Tous les articles par Lucie Bechet

Mémorisation d’une histoire mise en scène dans un livre animé

Les livres animés sont-ils plus propices à la mémorisation d’un récit que les livres classiques ?

L’année dernière j’ai bâti mon TER autour des livres animés. Je m’étais posé la question : quels apprentissages les livres animés favorisent-ils ?Le jeu étant un pilier de l’école maternelle, j’avais tout d’abord présenté le livre animé comme un livre-jeu. Le livre animé par son aspect ludique est prétexte à développer de nombreuses compétences chez l’enfant. Ensuite, je m’étais attachée à montrer que le livre animé permettait aux enfants de développer leur langage et les amenait à entrer dans la lecture notamment parce qu’il est plus attrayant qu’un livre non animé. Tout au long de mon TER, j’ai voulu développer différents apprentissages que pouvaient favoriser les livres animés mais je ne les ai pas suffisamment approfondis.

 Cette année j’ai donc décidé de me concentrer sur une faculté cognitive particulière : la mémoire. Cette faculté cognitive est beaucoup travaillée à l’école à travers les comptines pour l’école maternelle et les poésies pour l’école élémentaire. Mais ce qui m’intéresse ici, c’est la mémorisation des histoires lues et racontées aux enfants issues de livres animés.Lors de mes lectures notamment dans Le récit et sa construction : une approche de psychologie cognitive, j’ai relevé que la mémorisation d’une histoire était véritablement liée à sa compréhension. Il est important de comprendre une histoire pour la retenir. Les animations dans les livres animés aident-elles à la compréhension de l’histoire ? Au contraire, entrainent-elles le risque que les enfants ne retiennent que les animations au détriment de l’histoire ? Sont-elles un frein à la compréhension et donc à la mémorisation ?Lors d’une lecture les enfants ne retiennent pas tous les éléments de l’histoire. Il est important de retenir les épisodes marquants qui la composent. Il s’agit donc de se demander si les animations se trouvent aux moments clés de l’histoire ou si elles ne sont là que pour mettre en valeur un détail. Nombreuses sont les questions que je me pose.

Voici quelques ouvrages qui m’ont permis de bâtir mon projet de mémoire :

Bibliographie des ouvrages et articles théoriques :

Fayol Michel, Le récit et sa construction : une approche de psychologie cognitive, Paris, Delachaux & Niestlé, 1985.

Lieury Alain, Mémoire et réussite scolaire, Paris, Dunod, 2012.

Sprenger-Charolles, « Quand lire c’est comprendre », Pratiques, octobre 1982, n°35, La lecture, p.7-25.

Bibliographie des œuvres :

Barguirdjian Bletton Marie, Cachettes et Secrets, Paris, Éditions de la Réunion des musées nationaux, 2006.

Grindley Sally et Utton Peter, Chhht !, Paris, L’école des loisirs, « Pastel », 1991.

Ramos Mario, Le Roi est occupé, Paris, L’école des loisirs, « Pastel », 1998.

« Ne pas tricher en se bornant à deviner au lieu de lire » (Benjamin) dans l’Alphabet (Damase-Delaunay)

Farb. Lithographien. 1969. Im Druckvermerk von der Künstlerin und vom Autor Jacques Damase signiert sowie numeriert. In O.Büttenumschlag mit farb. Titellithographie. Je 35 : 35 (einfache Blattgröße). Lithografie1969 .
cm ( in)Auf handgeschöpftem Büttenkarton Cartiera Ventura de Cernobbio (lose Doppelbogen). Exemplar 146/150. Mit Titelblatt und Druckvermerk. Farbenprächtige Illustrationen des Alphabets mit den Texten von Jacques Damase. Erschienen in der Edition Emme Edizioni de Milan. – Umschlag wenig angeschmutzt, oben mit schwachen Wasserfleckchen. Bogen « S » mit winzigem Knick in der oberen Ecke, die übrigen Bll. tadellos. Vollständiges Exemplar. – Provenienz: Collection Pergel, Düsseldorf.

L’abécédaire Alphabet de Sonia Delaunay est construit sur un modèle bien connu : sur quasiment chaque double page, la page de droite est consacrée à un ou plusieurs dessins d’une lettre de l’alphabet (illustration) et la page de gauche est destinée au texte. Ici chaque texte est une comptine écrite par Jacques Damase. Les comptines sont systématiquement en lien avec une lettre de l’alphabet c’est-à-dire qu’elles mettent en scène cette lettre au travers de différents mots. J’ai choisi l’exemple de la lettre « f » pour illustrer mon propos :

FEU FOLLET

FEU DE JOIE

GENTIL FEU DE BOIS

 

FEU DE FÉERIE

COMME L’ANGE QUI SOURIT

FLEUR DE LA FUSÉE

ELLE CHERCHE DU FEU

 

POUR MIEUX EXPLOSER

Je me suis également référée à cette lettre car il y a un autre aspect qui m’a intéressé : la lettre « f » représentée sur la page de droite n’est pas vraiment bien dessinée, il manque la petite barre du « f ». Ceci est intéressant dans la mesure où les professeurs des écoles pourront faire chercher toutes les fois où cette lettre apparaît à leurs élèves. Les enfants doivent donc auparavant connaître cette lettre pour l’identifier car ils ne pourront pas la deviner grâce à l’illustration, c’est ce que nous explique Walter Benjamin dans Enfance : « Ils se seront dit que ce genre de choses avait son utilité, que les enfants, ainsi, ne pourraient pas tricher en se bornant à deviner au lieu de lire1 ». Les élèves ne pourront pas deviner la lettre, ils seront amenés à la reconnaître en lisant la comptine et en la prononçant correctement. Un travail sur les phonèmes sera donc fait préalablement et l’abécédaire de Sonia Delaunay permettra de renforcer les connaissances des élèves.

Lucie Bechet

1. Benjamin Walter, Enfance, Rivages, 2011, p. 110.