Tous les articles par Fanny Simon

Le théâtre à l’école primaire, un « plus » pour les élèves ?

Fanny SIMON


La Reine des Neiges, comédie de Caen

photographie issue du spectacle La Reine des Neiges, à la comédie de Caen, d après Andersen  et mise en scène par Joan Mompart

Je souhaite travailler sur le spectacle vivant à l’école primaire. Le spectacle vivant est un spectacle où les artistes font une représentation en direct devant un public, par exemple les pièces de théâtre, les opéras, les ballets, les spectacles de rues, et bien d’autres encore.

Plus précisément je tiens à mettre en avant l’importance du théâtre : à la fois les enjeux éducatifs qui en découlent mais aussi le fait que le théâtre sous ses aspects les plus divers est aussi un support pédagogique pour l’enseignant. Le théâtre est à la fois un « édifice destiné à la représentation de pièces, de spectacles dramatiques » mais aussi un « art dramatique, considéré comme un genre artistique et littéraire : Faire du théâtre. » (Dictionnaire Larousse)

L’enfant peut-il passer de simple spectateur à un spectateur plus averti ? L’Ecole peut-elle lui donner les clés pour aimer le théâtre ? Je ne parle pas de compréhension d’une pièce car la compréhension est bien trop subjective. Je soulève juste la question d’appréciation d’une œuvre de spectacle vivant, qu’il s’agisse de théâtre, de cirque ou de marionnettes (hors danse).

Sortir au théâtre, à l’école primaire, me semble être une bonne ouverture culturelle sur le monde qui nous entoure. Tous les élèves n’ont pas le même environnement social, c’est donc important d’essayer de mettre tous les élèves sur le même pied d’égalité face à la culture. La Comédie de Caen, située à Hérouville Saint-Clair, travaille avec des publics scolaires, c’est-à-dire les écoles d’Hérouville sur différents spectacles.

J’aimerais donc mettre en avant les façons de monter un projet théâtral au sein d’une classe. Je ne sais pas encore sur quel cycle m’appuyer, cela dépendra de ma classe lors du stage de décembre mais aussi des classes des écoles d’Hérouville. J’ai pour projet de suivre ces classes, de voir les différentes approches des enseignants par rapport au théâtre. Je m’appuierais également sur un spectacle de Jean Lambert-Wild « Mon amoureux noueux pommier ». Ce spectacle est ouvert aux étudiants en enseignement afin d’observer les réactions d’une classe lors d’une représentation (le 1er février 2013).

photographie issue d’une répétition de Mon Amoureux Noueux Pommier, de Jean Lambert-Wild à la Comédie de Caen.

 

Du point de vue professionnel, je pense que monter un projet théâtre est très important pour les enfants. Une telle ouverture sur un monde inconnu ne peut être que bénéfique.

Les questions que je me pose sont les suivantes :

– Qu’est-ce qu’un projet théâtre, comment fonctionne-t-il  dans les deux parties (le corps enseignant/élève et le corps professionnel) ?

– Le théâtre apporte-t-il quelque chose à l’élève ? Et si oui, comment ?

– Quel est l’intérêt pédagogique d’emmener sa classe au théâtre ?

– Quel est l’intérêt pédagogique et humain de faire des activités dramatiques avec ses élèves ?

– Quel est le rapport entre le texte et la mise en scène ? Comment montrer la dualité du théâtre (le texte est un genre littéraire, et la mise en scène est un spectacle, une représentation)

Sitographie

http://eduscol.education.fr/pid23666-cid49865/theatre.html

http://www.comediedecaen.com/web/l-astrolabe-260.html

Bibliographie

LEGRAND Martine, Sortir au théâtre à l’école primaire, CRDP Académie d’Amiens, 2004

LALLIAS Jean-Claude, Les fondamentaux du théâtre à l’école primaire,  CRDP Champagne-Ardenne, 2001

Cahiers pédagogiques : le théâtre à l’école, qu’est ce que ça fait ? n° 337, 1995.

Le jardin d’hiver de Dubuffet dans « l’art en jeu » : « un atlas » (Didi Huberman)?

 

Dans cet album de l’Art en jeu consacré à  l’œuvre de Jean Dubuffet : le Jardin d’hiver, les auteurs emmènent le lecteur vers la sculpture réelle par une découverte morcelée de l’oeuvre. Celle-ci est exposée au centre George Pompidou depuis de nombreuses années. Deux personnages d’un des tableaux de Dubuffet sont perdus dans un labyrinthe de pensées et invitent le lecteur à entrer dans une grotte avec l’aide d’un petit personnage accroché par un fil noir au livre (lien vers le site du centre George Pompidou avec la porte réelle).

Commence alors l’entrée dans la pensée, dans l’imagination grâce aux bulles narratives qui guident le lecteur dans sa quête. En effet, il s’agit d’une quête personnelle, découvrir l’univers de cette grotte. Didi Huberman définit l’atlas comme étant double : on le consulte « dans un but précis ou bien nous feuilletons à loisir, laissant divaguer notre volonté de savoir d’image en image et de planche en planche » (p. 11). Une fois plongé dans cette grotte, on se laisse emporter par notre imagination et on tourne les pages avec avidité.  Un autre aspect important de la définition de l’atlas selon Didi Huberman est : «  l’atlas introduit dans le savoir la dimension sensible, le divers, le caractère lacunaire de chaque image » (p. 11). Au fil des pages et de l’avancée dans l’album, le lecteur se trouve confronté à des dessins, des œuvres sur les parois de la grotte. Le narrateur, sous forme de bulles, se pose et pose des questions sur l’identité de ces personnages. Cependant, il s’avère que même sans « parole », c’est-à-dire sans indication narrative,  le lecteur qui deviendrait alors spectateur/voyeur peut comprendre cet album. Il n’y a pas de compréhension unique, chaque spectateur est libre de comprendre, de savoir et de voir ce qu’il veut. On tend alors vers une citation de Walter Benjamin (p. 16) « lire ce qui n’a jamais été écrit ». Plus précisément, le spectateur met en place toutes les relations nécessaires entre les images ou les différentes planches de l’atlas afin de construire sa propre lecture.

Puis, le lecteur finit sa visite de la grotte, ouvre une porte et croise un monstre. L’explication de l’album se trouve dans les dernières pages : Le Jardin d’Hiver est une sculpture exposée au centre George Pompidou et les œuvres présentées sur les parois ou bien le monstre derrière la porte sont, en fait, des œuvres de Jean Dubuffet.

Après avoir vu les traits qui relèvent de la définition d’un atlas selon Didi Huberman, voyons maintenant ce qui relève donc du non-atlas. Cette suite d’œuvres de Dubuffet au sein de cet album pourrait se caractériser comme un « catalogue » d’images. Or un catalogue n’est pas un atlas. La chronologie de l’album est également une différence par rapport à ce qu’entend Didi Huberman : il y a une chronologie narrative mise en place par la porte d’entrée et de sortie. Or, cette chronologie est bouleversée puisqu’en fait il est possible d’entrer dans la grotte par la porte de sortie. Le concept d’atlas défini par Didi Huberman peut donc se nuancer. Par certains aspects, cet album correspond à sa définition, et par d’autres, il s’en éloigne.

 

  •  Catherine Prats-Okuyama, Kimihito Okuyama (Musée National d’Art Moderne), Jean Dubuffet, Le Jardin d’hiver,  Paris, Éd. du Centre Pompidou, « L’Art en jeu », 1989.
  • Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet,  L’Oeil de l’histoire, 3,  Paris, Minuit,  2011

 

 Fanny Simon