Collecte compulsive de données

Comme indiquer dans le texte du sociologue Bruno Latour[1] : « tout fait partie des données ». Tout. Je me reconnais bien là. Je collecte, garde, entasse pour ensuite coller, agrafer, scotcher des souvenirs de voyages, des expériences culinaires, de vieilles cartes postales sépia, des rêves écrits sur des post-it,  des photos d’identités d’amis ou d’étrangers, des cours de musique, des cours en université ou des recherches pour les cours. A tout cela, j’ai attribué des carnets. Ils sont consciencieusement rangés sur une étagère face au canapé, d’où je peux admirer le classement par taille et me souvenir en un coup d’œil, à la couleur ou la texture de la couverture du carnet, de tout ce qu’il contient.

Bruno Latour décrit l’utilisation de quatre carnets lors d’une réflexion et de recherches : le premier est un carnet de bord qui rend compte du cheminement de la recherche, sorte de journal des impressions et ressentis. Pour ma recherche, je pense conserver ce format de carnet : un cahier papier où je consigne de façon tout à fait linéaire des questionnements, des idées vagues, des suppositions. Ce cahier est toujours dans mon sac, à portée de stylo pour ne pas m’éparpiller. La linéarité me permet de me replonger dans les premières pages du carnet plusieurs mois plus tard et de toujours comprendre l’état d’esprit du moment de l’écriture.

Le deuxième carnet sert à la collecte des informations. C’est un carnet de faits où un certain classement par catégorie est nécessaire pour une lecture efficace. Ce carnet est dématérialisé pour ma recherche : un document Word regroupant toutes les catégories – avec saut de page entre chaque catégorie – et comprenant des notes de lecture et leurs analyses (ces dernières en italique).  Le format électronique facilite la circulation par mots-clés recherchés à même le document.

Le troisième carnet de Bruno Latour est lui aussi dématérialisé et prend la forme, sur mon ordinateur, d’un dossier regroupant de multiples fichiers Word de brouillons et premiers jets de la rédaction de sous-parties du mémoire. Ces documents Word peuvent éventuellement être regroupés sous forme papier dans une pochette cartonnée afin de visualiser les découpages et transitions.

Le dernier carnet regroupe les avis extérieurs, les participations d’acteurs, les effets produits, les corrections. Les ajouts de cet ordre font partie du premier carnet et s’insèrent dans sa linéarité. Je préfère rassembler l’évolution de la recherche dans un seul carnet plutôt que de mettre en miroir le premier et le quatrième carnet. A cela s’ajoute un lutin ou une pochette comprenant les articles ou essais imprimés et annotés.

Connaissant mon utilisation des carnets, cette classification stricte sera certainement poreuse. L’alternance entre support papier et support électronique se fera intuitivement.

[1] LATOUR, Bruno (2006). Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, p.194-197


Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *