Tous les articles par Vanessa Dupré

La place du conte dans l’enfance

 « Si nous voulons être conscients de notre existence au lieu de nous contenter de vivre au jour le jour, notre tâche la plus urgente et la plus difficile consiste à donner un sens à la vie ». Cette citation est de Bruno Bettelheim dans Psychanalyse des contes de fées (1976, Édition Robert Laffont), il propose une vision dans laquelle le conte et plus particulièrement le conte de fées exerce une fonction thérapeutique sur l’enfant. Nous ne naissons pas avec le sens de la vie, il s’acquiert avec l’âge et l’expérience. Il nous décrit dans son ouvrage toutes les particularités de ce support sur lesquelles je me suis appuyée pour construire mon idée de départ.

Pour mon mémoire, je veux traiter des apports du contes pour l’enfant et plus précisément à travers la réécriture au cycle 3. Le conte est un genre littéraire, un type de texte qui berce l’enfance. Tout le monde connaît au moins un conte, il peut façonner la personnalité. A partir d’un conte, on peut analyser sa structure mais aussi sa morale au travers des péripéties subies par le héros, les solutions qu’il imaginera… L’imagination est un moteur puissant pour cette étude.

Après avoir décrit plus précisément ce qu’est un conte, je m’attacherai à son analyse puis sur un travail d’écriture pouvant en découler. J’ai observé une classe de CM1 CM2 dont le projet était d’écrire un conte en collaboration avec une classe correspondante. Cette méthode de travail m’a beaucoup intéressé, en effet je me suis posée plusieurs questions: comment aborder le conte? quels aspects étudiés? pourquoi? quels sont les apports du conte? pourquoi choisir le conte plutôt qu’un autre texte?

Le conte est un support traditionnellement utilisé en maternelle et primaire sous diverses formes, il y a de bonnes raison à cela.

Voici quelques ouvrages de documentation et recueil de conte que j’étudie:

– Bruno Duborgel, Imaginaire et pédagogie, Édition Privat, 1983

– Jean-Marie Giling, Le conte en pédagogie et en rééducation, Dunod, 1997

– Charles et Bernadette Bru, Le conte improvisé, De Boeck, 1997

– Renée Léon, La littérature de jeunesse à l’école Pourquoi? Comment?, Paris, Hachette Education, 2004

– Christophe Carlier, La clef des contes, Ellipses, 1998

– Marie-Alice Compté, Communication-Conte-Couleur, Editions Labor, 2002

– Charles Perrault, Barbe Bleue, Contes et récits, Editions Christophe Colomb, 1988

– Charles Perrault, Le petit poucet, Contes et récits, Editions Christophe Colomb, 1988

– J. et W. Grimm, Hansel et Gretel, Contes et récits, Editions Christophe Colomb, 1988

– Charles Perrault, Les fées, Luzern, Opeasi CH

– Barbara Ker Wilson, « Le secret du prince », Hiccuds and Other Stories

L’expérience selon John Dewey : un art… de vivre

Cette année notre séminaire « dire, lire écrire à l’école: langue et littérature » nous offre la possibilité de découvrir des ouvrages et albums à travers un cercle de lecture intitulé « Expérience: art et expression ». Nous renforçons nos connaissances sur l’art, le langage et les apprentissages grâce à des lectures dont des extraits de L’art comme expérience (1934) de John Dewey. L’étude du chapitre 3 nous a donné une idée sur sa vision de l’expérience.

John Dewey sur le blog de Marcel Gauchet avec un entretien dans Le Monde de l’éducation de juillet-août 2007: « La démocratie ne s’arrête pas à la porte de l’école ». http://gauchet.blogspot.com/2007/07/

John Dewey décrit à travers de nombreux exemples et métaphores l’importance que représente l’expérience. Dans L’art comme expérience, il commence par l’introduire comme « une unité qui la désigne en propre » à la page 83. « Il y a dans toute expérience, […] une part de passion, de souffrance au sens large du terme » (page 89). Du fait de nos connaissances et de nos acquis « les obstacles sont surmontés grâce à un savoir-faire expert » (page 86), « toute activité pratique, dans la mesure où elle est intégrée et progresse par son seul désir d’accomplissement, possède une dimension esthétique » (page 87). John Dewey insiste sur le fait que « chaque expérience complète se dirige vers un terme, une conclusion » (page 89). Aucune expérience n’est inutile et aboutit à la formation d’un fait, d’une opinion ou d’un sentiment.

Mais il traite également de l’intérêt à la vivre et de ses conséquences à la page 86 : « l’accomplissement d’une expérience présente un intérêt indéniable. Cette expérience peut être nocive pour l’humanité et son couronnement indésirable. Il n’en reste pas moins qu’elle a une qualité esthétique ». Il revient à l’origine même de la chose à la page 94 : « le tracé du schéma commun est déterminé par le fait que toute expérience est le résultat de l’interaction entre un être vivant et un aspect quelconque du monde dans lequel il vit », ce qui peut apparaître comme une explication et une conclusion de son propos.

 

Vanessa Dupré