliographie sera étoffée au fil des lectures et affinée en fonction de la piste qui sera étudiée et analysée.

 

Stéphanie Nicolas

« Que vois-tu? » de Tana Hoban : imagier ou/et atlas?

Classée dans la catégorie album de jeunesse, l’oeuvre de Tana Hoban peut être   » lue  » dès l’école maternelle. Ce livre se présente sous la forme d’une succession d’images – le texte en est  absent – et  il s’articule en deux phases. En effet, lorsqu’on ouvre le livre, nous nous trouvons en présence d’un cadre (pouvant faire référence au cadre du tableau) qui dévoile un détail de  l’image qui suit. Ce cadre va laisser place à l’imagination de l’enfant. Lorsque l’enfant tourne la page du  » tableau « , il se trouve face à une photo de l’objet en question (animal, fleur, objet….) puis s’il tourne encore la page, il a un nouveau plan de ce même sujet.

Si l’on s’appuie sur la théorie de Georges Didi-Huberman, dans Atlas ou le gai savoir, nous pouvons commencer à répondre à la question suivante : le livre de Tana Hoban est-il un imagier ou un atlas? En effet, pour lui un atlas se définit comme quelque chose qui n’est pas formel (dans le sens qu’il est amené à se compléter) :  » un atlas ne possède presque jamais une forme que l’on pourrait dire définitive  » (p.11).  De plus, il insiste sure la nature même de l’atlas et du sentiment qu’il peut procurer chez un enfant (en l’occurence un plaisir sans fin) :  » De plus, un atlas est à peine fait de  » pages  » au sens habituel du terme : plutôt de tables, de planches où sont disposées des images, planches que nous venons consulter dans un but précis ou bien que nous feuilletons à loisir, laissant divaguer notre  » volonté de savoir  » d’image en image et de planche en planche « . Rappelons que l’ouvrage de Tana Hoban est une succession de photographies donc d’images et que l’enfant va prendre plaisir à tourner les pages afin de confronter d’abord ses intuitions (qu’est-ce que c’est ?) puis par pur plaisir du regard.

Pour éclairer sa pensée, Didi-Huberman s’est appuyé sur trois autres philosophes : Platon, Leon Battista Alberti et Walter Benjamin. Parmi ceux-ci, le livre de Tana Hoban suit bien les idées d’Alberti et de Benjamin. En effet, lorsque l’on parcourt le livre, chaque session part du détail pour arriver, par une étape intermédiaire, au général. Par exemple, l’on partira de l’écaille de poisson pour passer à la tête du poisson et arriver au poisson dans son bocal. Didi – Huberman rappelle qu’Alberti précise dans son De Pictura que  » […] la notion de tableau à l’unité formulaire d’une  » période  » rhétorique, une  » phrase correcte  » où chaque élément supérieur se déduirait logiquement – idéalement – des éléments de rang inférieur : les surfaces engendrent les membres qui engendrent les corps représentés, […]  » (p.12). Autrement dit, Alberti pense que l’atlas est nécessairement un support qui part du détail pour déboucher au global. L’autre idée diffusée dans l’écrit de Didi-Huberman est celle de Walter Benjamin. Pour Benjamin, l’atlas est un objet de lecture à part entière. L’auteur dit que  » l’atlas d’images est une machine de lecture  » (p. 15) et celui-ci (l’atlas) devient alors objet de plaisir car il associe à la fois la connaissance et la joie en lisant ( » un objet de savoir et de contemplation pour les enfants  » p. 16).

L’album de Tana Hoban regroupe les deux dimensions de l’atlas que Didi – Huberman donne avec l’appui de la théorie de Benjamin, à savoir que c’est à la fois un  » appareil de la lecture avant tout  » (qui renvoie au savoir et à la sensibilité de l’enfant) et une  » lecture après tout  » tournée vers une culture humaniste (p. 16). Donc à la vue de tous ces éléments, nous pouvons classer l’album de Tana Hoban dans la catégorie des atlas.

 Stéphanie Nicolas

Pour aller plus loin:

http://www.editions-kaleidoscope.com/AUTEURS-ET-LES-ILLUSTRATEURS/Hommages/tana-hoban.htm