Sujet de mémoire – Billet 2

Dans cette recherche nous souhaitons étudier l’enseignement de la littérature par des textes de théâtre et plus particulièrement des réénonciations de mythes. La difficulté didactique principale est d’aborder des textes littéraires authentiques avec des étudiants de niveau intermédiaire. L’étude de réécritures appartenant au genre théâtral nous permet de faire participer les étudiants autant par l’analyse orale et écrite que par la participation à la tradition de réécriture des mythes par des pratiques d’écriture. L’enseignement du français par des textes théâtraux invite fortement à une approche multimodale dans une perspective actionnelle où les réalisations écrites et les mises en voix sont autant de tâches accomplies.

Un parallèle entre les méthodes de cours de français langue maternelle et celle de cours de français langue étrangère concernant l’utilisation de réécritures se présente à nous. En effet, l’étude des réécritures a été intégrée aux programmes scolaires en France à la fin du XXème siècle, et cela dès les classes de primaire. Nombreux sont les articles consultés qui ne traitent que de l’utilisation en langue maternelle de ces supports. Le choix d’étudier les réécritures en classe de langue étrangère est principalement justifier par la richesse des genres que celles-ci offrent : la paraphrase, le pastiche, le travestissement stylistique, l’imitation, l’invention, etc. (Wirtz et Jeandillou, p-83)[1]. Le travail en classe de langue étrangère se différencie de son parent en langue maternelle en ce qu’il offre d’activités interculturelles.

Le choix des corpus de textes servant de supports aux ateliers littéraires est un autre point à considérer. Nous favorisons des textes littéraires reprenant des mythes sur plusieurs siècles et encourageant l’étude de plusieurs supports, en priorité les textes et leurs mises en scènes, les textes et leurs réécritures musicales, les textes et leurs adaptations cinématographiques. Nous portons notre attention sur la trilogie de Beaumarchais Le Barbier de Séville, Le Mariage de Figaro, La Mère coupable ; les Don Juan ; Carmen de Mérimée et de Bizet ; le mythe de la guerre de Troie d’après Homère dans L’Iliade mais également Offenbach ou Giraudoux, respectivement dans La Belle Hélène et La guerre de Troie n’aura pas lieu.

Nous nous demanderons si cette approche multimodale participe à un enseignement dynamique et dynamisant les étudiants et si l’enseignement de la littérature par les réécritures motivent le travail de la langue par des pratiques de création.

 

 

*Bibliographie*

Cuq, Jean-Pierre et Gruca, Isabelle, (2005) Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, ed. PUG Français Langue  Etrangère, (Chapitre II, « La littérature et les documents authentiques »).

Le Goff, « François Ecriture d’invention, réécriture et enseignement de la littérature », Thèse de doctorat en Sciences du langage sous la direction d’André Petitjean soutenue en 2006 à Metz.

Perdriault, Marguerite. (2012). Accéder à la littératie par l’écriture créative, Le français aujourd’hui (n°177), p. 81-92.

[1] Wirtz, Jean et Jeandillou, Jean-François, (2004) Réécrire, disent-ils, ou comment pouffer à tous les ateliers, Le français aujourd’hui (n° 144), p. 83-89.


Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

3 réflexions au sujet de « Sujet de mémoire – Billet 2 »

  1. Ta volonté de redynamiser les classes de FLE me semble tout à fait justifiée avec le théâtre – genre vivant – comme support. Cette idée de dynamique est à mon sens cruciale, afin de motiver, mais aussi pour faire réfléchir et réagir les apprenants sur leur usage de la langue. Par ailleurs, cette approche préfigure un grand nombre d’activités possibles, allant de l’écrit à l’oral ou de la réécriture à la réénonciation. Enfin, je remarque que nous avons un peu tous les mêmes soucis face à notre mémoire : penser de nouveaux angles pour aborder tel ou tel champ, et aussi se démarquer du travail fait pour le FLM. Bon courage à toi pour la suite (comme à nous tous) !

  2. Eugénie je suis d’accord avec toi que la question de compréhension linguistique de ces textes littéraires va poser beaucoup de problèmes aux étudiants de niveaux intermédiaires. En plus, dans les textes de cette période (17-18 s. – le français classique), même si les apprenants connaissent les mots, le sens de ces mots est souvent différent.

  3. Un sujet de mémoire que je trouve particulièrement intéressant puisque je vais me pencher sur la place de la pratique théâtrale en classe de FLE (dans les universités taïwanaises).
    Le fait que tu t’intéresses à l’approche multimodale engendrée par les réécritures des mythes suscite également mon intérêt : autant en tant que future professeure de FLE qu’en tant qu’étudiante en littérature et passionnée par cette dernière.
    J’ai hâte d’en découvrir davantage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *