Projet de mémoire. Enseignement/apprentissage de la prononciation dans des classes multilingues

Je voudrais consacrer mon mémoire au problème de l’enseignement/apprentissage de la phonétique dans des classes multilingues.

Le sujet a attiré mon attention, car la phonétique, étant une partie de l’apprentissage d’une langue étrangère, est un aspect le moins traité en cours de FLE. Néanmoins, c’est une discipline complexe qui demande autant d’entraînements réguliers que tous les autres aspects comprenant un entraînement physique des muscles articulatoires qui est souvent sousestimé.

Les institutions, qui proposent des cours de phonétique en accompagnement des cours du français général, sont très peu nombreuses, et ces cours restent peu demandés par les apprenants. A l’étranger, les cours de phonétique sont assurés, dans la grande majorité des cas, pour des spécialistes de la langue (pour des linguistes, professeurs ou interprètes) qui ont déjà un niveau de français assez élevé. Il est rare que la phonétique soit enseignée rigoureusement dès le niveau débutant.

L’enseignement de cet aspect est peu populaire pour plusieurs raisons :

  1. certains apprenants ont peur de perdre leur identité culturelle en s’appropriant l’accent étranger
  2. ils ne considèrent pas la prononciation comme un aspect indispensable pour l’acquisition d’une langue étrangère et une communication réussie
  3. les enseignants, intéressés prioritairement par la prononciation, sont peu nombreux. C’est lié, probablement, à un nombre peu important des demandes de la part des apprenants
  4. cet aspect est difficile à évolué. La phonétique peut être évoluée dans le cadre de la production orale ou comme un aspect à part, comprenant la perception et l’imitation des sons.

Pourtant, l’apprentissage de la phonétique est indispensable pour une acquisition réussie de la langue étrangère. Tout d’abord, la prononciation correcte facilite l’intercompréhension des locuteurs. Ensuite, elle « peut permettre d’éviter des fautes d’orthographe », comme, par exemple, l’emploi de l’accent aigu et de l’accent grave à l’écrit, car, bien évidemment, les syllabes contenant ces phonème se prononcent de manière différente. Enfin, cela favorise l’ouverture vers la langue étrangère, permet d’apprécier sa beauté et sa mélodie, de s’exprimer plus facilement dans cette langue. (Dufeu, 2008).

En plus, je crois qu’une bonne prononciation est nécessaire aux enseignants de LE, car cela fait preuve de leur professionnalisme et permet de pouvoir faire concurrence aux natifs, en cherchant un emploi en France ou à l’étranger. L’enseignant est considéré par les apprenants comme un modèle à suivre , donc, idéalement, il doit non seulement maîtriser parfaitement (est-ce possible?) la langue qu’il enseigne, mais aussi avoir une prononciation authentique.

Les travaux de recherche dans ce domaine semblent être assez frustrants. Les auteurs mettent souvent en valeur les raisons de l’impossibilité de l’acquisition d’une prononciation authentique d’une LE. Ils sont nombreux à évoquer la notion de la quasi-authenticité de la prononciation qui est souvent prise comme le but de l’enseignement, tandis que “la barrière entre la quasi-authenticité et l’authenticité est rarement franchissable” (Matter, 2006)

Parmi les facteurs-clés de l’impossibilité du franchissement de cette barrière on peut noter les facteurs physiques et physiologiques, tels que l’âge, le sexe, la capacité auditive, etc et la langue maternelle.

En effet, « la langue maternelle est considérée comme le premier paramètre conditionnant la performance en prononciation de la langue étrangère ». (Lauret, 2007) Les chercheurs analysent, classifient et prédisent ces difficultés et proposent des séries d’entraînement, qui, selon eux, favorisent l’apprentissage de la phonétique française par des locuteurs natifs de telle ou telle langue. Pourtant, dans ces méthodes « on remarque que le niveau supra-segmental est beaucoup moins traité que le niveau segmental, voire pas du tout ». (Wachs, 2011) Cela veut dire que les méthodes prêtent beaucoup plus d’attention à l’articulation qu’à la prosodie (au rythme, à l’intonation, au timbre).

Il est à noter que ces travaux de recherche existants trouvent leur application surtout dans le contexte hétéroglotte (apprentissage du français en Russie par des Russes) où les apprenants sont les locuteurs de la même langue, qui ils ont tous plus au moins les mêmes problèmes d’acquisition et ont besoin des mêmes types d’entraînement. Pourtant, ce n’est pas le cas dans le contexte homoglotte, en France, où les classes de FLE sont multinationales et multilingues, où les apprenants ont des difficultés différentes. Il est impossible de créer des groupes monolingues en fonction des langues maternelles des apprenants, car, comme nous avons déjà remarqué,  il y a peu de demandes pour ce type de cours.

Ainsi, la question se pose : comment varier les types d’entraînements en fonction de la langue maternelle des apprenants au sein d’un même groupe pour faire progresser tout le monde?

Dans mon mémoire j’aimerais analyser les méthodes existantes dans le domaine de l’enseignement de la phonétique, tels que des manuels spécialisés, des logiciels, des méthodes alternatives (par ex. apprentissage par le chant). Et essayer de comprendre leurs points forts et défauts et d’élaborer un canevas d’entraînement efficace.

La question qui m’inquiète surtout c’est: Si l’apprenant a atteint un certain âge (lequel?), est locuteur natif d’une langue dont le système phonologique est très éloigné de celui de la langue-cible, est-ce que cela veut dire qu’il est condamné à ne jamais pouvoir se rapprocher de la prononciation authentique?

 

Bibliographie

Dufeu, B. Importance de la prononciation dans l’apprentissage d’une langue étrangère, 2008

Lauret, B. Enseigner la prononciation du français : questions et outils, Paris, Hachette, 2007

Matter, J. La prononciation authentique en langue étrangère : un problème négligé, Revue française de la linguistique appliquée, vol.XI, p.21-32, 2006

Wachs, S. Tendances actuelles dans l’enseignement du français langue étrangère, Revistas de Lenguas Modernas, N14, p.183-196, 2011


Sofiya_kob

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Une réflexion au sujet de « Projet de mémoire. Enseignement/apprentissage de la prononciation dans des classes multilingues »

  1. Sofiya ton sujet est passionnant !
    Je me suis particulièrement intéressé à la question de la barrière entre la quasi-authenticité et l’authenticité de la prononciation qui est « est rarement franchissable ». Je me demande s’il est possible d’élaborer des critères formels pour détecter cette impossibilité. Sinon cela devient un constat catastrophique pour la didactique de FLE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *