Projet de mémoire : Faire du cinéma en classe de FLE

Le cinéma, tel qu’il nous est familier aujourd’hui, est autant une industrie et une forme de divertissement populaire qu’un art complexe, qu’il convient de soumettre aux apprenants comme tel, au même titre que la peinture, la photographie, le théâtre ou encore la littérature. Il est depuis longtemps déjà bien ancré dans les pratiques au quotidien des adolescents et des jeunes adultes. C’est un support qu’ils connaissent bien et abordent de façon assez intuitive. C. Compte expliquait déjà il y a une vingtaine d’années qu’il est important de ne pas évoluer en décalage avec les habitudes extra-scolaires des apprenants et qu’il faut même plutôt extraire le potentiel de leur harmonie avec ce média (1993 : 7). En classe de Français Langue Étrangère (FLE), l’objet filmique francophone constitue un document authentique vif et stimulant car même s’il est toujours préalablement écrit, il met souvent en scène des locuteurs natifs dans des situations de la vie quotidienne. De ce fait, le support cinéma, une fois didactisé, offre à l’apprenant qui entend en classe ce français-parlé, de multiples ressources aussi bien communicatives que linguistiques et culturelles — en d’autres termes : « [l]e cinéma est un langage. » (Bazin, 1985 : 17). Il semble donc possible de solliciter l’expression orale et la créativité d’un groupe d’apprenants à partir du cinéma.

Alors pourquoi ne pas essayer d’introduire la caméra[1] elle-même au sein de la classe de FLE pour pousser les apprenants à « l’acte de création » (Bergala, 2002) en français ? — un peu à l’image de « L’usine de films amateurs »[2] de M. Gondry. Nous élaborerons donc un protocole, adapté à des adolescents et jeunes adultes en classe de FLE de niveaux B2 ou C1, pour temporiser le déroulement de l’activité et guider les apprenants à travers ce processus collaboratif de création cinématographique, du scénario au visionnage. Nous aimerions prouver à terme qu’une éducation à l’image et à la mise en scène conduit à la construction de soi en tant qu’apprenant (rapport au corps, à la voix, à l’espace) et à l’enrichissement du répertoire langagier. Pour ce faire, nous observerons, en mettant en pratique le protocole préalablement conçu, un petit groupe d’étudiants à l’œuvre et nous nous intéresserons plus précisément :

  •  À ce qu’il se passe entre la conception du scénario brouillon et le tournage du court-métrage.
  • Au moment du visionnage par les étudiants du résultat de leur projet commun.

Mots-clés : didactique, cinéma, créativité, expression orale

Bibliographie

BAZIN, A. Qu’est ce que le cinéma ? Paris, Les éditions du Cerf, 1985

BERGALA, A. L’hypothèse cinéma : Petit traité de transmission du cinéma à l’école et ailleurs, Paris, Cahiers du cinéma/essais, 2002

COMPTE, C.  La vidéo en classe de langue, Vanves, Hachette, 1993

ROUSSELIER, A. Présentation par Michel Gondry des Usines de films amateurs, 2015, [URL : http://www.usinedefilmsamateurs.com/presentation/une-experience-participative/, vidéo en ligne, consultée le 01/05/2017]

 

[1] Celle d’un téléphone portable par exemple.

[2] Depuis 2008, le cinéaste français investit, un peu partout dans le monde, des locaux qu’il transforme temporairement en décors de cinéma et équipe de matériel de tournage, de costumes et d’accessoires en tous genres. Sont conviés dans cette « usine de films amateurs », des groupes de visiteurs qui, en suivant un protocole rigoureux en trois étapes (1. L’écriture, 2. Le tournage, 3. La projection), collaborent et filment leur propre court-métrage en tourné-monté. L’usine accueille régulièrement des écoles.


Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

2 réflexions au sujet de « Projet de mémoire : Faire du cinéma en classe de FLE »

  1. Effectivement Pauline, le cinéma est reconnu pour être le septième art, mais cette dénomination au sens littéral embrasse des particularités significatives comme les images, le langage, le son, les mouvements, etc. Ton idée d’introduire la caméra en classe de FLE et de faire des apprenants des acteurs est très intéressante et enrichissante, mais j’attends de voir la finalité de ton projet et si tu comptes cibler un point en particulier ou tout analyser.

    1. Salut Taous,

      J’englobe bien évidemment dans mon utilisation du terme « cinéma » toutes les particularités que tu cites (et peut-être même plus encore haha).

      En tout cas, je suis contente que mon sujet retienne ton attention et j’attends moi aussi d’en voir sa finalité (ou plutôt j’y travaille).

      Je n’avais jusqu’à présent pas les deux derniers tirets que tu peux voir dans ce billet et c’est donc, à ce jour ma vision la plus ciblée de ce que j’aimerais observer. J’espère que tout cela s’affinera très vite.

      Merci et au plaisir de te lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *