L’observation dans une classe de langues

Dans ce billet je vais tenter de définir le concept d’observation de classe. Tout d’abord nous chercherons à savoir qu’est-ce que observer une classe, mais aussi quels en sont les enjeux? Y a-t-il différentes stratégies dans l’observation de classes? Quels sont les intérêts d’une grille d’observation? Une grille d’analyse? Existe-t-il des nuances entre ces deux outils? Je vais essayer de répondre à ces différentes questions.

Vauclaire (1984) définit l’observation comme « tout recueil de données établi à partir de la description du comportement spontané des animaux dans leur milieu naturel. » Quant à Bunge (1984), il souligne que l’observation correspond à « une perception préméditée et éclairée : préméditée ou délibérée car elle est faite dans un but bien défini ; éclairée car elle est guidée, d’une façon ou d’une autre, par un corps de connaissances. » (P. Dessus, Carrefours de l’éducation, 2007, p.104). Observer appelle à une activité d’investigation. L’action d’observer une classe renvoie donc à analyser la classe et décomposer celle-ci. Observer une classe demande aussi de poser un regard extérieur sur ce qui se passe dans la classe, et notamment ce qu’il nous semble intéressant d’observer. Observer amène donc à s’interroger, tenter de dégager des relations entre les éléments observés mais aussi savoir ordonner ses observations, les analyser.

L’enjeu principal de l’observation de classe est sans aucun doute de se mesurer au plus près de l’action d’enseigner, d’essayer d’en jauger les problématiques, les imprévus qu’une situation d’enseignement/apprentissage peut mener et le cas échéant les solutions  que l’on peut y apporter. Observer une classe c’est ainsi prendre en compte la multiplicité de situations pouvant découler de l’acte de faire classe. Ainsi l’acte d’observer doit nous amener à prendre conscience à la fois de la dimension didactique et de la dimension pédagogique qu’appelle l’acte d’enseigner. On désignera par dimension didactique la manière dont on enseigne une langue étrangère, les contenus proposés etc.. Quant à la dimension pédagogique, cela appellera à tout ce qui est produit en vue d’un enseignement c’est-à-dire la gestion de la classe, la façon de donner la parole aux apprenants etc.

Il est primordial, lors d’observations de classe, de définir ce vers quoi nous focaliserons notre attention afin de se donner une ligne directrice et garder un cadre de référence. En effet, une classe est un microcosme tellement riche et complexe qu’il est impossible de tout observer. Ainsi, l’observateur détermine, à l’avance, des objets ciblés et se place sous plusieurs angles afin de mieux cerner la classe de langue étrangère et ses pratiques.  Il est donc pertinent de se fixer une problématique parmi toutes les questions possibles que lèvent une classe de langues. En effet, celle-ci appelle à plusieurs objets d’observation :

  • Le contexte
  • L’enseignant
  • Les apprenants
  • La leçon, le déroulé du cours
  • Les interactions

L’observateur, pour s’aider à mieux analyser la classe de langues et ses objets ciblés, pourra s’appuyer sur des outils scientifiques qui lui permettront de mieux mesurer et quantifier ses observations, à savoir la grille d’observation/ grille d’analyse. Ketele (1987) la définit ainsi : « une grille d’observation est un système d’observation : systématique, attributive, allospective [pour  observer les autres], visant à recueillir des faits et non des représentations, menée par un ou plusieurs observateurs indépendants et dans laquelle les procédures de sélection, de provocation, d’enregistrement et de codage des « attributs » à observer sont déterminées le plus rigoureusement  possible. » (P. Dessus, Carrefours de l’éducation, 2007, p.104-105). En d’autres termes une grille d’observation/d’analyse est une fiche technique servant de support à la réalisation de l’observation. Cette grille s’adapte en fonction des objectifs que l’on a déterminés. Ainsi elle peut être très générale et porte alors sur l’ensemble des cinq objets d’observation principaux d’une classe de langue définis ci-dessus. A l’inverse, elle peut être plus restreinte et centrée sur un seul des axes. La grille d’observation/grille d’analyse peut également être dite ouverte et laisse ainsi la place à des questions, remarques, commentaires. La grille d’observation/d’analyse ouverte se présente souvent de façon à lister les points positifs et les points négatifs. Elle peut également être fermée et se présente alors sous la forme de QCM avec des cases à cocher et des notes à attribuer en fonction de la présence ou absence de telle ou  telle caractéristique.

En reprenant les cinq objets d’observation de la classe de langues cités ci-dessus, je vais à présent lister les catégories principales relatives à chaque objet d’observation.

  • Le contexte : espace?, temps?, aménagement?, lieu? effectif? méthode utilisée? niveau? Objectif(s) du cours? etc.
  • L’enseignant : quelles sont ses fonctions prédominantes? vecteur de l’information – régulateur des échanges – évaluateur, a t-il recours à d’autres langues que le français?, quel est son traitement de l’erreur? correction systématique – différée – laissée à la charge des apprenants, sa gestion du temps, comment administre t-il le cours? …
  • Les apprenants : leur profil?, groupe homogène? hétérogène?, recours à d’autres langues que le français?, prennent-ils l’initiative de la parole ou attendent-ils qu’on les interroge?, leurs activités?
  • La leçon, le déroulé du cours : durée du cours?, supports pédagogiques? manuel – support iconique – document audio – vidéo, objectif(s) du cours explicité(s)?, l’enseignant donne t-il des consignes précises avant tout travail en autonomie?, la séance est-elle rythmée?, le professeur part-il d’une problématique?, propose t-il un rappel de la séance précédente? quelles sont les activités proposées? écrit – oral – production – compréhension …
  • Les interactions : interactions enseignant/apprenants? apprenants/apprenants?, interactions spontanées des apprenants? attendent qu’on les désigne?, quel contenu dans la prise de parole des apprenants? demande d’explications – commentaires – réponses – reformulations …

Bibliographie

P. Dessus, Carrefours de l’éducation, 2007.


Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *