L’oralité, richesse incalculable de la langue

Même si la parole et l’écriture sont des systèmes de représentation concrets d’un système majeur nommé langue (De Saussure dans Amado, 1945), chacune possède des caractéristiques qui la rendent riches. Comme la parole constitue la réalisation physique du système de langue, elle est formé donc par des sons combinés entre eux, avec le but de construire des unités minimales porteuses de sens comme la syllabe, ou « unité minimale de parole réelle » (Obediente, 2005), jusqu’au point de conformer des groupes d’unités dans un discours oral plein de sens, ou comme le définissait Seco (1996) : « adition de phonèmes porteurs du message ». D’autre part, l’écriture a besoin de processus cognitifs complexes qui permettent à l’écrivain d’utiliser l’information linguistique qu’il possède pour créer un discours sur un support physique qui aura une permanence temporelle et qui sera un « output » compréhensible (Scott, 1996) pour le lecteur. Or, comme ce dernier n’aura pas  l’opportunité de poser des questions en cas de doutes, il devra revenir sur le texte et le relire pour pouvoir le comprendre ou pas. Ainsi la parole et l’écriture constituent le « output » de la langue (Krashen, 1982) ; deux processus avec des ressemblances et différences, avec différents fins et bénéfices selon le contexte situationnelle dans lequel ils sont employés, mais qui nous feront attribuer à l’oralité une valeur importante par rapport à l’écriture, car elle est utilisé par tous, elle évolue dans le temps, elle n’a pas besoin d’être appris de façon formelle, mais elle peut s’acquérir progressivement depuis l’enfance, elle fait partie du contact social si important et elle porte de l’information explicite ou implicite grâce à l’utilisation d’éléments paralinguistiques qui l’enrichissent (Alcoba, 1999).

L’oralité est le moyen à travers lequel nous transmettons pas seulement des sentiments et des émotions en temps réel mais aussi de la culture, notre vision du monde et notre identité en tant que nation (Deutscher, 2010). Elle promeut la spontanéité dans le « output », avec des variétés contextuelles qui permettent à l’individu de s’exprimer en temps réel, face to face avec le récepteur, en utilisant le registre et le style de langue adéquats, en analysant l’information sur le récepteur qui influera de manière positive ou négative dans le déroulement du discours, en transmettant et recevant de l’information à travers la rétro alimentation continue, en employant des formes linguistiques différentes selon le contexte géographique dans lequel se déroule la communication, en créant de nouvelles connotations à travers l’utilisation de métaphores, métonymies, analogies et d’autres formes rhétoriques plus communes dans l’écriture, mais présentes dans l’oralité pour donner une nuance particulière d’idiosyncrasie de l’émetteur du message ; et finalement, en évoluant plus rapidement que la forme écrite de représenter nos réalités à travers la langue, car la parole n’a pas besoin d’être approuvée par des linguistes pour exister, mais elle s’installe dans n’importe quel contexte grâce aux conventions partagées parmi les individus qui y appartiennent comme groupe social (Coulmas, 1997 ; Romaine, 1994 ; Trudgill, 1974).

Ceci dit, je suis d’accord avec l’importance accordée à l’oralité dans ce texte, car vu qu’elle est le premier pas que nous donnons dans l’utilisation de la langue depuis notre naissance, premièrement au niveau de la compréhension et puis au niveau de la production, elle définie donc le développement d’autres habiletés de la compétence communicative. Bien évidemment, l’oralité n’est pas le seul ou le plus important outil d’apprentissage de l’individu, elle a besoin de l’instruction formelle et de l’écriture pour que l’individu puisse développer la langue jusqu’à son majeur potentiel.

Grâce à l’oralité il existe encore des groupes indigènes qui ont réussi à conserver leurs langues, sans les laisser disparaitre dans le temps, et même si l’oralité n’a pas l’air d’être la manière la plus adéquate de faire perdurer la langue dans le temps, elle continue à être selon leurs croyances la façon la plus précise de le faire, car l’écriture ne constitue pas une nécessité de vie pour tous les groupes d’individus dans le monde (Breen, 2001). C’est à ce point où l’on peut remarquer la tolérance qu’on doit avoir vers les particularités de toutes les langues. D’ailleurs, l’oralité est un des objectifs à atteindre dans l’enseignement-apprentissage des langues et c’est dans le fait de connaître d’autres individus, de savoir comment ils pensent, comment ils s’expriment, de connaître d’autres lieux et d’être capable de communiquer et d’établir de relations de contacte avec d’autres individus du monde ce qui nous motive tous à donner une valeur de plus à l’oralité, sans que ceci signifie le fait de laisser de côté l’écriture comme une autre manière de communiquer essentielle.

 

Références Bibliographiques

Alcoba, S., Castelló, A., Del Caño, A., y Luque, S. (1999). La oralización. Barcelona, España: Editorial Ariel, S.A.

Breen, M. (2001). Learner contributions to language learning. New directions in research. London: Pearson Education.

Coulmas, F. (1997) Ed. The Handbook of Sociolinguistics. Oxford: Blackwell        Publishers Inc.

Deutscher, Guy. (2010). Through the Language Glass. Why the World Looks Different in Other Languages. New York: Metropolitan Books.

De Saussure, Ferdinand (1945). En Amado, Alonso. Curso de Lingüística General. Buenos Aires: Losada.

Krashen, S. D. (1982). Principles and practice in second language acquisition. Oxford: Pergamon Press.

Obediente, Enrique. (2005). Fonética y Fonología. Mérida-Venezuela: Universidad de los Andes. Consejo de Publicaciones.

Romaine, S. (1994). Language in society. An introduction to sociolinguistics. New York, NY: Oxford University Press.

Scott, V. (1996). Rethinking foreign language writing. Boston, MA: Heinle & Heinle.

Seco, Manuel (1996). Gramática Esencial de la Lengua Española. Madrid: Espasa.

Trudgill, P. (1974). Sociolinguistics. Middlesex, England: Penguin Books.

 


MORENO Grecia

Diplômée en Langues Modernes, MSc. en Enseignement apprentissage des langues étrangères (Mérida-Venezuela). M1 en Didactique du FLE, M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts

3 réflexions au sujet de « L’oralité, richesse incalculable de la langue »

  1. Je trouve que toutes les références que vous utilisez réitèrent le dualisme oralité/écriture alors qu’il faudrait plutôt dissocier parlé/écrit et apercevoir combien l’oralité est des deux modes de dire, de raconter, de rencontrer… comme force de la parole-énonciation… mais tout cela est une vieille histoire très occidentale… et dualiste ! Ceci dit, il faut évidemment lire vos références mais en trouver peut-être d’autres aussi qui les contestent.

    1. Effectivement, vous avez tout à fait raison, car la parole ou l’écriture vont représenter d’une certaine manière l’oralité comme partage ou énonciation. Ce qui me semble pertinent de remarquer est le degré d’importance que la parole a donc dans cette oralité, car elle représente la première façon d’intéragir avec le monde et va toujours précéder l’écriture, pas par niveau d’importance, mais par niveau de pragmatisme dans la communication. De là que faire devélopper l’oralité dans les cours de langues devrait être toujours la porte d’entré tant à l’acquisition des connaissances de la langue cible qu’au passage au développement de l’écriture. Cependant, il faudrait pas oublier qu’une bonne oralité sera toujours le résultat d’une bonne écriture et alors d’une habitude à de bonnes lectures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *