Mon projet de mémoire

L’importance de la pratique théâtrale dans l’enseignement du FLE à Taiwan

Dans les classes de FLE, la pratique théâtrale ne s’est développée que depuis quelques décennies. Comme le souligne Jean-Pierre Cuq dans son Dictionnaire de Didactique du Français Langue Étrangère et Seconde :

Le théâtre dans la classe FLE offre les avantages classiques du théâtre en langue maternelle : apprentissage et mémorisation d’un texte, travail de l’élocution, de la diction, de la prononciation, expression de sentiments ou d’états par le corps et par le jeu de la relation, expérience de la scène et du public, expérience du groupe et écoute des partenaires, approche de la problématique acteur/personnage, être/paraître, masque/rôle. (Jean-Pierre Cuq, 2003 : 237).

Il ajoute également que le théâtre offre aux apprenants « comme avantages supplémentaires de faire découvrir une culture à travers l’étude de textes de théâtre francophone, de mettre en scène et donc de jouer des personnages insérés dans des univers francophones ». (Cuq, 2003 : 237). Ainsi, l’enseignement du français langue étrangère au travers de la pratique théâtrale possède de nombreux avantages aux yeux des enseignants. Cette pratique artistique permet la cohésion de groupe, une ouverture socioculturelle, la découverte de soi et de son corps, mais elle permet également de travailler la production orale des apprenants en insistant sur les rythmes, les intonations, les sons du français… De nombreux textes officiels invitent désormais au développement de la création artistique en classe de langue, comme par exemple le Bulletin officiel de l’Éducation nationale qui, en 2008, annonce que :

Au même titre que l’aide aux devoirs et aux leçons et que la pratique sportive, la pratique artistique et culturelle sera proposée dans tous les établissements. On portera une attention particulière au développement des ateliers de pratique artistique, animés par des enseignants et/ou par des partenaires extérieurs, dans ou en dehors de l’école. Ces ateliers offrent aux élèves un lieu privilégié d’expression et d’apprentissage. (Bulletin officiel de l’Éducation nationale, no 19, 8 mai 2008).

Lors de mon stage d’assistante de langue française réalisé à Taïwan par le biais du CIEP, j’ai remarqué qu’une très grande importance était donnée à la pratique théâtrale dans les classes de FLE taïwanaises de niveau universitaire. En Chine, comme à Taïwan, une grande importance est donnée à la pratique de l’oral dans les universités. Chaque année, un concours interuniversitaire de théâtre français est organisé à Taipei depuis 2008 et réunit de nombreux élèves passionnés. Ce concours est organisé par l’Association des Professeurs de Français de Taiwan (APFT), association à but non lucratif qui souhaite proposer des activités rendant plus ludique l’enseignement/apprentissage du français aux étudiants taïwanais. Ainsi, à raison d’une troupe par université, les pièces présentées peuvent être adaptées ou originales. Le plus souvent les pièces utilisées sont des œuvres de la littérature française des XVIIe et  XIXe siècles. Chaque université procède à des présélections afin d’être certaine de présenter la meilleure de ses classes et d’avoir ainsi une chance de remporter le concours. Lors de ces présélections, comme lors du véritable concours, les élèves peuvent remporter différents prix comme celui du meilleur premier rôle masculin, du meilleur second rôle féminin. De plus, dans l’université où je me trouvais, l’université Wenzao de Kaohsiung, les apprenants de 5e année (l’équivalent de notre terminale) devaient présenter devant toute l’université une pièce de théâtre, dans leur langue étrangère, sans laquelle leur année ne pouvait être validée. Cette pièce de fin d’études, les apprenants vont l’apprendre et la perfectionner pendant des mois, jusqu’à réciter les répliques le plus fluidement et le plus naturellement possible. Le théâtre ainsi que la pratique théâtrale tiennent donc une place importante dans l’enseignement des langues étrangères à Taïwan.

Si vous désirez voir la pièce en entier, c’est par ici : lien
L’année suivante, les élèves ont monté « Le Jeu de l’amour et du hasard » : lien

Mon projet de mémoire s’intéressera aux apprenants taïwanais et plus particulièrement aux étudiants des universités taïwanaises. Le but sera, tout d’abord, de connaître les raisons de l’importance de la pratique théâtrale dans l’enseignement/apprentissage du français dans les l’enseignement supérieur taïwanais. Ensuite, j’analyserai et étudierai les effets de l’utilisation de cette pratique. Enfin, j’essaierai de trouver un moyen de mettre d’avantage à profit l’utilisation du théâtre dans cet enseignement.

Grâce à l’activité théâtrale, la classe de langue taïwanaise devient un groupe de travail soudé où les apprenants doivent définir ensemble un projet et le mener à bien dans son intégralité. Ils doivent être responsables, autonomes, choisir la pièce qu’ils désirent mettre en scène, attribuer les rôles, créer les décors, les costumes, s’entraîner à la prononciation… L’enseignant semble être là uniquement dans le but de soutenir ses élèves et d’apporter quelques conseils linguistiques et phonétiques.

Cette prédominance du théâtre dans l’enseignement/apprentissage du français m’a interpellé et je me suis demandée pourquoi cette littérature avait autant d’importance dans un pays tel que Taïwan. La culture taïwanaise, très fortement liée à la culture chinoise, favorise-t-elle l’apprentissage de la langue française à l’aide de la pratique théâtrale ? Pourquoi cette pratique artistique a-t-elle une telle importance au sein de l’enseignement du français à Taïwan ? Quels sont exactement les avantages et les objectifs de la pratique théâtrale dans l’enseignement du FLE ? Qu’apporte le théâtre aux apprenants taïwanais ? Peut-on intégrer d’avantage la pratique théâtrale au sein même de la classe universitaire de français à Taïwan ? Y a-t-il des activités à perfectionner, à modifier, à supprimer ou à intégrer ?

Bibliographie

CUQ, Jean-Pierre. Dictionnaire de Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde, Paris : Clé internationale, 2003

ROLLINAT-LEVASSEUR, Eve-Marie. La formation au texte de théâtre en didactique des langues : un enjeu pour l’enseignement. Mariella Causa, Stéphanie Galligani et Monica Vlad. Formation et pratiques enseignantes en contextes pluriels, Riveneuve éditions, 2014.

Bulletin officiel de l’Éducation nationale, no 19, Enseignements élémentaire et secondaire : Développement de l’éducation artistique et culturelle, 8 mai 2008 [consulté le 7 septembre 2017], disponible sur : http://www.education.gouv.fr/bo/2008/19/MENE0800388C.htm


Caroline A.

Étudiante en Master 2 de Didactique du Français langue étrangère et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

7 réflexions sur « Mon projet de mémoire »

  1. Merci pour ton explication concrète dans le contexte du FLE à Taiwan. J’ai participé à une pièce de théâtre lors de la deuxième année de ma licence. A un côté, je suis d’accord avec Junlan. C’est vrai que la mise en pratique du théâtre dans l’enseignement de langues en Chine continentale rencontre souvent des problèmes telle que manque de l’efficacité. De plus, notre groupe a préparé le théâtre deux mois avant l’examen mentionné par Junlan. Nous étions un peu angoissés par cette méthode théâtrale.
    A un autre côté, je comprends l’expérience de Caroline. Au cours de ma préparation du théâtre, j’étais vraiment émue par l’histoire ainsi que la beauté de la langue française. Cette sensation reste encore dans ma tête et elle contribue à me motiver mon apprentissage du français.

  2. Bonjour, votre expérience et votre sujet m’intéressent beaucoup. Franchement dit, je suis étonnée par le fait qu’une grande importance de la pratique théâtrale est donnée à l’enseignement/apprentissage du français dans les l’enseignement supérieur taïwanais. En tant qu’étudiante chinoise, je remarque que dans la Chine continentale, les étudiants ont très peu de pratique théâtrale au cours de l’apprentissage du français, et ils n’ont même pas beaucoup des activités culturelles. La plupart du temps, les professeurs suivent strictement les manuels et ils donnent une priorité à la méthode traditionnelle pour son efficacité. Je vous assure qu’il y a des professeurs qui essaient d’utiliser les théâtres ou bien d’autres moyens créatifs pour enseigner le français, surtout les professeurs français, mais souvent les réactions des apprenants sont pas très bonnes.il est vrai que les pratiques théâtrales ont beaucoup d’avantages par rapport à la méthode traditionnelle, mais souvent ce genre des activités demande beaucoup de travail et de temps, et son effet ne se voit pas immédiatement. En conséquence, les apprenants ont l’impression qu’ils perdent beaucoup de temps et acquièrent peu de choses. Et les professeurs trouvent que cette méthode ni efficace, ni pratique. En plus, les étudiants de la discipline du français doivent passer deux examens de français qui mettent l’accent sur la grammaire et le vocabulaire, c’est pourquoi au cours de l’apprentissage, on privilégie la grammaire. Personnellement, Je trouve que l’introduction de la pratique théâtrale dans l’enseignement du français est très bien pour les apprenants et elle peut aussi les aider à sentir le plaisir d’apprendre le français. Mais en tenant compte de la situation en Chine, il est très difficile de le mettre en pratique. Je ne sais pas si vous remarque le même problème à Taiwan. Si à Taiwan, tout fonctionne bien, peut-être ça peut offrir des exemples à l’apprentissage du français dans la Chine continentale.

    1. Je te remercie tout d’abord pour ton intéressant commentaire.
      L’utilisation de la pratique théâtrale dans l’enseignement du français à Taiwan ne m’a semblé poser aucun problème aux apprenants. Ces derniers étaient même ravis de pouvoir sortir du cadre peut-être un peu trop strict de la méthode traditionnelle et de la répétition incessante des phrases présentes dans les manuels scolaires. J’ai trouvé les apprenants actifs et passionnés, bien que quelques peu introvertis.
      En classe, les apprenants sont régulièrement amené à effectuer de petits jeux de rôle autour des dialogues du manuels ou autre, afin d’illustrer les points de grammaire appris ou tout simplement de s’entraîner à la prononciation pour qu’elle devienne le plus fluide possible. Bien sûr, qui dit activités théâtrales en classe, dit souvent bruits et dispersions. Mais cela ne dérangeait pas certains professeurs qui continuaient de les utiliser dans leur cours.
      Pour ce qui est des représentations de pièces en français au sein de l’université, les apprenants prenaient comme un honneur le fait de présenter une pièce de théâtre devant tout l’établissement ou lors du concours de théâtre interuniversitaire. Je me souviens que les étudiants offraient des fleurs et des cadeaux à ceux qui étaient montés sur scène et ceux qui avaient participé à la mise en scène, aux décors, aux costumes… Celui qui a le rôle principal de la pièce est même presque une star durant l’année scolaire. Les apprenants, toutes disciplines confondues, prennent des selfies avec les acteurs, les maquilleurs… La présidente de l’université assistait à toutes les représentations et la directrice du département de français faisait un discours à la fin de chacune d’entre elles. Je me souviens également d’un moment émouvant où le père d’un étudiant est monté sur scène pour féliciter tout le monde et s’est mis à pleurer de joie et de fierté devant ce qu’avait fait son fils.
      En effet, la pièce de théâtre de fin de diplôme est le fruit des années d’études de français des apprenants.

      1. Merci pour ta réponse très enrichissante. Personnellement, j’apprécie beaucoup cette méthode, espérant qu’un jour la pratique théâtrale puisse entrer aussi dans la classe de fle dans la Chine continentale.

  3. Caroline, merci beaucoup pour ton sujet. Je le trouve vraiment passionnant. Moi aussi, j’ai été très inspirée par le cours de théâtre que nous avons eu en M1…
    L’aspect qui m’intéresse particulièrement c’est l’apprentissage de la phonétique, car c’est le sujet de mon mémoire.
    En effet, l’activité théâtrale permettra de travailler la prononciation d’une manière ludique etje pense que les apprenants doivent l’apprécier beaucoup plus que le travail rigide dans des laboratoires de langues. Cela leur permettra de sortir du contexte « scolaire », de recourir à la créativité et d’impliquer tout le corps dans le processus de l’apprentissage.
    Ce serait très intéressant d’analyser leur progrès!

  4. Je vois que le théâtre inspire beaucoup les étudiants cette année… J’aime beaucoup l’idée que sa pratique – et notamment la préparation d’une pièce – soude les apprenants. De savoir que de cette façon ils sont amenés à coopérer, échanger, et parler le français, justifie pleinement son utilisation en FLE. En Chine, que tu mentionnes par ailleurs, des activités sont aussi proposées (par des institutions françaises souvent –
    Ambassade de France, Alliance Française) et imposées aussi, mais la pièce se joue assez tôt dans l’année, et ensuite, les étudiants se dessoudent… Ils devraient sans doute prendre comme modèle leur voisin, parce que ce n’est pas tout de vouloir améliorer son oral, encore faut-il s’en donner les moyens et penser à plus long terme !

  5. Caroline je trouve l’idée de travailler sur la phonétique à travers les activités artistiques très intéressante. La plupart des exercices proposés dans les manuels de FLE sont consacrés à l’aspect phonologique (étude des phonèmes) de la prononciation, tandis que les activités théâtrales vont permettre de se focaliser sur l’aspect orthophonique (qualité de sons, fluidité).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.