On est tous différents…

Jeudi 11 mai 2017, 8h30-18h, Inalco

L’hétérogénéité dans la classe de langue. Comment et pourquoi différencier ?

Il y a longtemps déjà que cette journée d’étude figure dans mon carnet tout en piquant ma curiosité. Elle me semble prometteuse, à moi, jeune enseignante et chercheuse, pour y trouver des pistes de réflexion, des stratégies, des outils en vue d’une meilleure progression de tous les apprenants dans la classe.

En entrant à l’Inalco, je me rends compte que le fil rouge de cette journée d’étude, hétérogénéité, repose là, dans cet établissement immense. Voilà le point d’intersection de la diversité dans tous les sens – de cultures, de langues, d’origines, d’âges, de parcours de vie, d’objectifs, de motivations, etc. Face à cette prise de conscience, un questionnement surgit d’emblée : Comment prendre en compte toute cette diversité dans la classe de langue? Pourrait-elle être un atout pour la meilleure progression des apprenants ?  Quelle posture l’enseignant devrait-il adopter ? Quelles ficelles devrait-il tirer ? Je me précipite vite vers la salle 3.15 en espérant y trouver les réponses ou au moins leurs bribes.

À 9h10, Louise Ouvrard ouvre officiellement la journée. Sans s’attarder à parler, elle visionne un petit film illustrant bien les communications qui suivront. Ce recours « artistique » montre clairement une diversité des étudiants à l’Inalco en termes d’âge, d’origine, de culture, de  motivation, de représentations des langues, etc. Cette émergence de l’hétérogénéité des voix  succède aux voix des intervenants qui tenteront  de réussir plus ou moins le défi lancé – synthétiser la notion d’hétérogénéité en 20 minutes ! Dans cette perspective, on aperçoit que les communications s’organisent autour de deux fils directeurs : « pratique » et « théorique ».

Dans l’axe dit « pratique », notons que cette notion se tisse en différentes catégories mobilisées par les enseignants, mais aussi en stratégies mises en œuvre pour la manier. En ce sens, pour Rong Zhang Fernandez, enseignante de chinois langue étrangère au niveau supérieur, l’hétérogénéité se reflète à travers la diversité d’origine de ses étudiants (étudiants chinois nés en Chine et en France et étudiants français) et de niveaux atteints en langue chinoise (intermédiaire et avancé). Elle met en avant que ce type d’hétérogénéité est un trait saillant de la région parisienne. Afin de gérer sa classe, elle a recours à la pédagogie différenciée (basée sur les traits individuels de l’apprenant). Dans cette optique, elle divise sa classe en deux groupes, intermédiaire et avancé, en adaptant à chaque groupe le contenu, le support et les tâches. En d’autres termes, le groupe avancé travaille en autonomie sur les articles en chinois alors que l’enseignement à l’autre groupe se base sur le manuel. Ainsi, l’intervenante met en valeur le travail en groupe favorisant l’échange intragroupal. En dépit des aspects positifs de l’hétérogénéité que cette enseignante avance, il me semble que cette division de la classe en deux groupes, dépourvus de coopération, instaure le clivage entre les étudiants.

Par contre, sa collègue, Diana Jambora Lemay, professeure de slovaque à l’Inalco, adopte une stratégie complètement différente à aborder l’hétérogénéité dans sa classe. Tout d’abord, on note que la diversité de ses étudiants se manifeste par l’âge (de 20 ans à 80 ans), le niveau d’études, la profession, la langue maternelle et les objectifs à apprendre le slovaque. Dans ses cours de théorie de la grammaire, cette enseignante tente de solliciter l’engagement de tous les étudiants. Ceci dit que ceux, dont la langue maternelle est le slovaque, jouent le rôle d’enseignant afin d’aider leurs camarades français. Si le travail consiste en traduction (thème et version), les étudiants se corrigent mutuellement. En d’autres termes, s’ils sont censés traduire un texte du slovaque en français, l’étudiant dont la langue maternelle est le français va corriger son pair et inversement.

Pour Svetla Kamenova (Université Concordia, Canada), les classes multiethniques et multigénérationnelles impliquent les différents styles, formats et stratégies d’apprentissage. Afin de tirer le bénéfice de cette diversité et d’inciter la prise de parole de tous les étudiants dans la classe de langue, son équipe de recherche privilégie les cours hybrides (alternance de l’enseignement en présentiel et en ligne). Cette modalité de travail, selon cette intervenante, permet de combiner les avantages de l’enseignement en présentiel et en ligne. Elle souligne davantage que les traits individuels des étudiants, leur nombre dans la classe et le temps ne permettent pas la prise de parole de tous les  apprenants en présentiel. Pour combler cette lacune, le travail collaboratif sur les tâches diverses via Wiki, Google Docs ou Forum favorise la discussion et la participation de tous les étudiants ainsi que le partage d’avis.

De là, on a pu voir que, dans cet axe « pratique », la notion d’hétérogénéité était pluridimensionnelle ainsi que les stratégies mises en oeuvre pour l’aborder. Le fil que je nomme « théorique » ouvre un autre horizon de cette notion.

En ce sens, Maddalena De Carlo envisage la diversité à travers le répertoire langagier des élèves en mettant en exergue le fait que le monolinguisme n’existe pas. C’est dans cette logique que, pour favoriser la progression de tous les élèves dans une classe, mais aussi pour les valoriser, elle conseille le recours aux approches plurielles (approche interculturelle, didactique intégrée, intercompréhension entre les langues et éveil aux langues). Pour rebondir à la communication de cette chercheuse, Cécile Peigné met en avant la nécessité de tenir compte de la diversité dans la classe. Elle indique que la classe homogène est un mythe tout comme le monolinguisme. Mais elle invite également à l’interrogation des marqueurs de l’hétérogénéité. Pour illustrer son propos, cette chercheuse avance que la question d’hétérogénéité mobilise souvent les catégories traditionnelles sans l’analyse préalable. Ceci dit que les enseignants opèrent une catégorisation ethnique, continentale, etc. pour déterminer la diversité. Il importe que les critères de ces marqueurs soient pertinents. Cécile Peigné, quant à elle, se focalise sur trois types de diversité dans sa pratique et sa recherche : le répertoire langagier, le répertoire pluriel et le parcours de vie.

Toutes les communications présentées dans le cadre de cette journée d’étude sont en effet des pistes pour une réflexion et un réajustement des pratiques continus et nécessaires face à l’hétérogénéité. Elles montrent qu’il n’existe pas une formule tout faite. Peigné rappelle également que le choix des notions qu’on opère a une incidence sur notre pratique didactique. C’est pourquoi l’hétérogénéité dans la classe implique à son tour une diversité des pratiques appuyées sur la réflexion et l’interrogation constantes de la part de l’enseignant.

 

 


Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

3 réflexions sur « On est tous différents… »

  1. eh bien, je ne sais pas exactement ce que j’en pense, j’y réfléchis en essayant de me remémorer les situations où j’ai vécu, enfant ou étudiante, des situations d’hétérogénéité que je percevais. Est-ce que c’était positif ou non ? Je me souviens par exemple le soulagement que j’ai ressenti en CM2 quand j’ai enfin pu entrer dans une classe non hétérogène : jusqu’alors, j’étais dans une école de campagne où nous étions une dizaine dans la même salle, de la maternelle au CM2, avec un seul instituteur. Quel bonheur quand j’ai découvert une classe de CM2 avec une vingtaine d’enfants de mon âge, et un instituteur qui faisait le même cours pour tout le monde ! En revanche, cette année, j’ai trouvé que l’hétérogénéité de la classe de master était une vraie richesse, les nationalités, les âges…

  2. Merci à toi Zoé de l’avoir lu!
    À propos de ta question – toutes les communications auxquelles j’ai assisté n’ont pas abordé ce point. En fait, les intervenants ont partagé leurs expériences, leurs difficultés, leurs stratégies et aussi les bénéfices que l’on peut tirer d’une classe hétérogène pour une meilleure progression des apprenants. Par ailleurs, cette notion est envisagé dans tous ses sens, mais du point de vue de l’enseignant. Il va de même pour les avantages pour les apprenants.
    C’est vrai que moi, je n’ai jamais trouvé les informations à ce propos du point de vue des apprenants. Il serait très intéressant de prendre en compte leur expérience et leurs représentations de la classe hétérogène. En ce sens, l’enseignant pourrait réajuster et améliorer ses pratiques dans une telle classe. En outre, cela permettrait d’avancer les recherches dans ce domaine. Et toi, as-tu trouvé les informations à ce sujet ? Qu’est-ce que tu en penses ?

  3. merci Marja pour ce compte rendu vraiment intéressant, précis et clair ! c’est un plaisir de le lire. Nous étions nous aussi une classe hétérogène en master, dans certains cours, cette ressource était exploitée. On trouve facilement des informations sur les classes hétérogènes du point de vue des enseignants, mais moins du point de vue des apprenants. Est-ce que ce point a été abordé pendant le colloque ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *