CARNETS DE NOTES

Dans un article intitulé « orthographe » Voltaire formule la phrase suivante : « L’écriture est la peinture de la voix » (Voltaire, 2004, p. 109). Je trouve cette citation particulièrement pertinente, en effet, si la peinture reflète la beauté des paysages, l’écriture quant à elle exprime nos pensée intérieures et exalte nos sentiments, comme dirait Voltaire, « la peinture de notre âme. » (Voltaire, 2004, p. 109)

Ce recours à l’écriture apparaît clairement dans l’article de B. Latour qui nous propose d’exercer cette passion pour l’écrit à travers des carnets qu’il subdivise en 4 genres différents et où il rassemble ses idées et ses connaissances. Le premier carnet l’intitule « carnet de bord », celui de l’enquête au cours du terrain. Le second carnet, est celui de « la collecte d’information », le troisième carnet est « essais d’écriture » et le dernier carnet fait office d’un « compte rendu et de ses effets produits sur les acteurs». (Latour, 2006, p. 194-197)

Dans cette perspective, pour mener à terme l’élaboration de mon sujet de mémoire, structurer mes idées et construire mon travail, j’ai choisi de concevoir 4 types de carnets qui conduiront à la progression de ma recherche.

Le premier carnet, je le nommerai « carnet de lecture », ce choix n’est pas fortuit, certes,  il sera question de lectures qui auront jalonnées ma réflexion en référence à ma thématique de  recherche, mais pas uniquement. En effet, on ne se contente pas de lire des ouvrages de références, il est nécessaire de comprendre les propos des auteurs et de mobiliser notre capacité de raisonnement et de reformulation.  Je terminerai par cette citation de Toubert : «  le carnet de lecture n’est pas seulement compris comme un objet matériel, support des traces de lecture, mais aussi comme un objet mental qui repose sur une construction littéraire, et donc comme une représentation qui informe à son tour un ensemble de pratiques. » (Toubert, 2017, p. 8)

 Le second carnet, je l’intitulerai « carnet d’investigation », je parlerai dans ce carnet de ma méthode de travail, de mon organisation, la manière dont je vais élaborer mon plan, rédiger ma problématique et formuler une ou plusieurs hypothèses qui feront ensuite l’objet de ma recherche. Dans cette enquête documentaire, je serais amenée à recueillir des données, des informations, puis les interpréter et les analyser. Je pourrais revenir sur les informations recueillies pour éprouver les hypothèses, c’est-à-dire, revenir sur ce que j’ai fait et mesurer les écarts entre ce que j’avais prévu et ce que j’ai obtenu.

Le troisième carnet est un « Carnet d’introspection », ce type de carnet n’a pas une visée psychologique ou philosophique comme cette dénomination peut le suggérer, il s’agit ici de la réflexion sur ma méthode de travail, de mon organisation  tout au long de ma recherche et tous les questionnements auxquels je m’interroge. C’est aussi prendre de la distance pour mieux raisonner, discerner clairement les choses, se détacher des préjugés ou de jugements de valeur et faire preuve d’un esprit critique envers soi. Socrate avait pour devise « connais-toi toi-même », cette phrase regorge de sens, pour ma part ce que peux en conclure, c’est que pour connaître son moi intérieur, il faut libérer ses pensées et s’exprimer aisément. Alors, dans ce carnet, je donnerai mon point de vue sur la construction de mon travail et j’évoquerai par exemple, les éventuels problèmes rencontrés à la rédaction ou encore au contexte de recherche. C’est également un bon moyen d’exprimer son opinion sur les journées d’études comme les colloques, séminaires, soutenances, etc.

Le dernier carnet, je l’intitulerai « carnet d’illustrations », ce genre de carnet est  en lien avec mon sujet de mémoire qui est : l’utilisation des albums de littérature de jeunesse en classe de FLE. Je mettrai entre autres les illustrations de certains albums de jeunesse que j’analyserai par la suite. L’image est très importante par sa composition, ses couleurs, sa vivacité, et ses  formes saillantes. En effet, j’ai pu également constater que ce rapport entre texte et image est une notion récurrente lorsqu’on parle du livre de jeunesse, mais ne demeurant pas moins complexe, puisqu’il existe de multiples albums avec différents styles. Il serait donc intéressant de se pencher sur l’analyser de la forme, la manière dont le trait est élaboré et la composition de l’image puisque ces illustrations véhiculent du sens et disent des choses, indépendamment du  contenu.

Bibliographie

LATOUR, BChanger de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006, p. 194-197.

TOUBERT, V. « Prise de notes et littérature : le carnet de lecture comme zone de transition »Acta fabula, vol. 18, n° 3, Essais critiques, Mars 2017, URL : http://www.fabula.org/acta/document10127.php, page consultée le 08 octobre 2017.

 VOLTAIRE, « Dictionnaire philosophique » (1764), dans Œuvres complètes, éd. Elibron Classics, 2004, article « Orthographe », p. 109.

 

 

 

 

 

 


TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *