Langue et culture

L’étude d’une langue étrangère ne peut se satisfaire d’une approche uniquement technique et sémantique. L’étudiant atteindrait rapidement une limite de niveau qu’il ne pourrait dépasser. Ceci a été trop souvent le cas jusqu’à maintenant. Il y a dans l’apprentissage d’une langue bien plus que du vocabulaire et des formules à retenir. Afin d’atteindre un niveau satisfaisant dans l’apprentissage d’une langue étrangère, il faut pouvoir parvenir à « penser » dans cette langue. Et ceci ne peut s’acquérir que par l’étude approfondie de la culture du pays de cette langue.

Il faut également ne pas se borner à une définition trop restrictive du mot culture qui ne se limite pas aux savoirs littéraires et à la compilation des arts développés par ce pays. Il sera donc utile dans un premier temps de définir ce que l’on entend par culture et surtout l’aspect de celle-ci qui nous sera utile pour développer une didactique des langues utile aux étudiants.

Cette réflexion permettra ainsi à l’élève de dépasser les stéréotypes souvent appliqués aux pays étrangers et à sa façon de les imaginer. Une recherche sur sa propre culture, sur la vision qu’il s’est bâti lui-même de celle-ci, bref une vision autocritique l’aidera à surmonter ces idées reçues concernant un jugement de toute autre culture étrangère. La remise en cause des principes ayant dicté à la vision de sa propre culture lui permettra de favoriser une approche interculturelle constructive. Celle-ci peut être abordée de différentes façons pendant le cours mais elle doit dans tous les cas faire partie intégrante du cursus d’apprentissage d’une langue.

Afin de ne pas faire fausse route et ne pas se focaliser sur un aspect de la culture qui ne serait pas utile à l’apprentissage d’une langue étrangère, il est donc primordial d’en donner quelques définitions afin de distinguer les éléments qui seront utiles à prendre en compte dans cette approche didactique.

« La culture dite cultivée est relative aux œuvres de l’esprit, plus particulièrement celles produites par la littérature et les beaux-arts. C’est donc l’apanage de couches relativement réduites de nos sociétés » écrit Henri Besse ce qui rend cette notion de la culture peu utile pour l’enseignement et surtout la connaissance de l’autre. Cette connaissance trop figée de la culture étrangère ne favorisera pas toute seule la compréhension et la communication car elle ne donne pas à elle seule les clés de penser de l’autre.

La culture du quotidien est, elle, un ensemble de valeurs partagées qui s’étend au mode de vie, de s’habiller, de se nourrir par exemple.Et puis il y a la culture qui est un ensemble de façons de penser.

Ces définitions de la culture doivent aider l’étudiant à partir d’exercices à prendre de la distance avec sa propre culture et même à la juger. Ce travail est indispensable afin d’être capable d’accepter et de comprendre la culture de l’autre. Ces exercices doivent en quelque sorte l’aider à comprendre pourquoi il agit et réagit de cette façon à partir d’un legs culturel qui lui est propre. L’étudiant prendra peu à peu conscience de la non-universalité de sa culture propre.

Ce travail de dissection de sa propre culture et de celle de l’autre est important avant de tenter de les relier dans un processus dit « interculturel » : l’établissement de liens entre cultures différentes sera ainsi le but à atteindre.


Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *