Tous les articles par Fraisse Angélique

Le Petit Chaperon rouge au cycle 1: quelle compréhension ?

Mes questions de départ :
Pour mon mémoire, j’ai choisi de poursuivre le travail engagé avec mon TER sur le Petit Chaperon rouge de Charles Perrault, conte populaire par excellence. L’année dernière j’avais travaillé sur le lien entre le texte et l’image dans les albums du Petit Chaperon rouge au cycle 3. Cette année, j’ai décidé de conserver ce thème du Petit Chaperon rouge et de la relation texte image mais de situer mes recherches au cycle 1. Pour définir mon sujet, je me suis posée différentes questions. Par exemple, quelle est la place attribuée au conte dans les programmes du cycle 1 ? Comment l’introduire ? Quel est son intérêt ? Pour raccrocher à mon sujet de l’année dernière sur le lien texte image je me suis également demandée quelle compréhension des illustrations pouvait avoir les enfants de cycle 1.
Pour commencer mes recherches, j’ai tout d’abord consulté les programmes de 2008 d’où j’ai retenu trois extraits principaux que voici : à la maternelle, «  une attention particulière est portée à la compréhension qui, plus que l’expression, est à cet âge liée aux capacités générales de l’enfant». Il faut donc s’intéresser au développement de l’enfant pour savoir ce qu’il est capable de comprendre en cycle 1, sachant qu’entre la petite section et la grande section, l’enfant évolue. Ensuite, « grâce à la répétition d’histoires ou de contes adaptés à leur âge, classiques et modernes, ils parviennent à comprendre des récits de plus en plus complexes ou longs, et peuvent les raconter à leur tour. » Enfin, « tout au long de l’école maternelle, les enfants sont mis en situation de rencontrer des œuvres du patrimoine littéraire et de s’en imprégner. Ils deviennent sensibles à des manières de dire peu habituelles ». A partir de ces extraits, d’autres questions ont émergé comme par exemple, qu’entendent les programmes par « contes adaptés à leur âge »? Par exemple, pour le Petit Chaperon rouge, la version de Perrault est-elle adaptée à l’âge des enfants de cycle 1 ? S’il est vrai que le texte de Perrault est difficile, faut -il pour autant ne pas le présenter aux enfants et leur lire des versions simplifiées ? Peuvent-ils comprendre l’histoire sans saisir le sens de chaque mot ? Ensuite, le conte de Perrault illustre parfaitement le troisième extrait que j’ai choisi puisqu’il fait partie de notre « patrimoine littéraire » et qu’il contient des « manières de dire peu habituelles » avec par exemple la célèbre formule « tire la chevillette, la bobinette cherra ». Est-il donc adapté à des enfants de cycle 1 ?
Ensuite, pour les illustrations, je me suis demandée si elles peuvent aider à la compréhension de l’histoire ou non en cycle 1. Cette question m’intéresse beaucoup puisque les enfants de cycle 1 étant des enfants non lecteurs, il apparaît comme évident que l’illustration doit pouvoir être un point d’appui pour eux. Or est-ce toujours le cas ?

Expérience de stage et les autres questions que cela m’a apporté :

Pour vérifier cela, j’ai mis en place des activités lors de mon stage. J’ai présenté deux albums aux enfants. Le Petit Chaperon rouge de Perrault illustré par Joëlle Jolivet et celui illustré par Dedieu. Je me suis demandée quelle pouvait être la compréhension des enfants de cycle 1 des illustrations qui accompagnent les albums. Les illustrations aident-elles réellement les enfants à comprendre les histoires? Les enfants donnent-ils du sens à ce qu’ils voient ? Je pensais que oui au début puis mon jugement s’est depuis quelque peu nuancé. En effet, selon moi, comme j’ai tenté de le prouver dans mon TER, les illustrations sont en lien avec le texte et il est important de les étudier avec les élèves. Si en cycle 3, l’accès aux illustrations peut être plus ou moins facile, qu’en est-il au cycle 1 ? Les enfants, étant non lecteurs, s’appuient sur celles-ci pour suivre l’histoire et tenter de la comprendre. Or suite à la lecture de L’élève et la lecture d’albums, Quelle compréhension du texte et des images ? d’Emmanuelle Canut et d’Anne Leclaire-Halté, je me suis finalement demandée si les enfants avaient réellement compris l’histoire que je leur avais lue ou s’ils m’avaient simplement décrit les illustrations sans véritablement percevoir le lien entre elles. C’est cet extrait qui m’a interpellé, page 22 : «  contrairement à ce que l’on croit, (Boiron, Brigaudiot) l’image n’aide pas à la compréhension du récit. « Beaucoup de maîtres pensent que l’image est facile à décrypter, or il y a une différence entre prélever des détails, s’orienter dans l’image et construire une cohérence. »(Meyer, 2009) ». Afin de vérifier cette hypothèse, j’ai choisi de présenter aux moyennes sections le Petit Chaperon rouge illustré par Dedieu, qui contient selon moi quelques difficultés de compréhension, notamment avec certaines doubles pages où l’on voit plusieurs loups. Pendant ma séance, j’ai pu constater que cela avait posé problème aux enfants qui n’avaient pas perçu que c’était le même loup. Pourtant, ils avaient déjà entendu l’histoire mais même comme cela, l’illustration a pu les tromper sur le nombre de loup. Je me suis donc demandée quelle pouvait être l’intérêt des illustrations dans les albums. Sont-elles une véritable aide pour les enfants ou non?

Poursuite de mes recherches :
J’aimerai étudier différentes illustrations du Petit Chaperon rouge, voir s’ils se ressemblent tous ou si au contraire chaque illustrateur donne sa vision du Petit Chaperon rouge. Par exemple, dans l’album illustré par Dedieu, la fillette n’est pas d’un rouge éclatant. D’ailleurs, lors de la présentation de celui-ci aux moyennes sections où j’étais en stage, un enfant a déclaré à l’ouverture du livre : « Le Petit Chaperon rouge il est marron !». Il avait reconnu que c’était le petit chaperon rouge mais était perturbé par la couleur qui n’était pas vraiment rouge. Ceci peut sembler être un détail mais cela rejoint la compréhension de l’histoire. Si le Petit Chaperon rouge n’est pas rouge, est-il quand même le Petit Chaperon rouge? C’est dans ces cas là que l’on se rend compte de l’importance du choix de l’enseignant qui doit sélectionner avec soin les albums qu’il choisit de présenter aux élèves. Cela parait évident mais ce détail de couleur est finalement incontournable puisque c’est cette couleur rouge qui définit le personnage. Ensuite, j’aimerai voir quels outils sont en mesure d’aider les enfants à comprendre les illustrations et qu’est-ce qui pourrait être fait autour du conte du Petit Chaperon rouge en classe.

Bibliographie :
1/ Les albums :
Battut Eric, Le Petit chaperon rouge, Paris-Zurich, bilbOquet, 1998.
Carrer Chiara, Le Petit Chaperon rouge, La joie de lire, 2005.
Corentin Philippe, Mademoiselle Sauve-qui-peut, Paris, l’école des loisirs, 1996.
De Pennart Geoffroy, Chapeau rond rouge, Kaléidoscope, 2005.
Jolivet Joelle, Le Petit Chaperon rouge, Albin Michel, 2002.
Pacovska Kveta, Grimm, Le Petit Chaperon rouge, minedition, 2007.
Perrault-Dedieu, Le Petit Chaperon rouge, Editions du Seuil, 2011.
Riemann Maud, Le Petit Chaperon rouge, Paris, bilbOquet, 2006.

2/ Les références théoriques :
· Canut Emmanuelle, Leclaire-Halté Anne, L’élève et la lecture d’albums, Quelle
compréhension du texte et des images, Presses universitaire de Namur,2009, p. 22.
Ce livre m’a interpellé sur la compréhension que peuvent avoir les enfants du texte et des images.

Delon Agnès, Thierry Gaudin, Houyel Christine, Lagarde Hélène, Le Geay Anne, Poslaniec Christian, Quazuguel Béatrice, Quintin Cécile, Guide pour enseigner, Le conte à l’école, cycles 1, 2 et 3, Paris, Retz, 2008, p. 37, 47.
Ce livre donne des exemples de situations à mettre en place en classe avec les élèves.

Prince Nathalie, Pour une théorie littéraire, La littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, collection U, 2010, p. 20, 166-167.
L’auteur parle des illustrations et de l’influence qu’elles ont dans les albums.

3/ Référence officielle :
· Bulletin officiel, hors série n°3, 19 juin 2008, p. 12-13;

Le Petit Chaperon rouge et ses représentations

Joël Pommerat a écrit sa propre version de l’histoire et la raconte à sa manière, sensible et juste : une petite fille entre une mère, belle, trop pressée et une grand-mère fatiguée. Le petit chaperon rouge se sent seul et doit traverser la forêt qui fait peur, fascine et fait grandir. Des dialogues qui font basculer le spectateur de la peur au rire.
Un conte qui explore les liens familiaux et le rapport au temps qui passe.

Pour mon TER, j’avais décidé de travailler sur le conte de Charles Perrault du Petit Chaperon rouge. J’ai tenté de montrer la relation entre le texte et l’image en tentant de prouver que les deux sont liés et qu’il est important de les étudier en classe avec les élèves notamment au cycle 3. Au fur et à mesure de mes recherches, je me suis aperçue que dans le conte de Perrault trois scènes clés se détachaient de l’histoire et qu’elles étaient généralement reprises par les illustrateurs. Pour étudier cela de plus près, j’avais choisi quatre illustrateurs différents: Gustave Doré, Sarah Moon, Eric Battut et Maud Rieman et analysé leurs illustrations en découpant le conte de Perrault suivant ces trois scènes clés : la rencontre entre le Loup et le Petit chaperon rouge, la dévoration de la grand-mère et enfin la scène finale du Loup et de la fillette dans le lit de la grand-mère. J’avais pour cela sélectionné des albums reprenant le texte original de Perrault et non des parodies ou réécritures en voulant montrer que l’étude du texte d’apparence difficile est tout à fait possible en cycle 3. J’avais également choisi ce conte parce qu’il fait partie de notre culture littéraire et qu’il apparaît comme important de transmettre aux élèves certaines oeuvres faisant partie du patrimoine commun.
Cette année pour mon mémoire je souhaite poursuivre mon travail sur la relation entre le texte et l’image. Il existe une profusion d’illustrations du Petit Chaperon rouge et je pense étudier l’évolution de l’image de ce personnage. Dès la première édition des Contes de Perrault en 1697, l’image accompagnait le texte. Il serait donc intéressant de voir si l’image de la fillette est toujours la même. A-t-elle évoluée? Est-elle plus ou moins identique chez les illustrateurs? Retrouve-t-on toujours la couleur rouge qui caractérise le personnage?
Pour étudier les représentations du Petit Chaperon rouge, il me reste, d’une part, quelques points à déterminer. Au départ je pensais m’intéresser seulement aux albums qui reprennent le texte de Perrault comme pour mon TER mais dans ce cas les recherches seraient limitées. Par conséquent, je pense élargir mes recherches aux albums qui reprennent la version de Grimm, voire élargir aux parodies et réécritures qui reprennent ce personnage du Petit Chaperon rouge. Dans ce cas quel critère choisir pour limiter mes choix puisque le but n’est pas de répertorier toutes les illustrations qui existent mais bien d’opérer une sélection pertinente qui pourrait par exemple être utilisée en classe.
D’autre part, j’ai décidé cette année de me centrer plus particulièrement sur le cycle 1 en basant mes recherches sur la lecture des images. Au fil de mes recherches, quelques questions ont émergé comme par exemple quelle peut-être la lecture des images par les élèves? Peut-on parler de lecture avec des enfants qui ne savent pas encore lire? La compréhension des illustrations est-elle si simple que cela pour de jeunes élèves? Pour tenter de répondre à ces questions, j’envisage de mettre en place des activités autour du Petit Chaperon rouge lors de mon stage en petite et moyenne section. Je pense peut-être mettre en place des séances d’expressions langagières autour des illustrations puisque toute activité doit favoriser le langage et son apprentissage en cycle 1 et voir quelle compréhension les élèves ont des images qui accompagnent le texte.

Pour finir, voici quelques références bibliographiques que j’ai consulté pour mes recherches :

1/ Les albums :

-Battut Eric, Le Petit chaperon rouge, Paris-Zurich, bilbOquet, 1998.
-Carrer Chiara, Le Petit Chaperon rouge, La joie de lire, 2005.
-Corentin Philippe, Mademoiselle Sauve-qui-peut, Paris, l’école des loisirs, 1996.
-De Pennart Geoffroy, Chapeau rond rouge, Kaléidoscope, 2005.
-Jolivet Joelle, Le Petit Chaperon rouge, Albin Michel, 2002.
-Perrault-Dedieu, Le Petit Chaperon rouge, Editions du Seuil, 2011.
-Riemann Maud, Le Petit Chaperon rouge, Paris, bilbOquet, 2006.

2/ Les références théoriques :

-Delon Agnès, Thierry Gaudin, Houyel Christine, Lagarde Hélène, Le Geay Anne, Poslaniec Christian, Quazuguel Béatrice, Quintin Cécile, Guide pour enseigner, Le conte à l’école, cycles 1, 2 et 3, Paris, Retz, 2008.
Ce livre donne des exemples de situations à mettre en place en classe avec les élèves.

-Prince Nathalie, Pour une théorie littéraire, La littérature de jeunesse, Paris, Armand Colin, collection U, 2010.
L’auteur parle des illustrations et de l’influence qu’elles ont dans les albums.

 

« Exercice inconscient à travers le jeu » (Benjamin) avec l’ABC de Babar

Editions de 1939 sur le site de la bibliothèque de l’Université de Washington qui possède une très belle bibliothèque historique de livres pour enfants

Walter Benjamin dans l’article « Chichleuchlauchra » tiré d’ Enfance dit en évoquant l’abécédaire : « c’est l’exercice inconscient à travers le jeu, dont les succès doivent se révéler supérieurs à celui, conscient, sur prescription. » Cette citation constitue le point de départ de ma réflexion sur les abécédaires et j’ai choisi de m’intéresser plus particulièrement à l’ ABC de Babar, publié en 1939 chez Hatier et illustré par Jean de Brunhoff.
Dans l’ABC de Babar, l’enfant découvre pour chaque lettre de l’alphabet une double page qui représente une situation mettant en scène Babar et d’autres éléphants. Chaque lettre est représentée dans différentes écritures, par exemple en lettre majuscule ou en script. Le but pour l’enfant est de trouver tous les mots commençant par la lettre indiquée sur la double page. L’activité s’apparente donc à un jeu et c’est ce qui est d’ailleurs encouragé dès la première page du livre où Babar a écrit un mot s’adressant aux enfants : « Regardez bien chaque page de mon A.B.C et la lettre de chaque page. Amusez-vous à chercher toutes les choses dont le nom commence par cette lettre. » Le mot étant signé par Babar lui-même, les enfants vont s’investir dans la tâche. D’emblée, la notion de jeu est donc présente et on peut supposer que l’enfant va y prendre plaisir. L’observation est aussi mise en jeu puisque l’enfant doit faire le tri dans l’illustration pour ne relever que les mots qui commencent par la lettre indiquée sur la double page. On peut parler d’un jeu de reconnaissance où l’enfant va acquérir du vocabulaire et élargir sa connaissance des mots commençant par la lettre H par exemple. Il pourra ainsi trouver des mots comme « hérisson », « hochet », « hippopotame » ou encore « hache ». L’enfant, à travers le jeu, va se rendre compte que beaucoup de mots commencent par telle ou telle lettre et pouvoir en mémoriser un certain nombre. On peut penser que le système du jeu va justement permettre à l’enfant de mieux mémoriser les mots et les intégrer plus facilement. Si l’on revient à la citation de Walter Benjamin, on peut dire que l’abécédaire peut être utilisé comme un jeu où l’enfant sans s’en rendre compte va apprendre des mots et que finalement le côté ludique peut être un plus dans l’apprentissage.

Angélique Fraisse