L’enseignement et l’apprentissage du FLE à partir des albums de littérature de jeunesse, à l’école élémentaire en contexte homoglotte

Dans le domaine de la didactique des langues, la littérature de jeunesse occupe une place prépondérante dans l’enseignement des langues étrangères, en effet, d’après Cuq et Gruca, deux auteurs spécialisés dans la didactique du FLE : « la littérature de jeunesse permet de se découvrir et de découvrir l’autre. Elle ouvre les portes de l’interculturalité  au lecteur » (Cuq, Gruca, 2008, p. 413). Par ailleurs, pour l’apprentissage du FLE, le CECRL a élaboré un dispositif d’enseignement de la littérature de jeunesse. En effet, la place du texte littéraire dans le CECR apparaît à partir du niveau B2 dans les descripteurs et les grilles d’auto-évaluation des niveaux de compétence ( conseil de l’Europe, 2001, p. 27).

Parmi les composantes de la littérature de jeunesse, nous avons les albums de jeunesse et nous allons nous intéresser plus précisément aux albums narratifs composés conjointement de textes écrits et d’images. D’après Anastassiadi, « l’album est le type d’ouvrage qui se prête le mieux à une exploitation pédagogique. L’apprenant confronté à un texte nu, sans illustrations, se trouve démuni. Les images d’un album peuvent être des repères précieux qui vont baliser sa lecture » ( Anastassiadi, 2007, p. 126).

Dans le contexte des enfants migrants en France, je vais me focaliser sur l’enseignement/apprentissage de la littérature de jeunesse à partir des albums narratifs.  Pourquoi ce sujet ?

J’ai choisi de me pencher sur ce thème car, la littérature de jeunesse est un thème qui me passionne depuis toujours et plus particulièrement les albums qui m’attirent par leur couverture, leur contenu, leur forme et leurs illustrations. En outre, cet intérêt viscéral porté à la littérature de jeunesse s’est renforcé lors de mes stages effectués à l’école maternelle, où je me suis rendue compte de l’importance de ces albums pour les enfants qui se précipitaient vers le coin lecture pour feuilleter les livres et imaginer l’histoire rien qu’en admirant les images. Il serait donc intéressant de cultiver cet outil pédagogique en classe de FLE, pour un public allophone âgé de 6 à 11 ans, c’est-à-dire du CP au CE2.

Dans le cadre de ce travail de recherche, je m’interroge sur la question suivante : en quoi utiliser les albums de littérature de jeunesse en classe de FLE favorisent-ils l’apprentissage du français ?Pour répondre à cette problématique, je proposerais les hypothèses suivantes :

– L’album de jeunesse ne se limite pas uniquement au contenu, au texte, mais c’est aussi un objet qui attire l’attention du jeune lecteur par sa qualité graphique.

– Les albums narratifs permettent aux apprenants allophones de passer progressivement de ce qui est raconté à l’acte de lire et de comprendre le texte écrit à l’aide d’indices iconiques.

– Les livres de jeunesse permettent aux apprenants de développer leur imaginaire.

– Les albums de jeunesse permettent de construire des activités de communication orale et la maîtrise de la langue.

– A l’aide de cet outil, nous pouvons anticiper sur les difficultés de compréhension des apprenants allophones.

Concernant mes investigations sur le terrain, je compte analyser certains albums de jeunesse et faire une comparaison entre deux types d’albums : anciens et contemporains de telle sorte à dégager les similitudes et les différences d’un point de vue esthétique et conceptuel. Ensuite, je montrerai comment ces albums jouent un rôle important dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture.

Mots clés :

Littérature de jeunesse, apprentissage, lecture, écriture, imaginaire, interprétation, albums narratifs.

Bibliographie

CONNAN-P, C, GAIOTTI, POULOU, B. (2008), L’album contemporain pour la jeunesse : Nouvelles formes, nouveaux lecteurs, Bordeaux, PU Bordeaux.

CONSEIL DE L’EUROPE, Division des Politiques linguistiques. (2001), Un Cadre européen commun de référence pour les langues. Apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Didier.

CUQ, J-P, GRUCA, I. (2008), Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, Grenoble, France, PUG.

DEFAYS, J.-M. DELBARD, A.-R. HAMMAMI, S. SAENEN, F. (2014), La littérature en FLE : état des lieux et nouvelles perspectives, Paris, Hachette.

LEON, R. (2004), La littérature de jeunesse à l’école : Pourquoi ? Comment  ?, Paris, Hachette.

PRINCE, N. (2009), La littérature de jeunesse en questions, Rennes, PU Rennes.

SALERNO, R. (2006), L’album en classe de FLE : Une approche intégrée du linguistique et du culturel ou Des goûts et des couleurs, on en discute !, Dialogues et cultures, n° 51, p. 48 – 51

VAN DER LINDEN, S. (2008), L’album, le texte et l’image, Le français aujourd’hui, n° 161, p.  51-58.

Sitographie

ANASTASSIADI, M-C. (2007), Introduire la littérature de jeunesse dans une classe de FLE du primaire, Actes de la Journée d’étude, du 21 octobre 2006. Enseigner le français langue étrangère au primaire : méthodes et pratiques, Athènes, Université d’Athènes, p. 123-135 (http://www.frl.uoa.gr/fileadmin/frl.uoa.gr/uploads/sinedria/Actes_Primaire_2007.pdf), consulté le /12/10/2017.

 


TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

2 réflexions au sujet de « L’enseignement et l’apprentissage du FLE à partir des albums de littérature de jeunesse, à l’école élémentaire en contexte homoglotte »

  1. Moi aussi je suis fasciné par l’image et, effectivement, il y aurait sûrement encore beaucoup à faire en FLE en ce domaine. De ta présentation, je retiens aussi tes hypothèses, autant de pistes à explorer dans ton travail de rédaction du mémoire. Je trouve enfin que tu as bien spécifié les classes d’âge, niveaux, publics et objectifs.

    1. Je te remercie Jan-Mark pour l’intérêt que tu portes à mon sujet et j’espère que nos mémoires vont progressivement commencer à porter leurs fruits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *