Tous les articles par Marie-Cécile ANNE

Est-ce que certaines illustrations d’albums de jeunesse permettent de faire l’expérience de l’art et dans ce cas, par quels moyens?

Étude des illustrations d’Anthony Browne.

1)      Les illustrations de certains albums de jeunesse peuvent-elles être considérées comme des tableaux d’art ? Exemple de Tout change, Anthony Browne, Kaléidoscope, 2004.

Dans Tout change, un jeune garçon nommé Joseph Kah, se retrouve seul chez lui à la suite du départ de son père qui lui a dit qu’à son retour, tout allait changer. Page après page alors, le lecteur se trouve seul face au personnage principal qui se pose tout un tas de questions dont les réponses pourraient résoudre cette énigme. Aussi fertiles que l’imagination d’un enfant, les illustrations dessinent les pensées de celui-ci. Elles confèrent alors à l’album une ambiance totalement surréaliste désirée de l’auteur.

Un tableau est, selon la définition du site TLFi, une œuvre picturale réalisée sur un support autonome préparé spécifiquement à cet effet (panneau rigide, toile tendue sur un châssis). En cela, ni les illustrations d’A. Browne ni celles d’autres albums ne sont des tableaux. Cependant, une sous-définition accepte l’idée du tableau comme un spectacle, une scène ou une vue d’ensemble évoquant une œuvre picturale. Le terme « évoquer » est alors primordial ici puisque c’est précisément ce que provoquent certaines illustrations d’A. Browne pour le plus simple amateur d’art.

Cette première sous-question tourne autour des illustrations d’Anthony Browne, dans l’un de ses albums ; Tout change. En effet, cet auteur pour la jeunesse dessine et peint lui-même les illustrations de ses histoires. Ces dernières sont donc totalement réalisées dans la même démarche de conception que le texte, parfois un peu mince mais indissociable de l’image tout de même. Dans Tout change pour commencer, l’analyse de l’illustration de la chambre de Joseph Kah rend compte d’une technique picturale volontairement employée par l’auteur pour « plagier » le tableau La Chambre de Van Gogh à Arles. (1) Cependant, le style d’A. Browne est plus épuré, plus lisse, plus clair puisqu’initialement ses illustrations sont destinées à de jeunes lecteurs. Plusieurs éléments du mobilier sont repris néanmoins il est à noter leur anachronisme par rapport à l’époque dans laquelle ils sont insérés. Les meubles de la chambre de Van Gogh sont plus vétustes puisque datant du XIXème siècle. De plus, l’auteur de Tout change joue au fil de cet album avec les mots et les images. Le jeu dans l’image débute déjà avec le fait que la chambre de Joseph Kah semble être une version simplifiée de celle de Van Gogh mais en fait, la différence entre ces deux tableaux ne tient pas à cela. L’angle de vue choisi par A. Browne est plus resserré pour que l’attention soit concentrée sur le « peu » de détails insérés dans l’image et qui nous renseignent sur l’histoire. L’image apparaît sobre au premier regard mais regorge en fait d’éléments indicateurs d’une naissance prochaine. Les quatre cadres  sur la droite de l’image sont ornés de portraits et gravures à peine descriptibles dans le tableau du peintre néerlandais. En revanche, A. Browne s’est servi de la présence de ces cadres qui surplombent le lit pour y insérer la révolution de la lune dans l’un. Ces différentes positions de la lune par rapport au soleil modifient son éclairage par ce dernier et peut ainsi évoquer les travaux de l’artiste américain James Turell dont le support de prédilection est la lumière. Dans le second cadre se trouve la planète Saturne dont l’une des symboliques est de montrer la voie de l’indépendance par rapport à un parent et le renoncement à tout attachement excessif. La tête d’extraterrestre dans un troisième cadre évoque le mystère de la situation dans laquelle se trouve Joseph Kah, qui ne sait pas ce qui va changer dans sa vie d’enfant unique. Elle connote certainement aussi le nouveau-né lui-même qui est étranger à la famille, au monde. Elle est à ce point ressemblante au personnage de fiction E.T. du film de S. Spielberg qu’il est exclu de ne pas le relever. Au-dessus de la tête de lit dans l’illustration de l’album, A. Browne a adressé un clin d’œil à V. Van Gogh en ayant reproduit l’un des tableaux de ce dernier ; La Nuit étoilée, datant de 1889. Ce tableau représente ce que le peintre voyait depuis la chambre qu’il occupait à l’asile du monastère Saint-Paul-de-Mausole à Saint-Rémy-de-Provence. Il représente donc une vue de l’intérieur vers l’extérieur, un enfermement. La lune est la plus importante source de lumière sur ce tableau bien que son nom ne figure pas dans le titre du tableau.

La chaise près du lit de Van Gogh semble être là par commodité ; il y a une petite table de toilette à côté, le porte-manteau. A. Browne reprend la même chaise en paille, dont l’assise est illuminée de la même lumière verte, tournée de la même manière vers le lit mais le cadrage qu’il a choisi rappelle bien plus le fauteuil que l’on place près du lit d’hôpital pour l’accompagnateur. Cela peut révéler un nouvel indice pour le jeune héros de l’album d’une naissance prochaine. Dans sa propre chambre s’opposent éléments anciens et contemporains, peinture du XIXème siècle et portrait d’un monstre de science-fiction

La fenêtre à demie représentée dans l’illustration, est plus largement visible sur le plancher. Le regard est dirigé vers son travers qui laisse entrevoir un bout de ciel bleu légèrement nuagé. Il rappelle les récurrents cieux présents dans les tableaux de René Magritte, peintre surréaliste belge du XXème siècle.

 

Parmi ses nombreux albums réalisés, A. Browne plagie des tableaux d’art, mélange les références ou reprend certaines techniques picturales pour aboutir à des illustrations qui collent aux textes et aux histoires racontées. Ces emprunts métamorphosent les peintures initiales mais transforment également le monde fantastique dans lequel évoluent les personnages, fictifs eux aussi, appartenant au monde qu’a créé Anthony Browne. Par tout cela, les illustrations de cet auteur sont qualifiées de surréalistes, d’oniriques.

Grâce à sa maîtrise du pinceau, il adapte ces œuvres de référence à ses jeunes lecteurs. Elles sont un point de départ pour l’auteur, peut-être même une influence, mais prennent un sens nouveau au moment de leur réception par le lecteur. Ainsi peut-on se demander dans quel but A. Browne recopie-t-il assez fidèlement des tableaux d’art  afin qu’on les reconnaisse tout en les modifiant suffisamment pour qu’ils appartiennent pleinement à ses histoires ? Ou bien ces éléments culturels sont davantage des prétextes à la création que des centres d’intérêt ? L’exemple d’A. Browne n’est pas isolé puisque d’autres auteurs d’albums de jeunesse créent sur un principe d’utilisation de tableaux comme supports tels par exemple La Princesse des Ménines de Sophie de la Villefromoit (2).

 

(1)    À gauche, la chambre de Joseph Kah dans l’album Tout change

À droite, le tableau La chambre de Van Gogh à Arles, Vincent Van Gogh, huile sur toile,

72 X 90 cm, 1888. (Musée Van Gogh à Amsterdam).

(2)   À gauche, une illustration extraite de l’album La Princesses des Ménines, Sophie de la Villefromoit (auteur et illustratrice), Seuil Jeunesse, 2011.

À droite, Les Ménines (ou La Famille de Philippe IV), Diego Velásquez, huile sur toile, 318 X 276 cm, 1656. (Musée du Prado, Madrid, Espagne).

En dessous, Les Ménines (un tableau parmi une série sur ce sujet), Pablo Picasso, huile sur toile, 770 X 570 cm, 1957

 

 

Une des sources à mettre en lien

Lorsque le terme d’expérience est convoqué au sujet des illustrations d’albums de jeunesse comme pouvant aider à « faire l’expérience de l’art », il est entendu au sens décrit par John Dewey. L’emploi de ce terme par cet auteur, bien qu’ayant été maintes fois contesté, a néanmoins été conservé.  Pour Dewey, dans le troisième tome de ses Œuvres philosophiques, L’Art comme expérience, l’expérience est à entendre au sens de relation, d’interaction, de transaction. Ces trois termes impliquent au moins deux agents pour fonctionner. Dans le cas présent, il s’agirait de l’album et de son lecteur, de la connexion effective de l’un vers l’autre. Dewey a écrit à propos de ce terme que « les êtres ou entités impliquées dans les interactions ne sont pas premiers, mais émergent à travers l’interaction ». L’être humain autrement dit est un « être-en-relation ».

L’analyse d’autres illustrations réalisées par Anthony Browne mènera sur la piste de l’onirisme, du subconscient et à ce titre, L’Interprétation des rêves de Freud sera convoqué pour l’écriture de ce mémoire.

Pistes pour professionnalisation

À l’école, lors du stage d’un mois, les recherches devaient initialement être mobilisées au sein d’une séquence interdisciplinaire réunissant les arts visuels, l’histoire des arts, le français et plus particulièrement l’expression écrite. La mise en lien, à travers plusieurs séances, d’un même travail qui tournait autour des monstres, me semblait judicieuse pour incorporer une à une des références culturelles et aborder le propos du surréalisme. Malheureusement, bon nombre d’éléments n’ont pas permis que j’aborde l’histoire des arts comme souhaité. De plus, aucun parcours culturel présent sur le projet d’école ne m’a aidé dans ma démarche ; j’avais l’intention de m’en servir comme point d’appui si cela avait été possible.

Bibliographie :

–          Tout change, Anthony Browne, Kaléidoscope, 2004.

–          L’Art comme expérience, Œuvres philosophiques III, John Dewey, 2005, traduit de l’anglais par (USA) par  Jean-Pierre Cometti, Christoph Domino, Fabienne Gaspari, Catherine Mari, Nancy Murzilli, Claude Pichevin, Jean Piwnica et Gilles Tiberghien, Préface de Richard Shusterman et Postface de Stewart Buettner, Publications de l’Université de Pau, Éditions Farrago.

–          Anthony Browne, Christian Bruel, Être, 2001.

–          Manifestes et livres sur le surréalisme.

Webographie :

–          http://stephan.barron.free.fr/technoromantisme/turrel.html

–          http://www.astropsy.com/astro/saturne.html

–          http://histoiredesartsrombas.blogspot.fr/2008/11/i-prsentation-de-luvre-titre-de-luvre.html

 

 

 

Projet de Mémoire

   Comme je l’ai énoncé auparavant, mon TER portait sur les illustrations d’albums de jeunesse comme un chemin  possible vers une accession à l’art pictural. Trop vaste et pas assez précis, ce sujet est recadré pour mon projet de mémoire de cette année de Master 2. J’avais déjà évoqué l’étude du travail d’Anthony Browne mais sans l’avoir effectivement approfondi. Cette année, cet auteur/illustrateur anglais sera à la base de mon travail de recherche.  Ma question initiale est celle-ci : « Les illustrations de certains albums de jeunesse peuvent-elles être considérées comme des tableaux d’art ? » Elle devra permettre d’émettre des éléments de réponse à la question du sujet lui-même, à savoir « Est-ce que certaines illustrations d’albums de jeunesse permettent de faire l’expérience de l’art et dans ce cas, comment s’y prennent-elles ? » L’exemple d’Anthony Browne cible ce sujet sur le courant surréaliste, sur l’onirisme, sur des tableaux célèbres mais détournés. Ses travaux sont-ils réalisés dans le but que ses lecteurs apprennent, comprennent le courant surréaliste en particulier?

Pour répondre à la question qui constituera le premier axe d’analyse sur les illustrations en tant que possible productions artistiques, j’étudierai les illustrations en tant que telles, et en lien avec leur texte, dans au moins deux albums d’Anthony Browne. Le premier album, déjà concerné dans mon TER est Tout change, paru en 2004. Le second n’est pas encore défini car il sera certainement le support d’un autre questionnement, tourné vers le plagia de tableaux de peintres (dans ce cas, Les tableaux de Marcel de 2000 du même auteur, fera sans doute un bon objet d’étude pour poursuivre dans le raisonnement général). Tous ces raisonnements et questions seront, dans la mesure du possible, expérimentés auprès d’enfants et élèves assez jeunes pour plus de disparités entre leurs connaissances.

L’Atlas de Marcel Broodthaers

  Marcel Broodthaers (1924-1976) était un réalisateur, photo-reporter, libraire, artiste plasticien conceptuel belge, qui trouvait son style entre le dadaïsme et le surréalisme. Avant cela, il avait abandonné ses études de chimie et s’était essayé à la poésie en sortant un recueil de poèmes à la fin des années 1950. Il prit finalement goût à la création plastique qu’il expérimenta de manière singulière, usant de coquilles d’œufs, de briques ou de moules pour ses productions.

En 1970, il publie son atlas miniature sur papier au format 41/50, aux dimensions 50,5 x 69,5 centimètres, dit « le plus petit atlas du monde » tiré à part de l’édition de son livre La Conquête de l’Espace/Atlas à l’usage des artistes et des militaires. Cet atlas reproduit les cartes de trente-deux pays à des tailles identiques mais donc à des échelles différentes, proposant ainsi un tour du monde déroutant en quelques coups d’œil. Les images des cartes, semblables à des tâches d’encre, présentent un catalogue mystérieux ou évoquent un « alphabet crypté dans une spatialisation chère à l’artiste et poète qu’était Broodthaers, grand admirateur de Mallarmé et de Magritte. » (FRAC Poitou-Charentes).

Atlas
1970
impression sur papier 41/50
50,5 x 69,5 cm
acquisition 1984 | à Bernard Lamarche Vadel, Paris
n° inv. 984.29.1
Collection FRAC Poitou-Charentes
photo : Richard Porteau
©Paris, ADAGP, 2011

René Magritte et Stéphane Mallarmé ayant inspiré Marcel Broodthaers, il est nécessaire d’étudier les liens des travaux de ces trois auteurs qui partagent de nombreuses similitudes. Sans conteste, l’atlas présenté ici prend source dans les recherches de ses pairs mais également dans l’univers de Broodthaers où l’intégration de ses travaux dans l’espace fut soignée durant sa carrière.

  Magritte (1898-1967) peintre surréaliste belge, se questionna durant quarante années sur le paradoxe des mots avec leurs images.

Consulter : http://www.comviz.com.ulaval.ca/module1/1.4_reflexions.php

 

Mallarmé (1842-1898) poète français, « commençait certains de ses poèmes en jetant çà et là des mots sur le papier » selon Roland Barthes.

Consulter : http://films7.com/7/litterature/mallarme-poemes-mots-papier

 

(citations sur Marcel Broodthaers sur – http://www.frac-poitou-charentes.org/pages/collection_artistes-broodthaers_FRAC.html

http://www.evene.fr/celebre/biographie/marcel-broodthaers-43733.php)

 

 

L’atlas des géographes d’Orbae de François Place : du nom à la définition selon Georges Didi-Huberman

http://enfants.bnf.fr/fiches/images/cas_001_0.jpg

– Atlas ou le gai savoir inquiet, G. Didi-Huberman, Minuit, 2011.
– Du pays des Amazones aux îles Indigos, « Atlas des géographes d’Orbae » Tome 1, François Place, Casterman, Gallimard, 1996.
– Définitions du site « Trésor de la langue française informatisé ».
– Vidéo 1 livre 1 jour, présentée par Olivier Barrot, sur la chaîne télévisuelle France 3, recueillie par « ina.fr »          https://www.dailymotion.com/video/xfap30_francois-place-du-pays-des-amazones_new

 

Selon TLFi, un atlas (substantif masculin) est un recueil de cartes géographiques. Il peut être linguistique et recueille dans ce cas des cartes géographiques qui indiquent les zones où sont employés certains phonèmes, certains vocables, etc. De manière générale, l’atlas est concerné dans tout recueil de planches, de tableaux, de dessins joints à un ouvrage.

Dans la première partie de l’ouvrage de G. Didi-Huberman l’Atlas ou le gai savoir inquiet, nommée « Disparate », l’auteur pose un certain nombre d’indices définitionnels de l’atlas. Autant d’indices qui aideront à caractériser l’ouvrage de François Place, Du pays des Amazones aux îles Indigo, tome 1 d’une série d’ouvrages classés par ordre alphabétique, d’atlas ou non.

Georges Didi-Huberman débute la partie «L’inépuisable, ou la connaissance par l’imagination » de son livre par : « J’imagine qu’ouvrant ce livre, mon lecteur sait pratiquement déjà fort bien en quoi consiste un atlas. » Le savoir en question est celui d’une définition « traditionnelle » et usuelle de l’atlas telle que celle présentée ci-dessus et tirée du site TLFi. L’atlas proposé à la jeunesse par François Place réunit en son sein les caractéristiques formelles de cette définition : les îles sont présentées au début du livre, sous forme de cartes successives, chacune ayant la forme de la première lettre de son nom ; A pour Amazone jusqu’au I pour Indigo. Le titre du livre déjà évoque cette exploration par ordre alphabétique comme pourrait l’organiser un dictionnaire classique des noms propres. Seulement, G. Didi-Huberman parle d’une constitution moins organisée : « Contre toute pureté esthétique, [l’atlas] introduit le multiple, le divers, l’hybridité de tout montage. »

Les îles, aux noms évocateurs d’un tropicalisme propice à l’évasion, sont des zones d’exploration comme l’atlas « invente […] des zones interstitielles d’exploration, des intervalles heuristiques. » Du pays des Amazones aux îles Indigo voit sa zone d’exploration délimitée à neuf îles mais dont diverses composantes sont observées. En effet, les illustrations et le texte ouvrent le sujet à tout ce qui compose ces îles : saisons, paysages, animaux, instruments de musique, autant d’éléments fondateurs d’une culture.

Le texte, écrit au passé simple et à l’imparfait rapproche cet ouvrage des livres de contes, recueils de légendes. En ce sens, la frontière entre mythe et réalité est ténue et malgré la pluralité des éléments décrits, les frontières des recherches anthropologiques de ces îles sont nettement délimitées par l’auteur. De fait, les récits de François Place sont le fruit de voyages imaginaires au pays d’Orbae. Selon l’Atlas ou le gai savoir inquiet, l’atlas se rapproche du travail de l’imagination par ses connexions infinies avec d’autres liens, et tient compte de la dimension esthétique grâce aux images.  Ces images ne sont pas celles de l’esprit dans l’ouvrage de François Place mais des illustrations du vocabulaire employé, riche et à propos. Les dessins abordent autant d’aspects que décrits par les mots : la danse, les personnages des tribus, des animaux fabuleux. Puisque le récit et ses illustrations, réalisés par F. Place, sont issus de son imagination, les liaisons sont établies grâce à ses propres connaissances. En effet, comme l’explicite Olivier Barrot dans la vidéo, « le pays des Amazones est de tonalité italienne, […], la montagne d’Esméralda est tibétaine. […] Des images rappelant la Chine, la Hollande, le Japon apparaissent alternant avec […] des crapauds rieurs et des loutres à trompe. » Les terres imaginaires sont analogues à des régions connues des occidentaux, dans ce qu’elles ont de plus esthétique, de plus sensible pour évoquer des contrées merveilleuses. L’atlas alors, selon G. Didi-Huberman, « est un outil, non pas de l’épuisement logique des possibilités données, mais de l’inépuisable ouverture aux possibles non encore donnés. »

Cet « atlas » destiné à la jeunesse donne des informations chimériques sur certaines îles tropicales pouvant pousser à la recherche d’autres pistes, conduisant vers d’autres directions encore, tendant vers l’infini si l’on veut. Bien qu’employant un vocabulaire géographique et anthropologique induit par le sujet de l’ouvrage, il réunit finalement les caractéristiques de l’atlas énoncées par G. Didi-Huberman dans son travail d’écriture et de composition du livre. Pour autant, du point de vue de la réception, l’ouvrage se classerait plus aisément dans la catégorie du livre de conte plutôt que de l’atlas qui demande tout de même un certain nombre d’apports théoriques. Nous pourrions plutôt avancer l’idée que cette série d’atlas géographiques destinés à la jeunesse propose des catalogues d’objets et endroits du monde sensible pour tenter l’expérience de l’évasion par l’imaginaire ; un rendez-vous en terres inconnues.

Marie-Cécile Anne

Du TER au mémoire avec Anthony Browne

Tout_change_la_chambre_de_Joseph.jpg
Illustration extraite de Anthony Browne, Tout change, Ecole des loisirs, 2004

Tableaux d’art dans les albums de jeunesses ?

Transformations et métamorphoses des images et de l’esprit ?

Lors de notre premier atelier tutorat, nous avons collectivement effectué un retour sur les TER de chacun en réfléchissant mutuellement sur ce qui n’a pas été et ce qui s’est au contraire bien déroulé. Cela a permis de reposer des bases de travail et de faire le point afin de repartir dans un projet de recherche avec les idées claires. A propos de mon sujet de TER, « L’album de jeunesse, par les illustrations, permet-il de faire l’expérience de l’art pictural et graphique ? L’illustration enfantine pour une première accession à l’art ? », nous avons évoqué plusieurs confusions et oublis qui seront corrigés dans mon mémoire. En effet, il est ressorti de cette rencontre que mon projet de recherche resterait sensiblement le même mais que ses axes de questionnement seraient remodelés et que de nouvelles lectures théoriques seront à effectuer.

Mon travail de recherche étudiera les mécanismes de la transformation et de la métamorphose dans la corrélation texte/images de deux albums de littérature de jeunesse : Tout change d’Anthony Browne et un second encore à définir. L’examen des illustrations de A. Browne conduira cette étude sur la piste des surréalistes, de l’onirisme, du désir. De ce fait et dans un premier temps, les lectures d’Anthony Browne de Christian Bruel, d’articles sur le surréalisme et le dadaïsme ainsi que des passages de L’Interprétation des rêves de Freud sont préconisées.

L’intégration de ce projet à l’école s’établira autant que possible autour d’une séquence en Arts Visuels et de séances en Français dans une classe de CE2. Le parcours culturel présent dans le projet d’école proposera peut-être l’axe d’une piste à explorer. En effet, ma journée d’observation dans l’école m’a permis de savoir que les disciplines en jeu dans les Arts Visuels sont fortement délaissées.

Toutes ces pistes tourneront autour de la question qui constituait l’axe principal de mon TER : l’album de jeunesse comme support (ludique, divertissant) à l’apprentissage de courants picturaux et graphiques ?

Marie-Cécile Anne