Les imaginaires de la traduction

Le vendredi 3 mars 2017 de 9h à 18h, j’ai eu la chance d’assister à une journée d’étude sur les imaginaires de la traduction qui a eu lieu en salle Claude Simon, Sorbonne-Nouvelle à la Maison de la recherche.
La journée d’étude est débutée par une introduction autour de la notion d’imaginaire de la traduction, les théories de l’imaginaire de la traduction…
Miriam Rossi de l’université de Tallinn, a parlé de son article sur les traductions imaginées dans la Russie Soviétique : Samizdat et la traduction poétique. L’article focalisait sur la traduction poétique à Leningrad pendant le régime soviétique, notamment la période des années 80 du XXème siècle.
Miriam, dans son article a parlé du rôle des poètes-traducteurs et la représentation de l’autre, l’histoire de la traduction poétique en Russie, vague de production et traduction poétique et du développement de la Dissidence et du Samizdat littéraire. La plupart de la présentation de l’article était en anglais. Après, Thomas Vuong de l’université Paris13-spc/Pléiade, a parlé de la traduction selon Bonnefoy (notamment la trahison au nom de l’imaginaire poétique), qui est célèbre par sa poésie, essais critiques et ses traductions, surtout ses traductions de Shakespeare.
Bonnefoy, dans ses écrits théoriques adopte l’investigation de la voix de l’auteur traduit de la voix du traducteur.
Par ailleurs, Amina Azouz, de l’université Paris –Sorbonne nous a parlé d’Adonis, le poète syrien très connu, de l’impossible traduction de l’imaginaire.
Pour qui écrit Adonis ?
Il a traduit plusieurs poèmes français vers l’arabe et en plus, il était en charge de la traduction de ses propres œuvres vers le français.
Christina Bezari de l’université de Gand nous a parlé de la quête de traduction dans les Fragments de Novalis.
Lilia Androsenko de l’université de Franche-Comté nous a parlé du traducteur de Balzac, Dostoievski de son talent littéraire.
Mirella Botaro de l’université de Poitiers, nous a abordé les enjeux interculturels de traduction dans le cas de Monenembo et de Mabanckou au Brésil.
Nagadi Maiissa Laude de l’université de Lorraine, il nous a parlé de la cartographie des traditions (14 traductions) des œuvres d’olivier Rolin. Par ailleurs, Marianna Braux de l’université Adelaïde nous parle de la traduction et dialoguisme.
À la fin, Manel Bouaita, une doctorante de l’université Paris- Sorbonne, nous a parlé d’imaginaires et ambigüités traductologiques du Coran. Jacque Berque, socilologue et anthropologue orientaliste français dit : « C’est un texte ‘’le Coran’’ intraduisable. Déjà, les poèmes sont intraduisibles ». Cette citation s’appuie sur la difficulté à traduire le Coran en tan que parole sacrée de Dieu et en plus écrit en langue arabe classique qui est une langue jugée très difficile à apprendre et surtout à traduire.
Le débat était très fort sur l’ambigüité dans la traduction des versets de Coran. Manel nous a montré des exemples de traduction de certains versets de Coran selon Kichri et Zeinab Abdelaziz qui semblent très différents l’un de l’autre au niveau d’interprétation du texte coranique.
Le débat était autour de question de l’ambigüité voulu du Dieu.
Exemples des versets traduits du texte coranique :

Dieu a dit dans la sourate AN-NŪR (LA LUMIÈRE)- verset(31) : «[…] Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines.[…] ».
La discussion est démarrée autour l’usage du verbe “dire” en tant qu’ordre du Dieu, puis le débat est aussi approfondi autour du verbe « rebattre » et quelle partie du corps doit être caché (le visage, le corps…). Ensuite, ce débat est conclu par un verset « de sourate AN-NISA« les femmes » en mettant l’accent sur le verbe « frapper » que Kichri et Zeinab Abdelaziz interprètent de manière complètement différente. Zeinab Abdelaziz est Docteur ès-lettres de l’Université du Caire, 1973, elle est aussi Professeur de Civilisation française à l’Université Al-Azhar et de Ménouféya. Membre de l’Union des Écrivains Égyptiens. Elle a orienté, depuis une quinzaine d’années, ses travaux de recherches sur la défense de l’Islam. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages dont, en langue arabe : Assiègement et anéantissement, le Vatican et l’Islam, les Traductions du Coran et, en français : Voltaire Romantique, le Jeu de l’Art moderne, Aperçus sur l’Islam. La Traduction du sens du Coran.
Zeinab trouve plusieurs sens du verbe « frapper » en origine arabe. Selon elle, ce verbe comprend plusieurs sens, ex : [conseiller, parler…]. Quand à Kichri, il prend le premier sens du verbe « frapper » qui vient à l’esprit et qui signifie : « punir, frapper d’une peine ».

J’ai beaucoup apprécié le débat à la fin de la journée d’étude, je voulais que ça se continue, mais nous n’avions pas assez du temps. Ce débat a brulé en moi la volonté d’aller approfondir mes recherches en arabe et sur l’interprétation du texte coranique, car il yavait des points qui ne se sont pas clarifiés et discutés.

Référence éléctronique

Zeinab Abdelaziz

Sumaia ELGAMRI

Etudiante de Master2 Didactique du français et langues du monde.

More Posts

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.