compte-rendu : “natif”, “non-natif” et leur “légitimité dans l’enseignement des langues”?

Martine DERIVRY, « Les enseignants « natifs » et « non-natifs » de langue(s) : catégorisation linguistique ou construction sociale ? », Travaux de didactique du FLE, n° 55, 2006, pp.100-108. <hal-00832237>

Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00832237/document

« Natif/non-natif » était initialement une catégorisation dans le champ de la linguistique, lorsqu’elle a été introduite au champ de la didactique des langues (étrangères), exerce socialement des influences sur les « schèmes de perception dominants du champ de l’enseignement des langues étrangères », plus précisément les représentations des enseignants « natifs » et ceux « non-natifs ». L’auteur considère que la dichotomie « natif » et « non-natif » repose sur des enjeux sociaux, la catégorisation « enseignant natif/ enseignant non-natif » est alors bien une construction sociale,

L’auteur indique ensuite que les enseignants « non-natifs » sont traditionnellement plus réservés à l’enseignement institutionnel et que les enseignants « natifs » plus souvent au non-institutionnel. Ces principes reposent sur deux légitimités sociales d’enseignement : l’enseignant « natif » est légitimé par sa compétence linguistique et l’enseignant « non-natif » par sa compétence d’enseignement. Une « complémentarité » se présente entre ces deux légitimités. Pour mieux comprendre cette « complémentarité », il faut d’abord, souligne l’auteur, ne plus confondre locuteurs et enseignants d’une langue. Si tous deux partagent et maîtrise une même langue, ce qui rend ces derniers plus « particulier » est leur compétence d’enseignement professionnelle.

Pour terminer l’article, l’auteur insiste qu’il faut prendre en compte du caractère «bi-pluri » de l’apprentissage des langues, En général, les enseignants « non-natifs » occupent une position « bilingue », alors que traditionnellement l’enseignement linguistique est situé dans le cadre « monolingue ».  La prise en considération de ce cadre « pluri » contribuerait à ajuster la perception sociale envers les légitimités d’enseignement et, par conséquent, à « justifier des discriminations à l’emploi et à des types d’emploi ».

En tant que future enseignant de français langue étrangère « non-natif », je m’inquiète et doute ma légitimité dans l’enseignement du FLE, si, admet-on, ce manque de confiance en soi découle d’une maîtrise insuffisante de la langue étrangère, la tension vient aussi des schèmes de perceptions explorés dans l’article. L’anglais, par exemple, la plus grande langue de communication de nos jours, la grande majorité d’enseignants d’anglais langue étrangère sont « non-natifs ». Pourtant, George Braine (cité par l’auteur) constate toujours que les enseignants non-natifs d’anglais se trouvent souvent dans une position inférieure au niveau du recrutement et la rémunération dans des pays du cercle intérieur (Inner Circle) (Kachru 1986)[1], ils souffrent aussi des discriminations, notamment en raison de leur accent, dans des pays du cercle extérieur (outer circle) comme dans des pays du cercle en expansion (expanding circle). Par exemple, en Chine, la proportion d’enseignants « natifs » pourrait être un critère important pour évaluer la qualité d’enseignement des écoles[2].

« Natifs » ou « non-natifs » seraient les qualificatifs distribués, comme étiquettes, aux enseignants de LE. Ces qualificatifs déterminent dans une certaine mesure les premières impressions sur l’enseignant de LE. Nul doute que la finesse d’une langue donnée est mieux appréciée par ses locuteurs natifs, les enseignants « natifs » d’une langue donnée bénéficient ainsi des avantages inhérents au niveau de la connaissance linguistique de la langue et son utilisation. Toutefois, les enseignants « non-natifs », en tant qu’apprenants de langue eux-mêmes, comprendraient mieux la mentalité des apprenants et se préparaient mieux, en les anticipant, des difficultés que ceux-ci rencontreraient dans leur apprentissage.

Comme l’indique l’auteur, d’un point de vue macro, les « deux légitimités d’enseignement sont des constructions sociales à déconstruire dans la mesure où elles participent à la réification de la catégorisation enseignant « natif »/enseignant « non-natif » où le premier est assigné à la compétence linguistique et le second à la compétence d’enseignement ». D’une autre côté, il est aussi aux enseignants « non-natifs » de se valoriser davantage tout en améliorant leur compétence non seulement linguistique, mais aussi d’enseignement.

[1]Shirley Carter-Thomas« L’anglais à l’épreuve de la pluralité : Quelles implications pour la communication scientifique ? ». L’avenir des langues et des sciences humaines dans les Grandes Ecoles.L’apprentissage des langues : impératif utilitaire de communication ou enjeu de culture ?, Mar 2005, Evry, France.

[2]K. YANG, Junju WANG, « A Review of Nonnative Speaker English Teachers: Research, Pedagogy, and Professional Growth », Foreign Language Education & Research, Vol. 1 No.1, Oct. 2013, Chine

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.