Linguistique de corpus : une introduction

Depuis l’essor de l’informatique, la linguistique en a tiré des profits pour développer la linguistique de corpus. Celle-ci peut être une discipline ou une méthode consistant à révéler les régularités linguistiques dans des langues à travers les corpus informatisés.

La notion de corpus

Dans le terme linguistique de corpus, deux éléments centraux méritent une attention particulière : la linguistique, le corpus. La linguistique prend son sens normal pour désigner une discipline qui s’intéresse à étudier des langues. Le corpus a plusieurs définitions, dont celle de Sinclair demeure la plus citée. Du point de vue linguistique, le corpus est « une collection de données langagières qui sont sélectionnées et organisées selon des critères linguistiques explicites pour servir d’échantillon au langage » (Sinclair, 1996 : 4, cité et traduit par Habert, 2000 : 11 ). Nous pouvons comprendre que pour la constitution du corpus, les données ne sont pas sélectionnées à la légère. En fait, il faut interroger d’abord des principes et des critères de sélection. Le principe le plus fondamental repose sur la considération de la finalité du corpus. Pour quel objectif construisons-nous ce corpus? Pour satisfaire à la finalité du corpus, il faut réfléchir également sur les types et genres des textes à choisir et aussi la taille de corpus. Par exemple : pour étudier les diversités phonétiques, les données à regrouper se pencheront sur les textes oraux de plusieurs régions francophones, c’est l’une des finalités du corpus dans le projet IPFC (Interphonologie du Français Contemporain). Pour un corpus général, la taille légitime sera 500 000 mots (Willams, 1999)

Les avantages de la linguistique de corpus

Par rapport à la linguistique traditionnelle qui étudie la langue souvent hors contexte, la linguistique de corpus manifeste deux avantages : l’analyse qualitative contextuelle et l’analyse quantitative. Quantitativement, le corpus donne accès à un grand nombre de textes qui permet de dégager des régularités en matière de l’utilisation des éléments linguistiques, syntaxiques, même sémantiques, ce qui contribue à construire la représentativité ou la spécificité des éléments étudiés. Qualitativement, le corpus fournit un contexte où se produisent des phrases, des combinaisons lexicales. Il faut signaler ici que le lexique et la phrase ne doivent pas être compris seulement hors contexte, en revanche, il faut les inscrire à une situation réelle afin de préciser le vrai sens du lexique et la vraie information véhiculée dans la phrase.

Application de la linguistique de corpus dans le champ phraséodidactique

La phraséologie est un phénomène linguistique difficile à expliquer, car elle a besoin souvent un contexte pour faire comprendre et parfois très difficile à prédire par un non natif. En conséquence, pour mieux enseigner ce phénomène, les didacticiens  recourent à la linguistique de corpus pour découvrir les éléments phraséologiques représentatifs qui méritent une première importance, et puis conçoivent des séquences basées sur le corpus afin de faire immerger les étudiants dans un contexte réel, ce qui leur permet de les comprendre et les utiliser dans le bon contexte.

 

– Cavalla, C. (2008). Propositions didactiques pour l’enseignement d’éléments phraséologiques en FLE. In D. V. R. et M.-E. Damar (Éd.), Enseigner les structures langagières en FLE (p. http://tmaes.no-org/ME/). Gramm-FLE. Consulté à l’adresse https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00397807

– Habert, B. (2000). Des corpus reprÈsentatifs : de quoi, pour quoi, comment ?. In M. Bilger (Ed) , Cahiers de líuniversitÈ de Perpignan, 31, Linguistiques sur corpus. Etudes et réflexions’ (pp. 11-58). Perpignan : Presses universitaires de Perpignan.

– Williams, Geoffrey C. (1999). Les réseaux collocationnels dans la construction et l’exploitation d’un corpus dans le cadre d’une communauté de discours scientifique. 2011, thèse de Doctorat, Université de Nantes.

– Williams, Geoffrey. 2006. La linguistique de corpus: une affaire prépositionnelle. In F. Rastier and M. Ballabriga (eds.). Corpus en lettres et sciences sociales: des documents numériques à l’interprétation. Actes du colloque international d’Albi, juillet 2006, 151–158. Paris: Texto

 


Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *